Sujets similaires

    Partagez | 
     

     The Attic ft Arrogance

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
    Durmstrang

    • avatar
      ACCIO PROFIL

      ♦ PARCHEMINS POSTES : 32
      ♦ PSEUDO : Sway
      ♦ CREDITS : Sway
      ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 13/01/2013



    Revelio

    & Me, myself and I
    ♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
    ♦ DEDICACES:

    MessageSujet: The Attic ft Arrogance   Jeu 31 Jan - 23:06

    INFORMATIONS SUR LE SUJET


    Date : Un soir de septembre
    Intrigue en cours : J'AI TOUJOURS RÊVÉ D'ÊTRE...
    Protagonistes : Vicerys L. Udinov & Arrogance S. O'Ryan
    Statut du sujet : Privé
    Intervention du MJ : -


    «There's someone in the attic,
    Building a strange machine.
    Blinded by the world outside,
    I stay inside.
    Hardly know my name,
    But it's getting better by time.»
    In Flames - The Attic





      Plus tôt dans la journée, c’est par un jeu de regard, le tout orchestrer dans le dos de Liss, que j'ai fait comprendre à Arrogance que je souhaitais la retrouvée ce soir à notre endroit habituel. Arrogance est l'amie de Liss, du moins je crois. C'est par ma soeur que je l'ai connue et elle à eu le don de sortir du lot en ne me traitant pas comme la plupart de amies de Liss ; comme une chose encombrante. Les filles aiment être en elles et il n'est pas rare que j'aie l'impression d'interrompre une conversation lorsque je m'incruste dans le cercle des amies féminines de Liss. Avec Arro c'était différent, j'ai vite repérer qu’elle avait du mal à se retenir de sourire lorsque j'envoie une pique à Liss ou que je fait preuve d'humour douteux. Devant ma moitié nous nous sommes toujours contentés de simples politesses mais il est bien vite apparu une très net envie de faire connaissance en dehors de tout lien avec Liss. Nous avons alors d'instinct et tout naturellement entamé une relation que je me plait à qualifiée de clandestine. Bien évidement j'ai quelques intérêts cachés derrière tout ça mais Arro me plait, j'aime passer du temps avec elle. Pour le moment Liss semble n'avoir rien remarqué et c'est tant mieux. Je n'ai pas envie que Arro se retrouve au milieu de nous deux! C'est peut être parce que au final je veux la gagnée pour moi tout seul. Je souris d'un air absent et en posant les yeux sur l'horloge, je constate qu'il est l’heure.

      Je me mets alors sans attendre en route vers notre lieu de rendez-vous habituel ; le grenier. C'est moi qui l'ai choisis parce que je trouve que cela correspond parfaitement à nos rendez-vous secrets. Ok ce n'est vraiment pas l'endroit le plus propre ni le plus accueillant d'Elderwood mais c'est ce qui fait tout son charme. Nous n'y avons jamais rencontré qui que ce soit pour nous contrarier ou pire nous dénoncer alors pourquoi changé une combinaison gagnante ? Je sais que Liss est occupée à autre chose ce soir et je ne me préoccupe pas trop de la voir bondir de nulle part. Je monte, toujours plus haut et arrivé enfin au sixième étage. Lorsque je pénètre dans le grenier, je lance un lumos et constate avec joie que les lieux sont désert. Je m'enfonce plus loin et m'arrête au vieux canapé à moitié démembré. Je me laisse tomber dans l'un des creux encore capable de supporter mon poids. Un vent frais s'insinue de partout et je me blottis plus encore dans le recoins que je me suis choisi. La solitude est bien souvent la meilleure des compagnes lorsqu'elle entrecoupe le bruit et les conversations. C'est uniquement lorsqu’elle deviens seule constante qu’elle se transforme en enfer. Je balance la tête vers l'arrière et profite de ce moment de calme.

