Partagez | 
 

 Via con me ✖ Feat Judah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 304
    ♦ PSEUDO : Kat'
    Féminin ♦ CREDITS : lollipops et Tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/12/2009
    ♦ AGE : 26
    ♦ LOCALISATION : La ou tu n'y sera pas



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Via con me ✖ Feat Judah   Mer 12 Déc - 21:20

INFORMATIONS SUR LE SUJET


Date : Fin septembre
Intrigue en cours :
Protagonistes : Judah Lévy Benathan & Konstantine P. Sadikov
Statut du sujet : Privé
Intervention du MJ : Vazy Nobody fait pêter tout ce que tu as dans le ventre !


« citation »



    ▬ Donc, devoir à rendre pour dans deux semaines : vous me faites le compte-rendu des conséquences de la mythologie et des croyances sur une civilisation définie. Les rites et coutumes en somme, et en groupe de deux !

    A cette parole, la Russe se retourna vers son voisin et du lever la tête pour croiser son regard. Judah, grand, costaud, brun, souriant et par-dessus tout passionné d’histoire et de mythologie. Il n’y a pas de secret, si l’on veut être la meilleure il faut travailler avec les meilleurs. Et travailler avec lui n’était jamais désagréable, bien au contraire. Il y avait chez les passionnés cette lueur qui les rendait presque fous, cette lueur dans le regard qui permettait de les reconnaitre entre mille. Certains l’avaient en faisant du sport, d’autres en dansant, d’autres encore en jouant, comme elle. Douce transe immuable, parfaite, irremplaçable, a laquelle on était accro. Toujours en vouloir plus, toujours allez plus loin, toujours mieux. Jouer du violon c’était sa dose, son shit, sa coke, son pleed, son crack, son rail de musique. Et Judah l’avait, une lueur lorsqu’il vous parlait de la mythologie grecque, des dieux égyptiens, des fêtes celtes, de la culture amérindienne. C’était la raison pourquoi elle était assise de lui en cours, voir toujours cet intérêt immuable, cet œil qui brille la faisait sourire.

    Et le Maarifa avait eu une idée surprenante, aller voir sur le terrain, directement. On est dans un monde de magie non ? Alors autant en profiter. Dès qu’il avait prononcé le nom de « salle des époques », Konstantine avait eu cette boule au ventre. La violoniste ne faisait pas partie de ces aventuriers, de ces élèves qui se fichaient du danger et des conséquences pour faire n’importe quoi. Du danger, elle en avait eu assez pour toute sa vie. Non, elle faisait de ceux qui restaient derrière, cachés, qui agissaient après avoir réfléchi plusieurs minutes. Mais elle avait accepté, idée folle certes, mais Konstantine restait Konstantine et contredire n’était pas dans ses habitudes. L’inconnu lui faisait peur, mais quand on a un géant d’un mètre quatre-vingt à ses côtés, on ne peut que se dire que l’inconnu sera forcément moins méchant. Ou pas.

    Le rendez-vous était fixé pour vingt-heure. Stradivarius avait été confié à Istvan et elle était sûre de le retrouver avec les piquants rouges ou une crête de coq sur la tête, baguette dans la poche, normalement elle était prête. Installée devant la salle, comme à son habitude Konstantine regardait dehors les derniers élèves se prélasser. Ses boucles blondes encadraient son visage de porcelaine et son regard azur vaguait de personne en personne, essayant de retrouver un visage familier. Des bruits de pas la forcèrent à se retourner et faire face à Judah. Un sourire s’esquissa sur ses lèvres immédiatement, sa voix étonnamment chaleureuse se fit entendre :

    ▬ Bon, prêt pour un voyage improvisé ? J’espère juste qu’on se retrouvera pas entourés de cannibales, le reste ça peut être gérable !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 282
    ♦ PSEUDO : Judah Lévy Benathan
    Masculin ♦ CREDITS : Sabetha_B.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 10/12/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année : Maarifa Sihr.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Via con me ✖ Feat Judah   Mer 12 Déc - 21:50

