Partagez | 
 

 Chienne de vie [Meleager]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 41
    ♦ PSEUDO : Seam
    Masculin ♦ CREDITS : /
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2013



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Chienne de vie [Meleager]   Mar 12 Mar - 16:11



Intrigue en cours : « J'ai toujours rêvé d'être... »
Protagonistes : Seamus Hodgkin, Meleager P. Baskerville
Statut du sujet : Privé
Intervention du MJ : Non


« Quand tout baigne, il y en a forcément un qui coule. »


La vie est une chienne. Quoi ? Vous l'ignoriez ? Regardez autour de vous. La tartine tombe côté confiture, les plumes font des tâches d'encre même en étant soigneusement épongées avec du buvard, et il n'y a que les glandeurs qui réussissent. Telles étaient les fraîches et guillerettes pensées qui occupaient l'esprit de Seamus en ce début d'après-midi ensoleillé où chantaient les alouettes. Il allait se pendre. Ou plutôt non, il allait le pendre. Par les pieds. À un crochet de boucher. Et il allait le laisser comme ça jusqu'à ce qu'il ait séché comme un pruneau.

Le "il" en question s'appelait en réalité Meleager Quelquechose Baskerville, un type qui, d'aussi loin qu'il se souvienne, n'avait jamais rien fait d'intelligent. Certes, il était monté sur un balai pour aller taper dans un ballon, mais ceci n'entrait évidemment pas dans la catégorie des choses intelligente à faire de sa vie. Non, vraiment, ce type le désolait et le pire, c'est que quand Seamus s'était mis à travailler sérieusement, à Salem, quand il s'était mis à travailler pour de bon, c'est à lui que sa grandeur s'est heurtée. Et évidemment, dans ce monde ingrat, il n'y a pas de place pour les numéros deux. Seamus était excellent en potion, mais puisqu'il n'était pas aussi excellent que môssieur Meleager, rien de ce qu'il put faire ne fut vraiment, absolument remarquable. Et si encore Meleager avait été un travailleur acharné, plus que lui qui avait étudié jour et nuit, il aurait pu comprendre, mais non. Monsieur s'était contenté de naître, comme ça, grand, beau, barbu, musculeux et bourré de talent. Pendu par les pieds, c'est tout ce qu'il méritait.

Ah, quel soulagement se fut de rejoindre ensuite une grande école de potions, un endroit où il n'était pas. Il put enfin être numéro un. Ce qui ne lui apporta ni amour, ni gloire puisque tout le monde le soupçonnait alors d'avoir payé pour réussir, en nature. Mais enfin, c'était déjà mieux, il faisait des envieux. Quand il arriva à Elderwood, sincèrement, Meleager avait été repoussé au fin fond des anecdotes insignifiantes et inutiles de sa vie, juste en dessous de la vidéo du chat qui dit non. Il avait trop de choses beaucoup plus importantes à penser pour se demander ce qu'avait pu devenir ce crétin, et avait juste vaguement entendu parler de lui et de ses matchs aux détours des journaux. Tant mieux, qu'il s'amuse pendant que lui se consacre à des choses sérieuses.

Quelle ne fut pas sa surprise de découvrir que le professeur de potion, son professeur de potion, qui allait le suivre jusqu'à la fin de son doctorat, si aucun incident regrettable et horriblement douloureux ne lui arrive avant, ce professeur n'était autre que Meleager Baskerville. Depuis l'instant où il avait apprit la nouvelle, au secrétariat, Seamus ne croyait plus en l'Humanité, mais peu importe, il n'y croyait déjà pas beaucoup de toute façon. Il n'allait pas se laisser abattre.

Après une nuit à donner des coups de poing dans son oreiller en maudissait ce monde cruel et ce type qui représentait tout ce qu'il aurait voulu être, et une matinée à passer ses nerfs sur tous les élèves qu'il croisait et qui avait le malheur d'être plus petits que lui, de se promener seuls et de porter des lunettes, Seamus était prêt. Prêt à rencontrer son professeur.


