Partagez | 
 

 Like a fallen piece will make a better start. { MARCUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 460
    ♦ PSEUDO : A _ _ Y. Guess who ?
    ♦ CREDITS : (c) White rabbit
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 18/12/2010



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24; ex-Durms ; Infirmier
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Like a fallen piece will make a better start. { MARCUS   Dim 13 Jan - 0:14

    INFORMATIONS SUR LE SUJET


    Date : 7 Septembre 2012
    Intrigue en cours : Saison 2 Épisode 1
    Protagonistes : Fedor & Marcus
    Statut du sujet : Privé
    Intervention du MJ : On verra. (a)


    « Everyone end up alone, sooner or later. »


    À quel point l'âme humaine est-elle fragile ? Combien de coups peut-elle encaisser, combien de fissures, avant de laisser gagner la folie ? À quel point un cœur peut-il se tordre, avant de finalement cesser de battre ? Combien d’hémorragies et de sutures sont-elles fatales à un homme rafistolé ? Comment débouche-t-on des canaux lacrymaux asséchés par orgueil autant que volonté ? Fedor avait beau être un roc, un condensé de muscles et de force, il n'empêchait que depuis la nuit tragique dont il avait survécu, il n'était plus le même. Son assurance légendaire avait laissé place à des sourires voilés de peine, des cernes incrustés dans de jadis bien plus enjôleurs traits et, surtout, une immense retenue. Il n'était plus question de blagues jetées à tout va et de regards volages, expression d'un bonheur naïf et d'une si connue propension à la séduction. Charmer ne l'amusait plus. La déconne et les farces farfelues n'étaient plus au menu, non plus. Contre toute attente et aussi étrange que cela pouvait paraître, Dom Juan l'infirmier voleur de cœurs était devenu sérieux. On le regardait toujours avec insistance lorsque l'on passait les portes de l'infirmerie, mais plus pour s'attirer une de ses œillades de braise, plutôt pour observer l'impensable : l'homme jovial était désormais impossible à dérider.
    La tête plongée dans le recueil consignant les malades, Fedor mettait à jour les dernières concoctions administrés et archivait pour référence chaque ingrédient utilisé qui pourrait venir à manquer lorsque Fedor releva la tête vers sa collègue aux lèvres pincées. Elle le regardait avec inquiétude depuis plus de vingt minutes, sans doute, comme beaucoup, concernée par son excès d'implication dans des tâches qu'elle le savait peu enclin à réaliser l'année passée. Son regard était pesant et il n'aimait pas la savoir préoccupée. Pourtant, il n'avait pas décidé de faire tomber les masques. Il resterait concentré sur sa besogne. Comme il se devait. ♦♦♦ J'ai pris de l'encre noire, ne t'inquiète pas. Et je m'applique, promis, pas de pattes de mouche, ce sera bien lisible. Lui dit-il pour la forme, davantage pour donner le change et qu'elle détourne la tête que pour réellement engager la conversation. ♦♦♦ Il se servait de ses manies, dont le fait d'être ultra-consciencieuse, pour la faire retourner à ses occupations. Bien sûr, il savait que ce n'était pas ces inquiétudes là, qu'il "fasse mal son travail" qu'il aurait dû apaiser, mais il savait aussi que pour l'instant c'était le mieux qu'il puisse faire et qu'elle respecterait son silence. ♦♦♦ Bien, bien... Lui répondit Savannah, qu'il savait embarrassée sans avoir à lever les yeux. ♦♦♦ Il ne souhaitait pas lever le regard. Cela faisait des semaines qu'il fuyait tous regards prolongés. Au fond de ses prunelles déambulaient des fantômes qui l'auraient fait trembler. Tournant la page, Fedor releva les yeux vers tous les lits occupés et en fit un rapide inventaire lorsque ses iris bleus tombèrent sur un nouvel arrivant. Du bout de la plume, il écrivit alors sur la dernière ligne : ♦♦♦ Marcus Pyotrov. Bonjour. Serais-tu notre premier rhume de la saison ? Sourit-il à demi - le cœur n'y était décidément pas. Installe toi. Je m'occupe de toi. ♦♦♦ Sa plume avait roulé contre l'encrier et Fedor s'était levé pour poser une main sur l'épaule du garçon. Cet été, ils avaient eu l'occasion de tisser des liens que l'on pouvait sans mal qualifier de forts, puisque tous deux s'étaient confiés, disons, des aspects de leur vie que seule une grande confiance ou d'exceptionnelles circonstances, comme celles les ayant rapprochées au camp de la solidarité, rendaient avouables avec moins de mal. D'ailleurs, ce que Fedor lui avait avoué été "embarrassant" puisque ... Il s'agissait de sa démission, et qu'il s'était depuis rétracté ! Un silence flotta, qu'il s'empressa d'écourter, bien que gauche puisqu'occupé à chasser de son esprit la perdition et le malaise que le jeune homme avait pu contempler à la fin de l'été. ♦♦♦ Surpris de me voir ? Moi aussi, tu sais, je suis surpris d'être ici ... Enfin, malgré que quelque chose doive clocher, je suis content de te revoir. De quoi as-tu besoin ? Embraya-t-il, légèrement maladroit, ce qui ne lui ressemblait encore une fois vraiment pas. ♦♦♦ Marcus en savait plus sur son état que bien des gens et Fedor ne se sentait pas prêt à faire face à ses doutes une nouvelle fois. Pourtant, il faudrait. Assurément, il ne pourrait pas indéfiniment y échapper ...