Elle n'avait pas été convaincue par son idée, c'était le moins que l'on puisse dire, mais Judah ne l'avait pas pris personnellement. Il savait, il sentait qu'elle aimerait ce qu'il lui ferait découvrir, il ne voyait pas comment il aurait pu en être autrement. Peut-être étatise un peu naïf de sa part, mais il était passionné, oui, avec un grand P, et comme tout passionné, il brûlait de l'envie de partager ce qu'il aimait´ ce qui faisait briller son regard et vibrer son corps de la passion, de l'émerveillement que seule l'histoire pouvait lui procurer. Peut-être certains trouvaient-ils cela un peu ringard, mais il s'en moquait : en quoi était-ce plus ringard que vouloir taper dans une balle ou en attraper une ? Il aimait tellement se mettre à la place d'individus qui avaient vécu dans ces sociétés aujourd'hui disparues et qui avaient fait des découvertes qui aujourd'hui encore continuaient à être utiles, aussi bien aux sorciers qu'aux moldus. Les aqueducs des romains, l'aspirine égyptienne, les systèmes politiques grecs.

Il s'était un peu attendu à ce que jamais elle ne se montre devant la salle des époques : il aurait pu la comprendre, et ne lui en aurait pas voulu. Mais elle était la, visiblement peu rassurée, mais seule sa présence comptait ; visiblement, elle avait suffisamment confiance en lui pour faire le déplacement et abandonner son précieux violon. C'était étrange, c'était la seule chose qu'il savait d'elle : son amour pour la musique lancinante de cet instrument. Au moins, elle pouvait comprendre ce qu'était la passion.

Avec la salle de sport et la bibliothèque, la salle des Époques était sans aucun doute un des lieux que Judah préférait. Ici, il n'était pas question de livres poussiéreux, de gravures peu fidèles et de descriptions à n'en plus finir. Ici, c'était la réalité de l'histoire, à un détail près : les élèves avaient la possibilité de se rendre dans d'importants lieux d'histoire, et pouvaient choisir si oui ou non ils souhaitaient que les lieux soient habités. Dans ce cas, ils circulaient autour d'une population reconstituée par la magie de la salle. Et Judah savait exactement ou est-ce qu'il comptai emmener la jeune femme : le temps d'Isis.

Il ouvrit la porte et fit signé à la jeune russe de passer devant lui, et ensembles ils entrèrent dans un immense temple à la blancheur aveuglante et aux peintures éclatantes. De majestueuses et imposantes colonnes montaient jusqu'au plafond, et l'odeur de l'encens se consumant emplissait l'air d'une flagrance chaude et étrangement réconfortante aux yeux de Judah. Il se tourna vers la jeune femme avec un sourire, guettant sa réaction.

Nous sommes dans le temple d'Isis. Ici, des prêtresses apportaient chaque jour des offrandes à cette déesse, le plus souvent des bouquets de fleurs et des étoffes précieuses offertes par les femmes des villages alentours,expliqua-t-il posément.

Alors qu'il poursuivait ses explications, son ton se faisant rêveur à mesure qu'il parlait, un son, exactement celui qu'il avait espéré entendre, retentit doucement dans l'immensité des lieux : le doux sifflement d'une flûte, et le choc aérien de petites percussions agitées sur un air à la fois tranquille et joyeux. Il adressa un grand sourire à Konstantine, observant attentivement sa réaction.

Il avait dans l'idée que ce travail à deux serait des plus intéressants.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 304
    ♦ PSEUDO : Kat'
    Féminin ♦ CREDITS : lollipops et Tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/12/2009
    ♦ AGE : 26
    ♦ LOCALISATION : La ou tu n'y sera pas



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Via con me ✖ Feat Judah   Ven 14 Déc - 16:45

Spoiler:
 




    Il ne fallut pas longtemps pour que l’attention des deux élèves soit attirée par la porte de la salle des époques. La Russe en avait entendu bien des histoires, des aventures qui s’étaient déroulées de l’autre côté de cette porte. Un seuil unique pour se plonger dans un passé, toutes les ères posées sur un plateau d’argent, seul le hasard rentrait dans l’équation pour le choix de cette dite époque. Konstantine laissa planer un sourire discret sur son visage, partagé entre la curiosité et une certaine appréhension. Judah ouvra la porte et la laissant passer, elle murmura un « merci » avant d’entrer. Face à la violoniste, une pièce banale, quelques fenêtres de part et d’autres et un crépi légèrement défraichi. Pas un meuble, rien. Et puis la porte claqua et le décor changea subitement.

