Partagez | 
 

 Parce que l'éducation, c'est l'affaire de tous *libre*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Parce que l'éducation, c'est l'affaire de tous *libre*   Mer 28 Aoû - 16:07

INFORMATIONS SUR LE SUJET


Date : Quelque part après le deuxième cours de duel

Intrigue en cours : Un peu avant la tenue du match prof élève[/i]

Protagonistes : Charles et une maman fâchée

Statut du sujet : Libre - vous pouvez peut-être poster votre intention de participer en réponse, quelque chose comme -message en cours de construction-, pour être certain de ne pas vous faire damer le pion. Pas limité quand au nombre de participant. -16 ans : langage vulgaire (désolé).

Intervention du MJ : Si la folie lui en prend.



“Écoutez, Madame LeBoeuf, je ne sais pas combien de fois je vais devoir vous le répétez, mais nous n’avons eu qu’un cours et demi jusqu’à présent, et je crois que votre intervention est relativement précoce. Bien que votre implication soit toute à votre honneur. »

Dans un nouvel effort de se débarrasser de son aussi harcelante qu’intransigeante visiteuse, Charles tenta de trouver asile dans le no women’s land qu’était la toilette des hommes. Sans grand succès.

“Et moi, Professeur Taylor, je ne sais combien de fois je vais devoir vous répéter que je trouve vos méthodes d’enseignement particulièrement questionnables. ET sachez que même si vous tentez de vous sauvez à travers toute l’école, je ne vous lâcherai pas tant que je ne serai pas convaincue que le futur de fille unique ne soit entre les mains de pédagogues compétents!»

Le fait qu’il baisse sa braguette et libère les flots ne la débouta qu’une courte seconde, le temps qu’elle ne se retourne sur elle-même le plus naturellement du monde.

“Et qu’est-ce que c’est que cette histoire de cours et demi ? Comment peut-on donner un demi cours ? »

Madame LeBoeuf était arrivée inopinément à l’aube, chaussée des grands sabots et de l’air que son patronyme laissait présagée, et ne lui avait pas laissé une seconde de répit depuis, alors que l’heure du lunch approchait. Manifestement quinquagénaire frustrée d’une existence dénuée de hauts et de bas, elle s’était manifestement lancée en croisade ce matin contre ses pratiques d’enseignement. Mission qui, objectivement, tenait la route, il fallait se l’avouer, mais qui dans l’état actuel des choses, était complètement prématuré. Il était bien trop top dans l’année scolaire pour que qui que ce soit clame raisonnablement son incompétence.

Mais Charles n’en pouvait plus.

“Je ne sais pas ce que votre sainte descendante a pu vous raconter, mais ce que MOI je peux vous dire, c’est qu’elle beaucoup moins préoccupées par ses coups de baguettes durant les cours que par ceux qu’elle anticipe recevoir une fois la nuit tombée, et que ce n’est clairement pas entre les mains d’un pédagogue, aussi qualifié soit-il, qu’elle souhaite s’abandonner.»

Dans les faits, il n’avait aucune idée de qui pouvait être la petite Leboeuf, et encore moins de la frivolité avec laquelle elle dispensait du charme. Mais l’air outré qu’il provoqua sur le visage de son interlocutrice lui arracha un sourire, alors qu’il quittait la salle sans se laver les mains, porté par le faible espoir que de dégoût de toucher à la porte à son tour elle ne reste enfermée derrière. Que nenni!

“Comment OSEZ-VOUS parler de ma fille de cette façon ?! De quel droit… »

“Du droit de celui qui enseigne à votre fille, madame LaVache LeBoeuf, et qui a la chance de la côtoyer à chaque jour, puisqu’elle habite en ces murs. Je ne sais pas exactement ce que vous vous imaginez, mais c’est une jeune femme maintenant, et sa réussite académique ne constitue que l’un des tableaux sur lesquels elle souhaite performer, et…»

Il aurait dû écouter avec plus d’attention le Dr Phil, car manifestement, sa tentative de botter en touche n’était pas tombée hors jeu.

“Ah oui ? Alors dites-moi donc, Mr le Professeur je sais tout, comment est-ce que d’apprendre à attacher les mains dans le dos des jeunes étudiants russes va aider ma précieuse fille à performer sur le tableau académique ? Vous essayer d’entretenir la guerre froide de votre peuple, hein ? Je le savais bien, que cette école tenterait de politiser nos enfants selon ceux qui tirent les ficelles! »

“For Christ sake, pour la millième fois, je suis Néo-Zélandais! J’ai peur que des microbes philippinos ne viennent saccager mon écosystème, pas que des missiles russes détruisent l’univers!»

“N’empêchent que si vous passiez moins de temps à propager vos idées racistes et plus de temps à apprendre à nos jeunes à se battre en duel, il y en aurait peut-être moins qui décèderait dans cette école de DÉMENTS! »

Mettant la main sur sa baguette, il manqua lui donner une leçon privée sur le coup. Gratuite! Mais il trouva la force de se calmer. Et d’essayer de la calmer, elle.

