Partagez | 
 

 Meeting at sunset (ft. Charles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 146
    ♦ PSEUDO : Shadowcat
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 20/12/2012
    ♦ AGE : 21
    ♦ LOCALISATION : Bibliothèque ou salle commune



Revelio

MessageSujet: Meeting at sunset (ft. Charles)   Jeu 31 Jan - 18:52

Une rencontre au soleil couchant, et advienne que pourra ^^


Date : Septembre
Intrigue en cours : Saison 2 Chapitre 2
Protagonistes : Lucila M. Gonzalès et Charles A. Taylor
Statut du sujet : Privé
Intervention du MJ : non


« When the sun goes down, the sky seems to burn and beautiful meetings can be made»


La journée de Lucila était finie. Elle avait été assez banale: une succession de cours, quelques discussions avec des proches, des arrêts à la bibliothèque pour emprunter un ou deux livres pour s'occuper pendant le week-end et faire quelques recherches afin de s'avancer un peu dans ses devoirs. Maintenant la jeune fille avait envie de se poser, et de ne plus trop réfléchir. Qu'y avait-il de plus agréable et apaisant qu'admirer le couché du soleil et voir le ciel s'enflammer de nuances d'or, de rose et de cuivre avant d'accueillir la nuit? Lucila avait toujours aimé regarder le soleil se coucher, et se dirigeait donc d'un pas tranquille vers un lieu où elle pourrait se poser pour l'observer à son aise maintenant qu'elle avait déposée ses affaires de cours dans son dortoir. Elle salua avec son habituel sourire bienveillant les connaissances qu'elle croisa dans les couloirs et s'engagea dans la cours intérieure, ses pas la guidant sans même qu'elle n'ait à réfléchir jusqu'à un banc un peu excentré. Elle allait toujours s'installer sur ce ban là, car elle savait que peu de gens s'aventuraient dans ce coin là de la cours et qu'elle pourrait être au calme. Elle s'assit sur le banc et leva les yeux vers le ciel, une moue admirative se dessinant sur son visage à la vue des couleurs flamboyantes que prenait le ciel à cet instant. En bonne rêveuse, la jeune fille commença à laisser ses pensées vagabonder. "Que c'est beau!" Pensait-elle "Ce serait tellement agréable de partager ce moment avec quelqu'un. Un coucher de soleil auprès de celui qui m'aimerait et que j'aimerais tout autant, que rêver de mieux?" Elle ne put s'empêcher de sourire en imaginant cela et laissa son imagination s'emballer, dessinant la scène dans son esprit "Il me verrait assise sur ce banc, demanderait s'il peut s'asseoir à côté de moi, regarderait aussi le coucher de soleil, puis me dirait que je lui plait autant que la vue du ciel s'embrasant. Il me demanderait mon nom, je lui demanderais le sien, et il me dirait que rien qu'en me voyant, il a su qu'il m'aimait. Et bien sûr, il y aurait le baiser à la fin, comme dans les histoires de princesse que me racontait mon grand frère quand j'étais petite. Ce serait comme un conte de fée, mais en vrai! Ce serait tellement romantique..." Son sourire s'agrandit, et elle rougit un peu puis, en quelques secondes, son sourire s'effaça, et elle eut un soupir "Si l'amour pouvait vraiment être aussi simple! J'aurais trouvé mon prince charmant depuis longtemps. Je me demande où il se trouve... Avec tous les gens qu'il y a à Elderwood, il doit bien être quelque part par là! Je me demande dans quelle maison il est...Si il est dans une maison. Après tout, rien ne dit que ce n'est pas un professeur!" Lucila se sentit assez amusée en pensant cette dernière phrase. C'était tout de même assez étrange de s'imaginer en couple avec un professeur, et surtout strictement interdit. Mais après tout, les amours interdit avait toujours eu un certain charme! La jeune fille secoua la tête avec amusement "Aucun professeur n'a eu l'air de s'intéresser à moi jusque là, et ils ne sont pas vraiment dans la tranche d'âge idéale!" et se focalisa à nouveau sur le coucher de soleil.


Dernière édition par Lucila M. Gonzalès le Mar 16 Avr - 17:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Ven 1 Fév - 17:29

C’était une autre de ces nuits mouvementés, où la réalité épousait l’onirique pour engendrer quelque chose qui n’était ni l’un, ni l’autre. Alternant entre les transes épuisantes et les rêves éveillés, Charles avait l’impression, alors que le soleil était parfaitement bien installé, qu’il venait de passer une semaine sans dormir entre les mains d’un entraîneur physique shooté à la cocaïne. Heureusement qu’il ne donnait pas de cours aujourd’hui…

Se passant une main dans des cheveux encore humide d’une sueur froide, il réalisa qu’il ne pourrait plus continuer ainsi bien longtemps. Il comprenait maintenant toute l’ampleur de l’angoisse des personnages de Poe luttant contre leur conscience. Il devait tenter quelque chose, avant que son numéro d’équilibriste ne le conduise au fond du précipice.

Une vraie solution, cette fois-ci. Pas l’une de ses frasques habituelles qui ne faisaient généralement que l’enfoncer plus profondément. Non, quelque chose de responsable. Faire le choix qui devait être fait. Se comporter, finalement, en Homme!

