Partagez | 
 

 {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 124
    ♦ PSEUDO : Bonnie Blue
    ♦ CREDITS : Izzy
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/10/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7eme année ; Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mer 26 Déc - 22:17

J’ai toujours rêvé d’être ... Grace Kelly
Le regard fixé sur Sladka qui faisait son entrée, russe reine des glaces au port impérial, Magda jouait machinalement avec le tissu de sa robe. Elle attendrait avant de se joindre à la danse : pourquoi ternir son éclat en se montrant en compagnie d’étoiles plus brillantes ?
Son costume avait pourtant du panache. Le thème était facile, si facile qu’elle avait longuement hésité. Magda n’avait toujours rêvé que d’une chose : être une princesse, une étoile, l’une de ces femmes exceptionnelles dont les noms provoquaient, encore aujourd’hui, des soupirs. Chez les Moldues, elle avait zieuté d’un air envieux les robes droites d’Audrey Hepburn et la chevelure platine de Monroe. Au final, la classe innée de la sorcière reconvertie en princesse l’avait emporté. Cheveux retenus en arrière, robe soulignant sa taille fine, la Polonaise avait tout fait pour maximiser la ressemblance, ayant même hésité un instant à user d’un sort de métamorphose.
Une fois qu’elle fut sûre d’être la seule à franchir le seuil en cet instant, elle le franchit d’un pas doux. Toutes les histoires de princesse comprenaient un passage où le regard du Prince se posait sur celle qui, auréolée de gloire et de trois tonnes de maquillage, franchit la porte de la salle de bal. Comme elle avait égaré son Prince, il lui en fallait un autre. Et d’urgence, préférablement, avant que tous les hommes convenables ne soient pris.
Elle adressa un signe de tête grave à Rowan, qui faisait une fois de plus preuve d’un peu trop d’enthousiasme, dans une robe de mariée tout à fait délicieuse. Passa à côté du professeur de duel, de celui d’histoire et d’un certain nombre d’autres personnes, dont l’une de ses égéries personnelles, Miss Norrington en personne – même si elle avait, aux dires de certain, quelque peu perdu de son panache sans son acolyte (coucou Phil – pas taper *pan*).

▬ Tu as fière allure, commenta-t-elle d’un ton enthousiaste en arrivant à la hauteur de Sladka.
Si la froideur de son amie la choquait, elle commençait à s’y habituer. Les choses n’étaient plus, ne seraient plus, ce qu’elles avaient été. Message reçu. Sa douleur à elle ne semblait pas non plus vouloir s’effacer, mais Magda était maintenant passée au rang d’experte quand il s’agissait de faire taire ses voix intérieures. Après tout, elle avait été à bonne école.
▬ On dirait que les gens se sont prêtés au jeu, continua-t-elle en se hissant sur la pointe des pieds, cherchant des visages connus et inconnus sous les déguisements. La constatation était plaisante. Aux yeux de la sorcière, rien n’avait plus d’importance – à part les robes de bal et le champagne, of course – que de maintenir la course du monde tant bien que mal. Elle s’arrêterait une fois et tout s’effondrerait sous ses pieds. Alors si ses camarades pouvaient l’y aider, elle ne s’en plaindrait pas.

Tapotant d’un pied nerveux sur le sol, elle commençait à regretter d’avoir un corsage aussi moulant (surtout quand il y avait aussi peu à mouler, mais c’est un autre débat). Et se prit à souhaiter que leurs amis les rejoignent vite, histoire de distraire Sladka de ses sombres pensées – ce à quoi elle échouait régulièrement, comme l’idiote qu’elle était. Rina, Sonechka, Archibald, Elektra, Anant … Au point où elle en était, elle aurait même été ravie de voir débarquer l’insupportable Esfir, ce qui risquait fort peu d’arriver.
▬ J’ai loupé quelque chose ? Questionna-t-elle ensuite, plus histoire d’entretenir la conversation que de se renseigner véritablement. Apparemment, la réponse était quand même oui : les professeurs avaient, une fois de plus, craqué leur slip question déguisement. Non mais regarde-moi cette brochette de fous. On ne croirait pas qu’ils sont là pour nous éduquer, acheva-t-elle à mi-voix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 389
    ♦ PSEUDO : C'toi le pseudo !
    Féminin ♦ CREDITS : Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 25/04/2010
    ♦ LOCALISATION : Probablement à l'infirmerie ou derrière les fourneaux.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: Médicomage d'Elderwood, professeur de soins et introduction à la médicomagie, et de cuisine et charmes gastronomiques ; ancienne Salem ; 28 ans.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Jeu 27 Déc - 0:55

La fête battait son plein. Savannah entendait des collègues parlait, rire, paniquer... des filles piailler, en conclusion. Le groupe ne se trouvait pas très loin d'elle, à quelques mètres tout au plus. Elle sourit en les regardant, puis se concentra à nouveau sur son ruban de mousseline noire, qu'elle comptait bien transformer en bracelet avant la fin de la soirée. Quelle idée avait-elle eue de vouloir cacher ses yeux avec ce morceau de tissu ? Ces cils s'étaient accrochés dedans, et ce malgré les trous qu'elle avait savamment taillés pour éviter le contour des yeux. La voilà qui avait posé sa main à plat sur une surface de nappe libre de toute sucrerie, juste pour permettre à l'autre main de nouer la bande de mousseline autour de son poignée. Mais si sa dextérité avait été reconnue au dessin -surtout par sa mère-, on ne pouvait pas en dire autant des nœuds improvisés par une main gauche digne d'une main gauche : à savoir, peu adroite. Elle se surprit à tourner autour de son bras, faisant glisser sa main sur le tissu blanc de la nappe par la même occasion. La voir de l'extérieur paraissait sans doute bien comique, mais Savannah, concentrée sur sa tâche, ne se permettrait aucune relâche jusqu'à ce que son bandeau ait pris place autour de son poignet. Mordillant sa langue et fronçant ses sourcils, la blonde commençait à pester, oubliant par la même occasion tous les inconnus et les moins inconnus qui se pressaient dans la pièce. Et puis soudain... « Je n'imaginais pas vous retrouver dans une robe aussi ensorcelante, mais elle vous va parfaitement. » entendit-elle en voix masculine lui glisser. Enfin... était-ce vraiment à elle qu'on s'adressait ? Elle avait espéré secrètement pendant un centième de seconde que c'était Iordan Nevdokiev qui s'adressait à elle, mais sa raison avait repris le dessus bien assez vite. Ce n'était pas sa voix. Elle abandonna donc l'idée d'accrocher le ruban noir en guise de bracelet -pour le moment, soyons bien d'accord- pour se concentrer sur le jeune homme qui s'adressait à elle. Avec un verre tendu en sa direction. Qui était-ce ? Oh oui, Gaël Avenford, un des jeunes dont elle s'occupait régulièrement. Savannah lui accorda un sourire gêné alors qu'il continuait. « Votre prince vous a-t-il fait faux bond, vous laissant ignoblement seule ? Je sais que je n'ai pas les atours d'un prince, mais accepteriez-vous à défaut une danse avec un pauvre détective sans galon ? » La médicomage se contenta d'accepter timidement le verre que lui tendait le jeune homme et d'en avaler une gorgée, cherchant à gagner du temps pour répondre intelligemment. Sauf que... « Merci... Et je, enfin, j'ai pas de prince ce soir. C'est que, heu, c'est que le début du conte de fée, on va dire. » Elle chercha dans les tréfonds de son esprit quelque chose de plus convenable à répondre à un étudiant qui semblait se moquer d'elle. Voilà, elle le savait. Elle n'aurait jamais du s'accoutrer de la sorte. Voilà un tombeur qui s'en prenait à elle, qui se moquait de la personne idéale qu'elle rêvait d'elle et de la tenue qu'elle s'était confectionnée. Ensorcelante, qu'est-ce que cela pouvait bien signifier ? Qu'elle avait juste l'air d'une vieille sorcière, de genre de celles que connaissent les moldus, avec une verrue sur le nez et une longue cape sombre destinée à cacher la misère ? Le elle vous va parfaitement coulait alors de source... Elle n'était qu'une vieille sorcière qui rêvait de devenir une princesse mal fagotée. Voilà donc la traduction de ce qui ressemblait à des compliments. Mais ce n'était pas fini. Il lui avait proposé une danse. Il voulait donc rire de ses pas, aussi. Heureusement pour elle, elle avait au moins eu la présence d'esprit de choisir des ballerines et pas des talons. Elle s'imaginait déjà avoir suffisamment de mal à bouger avec sa robe imposante... Oh, voilà donc pourquoi il lui proposait de danser ! Si elle avait pensé un seul instant que quelqu'un irait chercher aussi loin pour rire d'elle, nul doute qu'elle aurait choisi sa vieille blouse blanche pour venir déguisée en médicomage classique, ce qu'elle faisait de mieux... Pas de risques, pas de moqueries.

La parade ? Aucune. Et ce que Gaël observait à cet instant ? Une princesse figée, un verre encore rempli à la main, un morceau de tissu dans l'autre. Son sourire pétrifié aurait pu inquiéter le jeune homme, mais bientôt elle se remit à mouvoir, comme si de rien n'était. Elle ne pouvait rien faire d'autre que de subir et prouver au jeune homme qu'elle n'avait aucune raison d'être moquée. Si elle y croyait ? Pas du tout. Mais c'était tout ce qu'elle avait en magasin. Ses neurones s'étaient cotisés pour lui offrir cette seule possibilité. Alors elle porta le verre à ses lèvres et le but d'une traite, espérant certainement y trouver un peu de courage. Mais il n'y avait pas d'alcool à cette fête. Et pour une des premières fois depuis des années où elle aurait souhaité en boire, elle se retrouvait à ingurgiter une boisson étrange, sur laquelle elle n'aurait même pas su fixer de nom. Ça aurait pu ressembler à du champagne, ça aurait pu...

« Volontiers. » se contenta-t-elle de répondre à l'étudiant alors qu'elle jetait un regard discret alentours, espérant secrètement qu'on vienne la sauver des moqueries du jeune homme. Qu'elle puisse s'en aller et simplement retourner dans son appartement, s'endormir dans sa robe et oublier. Mais personne de connu ne semblait disposé à répondre à ses regards de détresse. « Par contre je te préviens, jsuis une horrible danseuse. » mentit-elle en espérant qu'il renonce à son invitation. Mauvaise ? Pas jusque-là. Elle exagérait peut-être un peu la réalité, espérant qu'il arrête son calvaire sur l'instant. « Et puis on forme un sacré anachronisme, quand même » continuait-elle alors qu'ils rejoignaient le centre de la salle. Elle avait déposé son verre vide sur un plateau, tandis que le morceau de tissu noir voguait d'une main à l'autre, et qu'elle cherchait désespérément où le mettre. « Tu devrais pas plutôt t'intéresser à des filles de ton âge ? » glissa-t-elle alors qu'ils se retrouvaient face à face pour danser. Savannah était figée face au jeune homme, plus grand qu'elle, et elle se demandait encore ce qu'elle allait faire de son bandeau. Les princesses n'avaient pas de poches, voilà donc pourquoi on avait inventé le jean. Elle se mettait à regarder ses pieds, à visualiser sa robe... pour placer le ruban de mousseline d'une part, mais également pour éviter le regard de celui qui n'attendait que le début de la danse pour rire d'elle. Elle jetait des regards affolés alentours, mais qu'elle souhaitait discrets. Pas un visage de sauveur dans le coin. Elle était foutue, et allait revivre ce cauchemar éternel des moqueries. Elle ferma les yeux quelques secondes en serrant son bandeau dans les mains, espérant se réveiller subitement dans son lit.

_________________
    Letting everyone down would
    be my greatest unhappiness.

    "One only understands the things that one tames," said the fox. "Men have no more time to understand anything. They buy things all ready made at the shops. But there is no shop anywhere where one can buy friendship, and so men have no friends any more. If you want a friend, tame me ..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nkiruka

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 76
    ♦ PSEUDO : Summer
    Féminin ♦ CREDITS : /
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/12/2012
    ♦ AGE : 22
    ♦ LOCALISATION : En compagnie de ses moitiés <3



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans, 8ème année, Nkiruka
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Jeu 3 Jan - 12:22


Le mot fête avait été à peine susurré que Callen bouillait déjà intérieurement dans une frénésie totale. Les fêtes, une douce texture qui éveillait les sens les plus habiles, et qui permettait de briller au grand jour auprès de ces innocentes demoiselles aux allures de vélanes. Ce qui l'enthousiasmait le plus aurait pu être cette motivation qu'était les femmes, mais c'était une autre chose. Se retrouver avec Jess & Lust pour une soirée de fou ! Même si la certitude qu'ils iraient vaquer vers des terres inconnues mais hypnotiques était réelle. Une évidence bien camouflée mais trop puissante pour être enterrée. C'était comme si ... on privait les filles de maquillage, ou de parler. Lust & Callen avaient besoin de leur dose journalière de fille, question de vie, ou de mort. Seulement, les souvenirs quelques peu douloureux ne pouvaient être chassés. Callen se situait toujours dans les méandres du regret, n'arrivant pas à se sentir innocent. Ce qui s'avérait donc être optionnel devenait une obligation. Veiller sur Jess' par crainte, mais surtout pour être pardonné. Dilemme qui ne pouvait être qu'éternel. Choisir devenait impossible. A moins que ... réaliser les deux simultanément ne soit possible ... ? Une main sur Jess' ..., l'autre main sur une proie, la bouche sur les lèvres de l'innocente... et les yeux sur Jess' au cas où on s'approcherait d'elle ! Ce plan était parfait, quoiqu'un peu étrange. Callen avait également pensé à d'autres solutions pour remédier à ce problème, mais elles étaient toutes plus étranges les unes que les autres, amenant ainsi Jess' dans un refus évident et total.