    Durant quelques secondes, la Russe fut éblouie par un soleil qu’elle n’avait jamais connu, ce qui était sûr c’est qu’ils n’étaient pas dans un pays nordique. Peu à peu, sa vision e fait à cette blancheur resplendissante, devant elle la silhouette de majestueuses colonnes à tambours se forme, s’élançant sur plusieurs mètres et reposant sur des dalles de marbre. Autour d’elle, tout un décor digne des plus grands cinéastes se créa la laissant silencieuse, littéralement bouche-bée devant cette vision presque fantastique. Même si elle restait silencieuse et immobile, son regard allait de détail en détail, n’arrivant pas à se fixer. Bientôt des hiéroglyphes vinrent décorer les murs, langage qu’elle ne pouvait décoder mais dont elle pouvait admirer la beauté durant de longues minutes. Et pour parfaire cette ambiance, il ne fut pas longtemps avant qu’une fragrance ambrée se consume dans l’air, laissant derrière lui une odeur délicieuse.

    ▬ Nous sommes dans le temple d'Isis. Ici, des prêtresses apportaient chaque jour des offrandes à cette déesse, le plus souvent des bouquets de fleurs et des étoffes précieuses offertes par les femmes des villages alentours

    Se retournant vers Judah, elle ne put s’empêcher d’agrandir son sourire lorsqu’elle vit l’émerveillement dont il faisait preuve. C’est vrai que c’était une vision magnifique et ne pas être insensible à une telle beauté était difficile pour Konstantine. Elle en était submergée. Elle en avait presque oublié qu’ils étaient là pour étudier une civilisation et son rapport à la mythologie, oui elle l’avait presque oublié. Mais déclenchement logique dans l’esprit de la jeune femme, dès qu’il prononça le nom d’Isis, cela déclencha comme dans une horloge un mécanisme qui pouvait ressortir toutes les informations concernant la déesse en question.

    ▬ Isis. Déesse-mère, femme d’Osiris et mère d’Horus. Elle a une très grande importance dans la culture égyptienne, représentée souvent avec une sorte de siège, on dit donc parfois qu’elle est la figuration même du trône. Ou sinon, on la retrouve avec un disque solaire encadré par deux cornes.

    Sentant le regard de Judah, Konstantine ne put s’empêcher de rajouter :

    ▬ Désolé … l’habitude.

    En fait, cette excursion ne pouvait qu’être bénéfique et agréable. Qu’elle sorte un peu de son ordinaire et de cette obstination d’être la meilleure lorsqu’il s’agissait des cours. Laisser un peu son esprit malade et légèrement névrosé se reposer quelques heures. Et pour l’instant cela marchait bien. Malgré ses paroles, les sens de Konstantine étaient en éveil et elle ne put qu’être ravie lorsque le son de quelques instruments vint à ses oreilles. Se retournant, la blonde laissa son regard se poser sur quelques danseuses et musiciennes qui venaient vénérer la déesse. Toutes les quatre en pagne transparent et léger, la première tapait en rythme sur un petit tambourin, la seconde jouait quelques airs de flute alors que les deux dernières dansaient gracieusement sur la musique mélodieuse. Happés par une telle scène, Judah et Konstantine restèrent silencieux durant de longues minutes le temps d’apprécier la danse qui était exécutée devant eux. Et puis soudain, l’attention de la russe fut happé par un bruit à l’extérieur, des paroles, une foule. S’approchant d’un balcon, Konstantine vit en contrebas l’agitation d’un marché qui s’étendait sur plusieurs mètres et au loin la silhouette d’un palais s’esquissait.

    Prenant le bras de Judah, la Russe se tourna vers lui avec un regard presque enfantin. Une joie et une envie perceptible dans la voix, elle lui demanda :

    ▬ On y va ? Faut en profiter non ? Par contre, il va falloir que je trouve quelque chose à me mettre parce que bon en jeans, ce n’est pas très discret. Toi aussi d’ailleurs !

    Quoi ? Bah oui une blonde au yeux bleus et à la chevelure blonde, c’est discret en pleine égypte non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 282
    ♦ PSEUDO : Judah Lévy Benathan
    Masculin ♦ CREDITS : Sabetha_B.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 10/12/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année : Maarifa Sihr.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Via con me ✖ Feat Judah   Dim 16 Déc - 18:15

« Désolée, l’habitude ».