**********

Debout sur le toit d’un bâtiment clôturant la cour intérieure, dans un coin reculé, il expirait la fierté, les mains sur les hanches comme un Peter Pan triomphant. Cela lui avait pris un bon moment, mais malgré le brouillard qui envahissait sa conscience, la solution tant convoitée s’était finalement présentée à lui. Sous la forme d’une longue corde noueuse. Il aurait dû y penser bien plus tôt. Il se serait évité une quantité phénoménale d’évènements honteux…

Une extrémité solidement fixée à la corniche intérieure de la cour, il enfila l’épais collier de la seconde autour de son cou. ( Kids, don’t attend this at home. Il prit le soin de bien la serrer contre sa peau, et d’en vérifier la solidité. C’était tellement plus simple que de se faire passer pour un professeur d’Elderwood. Et puis, il l’avait vu dans un film moldu : si un acteur parvenait à faire semblant de se pendre pour qu’on le croit mort, il n’y avait aucune raison pour qu’un sorcier presque accompli et aussi astucieux que lui n’y parvienne pas. Un simple sortilège pour lui permettre de respirer en toute liberté, et le tour serait joué! Certes, la communauté d’Elderwood serait sous le choc pendant un moment, surtout après toute la commotion entourant l’attaque des loups. Mais cela ne ferait qu’ajouter au caractère explosif de sa « mort ». Il ne lui resterait plus qu’à tranquillement sortir de sa tombe (en espérant que personne n’ait la bonne idée de le jeter à la flotte, ou de l’incinérer…) et à reprendre sa vie à zéro! Peut-être en amérique latine. Ou encore la Finlande.

Alors qu’il révisait les dernières étapes de son plan, une violente bourrasque se leva, le faisant perdre pied. Dans un dernier réflexe pour tenter de conserver son équilibre, ses bras voltigèrent de gauche à droite, envoyant sa baguette s'écraser dans la cour.

* Et merde…. *

Il finit par prendre son combat contre la gravité, et roula dans le vide. L’impact de la corde tendue lui fit perdre le peu de souffle qu’il avait emmagasiné, le faisant légèrement tourner sur lui-même. Si seulement il s’était également bourré sur la longueur de la corde…

Pas la peine de s’énerver pour si peu. Il lui restait quelques secondes pour trouver une façon de repousser les limites de la sorcellerie moderne et lancer un sortilège informulé sans baguette. Simple. De quoi rendre son père fier. Plus que s'il se plantait.

Mais dans tous les cas, ne n’était pas dans le visage horrifié de cette pauvre étudiante qu’il allait trouver sa réponse. À moins que son regard implorant et sa détresse évidente accomplissent l’impossible…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 146
    ♦ PSEUDO : Shadowcat
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 20/12/2012
    ♦ AGE : 21
    ♦ LOCALISATION : Bibliothèque ou salle commune



Revelio

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Ven 1 Fév - 19:49

Tout était calme et normal. Le soleil se couchait comme tous les soirs, les feuilles des arbres bruissaient légèrement sous la caresse du vent, un homme avec une corde autour du cou venait de tomber de nulle part...Le cours des pensées de Lucila se figea un instant à la dernière chose venant brusquement d'entrer dans son champs de vision" Une seconde. Un homme avec une corde autour du cou qui tombe de nulle part...Depuis quand c'est normal?!" Elle se leva en sursaut, une exclamation horrifiée s'échappant de ses lèvres, son regard exprimant pleinement la détresse qu'elle ressentait face à ce genre de situation. On ne lui avait jamais appris comment réagir face à une chose pareille! Elle était une simple étudiante, pas un auror! Elle était simplement venue ici pour regarder le soleil se coucher, pas pour assister au suicide de quelqu'un par Merlin! La panique s'engouffra dans ses veines. Que faire? Pourquoi il n'y avait jamais d'adulte dans les parages dans de telles situations?! Si seulement elle arrivait à réfléchir correctement! Elle était si chamboulée que cela lui était difficile. Mais il fallait qu'elle fasse quelque chose, et vite! Son instinct lui hurla de couper la corde avant que l'homme ne s'étouffe. A peine cette pensée avait-elle traversé son esprit qu'elle pointait sa baguette vers la corde, lançant le meilleur diffindo qu'elle put. Dès que la corde fut coupée, elle se précipita auprès de l'homme, lui demandant avec angoisse:

- Tout va bien monsieur?! Vous vous êtes blessé quelque part en tombant? Vous avez chuté si violemment...J'ai peur que vous ayez quelque chose de cassé. J'ai appris quelques sorts de soin dans les livres, certains devraient faire l'affaire si vous vous êtes vraiment cassé quelque chose. Je ne m'en suis jamais servi en situation réelle, mais je peux toujours tenter...

Elle se tut soudainement. Dans le feu de l'action, elle avait trouvé l'adulte familier mais n'avait pas réfléchi à qui cela pouvait bien être, mais maintenant qu'elle était juste à côté de lui elle réalisait de qui il s'agissait. Très surprise, elle lança:

- Vous êtes le professeur de duel! Le professeur Taylor, c'est bien ça? Quelle étrange manière de faire la connaissance d'un professeur...A ce propos, il n'y a pas beaucoup d'autres explications à ce qui vient d'arriver qu'une tentative de suicide. Je pourrais vous dire que le suicide n'est pas une solution, et que la vie mérite d'être vécue mais si vous êtes arrivé à la conclusion que mourir était votre dernière solution vous ne vous intéressez très probablement pas à ses deux faits. Je me demande quelles sortes d'ennuis vous ont fait agir de la sorte...

Elle pensa aux tentatives de suicides de son frère Camil, et de son manque d'envie de parler de ses problèmes. Il était très probable, évident même, que le professeur, qui ne savait même pas qui elle était, ne veuille pas aborder avec précision les problèmes qui l'avaient forcé à envisager de mettre fin à ses jours...Aussi ajouta-t-elle simplement, avec un gentil sourire aux lèvres:

- Si vous ne voulez pas en parler je ne vous en voudrais pas. Je peux comprendre ça. On pourrait juste discuter tranquillement, ça fait souvent du bien aux gens d'échanger avec d'autres. Oh, mais je me rends compte que je ne me suis même pas présentée! C'est très impoli de ma part, j'en suis désolée. Je m'appelle Lucila Gonzalès. Je suis en 3ème année, à Yolihuani. Ravie de faire votre connaissance professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Lun 4 Fév - 11:02

C’est avec un profond soulagement qu’il chuta lourdement contre le sol. L’espace d’un instant, il avait crû que la petite blondinette se serait enfuit à toute jambe au lieu de lui porter secours. Retirant précautionneusement son collier de fortune, il toussa de bon cœur pendant un petit moment alors que sa trachée protestait verbalement contre l’abus dont elle venait d’être la victime.