"J'ai toujours rêvé d'être ... ". Le thème du bal qui était organisé pour cette nouvelle année. Callen avait toujours rêvé d'avoir des boobs pour lui, mais malheureusement, ceci ne rentrait pas dans le thème. Une question qui devenait alors personnel. Callen avait longuement réfléchit sur la question après s'être rendu compte qu'il avait jubilait tel un chiot à l'idée de cette fête en omettant de se renseigner sur le thème, ou tout du moins d'écouter les propos des autres qui n'avaient cessé de le lui répéter. Qu'avait-il toujours rêvé d'être? Pour lui, la réponse était évidente qu'elle en devenait banale. Il voulait se marier au quidditch pour le restant de sa vie, et c'était peut être l'unique chose qu'il ne tromperait jamais. Non, il souhaitait un costume plus cool que ça. Beaucoup plus cool. Il s'était alors creusé la cervelle comme jamais il ne l'avait fait pour déboucher sur des idées puériles, pour un être puéril.

L'idée de se déguiser en tarzan lui avait traversé l'esprit puisque celle-ci impliquait le port d'une tenue légère et frivole, un appas sûr pour attirer les gazelles, mais qui sans doute en repousserait certaine dont une en particulier. Sans doute que Keyah réagirait de façon extrême en l'apercevant dans une telle tenue ... rappelant ainsi des souvenirs gênants. Puis celle de se déguiser en super héros s'installa durant quelques heures avant d'être assailli par les forces de l'ordre. Il avait toujours rêvé d'avoir un flingue sur lui avec des menottes, arborant ainsi une allure rassurante et sexy. Il avait même songé à se procurer un fouet et d'autres armes dangereuses. Cette idée faisait trembler son cœur et l'émoustillait. C'était décidé, il viendrait en policier sexy le soir de cette fête en compagnie de Lust & Jess'.

Adoptant une cadence décontracté, Callen était aux côtés de Jess', et seulement de Jess'. Lust n'était pas de la partie pour ce soir, ayant décidé de changer de corps avec une personne inconnue. Étrangement, Callen était jaloux de cette personne mystérieuse. C'est vrai quoi, Callen était son meilleur pote, en plus s'il changeait de corps, le retrouver serait impossible ! Parcourant la petite foule présente dans la pièce, nombreux étaient les professeurs déjà présents, et ils s'avéraient être les principaux obstacles pour participer à une fête d'enfer. Seulement ce rêve était irréalisable, l'ancienne fête ayant dérapée résonnait encore. Cette soirée se devait donc d'être sans débordements, un point que Callen n'appréciait pas tellement mais auquel il saurait faire face, en trouvant source de bonheur ailleurs.
Des blagues débiles commencèrent alors à valser dans son esprit, mais son cœur lui chuchotait mielleusement que c'était une mauvaise idée de rappeler le passé. L'envie est si puissante.

▬ Jess', j'ai prit tout l'matos nécessaire pour ta survie. Si quelqu'un s'approche je le fouette avec mon fouet pour éléphant, et personne ne pourra rien dire puisque je suis la loi. Aussi j'vais assurer ce soir. J'ai trouver une idée génial de la mort qui tue ! Tu vas être épatée !

Fourrant sa main dans sa poche, Callen partait à la recherche de son idée. Oui, elle se trouvait dans sa poche. Sortant l'objet désiré, sans laisser le temps à Jess' de protester, il enferma sa main dans l'une des menottes avant de faire de même avec sa propre main. Liés, et ainsi une protection assurée. Au final, son idée des jours précédents était parfaite.

▬ J'espère que ça ne te dérange pas de devoir m'accompagner partout où j'irais ? De toute façon, si tu dis quoique ce soit, tout sera retenu contre toi ! Vous avez le droit de garder le silence !

Sourire débile sur les lèvres, il savait qu'il pourrait remédier à cette situation si elle devenait trop pesante. Les clefs étaient l'issue de secours. Rapide passage dans une de ses poches afin d'être certain que les clefs s'y trouvaient toujours. Soulagement.
Seulement, cette prise en charge risquait d'être problématique pour la pêche aux gazelles ... Un problème qui serait résolu plus tardivement sans doute.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 460
    ♦ PSEUDO : A _ _ Y. Guess who ?
    ♦ CREDITS : (c) White rabbit
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 18/12/2010



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24; ex-Durms ; Infirmier
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Sam 5 Jan - 13:27




    Sa paume se posa contre la vitre tandis que ses paupières se rabattait sur ses prunelles bleu nuit. L'horizon ténébreux de septembre ne le réjouissait aucunement. Le paysage ne l'apaisait pas, ni même la myriade d'étoiles hautes dans le ciel noir d'encre. Au contraire, cette vue abimait son cœur. La lune n'était qu'un croissant ce soir mais tout lui rappelait ce jour qu'il s'escrimait à reléguer dans un coin reculé de son esprit. Le soir de la catastrophe, le calme dans les couloirs était identique, avec juste quelques rires d'étudiants se répercutant au loin et la houle de la mer qui leur parvenant lorsque le silence régnait. Avant le drame, il n'entendait que ses pas sur le sol et le chant des mouettes au dehors lorsqu’il avait déambulé sur ces mêmes dalles qu'il foulait aujourd'hui, avant que les cris ne déchirent la nuit. Comment guérissait-on d'une blessure si profonde, si béante ? Comment un tel enchevêtrement de nœuds, entre tissus cicatriciels et plaies encore ouvertes, se refermait-il pour de bon ? Comment oublier ? Fedor ne le savait pas. Il ne connaissait pas la cure à ses maux et ses heures de réflexion passées en haut du phare à fixer la mer ne lui avaient rien appris. Tout ce qu'il savait, c'est que lorsque la silhouette de Louka dansait devant ses yeux, qu'ils soient clos ou grand ouverts, dans le vague ou se baladant entre les pages d'un grimoire en pleine concoction médicinale, cette image l'apaisait, comme un baume, de douceur pure, et éloignait la douleur. Alors, il n'avait eu de cesse de penser à elle, presque quinze heures par jour, plus les fois où elle arrivait à se glisser dans ses rêves et chasser les cauchemars. De nouveau, il traça les contours de son visage angélique dans son esprit et finit par rouvrir les yeux, lorsque son rythme cardiaque fut calmé. Il ne pouvait à cet instant qu'imaginer à quel point elle était belle via ce mirage. Sans doute était elle déjà dans la salle de bal, à l'illuminer par sa seule présence. Plus question de la faire attendre. bien qu'à ses yeux il n'ait rien d'un prince, il avait une princesse à retrouver.
    Enfilant sa veste, Fedor libéra son bras pour pouvoir le lui donner et défit la boutonnière en passant les immenses portes de la salle de bal. Le choc fut rude et il plissa les yeux sans s'en rendre compte, gêné par le tableau qui se jouait sous ses yeux. Du bonheur. Des sourires. Une ambiance légère, pétillante. Son estomac se noua. Elle était là, au milieu de toutes ces belles choses, resplendissant. Elle portait une robe blanche à couper le souffle. Secouant la tête, il passa une main un peu fébrile dans ses cheveux et s'approcha sur le côté, déposant son autre main sur sa hanche avant de la retirer aussitôt. Elle tremblait. ♦♦♦ Bonsoir. Pardon de m'être fait désirer, je m'en veux d'avoir tardé ... Mais je suis sans doute le plus à plaindre puisque je me suis privé d'une demi heure de ta splendeur. Énonça-t-il avec une sincérité qui lui parut si incongrue, si surjouée, qu'il pinça les lèvres. ♦♦♦ Il aurait dû être heureux, le plus heureux des hommes en sa majestueuse compagnie, mais se sentait comme une automate déréglée, à laquelle on avait enclenché le mode "prétendre que tout va bien" mais qui n'arrivait pas à bouger. Tout était trop brillant, trop festif, trop... Faux. Même Louka semblait irréelle. Son malaise était on ne peut plus apparent lorsqu'il détourna ses yeux vers le sol en plaquant une main sur le sourire forcé qu'il avait essayé de toute ses forces d'esquisser. ♦♦♦ Est-ce que tu attends quelqu'un d'autre ? Souleva-t-il, se sentant on ne peut plus idiot, avant de bafouiller. Non pas que je veuille t'abandonner mais, je ... Il faut que je sorte. Pardonne moi ... ♦♦♦ Se retournant, il fit volte face si violemment qu'il heurta au passage une demoiselle en cuir sans prendre le temps de s'excuser. Il ne savait pas où il allait. Il savait juste qu'il ... S'enfuyait.

_________________

Here comes another day to face my mistakes... Time to forget about broken mirrors.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 60
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Féminin ♦ CREDITS : © Zadig & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 01/07/2012
    ♦ LOCALISATION : En salle de conférence, au Sea Palace ou près de l'infirmerie



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Sam 5 Jan - 15:02

Je m’aventurais sur un terrain glissant et dangereux sur lequel je risquais de perdre pied mais je ne pouvais me résoudre à voir cette étincelle de tristesse perdurer dans les yeux de Sara. Elle n’était toujours que joie et bonne humeur, je ne voulais surtout pas que ce moment soit gâché par de quelconques souvenirs. Je me rendais de plus en plus compte que mon entourage avait été marqué par la catastrophe. Pourquoi ne l’étais-je pas ? En réalité, je ne m’étais pas posé cette question, à aucun moment d’ailleurs. J’avais été forte pour Wyatt qui venait de perdre son chez-lui, j’avais été forte pour Fedor dans l’infirmerie, pour Oksana ensuite … qui étais-je pour me plaindre ? Je ne savais si cette nuit avait laissé une quelconque douleur en moi étant donné que je ne m’étais jamais penchée sur le sujet. Quelle importance ? Rien n’avait éteint mon sourire, donc la vie pouvait suivre son cours en ce qui me concernait, parler de gourmandise avec Sara, ou encore de mes robes de couturier : Ils savaient te gâter dis donc. Elle te va aussi bien que ces macarons à mon palais. Je te remercie du compliment, souris-je de nouveau, soulevant délicatement le bas de ma robe pour qu’elle puisse l’admirer dans sa totalité. J’étais une princesse et les princesses brillaient, quoi qu’il advienne. Quoi ? Tu prends pas de poids avec ça ? Un air coupable passa sur mon visage alors qu’elle me détaillait son programme d’entraînement à venir. Dotée d’un métabolisme plus que clément, je n’avais pas ce genre de préoccupations (et je n’étais guère du genre à me jeter sur les petits fours, ce qui plaidait également en la faveur de ma silhouette. J’avais d’autres vices qui n’étaient pour l’instant pas à l’ordre du jour. Ce qui l’était était de garder Sara concentrée sur mes mots et non sur de quelconques sombres pensées qui semblaient lui traverser l’esprit, et le restaurant semblait un sujet adapté, reliant sa gourmandise avec une possible prochaine entrevue : Si je meurs pas d'un trop-plein de macarons et autres sucreries ce soir, ce sera volontiers. J'aurai une promo si je viens en cheerleader ? Ça ramènera de la clientèle... Vendu, en ce cas, ris-je doucement, posant mes doigts sur mes lèvres.

Jdirai rien, promis ! Maiiiis, c'est qui ? Je le connais ? Il est grand, petit ? Cheveux bouclés, courts, longs, raides ? Il travaille ici ? Bien sur qu'il travaille ici, sinon il pourrait pas être là, haha... Ses fesses, elles sont comment ? A croquer, ou plutôt à éviter de regarder ? Et ses yeux ? Oui, c'est important aussi, les yeux. J'aime les yeux bleus, moi. Est-ce que... L’entraîner sur ce terrain n’avait sans doute pas été la meilleure idée que j’avais eue, mais sur l’instant, elle m’avait semblée la plus adaptée. Les réponses mentales s’enchaînaient dans mon esprit « L’Infirmier avec un grand I », « Grand », « Cheveux courts », « Il travaille effectivement ici », « Plus qu’agréables », « A se damner pour s’y perdre un instant », ne faisait qu’accentuer mon trouble d’en être venue à décrire ce rendez-vous comme un … rendez-vous. La pression de ma main s’accentua sur ma bouche et je fus sauvées de l’embarras de lui répondre par une voix que je connaissais, sortie d’un passé que j’aurais préféré oublier. SARA ! ETYYYY ! L’arrivée sauvage des cheveux de Sara en plein visage m’empêcha d’avoir à trouver une mine de circonstance pour accueillir la jumelle de Meleager, ainsi que ses mots suivants : TOI, j'en ai pas fini avec toi ! Je vais te traquer toute la soirée pour savoir qui c'est ! FAIS GAFFE, hein, FAIS GAFFE ! Je connais des macarons qui se feront un plaisir de t'espionner de l'intérieur. HAHA ! On joue pas avec ma curiosité ! J’esquissais un sourire gêné quand Eterna se l’accapara, ne me reconnaissant visiblement pas (coucou, j’aime souligner mes propres incohérences * pan *) Tu permets, princesse ? Oui, t'es une princesse Louka ! Faudra juste que tu me dises qui est ton p...