_________________

Here comes another day to face my mistakes... Time to forget about broken mirrors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 155
    ♦ PSEUDO : Emma
    ♦ CREDITS : Tumblr Bazzart Myslef
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 01/01/2013



Revelio

MessageSujet: Re: Like a fallen piece will make a better start. { MARCUS   Dim 13 Jan - 18:35



Lies set me free
Lies keep me from my fear
Lies believe in me
Lies heavenly shelter




Marcus ne comprenait pas. Il ne savait pas pourquoi, à chaque fois, l’arrivée de l’hiver lui faisait cela. Le jeune homme joyeux, enclin à sauter sur tout le monde pour des câlins (voire plus si affinité mais ne rêvons pas), devenait grognon et taciturne. Pendant des années il avait survécu à des hivers bien plus froids que ceux d’Elderwood et il avait entamé son deuxième hiver. Deuxième hiver et, comme le précédent, il avait la bonne vieille crève. Comme toujours aux premiers signes, le blond faisait comme s’il n’avait rien. Non, non, il n’était pas malade. Il ne pouvait décemment pas être malade puis venait la réalisation stupide qui le rendait beaucoup moins sociable. Il détestait être malade, être malade signifiait d’être faible et non, Marcus Pyotrov n’était pas faible. Il était fort et ce même si tout lui prouvait le contraire.

Il avait de la fièvre, la gorge bien prise et c’est à peine s’il arrivait à se déplacer correctement. Les anciens de Dumstrang s’étaient demandés combien de temps il tiendrait cette fois-ci avant de filer à l’infirmerie. C’était une habitude, à chaque fois il finissait par y aller. Il avait à peine tenu deux jours. Pendant le trajet, ses pensées s’amusèrent à exploser dans sa tête sans qu’il puisse les y arrêter. C’est dans ces moments de faiblesse, où il ne contrôlait plus rien, que ces pensées vicieuses ne manquaient jamais de débarquer. Il ne faisait plus l'effort de les contrecarrer. ‘Tu n’es qu’un imbécile.’ Son père. ‘Un raté, une tare qui aime les hom.. ‘ Shut up ! Qu’elles se taisent. Toutes les remarques y passaient et il allait finir par devenir dingue. Et la panoplie des sujets qui font mal étaient de la partie : la famille, ses mœurs douteuses, son incapacité à sortir avec une fille pour une longue durée, son attirance pour les hommes, son comportement indigne, sa faiblesse redondante. D’un pas vif, le jeune homme se dirigea vers l’infirmerie et il tenta de concentrer ses pensées sur l’endroit et l’homme qui allait l’aider à se sentir mieux. Cela avait commencé après l’attaque des loups-garous. L’épisode n’avait pas été une franche rigolade même si Marcus faisait son possible pour ne pas y penser. En agissant ainsi, il pouvait facilement faire comme si rien ne s’était passé, comme s’il n’avait pas été qu’un gamin terrorisé, enfermé dans une peur que personne n’avait su atténuer alors qu’il tentait désespérément de calmer le groupe qui s’était caché avec lui. Ce n'était pas l'épisode de sa vie dont il était le plus fier mais quel gamin aurait été assez stupide que pour braver le danger tout en sachant que ces bêtes n’avaient qu’une envie : faire d’eux leur petit repas.

L’événement avait été un tel choc pour les élèves et les professeurs qu’un camp de solidarité avait été créé pour les élèves. Il s’y était inscrit à la fois pour aider ses camarades mais pour s’aider lui-même et ce pour deux raisons. La première était qu’il lui était impensable de retourner chez lui pour retrouver sa mère et son beau-père (même s’il s’entendait plutôt bien avec ce dernier) et la deuxième était que, malgré tout ce qu’il pouvait dire et affirmer dès qu’on en parlait, il avait eu besoin d’aide pour surmonter cette épreuve et cette aide, il l’avait trouvée en Fedor, l’infirmier. D’ordinaire, Marcus ne se serait jamais confié. Ce n’était pas ce qu’il faisait le plus facilement. Se confier était difficile, laisser tomber le masque de la rigolade pour devenir sérieux un moment était sans doute la chose la plus difficile que Marcus ait eu à faire jusqu’à ce jour-là.