* C’était vraiment une mauvaise idée, cette histoire…*

Alors qu’il se remettait doucement et parvenait à respirer sans ciller, il eut droit à un aperçu de la propre médecine qu’il servait aux autres : un babillage incessant. En même temps, la pauvre jeune fille devait être en état de choc! Le rôle d’un professeur s’étendait bien au-delà de celui de l’enseignement, et de voir l’un d’entre eux en venir à de telle extrémité avait de quoi secouer. Même s’il ne s’agissait dans le fond qu’un simulacre, comment pouvait-elle le savoir ?

Il allait donc devoir s’échiner à la rassurer, pour éviter que d’étranges rumeurs ne circulent à son sujet. À moins qu’il ne se serve d’elle pour les propager, justement, rendant la suite de son plan infiniment plus crédible…

* Mais t’es bête, Charles, ça fait 3 secondes que tu as conclu que c’était une mauvaise idée!*

Définitivement, il allait devoir remplir une application pour obtenir son propre Gemini Cricket…

Mais d’ici là, il avait d’autres problèmes. Comme éviter de servir de cobaye à une troisième année qui souhaitait lui lancer des sorts curatifs! Agitant vigoureusement les bras en signe de négation, il répondit d’une voix rauque :

« Tout va bien… tout va bien [s’étouffe]. Vous avez réglé mon problème principal, je vous assure. [tousse]»

Toujours assis au sol, se massant délicatement la gorge, il constata qu’elle semblait étonnamment calme face à ce qui venait de se passer, évoquant le suicide comme si elle répondait à une question théorique à propos du nombre de pattes que possédait une loutre. Bénie soit cette nouvelle génération d’insensibilisés! Juste au cas où il ne s’agirait que d’une façade, il entreprit quand même de désamorcé la situation.

« Enchanté de faire votre connaissance également, mademoiselle Gonzalès de Yolihuani», dit-il en se penchant par en avant pour serrer sa délicate main.

« Désolé d’avoir interrompu votre pause. Je suis content de vous être presque tombé dessus. Ça aurait pu mal se terminer, cette histoire.»

Ah vraiment ?!

« Ce n’est pas exactement ce que vous croyez, cependant. Je montais une petite mise en scène pour établir les parallèles entre les résolutions de conflits ou par un système de justice au 18ème siècle, et j’ai bêtement perdu pied…»

Peut-être un jour allait-il comprendre que le caractère invraisemblable de ses histoires ne les rendait pas plus susceptibles à être crues. Mais pas aujourd’hui, selon toute vraisemblance.

Il jeta un regard autour de lui à la recherche de sa baguette, avant de reporter son attention sur Lucila.

« D’ailleurs, je trouve ça relativement louche, que cette corde se sont ainsi enroulée autour de mon cou toute seule…Je me demande s’il ne pourrait pas y avoir un mauvais plaisantin aux passe-temps questionnables dans les parages… n’est-ce pas, mademoiselle ?»

Il fit de son mieux pour lui faire comprendre qu’il la soupçonnait, avant de reprendre son sourire.

« Je plaisante, bien entendu… Jamais je n’irais croire qu’une paisible étudiante telle que vous pourrait causer quelque tracas que ce soit.»

Une nouvelle quinte de toux lui rappela que papoter n’était peut-être pas des plus indiqués dans sa situation. Ça, et qu’il devait nettoyer la scène dans un avenir relativement rapproché. Il se releva donc en s’époussetant d’une main pour faire tomber les brins d’herbes qui se collaient à lui.

« Alors, dites-moi, mademoiselle, comment se passe vos études en ce début d’année ? Savez-vous déjà vers quelles options vous allez vous dirigez ?»

Il se demandait si son manège suffirait à la convaincre ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 146
    ♦ PSEUDO : Shadowcat
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 20/12/2012
    ♦ AGE : 21
    ♦ LOCALISATION : Bibliothèque ou salle commune



Revelio

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Lun 4 Fév - 20:00

Lucila écoutait l'explication du professeur Taylor concernant sa tentative de suicide qui semblait-il n'en était pas une d'un air dubitatif et se demanda vaguement si elle devait dire au professeur qu'elle savait reconnaître à coup sûr quand quelqu'un lui mentait. Elle pesa un instant le pour et le contre. Elle se dit que le professeur pourrait prendre sa réponse comme de l'insolence, puis se rappela qu'elle n'avait jamais su se comporter autrement qu'avec sa franchise désarmante. "Bof" Pensa-t-elle "Laissons-le s'embourber encore un peu dans ses explications, je me demande jusqu'où il peut aller dans l'absurde. Ça pourrait être amusant. J'aurais tout le temps de lui dire que je sais parfaitement qu'il ment après." Elle remarqua qu'il semblait chercher quelque chose autour de lui. Elle ne mit que peu de temps à comprendre ce qu'il recherchait: il n'avait manifestement pas sa baguette avec lui. Conclusion logique: elle était tombée quelque part dans le coin. Se servant du fait qu'il ne lui prêtait pas complètement attention, elle jeta elle aussi un coup d'oeil discret, et repéra l'objet par terre prêt de son banc. Plus le professeur parlait, plus elle avait envie de rire. Elle pensait avec beaucoup d'amusement "Comme s'il pouvait me rendre nerveuse en disant ce genre de chose! Il cherche à gagner du temps c'est évident. Il faudrait vraiment que je lui dise que je ne suis pas aussi naïve qu'il semble croire. Mais qu'est-ce qu'il est drôle! Je peux bien le laisser finir sa petite scène. Ce n'est pas tous les jours que je croise un professeur comme ça!" Elle l'écouta donc calmement jusqu'à qu'il ait fini, puis prit la parole, très poliment:

-Excusez-moi une seconde, je reviens tout de suite.