Je ris doucement alors qu’elle s’éloignait, lui offrant un salut de Miss (simplement de la main), me sentant cependant légèrement mal à l’aise : ces quelques phrases avaient permis de jeter un doute, un voile étrange sur cette soirée et je ne me sentais guère au meilleur de ma forme. Heureusement que Fedor n’était toujours pas en vue et n’avait pas assisté à cette discussion des plus gênantes. M’éventant de la main, je fis quelques pas, m’éloignant du groupe de jeunes femmes qui s’était réuni un peu plus loin. Viendrait, ne viendrait pas ? S’il ne venait pas, je rentrerais sans doute en passant par l’infirmerie pour lui souhaiter bon courage. Je pris finalement un verre, oubliant ma résolution de l’attendre, ma bouche étant devenue dangereusement sèche. Quelle erreur. Une gorgée plus tard, je n’eus cependant plus à me torturer étant donné qu’il venait d’apparaître. Retrouvant automatiquement le sourire, je le laissai s’avancer, appréciant sa mise. La beauté de cet homme n’était un secret pour personne et, en amoureuse des belles choses, je l’appréciais d’un coup d’œil ravi, accueillant son arrivée d’un léger hochement de tête : Bonsoir. Pardon de m'être fait désirer, je m'en veux d'avoir tardé ... Mais je suis sans doute le plus à plaindre puisque je me suis privé d'une demi heure de ta splendeur. Le tremblement de sa main ne m’avait aucunement échappé et je me tournai vers lui, reposant mon verre à peine entamé : Tu es là maintenant, c’est ce qui compte. Je craignais qu’un de tes patients ne te retienne pour la durée de la soirée. Quelque chose n’allait pas, et je savais que ce n’était pas la discussion que j’avais pu avoir avec mon amie de longue date. Je n’avais nul besoin de sous-titre avec lui, mais quand j’avançais ma main pour me saisir de la sienne, il se déroba, demandant : Est-ce que tu attends quelqu'un d'autre ? La question eut le mérite de me désarçonner et de me faire froncer les sourcils, ne comprenant guère : Plaît-il ? Nous avions pourtant convenu de venir ensemble, alors pourquoi attendrais-je … ? Non pas que je veuille t'abandonner mais, je ... Il faut que je sorte. Pardonne moi ... Que … ?

Mes doigts ne rencontrèrent encore une fois que du vide alors que je tentais de le retenir, en vain. Il me fallut quelques secondes pour rassembler mes esprits. Pour faire taire quoi que ce soit qui s’était élevé au moment où il avait fui. Pour balancer l’hésitation que j’avais eu de lui courir ou non après. Pour me mettre en marche, sans courir, sans hurler son prénom, n’étant guère du genre à me faire remarquer. Je m’humectai les lèvres nerveusement, sachant ce qui se passait. Et sachant que ma présence n’avait, cette fois, pas suffi. J’avais échoué. Les battements de mon cœur étaient désordonnés alors que je sortais de la salle pour tenter de le retrouver. Je l’aperçus, de dos, derrière un groupe d’étudiants qui venait juste d’entrer, en train de s’éloigner. Je me frayais un chemin au milieu d’eux, relevant le bas de ma robe pour ne faire tomber personne et finalement, tentai : Fedor … « Ne me laisse pas » ? Trop hollywoodien pour être une option envisageable. « Pardonne-moi » ? De ne pas suffire à te rendre le sourire. « Parle-moi » ? Attends-moi. S’il te plaît … Je ne pouvais le suivre avec ces talons et ne le ferais pas s’il ne le désirait pas. Même si cette perspective m’attristait hautement.

Ouibonj'suisdésoléec'estlafautedelachansonetdudafalgancodéiné.Tumedissionsortailleursousituveuxquejechangequoiquecesoit *pan*

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nkiruka

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 110
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Féminin ♦ CREDITS : .lollipops
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 19/01/2012
    ♦ LOCALISATION : Pas loin d'un crétin avec un soutif sur la tête, et d'un abruti aux blagues à deux balles



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Sam 5 Jan - 21:39

J’ai toujours rêvé d’être … quelle drôle d’idée. En même temps, elle avait un costume tout prêt qui allait faire hurler Lust et Callen de dépit : j’ai toujours rêvé d’être un garçon. C’était simple, rapide et efficace et au moins, elle serait à l’aise toute la soirée avec un jean, des baskets et un sweat à capuche. Pas très sexy mais ils n’auraient pas leur mot à dire. Oui mais … mais il y avait Théo. Il faisait énormément d’efforts depuis le début de l’année, elle en était consciente et elle n’était pas sûre que passer leur première soirée en tant que couple (oh, que ça lui faisait bizarre de même simplement le penser) avec elle en mec soit la meilleure manière de le remercier pour sa patience. Parce que oui, elle savait très bien qu’elle était invivable et, malgré son envie fréquente et urgente de l’embrasser et de rester dans ses bras un moment, elle n’avait rien de la petite amie idéale. Alors … alors finalement, elle n’avait rien dit à son duo d’amis de peur qu’ils ne la transforment en poule de luxe avec le string qui dépasse et soutien-gorge apparent et avait elle-même choisi sa robe.

Peu sûre du motif, elle avait décidé d’y assortir une veste en cuir, au moins, ça, elle était sûre de se sentir à l’aise dedans. Ce serait donc « j’ai toujours rêvé d’être une fille » ou encore « j’ai toujours rêvé d’être quelqu’un de présentable pour Théo ». Ils avaient dit qu’ils se rejoindraient à la soirée, ce qui n’incluait heureusement pas de « se retrouver devant, donner une fleur », etc, etc. Ce fut donc avec Callen qu’elle arriva à la soirée, Lust ayant eu l’idée brillantissime de vouloir prendre l’apparence d’une fille. Chacun son truc et elle lui aurait peut-être proposé de le faire avec lui s’il n’y avait pas eu Théo … mais elle ne pouvait quand même pas lui faire l’affront de l’embrasser sous les traits de Lust. Et si ça lui plaisait … ? Oui, bon, bref, les questions à la con …

Ils arrivèrent donc, disais-je, à la salle de Bal. Callen était en officier de police, elle s’était abstenue de tout commentaire même si elle pensait fortement « eh allez, j’ai toujours rêvé d’être un fantasme sur pattes », ça allait encore draguer sec pendant la soirée. Mais qui était-elle pour râler, elle-même allait y voir son copain (grands dieux, elle ne s’y ferait jamais) donc elle ne fit pas la moindre remarque. En tous les cas, il semblait déterminé à ne pas recommencer comme la dernière fois, même si, depuis qu’elle avait poussé sa gueulante sur le sujet, elle ne leur faisait plus le moindre reproche : Jess', j'ai prit tout l'matos nécessaire pour ta survie. Si quelqu'un s'approche je le fouette avec mon fouet pour éléphant, et personne ne pourra rien dire puisque je suis la loi. Aussi j'vais assurer ce soir. J'ai trouvé une idée géniale de la mort qui tue ! Tu vas être épatée ! Elle tourna un regard désabusé devant lui et demanda : Faut pas, on est dans une pièce sécurisée avec des adultes partout. Et puis tu sais, maintenant, je ne suis plus l… Elle n’eut pas eu le temps de finir qu’un anneau de métal s’abattait sur son poignet et elle le regarda un moment avec un air d’autoroute avant de suivre la chaîne et de la voir se finir par un autre anneau s’entourant autour du poignet de Callen : J'espère que ça ne te dérange pas de devoir m'accompagner partout où j'irais ? De toute façon, si tu dis quoique ce soit, tout sera retenu contre toi ! Vous avez le droit de garder le silence ! … T’es vraiment … Elle lutta quelques instants pour garder son sérieux avant de mourir de rire en secouant la tête. Elle leva sa main pour qu’il contemple son œuvre : Mais ça va pas, non ? J’t’adore, Callenichou, mais t’es sérieux ? Déjà, ça me fait passer pour une pute et ensuite, tu comptes faire comment pour draguer avec moi collée à toi ? Ou alors … Elle se passa la langue sur les lèvres et le regarda d’un air faussement étonné : JE LE SAVAIS ! T’as toujours rêvé de faire ménage à trois avec Théo et moi ! Haha. La soirée promettait d’être … mouvementée. Mais Jess’ était soulagée : il ne voulait pas se défiler. Pas cette fois. Et elle allait pouvoir profiter de ses crétins d’amis et de son petit ami.

_________________

Loooooook I'm a girl !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 6 Jan - 2:02

Charles avait toujours été un champion de l’hors-piste. L’expérience, probablement. Pas tant qu’il recherchait forcément ce genre de conditions non-balisées, bien souvent avec raison. Simplement qu’un magnétisme surnaturel l’y attirait systématiquement, comme si une odieuse créature divine prenait un malin plaisir à l’y guider, en attendant qu’il ne finisse pas se prendre un arbre en pleine figure. En attendant que cet inéluctable ne se produise, Charles continuait de dévaler la pente de plus en plus rapidement. Ce n’était pas qu’il était bête : simplement trop distrait pour capter les indices qui pourraient le remmener sur le droit chemin.

«Alors alors, on veut conserver l’anonymat? Je ne connais que deux types de gens qui viennent à une soirée costumée sans souhaiter se faire reconnaître. Ceux qui ne veulent pas s’admettre qu’ils aimeraient y être reconnus… et ceux qui, dans quelques heures, vont se mettre à hurler en dévoilant la veste explosive qu’ils portent sous leur costume, avant de tout faire sauter. ».

Il prit à son tour une bouchée chocolatée le plus naturellement du monde, avant d’ajouter précipitamment

«Oh, et les amants interdits, aussi. Il y en a toujours, dans ce genre de soirée. ».

Il lui décerna un léger clin d’œil en désignant Gaël du menton, alors que ce dernier initiait une conversation avec une Marie Antoinette.

«Et je ne dirais pas que de se déguiser en soi-même est orgueilleux. Enfin, sauf si vous vous déguisez en astronaute et que vous êtes un astronaute. Ça marque un accomplissement. Quelqu’un qui sait exactement ce qu’il souhaiterait être, et qui a pris les mesures nécessaires pour le devenir. Ou bien qui a compris la vacuité de souhaiter être quelque chose d’autre que soi-même, à la mode bouddhiste. ».

Charles demeura contemplatif un moment à cette notion qu’il venait d’invoquer, se faisant remarquer qu’il aurait définitivement avantage à appliquer ce raisonnement pour lui-même. Révélation accentuée par l’arrivée inopinée de Louka et de son omniprésente élégance, qui lui accorda à peu près le même regard qu’à un couple de lépreux sodomites pris en flagrant délit…

«Merde! Mais pourquoi je ne la croise que dans des moments pareils ? ».

Un individu bien intentionné aurait pu lui faire remarquer qu’il avait rarement d’autre genre de moments… Au lieu de quoi, son esprit se contenta de blâmer Meleager, et il jura intérieurement de lui faire payer.

«Ça, ou une petite farce faite à la face du monde. Quelque chose à la « regardez, je si suis profonde, subtile et toute en nuance que personne ne reconnait ma vérité crue lorsque je l’expose à la vue de tous ». Mais je ne voulais absolument pas vous laisser croire que je vous accuse du péché d’orgueil, bien au contraire. Et de toute façon, l’orgueil est beaucoup trop démonisé, à notre époque… Mais ça, c’est une autre histoire. ».

Il eut un sourire en coin lorsque Nepthys mentionna ses élèves. Si seulement elle savait tout le fil qu’ils lui faisaient retordre à chaque heure… et de combien d’année ils avaient réduits son espérance de vie. Au moins, elle semblait maintenant moins distante qu’à son arrivée. Probablement qu’elle s’était habituée à l’effet licorne.

«Alors, si je résume : vous me connaissez tout en jouant la mystérieuse, et souhaiter connaître les secrets profonds des désirs de mon cœur alors même que vous éludez le sujet de votre propre accoutrement ? Mais ça ne se passera pas ainsi! ».

Contra-il, sourire enjoué aux lèvres.

«Heureusement, vous êtes tombé sur moi, sinon, vous seriez dans de beaux draps, mademoiselle. Alors, je nous ai manifestement fait honte à tous les deux en tentant de vous percer à jour. Quel genre de gentleman serais-je si je ne vous laissais pas l’opportunité de vous venger ? Devinez-moi : je vous écoute! Faites-vous plaisir, mais essayez simplement d’éviter toute lubie envers les animaux : cela risquerait de me blesser. ».

Il saisit innocemment deux flûtes de champagne destinées au corps professoral et aux employés de l’école, avant d’en tendre une à son interlocutrice du moment, complètement étranger au fait qu'il bavardait avec une étudiante....


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nkiruka

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 76
    ♦ PSEUDO : Summer
    Féminin ♦ CREDITS : /
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/12/2012
    ♦ AGE : 22
    ♦ LOCALISATION : En compagnie de ses moitiés <3



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans, 8ème année, Nkiruka
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 6 Jan - 14:00

Rapidité était un mot maître, permettant de ne pas se faire devancer et d'achever ses plans. Callen ne lui avait pas laissé la moindre possibilité de réagir immédiatement, voulant se montrer sûr de ses actes et entreprenant, autrement dit tel un homme déterminé. La jeune fille n'avait pu que souffler quelques paroles qui s'achevaient sur une reprise de parole de Callen. Se rendant soudainement compte de la tenue de Jess', son esprit faisait un constat rapide. Un effort semblait avoir été visiblement réalisé par la jeune fille qui d'ordinaire damnait les tenues féminines. Cette histoire n'était sans doute pas claire, et le responsable de tout ça était connu. Théophile, le nouveau petit ami de Jess'. Callen ne le connaissait pas trop et ne cherchait pas vraiment, mais nul doute ne planait quant à leur prochaine rencontre imminente. Il allait se ramener à la soirée et viendrait voir Jess' pour la poupouter. Et cette fois, il ne pourrait pas s'y opposer, la jeune fille consentirait. Une image atroce s'installa dans son esprit. Jess' en train d'embrasser ce mec. Voir Jess' embrasser un mec, un exploit, alors que Lust & Callen n'y avait jamais eu le droit.

▬ ...T’es vraiment …
▬ Vraiment quoi ? Irrésistible ? héhé

Sourire en coin, il remontait son torse afin de se donner une allure identique à celle des forces de l'ordre des films américains moldus. Baraqués et sexy. Elle se retenait de rire tout en secouant la tête, et la voir ainsi ne pouvait que raviver l'enthousiasme de Callen. Elle n'allait sans doute pas tarder à répliquer, levant son bras et entraînant celui de Callen par la même occasion, lui démontrant bien la bêtise de son acte, elle reprit de plus belle, augmentant ainsi la fierté de Callen.

