Partagez | 
 

 Bal de la Rentrée - She's my girl, my Supergirl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 55
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Masculin ♦ CREDITS : MISH.MISH
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/10/2011
    ♦ LOCALISATION : Sur les traces de l'épouvantail à roulettes



Revelio

MessageSujet: Bal de la Rentrée - She's my girl, my Supergirl   Sam 2 Fév - 7:33

INFORMATIONS SUR LE SUJET


Date : Soir du Bal
Intrigue en cours : Saison 2, Chapitre 2
Protagonistes : La Lejamoureuse et le Siennamoureux
Statut du sujet : NIAIS !
Intervention du MJ : Mmmmmh c'est le Bal donc tout peut arriver !


« I'm no Superman »



Alejandro n’avait jamais été du genre Bal costumé mais il s’agissait d’un ordre direct de Cruz donc il n’allait certainement pas désobéir. Leur présence était censée rassurer les élèves sans les effrayer davantage donc il fallait qu’ils se fondent dans la foule. Et si l’idée d’effectivement s’habiller en super-héros l’avait effleuré, il fallait bien qu’il reconnaisse qu’un super-héros devant s’appuyer sur une canne pour marcher, on avait vu mieux. Alors il avait opté pour un costume un peu plus classique, un simple « suit » un peu amélioré. Il serait agent secret pour la soirée et aurait la plus belle des James Bond Girls entre ses bras. Car s’il n’avait pas rechigné outre mesure devant la tâche, c’était parce qu’il passerait la soirée avec la dame de ses pensées, qui ne l’avait quasiment pas quitté depuis son « accident », même s’il avait cru la perdre pour de bon pour quelques minutes. Peut-être avait-il eu besoin de s’assurer qu’elle était là avant de guérir puisqu’il avait ressombré dans le coma pour quelques temps après cette scène des plus éprouvantes dans l’infirmerie d’Elderwood. Il avait du être transporté ailleurs où Ma avait terrorisé tout le service jusqu’à ce qu’on l’amène au chevet de son fils. Il avait fini par se réveiller, mais son corps avait encore quelques difficultés à fonctionner correctement. Il paraissait que ce genre de choses était courant quand on se jetait tête baissée sur un lycanthrope. Enfin, plutôt « logique » étant donné qu’il y avait peu de personnes au monde ayant ce genre d’idées brillantes. En résumé, il était de nouveau sur pied mais avait quelques difficultés à marcher. Ses capacités cognitives étaient revenues, ce qui avait été un soulagement pour l’homme, affolé au départ que sa mémoire lui fasse défaut. Il était donc plus « homme de matière grise » que de terrain pour l’instant mais comptait bien retrouver sa forme physique pour être entièrement opérationnel. Même s’il savait que Sienna aurait sans doute préféré qu’il travaille dans un bureau. Sienna …

Il allait être en retard, il le savait. Non pas qu’il ait particulièrement bataillé pour mettre son costume, mais il avait laissé la plupart de ses collègues partir devant pour qu’ils n’aient pas à assister au spectacle navrant d’Alejandro se traînant jusqu’au château. Les premiers mètres allèrent, sans souci. S’appuyant sur sa canne qu’il avait finie par accepter (quelques infirmières et Ari avaient dit que ça lui donnait un côté très sexy), il avançait à son rythme qui ralentit plutôt rapidement. Prenant sur lui pour ne pas craquer, l’Auror prit son mal en patience mais, quand il arriva au château, il se rendit compte que les couloirs étaient quasiment vides et que la fête battait sans doute déjà son plein. Etouffant un soupir, il prit quelques secondes pour se calmer, pour faire disparaître la contrariété d’être ainsi diminué (après tout, il n’avait qu’à s’en prendre à lui-même avant d’avoir des idées brillantes du style). Se posant dos au mur, il ferma les yeux juste quelques secondes. La pensée de sa cavalière réussit à lui rendre le sourire en l’espace d’un battement de cils. Il avait hâte de la voir, n’étant pas, comme il venait d’en faire la démonstration, vraiment en état de faire le trajet quotidiennement jusqu’au château. Après avoir passé une bonne partie de l’été ensemble, elle lui manquait. Il aurait voulu, comme pendant ces quelques semaines bénies, se réveiller au son de sa respiration tranquille et pouvoir se rendormir pour quelques instants seulement en la serrant contre lui. Ces souvenirs, précis comme tous les autres, calmèrent l’Auror définitivement et il reprit sa marche vers la Salle de Bal.

