Partagez | 
 

 Shall we dance? ♣ Lust.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Happiness.
    Féminin ♦ CREDITS : Ava & Signa: Lux Aeterna ♥
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 29/11/2012
    ♦ AGE : 21



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans - 8e année - Maarifa Sihr
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Shall we dance? ♣ Lust.   Dim 9 Déc - 5:42

Spoiler:
 

Shall we dance?
Belladonna Ningishzida & Lust Dashwood

Tu la regardes depuis tout à l’heure, complètement épouvantée. Tu as ouvert de grands yeux effrayés lorsque tu l’as lue, cette lettre. Elle venait de tes parents et tu t’attendais aux nouvelles habituelles, à leur blabla sympathique mais incessant. « Comment vont tes études? » « J’espère que tu as plus étudié que bu cette semaine. » « Comment vont tes amis? Dis-moi, tu te tiens toujours avec des gens respectables? » « Comment va Caleb, ma chérie? Toujours aussi charmant? » Toutes ces questions auxquelles tu ne voulais pas répondre, mais qui te faisaient toujours sourire. Tes parents étaient là, loin mais si proches en même temps, tentant désespérément d’avoir un certain contrôle sur ta vie à Elderwood. Tu les reverrais bientôt, tu le savais, et ils te manquaient tous les deux. Surtout ta mère, en fait. Vous aviez toujours été très proches et tu avais toujours eu l’impression que quoique tu fasses, elle allait quand même t’adorer, ce qui n’était pas le cas de ton père. Il avait complètement oublié que tu n’étais pas enfant unique et ça en était parfois très choquant. Néanmoins, c’était ta famille, que tu le veuilles ou non, et, contrairement à ton frère, tu avais préféré garder de bonnes relations avec tes parents, voulant les rendre fiers. Tu ne savais pas vraiment pourquoi, mais c’était viscéral.

Alors, lorsque tu avais reçu la fameuse lettre, tu avais pensé désobéir. Ça, non, tu ne pouvais pas faire ça. Tu allais leur écrire que tu ne pouvais pas, que tu étais terriblement occupée, que tu n’irais pas, que c’était hors de question. Tu allais leur faire comprendre qu’on pouvait te faire faire des tonnes des choses, mais que ça, c’était vraiment trop. Ça dépassait les bornes. Quel genre de parents demandait chose pareille à leur enfant qui était supposé étudier fort à l’école? N’importe quoi! Mais tu étais toi. Et en tant que tel, tu ne pouvais pas refuser. Tu savais que ton père serait déçu, voir fâché : il semblait tenir à ta présence à cet évènement. Alors, tu avais pris une plume, et tu avais écrit que, bien sûr, ferait ce qu’ils te demandaient et que tu serais là, souriante, heureuse et épanouie. Comme toujours. Tu avais envoyé ta réponse, mais tu étais toujours restée avec ce goût amer dans la bouche. Tu devais trouver un moyen de t’en sortir. Tu n’avais pas le choix de trouver une façon de t’en sortir. Si tu ne le faisais pas, ça allait être horrible, et tu allais être tout à fait ridicule à une soirée où tes parents devaient bien paraître devant tout le monde. Ton père l’avait bien spécifié dans la lettre. Alors, tu t’étais résignée et tu avais pris ton courage à deux mains : tu allais apprendre à danser.

N’importe qui rirait de toi si ça se savait, mais tu dansais atrocement mal. Tu avais, premièrement, un équilibre tout à fait catastrophique et tu n’avais aucune idée de la place de ton corps dans l’espace ce qui, dans la danse, était très mauvais. Ta coordination bras-jambes était horrible. Par contre, tu avais toujours eu de la facilité à apprendre les chorégraphies. Tu n’arrivais jamais à les effectuer correctement, mais tu les savais, ce qui était le seul bon point de tout ce merdier. Tu savais que tu ne pouvais pas t’en sortir seule. De toute façon, tu ignorais tout de la danse, surtout de celle que les gens dansaient dans les soirées mondaines. Tu t’en foutais, en fait. Toi, tu aimais socialiser, tu aimais parler avec tous ces gens, passer d’une table à une autre, d’une conversation à une autre, en apprendre plus sur la vie des gens. Tu aimais les sourires, leurs voix, leurs rires. Mais les danses? Vraiment pas ton truc. Toi, tu allais gentiment t’enfermer dans les toilettes pendant celles-ci en espérant que personne ne se rendrait compte de ton absence. Ou alors, tu t’inventais une faim de loup et tu allais dévorer tout ce que tu pouvais trouver au buffet. Une fois, une seule fois, tu avais accepté l’invitation d’un jeune homme à danser, et ça avait été une catastrophe. Tu en frissonnes encore, alors maintenant, tu évites. Tes parents n’ont apparemment jamais été au courant du drame (vous aviez carrément trébuché au beau milieu de tous ces couples élégants) car voilà qu’ils te demandaient d’apprendre à danser. N’importe quoi.