▬ Mais ça va pas, non ? J’t’adore, Callenichou, mais t’es sérieux ? Déjà, ça me fait passer pour une pute et ensuite, tu comptes faire comment pour draguer avec moi collée à toi ? Ou alors …

Mais quelle bêtise ! Jess' une pute? Mais si cela était le cas, Callen serait au courant. Elle n'avait vraiment pas l'allure pour en être une, et si le fait de l’emprisonner à son poignée lui donnait cette impression, ce n'était pas celle que Callen possédait. Non, Jess' était plutôt une sorte de prisonnière, ayant braqué une banque, ou une boutique de flingue, mais certainement pas l'une de ces filles se dévoilant nues sur le trottoir à de parfaits inconnus. Vulgaires & trop faciles. Les filles faciles, c'est cool, mais seulement durant une période. Callen préférait largement la difficulté, prouvant par la même occasion sa performance extrême.
Venait la question du dragage. Il y avait pensé, vaguement et furtivement avant de brandir les menottes. Pourtant, tout était clair dans son esprit, si il n'y avait pas eu ce Théophile. Bon ok, Callen était légèrement jaloux pour une raison inconnue qu'il tachait de bien garder pour lui, avec sa soeur dans les parages, il valait mieux faire preuve d'une grande discrétion. Callen n'aimait simplement pas que d'autres garçons différents de Lust & lui s'approchent de la jeune fille. Son côté protecteur était invincible, se montrant chaque jour plus important.

▬ ... Mais non, t'es juste une délinquante qui a osé porter une tenue de choc super féminine et qui te colle à la peau comme un gant !

Glissant un compliment de façon peut être maladroite, l'intention y était et le ton sensuel suivait également ses intentions. Fixant Jess' avec intensité, elle passa sa langue sur ses lèvres, ce qui présageait une déclaration tout à fait illogique.

▬ JE LE SAVAIS ! T’as toujours rêvé de faire ménage à trois avec Théo et moi !

Riant de plus belle, Callen avait l'esprit instable. Mais quelle idée ! Callen ne partageait strictement rien, même pas avec Lust alors certainement pas avec d'autres personnes ! La règle était que toute propriété actuelle ne se partageait pas. Pourtant, dieu savait les nombreux plans à trois qui leur avaient été proposés, se concluant sur un refus monumental de dégoût. Décidant tout d'abord de répondre aux propos récents de Jess', lançant un regard sexy, il baissa les yeux tout comme un enfant en faute se faisant réprimander par ses parents, avant de déclarer sur un ton volontairement gêné :

▬ Jess' tu es une fée ! Tu lis dans mes pensées ! J'en rêve tellement la nuit que je fantasme à chaque seconde de ma vie sur ton boy friend !

Il se fichait littéralement de ses propos, se moquant ouvertement, pour ensuite revenir en arrière, tenant absolument à répondre à sa déclaration qui ne le laissait pas indifférent :

▬ Pour revenir sur ma stratégie de drague .. Jess', t'es pas un fardeau t'sais. J't'aurais mis un sac sur la tête, histoire que ton identité reste secrète, mes mains et ma bouche sur ma proie tandis que mes yeux seraient rivés sur toi ! C'est pas un plan qui déchire tout de la mort qui tue ?! Hein ? J't'aurais fait vivre l'impossible ce soir si y'avait pas eu Théo.

Mais en quelque sorte, il s'avérait être l'issue de secours, car sans lui, il aurait du veiller sur Jess' toute la soirée. Pas que cela était désagréable, puisqu'il ressentait même l'envie pressante de la protéger quotidiennement, mais il fallait avouer que la phase dragage aurait du être abandonnée au plus grand regret de Callen. Parce que draguer une fille en ayant accrochée au bras une autre fille ... ce n'était pas la meilleure idée du siècle pour arriver à pêcher des sirènes, et Callen était plus que bien placé pour savoir cela.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 70
    ♦ PSEUDO : Mln
    Masculin ♦ CREDITS : LeNinjaDeNoël
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/08/2011
    ♦ AGE : 19
    ♦ LOCALISATION : Je suis chez moi sur l'île.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 14 ans, 2ème année, Maarifa Sihr
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Jeu 10 Jan - 11:28

^_^ Le bal … dans l’absolu, pourquoi pas, je n’avais, par chance, pas deux pieds gauches et j’étais content de faire plaisir à Rowan avec un simple petit mot « oui ». Mais, parce qu’il y avait toujours un mais, peut-être même deux ou trois dans ma situation. Le premier mais c’était sans aucun doute le thème de la soirée … j’ai toujours rêvé d’être … voilà une colle …. Un peu comme celle que j’avais lorsque les adultes, ne sachant pas quoi demander au pré-adolescent que j’étais, ressortaient toujours la même question avec un sourire de circonstance « tu veux faire quoi plus tard ? » …. Plus tard. Comment pourrais-je savoir ce que je ferais dans 5 ou 10 ans alors que j’ignorais encore ce que j’allais faire le jour suivant ?? Des études ça oui … j’adore apprendre, découvrir mais dans quels domaines ? Tout me passionne … alors pourquoi me restreindre maintenant ? Alors qui j’avais rêvé d’être était une question tout aussi tordue à mes yeux … d’où mon scepticisme pour cette soirée. Le second mais résidait dans le regard de mon amie lorsque j’avais prononcé cette syllabe qui semblait tant lui tenir à cœur. Il était évident que je souhaitais être son cavalier, elle avait même pris les devants pour la demande alors que je comptais le faire mais … c’était tout de même étrange, j’avais l’impression d’avoir dit plus que oui en l’observant toute cette journée-là… sans compter que jusqu’au jour « J », je ne lui avais pas dévoilé mon costume et pour cause je n’avais toujours aucune idée de l’identité de celui-ci … Le troisième mais concernait l’école toute entière … était-ce réellement le bon moment de faire la fête ? Nous avions enterré il y avait à peine deux mois nos camarades, professeurs, amis, famille … n’était-ce pas prématuré ? Certains élèves n’étaient même pas revenus cette année, signe que les parents n’accordaient plus toute leur confiance aux corps professoral en place. Pourtant je savais bien qu’on devait tous « reprendre le dessus », « vivre pour eux », vivre pour nous aussi et « continuer à avancer ». Tout le monde répétait ça comme une litanie … et c’était vrai. Pourtant je pouvais comprendre ceux qui ne parvenaient pas à remonter la pente…. Toute cette histoire n’était quand même pas simple à digérer ! Ni d’un côté ni de l’autre, d’ailleurs … parce que si tout le monde plaignait, légitimement, les proches des personnes disparues, de mon côté je n’oubliais pas les lycans qui n’avaient rien pu faire pour éviter ce drame. Mais comme disait ma maman quand faut y aller … faut y aller aussi avais-je traîné un long moment dans l’île cherchant de quoi me vêtir et un petit cadeau pour Rowan. Non, je n’avais pas besoin d’occasion pour lui faire un cadeau parce que ça fait toujours plaisir d’en recevoir mais, cette fois, c’était un petit quelque chose pour son anniversaire … nous n’étions plus à l’école lorsqu’elle l’avait fêté. Bref en un mot j’avais galéré pendant tout un week-end avant de trouver quelque chose de potable … bien même. Du moins ça me convenait, ça n’était ni trop niais ni trop bizarre et la signification me plaisait beaucoup. C’est donc vêtu d’un pantalon noir, d’une chemise noire, d’une cape noire, d’un bandeau, recouvrant les trois quarts de mon visage, noir et d’un chapeau noir que j’arrivais devant la salle de bal. Vous l’aurez compris, j’arrivais en Zorro, le cavalier masqué. Bon, là, je n’étais pas vraiment un cavalier avec un cheval et tout mais j’étais le cavalier de Rowan… ouhh ce genre de pensées pourraient être mal interprétées … mais j’allais danser avec elle quoi. Bon j’attendais donc ma cavalière avec un petit paquet en main que je comptais lui remettre dès qu’elle arriverait mais, comme toujours, l’enthousiasme de la demoiselle me devança. ^_^

- Bonsoir … tu es …. Magnifique …

^_^ Si, je la trouvais magnifique même si j’étais rouge jusqu’à la base des cheveux ! Heureusement que j’avais le bandeau et le chapeau, ça camouflait un peu. J’étais un peu surpris du choix de Rowan, un peu gêné aussi pourtant je devais avouer que ce n’étais pas déplaisant d’être son cavalier ce soir … au bras d’une demoiselle aussi mignonne … Oui j’avais très envie de l’embrasser mais elle me tendit rapidement une rose blanche que je mis plus ou moins adroitement à ma chemise. ^_^

- Tiens! Avec ça, nous serons bien assortis.
- Bon-Oh heu … merci. Oui, je vais la mettre là …
- Tu es prêt pour danser? J'ai tellement hâte!
- Oui, je suis prêt. Mais tiens c’est pour toi, un petit cadeau en retard pour ton anniversaire.

^_^ Je la laissais ouvrir le paquet et y découvrir un petit bracelet en argent à breloques … celles-ci en forme de dragons et d’œufs. ^_^

- c’est euh … pas grand chose …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 473
    ♦ PSEUDO : Shadowcat
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2012
    ♦ AGE : 21
    ♦ LOCALISATION : Partout à la fois!



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Jeu 10 Jan - 17:36

Rougissant de plaisir au compliment de mon cavalier, je le regardais avec satisfaction glisser la rose blanche que lui avais offerte dans sa chemise noire, qui de ce fait s'accordait très bien avec. Je devais avouer que son costume de Zorro lui allait très bien: une personne juste et courageuse, c'était tout à fait l'image que je me faisais de Connor! Je fus agréablement surprise lorsqu'il me tendit un cadeau, je le saisis, et l'ouvrai avec une grande curiosité, découvrant un bracelet qui me plût énormément. Quand je l'entendis dire que ce n'était pas grand chose, je m'exclamais:

- Il est super! Je suis tellement contente que tu ais pensé à ma passion pour les dragons! Regarde: je vais le mettre tout de suite. Et ça mérite bien une récompense!

Juste après avoir mis le bracelet, je déposais un baiser sur sa joue. Alors que je me redressais, je sentis une très grande envie de l'embrasser, mais je me retins. Je m'étais repassé le scénario de cette soirée dans ma tête de nombreuses fois: d'abord quelques danses, puis quand la soirée se termine je lui demande de me raccompagner, et une fois qu'on est seul je lui annonce mes sentiments pour lui et on s'embrasse. De peur de voir mon scénario s'effondrer, je ne voulais pas précipiter les choses, aussi me retournais-je vivement pour l'entraîner dans la salle, cachant ainsi les rougeurs s'étant installées sur mes joues. Dès que l'on fut à l'intérieur, je l'emmenai vers la piste de danse et lui proposai:

- Dansons! Je n'ai jamais appris, mais je ne suis pas trop maladroite, donc on devrait s'en sortir!

J'eus un léger rire à la fin de ma deuxième phrase et regardais les danseurs autour de moi, dans l'espoir de m'en inspirer.

-De ce que je peux voir, ça n'a pas l'air très dur. Tu sais quoi Connor? Si tu me ramènes à la fin de la fête je te dirais pourquoi j'ai mis ce déguisement!

Avant même de m'en rendre compte j'affichais un tendre sourire. Comprenant que je n'étais pas très discrète je l'entraînais dans une danse pour faire diversion. Rah mais en même temps c'était plus fort que moi: je mourrais d'envie de lui dire mes sentiments là maintenant tout de suite sans attendre! Mais si je faisais ça tout le monde nous verrait, et peut être que Connor préférait être discret. Puis ces amis se moquerait peut être de lui, et je ne voudrais pas qu'il soit gêné. Sans oublier ma famille superprotectrice dont je ne pouvais pas prévoir la réaction face à une telle scène. Le pauvre Connor aurait sûrement à subir un interrogatoire en règle! En bref, il semblait préférable de jouer dans la subtilité et la discrétion, même si j'aurais largement préférer foncer. Cependant, je n'étais pas sûre de ne pas craquer au moindre sourire que me ferait Connor...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 155
    ♦ PSEUDO : Emma
    ♦ CREDITS : Tumblr Bazzart Myslef
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 01/01/2013



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 13 Jan - 10:57

Un bal, un bal. Quelle bonne idée après les derniers évènements ! Rien de mieux pour oublier tout ce qu’il s’était passé le temps d’une soirée. J’ai toujours rêvé être … Le thème chiffonnait un peu Marcus qui n’y avait jamais réellement réfléchi ou qui y réfléchissait un peu trop ces dernier temps. Ce n’était pourtant pas si compliqué. Il était certain que tout plein d’élèves avaient déjà trouvé le costume de leur rêve. J’ai toujours rêvé être : quoi ? Ce thème le remettait en question d’une claque merveilleuse et il tentait de l’oublier en optant pour un costume simple, moldu. Le jeune homme n’avait pas réellement envie de se casser la tête ni de se poser des questions existentielles ce soir. Marcus avait tout simplement envie de se détendre tout comme la plupart des élèves et professeurs qui seraient présents.

Une cavalière ? Rire dédaigneux devant le miroir. Cette idée d’avoir une cavalière pour une soirée était totalement dépassée et obsolète selon lui. Surprise, surprise. Oui, bon d’accord, qu’il soit mauvais dragueur lui avait peut-être corsé un peu la tâche mais il ne s’était pas acharné. Une des filles présentes craquerait surement pour son charme dévastateur. Il en faisait trop ? Probablement. En se dirigeant tranquillement vers la salle de bal, Marcus réfléchissait à ce que lui avait dit Lucila. Il ne « prenait pas le sujet très au sérieux ». Okay, il voulait bien lui donner le bénéfice du doute. C’était bien vers elle que se dirigeaient tous les cas sociaux dans son genre et il l’aimait bien. Peut-être allait-il changer de tactique mais vous connaissez le dicton ! Fuyez le naturel et il revient au galop. Marcus préférait donc ne rien promettre et, pour le moment, se supportait très bien et c’était tout ce qui comptait. Règle d’or pour la soirée, cependant : ne pas ne serait-ce que lancer un regard furtif vers les cavaliers ! Ce qu’il voulait être : quelqu’un de normal. Il avait déjà du mal avec les filles que pour admettre, aujourd’hui, qu’il avait une toute petite attirance pour les mecs. Oui, il voulait éviter le sujet qui fâche. ‘Et le petit Arsène, tu le fous où dans ton jeu d’échec ?