Elle se retourna, saisit la baguette du professeur qui se trouvait sous le banc, revint et lui tendis avec son habituel gentil sourire innocent, qui ne laissait pas du tout prévoir ce qu'elle allait prononcer par la suite d'un ton mortellement sérieux:

-J'ai remarqué que vous cherchiez quelque chose, et étant donné que vous n'aviez pas votre baguette sur vous je m'étais dit après avoir regardé autour de moi que ce devait être ceci. Maintenant je dois vous prévenir, parce que je vous dois le respect en temps qu'élève. Je suis quelqu'un de franc, et certaine personne n'apprécie pas trop cette franchise. Si c'est votre cas, je m'excuse d'avance de ce que je vais dire. Sachez, monsieur, que je ne suis pas une gamine naïve: j'observe les gens depuis si longtemps que je reconnais la moindre de leurs sentiments et de leurs mensonges en les écoutant et les voyant. Sans prendre en compte le côté grotesque de vos explications, je peux vous assurer que vous mentez, à part lorsque vous avez dit avoir bêtement perdu pied. Cette partie là était vraie. Vous voulez que je vous raconte ce qu'il s'est passé? Vous avez fait ce que vous avez fait volontairement, ça se voit dans votre comportement et vos mauvaises excuses. Seulement cela s'est mal passé, vous avez accidentellement chuté, et vous ne voulez pas que je sache de quoi tout cela retourne précisément. Puisque vous ne voulez pas me dire exactement de quoi il s'agit, je peux en déduire que cela à trait avec quelque chose de personnel que vous préférez garder secret. Je ne vous demanderais pas ce que c'est, ça ne me regarde pas. Je vous demanderez simplement de ne pas me prendre pour une idiote à l'avenir, s'il vous plait. Je vous remercie d'avance.

Elle ajouta ensuite d'un ton plus doux, badin, prenant une voix chaleureuse allant bien mieux avec son sourire bienveillant:

- Ceci dit, vos excuses étaient très amusantes, j'adore votre humour naturel! Et mes études se passent très bien, c'est très gentil à vous de vous en soucier professeur! Oh, pour les options je ne sais pas trop encore, mais vous m'avez l'air sympathique, alors je prendrais certainement duel! Et vous professeur, vous avez eu un bon début d'année? C'est tout ce que je vous souhaite! Allons donc nous asseoir sur le banc pour continuer à discuter, ce sera plus confortable. Vous aimez les coucher de soleil?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Mar 19 Fév - 16:24

Tendant la main de l’air gêné d’un gamin qui vient de renverser la boîte de cookies qu’il n’était pas censé toucher, il récupéra sa baguette et suivit Lucilove jusqu’au banc, ne décollant pas le regard du sol. Il ne comprenait pas exactement ni quand, ni comment la situation avait basculée du professeur mature tentant de rassurer une jeune étudiante apeurée à cet état des faits. Il se serait crû de retour à sa pré-adolescence, avec sa tante protectrice le réprimandant de jouer aux hommes.

Il devait y avoir un truc. Quelque chose qui lui échappait. Peut-être s’agissait-il de la réincarnation de sa mère ? Peu plausible : sa mère n’avait jamais eu de tels élans de lucidité à son égard. Une agente infiltrée chargée de le surveiller ? Elle n’avait que 15 ans, nom dudjieu! Sa fille illégitime qui tentait de revenir dans sa vie ? Il esquissa brièvement les bases mathématiques de cette option et l’écarta rapidement.

Il devait se résoudre : il faisait face à un spécimen particulièrement effrayant de jeune étudiante trop perspicace pour son propre bien. Au moins, elle semblait posséder la personnalité nécessaire pour bien gérer l’afflux de vérité auquel elle devait continuellement faire face.

« Merci »

Réalisant les différentes interprétations possibles de l’expression de sa gratitude, il s’empressa de préciser, avant qu’elle ne s’imagine certaines choses.

« Pour la baguette. »

« Pour la baguette… » répéta-t-il, pour lui-même.

Il prit position sur le banc, regardant durant un instant le coucher de soleil, tentant d’oublier la curieuse situation dans laquelle il se trouvait.

« J’ai vraiment un début d’année exceptionnelle. C’est génial de commencer en même temps que tout le monde. Et puis, avec les tragiques évènements de l’année derrière, un peu tout le monde réalise l’intérêt de savoir comment se comporter en situation d’opposition, when their life hangs in the balance. Quoi demander de mieux, lorsque l’on possède la fibre pédagogique aussi puissante que la mienne, qu’une troupe d’élèves avide d’apprendre ? »

Il allait devoir se rappeler de brider son naturel exubérant et de ne pas pousser trop loin, s’il voulait éviter de se faire percer à jour une nouvelle fois.

« Dites-moi, qu’est-ce qui m’a vendu ? La corde qui s’est enroulée toute seule, ou bien cette histoire de 18e siècle ? Ils pendaient encore des gens, à cette époque ? »

Ça devait être ça. Il devait les guillotiner, ou les brûler vifs. Le problème ne résidait donc pas dans son manque de crédibilité, mais dans ses lacunes historiques. Rassurant.