Puis, après de longs moments à peser le pour et le contre, tu avais pris une décision exécutive. Il te fallait un professeur. Et tu connaissais miraculeusement quelqu’un qui dansait comme un dieu. Bon. Ce n’était pas l’idéal, tu en convenais, ça allait probablement être gros malaise et tout, mais tu aimais mieux que ce soit gros malaise en tête à tête avec lui que gros malaise devant les gens les plus riches des pays arabes. Alors, tu pris ton courage à deux mains et tu es allée lui demander. Tu l’as carrément embusqué au détour d’un couloir et vous vous êtes enfermés dans la première pièce du coin. Tu t’étais assurée que personne ne regardait. Ça ne devait pas se savoir. Jamais. La danse, ça te faisait carrément honte, et tu étais déjà honteuse ainsi enfermée avec Lust et tu ne lui avais même pas demandé ce que tu voulais.

« Lust, écoute, j’ai un service à te demander, c’est vraiment embarassant, mais il faut absolument que tu dises oui, et je te serai redevable. Je te jure. Mais s’il te plaît, ça doit rester secret, parce que franchement, c’est carrément honteux. »

Ouais. Carrément honteux. Comme cette discussion.

« Donc, euh, voilà. Il faut que tu m’apprennes à danser, et je suis une catastrophe dans le domaine. S’il te plaît? Je t’en supplies? Tu seras mon idole pour le reste de ma vie si tu dis oui? »

Le tout accompagné de ton plus beau sourire. Mais tu n’en peux plus, c’est tellement n’importe quoi que tu éclates de rire.

« Allez. Tu as une occasion en or de te foutre de moi pendant quelques heures. »

« it's the heart afraid of breaking that never learns to dance. » ► XIAOLU GUO.
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nkiruka

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 219
    ♦ PSEUDO : zadig
    ♦ CREDITS : mindful
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 21/04/2010



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans; Huitième année; Nkiruka
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Shall we dance? ♣ Lust.   Lun 10 Déc - 1:38