      Arrogance ne devrais pas tarder, du moins je l'espère. Sans retenue, je m'allume une cigarette que je savoure avec autant de plaisir que le silence qui m'entoure. Je suis respectueux des règles mais suffisamment intelligent pour les contournées quand s'en montre l'opportunité. Ici, je ne pense pas que mon tabagisme risque d'être punis. Je ne fume jamais devant Liss non plus. Ce serait trop con de lui donner la chance de se servir de l'excuse que je le fais pour qu'elle s'y adonne elle même. On se doit de souhaiter mieux à ceux que l'on aime que les propres conneries que l'on est capable de faire en se croyant tout simplement invincible. Mon esprit s’emballe! J'aime penser et je ne perds pas une seconde à fixer le vide tout en laissant mon cerveau ralentir. Non ! J'aime le sentir s’accélérer, titillé par des concepts ou des pensées qui m’assaillent. J'affiche un sourire et je ferme les yeux tout en savourant ma clope. Le gargouillement de mon ventre viens briser le silence et me rappelle que j'ai encore une fois raté un repas par simple oublis. Manger , dormir...perte de temps ! Penser et agir ! Voila des choses biens plus intéressantes.


    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Beauxbâtons

    • avatar
      ACCIO PROFIL

      ♦ PARCHEMINS POSTES : 202
      ♦ PSEUDO : Bluefeathers
      Féminin ♦ CREDITS : © HOMOandERECTUS & tumblr
      ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/02/2011
      ♦ LOCALISATION : Au point de convergence de tous les regards



    Revelio

    & Me, myself and I
    ♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année & Beauxbâtons
    ♦ DEDICACES:

    MessageSujet: Re: The Attic ft Arrogance   Jeu 7 Fév - 15:34

    Je n’avais eu besoin que d’un seul regard de Vicerys pour comprendre. J’avais battu deux ou trois fois de mes longs cils pour lui signifier que le message était passé avant de planifier ma soirée de manière à ce que personne ne puisse nous surprendre ou nous déranger. A notre façon de procéder, quiconque nous surprenant dans nos préparatifs ou dans nos entrevues clandestines aurait pu croire que nous étions amants, mais notre relation n’avait jamais été au-delà du politiquement correct et de l’amical. Il était déjà suffisamment difficile de passer ces moments ensemble au nez et à la blonde chevelure de Liss’ (celle-ci n’ayant pas de barbe, cette expression semblait plus appropriée que la traditionnelle) pour ne pas en plus y ajouter ce genre d’embarras (qui n’avaient, de toutes les manières, jamais été à l’ordre du jour et y étaient encore moins en ce début d’année). J’avais décidé de ne plus m’entourer que des hommes n’avaient jamais eu d’intérêt romantique pour moi et Vicerys faisait fort heureusement partie de ceux-là, aussi me réjouissais-je de cette entrevue. Je me plaignis donc toute la journée auprès de mes compagnes de maux de tête infernaux pour me passer de leurs piaillements la nuit venue et ainsi libérer mon agenda pour quelques heures. Le grenier n’était pas l’un de mes endroits préférés de l’école, mais au moins personne n’aurait l’idée saugrenue de venir m’y chercher ou de nous interrompre, ce que nous ne souhaitions pas. Nous ne nous étions évidemment pas écrit de l’été, de peur que sa sœur n’intercepte une de nos missives. Et étant donné que le nombre de lettres que j’avais envoyé avait été on ne pouvait plus réduit, cela diminuait d’autant les chances qu’il ait eu de mes nouvelles.

    Gravissant les marches, je lissais l’un des plis de ma jupe avant de soupirer. Nul vêtement neuf à partir de maintenant, autant m’y habituer immédiatement. Même si les fonds qu’envoyait mon frère étaient suffisants pour l’inscription à l’école et ce genre de choses, il était clair que le train de vie que m’auraient accordé mes fiançailles avec Caesar n’était qu’un lointain souvenir. Choisir mon cœur au lieu de l’argent, qui aurait parié sur cela ? Certainement pas moi. Poussant la porte du lieu, je repérais immédiatement l’odeur de cigarette qui accompagnait invariablement nos entrevues. Un léger sourire se dessina sur mes lèvres : il était donc déjà arrivé, plus que ponctuel, en avance, une des choses que j’appréciais chez lui. Je refermai précautionneusement derrière moi, hésitant à ajouter un objet nous prévenant d’une éventuelle intrusion, mais, après réflexion, la porte était suffisamment bruyante pour nous permettre de réagir dans ce cas de figure. J’avançai donc lentement, me frayant un chemin au travers du bric-à-brac infernal qui ne m’était toujours pas familier malgré le nombre de soirées que nous avions passé ici, preuve que ce bazar devait être doté d’une vie propre et se mouvoir quand personne ne regardait. Ayant heureusement troqué mes talons hauts de la journée pour des ballerines, j’arrivai sans encombre en vue de mon ami, en face duquel je m’assis, dans une causeuse qui semblait légèrement branlante : Je rêve d’un jour pouvoir te rencontrer dans un endroit qui ne tomberait pas en ruines … notai-je non sans humour. Passant une main légère dans mes cheveux, je l’observais un moment : Mais je suppose que dans ce cas de figure, Liss’ se chargerait de faire en sorte que ce lieu soit réduit en poussière, donc sans doute sommes-nous effectivement plus sages de prendre les devants. M’appuyant au dossier, je demandai : Comment vas-tu ? J’ai entendu dire que tu avais été blessé ? De la bouche même de sa sœur, mais il devait s’en douter …