Au moment où il allait y pénétrer, des éclats de voix attirèrent son attention et il tourna la tête. Il ne voyait pas grand chose, mais il pouvait distinguer son ami Adrian en train de se faire frapper par une furie rousse. Sourcils froncés, il eut un moment d’hésitation, se demandant s’il devait intervenir quand un bruit de talons hauts se dirigeant vers lui attira son attention. Il tourna la tête et … oublia instantanément l’Auror. Ouah … fut tout ce qui put sortir de ses lèvres dans un premier temps. Vers lui s’avançait … une super-héroïne. Sa super-héroïne. Celle sans qui son existence aurait été bien monotone. La plume qui répondait à la sienne, les mots qui sonnaient toujours juste, les yeux dans lesquels son âme avait chaviré… son âme sœur. Et elle était simplement à tomber. D’aucuns auraient dit que cela ne lui ressemblait pas, plus « classique » dans ses goûts d’ordinaire mais Alejandro ne pouvait qu’approuver ce choix. Elle était … divine. Une apparition. Il s’avança jusqu’à elle et posa une main sur sa taille et un baiser aérien dans son cou : J’ai cru voir une apparition … Sienna, tu es sublime. Il se doutait que ses yeux brillaient en la regardant et que certains que nous ne nommeront pas se moqueraient sans doute de cet air de profond bonheur s’approchant quasiment de la béatitude qui s’était dessiné sur les traits du Mexicain. Mais il n’y accorda qu’une pensée fugace. Et j’ose te faire attendre … Je suis désolé. Le chemin fut … long. Il ne s’appesantit pas trop pour le sujet, il préférait reléguer son état à plus tard. Veux-tu que nous entrions ? Je t’offre un verre ? Il aurait préféré se retrouver vraiment seul avec elle, mais après tout, il était en mission ce soir encore. Cette pensée manqua de le faire grimacer. Il fallait vraiment qu’ils trouvent du temps à eux.

_________________
U.C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 85
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) Little suzy <3
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/09/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: Thésarde en magie noire ; Ex-Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Bal de la Rentrée - She's my girl, my Supergirl   Mar 26 Fév - 23:52

    Son bustier n'était pas lassé trop serré, pourtant lorsque Sienna se hissa à hauteur de son héros elle eut du mal à retrouver sa respiration. En vérité elle était rouge jusqu'aux oreilles. Sous sa pluie de compliments et son regard appréciateur elle se retrouva sans voix, à bafouiller comme une adolescente. Ses yeux avaient filé sur le sol mais ses bras, eux, avaient entouré le cou de l'auror qu'elle embrassa pour le faire taire - et le remercier autrement, puisque les mots ne venaient décidément pas.

      ɸɸɸ « Ouah … J’ai cru voir une apparition … Sienna, tu es sublime. Et j’ose te faire attendre … Je suis désolé. Le chemin fut … long. Veux-tu que nous entrions ? Je t’offre un verre ? » Crut-il devoir se rattraper, dans toute sa perfection et sa sollicitude qui la faisaient infiniment fondre.
      ɸɸɸ « Pas forcément, on peut s'éclipser, tu sais. Là-bas, c'est bondé, bruyant ... On s'entendrait même pas parler !» Commença-t-elle alors qu'au fond elle songeait surtout au fait qu'il risquait de se faire bousculer, ce qu'elle souhaitait à tous prix éviter sans lui montrer qu'elle le couvait excessivement à cause de sa convalescence qui lui pesait déjà bien assez sans qu'elle joue les mères poules - bien qu'elle sache qu'il l'aimait bien dans le rôle de l'infirmière particulière. « Même si là tout de suite je n'ai que peu envie de parler ... » Sourit-elle pour achever de noyer le poisson, à la fois espiègle et un brin intimidé par son si charmant cavalier qu'elle doutait encore parfois mériter, en se mordant la lèvre.