Judah éclata de rire, un rire chaud et sincère. Il n’avait pas pour habitude d’étaler ses connaissances, mais comprenait qu’elle se sente obligée de s’excuser : peu de personnes savaient apprécier la connaissance des autres, la considérant comme une fierté mal placée, comme une atteinte à leur propre ignorance. Tant pis pour eux, ils ne savaient pas ce qu’ils manquaient.

    « Les cornes appartiennent à Hathor, la déesse vache, maitresse et protectrice de la famille, de la maison », ajouta-t-il avec un grand sourire à mi-voix.

Il suivit Konstantine sur le balcon, et son regard se perdit sur l’agitation en contrebas. L’endroit était magnifique, et voir tous ces égyptiens dans les conditions de leur vie quotidienne était quelque chose de particulièrement fascinant pour le jeune homme. Il voyait, ici et là, les différents vendeurs venus de l’étranger, et qui proposaient des produits grecs, romains, gaulois, ou encore lybiens : les égyptiens étaient fiers de leur propre culture, mais aimaient ces petits objets de décoration qui donnaient à leur habitation un accent d’exotisme qui sous-entendait qu’ils avaient parcouru le bassin méditerranéen. À l’autre bout du marché, les vendeurs de produits alimentaires : poissonniers et vendeurs de crustacés étaient légions, et criaient à qui voulait l’entendre combien leurs produits étaient frais et de qualités. Aux clients qui le voulaient, ils donnaient des conseils de préparation qu’ils tenaient probablement de leurs femmes, mères et grands-mères. Les vendeurs de viande, eux étaient moins nombreux : cette dernière était bien plus chère, et il était difficile d’en trouver en période de sacrifice aux dieux et déesses protecteurs de la ville.

« On y va ? Faut en profiter, non ? Par contre, il va falloir que je trouve quelque chose à me mettre parce que bon ,en jeans, ce n’est pas très discret. Toi aussi, d’ailleurs ! »

    « Viens, on va aller chercher des vêtements… Je pense savoir où on peut en trouver ».

Il l’emmena donc dans la pièce qui servait de vestiaires aux prêtres et prêtresses du temple. Sur des portants étaient alignées des robes de femmes aux coupes et couleurs diverses, des plus légères et transparentes aux plus couvrantes. Il laissa à Konstantina la discrétion du choix, et se concentra sur ce qu’il pouvait, lui, porter. Il se décida pour un pagne et une paire de sandales à semelle et roseaux : c’était ce qu’il y avait de plus classique, de plus passe-partout, et l’agrémenter du collier en argent doré qu’il trouva dans un coin lui donnerait suffisamment de crédit pour ne pas être pris pour un serviteur, tout en n’attirant pas l’attention sur lui en sous-entendant qu’il était fortuné. C’était étrange que de s’imaginer dans ces vêtements, mais étrangement, il était heureux d’être ici : c’était une véritable aventure qu’il ne s’était jamais permise, d’autant plus qu’il allait descendre sur le marché, peut-être goûter quelques spécialités, et ils reviendraient avec une foule de détails à raconter à leurs camarades. Leur devoir prenait des accents passionnants, et il était bêtement heureux.

Il trouva un coin où il pourrait se changer tranquillement, et attendit à l’extérieur que Konstantina le rejoigne. Quand elle eut fini, il l’entraina à sa suite à l’extérieur du temple, ne parvenant pas très bien à réaliser qu’il posait les pieds sur le sol égyptien, au cœur d’un de ces fameux marchés dont il avait, par le passé, étudié les vestiges. Il décida de partager ce qu’il savait avec Konstantina.

    « Quand j’étais petit, mes parents m’emmenaient sur leurs sites de fouilles, et me donnaient des pinceaux, des racloirs pour nettoyer les sites qu’ils avaient mis à jour. Et il m’est déjà arrivé de me retrouver à nettoyer une place de marché comme celle-ci. Sur le sol, on pouvait voir, gravé dans les dalles, les emplacements des différents marchands. D’un côté les vendeurs de fruits et légume, de l’autre, ceux qui s’occupaient de la viande, des fruits de mer et du poisson, et à part, tous les marchands ambulants, et les artisans qui proposaient vêtements, perruques, cônes de parfum et petits meubles. Ca me faisait rêver, à chaque fois, je m’imaginais faisant mes courses ici, choisissant les meilleures dates, les grenades les plus juteuses, et la Perche du Nil la plus fraiche. Ce que je ne savais pas, c’est que c’était aussi animé ».