« Toi, tu te tais. », marmonna t-il à voix haute. Non, non, il n’avait pas besoin de sa conscience comme trouble fête. Il ne voulait plus l’entendre, pas aujourd’hui ni même demain. Heureusement, les voix animées de la salle de bal le déroutèrent de son débat intérieur et un grand sourire fier (et surtout vainqueur de ce conflit intérieur) traversa son visage. On était Sang Pur ou on ne l’était pas. Toute victoire est signe de terrassement de l’ennemi aussi petite et insignifiante soit-elle, surtout lorsque l’on se parle tout seul au risque d’être pris pour un fou. Seconde règle d’or : ne plus parler quand personne n’est là pour te renvoyer la balle. Oui, c’est mieux. Voilà, t’es partant pour cette soirée qui s’annonce vraiment magnifique.

Des gens, tout plein de monde. La foule, la foule. La meilleure façon d’oublier une certaine solitude ancrée en lui quoiqu’il fasse pour se rapprocher des autres. Les apparences sont souvent trompeuses et ici, Marcus remporte la palme. Cependant, il s’en accommode très bien, du moins pour le moment. Le jeune homme passe entre certains groupes déjà formés et ne se gêne aucunement pour intervenir gaiment dans la conversation quand l’envie lui prend. Il n’est jamais vraiment dérangeant, un peu collant peut-être mais c’est tout. Cela n’a jamais causé de problème à personne et ce n’est pas aujourd’hui qu’il va changer. C’est cette facilité qu’il a d’engager la conversation en arrivant de la façon la plus simple possible. Ce n’est pas lui qui fera une arrivée pimpante mais il aime faire savoir cependant qu’il est présent.

Petit regard furtif pour repérer quelques têtes et plop, le tour de ses connaissances est fait. Merci les dossiers administratifs, grâce à eux, aucun visage ne lui est réellement inconnu. Deux têtes lui parlent un peu plus que les autres. Rowan qui est radieuse dans sa splendide robe de mariée et Sladka, une jeune demoiselle qu’il connait depuis Dumstrang. Il sait que quelque chose cloche avec elle mais n’arrive pas à mettre le doigt dessus et elle sait qu’il sait. Enfin, autrement ils ne s’éviteraient pas autant. C’est juste compliqué et déroutant si bien que le jeune homme décide de ne pas l’aborder. Après tout il s’est promis de tout faire pour ne pas gâcher cette soirée, il n’allait pas commencer à tout foutre en l’air. Alors il continue son petit tour et regarde à nouveau. Jolie, la licorne. Marcus claque la langue d’un air agacé : deuxième règle d’or brisée. Cela allait être plus difficile qu’il ne le pensait …


Dernière édition par Marcus A. Pyotrov le Dim 13 Jan - 23:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nkiruka

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 219
    ♦ PSEUDO : zadig
    ♦ CREDITS : mindful
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 21/04/2010



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans; Huitième année; Nkiruka
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 13 Jan - 19:03

▬ Hummmm. C’était tout ce qui s’était échappé de ses lèvres rosées la première fois qu’il était sorti des toilettes. Un humm désabusé, un peu perdu, de ceux qui tendent vers le « bordel, dans quel pétrin suis-je allé me fourrer ? ». Mais bon, il l’avait un peu choisi et l’idée avait eu l’air parfaitement et merveilleusement géniale sur le papier. Dans sa tête aussi, d’ailleurs. Tout ce qu’il lui manquait était une fille et Lust avait délibérément évité d’en parler à Jessalyn, n’ayant aucune envie de partager une nouvelle fois son apparence avec sa meilleure amie. Ca n’était pas… naturel. Alors que le faire avec une illustre inconnue recrutée sur petite annonce, ça lui paraissait totalement logique. N’allez donc pas chercher, logique Lustienne. Il avait vaguement évoqué le plan puis s’était seulement contenté de placarder des affiches partout dans l’école. Callen et Jess’ finiraient bien par s’en rendre compte de toute façon.
Quelques jours s’étaient écoulés avant que la jeune Susi Diamentino ne réponde présente. Un coup d’œil a ses boobs et Lust avait su qu’elle était bonne… heu… la bonne. Maladroitement, il lui avait expliqué son plan, embrouillé qu’il était dans ses mots alors que la question n’était absolument pas compliquée. En désespoir de cause, il lui avait mimé la situation avec des playmobils piqués quelque part. Le plus difficile avait été de rassembler tous les ingrédients. Il leur avait fallu se glisser dans la réserve de potion, parcourir tout Nameless en allant à la cueillette aux fleurs et ils n’avaient pas été trop de deux pour cette tache.
Lust s’était un instant pris à regretter l’absence de ses meilleurs complices. Il avait presque regretté son idée idiote, le projet d’un fou qui ne pensait qu’à lui. Mais comme d’habitude, d’autres choses avaient remplacé ces considérations. Il n’oubliait pas, ça ne sortait pas de son crâne mais les pensées s’accumulaient toujours beaucoup trop dans l’esprit du Brésilien pour qu’il soit finalement obligé de trier de peur de voir son cerveau exploser.
Se fixer dans le blanc des yeux, tripoter ses nouvelles mèches blondes avait quelque chose d’étrange et aurait probablement désarçonné n’importe qui… sauf Lust. On ne vous apprendra rien en disant qu’il n’était pas n’importe qui mais que de toute façon, personne n’était n’importe qui et que bon, tout le monde était quelqu- Nech, tu sors, tu veux ?-. Bref, changer d’apparence, après l’accident de potion qu’il avait connu avec Jessalyn, ça n’avait plus rien de perturbant. Il regrettait toutefois de n’avoir pu réitérer la même expérience avec Susi, le polynectar n’affectait pas sa voix et il n’avait pas d’autre solution que de maquiller la sienne. Il aurait bien voulu recommencer, la formule de la potion ratée s’étant déjà imprimée dans son cerveau mais il craignait justement que ce même cerveau ne joue des tours à la malheureuse Susi. C’était dangereux pour lui, s’il pouvait s’exprimer ainsi. Et puis le mode d’administration restait incertain. Fallait-il boire la potion ou s’en arroser ? Face à toutes ces incertitudes, Lust avait donc fait quelque chose d’incroyablement inhabituel : il avait été sage.
▬ T’en penses quoi, Susi ? Lança-t-il en s’adressant à sa complice, avant de se reprendre, perturbé de se trouver si sexy par sa propre voix. Enfin moi. Enfin Lust quoi. Un sourire avait fendu son visage approximativement peinturluré, maquillé comme un vieux drag queen du bois de Boulogne. Face à l’air déconfit de l’Anglaise, il se retourna pour admirer son reflet et constata qu’il allait avoir besoin d’aide. Beaucoup d’aide. Jcrois qu’il va me falloir un coup de main su cette étape…
Une fois l’air d’une vraie fille retrouvé, il arrangea maladroitement les plis de sa robe, grimaçant en constatant que les boobs, ça n’était pas si confortable quand c’était les nôtres. S’il commençait à trouver le changement de morphologie plutôt habituel, robe, coiffure et maquillage, étaient en revanche une première pour lui. Ca n’était pas Jessalyn qui lui aurait fait porter des talons. Enfin, à part quand c’était lui qui lui montrait comment marcher avec. Mais passons.

Les préparatifs achevés, l’adolescent rejoignit la salle de bal accompagné de son cavalier/cavalière, manquant de se casser la figure tous les trois mètres, les escarpins étant donc tout sauf son truc, finalement. Faire trois pas, ça ne lui avait jamais posé de problème mais descendre les escaliers avait été une épreuve. Avant d’entrer, le Brésilien fit jouer ses chevilles et soupira lourdement.
▬ Franchement, tu pouvais pas porter des rangers ? Le reste de sa phrase se perdit en grommellements portugais, concernant principalement le comment il allait bien pouvoir shaker son booty et ses boobs avec les pieds coincés. Mais bon, il apprenait vite et nul doute qu’il s’y ferait au bout d’une ou deux heures.
THIS IS THE RYTHM OF THE NIIIIIGHT, OYEAAAHHH Meugla-t-il avec une voix haut perchée en entrant dans la salle, sa main attrapant celle de Susi pour l’entraîner à sa suite, espérant fortement que Moïra ne soit pas dans les parages immédiats.
Il repéra instantanément Jessalyn et Callen s’empressa d’aller se frotter à eux comme une pucelle, ondulant au rythme de la musique.
Salut beau gosse, tu danses ou bien ? Minauda-t-il en remontant sa poitrine avant de repartir s’agiter sur le dancefloor.
Lust avait donc toujours rêvé d’être une fille. Ou du moins juste le temps d’une soirée, histoire de danser comme une biatch et d’allumer tous les mecs alentours. Seems legit, non ?


hj;; Suite des aventures du Lust en sujet de groupe (que je n'ai pas ouvert mais ça ne saurait tarder *pan*)




_________________
♛ Play a {stupid} Lovegame
One, Two, Three, Take my hand and come with me, Because you look so fine, That I really want to make you mine. Said you look so fine, That I really want to make you mine. Four, Five, Six, Come on and get you're kicks, Now you don't need money when you look like that, Do you honey. I say are you gonna be my girl ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 1084
    ♦ PSEUDO : Tekila
    Féminin ♦ CREDITS : Tekila, Lux Aeterna & Tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 19/08/2009
    ♦ AGE : 28



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, 7ème, Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 13 Jan - 20:22

Le bal était un sujet de réjouissances pour bon nombre d’étudiants mais pas pour Susi qui appréhendait cette soirée. Pour commencer, elle n’avait aucune idée de déguisement qui s’imposait comme une évidence. Et pour finir, l’idée de devoir s’y rendre seule et d’attirer des regards compatissants la rendait quelque peu malade. Si elle devait s’y rendre, la jeune femme voulait que ce soit dans l’optique de passer une bonne soirée. Mais tous les projets enthousiastes de ses amis ne parvenaient pas à la réjouir, bien au contraire. Elle se voyait déjà passer la soirée dans un coin, imaginant ce que cela aurait pu être si Pavel avait été là ou alors, finir totalement ivre en compagnie d’inconnus qu’elle aurait rencontré pour oublier sa solitude. C’est pourquoi, laissant les jours passer, la belle avait attendu un signe du destin. Quelque chose qui la ferait revenir sur sa décision, quelque chose qui lui donnerait une réelle raison de s’y rendre sans craindre le pire. C’est alors qu’elle tomba sur l’annonce de Lust, un élève de Nkiruka qui faisait souvent parler de lui. Un sourire sur les lèvres, elle avait arraché l’un des parchemins pour le fourrer dans son sac. Des mots qu’elle lirait de nombreuses fois avant de prendre enfin contact avec l’auteur.

S’en était alors suivit des heures à rire, oubliant les tracas du quotidien l’espace d’une chasse aux ingrédients. La potion avait été difficile et longue à préparer mais rien d’insurmontable pour les deux jeunes gens. Pourtant, le soir fatidique, coincés dans les toilettes, tous deux avaient appréhendé qu’elle ne fonctionne pas. Ils y avaient glissé leurs cheveux dans le verre l’un de l’autre avant de le boire d’une traite, à deux doigts de vomir. Le reste, je préfère vous l’épargner, disons que quelques minutes de cris survinrent avant leurs éclats de rire lorsqu’ils se découvrirent dans le miroir. Vint ensuite le moment d’enfiler leurs tenues de soirées, ce qui ne fut pas aussi simple qu’escompté. Du moins pour Lustusi qui dû apprendre comment ranger convenablement ses nouveaux bijoux de famille dans un boxer sans que cela ne soit trop inconfortable ou… bossu ? Mais passons, car Susust avait encore plus de peine à se maquiller sans finir par ressembler à un Picasso. C’est la mine déconfite que l’Anglaise dans la peau du Brésilien répondit à sa question, l’air totalement désespéré.


Ouais, il va te falloir un coup de main et pas qu’un peu… J’ai une réputation à tenir ! Heureusement que j’ai pensé à prendre un chapeau pour éviter de te donner une coiffure de mec coincé du slip, moi, au moins !

Les dix minutes suivantes furent suffisantes à la jeune Diamentino pour donner une allure convenable à Lust… ou son enveloppe charnelle… Susust quoi ! Elle en profita pour arranger un minimum ses cheveux avant de l’aider à enfiler ses bijoux qui, sous ses mains, passaient pour un Rubik’s cube. Bon, maintenant qu’ils étaient parés à faire les quatre-cent coups, Lustusi prit Susust (oui je m’éclate) par les épaules, arborant un air qu’on ne voyait pas souvent sur le visage de Dashwood.

PERSONNE NE DÉNUDE PERSONNE ! Si tu montres mes boobs ou autre chose, je te promets que je fourre mes… tes bijoux de famille dans une glacière avant de les montrer à l’assemblée entière ! Compris ? Bien, nous avons un pacte dans ce cas !