« Qu’est-ce qui vous a conduit dans un coin aussi reculé, au fait ? Vous n’êtes pas assez prises par vos leçons ? Intimidée par vos collègues ? Vous recherchez un moyen de fuguer ? Vous attendez votre galant ? »



Dernière édition par Charles A. Taylor le Mer 10 Avr - 10:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 146
    ♦ PSEUDO : Shadowcat
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 20/12/2012
    ♦ AGE : 21
    ♦ LOCALISATION : Bibliothèque ou salle commune



Revelio

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Mar 19 Fév - 18:53

Je souris gentiment lorsqu'il me remercia et un éclat amusé passa dans mon regard quand il ressentit le besoin de préciser pourquoi. Avec son air un peu penaud, il me faisait penser à un petit garçon venant de faire une bêtise, et je ne pouvais m'empêcher de le trouver mignon. J'avais toujours trouvé les jeunes enfants adorables, et je rêvais moi-même d'en avoir un. Je dis d'un ton presque maternel, très franchement:

- Vous ressemblez à un petit garçon comme ça, c'est très mignon. Oh et de rien. Je suis toujours heureuse de me rendre utile.

Je fixais rêveusement mon regard sur le couché de soleil, laissant le calme reprendre possession des lieux et attendant qu'il parle de nouveau. Il n'avait pas encore répondu à mes questions, et je sentais qu'il avait envie de parler. Comme je le pensais, il reprit bientôt la parole. Je l'écoutais en silence, attentive à ses paroles autant qu'à sa posture et ses expressions du visage. Je le sentais sincère, et je préférais cela à ses précédents mensonges. J'entendis qu'il ait posé toutes ses questions pour répondre:

- Ce qui vous a vendu n'a rien à voir avec les deux choses que vous avez citées. Je vous l'ai déjà dit: je sais quand l'on me ment et je déduis facilement ce que ressentent les autres. J'ai compris immédiatement que vous mentiez rien qu'à votre visage, votre posture, le ton de votre voix. J'ai appris à déchiffrer les informations qu'ils donnent depuis les deux tentatives de suicide de mon grand frère.

Je marquais une pause, songeuse et un peu triste. Je n'aimais pas trop parler de ces passages de ma vie car ils étaient encore ancrés en moi comme de grands traumatismes. Je poursuivis d'un ton calme:

- Oh, je suis une bonne élève vous savez: je fais souvent mes devoirs à l'avance, et je relis toujours mes leçons le soir, aussi ai-je du temps libre. Je ne suis pas particulièrement intimidée par mes camarades, au contraire je pense avoir une bonne relation avec eux, mais j'aime parfois être au calme. Je ne pense pas fuguer: j'aime beaucoup Elderwood, c'est un lieu fascinant, et j'ai mon rôle de psychologue spécialiste en amour à tenir! Et en ce qui concerne le galant...Ça fait des années que je l'attends. J'espère toujours qu'il finira par venir...En fait, j'étais simplement venue admirer la beauté du coucher de soleil tranquillement mais je suis contente que vous soyez là, c'est quand même plus agréable avec une présence à mes côtés et...je vous trouve gentil.

Je lui adressais un nouveau sourire bienveillant puis, attardant de nouveau mon regard sur le ciel, je lançais doucement:

- C'est beau n'est-ce pas? La vie peut être laide parfois, comme lors de l'attaque des loups-garous par exemple, mais il y a toujours une lumière quelque part au milieu des ombres. Une action aussi simple que regarder le coucher de soleil avant d'aller dormir, se dire que c'est beau et rêver un peu, c'est mettre un peu de lumière dans sa vie et éloigner le noir un instant. Je sais que vous n'êtes pas aussi gai que vous laissez voir. Je sais que quelque chose vous poursuit, et que vous avez peur au fond de vous. Quand je vous regarde, que je vois la tension dans vos épaules, quelque chose de sombre au fond de votre regard, je sens tout ça. Quand je vous imagine, je vois un petit garçon effrayé, tout seul dans le noir. Alors prenez un peu de cette lumière que nous offre la nature pour écarter les ombres et pensez à moi la prochaine fois que vous irez vous coucher. J'espère que cela vous apportera du réconfort et que vous aurez un meilleur sommeil ainsi.

Je laissais mon regard fixé sur les splendides couleurs du ciel avec une moue rêveuse, laissant mes paroles se cristalliser dans le silence irréel de ce superbe tableau naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Mer 10 Avr - 10:58

Une lumière quelque part au milieu des ombres, hein ? Sans trop se poser de question, ni vraiment réaliser ce qui était en train de se passer, Charles se retrouva assis sur le banc de pierre, à regarder le coucher de soleil. Avec l’impression qu’il pouvait balancer ses jambes, comme à l’époque où elles ne touchaient pas le sol. Il ne parvenait pas trop à déterminer ce qui le troublait le plus. D’être en train de passivement admirer une merveille de la nature, d’avoir failli s’auto-stranguler jusqu’à ce que mort s’ensuive –pour de vrai-, ou d’être en train de recevoir des leçons de vie d’une gamine. À quel point fallait-il avoir échoué sa transition vers la vie adulte pour se faire expliquer les choses par une étudiante de 3ème ?

Pas n’importe quelle étudiante de 3ème, à tout le moins, aussi peu réconfortant que cela puisse paraître. Elle était vraisemblablement dotée d’une perspicacité et d’une maturité peu commune, bien que mise de l’avant par les lacunes évidentes de Charles en la matière. Diable, comment pourrait-il interagir avec elle, si elle s’avérait aussi douée à percer les mensonges qu’elle ne le prétendait ?

D’un autre côté, la façon dont elle s’offrait sans retenue avait quelque chose d’attachant. Elle répondait de bon cœur, et avec une franchise désarmante, à toutes les questions et sous-entendus qu’il pouvait émettre. Aucun secret; aucun filtre. Elle criait au monde ce qu’elle était à chaque instant. Il se demanda si ce soleil se couchait, parfois ?

Ébloui par la lumière qui l’assaillait de tout côté, il ne put s’empêcher d’ajouter une légère ombre au tableau. Rien de volontaire. Une simple habitude.