En effet, sur la place, l’animation était encore plus vivante que depuis le balcon du temps. Des musiciens étaient placés un peu partout, et jouaient, bien que séparément, d’une façon qui créait une harmonie intéressante, du genre qui ne peut laisser indifférent, qui donne envie de bouger à son tour. Judah tapa du pied quelques instant en rythme avec la musique, et observa avec intérêt les danseuses qui se produisaient entre les différents stands : c’était un jour de fête, et ils étaient conviés.

C’était un cadeau précieux dont il voulait profiter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 304
    ♦ PSEUDO : Kat'
    Féminin ♦ CREDITS : lollipops et Tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/12/2009
    ♦ AGE : 26
    ♦ LOCALISATION : La ou tu n'y sera pas



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Via con me ✖ Feat Judah   Sam 29 Déc - 22:37

    Quelle douce sensation oubliée du soleil qui brillait sur sa peau pâle, tel un doux poison délictueux il semblait s’insinuer par chaque pore de la peau. Accoudée sur la balustrade, son regard clair s’égarait sur la scène qui se jouait en contrebas. Telle une spectatrice, la Russe appréciait le spectacle qu’elle voyait. Du mouvement perpétuel, des couleurs vives, des senteurs exquises, un voyage qui semblaient réveiller ses sens endormis. Une telle aventure, en temps normal Konstantine ne l’aurait jamais envisagée, acceptée, imaginée, mis à part si un ou une de ses amis lui demandait avec un regard de chien perdu. Elle enviait ceux qui osent. Parler, faire, jouer dans le monde. Elle-même s’est désignée comme spectatrice parfois critique de ce beau théâtre. Toujours en retrait, dans l’ombre, celle qui ne veut pas être vue, jamais sous les feux des projecteurs, la scène n’est pas faite pour elle. Elle ne sait pas jouer avec les autres. Mais Judah avait la faculté indéniable et rare de lui donner confiance en un regard. C’est idiot, après tout elle ne le connaissait même pas. Mais elle n’en n’avait pas besoin. Il suffisait de fixer ses pupilles sombres pour se sentir en sécurité. Au début, cette sensation la gênait, pudique. Mais c’est quelque chose qu’il ne saura probablement jamais et c’était mieux comme cela. C’était toujours mieux lorsque l’on ne disait rien.

    ▬ Viens, on va aller chercher des vêtements… Je pense savoir où on peut en trouver

    Acquiesçant, elle vit son compagnon de voyage (ou de travail) s’échapper, lui laissant le temps de se changer. Son regard défilait sur les différentes tenues qui étaient devant elle, il fallait avouer que certaines n’étaient pas même envisageables. Finalement son choix se porta sur une robe au blanc légèrement transparent, deux ailes d’Isis ceinturant sa taille et se déployaient sur sa poitrine alors que le bas léger était coupé de chaque côté. C’était bien loin des tenues qu’elle portait habituellement, mais autant se mettre dans le jeu après tout ? La Russe essaya de rassembler en une tresse qu’elle laissa tomber sur une de ses épaules. Avec sa peau blanche qui semblait ne pas avoir vu le soleil depuis des années et ses yeux bleus comme deux saphirs, il était sûr qu’elle se ferait remarquer ne serait-ce qu’un peu. Néanmoins, Konstantine se rappela de la population grecque venue s’installer en Egypte après l’arrivée d’Alexandre le Grand et espérait qu’on pourrait la croire comme telle.

    Lorsqu’elle rejoignit Judah, la Russe était encore partagée entre l’excitation et la peur, toujours présente, presque immuable. Mais l’envie d’explorer était bien trop forte dans son esprit, vivre ailleurs, dans un autre temps, loin de son quotidien … C’est à peine si Konstantine ne voulait pas rester enfermée dans cette salle le reste de sa vie. Ici tout semblait simple et avait un goût délicieux. Ils furent rapidement dehors, un air léger contrebalançait la chaleur qui régnait en maitre. Si les premières secondes, la blonde fut aveuglée par le soleil, les secondes suivantes elle resta muette. Devant elle le marché s’agitait, des épices, des plats, des bijoux, des encens, des prières, des amulettes, le tout rythmé par une musique. Un sourire vint s’inscrire sur ses lèvres presque instantanément, c’était juste un rêve.