Et c’est main dans la main, tels deux niais, qu’ils quittèrent les toilettes pour un lieu plus réjouissant et plein de promesses : la salle de bal. Sauf que Susust manqua de se casser les chevilles cent-trente fois, obligeant Lustusi à lui donner un cours express pour limiter ce genre d’incident durant la soirée. Gardons espoir, tout n’était pas encore perdu camarades. Et des rangers, avec cette robe ? Non mais fallait pas pousser Merlin dans les filets du diable tout de même ! Déjà qu’elle avait fait l’effort de prendre des compensées et pas des talons aiguilles pour le ménager… C’était comme ça qu’il la remerciait ? À savoir, qu’en prime, l’Anglaise avait rempli deux petites fioles d’une dose supplémentaire de polynectar histoire de profiter un peu de la soirée en plus. Merci bien !
Mais passons, ils firent leur entrée, finalement, sous la voix de castra du Brésilien qui avait visiblement le rythme dans la peau. Hilare, Diamentino le suivait, voulant s’assurer, qu’il ne gâcherait pas tout… tout de suite. Un verre s’imposa lorsqu’elle se… le regarda se frotter à un ami à lui tel une femme en chaleur. Mais elle manqua de s’étouffer lorsque quelque chose de totalement nouveau se produisit.


HELP ! Oh mon dieu… QU’EST-CE CA GRATTE ! Fichtre et foutre ! Lust, purée ! Comment je fais pour me gratter tes couilles en toute discrétion là ? Lâcha-t-elle à moitié histérique avant de réaliser quelque chose qu’elle n’avait pas envisager jusque là. OH MY GOD ! Qu’est-ce que je fais si j’ai une érection ? Cria-t-elle devant les regards inquisiteurs des gens alentours.

La soirée allait être longue… très longue… cmb Mais elle ne regrettait rien. L’idée d’aller draguer Gwendolyn, par exemple, l’emplissait de joie, rien que d’y penser. Alors oui, Susi avait toujours voulu être un garçon. Peut-être parce que cela aurait amélioré ses relations avec ses parents qui auraient alors vu d’un meilleur œil son rêve de devenir auror et aussi parce qu’on était plus pris au sérieux quand on le choisissait. Peut-être aussi pour d’autres raisons… Mais elle s’interdisait d’y songer pour le moment. Ils étaient là pour passer une bonne soirée et une occasion pareille ne se représenterait sans doute plus avant bien longtemps.


_________________
    Find light in the beautiful sea
    I choose to be happy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 170
    ♦ PSEUDO : Blackout
    ♦ CREDITS : Little Suzy
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 03/01/2013



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 25 ans, employé à la cafétéria
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 13 Jan - 23:32

King for a day
Teuf de rentrée

KING FOR A DAY, PRINCESS BY DAWN





Spoiler:
 

J’ai toujours rêvé d’être…

Le thème du bal l’a travaillé pendant plusieurs jours. Qu’avait-il toujours rêvé d’être ? Il n’en savait rien, et c’est toujours le cas. Il a rêvé d’être tout un tas de personnes, jamais une en particulier. Oscillant entre fierté d’être ce qu’il est et admiration d’individus qui l’inspirent, Isaiah n’a véritablement voulu devenir quelqu’un d’autre. Ce qu’il envie des autres, c’est un trait de leur caractère, leur génie, leur sens de l’art, ce genre de choses. Il n’a jamais idolâtré quelqu’un au point de devenir pareil, juste au point de vouloir s’en inspirer.

Ces dernières semaines lui sont difficiles à vivre, malgré son arrivée à Elderwood et la découverte de cet endroit assez extraordinaire. Plus les jours passent, et plus le même cauchemar vieux de presque une année semble se dérouler à nouveau sous ses yeux. Aidan dont la maladie s’aggrave brusquement, Aidan et sa vie condamné, Aidan qui n’a plus que quelques mois à vivre.
Et il revoit son visage émacié, ses traits tirés, et son corps si frêle. Ses sourires encore si plein de vie alors que cette dernière, sans égards, le quittait peu à peu. Et ce courage. Ce courage que lui n’avait pas, cette sérénité face à la situation qui lui donnait, à lui, des nausées terribles.
Et il se revoit, s’efforcer de ne pas penser à cette fin inévitable, s’efforcer de l’aider à réaliser tous ses souhaits, tous ceux qu’il n’avait pas pu accomplir auparavant, s’efforcer de lui montrer qu’il est là, que tout va bien se passer, et qu’il n’a pas à avoir peur. Parce qu’Aidan avait peur, malgré son acceptation de la situation. Et cela rendait Isaiah dingue.
Il revoit tout ça, et il s’évertue à vivre malgré tout. Encore. Toujours. A vivre parce qu’il en a la chance, à vivre surtout pour Aidan qui l’aurait tant mérité. Parce qu’il paraît que la vie continue.

Alors, l’évidence s’est brusquement imposé à lui : Il ne sait pas vraiment ce qu’il a toujours rêvé d’être, mais actuellement, ce qu’il rêve d’être, c’est un autre que lui, parce qu’ainsi il n’aurait pas la même histoire, pas le même passé, pas les mêmes démons à affronter. C’est peut-être lâche, mais il n’a jamais prétendu être un héros.

S’observant dans la glace, il soupire, et passe une main dans ses cheveux - blonds cette fois, ça change en fonction de son humeur - et les ébouriffe énergiquement – de toute façon, ils sont déjà plus qu’en bordel, alors un peu plus un peu moins ça ne va pas changer grand chose…
Puis, il grimace et pouffe comme un idiot. Après tout, pourquoi pas ? Cette fête lui changera les idées, il croisera des gens sympathiques, des gens qui le feront sourire, et il se sentira peut-être bien. Il faut de toute façon qu’il sociabilise, cela ne fait que deux semaines qu’il est ici.
Et peut-être qu’il pourra, le temps dans une soirée, tenir sa promesse, à savoir : ne pas s’empêcher d’être heureux. Il n’a de toute façon plus trop le choix : l’heure est bien avancée, son maquillage est parfait, son déguisement l’est aussi, et il a déjà enfilé ses chaussures : il n’y a plus trop de retour en arrière possible. Et puis, pourquoi refuserait-il d’aller vers la fête ? ça ne lui ressemble pas ! Il acquiesce pour lui-même, à son reflet, et lève les yeux au ciel avant d’enfiler une veste et d’attraper son Polaroïd dans un coin.

C’est le moment que choisit son chien, pour comprendre que son maître compte partir, et venir japper autour de lui. Isaiah sourit, s’agenouille et enfouit ses mains dans les longs poils de la brave bête. « Non Alien, tu ne peux pas venir ce soir !En plus, y aura bien trop de bruit ça va t’agacer. Et rien à bouffer que t’aimerais ! » Le chien lui tire une moue irrésistible, Isaiah éclate de rire. « Sois sage !! » Et après un dernier câlin, il se redresse et sort de son grand appartement, refermant soigneusement à clef derrière lui.

Les quelques minutes à pieds pour rejoindre les établissements scolaires lui font du bien, et la boule dans sa gorge se desserre un peu. Quand il rentre dans la grande salle de bal – quel nom ironique -, les festivités ont déjà bien commencées. La nostalgie qui l’envahit en observant l’estrade en face – c’est comme si elle n’attendait que lui, Aidan et Charlie – lui arrache un sourire mélancolique :ça fait maintenant plusieurs mois qu’il n’est pas remonté sur une scène, qu’il n’a pas eu un micro à la main. Il a presque oublié l’effet grisant que ça procure, de chanter et d’entendre tous ces gens en face de lui chanter à leur tour en chœur.

Mais son enthousiasme revient bien vite en voyant les costumes des uns et des autres. Et il y a quelque chose de grisant, à ne connaître personne. Il peut agir comme bon lui semble, et il évite un maximum les piqûres de rappel du passé.

Oui, il a définitivement bien fait de venir il y a là des photos uniques à prendre.

Enjoué, il se promène dans toute la salle, et prend en photos les costumes les plus réussis, les plus loufoques, les plus drôles. Il pourra ensuite accrocher tout ça à la cafétéria et cela remettra sans doute du baume au cœur de tous ces jeunes traumatisés par l’attaque de ces loups-garous…
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 164
    ♦ PSEUDO : Amly
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Lux <3
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/12/2009
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Les pieds sur terre, la tête dans les nuages.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 16; 3ème; Beauxbâton.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 15 Jan - 10:45



Never planned that one day, I'd be losing you ... In another life, I would be your girl.
    Démarche titubante et bouteille de Martini clinquant contre chaque mur où elle s'affaissait tous les vingt mètres, Prudence avançait dans ses cuissardes rouge pétant en riant comme une demeurée. Une de ses idiotes de comparses de dortoir l'avait coiffé et maquillé "à la vélane", soit, aussi sexy que faire se peut, voire chaude comme la braise, et elle avait enfilé des fringues encore plus affriolantes et osées, lui donnant encore davantage un air de ... prostituée, n'ayons pas peur des mots. C'est donc une vélane-pute passablement bourrée qui passa les portes de la salle de bal avec autant de discrétion qu'un éléphant dans un magasin de porcelaine. ∞ « WHOUHOU, FOLLE AMBIANCE ! » Fut son entrée en matière, assez "fracassante" cela va sans dire, bras en l'air tout en déversant de la liqueur à la ronde. ∞ Si elle avait conscience de la présence de son directeur d'école à deux pas sur la gauche ? Accompagné de sa professeur de Mythologie ? Et de toutes les autres figures enseignantes qui avaient banni l'alcool à cette fête pour éviter des débordements comme lors de la soirée sur la plage de l'an passé ? Disons qu'elle y voyait un peu flou et que là, tout de suite, ce n'était pas vraiment ce qui la préoccupait le plus. Elle s'en foutait de tout. D'être virée, d'être ridicule. Il n'y avait rien de plus pathétique que d'avoir été larguée par son fiancé durant l'été, si ? Alors à quoi bon s'en faire ? A quoi bon se raisonner ? Tout ça n'avait pas d'importance. Tout ce qui comptait c'était qu'elle ne soit pas dans son dortoir à se morfondre en pleurant, comme les habituelles donzelles éplorées, sur son pauvre petit coeur brisé, n'est-ce pas ? ∞ « C'est la fêteee, alouetteee ! » Entonna-t-elle à tue-tête. ∞ "Et toi, t'as perdu la tête..." lui souffla une petite voix qu'elle prit le parti d'ignorer. Sa conscience pouvait bien s'égosiller, cela faisait longtemps qu'elle fermait les yeux sur les discours moralisateurs qu'elle pouvait recevoir. Déposant la bouteille vide sur le bord du buffet, elle se coula jusqu'à Lust en se dandinant et l'attirant à elle, l'embrassa à pleine bouche avant de glousser : ∞ « J'suis une vélane, wouhou, jet de parfuuum, personne ne m'résiste, yeaaah ! » ∞ Et elle continua sa route jusqu'à Callen et Jessalyn, attrapant le garçon par le cou pour lui rouler à son tour une pelle fougueuse. ∞ « A qui l'tour ? » Pouffa-t-elle en le relâchant, s'essuyant la bouche - en étalant passablement son rouge à lèvres sur sa joue - et agitant sa poitrine d'un air d'écervelée aguicheuse. « Qui en veut ? » Siffla-t-elle pointant ses tétons et se mordant la lèvre. ∞
    Si elle avait été une vélane, elle l'aurait fait rester. Si elle avait été assez attirante, assez bien, assez puissante, il ne l'aurait jamais quittée. La tête lui tourna et elle se rattrapa à la première personne qui passa à sa portée, Susi. Son bras s'étala sur les épaules de la blonde et elle lui sourit avec une toute nouvelle idée lumineuse. Elle et Susi était dans le même band formé à Elderwood l'année passée, la rousse au piano et sa comparse au micro, et là, sous ses yeux brumeux, il y avait ... Une estrade, avec des instruments. ∞ « On monte sur scène, bébé ? » S'enquit-elle avec un haussement de sourcils entendu. ∞ Comme si elle ne s'était pas assez donné en spectacle ... Comme s'il n'était pas plutôt temps de faire une sortie discrète, de se faire oublier, d'arrêter les frais. Comme si être la risée du bal allait l'aider à remonter la pente. Elle se redressa et sa cheville se tordit à moitié alors qu'elle commença son ascension vers la scène. Elle était vraiment dans un état pitoyable. Elle s'apprêtait à se hisser jusqu'au synthétiseur lorsque des bras l’enserrèrent. Elle releva deux prunelles jade vitreuses vers l'assaillant. Si elle se débattit ? Pas cette fois. Ses sourcils s'étaient froncés et ses lèvres pincées mais étrangement, elle resta calme et se laissa transporter au dehors sans rechigner ...
    {la suite ici}

_________________


Take my love, I'll never ask for too much, just all that you are...


Dernière édition par Prudence S. De Lavoie le Jeu 17 Jan - 9:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 121
    ♦ PSEUDO : P_i_
    ♦ CREDITS : Bazzart
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/08/2011
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Lieux isolés, de préférence ; perchée dans un arbre, errant en forêt, lisant dans un couloir ...



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans, 6e année, Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 15 Jan - 14:24

☾ ❖ ☽


Face au constat qu’elle était seule dans cette arène, Sladka porta machinalement son regard vers l’entrée de la pièce. Aux mouvements actuels, ballet étrange d’une vie à laquelle elle peinait à s’accrocher, se mêlaient d’anciens tableaux dont l’éclat des couleurs contrastait tristement avec la grisaille de ce soir. Cette fête n’en était point une pour la Russe accablée qu’elle était par l’étau de malaise compressant sa poitrine. Chaque seconde se muait en heure. Etirée. Ecartelée. Effilochée. Patiemment, le temps se jouait de ses nerfs et la vision de Magda, passant princièrement le seuil, mit seulement fin à ce manège.