Professeur, sérieusement, c'était tellement… Bref, passons.

Quelques livres et rouleaux de parchemin sous le bras, Seamus rejoignit la salle de potion où il était censé retrouver Meleager pour… Il ne savait pas trop, parler de sa thèse et des travaux qu'il aurait à faire, probablement, la vérité étant qu'il avait totalement cessé d'écouter la secrétaire dès qu'il avait entendu le nom de son prof, et qu'il avait passé le reste de la conversation à se demander si tout ça était bien réel ou s'il nageait en plein cauchemar.

Il poussa la porte de la salle de potion après s'être perdu cinq bonnes minutes dans les couloirs, et tout ça était bien réel. Meleager était là, avec sa sale tête de… de vrai mec, rah… Il n'avait même pas encore bougé un orteil qu'il l'énervait déjà. Seamus s'avança vers son bureau en lui lança des regards noirs.

« Bonjour, Meleager… »

Parce que professeur, c'était juste pas possible.

« Je vois que tu t'es reconverti… Pourquoi ? C'était pas bien le… Quidditch ? »

Seamus avait craché le mot "Quidditch" comme si c'était une insulte, il lui faudrait la nuit pour écrire tout le mal qu'il pensait de ce sport, mais enfin, il pourrait peut-être changer d'avis si Meleager décidait subitement de s'y remettre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : Rider 0n the Storm
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Chienne de vie [Meleager]   Mar 12 Mar - 18:02


Son thésard, son thésard. Où était le nom de son fichu thésard. Dire que toute l’année passée, il avait réussi à échapper à toute sorte de contrainte administrative. Il n’avait pas autant de chance cette année. Un thésard, plus un assistant. Au final, il était bien trop gentil et il n’avait pu refuser d’aider le pauvre Elijah. Quand au thésard, il n’avait pas eu le choix, ça faisait partie de ses attributions que d’en avoir un. Mais il lui était absolument impossible de se souvenir de son nom. Pourtant, lorsqu’il l’avait lu la toute première fois, il aurait pu jurer connaître le jeune homme sous sa coupe. Au final, ce n’était pas si important. Maintenant, ils devaient surtout se rencontrer, définir le nombre de fois où ils allaient se voir par semaine. Bref, que des trucs bien chiants. Bien installé dans son bureau, il attendait avec impatience le moment où leur rendez vous allait commencer, pour qu’il se termine tout aussi vite et qu’il puisse aller retrouver Arsène pour la soirée.

Un coup d’œil à sa montre lui indiqua que son thésard commençait à avoir du retard. Ca commençait mal, très mal. Finalement, il s’installa un peu plus confortablement pour l’attendre, il n’allait pas rester droit comme un piquet dans sa chaise, pas la peine d’avoir mal au dos. Les pieds sur son bureau, avachi dans sa chaise, il avait complètement l’air du petit branleur de base. Ce qu’il était en fait… Finalement, la porte s’ouvrit et il leva les yeux vers le nouveau venu. Ah oui. Lui. Maintenant, tout lui revenant en flèche. Ce pauvre type qui n’arrivait pas à supporter qu’il soit meilleur que lui en potions. Ou plus populaire, ou mieux loti. Bref, ce mec était juste un jaloux et il était évident qu’il n’allait pas supporter de se retrouver en dessous de lui dans l’échelle sociale. Stupidement et très méchamment, Meleager se sentit surpuissant une seconde. Lui, il gagnait, face à lui et ça lui faisait plaisir de l’écraser encore aujourd’hui. Il ne pouvait pas expliquer pourquoi il avait envie de le savoir en dessous de lui, mais en tout cas, tout ça lui plaisait beaucoup.