    _________________
    ► « Will my reflection show who I am inside ? »
    O'Ryan Arrogance
    (c) Myuu.BANG!
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Durmstrang

    • avatar
      ACCIO PROFIL

      ♦ PARCHEMINS POSTES : 32
      ♦ PSEUDO : Sway
      ♦ CREDITS : Sway
      ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 13/01/2013



    Revelio

    & Me, myself and I
    ♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
    ♦ DEDICACES:

    MessageSujet: Re: The Attic ft Arrogance   Dim 10 Fév - 20:13





      Des pas qui résonnent derrière moi...Je ne me retourne pas ! Il doit s'agir d'Arrogance et si ce n'était pas elle, je préfère ne pas établir de contact visuel et éviter toute conversation possible avec un visiteur inconnu. S'il s'agit de qui que ce soit d’autres que la jolie blonde et bien je ne souhaite qu'une chose; que cette personne s'en aille. Je souffle la fumée de ma cigarette à l'instant ou Arrogance s'installe finalement devant moi. Bien. Pas de surprises, pas d’imprévus. J'aime que tout se déroule comme convenu, sans encombres et sans détours. Si seulement Lissandeï pouvait prendre un peu exemple sur moi !

      Arrogance - Je rêve d’un jour pouvoir te rencontrer dans un endroit qui ne tomberait pas en ruines …

      Je lui répond par un léger sourire et un hochement de tête approbateur. Une bonne conversation vaut mieux que n'importe quel confort mais, je ne crache pas non plus sur un minimum que cet endroit n’atteins pas le moins du monde.

      Arrogance - Mais je suppose que dans ce cas de figure, Liss’ se chargerait de faire en sorte que ce lieu soit réduit en poussière, donc sans doute sommes-nous effectivement plus sages de prendre les devants.

      J'éclate d'un rire bref mais significatif. Je ne veux définitivement pas que Liss soit au courant de la relation que j'entretiens avec Arrogance et pour bien des raisons. La première étant que j'ai besoin d'une source d'information dans le cercle des amis de Liss. J'ai bien trop peur que ma soeur puisse me cacher quelque chose et ensuite, même si cela prends bien trop d'importance par rapport à ce que j'avais prévu... J’apprécie sincèrement Arrogance et mettre Liss au parfum reviendrait à ruiner la simplicité de notre relation actuelle. Non, tout cela ne peut pas changer. Je tire une bouffée sur ma cigarette tout en tirant de ma main libre une partie des fibres du canapé.

      Arrogance - Comment vas-tu ? J’ai entendu dire que tu avais été blessé ?

      J'ai envie de rire encore une fois mais, je n'en fait rien. Mon regard se fixe droit dans celui d'Arrogance. Je ne sais même pas comment cette nuit là c'est passée pour elle. Je n'ai vu que Liss et l'inquiétude terrifiante qu'elle m'a infligée. Cette gourde pourrait me rendre aveugle. Le pire des égoïstes! Je me mords la lèvre et je décide que pour me faire pardonner de n'avoir pas pris des nouvelles d'Arrogance, je me dois au moins de lui dire la vérité. A elle et à elle seule. J'espère ne jamais le regretter.

      Vicerys - C'est un peu exagéré les choses. Liss m'a plantée alors que je lui avait interdis de s'éloignée de moi. Cette petite écervelée n'avait pas trouvé mieux comme idée que d'aller tenter de sympathisé avec les bêtes poilues. Elle à eu une chance terrible de s'en sortir aussi bien et moi, pour la faire payé ...Je me suis fracassé la tête moi - même. Qu'elle comprenne et qu'elle culpabilise un peu...Pas certain que ça ai servi au final...

