Partagez | 
 

 Afterparty » Wyatt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 102
    ♦ PSEUDO : Bonnie Blue
    ♦ CREDITS : Mistaken
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/02/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24 ans, habitante, ancienne Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Afterparty » Wyatt   Dim 28 Avr - 19:27


Toujours perchée sur son tabouret, Branwen regarda autour d’elle d’un air désabusé. L’équipe de secours avait fini par vider les lieux, laissant des traces de boue et de vodka partout sur le sol. Ne restaient plus que le barman – Wyatt – et la locataire en pyjama – elle.
Se laissant glisser par terre, elle s’empara des verres qui trainaient et commença à les empiler. Ranger lui évitait de trop penser. Tous ces sentiments. Toute cette agitation. Aurait-elle un jour des amis, des étrangers, des voisins, capables de tout plaquer pour venir la soutenir ? En cet instant, Branwen ne les voyait pas comme des poids inutiles susceptibles de faire souffrir, ni comme des chaînes à son pied. En cet instant, elle regrettait presque d’être si solitaire.
Un sentiment bien vite effacé quand elle contempla, consternée, la pile de bouteilles vides, et les traces sur le sol. Les fantômes, eux, ne laissaient pas de traces, pas plus qu’ils ne l’obligeaient à se lever la nuit.
Récupérant un torchon qui traînait, elle se mit à essuyer les verres lavés, d’un geste machinal. Garder les yeux fixés sur ses mains était une bonne technique pour ne rien avoir à dire. Non pas que le silence soit gênant : pour une fois, elle n’était ni tendue, ni gênée. Juste fatiguée. La nuit avait été longue, étrange à défaut d’éprouvante. Et puis de toute façon, ils avaient depuis longtemps passé le cap de la tension, n’hésitant pas à s’insulter si le mécontentement se faisait ressentir.
Elle n’avait même pas besoin de faire la conversation, et aurait pu se contenter de lancer son torchon sur le visage de Wyatt avant de tourner les talons. A la place de quoi, elle esquissa un sourire et décida qu’elle s’était suffisamment tue pour la soirée.
▬ J’espère que tout ira bien pour Louka, réfléchit-elle à voix haute, avant de réaliser qu’elle le pensait.
Non pas qu’elle n’ait pas envie de passer une autre soirée à disserter sur l’inutilité de la partie masculine de l’espèce humaine en compagnie d’inconnus, le tout arrosé d’alcool qu’elle était la seule à ne pas boire. Simplement, ce genre de prouesses sociales, une fois par mois, ça suffisait.

Finalement, elle vint à court de verres et se rendit compte qu’elle n’avait plus guère d’excuses pour rester à traînasser en bas. Un coup de baguette magique et le sol s’était nettoyé, retrouvant l’aspect froid et hygiénique qui convenait à un restaurant. Qui lui convenait, à elle, sorcière aseptisée au possible.

▬ Bon, dit-elle finalement, comme le silence perdurait. Bonne nuit.
Dehors, la nuit était douce ; elle pouvait presque sentir la brise par la fenêtre que les autres avaient laissée entrouverte. La sensation était agréable. Reposante. Elle n’avait plus tellement envie de penser. Juste de se laisser aller, de s’enrouler dans sa couette et de sombrer dans un sommeil de plomb. Peut-être même qu’elle irait se baigner. Elle suspendit le chiffon sur le côté du comptoir et fit le tour pour rejoindre l’escalier. Pourtant, elle ne fit que trois pas, hésitant un instant à laisser parler ses pensées. Si la soirée avait été propice aux confidences, elle avait comme l’impression que le sport qui consistait à s’autoflageller pour aider les autres à se sentir mieux n’était pas encore tout à fait au point.
▬ Tu as tort, tu sais. Tu n’es pas aussi nul que tu le crois.
Une soirée avec des gens et elle disait des choses gentilles. Soit elle était vraiment trop influençable, soit le monde tournait vraiment à l’envers. Dans un cas comme dans l’autre, elle était lasse, lasse de tout ce charivari sentimental. Il était grand temps de retourner à son apathie habituelle. Laissant à Wyatt le soin de décider s’il était quand même nul, mais pas trop, ou s’il pouvait se considérer comme absolu de tous ses pêchés par la vertu d’un compliment, elle fixa un instant la surface cirée sans mot dire avant de récupérer son gilet. C’était décidément une nuit bizarre.
▬ Bonne nuit, répéta-t-elle.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 48
    ♦ PSEUDO : A. (et oui c'est moi)
    ♦ CREDITS : (c) mafdet
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/04/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

MessageSujet: Re: Afterparty » Wyatt   Mar 11 Juin - 10:26


    Wyatt & Bran - I knew you were troubles.