D’une démarche à la lenteur calculée, la septième année grignota les quelques pas la séparant encore de son amie tandis que celle-ci approchait déjà. Le mince sourire qui ourla ses lèvres n’avait pas grand-chose de naturel pour un œil averti. Paraître sous le regard d’autrui faisait l’effet d’une brûlure, les iris se révélant plus perçants que les plus effilées aiguilles. ❖ Tu as fière allure.Cette fête te va mieux qu’à moi. ❖ Confessa-t-elle, détaillant plus attentivement la mise de sa comparse. Magda était élégante, sa grâce confinant à la perfection. Sladka, elle, se sentait étouffée dans ce costume supplémentaire, celui qu’elle portait au quotidien lui collant déjà suffisamment à la peau. ❖ On dirait que les gens se sont prêtés au jeu.Visiblement, approuva-t-elle, son regard passant en vue les déguisements des personnes présentes. « Jouer le jeu », oui. « Jouer le jeu sérieusement », la demoiselle en était soudainement moins sûre, à moins qu’on puisse réellement souhaiter ardemment être une licorne. Ce qui, si c’était le cas, la laisserait sans nul doute songeuse. Elle se serait elle-même rendue à la soirée en caillou ou en arbre, alors, pour coller à « j’ai toujours rêvé d’être à l’abri des prises de tête », l’absence d’une conscience humaine étant un préalable à cet hypothétique Nirvana. A voir maintenant qui sera absent. ❖ Emit la sorcière, tapotant sa lèvre inférieure de l’index. Car s’aventurer ici impliquait de se plier à la règle avec plus ou moins de sérieux. Rester hors des murs véhiculerait un message d’une toute autre portée.

Ses prunelles de cendre à l’éclat éteint se posèrent sur le pied agité de Magda, métronome d’une mélodie imaginaire dont Sladka attendait la fin. Elle ignorait ce que son amie attendait avec une impatience visible, à moins qu’il ne s’agisse là que d’un moyen d’évacuer la tension d’une discussion qui n’avait d’anodine que l’allure. La louve se savait de mauvaise compagnie, ces derniers temps. Peu loquace. Peu enjouée. Peu démonstrative. Sa froideur habituelle en public, son impassibilité ordinaire, elles avaient fini par nécroser son naturel et enfermer dans un carcan la Durmstrang sentencieuse mais souriante qui se dévoilait dans les alcôves. ❖ J’ai loupé quelque chose ?Je viens d’arriver. ❖ Assura la jeune fille avec un léger haussement d’épaules. Le peu d’attention qu’elle était parvenue à canaliser s’était vu entièrement consacré à la recherche de ses fidèles. Vital était son besoin de se rattacher à quelque chose pour éviter la chute. Un océan de solitude l’aurait engloutie toute entière, sans nul doute. ❖ Non mais regarde-moi cette brochette de fous. On ne croirait pas qu’ils sont là pour nous éduquer.Les fêtes ne leur réussissent pas. ❖ Constata presque amèrement Sladka, reprenant son credo de toute à l’heure.

Lançant un regard par-dessus son épaule, la Durmstrang retint une grimace. ❖ Mais je crois que nous allons avoir … d’autres préoccupations. ❖ Glissa-t-elle après avoir identifié Marcus non loin d’elle. Pas le moment. Vraiment pas le moment de flirter avec le danger et menacer une couverture déjà de plus en plus élimée. L’agitation autour d’elle, les délires estudiantins et autre manifestation remarquée la crispèrent imperceptiblement. Une expiration plus tard, la Russe s’enquit auprès de sa comparse. ❖ Je propose que nous prenions de quoi nous rafraîchir. ❖ Elle avait chaud. Aux joues. Au creux des entrailles. Au front. Les flammes de la fournaise lui léchaient la peau pour la consumer toute entière mais elle s’était promis de ne pas céder à ses démons. La peur finirait terrassée où Sladka s’échapperait de l’enfer avant.

☾ ❖ ☽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 355
    ♦ PSEUDO : Bonnie Blue
    ♦ CREDITS : Caf-pow & Lily
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 01/05/2011
    ♦ AGE : 27



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 26 ans, Auror infiltrée, ex-Salem
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 15 Jan - 20:28

Elle jeta un coup d’œil dans le miroir en pied qui ornait sa porte de placard. Depuis la rentrée, la chambre de Jude n’avait plus grand-chose en commun avec ce qu’elle avait été tout au long de l’année dernière. Les placards bien rangés débordaient de vêtements qu’elle enfilait en hâte, atteinte de retards chroniques malgré toute sa bonne volonté. Les manuels de ménage magique pour les nuls jonchaient le sol en piles, leurs pages abîmées marquées en de multiples endroits par des post-its divers : liste de courses pliée, étiquette désormais illisible, chaussette, etc.
Agitant négligemment sa baguette en direction du lit, Jude haussa un sourcil en voyant les couvertures reprendre leur place. Deux mois d’entraînement sous les moqueries d’Istvan et Eterna avaient fini par payer et elle commençait à ressembler à une vraie concierge – à son plus. grand. bonheur.

Claquant la porte derrière elle, l’Américaine prit la direction de la salle, tirant sur le bas de sa veste de costume. La plus récente des idées de l’administration s’apparentait certes à une mascarade, dans tous les sens du terme. Elle voulait bien accepter l’idée qu’une fête soit nécessaire pour dire aux élèves que non, ils n’allaient pas mourir et que tout n’était pas fini, mais si tôt dans l’année, elle ne voyait qu’un seul aspect des choses : ce serait à elle de nettoyer, quand tous regagneraient leurs lits pour plonger dans les bras de Morphée. Elle n’avait même pas pu assortir son déguisement à celui du Crétin, dans la mesure où ça aurait pu paraître un peu … étrange. C’est donc à Eterna, une fois de plus, que Jude avait confié sa soirée.

Fusillant du regard un couple qui se pelotait sous la statue de Gertrude la Bossue, la concierge ne put s’empêcher d’espérer très fort que Gertrude se réveillerait et se joindrait au câlin. Elle n’intervint pas, cependant : le temps des punitions n’était pas encore venu. La bande de morveux pouvait bien profiter d’une soirée de répit s’il le fallait – elle les punirait de façon deux fois pire le lendemain.
Finalement, Jude arriva en vue de la porte et s’arrêta net. Nom d’une baguette en mousse. Toute cette bande de guignols dans une salle de bal, c’était splendide. Les costumes semblaient rivaliser de ridicule (coucou Basile, coucou Charles). Se glissant à l’intérieur, la concierge se prit à regretter une fois de plus de ne pas avoir sa soirée de libre. Les fêtes des élèves, elle avait donné. A son humble avis, ils auraient tous été bien mieux placés en retenue. Mieux vaut prévenir que guérir. De façon provisoire et préventive, m’voyez ?

Se haussant sur la pointe des pieds – oui, elle est petite, le premier qui fait une remarque désobligeante se prend un sort – la jeune femme repéra des têtes connues au loin. Elle se glissait entre les élèves quand la voix d’Eterna retentit à nouveau, aussi discrète et raffinée que d’habitude. « Mon petit doigt me dit que c’est le fameux « rendez-vous pour le boulot » de l’année dernière, tu n’avais pas voulu me dire avec qui c’était, cachottière ! Allez, vas-y, dis-nous tout, de toutes les manières, on va bientôt le savoir ! Et … ! »
Apparemment, elle avait loupé des trucs. Écartant sans pitié une première année déguisée en Catwoman (c’était à la fois gore et à mourir de rire, un exploit en soi), la sorcière atteignit enfin le groupe pendant que sa comparse continuait sa litanie. « En fait, j’ai un cavalier. Avec un chapeau melon. »
« On parle de moi ? » Questionna la sorcière d’un ton moqueur en se glissant entre les filles, un sourire joyeux plaqué sur le visage. « Mais va falloir que tu lui prêtes tes pompons parce qu’elle n’en a pas et si elle veut se faire passer pour un mec, ça lui sera utile. » « Femme de peu de foi, » grinça Jude en balançant une légère claque sur l’arrière de la tête d’Eterna. « Je suis là. Ose dire que je ne suis pas le plus sexy des cavaliers que tu aie jamais eu. » Continua-t-elle en adressant un clin d’œil à Sara.
Avançant de manière à ce que chacune puisse admirer son costume, la concierge fit une pirouette sur elle-même. Costume de tweed anglais, chapeau melon et gilet croisé ; elle avait tout l’air d’un ennuyeux professeur oxfordien qui résout des crimes pendant son temps libre. Certes, ça n’était pas tout à fait l’esprit de la série, mais après tout, Jude était une sorcière et ne s’amusait pas à regarder la télévision. « So, quoi de neuf ? » Demanda-t-elle à nouveau en piochant un petit four sur un plateau qui passait. La bouche pleine, elle fronça les sourcils en regardant autour de la salle : « Eche-que le profecheur de duel est déguisé en licorne ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 188
    ♦ PSEUDO : la corrompue
    ♦ CREDITS : (c) merenwen
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 22/05/2012



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 15 Jan - 20:50

I've succeeded in life : I've always dreamt to be an asshole.


Quand j'avais découvert le thème de la soirée, j'avais haussé les épaules. Le rêve... C'était loin d'être bête comme approche pour changer les idées des gosses. Leur rappeler leurs rêves, les faire voir vers l'avenir... Le tout dans une ambiance bon enfant et festive. Toutes les conditions semblaient réunies pour leur faire démarrer l'année avec des projets en tête, tout en tâchant de cesser de regarder en arrière, hormis pour en tirer de la force. Cela ne m'aurait pas étonné que la psy de l'école l'ait soufflé au corps enseignant, tant c'était bien trouvé, même si je ne dénigrai pas pour autant ces derniers, malgré l'échec cuisant de la dernière fête en date. J'avouais toutefois sans mal ne pas avoir d'affinités particulières avec eux... Sauf avec un. Enfin, tel était le cas encore quelques jours plus tôt... A présent, je n'étais plus bien sûr que le terme "affinité" corresponde réellement. Normalement, d'ailleurs, je n'aurais même pas fait l'effort de venir ce soir, le corps professoral pouvant très bien se débrouiller. Je m'occupais après tout avant tout des créatures, et si certains de ces gosses pouvaient sembler pire qu'une bande de scrout à pétards déchainés, ils n'étaient clairement pas mon rayon... Seulement, j'avais eu des ordres contradictoires. Tout ça à cause de ces étudiants un peu trop engagés qui se réfugiaient sous le fanion de "l'anti-créaturisme" - fallait bien trouver un nom à ce mouvement de mode, bientôt que ça devienne a thing, à force... Et il avait donc fallu que je trouve un déguisement. Pour tout vous dire, je n'avais pas voulu songer une seconde à ce dont je rêvais réellement, et avait décrété que j'irais habillé en... Rien. Enfin, en moi, quoi. J'avais déjà tout ce dont je rêvais, non ? Pourquoi m'emmerder à mentir ? Parce que j'étais un menteur pathologique, selon certains ? C'était faux. Je ferais donc un simple effort vestimentaire en portant un costume, m'étais-je dis, et le tour serait joué. Comme ça, en plus, si jamais quelqu'un me demandait, je pourrais alors prétendre que j'étais venu en James Bond. Tout bénef', en somme... Et, oui, j'avais pensé à tout. Puis, au dernier moment, j'avais décidé de rajouter mes lunettes à l'ensemble, une paire simple, mais distinguée. Heaster disait qu'elles me donnaient un air classe, quant à moi, je trouvais que ça me donnait un air intelligent, c'est pourquoi je les avais mise sur le nez, histoire de. J'étais déjà intelligent mais rien ne m'empêchait de le souligner en accessoirisant... En note finale, j'avais assorti mon costume avec mon parfum - tous deux des Calvin Klein - et étais finalement descendu, seul. Je n'étais, après tout, pas là pour m'amuser. Je m'étais fondu dans la masse comme je pouvais, évitant de m'associer à quelque groupe que ce soit, n'étant pas dans mon mood le plus sociable. Posté dans un coin que je jugeai pratique, me permettant d'avoir à la fois un oeil sur la salle et l'entrée, je me contentai de faire mon job, c'est à dire : surveiller qu'aucun débordement ne survienne, le tout en me faisant discret. Avec un peu de chance, cette soirée serait finie avant même que je ne l'ai remarqué... Ou qu'on ne m'ait remarqué, ce qui m'arrangerait fortement. C'est la réflexion que je me faisais quand soudain... Je remarquais cette fille, titubant, parlant trop fort, en faisant... tout simplement trop. Comme toujours... Mais en pire. Un demi-sourire accrocha mon visage : Prudence. Je la connaissais, c'est pourquoi je SUS que ces débordements donc je vous parlais, et ben, si je ne faisais rien, là, maintenant, tout de suite, ils allaient arriver. Quand on vous disait qu'il ne fallait jamais dire "ça pourrait pas être pire", et ben c'était pas con, comme idée. “Et merde !” lâchai-je tout en me frayant un chemin jusqu'à elle, choppant au passage un loup que quelqu'un avait dû faire tomber pour la ceinturer juste avant qu'elle ne monte sur la scène. Puis, tout en lançant des coups d'oeil à la dérobée derrière mon masque de fortune, leur jetant des sourires du style "tout va bien, c'est bon, ça va, je gère" je me dirigeai vers la sortie, la demoiselle sous le bras, surpris qu'elle ne m'ait pas encore mordu... Ce qui aurait bien été son style.

} Adrian out

_________________
“Why 're we all so self-obsessed ?„
I want love, but it's impossible. A man like me, so irresponsible. A man like me is dead in places... Other men feel liberated. I can't love, shot full of holes. Don't feel nothing, I just feel cold. Don't feel nothing, just old scars, toughening up around my heart. But I want love, just a different kind, I want love won't break me down, won't brick me up, won't fence me in, I want a love, that don't mean a thing, that's the love I want, I want love.