      Je pose mes coude sur mes genoux, en me penchant vers l'avant pour ajouter sans plus attendre.

      Vicerys - Je sais que c'est foireux mais ,j'ai cru devenir fou et il fallait qu'elle paye ! Je compte sur toi pour ne rien révéler de tout ça ! Tu est la seule à être au courant.

      J'insiste sur ce point tout autant pour lui donner de la valeur que pour lui indiquer que si elle le répète, je saurai que ça viens d'elle sans la moindre hésitation. Il faut savoir protéger ses arrières ! Je me laisse retomber dans le fond du canapé qui rétorque par un grincement morbide. Je souris avant de me concentrer à nouveau sur Arrogance.

      Vicerys - J'était tellement aveuglé par ma colère et le manque de jugeote de Liss que j'ai encore fois joué l’égoïste ...Comment tu vas toi ? Pas de séquelles irréparables? Qu'on les voie ou non...

      Ma question et mon inquiétude sont des plus sincère. Il m'arrive aussi souvent que je le peux de me préoccuper de ceux que j'apprécie même si je sais bien que je me renferme trop sur moi-même. Je ne suis pas la définition d'un bon ami mais je tente de faire de mon mieux chaque jour.



    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Beauxbâtons

    • avatar
      ACCIO PROFIL

      ♦ PARCHEMINS POSTES : 202
      ♦ PSEUDO : Bluefeathers
      Féminin ♦ CREDITS : © HOMOandERECTUS & tumblr
      ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/02/2011
      ♦ LOCALISATION : Au point de convergence de tous les regards



    Revelio

    & Me, myself and I
    ♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année & Beauxbâtons
    ♦ DEDICACES:

    MessageSujet: Re: The Attic ft Arrogance   Dim 24 Fév - 20:22

    Le sourire puis le rire de mon ami amenèrent le coin de mes lèvres à se relever alors que je m’installais le plus confortablement possible dans ce siège branlant d’un autre temps. Je ne parvenais pas à comprendre comment il pouvait y avoir un grenier avec de vieilles choses dans cette école complètement neuve, à moi que la personne en charge de la décoration n’ait rassemblé tous les débarras des instituts d’origine pour les regrouper dans celui-ci. Dans tous les cas, ce fauteuil semblait indéniablement français et j’avais en ce cas tout d’une Marie-Antoinette déchue discutant avec un ancien tsar dans l’au-delà. Image touchante quoique quelque peu morbide. Cela étant, quelle allure nous aurions eu, toisant le monde de notre canapé dans la Salle Commune Générale … Un doux rêve qu’il fallait cependant efface le temps que les deux jumeaux n’auraient pas trouvé le moyen de ne pas être absolument intransigeants et tout sauf partageurs. La soif d’exclusivité, je ne la comprenais que trop bien aussi ne leur jetais-je pas la pierre et jouais-je le jeu sans piper mot. Et ce fut sans doute ce qui me permit de ne pas réagir outre mesure lorsque mon ami me narra son stratagème. Je ne pus cependant empêcher mes lèvres de se pincer dans une moue qui se voulait entre l’amusement et le désespoir. Vouloir faire culpabiliser quelqu’un à tout prix, je le concevais. Peut-être n’aurais-je jamais été aussi extrême, mais l’intention ne m’étant pas inconnue, je ne tombai pas des nues en criant à l’assassin comme d’autres l’auraient sans le moindre doute fait. Je sais que c'est foireux mais ,j'ai cru devenir fou et il fallait qu'elle paye ! Je compte sur toi pour ne rien révéler de tout ça ! Tu es la seule à être au courant. J’aurais plutôt usé du terme « rocambolesque », mais l’idée est en tous cas là. Et tu peux évidemment compter sur mon silence. Si infirmer ou confirmer voire lancer des rumeurs n’était pas une discipline qui m’était inconnue, il n’empêchait que je savais faire preuve de discrétion en ce qui concernait mes proches. J’eus un léger rire, finalement, ne pouvant le retenir : Vous êtes impossibles, tous les deux. Aussi incapables de vivre l’un sans l’autre que de vous le dire simplement. Mais je vous envie, quelque part.