Marcus Pyotrov. Bonjour. Serais-tu notre premier rhume de la saison ?Installe toi. Je m'occupe de toi. Un petit sourire penaud s’afficha sur le visage de Marcus même s’il était heureux de voir que l’infirmier avait rebroussé chemin dans l’idée de quitter l’école. L’ukrainien hocha la tête à sa question qui n’en n’était, en réalité, pas une et fit ce que Fedor lui demanda sans protester. De un parce qu’il ne voyait pas de raison de protester, de deux parce que l’infirmier n’était pas le type même du gars qu’il avait envie de contredire par pur principe et de trois parce, depuis leurs discussions multiples, c’était l’un des rares membres du personnel d’Elderwood vers lequel il se confiait, ou tentait de le faire avec toute la maladresse du monde. Surpris de me voir ? Moi aussi, tu sais, je suis surpris d'être ici ... Enfin, malgré que quelque chose doive clocher, je suis content de te revoir. De quoi as-tu besoin ?En réalité, il ne pensait pas le retrouver là alors oui, il était surpris mais c’était une bonne surprise. Il espérait que l’infirmier n’avait plus de doute quand au fondement de sa place dans l’établissement mais, un regard observateur lui fit comprendre que c’était loin d’être réglé et il pouvait deviner, avec sa façon d’engager la discussion, qu’il n’avait probablement pas envie d’aborder le sujet maintenant. Il pouvait le comprendre, lui-même n’avait pas souvent l'envie de parler de ses problèmes qui lui paraissaient si petits par rapport aux siens.

Il réprima une quinte de toux et regarda l’infirmerie pour voir si quelqu’un était susceptible de les entendre, quoiqu’au fond, il ne savait pas s’il aborderait le sujet qui fâche aujourd’hui. « Je suis content que tu aies changé d’avis. », lui fit-il tout d’abord sans pour autant prolonger la discussion sur le sujet. Fedor n’avait pas envie d’en parler d’avantage, il avait compris. Aujourd’hui cela serait à lui de parler d’avantage qu’il ne l’avait fait par le passé. Il y avait une question qui le taraudait depuis toujours. Les Sang Purs … certains Sang Purs, ne visaient leur futur que sur le paraitre parce que c’était important, parce qu’il n’y avait que cela d’important. Ici, rien ne semblait coller aux enseignements reçus et, quelque part, il devait se l’admettre, il était un peu perdu, ne savait plus où se situer. Il ne savait surtout pas par où commencer et il était certain de s’y prendre mal, comme souvent. « Est-ce que tu penses que … quelqu’un peut changer ? » Le jeune adulte ramena ses genoux contre lui pas certain de savoir comment continuer ni même s’il avait envie de continuer. Il parlait de lui, clairement même s’il tentait de le cacher de façon maladroite.

« Par l’éducation qu’il a reçue. Je veux dire. Ce n’est pas à cinquante balais que tu vas te décider à changer juste comme cela, pas vrai ? » Que voulait-il comme réponse à ça ? Marcus secoua la tête. Il racontait n'importe quoi, il ne savait pas ce qu'il voulait. Tout était là. La fièvre était bien présente et le faisait surement délirer même s’il s’agissait là tout simplement d’un embrouillement total dans ses idées. Même s’il avait décidé, plus jeune, qu’il ne serait pas comme son père, il y avait tellement de choses qu’il lui avait dites, tellement de préjugés qu’il avait reçus qu’il lui était parfois difficile de nuancer le pour et le contre, de faire le tri entre le vrai et le faux si bien qu’il avait l’impression de ne jamais avoir l’esprit clair. « Entre l’être et le paraitre, tu choisirais quoi ? » Question simple, directe qui effaçait toutes les autres, question qui façonnait la vie de Marcus à Elderwood. Le blond ne savait plus où il en était et il avait besoin d'aide. Et Fedor était la seule personne vers qui il pouvait se tourner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 460
    ♦ PSEUDO : A _ _ Y. Guess who ?
    ♦ CREDITS : (c) White rabbit
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 18/12/2010



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24; ex-Durms ; Infirmier
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Like a fallen piece will make a better start. { MARCUS   Mar 15 Jan - 9:27