    A vrai dire, même si elle avait eu envie de causer, il aurait encore fallu qu'elle en soit capable sans se liquéfier à chaque fois qu'il lui dirait des mots tendres ... Souvent, l'Amour d'Alejandro la dépassait. Elle avait même du mal à croire que ce soit réel, n'ayant jamais connu ce genre de relation, avant. Le cliché du "trop beau pour être vrai", vous savez. A chaque fois qu'elle le regardait elle devait quasiment se pincer pour s'assurer qu'elle avait bien les deux pieds sur terre. Aussi, son ex-mari n'avait rien de doux ni d'un tant soit peu romantique. Il lui avait donné peu de papillons mais plutôt des coups de pieds dans le ventre, si vous voyez le genre. Alors, soudain, vivre un conte de fées, c'était à la fois inespéré et ... Effrayant, car inconnu. Cependant, elle n'en regrettait pas une seconde et s'efforçait de ne pas en gâcher une minute à trop réfléchir. Certes, elle avait bien du mal à débrancher son cerveau en perpétuelle ébullition, mais elle essayait de ne plus penser qu'elle risquait de le perdre. Elle lui avait promis de ne plus douter. De croire en leur bonheur fait pour durer et de simplement en profiter avec lui. Et, en effet, tant qu'il durait, elle était effectivement la plus heureuse des femmes.
    Ce soir, elle savait qu'il était là pour elle, qu'il avait l'effort de l'inviter et de venir alors que ce n'était pas spécialement indiqué. Il devait ménager ses forces, même s'il détestait avouer qu'il avait besoin de repos. Sienna faisait en sorte de "le savoir pour deux" et, à sa façon, en subtilité, elle s'arrangeait pour le pousser à ne pas en faire trop tout en lui faisait croire que cela venait de lui. Intelligent, n'est-ce pas ? Un brin manipulateur également, mais puisque c'était pour son bien ...

      ɸɸɸ « Et si on s'asseyait sur ce banc ? J'ai vu des étudiants s'y bécoter ce matin, l'endroit avait l'air tout à fait confortable pour un long échange de tendres baisers ... » Proposa-t-elle avec bien sûr une idée derrière la tête - et même plusieurs, en vérité.

    Attrapant son bras, elle fit les quelques mètres les séparant sans le lâcher, ni de sa poigne qui se voulait supportrice ni du regard, l'enveloppant amoureusement, pour finir par s'installer sur ses genoux avec délicatesse une fois qu'il s'y fut installé. En vérité, son poids reposait sur le banc et seules ses jambes étaient étendues sur lui. Une précaution de trop ? Était-elle trop anxieuse, craignant de lui faire mal ? Elle faisait en effet preuve de retenue, bridait sa passion pour ne pas risquer un mouvement brusque. S'en rendait-il compte ? Elle espérait que non pour ne pas blesser son égo, pourtant elle le savait très observateur.

      ɸɸɸ « Comment te sens-tu ? » Ne put-elle s'empêcher de glisser à son oreille en nichant sa tête dans son cou où elle avait déposé un baiser.

    Il était évident qu'elle s'inquiétait pour lui. Depuis son coma, qui l'avait fait trembler à presque en mourir, elle ne pouvait pas faire semblant d'ignorer qu'il avait failli y rester, lui aussi. Oh, il ferait sans doute encore une pirouette pour éviter d'entrer dans le vif du sujet mais elle n'avait pas pu ne pas essayer de savoir. Elle ne creuserait pas plus ce sillon-là, sachant pertinemment que cette soirée était placée sous le signe des retrouvailles et de la fête plutôt que d'autres préoccupations plus sérieuses. Cependant, elle avait besoin d'être rassurée, même si être dans ses bras était déjà en soi une réelle bouffée d'oxygène pur ...


_________________

You turn my whole world upside down,

You're so wrong and you're so right...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 55
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Masculin ♦ CREDITS : MISH.MISH
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/10/2011
    ♦ LOCALISATION : Sur les traces de l'épouvantail à roulettes



Revelio

MessageSujet: Re: Bal de la Rentrée - She's my girl, my Supergirl   Ven 15 Mar - 10:07

Heureux comme un adolescent au moment de son premier Bal, Alejandro ne se lassait pas d’admirer Sienna sous toutes les coutures, gravant ce souvenir à jamais dans sa mémoire. Il lui arrivait bien souvent de se demander pourquoi ils ne s’étaient pas rencontrés physiquement plus tôt, pourquoi ils n’avaient pas vécu côte à côte depuis le début. Cela leur aurait évité bien des déboires. Mais en même temps, ce qu’ils avaient traversé avait forgé leur caractère et avait fait d’eux ceux qu’ils étaient aujourd’hui, deux adultes sachant exactement ce dont ils avaient besoin et, en ce ca précis, l’évidence était des plus simples : ils avaient besoin l’un de l’autre. Odieusement cliché, il le savait et pourtant … fallait-il avoir honte d’avoir droit enfin au bonheur parfait ? Pas forcément, on peut s'éclipser, tu sais. Là-bas, c'est bondé, bruyant ... On s'entendrait même pas parler ! Elle était parfaite. Il sourit, ses mains sur sa taille, objectant, regardant par-dessus la tête de son aimée : Malheureusement je dois surveiller la soirée, je suis de garde ce soir comme tout le monde … Il grimaça, désolé par avance de lui imposer cela. La situation n’était pas des plus évidentes, elle travaillait énormément et lui aussi et il falait vraiment qu’ils trouvent un moyen de rendre leurs emplois du temps au moins un peu compatibles. Alejandro avait pensé à une solution, mais il préférait ne pas lui en piper mot avant d’être sûr que cela fonctionne réellement, pour ne pas causer de déception à sa belle. Même si là tout de suite je n'ai que peu envie de parler ... Une étincelle malicieuse passa dans les yeux de l’Auror alors qu’il raffermissait sa prise sur sa taille, autant que faire se pouvait sans tomber à la renverse et sans lui donner un coup de canne au passage. Je devrais me plaindre parce que j’aime ta conversation mais je pense que ce que tu proposes me comblera tout autant.