“Votre solution est donc de convaincre de jeunes sorciers qu’ils sont de tailles à affronter des bêtes sauvages, qui font trois fois leur taille et dont la gueule est capable de se refermer sur sa tête ? Des bêtes capables d’affronter des aurores chevronnés ? Nameless n’est pas un camp des forces spéciales, Madame LeBoeuf. J’y étais, lors de cette funeste nuit, et rien n’aurait pu nous y préparer. Maintenant, je comprends que vous vous souciez de l’avenir de votre fille, et que vous souhaitez vous impliquer, mais donnez-moi une chance : nous sommes la dernière école de sorcellerie encore en fonction. Nous avons pu recueillir les meilleurs professeurs de huit écoles différentes. Vous croyez VRAIMENT que je serais ici si je ne savais pas ce que je faisais ? »

Victoire ? Elle demeura songeuse un moment, alors que Charles arrêtait de respirer. Mais la bête avait encore des forces…

“Ne tentez pas de jouer avec mes émotions, Professeur. J’exige de voir votre plan de cours. Parce que si je vous laisse gentiment votre chance, comme vous le demandez, et que vous vous échouez lamentablement, comme je le crois, alors il sera non seulement trop tard pour ma fille, mais pour tous les sorciers et sorcières de sa GÉ-NÉ-RA-TION, vous comprenez ? Je ne suis pas une héroïne, mais je ne peux pas prendre ce risque. J’aime trop l’humanité… »

*Ouais ben l’humanité, elle te hait, conn…* [i]

Il cligna des yeux bêtement quelques secondes, à la recherche d’une solution autre que de l’abattre. Solution qui se présenta sous la forme d’une pauvre victime insouciante qui ne faisait que passer par là.

Charles s’empressa de prendre la dite victime par l’épaule.

“Je suis vraiment désolé, Madame LeBoeuf, cela ne va malheureusement pas être possible. Bien que je vous ai cordialement consacré ma matinée, j’ai un horaire surchargé et de nombreux projets en cours. Des projets éducatifs, vous vous imaginez bien. Ayant pour focus cette jeune personne.»

Dite personne dont il n’avait pas la moindre idée de l’identité, et qui ne participait certainement pas à son cours.

“En effet nous, hem… récréons… la vie de Bubashi. Il est très certainement, de tous les hommes dont l’histoire nous a été transmis, celui qui a repoussé le plus les limites et la conception des duels. C’est un projet intégratif de longue haleine, auquel participe quatre professeurs de différents domaines, et malheureusement, non, il est hors de question que vous assistiez. Je vous souhaite donc une bonne journée, et nous nous reverrons après le premier semestre, si vous le jugez nécessaire. Merci bien de votre visite.»

“Pas si vite, professeur, »l’interrompa-til avant de s’adresser à l’élève.

“Dis m’en donc un peu plus, je t’en prie. Qu’est-ce que tu en penses, de ce projet ? Et n’aies crainte : si ton professeur tente de t’intimider, je te défendrai devant la direction.»

Charles se tourna vers l’élève, le regard suppliant implorant qu’on le sauve et qui semblait dire :

[i] *Si tu me sors de ce pétrin, je te promets que je t’emmène sur le champ à Disney Land…*


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 17
    ♦ PSEUDO : Narja / Flamina
    Féminin ♦ CREDITS : Narja
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 18/08/2013
    ♦ AGE : 25
    ♦ LOCALISATION : En train de bosser... ou de s'entraîner?



Revelio

MessageSujet: Re: Parce que l'éducation, c'est l'affaire de tous *libre*   Mer 28 Aoû - 21:15


Parce que l'enseignement, c'est l'affaire de tous.
Katana déambulait dans un couloir, le dos bien droit, et un manuel ouvert sur l’avant bras, comme à son habitude. Le lourd ouvrage pesait de tout son poids, mais qu’à cela ne tînt, elle avait chaussé ses habituelles lunettes rectangulaires à monture rouge qui lui permettaient une lecture aisée sans se fatiguer la vue. Et donc, elle étudiait en marchant. Un mauvais pli qu’elle avait pris à Huan Shu, et dont elle n’avait pas prévu de se débarrasser de sitôt. A l’angle d’un couloir, des pas se rapprochant lui apprirent l’imminence d’une rencontre. Elle leva le nez de son livre juste à temps pour éviter la collision avec un élève qui déboulait. Il ne s’excusa même pas d’aller aussi vite ! Ces jeunes, plus aucun respect… Enfin, là n’était pas la question, pour ce qui était du respect et de l’éducation, cela faisait un bon moment que la jeune japonaise avait cessé de pester, elle s’était tout simplement fait une raison, sur ce plan là, Elderwood était décadente, point.