Bonjour, Meleager… Bonjour euh… toi… J’m’en souviens plus de ton nom désolé! Un petit sourire sardonique étira ses lèvres alors qu’il plantait son regard dans le sien. Il était vrai que son prénom lui échappait, mais il se souvenait parfaitement de ce type, et même de son nom de famille, mais c’était plus amusant de faire semblant de ne plus le connaître. Il se souvenait aussi de son attitude avec Ashley, de… beaucoup de choses en fait. Et dire qu’il allait devoir travailler avec lui pendant toute l’année, peut être même pendant plusieurs années. Il secoua la tête, pour s’éviter de penser à des choses trop méchantes et soupira finalement. Je vois que tu t'es reconverti… Pourquoi ? C'était pas bien le… Quidditch ? Cette fois, son regard se fit mauvais et il enleva ses pieds du bureau pour se donner plus de prestance. Tous ses muscles tremblaient et finalement sa voix fût plus agressive que ce qu’il aurait souhaité. Tu ne sais pas de quoi tu parles Hodgkin ! T’es qu’un petit con hein ? Sifflante, sa voix était vraiment mauvaise et pourtant il prenait sur lui. Mais toute la souffrance due à son arrêt prématuré se ressentait sur son visage et il n’avait qu’une seule envie, lui péter la gueule. T’as fait exprès hein ? T’es tellement jaloux de moi, que t’essaye de me faire chié, au seul endroit où tu sais que ça me fera du mal ? La douleur qui remontait doucement le rendait mauvais et légèrement paranoïaque, mais il essayait vraiment de prendre sur lui pour ne pas lui sauter dessus littéralement. Tu devrais faire attention à ton cul. Si tu me fais trop chier, j’aurais pas de difficultés à te virer d’ici. C’est moi le prof ici, dommage pour toi. Son regard était mauvais, il l’était vraiment. 5 minutes top chrono et il était déjà en rogne totale contre lui. Il avait voulu se moquer de lui, du coup il se prenait déjà le retour du bâton et il n’aimait pas ça, pas du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 41
    ♦ PSEUDO : Seam
    Masculin ♦ CREDITS : /
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2013



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Chienne de vie [Meleager]   Mer 13 Mar - 14:13

Il fallait le voir, le petit branleur, vautré comme un pacha à son bureau. Mais qui lui avait donné cette place ? Et en plus il se foutait de sa gueule. Seamus serra le poing quand Meleager fit mine d'avoir oublié son nom, il ne pouvait pas l'avoir oublié puisqu'il avait forcément un papier quelque part où il était écris, mais c'était bien plus amusant de le prendre pour un idiot et d'essayer de le descendre, sans doute.

La situation dégénéra très vite, il ne fallut pas plus de trois répliques pour que Meleager lance les hostilités. Seamus, qui n'avait aucune idée de ce qui avait pu se passer fut d'abord un peu surprit par cette réaction. Et vraiment, il allait arrêter d’interroger ses anciens camarades sur leurs changements d'orientation, parce qu'entre la carrière sportive de Meleager et la carrière d'Auror de d'Ashley ça faisait quand même deux fois qu'il mettait les pieds dans le plat. Il recula d'un air méfiant tellement son ancien camarade semblait à deux doigts de se jeter sur lui pour lui mettre un coup dans le nez. Ses inquiétudes furent cependant vite remplacées par la colère quand ce dernier le menaça de le faire virer. Sérieusement, ça ? Un professeur ? Il comptait lui jouer cette chanson-là à chacun de ses coups de sang, sans doute. Quel pauvre type…

Seamus avait beau tenter de ne rien y paraître, il était tout de même plutôt inquiet. Il avait travaillé dur pour en arriver là et ne comptait pas s’arrêté maintenant, et ce type menaçait de bousiller son avenir à leur toute première conversation. C'était quoi la prochaine étape ? Lui casser un bras et prétendre que c'était de la légitime défense ? Malheureusement, il ne pouvait pas lui donner complètement tord. La parole d'un professeur avait toujours un peu plus de crédit que celle d'un élève, même si un élève avait quand même son mot à dire et pouvait tenter de se plaindre de l'attitude d'un professeur. Mais lui n'était pas n'importe quel étudiant, il était Seamus Hodgkin, la Menace, et se traînait une réputation chaotique depuis l'école primaire. Qui irait l'écouter ou le croire ?