    L'air hagard de Marcus ne lui avait pas échappé, ni ses joues un peu rougies et le fond de ses yeux vitreux lorsqu'il s'approcha. Il aurait été difficile de dire s'il avait de la fièvre ou un gueule de bois pour quelqu'un d'inexpérimenté mais Fedor avait su d'un regard. Il avait assez observé sa propre tronche alcoolisée à l'extrême dans le miroir récemment pour ne pouvoir se tromper qu'en le faisant foutrement exprés. Oh, et puis, Marcus n'empestait pas la Vodka à dix kilomètres, lui, mais bref, nous étions là pour parler de son cas et pas de "Fedor la cause perdue" noyant son inutilité dans l'alcool lorsque Louka devait s'absenter. Echanger une drogue pour une autre, vous voyez le genre ... Bref, donc. Marcus était fiévreux et la main de Fedor, posée sur son épaule, le fit doucement asseoir. Boh, ça avait tout l'air d'un mauvais rhume carabiné, une de ces saletés qui traînent dans la pluie d'automne et qui nous prend de court, alors que l'on se croit encore en été et continue de se promener en sandales, short de plage et petit débardeur. Erreur ! Septembre est trompeur. C'est la fin des vacances et continuer de s'habiller en touriste n'empêchera pas le froid d'arriver. Mais ça, Marcus le sait. Tout comme Fedor sait que le jeune russe a la constiitution fragile et que ce n'est pas la dernière fois bien au contraire qu'il passera la porte de son repère avec la crève. Un lit lui est déjà réservé pour survivre à cette fourbe saison, aux grippes et autres réjouissances. (En plus, Marcus ça rime avec "nid à virus", pas d'chance !) ♦♦♦ Je suis content que tu aies changé d’avis. Lui sourit le garçon en préambule, ce à quoi Fedor répondit par une moue reconnaissante. ♦♦♦ Après tout, c'était en partie grâce à lui, l'une des personnes qu'il avait pu aider à se remettre durant le camp, que Fedor avait fait une croix sur sa décision de jeter sa blouse et pour devenir bûcheron. Au moins, une hâche à la main, il aurait pu extérioriser toute sa frustration et sa rage contre lui-même sans faillir à sa tâche comme il l'avait fait par deux fois. Il avait survécu à une attaque de lycan deux fois et vu des êtres qu'il aurait dû protéger mourir ... Ses pensées s'égarant, il secoua la tête avant de la relever vers Marcus. Il devait au plus vite se re-concentrer avant de se perdre dans de sombres méandres de son esprit torturé. Cela dit, Marcus semblait perdu, lui aussi. Les sourcils de l'infirmier se foncèrent à la question qui fusa de nulle part. ♦♦♦ Est-ce que tu penses que … quelqu’un peut changer ? Lâcha le fiévreux tandis que bien que surpris, Fedor répondit du tac au tac en haussant les épaules. Tout dépend. Changer d'avis, je l'ai fait, tu vois. Commença-t-il, alors que Marcus semblait se débattre avec un dilemme bien plus profond que ce qu'il en extériorisait. Par l’éducation qu’il a reçue. Je veux dire. Ce n’est pas à cinquante balais que tu vas te décider à changer juste comme cela, pas vrai ? ♦♦♦ Parlait-il de quelqu'un en particulier ? L'âge évoqué aurait pu le mettre sur la voie, mais c'était de toute manière trop peu d'informations, même pour un homme perspicace champion des devinettes, pour être sûr. ♦♦♦ Les gens changent. Parfois sans raison, parfois c'est simplement une évolution, parfois ils le veulent mais ne le peuvent pas. C'est plus facile de changer de l'eau en vin que d'aller contre sa nature. Mais j'ai bien peur de ne te répondre que des généralités si tu ne m'éclaires pas davantage sur le pourquoi du comment. Ajouta Fedor tout en fouillant dans sa sacoche les herbes médicomagiques qu'il allait infuser - il avait toujours été multi-tâches, multi-conquêtes, tout ça tout ça. Entre l’être et le paraitre, tu choisirais quoi ? Finit par lâcher Marcus, l'air toujours incertain. ♦♦♦ Et Fedor ne savait pas plus, non plus, où il voulait en venir. Relevant finalement les yeux dans ceux du garçon un court instant, il posa une main sur le front brûlant de son patient et soupira. Lui aussi aurait bien aimé changer des choses ... Qu'il savait malheureusement gravées dans la roche. Puis, en ce moment, il jetait bien trop de poudre aux yeux à prétendre qu'il allait bien pour pouvoir répondre honnêtement sans se parjurer. ♦♦♦ Parfois le paraitre a du bon. Il permet de se convaincre qu'on peut être ce que l'on parait. Cela ne le rend toutefois pas vrai ... Et n'aide pas davantage à accepter ce que l'on est une fois le masque tombé. Énonça Fedor avec un sourire triste. ♦♦♦ Ce n'était pas parce qu'il faisait semblant d'aller bien qu'il allait bien. Ce n'était pas parce qu'il ignorait sa dépression qu'elle allait s'envoler. Il le savait. Il voulait juste prétendre un peu plus longtemps qu'en jouant la comédie, il finirait par devenir équilibré, heureux et apaisé. Hauts espoirs !