Dès lors, elle put reprendre sa route d’un pas posé, et continuer la mémorisation de sa lecture. Sa meilleure amie lui avait prêté un ouvrage tout à fait intéressant sur les plantes aquatiques méridionales, et la botanique ainsi que les potions étaient précisément deux de ses options pour cette huitième année. Autant dire que le volume qu’elle promenait dans les couloirs de l’école tombait fort à propos. Elle tourna une page, et bifurqua dans le même temps dans un couloir. Marcher lui permettait de mieux exercer sa mémoire par une action répétitive et rythmée qu’elle se plaisait à exercer.

Mais voila qu’un nouvel élément perturbateur survenait. Des éclats de voix, oui, elle les percevait. Elderwood était si bruyante, si impropre à la concentration et à l’étude. D’un coup sec, la jeune femme referma le livre jucha ses lunettes sur le sommet de son crâne, et se rendit auprès du lieu de l’altercation. En fait d’altercation il y avait un jeune enseignant aux prises avec une vieille femme, qui étaient-ils ? Mystère… En s’approchant d’un peu trop près, Katana reconnut l’enseignant, c’était ce nouveau venu, là, Taylor-senseï, ou quelque chose comme ça, tandis qu’elle se faisait prendre à parti. L’enseignant l’attrapa par l’épaule – première erreur – et débita des inexactitudes en tentant de l’éloigner – deuxième erreur. Au Japon, Katana en aurait frappé pour bien moins que cela, mais… son père le lui avait répété maintes et maintes fois, pardonne l’ignorance la première fois, et frappe doublement la seconde fois de façon à ce qu’il n’y ait pas de troisième fois. La femme les interpella à nouveau, l’interrogeant directement.

Il fallait donc régler les problèmes un à un avec la distinction qui s’imposait. Livre sous le bras, la jeune fille ôta ses lunettes pour qu’elles ne tombent pas au sol, et commença par siffler entre ses dents à l’adresse de l’enseignant la phrase suivante.

« Veuillez ôter cette main de mon épaule, Senseï, l’enseignement ne vous donne pas droit de familiarité. »

Puis elle s’inclina devant la femme visiblement aussi ombrageuse qu’un jour de tempête. Il allait falloir qu’elle cesse également ces discours grandiloquents, ils était tout à fait déplacés dans un tel lieu, si proche des classes.

« Taylor-senseï a dû faire erreur sur la personne, je ne suis aucun cours de duel et n’effectue pas de recherches en ce domaine. Je suis en cursus Recherche et Invention, spécialisée dans l’Alchimie, Madame. Cependant, si vous pouviez éviter de parler avec tant de force et de véhémence si proche des classes, je vous en serai infiniment reconnaissante, il y a des élèves qui y étudient, et un travail efficace ne sautait qu’être accompagné de calme, de silence et de paix. Si vous souhaitez poursuivre cette querelle, il serait sans doute préférable de la reporter en d’autres lieux. »

Elle fit un petit sourire en coin, à la mention d’une défense devant la direction, et inclina à nouveau la tête.

« Je n’ai nul besoin d’être défendue, Madame, je vous remercie néanmoins de votre sollicitude. Rassurez-vous, la plupart d’entre nous ont suffisamment de verve et de droiture pour faire remonter à qui de droit les incidents qui pourraient survenir. »

Ne restait plus qu’à enfoncer le couteau dans la plaie à l’attention de cet inopportun, après tout, il avait tout de même commis deux grossières atteinte au Bushido, la familiarité, et le mensonge. Deux erreurs impardonnables s’il avait été samouraï. Fort heureusement, il n’était sans doute qu’enseignant.

« Senseï, que faites-vous encore là ? N’avez-vous aucun cours à préparer ? Aucun enseignement à dispenser ? Je pensais que vous attendiez une de vos élèves, elle doit être du côté de votre bureau, non? »

Et tout ceci prononcé sur le même ton égal, et avec le même sourire poli. Qu’il y trouvât à redire, seulement ! Katana n’avait pas pour habitude de délaisser bien longtemps ce que sa conscience lui dictait, et l’attachement ineffable qu’elle vouait à ses coutumes était bien trop profondément ancré pour qu’elle s’en débarrassât de sitôt.

© Narja - S. Amakusa pour Never Utopia
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Parce que l'éducation, c'est l'affaire de tous *libre*

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haïti-Éducation: Pourquoi nos meilleurs élèves s'exilent-ils?
» [Jeu stupide comme d'hab] J'envie X parce que...
» Haiti-Politique :Fonds national d’éducation : illégale, la méthode utilisée
» L'Éducation: Antidote contre le racisme - y compris le racisme anti-soi-même
» micah ✄ « ce n’est pas parce que tu parles que tu es intelligent. » 25.06.11-03H00

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Elderwood Accueil ─
 :: ─ Rez-de-chaussée.
-