Son sentiment d'impuissance et d'injustice n'arrangea en rien son humeur, il tremblait d'une rage contenue quand il reprit la parole.

« Cinq minutes et tu me prouves déjà que tu n'as rien à faire à ce poste. »

Puis une pointe d’inquiétude perça sa voix.

« Je sais pas ce qui t'es arrivé, ok ? Et je veux pas savoir. Si tu crois que ta vie m'intéresse… »

Sur ce, il posa ses affaires sur un coin du bureau – le plus éloigné possible de Meleager – puis alla se prendre une chaise au premier rang et revint au bureau pour s'asseoir à cheval dessus. Il eut un moment de silence où Seamus tenta sérieusement de le tuer des yeux, mais il n'y avait rien à faire, ça ne marchait pas. Finalement, il soupira et tira un rouleau de parchemin et une plume, autant parce qu'il y aurait peut-être des choses à noter que pour se donner une contenance. Et sur le ton le plus dégagé possible, il lança.

« Bon, ceci étant dis… On est censé parler de quoi, aujourd'hui ? »

Il venait de découvrir que, vraiment, ne pas regarder Meleager était préférable, et se mit à écrire la date de son écriture gothique très appliquée, en soupirant. Décidément, il haïssait sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : Rider 0n the Storm
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Chienne de vie [Meleager]   Mer 13 Mar - 18:36


La colère était toujours visible sur le visage du jeune professeur. Personne n’ignorait son accident. Personne ne pouvait ignorer qu’il avait du abandonner sa carrière à cause d’un grave accident. Personne sauf lui ? Etonnament, Seamus n’avait pas l’air d’avoir dit ça pour l’embêter. C’était son genre, mais il n’avait pas… cet air satisfait qu’il aurait du lire sur son visage. Chose qu’il ne voyait pas en fait. Ses sourcils se froncèrent finalement et il se sentit se calmer très vite. De toute façon, il n’était jamais vraiment furieux bien longtemps, mais là, c’était plus rapide que d’habitude, parce qu’il s’était rendu compte que son ancien camarade n’avait peut être pas voulu être vraiment désagréable. Cinq minutes et tu me prouves déjà que tu n'as rien à faire à ce poste. Je sais pas ce qui t'es arrivé, ok ? Et je veux pas savoir. Si tu crois que ta vie m'intéresse… Finalement calmé, Mel se rassit derrière son bureau et soupira. C’est bon excuse moi. Je pensais que tout le monde était au courant de mon accident. Il soupira et secoua la tête en se mordant la lèvre. Il se sentait vraiment mal à l’aise de lui être tombé sur lui comme ça. Je sais que tu t’en fous, mais j’ai du stopper mon rêve à cause d’un putain d’accident. Sa vie n’était pas aussi rose qu’il le semblait et son regard se fit vide une seconde, alors que les souvenirs de son passé de champion de Quidditch l’assaillaient. Tout ça n’était pas bon, il n’aimait vraiment pas se souvenir de tout ça.

Le regard qu’il lui lança après s’être installé le fit sourire doucement, d’un air un peu penaud. Ecoute moi Seamus, c’est bien ça ton prénom ? Vraiment j’ai un doute, j’ai jamais été doué pour me souvenir des prénoms des gens. Enfin bref, ce que je voulais dire, c’est que je n’essaierai jamais de ruiner tes rêves. Son visage se ferma une seconde, il ne comprenait pas pourquoi il lui dévoilait tout ça, alors qu’il était pourtant un ennemi déclaré, mais le jeune homme devait absolument savoir que même s’il le pourrissait, jamais Mel ne pourra réduire à néant ses rêves, comme on l’avait fait avec lui, lorsqu’on l’avait interdit de voler. Finalement, il fallait passer aux choses sérieuses et Mel fût ravi de le voir lancer le sujet, parce qu’en vérité, il était un peu paumé. Bon, ceci étant dis… On est censé parler de quoi, aujourd'hui ? Aoutch, question qui tuait. Il ne savait pas ce qu’ils devaient faire, Mel non plus. Alors il soupira et attrapa une pile de papiers administratifs qui traînaient depuis qu’il l’avait reçu du secrétariat.