Il n’en revenait toujours pas, que tout ceci soit possible et après avoir eu peur pendant quelques instants de tout perdre, il savourait chaque seconde dans son intégralité. Le bonheur s’était installé dans sa vie et il ne comptait pas le laisser partir de sitôt. Même si pour l’instant il n’était pas total étant donné sa condition physique qui les privait de certaines activités (pas que de celle-là, mais entre autres), il savait que son état ne serait pas permanent, fort heureusement. Et si on s'asseyait sur ce banc ? J'ai vu des étudiants s'y bécoter ce matin, l'endroit avait l'air tout à fait confortable pour un long échange de tendres baisers ... Notamment parce qu’il fallait qu’elle arrête de prendre soin de lui comme s’il était en porcelaine. Ce n’était pas tant que cela le gênait ou que cela le dérangeait dans sa fierté toute masculine, c’était simplement qu’il ne voulait pas qu’elle s’inquiète et n’en pouvait plus d’être un poids pour elle. Il accepta cependant sans rechigner, sachant qu’il ne pourrait pas passer la soirée debout et qu’il avait besoin d’un break après la marche jusqu’au château qui avait été plutôt éprouvante. Il prit donc sa main en acquiesçant : Je fais confiance aux étudiants pour ça … et d’ici je pourrai toujours surveiller l’entrée, comme garde de la porte de la Salle de Bal. Un moyen comme un autre d’accepter sans en rajouter sur « je suis diminué » qui leur irait sans aucun doute à tous les deux. Clopinant, aidé de sa canne, il fixait le banc, se rendant compte qu’il avait vraiment trop poussé et que les quelques pas qui le séparaient du havre de paix qu’elle leur avait trouvé allaient être une torture. Il s’efforça pourtant de n’en rien montrer et finit par se poser, étouffant un soupir de soulagement et posant sa troisième jambe (non, Lust, pas celle-là) à côté, il referma ses bras sur Sienna qui venait s’asseoir sur lui.

Enfin, feindre de s’asseoir sur lui, comme il le nota rapidement. Sans rien dire, il la fit réellement passer sur lui, posant sa joue sur le haut de sa tête alors qu’elle se lovait contre lui : Comment te sens-tu ? Suffisamment bien pour que tu t’asseyes sur moi, répondit-il du tac-au-tac, avec une once d’humour au fond de la voix. Il l’embrassa tendrement dans les cheveux pour lui faire comprendre qu’il ne lui en voulait pas, mais ces attentions commençaient vraiment à lui peser. Il aurait voulu qu’elle puisse se reposer entièrement sur lui et pas l’inverse, comme cela était censé se passer. Oui, les Hispaniques étaient quelque peu machistes, même si dans le cas d’Alejandro, c’était son caractère surprotecteur et galant qui parlant. Même si leurs rapports n’avaient jamais été « comme ça », leurs lettres allant dans les deux sens, chacun s’ouvrant et relevant l’autre à tour de rôle, maintenant qu’elle était là, il voulait surtout faire son bonheur et ne pas être une charge. Aussi finit-il par avouer, très simplement : Ce n’est pas encore ça. Les derniers examens médicaux n’étaient pas encourageants et apparemment j’en ai encore pour quelques temps avant de pouvoir marcher de nouveau correctement. Il n’avait pas vraiment apprécié ce diagnostic mais qu’aurait-il pu faire ? Prendre le médicomage par le col en lui demandant de le réparer et plus vite que ça n’aurait servi à rien. Et comme il le lui avait si bien dit … Mais c’est déjà un miracle que je sois en vie. Alors je ne vais pas me plaindre. Apparemment, les personnes se lançant tête baissée sur un lycanthrope ne faisaient pas légion et il était peut-être le seul fou ayant eu cette idée à respirer encore. Cependant, il préféra passer rapidement ce sujet, sachant ce que cela pouvait raviver chez Sienna et glissa une main dans ses cheveux, l’autre caressant doucement son dos : Surtout pas alors que j’ai la plus fantastique infirmière de la Terre. Il espérait que cette touche d’humour efface ses paroles précédentes. Et si cela ne suffisait pas, il enchaîna en demandant : Et toi, comment vas-tu ? Comment se passe ce retour à la vie à l’école ? Ils se voyaient si peu souvent en ce moment qu’il était obligé de poser ce genre de questions alors que la rentrée était déjà passée depuis plus de deux semaines. Une horreur. Il était temps qu’il mette son plan à exécution car il n’était pas sûr de supporter la situation plus longtemps et allait finir par se traîner jusqu’à ses appartements tous les soirs, quitte à y mettre deux heures et à ramper pour y parvenir. Romantisme, quand tu nous tiens …