_________________

Here comes another day to face my mistakes... Time to forget about broken mirrors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 155
    ♦ PSEUDO : Emma
    ♦ CREDITS : Tumblr Bazzart Myslef
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 01/01/2013



Revelio

MessageSujet: Re: Like a fallen piece will make a better start. { MARCUS   Lun 21 Jan - 23:25

Marcus devrait se taire et rester juste pour cette saleté de rhume mais le rhume en plus de décider d’être un enquiquineur, a décidé d’être fourbe et de le faire parler. C’était lui et non lui-même qui prenait la parole, comme une entité suprême qui faisait ce qu’il voulait de lui dans ces moment de faiblesses. C’était la raison la plus logique qu’avait trouvé Marcus pour le pourquoi de ce flot de paroles qui ne parvenait pas à cesser comme il le voulait. Et, maintenant qu’il avait commencé, c’était bien trop tard pour reculer. Oui, c’était une raison totalement stupide et lâche que de se cacher derrière un rhume pour avoir une discussion sérieuse mais le jeune homme n’était pas encore prêt à se l’avouer et la fièvre était donc l’excuse parfaite pour tout ce joli scénario de remise en question. Il pouvait bien se l’admettre cette fois-ci, la fièvre n’était en aucun cas la cause de se déballage philosophique. Il y pensait souvent même s’il affichait, la plus part du temps, une insouciance et un désintéressement flagrant par rapport aux autres et aux sentiments. A ce qu’il ressentait par rapport aux autres, plus précisément. C’était compliqué, flou et … compliqué. Il ne s’attardait que rarement sur la question parce qu’elle en soulevait d’autres qui étaient passablement gênantes pour lui et qu’il ne voulait pas en parler maintenant.

Il n’était pas prêt. Il n’était pas prêt à s’assumer parce que c’était dur. Malgré tous les coups d’œil, toutes les tentatives de s’intéresser à cette autre part de lui, elle lui foutait une trouille incommensurable et il ne savait pas s’il parviendrait, un jour, à l’accepter, à s’accepter tel qu’il était et non cette façade de faux coureur de jupon. Ce qu’il n’était pas, non. Il tentait oui, cela en amusait certains, en agaçait d’autres. Parfois elles entraient dans son jeu et cela l’amusait, un peu. Mais cela ne devenait que très rarement sérieux et autant, Marcus n’aimait pas être seul, autant avoir une relation avec quelqu’un, avec une personne en particulier, avec cette personne qui chamboulerait tout … Marcus préférait ne pas y songer, pas maintenant. Pas maintenant. Repousser l’échéance, ne pas s’intéresser d’avantage, rester le même, garder cette apparence que la plupart avait de lui. Cela lui allait très bien. Mais alors pourquoi toutes ces questions, pourquoi maintenant, pourquoi les poser à l’infirmier qui lui répondait ce qu’il pouvait répondre face à ses interrogations vaseuses. Rien de précis, c’était ce qu’il s’était mis en tête pour ne pas casser la glace.

Pourtant, parmi toutes le personnel d’Elderwood, le brun était devenu quelqu’un de proche au fil du temps depuis l’attaque des loups et même avant. Ils avaient parlé, beaucoup mais quelque chose le retenait sans qu’il sache réellement pourquoi. Toujours il avait préféré écouter les autres parler de leurs problèmes. Les écouter était plus simple que de parler à son tour. Et pourtant, c’était ce qu’il allait faire … il ne pouvait pas partir comme cela, commencer puis s’enfuir comme un lâche. Ce qu’il était, quelque part. « Les gens changent. Parfois sans raison, parfois c'est simplement une évolution, parfois ils le veulent mais ne le peuvent pas. C'est plus facile de changer de l'eau en vin que d'aller contre sa nature. Mais j'ai bien peur de ne te répondre que des généralités si tu ne m'éclaires pas davantage sur le pourquoi du comment. » Marcus ne l’écouta que d’une oreille, passablement intéressé par la mixture qu’il préparait non loin de lui. Focus, Marcus, Focus. Tu lui poses des questions, la moindre des choses est de l’écouter. Alors Marcus réfléchi mais ne voit pas quoi dire d’autre. C’est bien de poser des questions mais quand tu es sans réponse dernière, que faut-il faire ? Que doit-il faire, creuser, chercher des réponses plus loin ? Ce n’est pas évident et dans ce cas-ci, c’est presque comme s’il ne voulait pas la voire cette réponse. Fichue réponse. Celle qui chamboulerait tout ou ferait que justement, tout reste à sa place. Pourquoi la peur du changement, pourquoi cette peur alors que Marcus s’obstine à en savoir d’avantage. Le blondinet relève la tête à la dernière réflexion de Fedor. « Parfois le paraitre a du bon. Il permet de se convaincre qu'on peut être ce que l'on parait. Cela ne le rend toutefois pas vrai ... Et n'aide pas davantage à accepter ce que l'on est une fois le masque tombé. » Pourquoi faut-il qu’il pointe cet aspect là des choses juste au moment où il le pense. Ce n’est pas … possible. Tout ce que lui dit l’infirmier le pousse à reculer, partir comme s’il n’avait rien demandé, comme s’il ne s’était jamais posé de question sur lui et tout le reste.