    ▬ Quand j’étais petit, mes parents m’emmenaient sur leurs sites de fouilles, et me donnaient des pinceaux, des racloirs pour nettoyer les sites qu’ils avaient mis à jour. Et il m’est déjà arrivé de me retrouver à nettoyer une place de marché comme celle-ci. Sur le sol, on pouvait voir, gravé dans les dalles, les emplacements des différents marchands. D’un côté les vendeurs de fruits et légume, de l’autre, ceux qui s’occupaient de la viande, des fruits de mer et du poisson, et à part, tous les marchands ambulants, et les artisans qui proposaient vêtements, perruques, cônes de parfum et petits meubles. Ca me faisait rêver, à chaque fois, je m’imaginais faisant mes courses ici, choisissant les meilleures dates, les grenades les plus juteuses, et la Perche du Nil la plus fraiche. Ce que je ne savais pas, c’est que c’était aussi animé.

    Qu’est-ce -qu’elle aurait donné pour avoir des parents pareils. Pour vivre ça. C’était bien loin de son histoire, du froid de sa Russie, l’envie de briser ce moment n’était pas venue. Elle se tut. Juste quelques secondes. Le temps de montrer qu’elle l’avait bien entendu. Désormais leurs regards étaient plongés sur les danseuses qui se mouvaient, suivie bientôt par des passants. On dirait une véritable fête qui naissait devant eux et Konstantine était ravie. Voyant que Judah tapait du pied, elle prit une initiative pour une fois dans sa vie. Elle sortit de son mutisme :

    ▬ Tu as eu de la chance, tu sais. Ce n’est pas donné à tout le monde de vivre des choses pareilles. Mais puisqu’on y est, il faut en profiter. Allez vieeeens !

    Le prenant par la main, elle l’emmena au centre de la foule, sans jeter un regard en arrière. Lorsqu’elle lâcha sa main, ils étaient face à face et juste à côté, un homme jouait du tambourin. Hypnotisée par les danseuses, il lui fallut plusieurs secondes avant de commencer à danser. Mais très vite, les mouvements lents s’enchaînaient en rythme alors qu’un sourire innocent triomphait sur ses lèvres rosées. Fermant les yeux, ses pas la guidèrent de longues minutes. Elle ne pensait à rien d’autre, pas même au devoir qu’ils devaient rendre. Elle profitait, tout simplement.

    Lorsqu’elle les rouvrit, son sourire disparut peu à peu. Autour d’elle les gens dansaient, riaient, s’amusaient. Mais ce qui l’inquiétait dorénavant était le fait qu’elle avait divagué et qu’elle ne voyait plus Judah. Lentement sa décontraction et son plaisir s’amenuisèrent comme une cigarette bientôt éteinte, cendre après cendre. Ses démons semblaient ressurgir, la laissant tel un pantin, sans savoir quoi faire. Une boule naissait dans le creux de son ventre, le stress commençait doucement à s’insinuer dans son corps, comme un lent venin désagréable. Ses névroses prirent le dessus. Le monde, la foule. Ils étaient trop. Tous là. Ils l’emprisonnent. Dégagez, laissez-moi passer. Mais elle ne bougeait pas.

    ▬ JUDAH !

    Des regards se retournèrent vers la Russe affolée qui cherchait du regard son compagnon de voyage, son point de repère parmi les visages inconnus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 282
    ♦ PSEUDO : Judah Lévy Benathan
    Masculin ♦ CREDITS : Sabetha_B.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 10/12/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année : Maarifa Sihr.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Via con me ✖ Feat Judah   Mer 23 Jan - 19:40


C'était une vision agréable, même pour lui qui ne connaissait quasiment pas Konstantine, que de la voir danser sans penser à ce qui pouvait bien se passer autour. D'abord, il se contenta donc de la regarder se mêler, visiblement confiante, puis, il se décida à la rejoindre, lui aussi, se laissant aller à cet élan de joie qui ne pouvait que vous prendre aux tripes à l'écoute de cette musique entrainante et pleine de bonne humeur. Mais sa joie fut de bien courte durée. De partout autour d'eux, la foule s'éparpilla, le bousculant, bouchant la vision qu'il avait de Konstantine. Au fond de lui, il savait que ni l'un ni l'autre ne risquaient quoi que ce soit, puisque cette salle était magique, mais... et s'il se trompait ? Et s'il arrivait quelque à la jolie Russe alors qu'elle comptait sur lui ? Du moins était-ce le sentiment qu'il avait. Elle qui paraissait si méfiante au premier abord, un peu renfermée, et à peine assez à l'aise pour avoir une véritable conversation avec lui l'avait tout de même suivit ici, et avait eu l'air de se laisser aller peu à peu à profiter d'une chance qu'elle n'aurait peut-être jamais plus la chance de vivre.