_________________
U.C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 85
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) Little suzy <3
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/09/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: Thésarde en magie noire ; Ex-Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Bal de la Rentrée - She's my girl, my Supergirl   Lun 18 Mar - 19:51

    A force de penser que le bonheur conjugal « c'est pour les autres », Sienna avait fini par s'en convaincre et lorsqu'elle se mettait quelque chose en tête, il était difficile de l'en détourner. Ce « j'ai eu ma chance et je l'ai gâché » lui avait longtemps collé à la peau, jusqu'à ce qu'un certain Bottero s'en mêle et ne vienne, heureusement, lui ouvrir les yeux.
    Voir ses certitudes mises à mal l'avait toujours effrayée. Très cartésienne, ce n'était pas souvent qu'elle admettait que sa raison l'avait trompée mais, cette fois-ci, elle avait bien dû faire le constat que cela avait été le cas et réaliser qu'elle avait droit à sa part d'Amour avait été infiniment salvateur. Alejandro avait fait tomber ces murs de prison où elle gardé précautionneusement son cœur se remettant à peine de ses blessures et, à dire vrai, c'était même lui qui avait recollé les morceaux, lorsqu'elle le lui avait confié, bien qu'au départ hésitante. C'était bien connu, ce n'était pas en attendant que les choses se fassent d'elle-même que l'on arrivait à ses fins. Elle n'avait jamais essayé de remettre son cœur en état de marche avant d'éprouver des sentiments pour l'auror et c'était donc lui qui s'était attelé aux réparations. Depuis, ils étaient les rouages d'une même machine et l'un sans l'autre, elle s'enrayait.

      ɸɸɸ « Malheureusement je dois surveiller la soirée, je suis de garde ce soir comme tout le monde … »
      ɸɸɸ « Pas de problème, je n'ai rien contre la surveillance rapprochée. » Répondit-il, mutine et joviale, comme toujours lorsqu'elle se trouvait dans ces bras-là.
      ɸɸɸ « Je devrais me plaindre parce que j’aime ta conversation mais je pense que ce que tu proposes me comblera tout autant. » Reprit-il tandis qu'elle l'embrassait, ne se lassant aucunement de ses baisers qu'elle trouvait toujours plus doux que les précédents. « Je fais confiance aux étudiants pour ça … et d’ici je pourrai toujours surveiller l’entrée, comme garde de la porte de la Salle de Bal. » Acquiesça-t-il à son "machiavélique" plan pour le faire asseoir, détournant son attention avec la promesse d'une tendre étreinte.

    Avec Alejandro, Sienna se redécouvrait. Sa douceur s'exacerbait, son envie de plaire crevait les yeux et elle n'avait jamais autant eu besoin de chaleur humaine que depuis qu'il était entré sans sa vie. Son instinct protecteur, aussi, revenait au galop. Certes, elle avait toujours eu ce côté sécuritaire, bourrée d'angoisses et de stress, mais c'était tout de même différent d'avec Naviena, "leur" fille adoptive, puisqu'il était son homme et non son enfant. Cependant, c'était vrai qu'elle le traitait un peu comme tel, en parfaite mère poule, même si son intention était loin de vouloir l'infantiliser ...

      ɸɸɸ « Suffisamment bien pour que tu t’asseyes sur moi. » Lui répondit-il alors qu'elle s'enquérait "innocemment" de sa santé.