Vous savez ce qu’on dit, sur les Brésiliens, les élèves de Yohuani, les Nkiruka et le reste des élèves résolument fêtards au sang plus que chaud. Qu’ils sont dragueurs, dansent pas trop mal (quand ils n’ont pas de plume dans le fondement. Oui oui, on vous a repéré les Brésiliens) et qu’ils ont des grosses b…aguette (bon d’accord, personne ne dit ça).
Lust rassemblait un peu toutes les caractéristiques du mec débile qui dansait bien à la moindre note de cuica et de bandonéon, n’hésitant pas à shaker son booty sur n’importe quelle surface. Ceci entraînait des situations qui auraient embarrassé n’importe qui sauf le principal intéressé, lequel s’était donc déjà retrouvé collé en début d’année pour avoir commencé à se dandiner en se frottant contre toutes les statues du Premier étage sur le beatbox initié par Callen. Et affirmer qu’il faisait le ménage pour aider Jude Kassidy n’avait forcément pas fonctionné. Ca n’était pas faute d’avoir proposé de recommencer avec un plumeau placé à la Brésilienne (coucou les Yolihuani).
C’est en ressortant de la salle de potions qu’il avait dû récurer du sol au plafond que le ciel lui était littéralement tombé sur la tête en la personne d’une jolie plante au prénom évocateur. Comme quoi, il fallait croire que les parents choisissaient plutôt bien les noms de leur future progéniture. Peut-être même qu’ils étaient botanistes. Ou des tubes d’homéopathies (comprendra qui voudra, amis du Bio, bonsoir). Comment ça « Lust allait plutôt bien aussi » ? Ca n’avait aucun rapport et de toute façon on s’écarte du sujet.
Elle l’avait empoigné au détour d’un couloir (ce que Lust, soit dit en passant, trouvait totalement ridicule comme expression puisqu’un couloir étant droit, s’il commence à il y avoir des détours, on ne s’en sortait plus), tandis que le Nkiruka grommelait quelques insultes à l’égard des chaussettes de Merlin et de la sœur de la secrétaire qui l’avait forcé à faire le ménage. Kassidy était là pour ça non ? Enfin à part manger les enfants, elle devait bien faire autre chose pour se montrer utile.
Aussitôt embarqué, il n’avait même pas protesté, on protestait bien rarement quand une jolie fille vous attrapait pour s’enfermer avec vous dans une salle sombre. Cela signifiait qu’elle voulait soit vous casser la gueule soit participer à l’évolution de la race humaine et c’est donc avec un sourire délicieusement goguenard qu’il avait fixé Belladonna.
▬ Lust, écoute, j’ai un service à te demander, c’est vraiment embarassant, mais il faut absolument que tu dises oui, et je te serai redevable. Je te jure. Mais s’il te plaît, ça doit rester secret, parce que franchement, c’est carrément honteux. Débita l’adolescente, lui faisant arquer un sourcil circonspect. Il n’y avait aucune honte dans les deux situations qu’envisageait Lust et qui plus est, la demoiselle en question n’était pas censée parler autant. Généralement, ils parlaient même très peu. Ou simplement pour se féliciter d’être parfaitement en forme physiquement parlant.
▬ Tu sais que si c’est pour que je t’aide à avoir un enfant ou pour perdre ta virginité, tu ferais mieux de faire appel à quelqu’un de heu… enfin… génétiquement plus proch… Avança le Brésilien avant d’être interrompu.
▬ Donc, euh, voilà. Il faut que tu m’apprennes à danser, et je suis une catastrophe dans le domaine. S’il te plaît? Je t’en supplies? Tu seras mon idole pour le reste de ma vie si tu dis oui?
▬ Heu. Ce fut tout ce qui s’échappa concrètement de ses lèvres, ses yeux détaillant le physique de la Maarifa qui n’avait effectivement pas le physique d’une danseuse. N’entendez pas là qu’elle n’était qu’un immonde petit boudin mais il lui fallait peu pour savoir que si elle soignait sa ligne, elle ne tiendrait pas trois tours de salsa. Sentant l’hilarité pointer le bout de son nez, il se mordilla la lèvre inférieure et glissa les mains dans ses poches.
▬ Allez. Tu as une occasion en or de te foutre de moi pendant quelques heures. C’était le feu vert qu’il attendait pour ouvrir les vannes. Eclatant de rire, il tapa un grand coup dans le dos de Bella et dû s’asseoir pour cesser de glousser bêtement.
▬ Tu déconnes là. Non ? Sait-on jamais. Il n’était pas du tout contre donner des cours de danse mais n’avait jamais eu le profil du professeur conventionnel, voire même pas le profil de professeur du tout. Du moins c’était ce qu’il avait toujours pensé jusqu’à son arrivée à Elderwood et force lui était de constater que la plupart des enseignants avaient une araignée au plafond. Ca ne le dérangeait pas, on disait bien qu’il avait une anguille dans le slip… Le Brésilien cilla, fixa un instant la Maarifa et se releva en s’époussetant.
▬ Bon. Ok, j’espère que t’es prête pour un cours intensif. Il esquissa quelques pas de danse avant de se diriger vers la porte pour la refermer totalement et reporter son attention sur sa partenaire du jour… Et constater que le décor avait changé. L’époque aussi visiblement et Lust ne savait pas s’il devait s’en montrer ravi ou courir dans tous les sens en pleurant qu’il allait devoir porter une perruque.
▬ Oh. Fuck. Dis-moi… La porte vers laquelle tu m’as attiré, c’était la dernière à gauche non ? Question rhétorique plus qu’autre chose. Il savait déjà dans quelle foutue salle débile ils étaient tombés pour en avoir entendu parler parmi ses camarades. L’un d’entre eux avait claqué la bise à César et un autre avait maté les seins de Cléopâtre. Que de réjouissances en prévision… Mais par pour eux.
▬ J’espère que tu voulais pratiquer la valse ou quelque chose du genre. Parce qu’on est tombé à la bonne époque, ma vieille. Bienvenue heu… A Versailles. Il lui avait fallu toute sa concentration pour prononcer le dernier mot en français et encore, il se demandait encore qui versait l’ail où et qu’est-ce que c’était que ce nom pourri… mais soit.
▬ L’entrée pour la salle se trouve à l’Est, monsieur. Souffla un emplumé à sa gauche, le faisant grimacer sans même qu’il s’interroge sur le pourquoi du comment il comprenait. Sûrement une histoire de sort traducteur encore présent, ils n’avaient pas quitté l’école, techniquement. Williamson et ses gros boobs avaient décidemment tout prévu.
▬ Jsuis super hot pour aller danser à Verse-moi l’ail, tu viens m’éteindre ou tu comptes rester là jusqu’à ce que mort s’ensuive ? Adressa le Nkiruka à sa partenaire avec un immense sourire Ah et je sais pas vers où c'est, l'Est. ajouta-t-il en soupirant.