« Désolé, pour votre frère… »

Il y avait peu à ajouter, vraiment. Allait-il mieux ? Il y avait une chance qu’elle réponde qu’il avait finalement réussi… Et puis, ce n’était pas exactement d’une bronchite dont il s’agissait. Comment en était-il arrivé là ? Elle ne le comprendrait probablement jamais. Comment le pourrait-elle ? Soudainement, il se demanda ce qui se serait passé s’il avait mené son plan à terme. À cette brave jeune femme, un modèle de réussite humaine, devant faire face, à nouveau, à un « cadavre » ayant atteint les tréfonds de la détresse. Elle était manifestement forte. Mais invincible ?

Il continua de regarde le coucher de soleil un moment, tentant de se laisser entraîner dans son univers à elle et de chasser le sien du décor. De peur de le souiller.

« C’est fou comme on peut oublier les effets de certains gestes. Comment on peut en arriver à ne plus voir ce qui nous crève les yeux à chaque jour. Enfin, je suppose que ça ne doit pas vous arriver souvent, avec votre sens de l’observation.»

Il ne parlait de rien de particulier, mais cette idée semblait tout inclure en ce moment précis.

Toujours sans regarder son interlocutrice, il poursuivit.

« Si vous le pouviez, y aurait-il quelque chose que vous auriez fait différemment ? Une voie où vous auriez dû prendre à droite; un moment où vous auriez dû crier; une occasion où vous n’auriez pas dû donner votre avis ?»


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 146
    ♦ PSEUDO : Shadowcat
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 20/12/2012
    ♦ AGE : 21
    ♦ LOCALISATION : Bibliothèque ou salle commune



Revelio

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Mer 10 Avr - 12:52

Le temps sembla un instant suspendu. Le moment était beau : les mots que Lucila venait de prononcer, mélange de gravité et de douceur, planaient encore dans l’air, presque palpables, sublimés par les couleurs chaudes du soleil bientôt couché. Ses mots avaient tout simplement coulés hors de sa bouche, sans qu’elle ne réfléchisse vraiment, exprimant instinctivement sa pensée sans faux-semblant. A force de ne jamais mentir, la jeune fille avait pris l’habitude d’exprimer ses pensées sans se retenir et cela se voyait clairement dans ce qu’elle venait de dire. N’importe qui d’autre se serait abstenu : certains parce qu’il aurait trouvé ça niais, d’autre un peu trop intime…Mais elle, elle avait dit ce qu’elle avait à dire : et le reste importait peu. Bientôt, le professeur cassa le confortable silence qui s’était installé, prononçant simplement ses quelques mots :

- Désolé, pour votre frère…

Lucila détacha son regard du ciel un instant pour le poser de nouveau sur l’homme, répondant paisiblement :

- Ne le soyez pas : il est toujours en vie, heureusement. Je ne sais toujours pas vraiment pourquoi il a tenté de se suicider, je ne peux que supposer qu’il était très malheureux. J’espère qu’il n’y aura pas de 3ème fois, et que mes efforts pour l’aider ont pu lui redonner un peu de bonheur…

Elle eut une pensée pour Camil, et espéra très fort qu’il pourrait bientôt trouver le vrai bonheur. Après tout, son cher grand frère, et ange gardien, le méritait bien. Dès que le professeur reprit la parole elle dirigea son attention vers lui, attentive. Elle attendit qu’il finisse de parler pour se lancer, sans retenue :

- Je n’ai pas toujours été aussi observatrice. Je n’ai pas su voir que mon frère allait mal avant sa première tentative de suicide par exemple. J’ai été aveugle…et je m’en veux encore aujourd’hui, alors qu’il commence à aller mieux, de ne pas avoir su voir les signes. Il faut souvent un évènement terrible pour nous ouvrir les yeux sur les autres, et nous-même. Il y a eut des moments où j’ai regretté d’avoir blessé quelqu’un avec ma franchise, où je me suis dit que j’aurais du être plus présente, aider plus de gens, me taire. Mais jamais je n’ai regretté d’avoir été franche, ou d’avoir agit comme je le ressentais. Je suis moi. J’agis comme je me sens d’agir, je parle comme je désire parler, je vis ma vie sans faux-semblants. Je ne ferais rien différemment, car le chemin que j’ai suivit me permet d’être ce que je suis aujourd’hui : moi-même. N’être emprisonné par aucun mensonge et être libre d’être vraie, savoir qui je suis vraiment, c’est la meilleure chose qui me soit arrivée.

Un bonheur simple et doux enveloppa Lucila à cette simple constatation. Elle savait qu’il était malsain de bâtir sa vie sur des mensonges, et le fait de vivre dans une complète vérité ouvrait devant elle des perspectives très heureuses. Un instant, elle laissa son esprit se complaire dans ce bonheur futur à portée de main puis ses pensées reprirent leur vagabondage. Au bout de quelques minutes, elle lança soudain, sans transition :

- Quand j’ai cru que j’allais perdre mon frère, j’ai eu froid jusqu’au plus profond de moi. C’était comme si…toutes les lumières du monde s’étaient éteintes, et que je me retrouvais seule, plongée dans le noir, sans espoir d’en sortir un jour. J’ai l’air forte. Mais si il était mort, peut être que je n’aurais pas tenue. Peut être que j’aurais laissé le noir m’engloutir pour de bon. Je l’aime bien plus que je ne le laisse voir. Mes sentiments sont à mon image : d’une franchise souvent brutale, et rapidement fixé sur les gens. Quand j’aime quelqu’un, je l’aime vraiment, sincèrement. Je vous aime bien professeur. Pas autant que je peux aimer mon frère, avec lui c’est viscéral et très différent, mais je vous apprécie quand même. Alors essayez de ne pas vous suicider bêtement d’accord ? Le roseau à beau plier sous le vent, cela ne l’empêche pas de pouvoir se casser. Je suis plus fragile que je n’y parais…