    Prise sur le fait, elle s'empourpra alors qu'il la hissait sur lui. Mais quoi de plus normal que de craindre lui faire mal, alors qu'il avait été ramassé à la petite cuillère, en pièces, quelques mois auparavant seulement ? Certes, elle prenait trop de précautions mais il valait mieux trop en faire que pas assez. Sachant que cette réponse ne suffirait pas, il reprit :

      ɸɸɸ « Ce n’est pas encore ça. Les derniers examens médicaux n’étaient pas encourageants et apparemment j’en ai encore pour quelques temps avant de pouvoir marcher de nouveau correctement. Mais c’est déjà un miracle que je sois en vie. Alors je ne vais pas me plaindre. Surtout pas alors que j’ai la plus fantastique infirmière de la Terre. »
      ɸɸɸ « Vil flatteur. » Lui sourit-elle, la boutade écartant un instant l'air inquiet qui s'était peint sur ses traits. « Mais les compliments ne me feront pas oublier tout ce que tu as dit précédemment, j'ai tout entendu. Merci d'être honnête même si tu sais que je m’inquiète tant pour toi. »

    Resserrant son étreinte autour de lui, elle laissa choir sa tête dans son cou et un soupir lui échappa qu'elle essaya de stopper à mi-course en arrêtant de respirer avant de finalement, le laisser filer. Pas la peine d'essayer de lui cacher ce qu'elle venait de dire à voix haute.

      ɸɸɸ « Et toi, comment vas-tu ? Comment se passe ce retour à la vie à l’école ? »
      ɸɸɸ « Je ne vais pas mentir, pour moi non plus ce n'est pas facile tous les jours. » Dit-elle très franchement. « Surtout après avoir été dans tes bras tout l'été, devoir te partager à nouveau avec tes responsabilités c'est comme quitter un palace pour un motel miteux ... »

    Un nouveau soupir, cette fois amusé, franchit ses lèvres alors qu'elle le regardait amoureusement, la tête toujours penchée. Il y avait autre chose dont elle ne pouvait pas s’empêcher : c'était de remarquer à quel point il était beau, dès que ses yeux se posaient sur lui. Vu sous tous les angles il était parfait e,t à chaque fois qu'il était dans le paysage, plus rien d'autre n'existait.


_________________

You turn my whole world upside down,

You're so wrong and you're so right...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 55
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Masculin ♦ CREDITS : MISH.MISH
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/10/2011
    ♦ LOCALISATION : Sur les traces de l'épouvantail à roulettes



Revelio

MessageSujet: Re: Bal de la Rentrée - She's my girl, my Supergirl   Sam 6 Avr - 16:24

Pourquoi avait-il à être là ce soir ? Evidemment, s’il avait montré dans quel état il était réellement, il aurait été assigné au QG pour ne pas en bouger. Mais il ne pouvait pas se le permettre et il n’en avait vraiment pas envie. Il ne voulait pas être traité comme un handicapé et avait envie de faire comme les autres. Mais il était vrai qu’inconsciemment, en cet instant, il aurait tout donné pour se retrouver loin, juste avec elle et se noyer dans ses yeux et dans ses bras pour quelques heures au minimum. Auror avant tout, cependant. Il retint un soupir pour juste profiter des quelques secondes d’accalmie. Après tout, tout avait l’air calme pour l’instant, il n’y avait que des étudiants et quelques professeurs dont il avait mémorisé les visages sans le moindre souci qui entraient dans la salle. Ce qui était pratique avec une mémoire photographique était qu’il pouvait continuer de s’occuper d’elle. Même en fixant distraitement la porte, son esprit enregistrait les moindres détails et les analysait rapidement. S’il y avait quoi que ce soit qui sortait de l’ordinaire, cela le ferait tiquer dans la minute et il serait debout. En réalité, il lui faudrait sans doute un peu plus de temps étant donné sa condition physique, mais il dégainait toujours aussi rapidement. Il chassa ces quelques pensées de son esprit, comme par exemple le regard qu’aurait Cruz en arrivant et en les voyant (en même temps, il se fondait ainsi parfaitement dans la masse, il n’y avait rien à dire). Pas de problème, je n'ai rien contre la surveillance rapprochée. Il lui sourit d’un air espiègle avant de se perdre dans ses lèvres, n’approfondissant pas ces propos tendancieux. Ce n’était pas son genre d’en rajouter, mais surtout … ce n’était pas la peine de remuer le couteau dans la plaie. Comment vous expliquer que la rééducation pour pas mal de choses prenait du temps ? Il n’y pouvait rien, cela le frustrait mais il voulait absolument que tout soit parfait. C’était Sienna et elle méritait ce qu’il y avait de mieux. Et si cela voulait dire attendre encore un peu alors … soit. Après son connard d’ex-mari, qu’il haïssait de plus en plus depuis quelques temps, étonnamment. Ce n’était pas comme s’il avait eu un jour une bonne opinion de lui, mais disons que depuis l’évolution de leur relation, ces sentiments étaient devenus plus … véhéments.