Tu veux bosser sur quoi en thèse ? Je veux dire, t’as un sujet sur lequel tu désires partir ? Une idée ? Il le regardait, presque concerné, avant de soupirer encore une fois. Oh sérieusement c’est relou tout ça. Tout ce que je dois faire, c’est te surveiller, que tu m’envoies des passages de ta thèse régulièrement et voilà. Ses sourcils se froncèrent encore une fois, alors qu’il se rendit compte d’une chose. Hum… Par contre, si jamais tu dois faire des expériences pratiques, j’aimerai beaucoup être là. Je suis très intéressé de voir d’autres gens pratiquer les potions à haut niveau. Finalement, ses mains se croisèrent sur son genou et il fût gêné quelques temps, avant de relever les yeux timidement vers lui. Et j’avais pensé aussi… Euh… enfin… Bon sang c’était pas possible. Il n’allait quand même pas demander de l’aide à ce type là. Ce trou du cul qui n’aimait qu’une chose, foutre le bordel. Mais… Il était doué. Très doué et… Il pourrait l’aider. Je dois… inventer deux potions, pour des maladies incurables. Je dois avouer que euh… je bloque sur plusieurs points et… j’me demandais si… enfin peut être. Ce n’était pas trop son genre d’être aussi mal à l’aise pour un truc aussi insignifiant. Tu pourrais m’aider ?


Dernière édition par Meleager P. Baskerville le Ven 29 Mar - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 41
    ♦ PSEUDO : Seam
    Masculin ♦ CREDITS : /
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2013



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Chienne de vie [Meleager]   Jeu 14 Mar - 12:20

Seamus regardait encore son nouveau professeur d'un air un peu méfiant quand il reprit la parole, mais ce fut pour s'excuser, alors son ressentiment se calma un peu. Même si une pointe de vexation le prit quand Meleager confirma qu'il avait un peu oublié son nom.

« T'as jamais été doué avec les noms latins des ingrédients que tu utilisais non plus, pfff… Et je m'appelle bien Seamus, oui. »

Certes, Seamus avait toujours l'air de bouder un peu, mais c'était pour la forme, il était rassuré d'entendre que Meleager n'allait pas lui gâcher la vie pour le fun, c'était pour l'instant ce qui comptait le plus à ses yeux. Bien, justement, il était temps d'en parler, de son avenir. Très professionnellement, son ancien camarade l’interrogea sur le thème qu'il avait choisit, et Seamus eut vraiment l'impression que les choses sérieuses commençaient pour lui. Évidement qu'il avait des idées, il n'était pas arrivé là les mains dans les poches, en fait il avait déjà pris un peu d'avance et potasser pas mal de bouquins. Il allait pouvoir écouter l'avis de Meleager, qui était un prodige, après tout, voir si ses idées étaient pertinentes, tout comme ses méthodes de travail et d'analyses.

« Alors en fait, pour ma thèse, j'ai l'intention de… »
« Oh sérieusement c’est relou tout ça. Tout ce que je dois faire, c’est… »

Seamus faillit se taper la tête contre le dossier de sa chaise, mais à quoi rêvait-il ? C'était Meleager le Glandeur qu'il avait en face de lui, il n'y avait rien à tirer de ce type. Ce fut presque sans méchanceté qu'il se demanda pourquoi il avait dû venir ici, alors qu'il pourrait être en train de faire quelque chose d'utile, comme travailler, ranger son appartement ou trier des smarties par couleur. Le thésard était à deux doigts de se lever pour repartir, puisque tout ça était si "relou", mais se retint lorsque son professeur, qui, même en essayant d'être parfaitement impartial, portait très mal son titre, fit deux petites choses intéressantes.