Continuer, partir, la décision est sienne. «En fait quoi qu’on fasse, on est eu hein ? », commença t-il en observant le visage plus sombre du brun. «Tu peux changer, ne pas vouloir changer et au final, si ça doit arriver, cela arrivera quand même qu’on le veuille ou non. » Et s’il a juste, il déteste. S’il a faux, c’est qu’il est perdu, de retour à la case départ et au fond, c’est peut-être cela le problème. Marcus se pose des questions mais rejette les réponses et ce n’est pas cela qui va arranger les choses. Faire l’autruche n’est jamais bon signe et ce n’est pas lui qui dira le contraire. Les problèmes reviennent toujours t’exploser à la figure quand ils le veulent sans demander leur avis. « Désolé de t’embêter avec mes réflexions qui n’ont pas de sens. J’ai l’impression, par moments, de … de plus savoir qui je suis. », C’est cette école. Avant, avant Elderwood, tout allait bien. C'était peut-être une image fausse de lui d'accord mais au moins ne se posait pas de question sur lui et encore moins sur sa sexualité. Avant il était bien. Avant il était hétéro et cela lui allait totalement. « Je sais pas comment ça c’est passé pour toi avant d’arriver ici… Enfin … L’Ukraine et Elderwood. Le Nord, les familles. C’est le chaud et le froid et moi au milieu j’suis complètement perdu. » Il ne pensait pas l’avouer un jour à quelqu’un. Ne pas montrer ses faiblesses reste primordial dans sa tête mais c’est exactement cela, ce qu’il se passe. Il est complètement perdu et ce manque de repère, même après plus d’une année passée ici, le fait prendre des chemins différents. Il le sent. Il change tout en voulant rester le même et quelque part, il le sait également, il va se perdre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 460
    ♦ PSEUDO : A _ _ Y. Guess who ?
    ♦ CREDITS : (c) White rabbit
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 18/12/2010



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24; ex-Durms ; Infirmier
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Like a fallen piece will make a better start. { MARCUS   Lun 11 Fév - 10:37


    Marcus était venu pour se faire soigner, pour "aller mieux" et, au delà du rhume demandant son attention et ses soins, il déclarait malgré son caractère, qu'il lui connaissait réservé, d'autres symptômes, notamment le besoin vital de réponses pour apaiser son esprit chamboulé. Tout en s'appliquant à mélanger sa concoction, l'infirmier tentait donc d'aligner quelques phrases aussi réfléchies qu'il le pouvait mais ... Il n'était plus vraiment parmi les mieux placés pour donner des conseils. Et il tombait à côté, n'étant que d'un piètre secours à l'adolescent perturbé. ♦♦♦ En fait quoi qu’on fasse, on est eu hein ? Tu peux changer, ne pas vouloir changer et au final, si ça doit arriver, cela arrivera quand même qu’on le veuille ou non. Désolé de t’embêter avec mes réflexions qui n’ont pas de sens. J’ai l’impression, par moments, de … de plus savoir qui je suis. Je sais pas comment ça c’est passé pour toi avant d’arriver ici… Enfin … L’Ukraine et Elderwood. Le Nord, les familles. C’est le chaud et le froid et moi au milieu j’suis complètement perdu. Compléta le blondinet dont l'air déboussolé s'accordait à merveille avec les propos. ♦♦♦ Mais Fedor était tout autant à l'Ouest que lui. Il n'était plus apte indiquer le droit chemin ni aider quiconque à retrouver sa direction ou sortir de son égarement. Lui-même n'avait pas encore retrouvé la paix intérieure à laquelle il avait même cessé d'aspirer ... ♦♦♦ En effet, les choses changent qu'on le veuille ou non. Mais en général le changement a du bon. Si l'on change c'est pour corriger un défaut, ou remettre de l'ordre dans le chaos ... S'adapter, s'améliorer. ♦♦♦ Et voilà qu'il lui donnait une leçon d'optimisme ... Quelle ironie ! Et quelle hypocrisie ... Une grimace se peignit sur ses traits alors que sa main ripait dans le bol qu'il tenait, écrasant des herbes magiques pour en extraire leurs bienfaits. Il était impunément en train de mentir, d'enjoliver le tableau, de prétendre qu'il y avait du bon et du beau au milieu de toutes ces merdes qui leur tombaient une à une dessus. Il essayait de faie croire à Marcus que ses dilemmes étaient solvables. Mais qui étaient-ils pour lui laisser entendre que les obscures pensées qui l'occupaient allaient s'évaporer ? Qu'en "acceptant" qu'il y avait des choses qu'il ne pourrait jamais changer, il se sentirait mieux ? Quel ramassis de conneries ... Qu'il essaya de maintenir quelques glorieuses secondes de plus avant que tout ne s'effondre subitement. ♦♦♦ En tout cas, sache que tu es exactement à la bonne place. Elderwood, c'est loin de nos contrées russes, mais après tout, ici ou là-bas ... Les loups garous sévissent pareil ! Lâcha-t-il dans un haussement d'épaules désinvolte accompagné d'un rictus amer. ♦♦♦ Il en laissa tomber son bol qui se fracassa par terre. Non, personne ne pourrait se réjouir qu'il aie repris l'humour pour lâcher une une "blague" pareille. Cela n'avait, au fond, rien de comique ... Surtout lorsque l'on se penchait sur les souvenirs accompagnant ce sombre trait d'esprit, esprit sur lequel Fedor ne semblait plus avoir de réel contrôle. ♦♦♦ Tu veux savoir comment ça s'est passé pour moi ? J'ai quitté la Russie parce que j'ai été renvoyé de l'armée et incarcéré. L'ironie du sort veut que durant une attaque de lycans, mon meilleur ami ait été mordu avant d'être exécuté par son supérieur. Et me voilà, reprenant un nouveau départ dans cette école ... Jusqu'à ce que ces monstres reviennent arracher des vies sous mes yeux ! Côté adaptation au changement, on a rarement vu plus probant ! Quitter un enfer pour un autre, tadam ! Laissa-t-il libre cours à sa furieuse rancoeur avant de plaquer une main sur son visage qui vint pincer l'arrête de son nez. ♦♦♦ Décidément, il perdait vraiment les pédales. Il devait avoir profondément choqué son patient, en plus d'avoir été aux antipodes d'un bon soigneur en ajoutant ses propres maux à la pile ... Il devenait un vrai danger public. Il aurait dû raccrocher, il le savait ... ♦♦♦ Bordel ... Excuse moi, j'sais plus ce que je raconte. C'est ce ridicule bal costumé, si tôt après le drame, je trouve ça tellement ... Malvenu ! Et puis voir les gens tout autour de moi parler de leurs cavaliers et cavalières, se réjouir, ça me ... ça me tue parce que moi aussi j'aimerais pouvoir ! Mais, je ... Se justifia-t-il à grand mal, avant de subitement baisser les bras et faire marche arrière - ces derniers temps, la fuite, ça le connaissait ... Écoute, ça va pas du tout, on va appeler Savannah elle saura bien mieux s'occuper de toi. ♦♦♦ Et les lèvres pincées, il se baissa pour ramasser sa mixture et reconstituer le bol d'un coup de baguette, avant de la reposer sur le chevet à côté du lit, ne laissant que son dos à admirer au pauvre Marcus qui n'avait rien demandé ...