Vil flatteur. Je ne fais que dire la vérité, protesta-t-il, plein d’innocence. On ne lui avait pas assez dit à quel point elle était exceptionnelle et il faisait tout pour qu’elle se sente au mieux, qu’elle aille bien et qu’elle se détende. Il connaissait son histoire, il connaissait son passé, alors il faisait au mieux. Même si là, il devait avouer que la manœuvre était surtout destinée à détourner son attention de ses problèmes de santé, mais visiblement elle n’avait pas été dupe. Mais les compliments ne me feront pas oublier tout ce que tu as dit précédemment, j'ai tout entendu. Merci d'être honnête même si tu sais que je m’inquiète tant pour toi. Je n’ai aucune intention de te mentir, quoi qu’ils disent et tu le sais. Et ne t’inquiète pas, je suis solide ! Cela avait été prouvé en crash test, mais il n’allait pas en rajouter une couche. Il la sentit se blottir un peu plus contre lui et la ramena contre son torse, lui confirmant que ce n’était pas la peine de revenir sur ces événements. Il s’en voulait de l’inquiéter comme ça, mais en même temps, il faisait tout ce qu’il pouvait pour la préserver sans lui dissimuler la gravité de son état. Il était sorti d’affaire après tout, donc tout allait bien ! Ou … Tout ira bien, je te le promets, murmura-t-il, comme un écho à ce qu’il lui avait dit ce jour-là, en se réveillant. Qu’il lui reviendrait toujours, quoi qu’il advienne. Et là, ils étaient ensemble, sur cette île, même s’ils ne se voyaient pas aussi souvent qu’ils le voulaient alors après tout, n’était-ce pas l’essentiel ? Le reste était accessoire et ils l’auraient plus tard. Il fallait juste qu’ils s’arment de patience, même si effectivement, tout avoir tout de suite pour en profiter au maximum était ce à quoi il aspirait, et elle aussi, sans le moindre doute. Après leurs expériences respectives et le danger qu’ils avaient couru tous les deux, carpe diem semblait être la devise la plus appropriée qui soit, à appliquer sans modération.

Je ne vais pas mentir, pour moi non plus ce n'est pas facile tous les jours. Il l’avait lâchée légèrement et elle le regardait en lui parlant, pouvant admirer le sourire de bonheur à l’état pur qui illuminait son visage. Il reprit cependant un air sérieux. Il savait qu’elle passait beaucoup de temps dans la bibliothèque pour sa thèse et en tant qu’assistante, lieu où elle aurait pu être plus grièvement blessée que ce qu’elle avait été et s’en voulait de ne pas avoir au moins proposé de l’accompagner le premier jour pour refaire un tour des lieux. Peut-être cela aurait-il été de trop, mais au moins, il aurait été rassuré de la voir évoluer dans ce milieu et aurait pu gommer la vague d’inquiétude qu’elle avait déclenchée sans le vouloir par ces simples paroles. Rien de trop grave, quand même ? Mais elle enchaînait déjà, avant qu’il ne puisse pousser plus loin son « interrogatoire » : Surtout après avoir été dans tes bras tout l'été, devoir te partager à nouveau avec tes responsabilités c'est comme quitter un palace pour un motel miteux ... Il éclata de rire et dit simplement : C’est moi que tu traitais de vil flatteur ? Mais l’éclat dans ses yeux montrait le point auquel ce compliment lui faisait plaisir et auquel c’était réciproque. Il vint caresser sa joue et murmura : Tu viendrais dormir au Quartier Général ce soir ? Ou peut-être serait-il plus sage qu’il dorme dans sa chambre, si le chemin jusque là-bas était trop long … mais il n’allait pas s’inviter chez elle, comme ça. Il l’admira une fois de plus : Tu es superbe. Ce costume de superhéroïne te va vraiment comme un gant. Elle était la sienne. Il n’y avait aucun doute là-dessus.

_________________
U.C.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 85
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) Little suzy <3
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/09/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: Thésarde en magie noire ; Ex-Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Bal de la Rentrée - She's my girl, my Supergirl   Sam 13 Avr - 22:00