Lorqu’elle eut achevé de prononcer ces mots, elles se sentit un peu nue. Secouant la tête, elle prononça, mi-amusée mi-désolée :

- Excusez-moi de parler autant. Ca doit être embêtant à force... D’habitude je suis beaucoup moins bavarde, j’ai plutôt tendance à écouter et intervenir peu. C’est sûrement l’émotion que procure ce beau coucher de soleil qui me fait trop bavarder…

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Lun 15 Avr - 17:41

« Oh, bien au contraire. Je parle pour ma part toujours trop, et maintenant, vous me donnez la meilleure des leçons sur l’intérêt d’écouter. »

Il y avait cependant quelque chose de presque… surnaturel, chez la jeune femme. Si elle avait été moche, elle aurait incarné l’exact opposé de ce qu’il représentait. Et il n’y avait pas à se questionner bien longtemps à savoir lequel des deux états remporterait les élections… C’était quasiment effrayant, de se voir ainsi passivement confronté. Et de se figurer ce que l’on aurait pu être, en prenant à droite au tournant…

« Je ne crois pas que l’on puisse vraiment parler de cécité, et je suis certain que vous n’avez rien à vous reprocher pour votre frère. Bien au contraire, même. C’est un peu comme de tenter de voir le fond d’un lac : c’est un autre domaine, à l’interface plus ou moins translucide, mais néanmoins opaque… »

Ça ne lui ressemblait pas. Ces discussions mélancoliques, et ces métaphores pseudo-profondes. Soit il jouait un peu trop à l’adulte accompli, soit le lyrisme de la scène le contaminait. Aucune chance qu’il ne s’agisse de ce qui se tortillait profondément dans sa conscience.

« Je suis fils unique, »poursuivit-il, le regard sur l’horizon. « Ma mère craignait que le second ne puisse être aussi parfait, vous comprenez ? Je ne crois pas n’avoir été jamais aussi lié avec quelqu’un qu’une sœur puisse l’être avec son frère. Je ne peux qu’imaginer. »

Il demeura silencieux un court moment, avant de se retourner vers elle.

« Ça aurait été dommage, pour tout le monde, que vous ne restiez coincée là-bas.»

Et par là-bas, il signifiait bien entendu l’Abysse.

« Et par conséquent, je vous promet donc que je ne vous y précipiterai pas! Je me tiendrai bien à l’abri de tout incident fâcheux. Peut-être même que je me procurerai un trèfle à quatre feuilles. Pour la chance.»

Plus légèrement, il ajouta.

« Je suis vraiment impressionné d’à quel point vous vous connaissez vous-même! La plupart des gens passent leur vie à se chercher, et vous voilà, même pas encore à l’âge adulte, marchant confiante et assurée là où il vous plait. Je garderai certainement un œil sur ce que vous accomplirez d’ici la fin des classes. Ça ne pourra qu’être inspirant! Et vous avez déjà réussi, avec mention, le plus difficile des examens de toute école qui se respecte!»

L’espace d’un instant, il se demanda ce qu’elle aurait fait, si elle s’était retrouvée dans ses chaussures. La réponse crevait les yeux : elle n’y aurait jamais mis les pieds, et voilà tout!

Se frappant le bas des cuisses des mains, il entreprit de se lever.

« Et bien, merci mille fois du plaisir de votre compagnie, mademoiselle Gonzalès, et de la sagesse de votre bavardage! J’espère qu’Elderwood saura vous offrir autant que ce que vous lui apportez. Je vais devoir retourner à mes fonctions… et en plus, votre réputation ne peut que souffrir d’être vue aussi longuement avec un prof!»

Il y avait quelque chose de malaisant, dans le fait de quitter une conversation qui avait plongée dans un sujet aussi personnel. Presque autant que de se tenir près de cette jeune fille, qui valait tellement plus que lui… Ce petit brin de femme qu’il ne pouvait regarder dans les yeux sans lever sa tête. Il aurait un grand chemin à parcourir, avant que cette sensation ne disparaisse.

Et avec un peu de chance, cette voie lui permettrai de la revoir...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 146
    ♦ PSEUDO : Shadowcat
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 20/12/2012
    ♦ AGE : 21
    ♦ LOCALISATION : Bibliothèque ou salle commune



Revelio

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Mar 16 Avr - 19:39


Lucila ferma un instant les yeux, laissant les mots du professeur la toucher, seuls sons à troubler le silence des lieux. C’était agréable d’être un peu comme excusée de ne pas avoir su deviner pour le mal intérieur qui rongeait son frère. Au fond d’elle, malgré que les tentatives de suicides aient échouées et qu’elle se soit donnée à fond pour aider Camil à aller mieux, il y avait toujours cette blessure qui la tiraillait encore, ce reproche qu’elle n’avait jamais cessé de se faire pour avoir été une « mauvaise » soeur. Les mots du professeur formaient une sorte de baume sur cette cicatrice mal fermée et l’aidait à se pardonner un peu, atténuant le mal être provoqué. Elle se sentit bêtement heureuse quand il lança qu’il aurait été dommage qu’elle ne soit pas là aujourd’hui. Que quelqu’un lui avoue aussi clairement apprécier le fait qu’elle soit là était définitivement agréable, et elle se sentait étrangement plus émotive après s’être autant mise à nue devant l’homme, comme si elle était parvenu à devenir proche de lui en l’espace de seulement un coucher de soleil. Mais les gens ne peuvent pas se lier aussi vite, n’est-ce pas ? Pourtant, elle ressentait que quelque chose de mystérieux s’était créée entre elle et son interlocuteur. Jamais elle ne s’était autant confiée à quelqu’un. Elle avait l’impression qu’entre eux c’était quelque chose de différent, une complicité unique, une compréhension partagée de l’autre qu’elle ne pourrait vraiment comprendre qu’avec le temps. Aussi fut-ce sereinement qu’elle ne réfléchit pas plus sur son impression : la patience était de mise. Elle sourit à ce qu’elle entendit ensuite, intensément soulagée. Elle pouvait relâcher la tension qui l’avait habité dès qu’elle avait commencé à se sentir proche du professeur, et cesser de s’inquiéter pour sa vie. Elle appréciait beaucoup cela. Etant naturellement altruiste, elle avait tendance à beaucoup s’inquiéter pour les autres, alors une inquiétude de moins était déjà un grand soulagement pour elle. Elle rougit un peu quand il poursuivit. Elle n’avait pas l’impression d’être autre chose qu’une personne normale pas particulièrement intéressante, alors elle se sentait flattée d’avoir impressionné un adulte. Ce n’était pas tous les jours qu’une telle chose se produisait ! Quand il commença à la remercier, elle jeta un coup d’œil au couché de soleil, s’apercevant qu’il était déjà quasiment achevé. Elle se leva lentement du banc où elle se trouvait et prononça d’un ton chaud et doux:

- Merci d’avoir bien voulu parler avec moi, c’était vraiment agréable de discuter avec vous et d’avoir quelqu’un pour regarder le coucher de soleil avec moi. Si vous voulez me parler, vous savez où me trouver : Je serais toujours prête à écouter. Bonne nuit, professeur. J’espère que votre sommeil sera plus paisible que d’habitude.

Elle eut un dernier sourire pour le professeur et elle s’éloigna, se dirigeant vers son dortoir. C’était étrange de s’en aller comme ça après l’expérience unique qu’elle venait de vivre. Jamais elle n’aurait imaginé ouvrir autant son cœur à un inconnu comme ça ! Elle qui était normalement si secrète…Peut être était-ce dieu qui lui avait envoyé cette homme pour qu’elle lui parle et se libère un peu de ce qui lui pesait? Au départ, c’était elle qui avait voulu l’aider, mais à la fin elle avait eu la nette impression qu'ils s'étaient aidés mutuellement. Cette discussion lui avait vraiment fait du bien, et elle espérait qu’il en soit de même pour l’homme qu’elle venait de quitter. Elle gardait cependant l’impression en son fort intérieur que leurs chemins étaient faits pour se croiser de nouveau. Serait-ce bientôt ? Ou longtemps après cette rencontre ? Seul le temps saurait le dire…

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   Mer 17 Avr - 11:50

Le souvenir de la jeune Lucilla l’accompagna sur le chemin du retour vers son bureau, où son éclat ne pourrait qu’être la bienvenue. Quelle étrange rencontre… Il était relativement doué pour établir le contact avec les gens, et au final, il n’était pas si distant de la réalité des étudiants. Mais cette fois-ci, c’était différent. Il ne saurait trop comment l’expliquer, mais il avait un peu l’impression d’être tombé sur exactement LA personne qui pouvait lui faire entendre ce dont il avait besoin. Pas pour contrer ses pulsions suicidaires, qui n’étaient que simulées, mais simplement pour lui suggérer les bienfaits d’emprunter la voie de la rédemption.

What were the odds, really ?

Bien qu’il s’imaginait mal se pointer dans le dortoir des Yolihuani pour discuter morale et détresse de l’âme, il savait qu’elle était sincère. Qu’elle désirait vraiment qu’il s’en sorte indemne, mais si elle cernait encore mal la menace qui planait sur lui. La menace qu’il représentait.

Tournant la poignée de son bureau, il eut un sourire en se l’imaginant en Blue Fairy, la fée marraine de Pinocchio. Qui, du haut de sa bienveillance absolue, portera sur lui le dernier des jugements. Pourrait-il supporter la tristesse de la déception dans son regard ? Encore fallait-il qu'il trouve la force d'être à la hauteur. Force qui lui faisait de plus en plus défaut, à mesure que progressait ce chapitre sur Elderwood.

Il chassa rapidement l’image de sa conscience, et déposa la corde dans un coin, rejoignant la pile plus ou moins massive des mauvaises idées. Pour autant que cette rencontre puisse être agréablement marquante, elle ne réglait pas pour autant sa situation actuelle. Même qu’elle l’empirait, en quelque sorte, maintenant que l’option de simplement abandonner ne faisait plus réellement partie de ses plans.

La situation était d'autant plus ironique que la seule voie louable qu'il pouvait emprunter revenait littéralement à un suicide! S'il plaquait tout derrière lui et retournait de par le monde, ce ne serait qu'une question de mois, vois de jour, avant que l'on ne lui pointe une baguette entre les yeux...

Prenant place sur sa chaise, il se passa les mains derrière la nuque et posa ses pieds sur le bureau. Peut-être qu'en continuant d'aller de l'avant, il finirait par voir la lumière au bout du tunnel...

C'est alors qu'il avisa l'enveloppe, sur son bureau. Qui n'y était définitivement pas lorsqu'il l'avait quitté plus tôt aujourd'hui.

Il devint livide dès qu'il l'eut décachetée...




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Meeting at sunset (ft. Charles)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Meeting at sunset (ft. Charles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hommage bien mérité à Gérard-Pierre Charles un grand mapou
» AVANT PROJET DE LOA DU SENATEUR FETICHEUR MOISE JEAN CHARLES !
» Duo Nana Mouskouri ,Charles Aznavour
» Charles de Rohan-Soubise
» GERARD ROUZIER, INGÉNIEUR OU GERVAIS CHARLES AVOCAT QUI SERA LE PREMIER MINISTRE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Nameless ─
 :: ─ Extérieur d'Elderwood. :: ─ La cour intérieure
-