    Le coin de mes lèvres avait tremblé de façon discrète en cette fin de tirade et j’y posais un doigt délicat pour en calmer les soubresauts. J’avais pensé que cela était le cas, pour moi également, et le fait d’y repenser était douloureux, étant donné que cela me rappelait à quel point je m’étais fourvoyée. Alors peut-être que d’aucuns jugeraient cette relation entre les deux slaves malsaine, mais au moins ils en avaient une, et il existait quelqu’un pour lequel ils étaient prêts à tout. J'était tellement aveuglé par ma colère et le manque de jugeote de Liss que j'ai encore fois joué l’égoïste ... Je tressaillis légèrement pour lui opposer : Il n’y a pas de mal, la fin de l’année et cet été a été compliqué pour tout le monde. Et, au vu de la nature de notre relation, il lui avait été encore plus difficile de prendre de mes nouvelles. Comment tu vas toi ? Pas de séquelles irréparables? Qu'on les voie ou non... La justesse de ses paroles m’atteignit en pleine poitrine et j’inspirai lentement pour évacuer la douleur. Posant mes mains soigneusement sur mes genoux, je m’humectais les lèvres en essayant de trouver la formulation adaptée avant de relever mes yeux pour les planter dans les siens, tentant finalement, d’une voix qui me sembla assurée au vu des circonstances : Je n’ai pas été physiquement blessée. Je ne suis moi-même pas commode comme créature et j’étais de surcroît bien entourée. Faire ainsi de l’humour sur ma condition de demi-Vélane m’aidait à mettre les choses en perspectives. Cependant, je n’avais pas correctement répondu à sa question. Quant au reste, certaines choses se sont produites. Nombreuses et assez complexes dans leur enchevêtrement. Me lancer dans un récit par le menu était exclu, sauf s’il me le demandait, mais je ne voulais en aucun cas lui narrer les contes de la pauvre princesse déchue sans qu’il ne manifeste l’envie expresse de les entendre. Je baissai donc les yeux pour finir : Il en résulte une rupture pure et simple avec ma famille, et la résolution de ne plus laisser aucun homme, quel qu’il soit, m’approcher. Romantiquement parlant, s’entend, complétais-je en lui lançant un regard d’excuses. Je ne voulais pas qu’il croie que je le congédiais, bien au contraire. J’avais besoin de sa présence, lui qui ne m’avait jamais regardé de cette manière.

    _________________
    ► « Will my reflection show who I am inside ? »
    O'Ryan Arrogance
    (c) Myuu.BANG!
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Durmstrang

    • avatar
      ACCIO PROFIL

      ♦ PARCHEMINS POSTES : 32
      ♦ PSEUDO : Sway
      ♦ CREDITS : Sway
      ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 13/01/2013



    Revelio

    & Me, myself and I
    ♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
    ♦ DEDICACES:

    MessageSujet: Re: The Attic ft Arrogance   Mar 5 Mar - 15:50



      Arrogance - J’aurais plutôt usé du terme « rocambolesque », mais l’idée est en tous cas là. Et tu peux évidemment compter sur mon silence.

      Quel doux euphémisme. Arrogance joue la carte de l'indulgence et je n'en attendais pas moins d'elle. Ce n'est pas pour rien qu'elle est la seule à avoir connaissance de cette petite incartade. Je n'en parlerais pas à quelqu'un qui soit enclin à me faire la morale ou à souligner combien je peut être pitoyable et obstiné. Je déteste ça. Ce genre de personne qui vous retourne la merde sous votre nez ne sont pas de celles dont je veux m'entourer. J'adresse un sourire à Arrogance. Signe silencieux que j’apprécie sa réaction et son voeux de silence.

      Arrogance - Vous êtes impossibles, tous les deux. Aussi incapables de vivre l’un sans l’autre que de vous le dire simplement. Mais je vous envie, quelque part.

      Oh je nous envie aussi. Je n’échangerais Liss pour rien au monde même si elle a le don de me rendre fou. Ce lien indestructible qui nous unis dépasse tout entendement et toutes les épreuves. C'est si bon d'avoir quelque chose que l'on peut tenir pour acquis dans la vie. J'ai de la chance et Liss aussi. Une once de culpabilité me chatouille le ventre mais je chasse bien vite ce sentiment qui ne me sert à rien d'autre qu'a me mener à broyer du noir. Je me concentre plutôt sur mon amie qui semble plus chamboulée que je n'aurais pu le deviner au premier abord. Ne sachant pas ce qui cause cela en elle et ne voulant pas la brusquée, je continue de me justifié et elle me répond toujours avec empathie et ouverture d'esprit. Oui c'était difficile pour tout le monde et moi je n'ai rien fait de mieux que de compliqué encore plus les choses. Je me sens bouillir et je ne résiste pas à l'envie d'allumer une nouvelle cigarette. Finis. J'en ai assez et j'en viens à interrogé Arrogance. Je veux savoir ce qui la rends si...fébrile.