    « Se sentir vivre », Sienna expérimentait réellement le sens profond de ces mots depuis qu’Alejandro était rentré en chair et en os dans sa vie. Elle n’attendait plus simplement que les jours s’enchaînent sans réel entrain, elle les traversait désormais avec allégresse, en ressentant le besoin immuable de le retrouver dans tous ses lendemains. A cela il n’y avait qu’une seule raison : elle savait que chaque instant à ses côtés serait merveilleux, puisqu’il rendait chaque seconde précieuse. Même dans leurs pires moments, elle ne regrettait pas d’avoir été à ses côtés, car c’était ce qui les avait construit, rapproché, les avait mené là où ils étaient désormais : amoureux comme jamais, liés pour l’éternité jusque dans la pointe du cliché romantico-niais. Ce qui lui avait paru si longtemps vomitif, comme tous ces films à l’eau de rose qui lui avaient fait hausser des sourcils sceptiques, était désormais le reflet de ce qu’elle vivait et elle savait qu’elle avait eu tort de préférer la vérité crue au quotidien enrobé de sucre et ces sempiternels papillons. Il n’y avait au fond rien de plus fort que la tendresse de l’être aimé, ses regards doucereux et ses paroles aimantes pour avoir une raison de foutre un pied par terre au saut du lit. Avec lui, elle avait trouvé une direction et surtout gagné la certitude qu’elle ne serait plus jamais seule. Et croyez-le, affronter la vie et ses aléas à deux n’avait rien de comparable à se faire uniquement confiance à soi-même.

    Sienna était perdue dans le regard débordant d’amour de son auror qu’elle considérait plus comme son mari que l’homme qui l’avait déjà été avant lui et elle se sentait bien. Tellement vivante, oui ! Cela ne l’empêchait pas d’avoir peur de le perdre mais elle savait qu’il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour ne jamais lui infliger cette déchirure, et ça, c’était déjà beaucoup. Sa guérison était lente mais elle s’efforçait de l’épauler au mieux. Très occupés, ils étaient obligés de « voler » des moments pour s’octroyer un peu d’intimité. Elle savait que les sujets qui fâchent étaient à éviter pour ne pas gâcher ces rares accalmies où ils pouvaient se perdre dans les bras l’un de l’autre mais ils étaient trop sincères pour les passer sous silence.

      ɸɸɸ « Je ne fais que dire la vérité. Je n’ai aucune intention de te mentir, quoi qu’ils disent et tu le sais. Et ne t’inquiète pas, je suis solide ! Tout ira bien, je te le promets. » La rassura-t-il tandis qu'elle hocha la tête en signe d'assentiment.

    Oui, ils iraient bien. Le pire était derrière eux pour de bon. Mille fois, elle le croyait. Elle n'avait pas foi en Dieu, peu confiance en le reste de l'humanité, mais lui, elle l'aurait suivi les yeux bandés sur un fil au dessus d'un précipice.

      ɸɸɸ « Rien de trop grave, quand même ? » Souleva-t-il après avoir décidé de s'enquérir de son humeur, qui était un peu maussade quand il n'était pas là comme elle le lui avoua.
      ɸɸɸ « Si, très trèèès grave, je vais avoir besoin d'une étroite supervision d'un bel auror sur-qualifié pour ne plus subir ces vagues à l'âme ... » Surjoua-t-elle, rieuse, en se mordant la lèvre.
      ɸɸɸ « C’est moi que tu traitais de vil flatteur ? ...Tu viendrais dormir au Quartier Général ce soir ? Tu es superbe. Ce costume de superhéroïne te va vraiment comme un gant. » La flatta-t-il à nouveau alors que son sourire s'élargissait tant et plus, tandis que ses yeux brillaient d'allégresse.
      ɸɸɸ « Oui, ou tu peux venir dans mon humble appartement, il n'est pas bien grand mais on n'aura qu'à ... se serrer. » Mima-t-elle en se collant un peu plus contre lui.

    Elle pouvait sentir son coeur battre contre sa poitrine et le sien s'emballa légèrement. Ses incisives revinrent mordiller sa lèvre alors que ses yeux faisaient le yoyo entre sa bouche, son regard infiniment bleu. Sa main quitta son cou pour glisser jusqu'au haut de sa chemise et aller jouer avec un bouton ... qu'elle défit par excès d'enthousiasme.

      ɸɸɸ « Si tu veux, on peut y aller tout de suite, que je te fasse visiter ... » Ajouta-t-elle, soudainement empourprée.

    Et ses lèvres se pincèrent tandis que ses joues prenait de plus en plus largement la teinte du coquelicot.

_________________

You turn my whole world upside down,

You're so wrong and you're so right...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Bal de la Rentrée - She's my girl, my Supergirl   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bal de la Rentrée - She's my girl, my Supergirl

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [THEME - PV] J'ai raté mon entrée à défaut de ma rentrée !
» Un costume bien taillé pour la rentrée
» Discours du Directeur et du Ministre le soir de la rentrée .....
» Discours du directeur pour la rentrée 1978/1979
» Soeur Sourire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Elderwood Accueil ─
 :: ─ Premier étage. :: ─ La Salle de Bal
-