_________________

Here comes another day to face my mistakes... Time to forget about broken mirrors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 155
    ♦ PSEUDO : Emma
    ♦ CREDITS : Tumblr Bazzart Myslef
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 01/01/2013



Revelio

MessageSujet: Re: Like a fallen piece will make a better start. { MARCUS   Dim 19 Mai - 23:19


Il se sentait stupide de venir pour ses petits problèmes pseudo existentiels alors que, comparé aux autres, c'était que dalle. Rien du tout. Des problèmes d'adolescents qui n'avaient pas les conséquences ni même la force de problèmes d'adultes. C'était con très con mais c'était ce qu'il était, ce qu'ils étaient, eux à se plaindre sans arrêt. Pourtant c'était ce qu'il faisait, ce qu'ils faisaient sans s'en rendre compte parce que c'était dans leur nature de se plaindre et qu'en fait, ils adoraient ça. Tous, pas un n'entrait pas dans le moule de l'adolescent enssevelis par ses problèmes, oubliant de la même façon, ceux des autres parce que les leurs étaient plus importants. Toujours plus importants. Fedor avait raison. Du moins, s'il ne se mettait pas en tête de le contredire, il y avait une part de vérité dans ce que venait de lui dire l'infirmier. Les gens changent, essayent de devenir meilleurs, de s'améliorer mais, parfois, il suffit d'un événement pour que la personne que l'on essaye de devenir s'écroule et devienne pire qu'auparavant. Il y a l'optimisme et le pessimisme. Marcus ne se considère pas réellement comme quelqu'un de pessimiste, enfin ... cela dépend des situations. Mais c'est vrai que, d'ordinaire, il essaye de tirer le positif de chaque situation même si l'on pourrait le qualifier d'opportuniste. D'accord, y'a un peu de pessimisme dans ce qu'il vient de penser mais il ne peut s'en empêcher. Si les gens ne cessent de se plaindre, beaucoup ne voient que le mauvais côté des autres même si ces derniers s'efforcent de changer.