      Arrogance - Je n’ai pas été physiquement blessée. Je ne suis moi-même pas commode comme créature et j’étais de surcroît bien entourée.

      Je lui souris. Brièvement et de manière encourageante. Je ne doute pas de ses capacités et j'ai été ravi de constater qu'elle ne semblait pas avoir subis de dégât physique majeur. Elle est entière...d'un point de vue extérieur. Pas de bras en moins , pas de cicatrices défigurant son visage...Je sais pourtant que les pires douleurs sont celles que l'ont ne vois pas. Celles que l'on cache sous des masques de circonstances.

      Arrogance - Quant au reste, certaines choses se sont produites. Nombreuses et assez complexes dans leur enchevêtrement.

      J’acquiesce. Je ne veux pas l'interrompre. Je suis certes pris d'un élan de sympathie qui pourrais me pousser à venir poser une main compatissante sur son épaule pour l'encouragée à se confier mais, je n'en fais rien. Ce n'est pas mon genre et je ne suis pas vraiment à l'aise dans ce genre de situation. Je n'ai pas le contrôle et comme toujours ça me mets mal à l'aise. Je penche la tête et tire une bouffée sur ma cigarette tout en ne quittant pas Arrogance du regard.

      Arrogance - Il en résulte une rupture pure et simple avec ma famille, et la résolution de ne plus laisser aucun homme, quel qu’il soit, m’approcher. Romantiquement parlant, s’entend,

      Je plisse les yeux. Je n'affiche pas un air grave ni ne m’empresse de lui en demander plus. Je ne suis pas de ce gens qui sont avides de drames ou qui réagissent à l’extrême en entendant les autres exprimer leur problèmes. Je reste silencieux et j'affiche un air des plus réfléchis. Je ne pense pas être capable de démêler tout cela sans lui demander de m'en dire plus.

      Vicerys - Je ne comprends pas...Il va falloir que tu m'explique, si tu est d'accord bien sur. Pour ce qui est d'exclure les hommes, je ne te contredirai pas la dessus ! Je préfère moi-même largement m'entouré des charmes et de la douceur que l'on attribue aux femmes.

      Ce petit écart avec pour simple but de détendre un peu l'atmosphère. Si elle dis vouloir renoncer aux homme, qui suis-je pour la contredire de but en blanc? Jamais. J'aimerais simplement comprendre ce qui l'amène à ce choix radical et j'espère sincèrement qu'elle ne cache pas un secret si terrible qu'il pourrait réveiller mes instincts protecteur. Du bout des doigts j'arrache un morceau de tissus du canapé et en tire les fils nerveusement. Je ne supporte pas que l'on fasse du mal aux miens, mon clan, ma meute, mes élus. Arrogance en fait partie, je me fait doucement à cette évidence.


    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
    Beauxbâtons

    • avatar
      ACCIO PROFIL

      ♦ PARCHEMINS POSTES : 202
      ♦ PSEUDO : Bluefeathers
      Féminin ♦ CREDITS : © HOMOandERECTUS & tumblr
      ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/02/2011
      ♦ LOCALISATION : Au point de convergence de tous les regards



    Revelio

    & Me, myself and I
    ♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année & Beauxbâtons
    ♦ DEDICACES:

    MessageSujet: Re: The Attic ft Arrogance   Jeu 14 Mar - 18:39

    Le silence qui suivit ma déclaration ne m’étonna pas outre mesure. Mes paroles étaient radicales et rien dans ce que j’avais pu dire ou faire avant de partir n’aurait pu présager de ce retournement de situation. Quand je me posais pour y repenser, regardant les événements de ces derniers mois, je ne savais que dire. Le chemin avait été tortueux, imprévisible et semé d’embûches et je ne savais toujours pas si j’étais tirée d’affaire, si la route allait se poursuivre et où celle-ci me mènerait. Il y avait tant à dire et en même temps seulement à constater. Quelle discussion pourrions-nous avoir sur le sujet ? Devais-je exposer mes motivations qui me semblaient parfois tellement obscures que j’en venais à douter. N’aurais-je pas mieux fait d’accepter l’union empoisonnée que l’on m’avait servie sur un plateau ? J’aurais encore eu un nom, une situation, de l’argent et la certitude qu’un homme me prendrait de temps à autres en m’accordant son amour, même sans être jamais totalement à moi. A présent je n’avais plus rien, rien d’autre que mon pauvre tuteur que je récompensais si mal de sa gentillesse à mon égard et dont je serais l’éternelle débitrice. Et je n’avais malheureusement plus rien à lui offrir. Tout cela pour quoi ? Pour le fol espoir qu’une vie meilleure était possible ailleurs ? Mensonge que tout cela. Il n’existait pas de fin heureuse pour ceux de mon espèce et cette nuit et tout ce qui en avait découlé me l’avait enfin fait comprendre de manière définitive. Voilà ce que je devais dire à Vicerys pour éclairer sa lanterne. Il semblait perdu dans sa médiation, sans se montrer particulièrement concerné ou inquisiteur, ce dont je lui sus gré. Il finit tout de même pas demander des précisions, ce qui était plus que compréhensible : Je ne comprends pas...Il va falloir que tu m'expliques, si tu es d'accord bien sûr. Je hochai la tête pour montrer mon approbation. Il le fallait, si je voulais qu’il suive mon raisonnement.

    Pour ce qui est d'exclure les hommes, je ne te contredirai pas là-dessus ! Je préfère moi-même largement m'entouré des charmes et de la douceur que l'on attribue aux femmes. Ce trait d’humour me fit sourire et allégea un peu le poids de ce que j’avais à dire, rendant sans doute la confession plus aisée. Je me rassis correctement, croisant mes jambes et prenant mon temps pour mettre de l’ordre dans mes idées et ne pas me laisser submerger par mes émotions. Tout est lié en réalité. Je me suis rendu compte à la suite de cette nuit que je ne voulais pas vivre ma vie auprès d’un connard adultère et ai donc envoyé la bague de fiançailles que Caesar devait me passer au doigt au visage de celui-ci, ce qui a scellé la rupture définitive avec ma famille, quelle qu’elle soit, étant donné que cet arrangement devait tirer mon père de la faillite. Tout ceci me semblait court, clair et concis et étant donné que je m’en tenais aux faits, tout allait pour l’instant bien, nulle larme n’était venu obscurcir le ciel de mes yeux. Tu comprendras donc aisément que ma confiance dans la gent masculine était devenue bien fragile, guère aidée par ce que la fin de l’année avait amené à ma relation controversée avec un certain joueur de Quidditch. Beaucoup de mes amis n’appréciaient effectivement pas Luis, peut-être parce qu’ils ne le connaissaient après tout aucunement et qu’ils se laissaient berner par son côté je-m’en-foutiste. Il s’est avéré qu’il n’était pas plus digne de confiance. Je ne sais pas à l’heure actuelle où en est notre histoire et n’ai pas l’intention de le supplier pour avoir une réponse. Je me ferme donc définitivement à toute forme de relation, romantique ou charnelle avec un homme. Ce n’avait pas été si facile que cela à prononcer, mais c’était dit. Je savais très bien qu’il m’était simple d’envisager, de loin, de me moquer de Luis mais que la réalité était en vérité moins évidente et que je ne faisais que trembler lorsque j’entendais sa voix dans un couloir. Je voulais tellement me tromper sur ce qu’il avait pu faire pendant l’été que cela me rendait malade. Mais il n’était pas question pour moi d’ennuyer Vicerys avec ces considérations, aussi lançais-je à mon tour une petite plaisanterie, rebondissant sur ses propres dires pour compléter ma déclaration : Ni avec une femme, pour ta gouverne. Je pense que nous sommes encore pires que les hommes en la matière. Pas toutes. Mais certaines, sans le moindre doute.

    _________________
    ► « Will my reflection show who I am inside ? »
    O'Ryan Arrogance
    (c) Myuu.BANG!
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur

    • ACCIO PROFIL


    Contenu sponsorisé



    Revelio

    MessageSujet: Re: The Attic ft Arrogance   

    Revenir en haut Aller en bas
     

    The Attic ft Arrogance

    Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
    Page 1 sur 1

     Sujets similaires

    -
    » Omnia

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    ─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
    ─ Elderwood Salles Communes ─
     :: ─ Sixième étage. :: ─ Le Grenier
    -