_________________
♛ Play a {stupid} Lovegame
One, Two, Three, Take my hand and come with me, Because you look so fine, That I really want to make you mine. Said you look so fine, That I really want to make you mine. Four, Five, Six, Come on and get you're kicks, Now you don't need money when you look like that, Do you honey. I say are you gonna be my girl ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Happiness.
    Féminin ♦ CREDITS : Ava & Signa: Lux Aeterna ♥
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 29/11/2012
    ♦ AGE : 21



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans - 8e année - Maarifa Sihr
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Shall we dance? ♣ Lust.   Jeu 13 Déc - 23:48

Shall we dance?
Belladonna Ningishzida & Lust Dashwood

Il avait accepté. Sur le coup, à voir sa tête quand tu le lui avais proposé, tu étais sûre qu’il allait dire non, qu’il allait rire et partir en courant pour ne pas avoir à t’apprendre à danser. Enfin bon, il faut dire que la tête que tu as tirée lorsqu’il t’a demandé si tu voulais perdre ta virginité ou avoir un enfant était plutôt marrante. Haha. Tu n’as cependant rien dit, te disant que ta tête devait faire office de réponse et qu’il comprendrait parfaitement ce que tu pensais de cette stupide idée. Mais finalement, en lui disant qu’il pourrait se moquer de toi, il est parti à rire, et tu t’es dit qu’il accepterait. Avec le grand coup dans ton dos en plus qui te fit sursauter plus que tu ne l’aurais voulu, tu t’es dit que c’était dans la poche, qu’il ne pourrait de toute façon pas s’empêcher de rire de toi pendant quelques heures. Tu t’en fichais. Après tout, ses blagues étaient peut-être douteuses, mais il allait t’apprendre à danser, et c’était l’essentiel. « Tu déconnes là. Non ? » Eh bien… Non. « J’ai l’air de déconner ? » Comme si tu l’aurais attrapé dans le corridor juste pour le plaisir. Mais bien sûr.

« Bon. Ok, j’espère que t’es prête pour un cours intensif. » Et voilà ! La réponse officielle. Tu lui fais donc un sourire, prête à écouter tout ce qu’il te dirait et à essuyer toutes les moqueries qui viendraient très probablement avec. Cependant, lorsqu’il est allé fermer la porte au complet – geste que tu appréciais, c’était déjà assez pénible de te ridiculiser devant quelqu’un, un seul témoin suffisait amplement – le décor a changé. Vous avez regardé ce qui vous entourait, avant de vous regarder, le même genre de mots à l’esprit. « Oh merde… J’ai pas regardé en entrant. Désolée. » Ça, tu l’étais vraiment. « J’espère que tu voulais pratiquer la valse ou quelque chose du genre. Parce qu’on est tombé à la bonne époque, ma vieille. Bienvenue heu… A Versailles. » Ô joie, ô bonheur. « Eh ben… En fait, si. Mes parents m’obligent à apprendre à danser pour que je paraisse bien dans une soirée mondaine quelconque. Même si du coup je sais pas du tout quelle genre de danse est appropriée, mais ça doit être dans ce genre-là, non ? »

Tu n’en avais aucune idée, mais bon, le pro ici, ce n’était pas toi, c’était l’énergumène qui te servirait de professeur pendant les prochaines heures. Énergumène inculte et avec une prononciation pas terrible, en plus. « J’suis super hot pour aller danser à Verse-moi l’ail, tu viens m’éteindre ou tu comptes rester là jusqu’à ce que mort s’ensuive ? » Tu lui lances un regard complètement désespéré mais tu le suis quand même. Regard désespéré qui se prolonge plus longtemps que nécessaire lorsque tu apprends qu’il ne sait pas où est l’est. « Nom de dieu, » marmonnes-tu en le traînant dans la bonne direction. « Bon alors on rentre, on danse, on s’en va. Ça te paraît bien comme plan, ou tu comptes visiter ? » Lust qui visite Versailles. Hahaha.

« There is a bit of insanity in dancing that does everybody a great deal of good. » ► Edwin Denby
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Shall we dance? ♣ Lust.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Shall we dance? ♣ Lust.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Présentation de Lust Ourobouros
» Demande de récompense Lust Nemausus
» FullMetal Alchemist
» 118218 Code Lust
» Lust la Lascive

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Elderwood Salles de cours ─
 :: ─ Premier étage. :: ─ Salle des époques
-