Quelques instants plus tard, il l'entendait crier son prénom, visiblement paniquée. Il s'efforcer de garder tout son sang-froid, et cria en retour, tentant tant bien que mal de recouvrir le bruit de la musique, des chants qui s'y étaient ajoutés et de la population en liesse, véritable cacophonie au milieu de laquelle il avait du mal à percevoir la voix douce et voilée de sa jeune camarade.

- Konstantine, continue à m'appeler, je vais essayer de te retrouver au son de ta voix !

Heureusement, il l'aperçut un petit moment plus tard, et joua des coudes pour la rejoindre, attrapant son bras afin de l'entrainer un peu à l'écart. Le souffle court, il ne s'arrêta que lorsque le bruit des percusion et des voix se furent un peu assourdies, et s'appuya contre le mur d'une maison. Autant l'aventure avait très bien commencée, autant il n'était pas sûr d'apprécier ce nouveau rebondissement. Visiblement, les problèmes que l'on pouvait rencontrer de nos jours existaient déjà à l'époque, et le moins que l'on puisse dire, c'est que les gens n'avaient d'yeux et d'oreilles que pour leur entrain à faire la fête, et rien d'autre ne comptait. Mais plutôt que de se laisser aller à se plaindre, et dans le but de rassurer un peu Konstantine en lui changeant les idées, il changea de sujet.

- Pourquoi crois-tu qu'ils font tous la fête ? Peut-être est-ce la période de la crue, et ils célèbrent Osiris pour leur avoir apporté une si bonne inondation ? Ou alors, leur armée a vaincu une armée ennemie quelque part sur le continent... Je ne sais même pas à quelle époque précise nous sommes..

Rien dans ce qu'il avait étudié ne l'avait jamais préparé à vivre ça. Avec ses parents, il avait visité les sites les plus privés, les plus secrets, des sites que très peu d'historiens connaissaient, et dont le grand public n'avait aucune idée de l'existence, encore moins les moldus. Il avait eu accès à des objets d'une grande valeur, et rêvé des heures entières à ceux qui les avaient commandés, conçus, à tous les intermédiaires entre la demande et l'obtention de ces oeuvres d'art venus d'une époque. Il imaginait la vie de chacun d'eux, leurs croyances et leurs allégences, le quartier de la ville d'où ils venaient, et tout ce qui faisaient d'eux des individus à part entière.

Mais maintenant qu'il était ici avec Konstantina, c'était des individus de chaire et d'os qu'il avait face à lui, avec leur caractère, leurs défauts, ancrés dans le contexte de l'époque. Ils n'étaient plus seulement imaginaires, ils ne vivaient plus seulement dans sa tête et dans ses rêves de gamin, ils étaient là, tout près, vaquant à leurs activités car pour eux, c'était la chose la plus normale du monde. Ca le remplissait de joie et l'effrayait en même temps, cette impression qu'il avait que les choses n'étaient pas telles qu'elles l'auraient du. Il avait toujours envisagé, à tort ou à raison, le passé comme très virtuel, à peine réel, oubliant au passage de considérer que quelques milliers d'années avant sa venue au monde, ces gens vivaient vraiment et se considéraient comme la civilisation la plus avancée qui soit, et qui serait jamais, prévoyant de tout faire pour que jamais on ne les oublie. Et Merlin sait que personne ne les avait jamais oubliés.

- Konstantina, est-ce que ça va ? Demanda-t-il finalement en s'approchant de la jeune femme afin de poser une main hésitante sur son avant-bras. Nous pouvons rentrer, si tu veux, on reviendra demain, ou un autre jour. Nous avons le temps pour ce devoir..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Via con me ✖ Feat Judah   

Revenir en haut Aller en bas
 

Via con me ✖ Feat Judah

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Juju et la maudite ligne de Storybrooke [Feat. Judah]
» Just the same //feat Matt'//
» Kang Chang Min feat. Yong Jun Hyung
» Papa ? [feat Isha]
» What about playing chess?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Elderwood Salles de cours ─
 :: ─ Premier étage. :: ─ Salle des époques
-