1) Il reconnut sa grandeur. Oui, Seamus faisait des potions de haut niveau, de très haut niveau, même, et oui, il était intéressant à regarder. Quand il travaillait, parce que physiquement il était un peu moins… moins comme le crétin qu'il avait en face, en tout cas, mais voilà.
2) Il parut soudain très, très embêté.

Seamus écouta attentivement son collègue, qui décidément était très hésitant, ce qui ménageait un certain suspens. Des maladies incurables ? Un instant il se demanda si Meleager cherchait un remède-miracle pour repartir jouer au ballon, et il regretta d'avoir insisté sur le fait qu'il ne voulait rien savoir de sa vie. Cepundant, comme il avait parlé d'un "accident" ce ne devait pas être ça. Songeur, Seamus le fut encore plus à sa question, il cru presque avoir mal entendu. Meleager lui demandait de l'aide ? Personne ne s'y était jamais risqué, et que ce soit lui, le génie, qui lui demande ça le premier, après lui avoir balancé qu'il n'était qu'un jaloux et que c'était lui, le prof – il a la rancune tenace – tout ça était plutôt étonnant.

Pour tout avouer, c'était une sacrée question qui se posait à lui, là. Aider, bon, il pouvait, éventuellement. L'aider lui, déjà, c'était un plus dur, parce que le laisser patauger complètement et se moquer, ça il pouvait le faire sans problèmes et en serait ravi. D'un autre côté, s'il arrivait à aider là où Meleager bloquait, il lui prouverait qu'il était meilleur que lui et que le talent ne remplace pas le travail, non mais. Et puis ça lui faisait un joli challenge, et il serait fier aussi, d'avoir fais un truc de bien, c'était pas tous les jours. Seamus l'observa un moment en tripotant sa plume, ce pauvre garçon devait vraiment être au fond du seau pour se tourner vers lui, ou alors il croyait sérieusement en ses capacités, puis franchement, maintenant qu'il venait de lui parler en quelques minutes d'un accident et de deux maladies incurables, il ne l'enviait plus autant.

« Quel genre de maladies ? Génétiques ? Virales ? Magiques ? »

Seamus avait beau être très doué et matière de potions – qu'il était bon de le dire et de le répéter – ce n'était pas non plus un médicomage. Il aurait certainement beaucoup de recherches à faire pour s'attaquer à un problème de ce genre, en plus de sa thèse à travailler, heureusement que dormir et manger est optionnel quand on sait fabriquer de puissants tonifiants, haha – espérance de vie de Seamus, 45 ans, non, il dormira un peu, quand même.

« Et puis il va falloir que tu me montres ce que tu as déjà fais pour que je regarde où tu en es… »

Ça ressemblait presque à une approbation, cela dit, Seamus n'avait pas l'intention de prendre la main de son collègue et de dire avec des yeux humides qu'il était très touché par son histoire et qu'il allait se saigner aux quatre veines pour le tirer de son impasse. Mais disons qu'il allait étudier la question, ce qui était déjà pas mal en plus de lui donner l'impression d'avoir un peu le dessus sur ce crétin. Cette petite réunion n'était finalement pas inintéressante.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : Rider 0n the Storm
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Chienne de vie [Meleager]   Dim 7 Avr - 14:37