    Wyatt regarda la péniche se vider d'un oeil morne, avisant la bouteille de Vodka qu'ils avaient commencé à descendre, son coeur balançant entre deux options qui conditionnerait la suite de cette étrange soirée : la finir ou la ranger. Branwen sauta de son tabouret et emporta les verres. Ce serait donc ranger.
      - Tu sais, t'es pas obligée d'faire ça maintenant, déjà qu'on t'a réveillée ...(Oui, normalement, il aurait dû faire celui qui en avait rien à foutre de déranger, mais force était de constater que ce n'était pas le cas.) En plus, tu sais bien qu'en tant que patron exécrable, je n'rémunère pas les heures supp'.
    Il avait ajouté ça avec un sourire caustique, un de ceux qui s'étirent seulement d'un côté du visage et vous font pencher la tête. Il n'essayait pas réellement d'améliorer sa réputation, même s'il était vrai qu'en comparaison à l'état de nerfs dans lequel il était arrivé sur cette île, il s'était passablement adoucie. « Mais t'as toujours rien d'un angelot » compléta sa conscience, et il s'accouda au bar pour se masser la tempe.
    Depuis qu'ils avaient entamé la reconstruction du bateau et l'ouverture du bar-restaurant, Wyatt ne buvait presque plus, toujours simplement plus accaparé par le travail et l'envie de réussite. Les deux verres de Vodka qu'il avait bu avec les autres avaient laissé quelques traces de migraine sur leur passage et la fatigue se faisait sentir. Cependant, il ne pouvait pas se résoudre à laisser son employée ranger toute seule et filer dans sa cabine, ç'aurait été incorrect. Depuis quand s'en souciait-il ? ... Depuis qu'il se souciait d'elle, sans doute. Elle lui avait redonné envie de se soucier d'autre chose que ses fesses athlétiques et de regarder autour avant d'agir en parfait abruti je m'en foutiste. C'était plus difficile que de se considérer comme le seul être de valeur à la ronde, mais pas forcément désagréable, car ces autres le lui rendaient plutôt bien. Sur le bateau, une bonne ambiance régnait entre tous les membres de l'équipage. Le "patron exécrable", c'était fortement exagéré et beaucoup d'auto-dérision faisant allusion à son mauvais caractère, bien que celui-ci se soit aplani. Le fait d'avoir réalisé son rêve le plus cher aidait sans doute aussi, en plus de la présence de Branwen qui avait le don de le calmer et le rendre plus ... Humain. Il ne se l'expliquait pas vraiment. Mais, à présent, il avait un avenir devant lui et ça, personne ne pourrait le lui enlever. Au tout du moins, il ne laisserait personne essayer.
      - J’espère que tout ira bien pour Louka. Releva la rouquine qu'il rejoint avec un torchon pour prendre part aux tâches "ménagères".
      - Évidemment. Si une femme avec son standing et sa beauté ne trouve pas un autre homme dans le mois pour tomber amoureux d'elle et la traiter comme une princesse, alors nous sommes tous perdus. Commenta-t-il sobrement en se grattant la barbe.
    Elle était un peu trop longue et lui donnait ce côté négligé qui rappelait le marin d'autrefois, qui naviguait sans but et faisait fi du rasoir. Le silence qui suivit le crispa, d'autant plus lorsque Branwen se congédia. Il venait de faire éloge de Louka devant elle et se sentit soudain embarrassé de son manque de délicatesse. Pourquoi se sentait-il si mal d'avoir simplement énoncé des vérités ? Pourquoi pensait-il que ce n'était pas la chose à faire et voulait-il se rattraper ? Il n'y comprenait rien mais c'était ainsi qu'il le ressentait et il se racla la gorge, sans trouver quoi dire ni quoi faire, se sentant complètement ... Idiot. Et inutile.
      - Bon. Bonne nuit ...
    Et il resta planté comme un parfait imbécile, à la regarder s'en aller alors qu'il avait envie de la retenir. Il avait envie qu'elle reste, encore un peu. Il n'avait jamais eu envie de retenir personne ... A part Raphaëlle qui, elle, avait brûlé tous les ponts. Il avait été forcé de la regarder le quitter. Mais là, il pouvait faire en sorte qu'elle reste. Qu'elle soit là. Seulement, il était perturbé par ce besoin. Il n'était pas nabot au point de ne pas avoir un pressentiment sur son origine et c'était sans doute ce qui le mettait le plus mal à l'aise. Contre toute attente, il n'eut rien à faire, elle interrompit sa course et se retourna vers lui. Leurs yeux se rencontrèrent. Les siens ne l'avaient pas quitté une seconde, ils avaient longé son dos, ancrés sur elle comme s'il s'agissait potentiellement de deux grappins qui pouvaient la ralentir.
      - Tu as tort, tu sais. Tu n’es pas aussi nul que tu le crois.
    Un rire impromptu lui échappa, à demi étouffé entre ses lèvres qui ne s'étaient pas réellement ouvertes. Il ne savait pas vraiment pourquoi il riait. Par soulagement ? Parce qu'il était touché ? Parce que cette petite chaleur allumée dans le creux de ses intestins le chatouillait ? Elle déporta son regard vers le sol, prit son gilet et ne le vit pas faire le tour du bar pour arriver jusqu'à elle.
      - Bonne nuit. Réitéra-t-elle alors qu'il lui volait son gilet et reculait de trois pas, ce qui était une tactique de chieur, il le savait bien, mais il n'avait pas non plus complètement changé !
      - C'est cruel d'attiser ma curiosité et de te dérober sans plus d'explications. J'aimerais savoir ... ce qui fait de moi un mec pas si nul que ça. Ton avis ... m'intéresse. Lâcha-t-il dans un espèce de sourire à la fois taquin et réellement curieux, presque avide, comme ... Impatient. C'est vraiment curieux, que soudain ... Tu m'aimes bien. Ajouta-t-il dans un impétueux haussement de sourcils sans équivoque.
    Mais ce qui était le plus curieux ... C'était qu'il l'avait espéré. Qu'il l'aimait bien aussi, sans vouloir se l'avouer plus que ça. Qu'il ... était pendu à ses lèvres, là, même s'il jouait les mecs détachés et faisait semblant de vouloir flatter son égo en écopant de plus fougueux compliments. Il voulait savoir ... mais il savait aussi exactement ce qu'il voulait entendre. Alors, pour l'heure, il était suspendu entre deux états.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Afterparty » Wyatt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Le défis de Bray Wyatt
» ROBERT WYATT
» 4-La libération du Rock (Abyss-Bray Wyatt)
» Wyatt, Triple H, and Sister Abigail..
» La nouvelle musique d'entrée de Bray Wyatt [NO FAKE]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Nameless ─
 :: ─ L'île Marchande. :: ─ Le Sea Palace
-