Allait-il changer, avait-il envie de changer, de devenir quelqu'un de meilleur en sachant que, de toute manière, les mauvais côtés étaient si souvent bien plus vite repérés que les meilleurs ? Avait-il envie de se prendre la tête pour ça alors qu'il pouvait juste rester le même et laisser les gens faire avec. Lui n'avait aucun problème avec ce qu'on lui avait appris, la magie, le sang pur, les règles. Il pouvait gérer si on le laissait tranquille avec ses petites affaires et sa vie bien rangée. Sa mère resterait avec son beau père et sa soeur quant à son père, il était très bien là où il résidait maintenant: six pieds sous terre. Pouvait-on dire ainsi qu'il était sectaire avec les sorciers qu'il rencontrait ? Oui. Il y avait ceux digne de son intérêt et les autres. S'il n'était pas forcément langue de pute avec ces 'autres', il les ignorait et ils en faisaient de même. Tous les américains étaient-ils à mettre dans le même sac ? La question restait toute entière et le jeune homme frissonna lorsque Fedor parla des loups-garous. Il le bougea pas d’un pouce lorsque le bol alla s’écraser sur le sol et se tût à la suite de ses paroles parce qu’il ne savait pas quoi répondre à cela à part un « c’est vrai » qui ne voulait rien dire. Et puis … tous ces hybrides n’étaient pas forcément avides de chair fraîche. La situation avait été différente. Ils n’avaient pas agit normalement. « Peut-être mais c’était différent cette fois-ci. » Marcus ne savait rien des loups-garous résidents à Elderwood, à dire vrai il ne voulait pas savoir parce qu’il ne savait pas comment il réagirait lorsqu’il serait amené à savoir. « Pas la pleine lune. », lâcha t-il en bougeant sur son siège. Il ne savait pas si Fedor aurait envie d’en parler, ils en avaient déjà assez parlé dans l’installation mise en place cet été pour aider les élèves traumatisés par l’événement. « Tu veux savoir comment ça s'est passé pour moi ? J'ai quitté la Russie parce que j'ai été renvoyé de l'armée et incarcéré. L'ironie du sort veut que durant une attaque de lycans, mon meilleur ami ait été mordu avant d'être exécuté par son supérieur. Et me voilà, reprenant un nouveau départ dans cette école ... Jusqu'à ce que ces monstres reviennent arracher des vies sous mes yeux ! Côté adaptation au changement, on a rarement vu plus probant ! Quitter un enfer pour un autre, tadam ! »

Marcus ouvrit la bouche pour la refermer. Il ne s’attendait pas à …. Ça. Que pouvait-il dire ? Qu’il était désolé ? Désolé alors que cela ne changerait rien. Un désolé ne change rien, les gens peuvent aller se faire foutre avec leur désolé que cela reviendrait au même. Le blond préféra donc rester silencieux plutôt que de dire des âneries. « Bordel ... Excuse moi, j'sais plus ce que je raconte. C'est ce ridicule bal costumé, si tôt après le drame, je trouve ça tellement ... Malvenu ! Et puis voir les gens tout autour de moi parler de leurs cavaliers et cavalières, se réjouir, ça me ... ça me tue parce que moi aussi j'aimerais pouvoir ! Mais, je ... Écoute, ça va pas du tout, on va appeler Savannah elle saura bien mieux s'occuper de toi. »

Et il lui tourna le dos, ne lui laissant pas la possibilité lui faire savoir s’il avant envie oui ou non que sa collègue ne vienne. Il n’en avait pas besoin et puis, l’infirmier ne lui paraissait pas moins mal qu’un autre. Il avait juste … un trop plein dans l’sac qu’il avait du enfouir pour s’occuper des autres, faire son job. « J’ai pas besoin de Savannah. », lança t-il d’un ton plutôt sec. Il allait se faire jeter, surement. « C’est pas la fuite qui va faire en sorte que tu ailles mieux même si, tel que c’est parti, t’as pas vraiment l’air d’avoir envie d’aller mieux malgré ton joli discours sur le positivisme. », lança t-il un poil agacé. C’était ça aussi les adultes. Je vais bien tout va bien même si ce n’est qu’une connerie de plus mais vas-y déballes tes problèmes, je peux te dire que tout ira bien alors que c’est faux.

« Ce bal costumé était une mauvaise idée. », admit-il avec calme. « Nous n’étions que des clowns à laisser croire, le temps d’une soirée, que cela va mieux pour faire une rechute le lendemain. J’aime pas les clowns. Faire rire les autres quand t’es triste, y’a de quoi ce lancer un Avada. Pas que je le veuille hein. Juste que ce bal était une vaste comédie. » Le jeune homme fit la grimace. Il était qui pour jouer les philosophes lui qui ne savait même pas où se situer par rapport à tout ça. « Que tu changes d’endroit, de métier, de vie, ne changera pas ce que tu as vécu. », termina t-il en haussant les épaules. Le passé fait qui tu es, inutile de le fuir. « J’voulais pas être moralisateur. C’est pas mon job. Et, à ce niveau, j’suis plutôt mal placé pour me lancer dans le domaine. » Non. Du tout. Niveau morale, il pouvait repasser.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Like a fallen piece will make a better start. { MARCUS   

Revenir en haut Aller en bas
 

Like a fallen piece will make a better start. { MARCUS

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Episode 457 One piece
» One Piece 573
» Fallen Galaxy
» Episode 443 One Piece
» Episode 447 de One Piece

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Elderwood Accueil ─
 :: ─ Premier étage. :: ─ L'infirmerie
-