L’embarras de Mel était très visible sur ses traits. Là, il était en train d’avouer à un ennemi déclaré plusieurs choses. La première, que malgré tout son génie, il avait besoin de lui et ça, ça faisait mal à l’égo. La deuxième, que c’était de lui, dont il avait besoin et ça, c’était son égo à lui qui ne s’en remettrait jamais. Tant de considérations d’un coup, il allait probablement lui déclencher une crise cardiaque. Une sourire amusé vint sur les lèvres de Baskerville alors qu’il se faisait cette constatation. Quel genre de maladies ? Génétiques ? Virales ? Magiques ? Sourire qui fondit sur le champ lorsqu’il se rendit compte que son thésard envisageait de l’aider. Une sorte d’espoir revint dans le cœur de Meleager, avec deux cerveaux, deux paires de mains, et deux approches différentes, ils allaient peut être réussir à aider Oz et lui-même dans le processus. Quand, plus tôt, il avait promis à son ami de l’aider trouver un remède plus définitif contre son petit problème d’insultes, jamais il n’aurait imaginé que ça puisse être aussi dur de trouver un remède contre une maladie incurable. Alors, plus il échouait à fabriquer cette potion contre le syndrome de tourette, plus il doutait d’avoir les capacités d’agir contre l’épilepsie. Et puis il va falloir que tu me montres ce que tu as déjà fais pour que je regarde où tu en es… Le jeune homme sursauta soudain, il ne s’était pas rendu compte qu’il était parti dans ses pensées. Il secoua la tête doucement pour se redonner contenance, avant de s’installer correctement dans son siège, pour le fixer.

Ce sont toutes les deux des maladies génétiques. Il se mordit la lèvre, hésitant à dire les noms tout de suite, mais finalement, après un soupir, il se força à reprendre. La première, c’est le syndrome de tourette. Et la seconde c’est… De nouveau, une hésitation. Si la première n’était pas trop dure à révéler étant donné que c’était celle d’Oz, la seconde l’était un peu plus, parce qu’elle la concernait vraiment. Cependant, le jeune homme prit conscience que s’il ne lui disait pas ce que c’était, il ne pourrait pas l’aider, alors il prit son courage à deux mains. La deuxième, c’est l’épilepsie. Deux maladies neurologiques, mais je crois qu’avec des potions, on peut faire en sorte d’arranger ça. Il faut d’abord se concentrer sur le syndrome de tourette, c’est plus important. Oui, il se mettait volontairement en retrait, parce qu’il voulait d’abord concentrer tous ses efforts sur la maladie de son ami.

De son bureau, il sortit plusieurs dossiers, tous concernant ses essais sur des potions pour la maladie des insultes. Il n’y en avait aucun sur l’épilepsie, parce qu’il s’interdisait de commencer avant d’avoir résolu le problème de son ami. D’un geste vif, il lui fourra tous dans les bras, avant de se redresser. Tu sais pourquoi je t’ai accepté toi comme thésard ? Pas uniquement parce que j’étais obligé. J’ai vu ton nom au début de l’année et je me suis immédiatement dit que tu pourrais m’aider pour ça. Tu es l’un des meilleurs préparateurs de potions au monde et j’ai vraiment besoin de toi. Non, il ne lui passait pas de la pommade pour qu’il l’aide, du moins, pas uniquement. Il pensait réellement ce qu’il disait. Certes, ils avaient été en compétition pendant très longtemps, à cause de la jalousie de Seamus, mais maintenant, ça ne servait plus à rien de jouer les coqs. Le thésard avait d’innombrables connaissances qui pourraient l’aider et il ne comptait pas se draper dans sa fierté en passant à côté de tout ça. Finalement, avec un dernier soupir, le maître des potions se leva pour poser ses deux mains sur son bureau et le regarder. Réfléchis bien. En plus d’aider à soigner deux maladies incurables, tu vas pouvoir me rabattre le caquet avec tes solutions. C’est pas l’un de tes buts dans ta vie ça ? Un soupçon de maturité pour deux pintes d’idioties. Mel venait peut être de ruiner toutes ses chances et cet idiot le faisait bien sûr avec le sourire. Imbécile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Chienne de vie [Meleager]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Chienne de vie [Meleager]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE
» WENDY chienne croisé caniche âgée d'1 an TRESOR DE VIES
» urgent PAYRA 3,5 kg en fourrière ESPAGNE euthanasie prévue
» Maison de Nara
» ESTIE FEMELLE SHIH TZU 2 ANS SPA ETANG BLEU VERDUN (55)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Elderwood Salles de cours ─
 :: ─ Premier étage. :: ─ Salle de potions :: Salle de cours
-