No sweet romance, I've had enough.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 340
    ♦ PSEUDO : .zadig
    ♦ CREDITS : Lux d'amour
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/09/2009
    ♦ AGE : 26



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 27 ans, Huitième année à Salem, Auror infiltré
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 15 Jan - 22:37

S’il fallait s’exprimer en toute sincérité, Istvan avait réellement toujours rêvé d’être Auror. Enfin presque. Mais globalement il avait réussi. Quant à la situation présente, il était évident que la réponse à la question posée par cette étrange et ridicule soirée était « ailleurs ». Entendez par là « très loin de cette île ». Toute l’amertume de n’avoir pu protéger ses camarades, raté son job ne s’était pas effacée après deux mois de vacances qui avaient pourtant été plus que salutaires. Partir avec Eterna et Judith lui avait fait plus de bien que toute autre chose mais il ne pouvait s’empêcher de penser à cette fête déplacée, aux morts que l’on pleurait encore et… De toute façon, pour Istvan tout était presque prétexte à cracher sur Elderwood en ce début d’année. Cela le ferait peut-être pour le dernier des sans-cœurs mais ça n’en restait pas moins vrai. S’il avait pu, il aurait peut-être lui-même lancé une attaque de gnomes zombies mangeurs de foies sur Londres, histoire que tout le bataillon soir rapatrié et qu’enfin il fasse vraiment son boulot. L’Anglais sentait presque ses membres rouiller à force d’inaction (enfin pas tous, Jude et lui vont bien, merci) et même pas un mois après la rentrée, il en était déjà dingue. Ca lui passerait, évidemment, comme ça lui était passé l’année précédente.
Toujours était-il qu’Istvan ne rêvait plus que d’une chose : « être ailleurs » C’est ainsi qu’il s’était barré et n’était donc pas venu au bal. FIN.
Non, évidemment, comme toute chose s’agissant du couple Judan (ouais, je sais, jme la joue fan-couple shippeuse, fufufu), rien n’était jamais aussi simple. Puisque les rêves d’Istvan avaient de nouveau intégré l’Américaine. « Ailleurs et avec Jude » s’était donc imposé au reste. Le principal souci étant qu’ailleurs était plutôt loin et que Jude était . Le cerveau d’Istvan n’étant plus en état de fonctionner face à ce dilemme pratiquement insoluble, son cœur, tout niais qu’il était, avait de toute façon choisi le dragon. Cerveau approuverait l’idée plus tard, ça n’était plus le moment de s’en aller quand on l’attendait.
En quittant Jude à regret pour la laisser à ses préparatifs et rejoindre son dortoir, Istvan avait traîné les pieds tant qu’il le pouvait pour retarder l’inévitable. Choisir son costume avait été un véritable supplice alors qu’il aurait d’ordinaire trouvé l’exercice plutôt drôle. Le marshmallow niais et trop cuit qu’il était depuis la fin de l’année précédente aurait bien voulu assortir sa tenue à celle de la fausse concierge, genre Barbapapa et Barbamama, genre Sacha et Pikachu, 118 218, Laurel et Hardy… N’importe quoi aurait été cool. Comment ça « non » ?
Du coup, il avait fait l’effort surhumain de réfléchir un peu. L’Âne de Shrek s’était peu à peu dessiné dans son esprit puisqu’il était bien le seul personnage suffisamment débile à s’être entiché d’un dragon. Mais bon, d’un autre côté, la plupart de ceux qui connaissaient l’Anglais seraient tentés de dire qu’il était déjà assez stupide pour ne pas avoir besoin de se déguiser. Ce qui, en soit, n’était pas forcément faux.
Après des jours de réflexion, c’est en plein cours de Basile le niais (plus que lui, c’est dire) que la réponse lui était apparue. Il s’était vaguement demandé en quoi serait vêtu le professeur, probablement en roi ou quelque chose de très Moyen-âgeux, complètement dans l’univers rasoir qu’affectionnait l’aîné De La Roche-Guyon. Il ne croyait pas si bien dire, mais ça, nous y reviendront plus tard.
Istvan serait donc un chevalier. Pas de ceux qui achevaient d’occire le dragon mais plutôt ceux qui finissaient par le chevaucher une fois la princesse, dont il n’avait finalement plus rien à foutre, sauvée. Qui voudra y verra un appel non-subtil du pied (a).
Il avait fini par rassembler des pièces d’armures un peu partout et s’était même risqué à faire un saut dans la Pièce des Epoques pour trouver le reste. Tout remettre en ordre et l’adapter à sa morphologie lui avait demandé quelques menus ajustements, du genre qu’il n’était pas habitué à faire. Il était Auror, par Merlin, pas couturière.
Mais finalement, en s’admirant dans le miroir, vêtu de son armure rutilante et légère (il avait fait parler toutes ses connaissances pour la rendre le plus pratique possible), une épée pendant à son côté et son heaume resté sur son lit (fallait pas pousser, il n'allait pas non plus ressembler à une boîte de conserve géante), l’Anglais avait hoché la tête d’un air satisfait avant d’entrer dans la salle de bal. Ce qu’il vit le laissa sans voix et il en vint à regretter de n’avoir pas pu réfléchir à son costume avec Jude.
Entre le professeur de Duels déguisé en licorne et des élèves qui se frottaient les uns aux autres, Istvan songea que de toute façon, n’importe quel duo incarné serait passé comme une lettre à la poste.
Il repéra Eterna et Jude dans un coin et tenta de se frayer un passage jusqu’à elles, croisant au passage quelques étudiants excités aux costumes grotesques, ridicules ou juste… parfaitement sexy et déplacés. Un instant, l’Auror se demanda ce que Schyler aurait voulu porter et un sourire discret se dessina sur ses lèvres. Il ne l’avait pas aimée, c’était un fait avéré mais elle et lui avaient passé de bons moments… Enfin bref.
A proximité du duo, l’Anglais hocha faiblement la tête avant de se servir à boire.
▬ Jcrois qu’on aurait pu se déguiser en licornes, nous aussi, ou même en n’importe quoi, on n’aurait pas trop fait tâche, franchement. Grommela-t-il à l’attention de Jude, tournant finalement les talons pour se joindre à la fête, après un clin d'oeil amical à Sara qu'il avait mis quelques secondes à reconnaître, à la recherche de ses jeunes camarades. Dont Susi qui se…hum… frottait à tout le monde. Ce qui n’avait rien d’habituel mais soit.
Se coulant le long d’un mur, l’Anglais se contenta de siroter son verre avec un air contemplatif et résigné, sa baguette accrochée derrière son épée, des fois qu’un vieux relou ne débarque en râlant qu’il était mal de faire la fête et qu’il allait les punir en les transformant tous en buissons. Pourquoi en buisson, il n’en avait aucune idée mais on ne savait jamais.


_________________





Waiting for forever

Some day you will find me I haven't gone too far I miss the way we were back then How we laughed I can feel you in my heart There's a world in your eyes I can see it getting brighter All the hours that we turned into days ♦ Worlds Apart - The Mostar Diving Club (c) Ohyeah


Dernière édition par Istvan A. Bernhardt le Mar 15 Jan - 23:26, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 262
    ♦ PSEUDO : Eterna
    Féminin ♦ CREDITS : Burning Candles (ava) et Bonnie Blue (gif)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Derrière un rayonnage, à t'espionner



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 15 Jan - 22:39

Bon, Sienna semblait être un bon sujet de discussion. Eterna avait retrouvé le côté de Sara et passa un bras autour de sa taille avant de lui déposer un baiser dans les cheveux. Quoi ? D’accord, elle n’était pas du genre super tactile, mais elle n’était pas non plus du genre à exhiber son corps de rêve sans penser à ramener un mec dans son lit cette nuit et pourtant, là, en l’occurrence, c’était bel et bien le cas, alors elle vous emmerdait tous et elle rentrait à sa maison, elle avait le droit si elle voulait, D’ABORD ! Elle chipa un éclair au chocolat et en mangea une bouchée avant d’en fourrer un sous la jolie frimousse de sa « sœur » (oui, bon, elle n’allait pas lui faire cette déclaration d’amour là, maintenant, tout de suite, devant tout le monde, de un, parce qu’elles allaient pleurer toutes les deux et que ça foutrait sacrément le bordel, et deux, parce que ça risquait de raviver le souvenir de Greg et ce n’était peut-être pas la peine. Enfin pas pas la peine dans le sens où on s’en moquait, mais pas la peine dans le sens où ce n’était pas le moment. Elles auraient bien un peu de temps pour en parler plus tard et … voilà). Tout ça pour dire que ce soit, Eterna ne se ressemblait pas et que ça commençait à être plutôt effrayant, pour tout dire. Heureusement que son acolyte de toujours et cavalière de charme pour la soirée venait d’entrer dans l’arène, dire de la merde allait lui permettre d’oublier deux secondes que, par la verge impuissante du cousin Hubert de Merlin, quelque chose ne tournait pas rond chez elle. On parle de moi ? Yes, just in time, et parfaite pour son deuxième bras, hop, elle avait ses amies avec elle, franchement, qu’est-ce qui pouvait lui arriver ? Sara, Sienna et Jude, par ordre d’apparition, des pâtisseries, de la musique, et voilà ! Femme de peu de foi, Hey ! protesta-t-elle alors qu’elle se faisait frapper de façon totalement injustifiée. Je suis là. Ose dire que je ne suis pas le plus sexy des cavaliers que tu aies jamais eu. Ne pas penser à un certain Italien qui, malgré tout l’amour qu’elle avait pour Jude, portait mieux le costard qu’elle. Fête. Fun. Cool !

Elle posa les doigts sous son menton, lâchant Sara par la même occasion et la mata avec application alors qu’elle se pavanait : Ouais, bon, d’accord, t’es une bonnasse, même si comparée à nous trois, ton costume ne te met pas du tout en valeur … Elle désigna les deux mini jupes des deux autres concernées et ses jambes mises en valeur par ses bottes avant de lui taper gentiment dans l’épaule. Hey, mais t’es quand même le plus sexy de mes cavaliers, et peut-être celui qui embrasse le mieux, tiens. Eh ouais, comment remettre au goût du jour des vielles rumeurs et surtout une vieille photo d’elles d’eux chez Gerry qui avait un peu circulé l’année passée. Elle sourit et allait répondre à son « So, quoi de neuf ? quand on la percuta. Se retournant pour enguirlander la personne, elle se figea en voyant qu’il s’agissait de Fedor, oui, SON Fedor, le seul et l’unique qui … fuyait. Et au vu de l’expression de son visage … ça n’allait pas. Genre, vraiment pas. Et il n’y avait pas besoin d’être devin. Même sans le connaître par cœur comme c’était le cas pour elle … ça se diagnostiquait.Eche-que le profecheur de duel est déguisé en licorne ? Mmmh ? demanda-t-elle, en se retournant vers Jude, manquant donc le départ d’une certaine blonde. Elle avait les sourcils froncés. Fedor n’allait pas bien. Et personne ne laisse Bébé dans un … non, mauvais film. Cependant, il n’était pas question qu’elle le laisse aller s’enterrer dans un coin comme ça. Après tout, certes, ils ne s’étaient pas beaucoup revus depuis « l’incident de la bibliothèque » mais ça restait Fed’. Elle attrapa une pâtisserie et déclara : Désolée, mesdames et messieurs, je vais vous laisser quelques instants. Elle déposa un baiser sur la joue de Sara, releva le col de la chemise de Jude et frappa les fesses de Sienna : Je reviens ! Soyez sages ! Enfin non ! Elle désigna Sienna aux deux autres : Faites en sorte qu’elle ne soit pas sage et racontez moi tout ! Et elle partit, enfournant la mini religieuse dans sa bouche, partant à la poursuite de l’infirmier en fuite.


} Eterna out (for now, but back soon)

_________________
    « Two hearts, believing in just one mind »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 1310
    ♦ PSEUDO : Lux Aeterna
    Féminin ♦ CREDITS : Amly <3
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 26/08/2009
    ♦ AGE : 28
    ♦ LOCALISATION : I let you guess ...



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, 7e année, Poudlard (Poufsouffle)
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 20 Jan - 1:16

Maquillée comme jamais, c'est une Gwendolyn peu resplendissante qui fit son apparition dans la salle de bal ce soir-là. Enfin, encore fallait-il réussir à lui ôter ce sourire niais qu'elle affichait sans se gêner, mais je vous garantis que c'était peine perdue d'avance. Ses yeux bleus encadrés d'un noir trop agressif, le teint blafard, les lèvres claires, l'ancienne blonde n'avait pas souhaité afficher de rêves inaccessibles ou trop loufoques. Elle, ce qu'elle voulait être, c'était être heureuse. Et être heureuse, pour elle, voulait simplement dire être avec lui. Finir ses jours avec celui dont elle tenait la main à ce moment-là. Et continuer à l'aimer au-delà de la mort. D'où la thématique peut-être surprenante... Elle arborait une longue robe blanchâtre et déchirée, qui n'allait pas sans rappeler une ancienne robe de mariée qui avait jadis du faire le bonheur d'une princesse d'un jour. Ses cheveux foncés après l'accord qu'elle avait passé avec Susi étaient plus ou moins attachés, plutôt moins que plus d'ailleurs. Les efforts s'étaient préférablement focalisés sur sa couleur de peau, qu'elle s'était efforcée d'éclaircir avec application à l'aide d'un sort. C'était notamment Cloée qui s'était fait un plaisir de l'aider à changer de tête, non sans proposer une multitude de fois d'ajouter des touches plus personnelles au déguisement, comme un papillon à accrocher dans ses cheveux, avant que l'ancienne blonde ne lui réponde que « non, les papillons aiment pas les morts », plus ou moins patiente.

Mais la vérité était ailleurs en réalité plus sombre, plus douloureuse. Il ne s'agissait pas simplement de passer la soirée accoutrée de la sorte pour faire la fête comme elle l'avait fait de nombreuses fois auparavant. Cette nouvelle année la terrorisait, et si elle avait remis les pieds à Elderwood, c'était parce qu'elle comptait, avec le soutien d'Eden, Susi et Cloée notamment, rebâtir de nouveaux souvenirs. Comme de nouvelles fondations à un avenir qu'elle souhaitait moins déchirant que les souvenirs qu'elle avait gardé de l'archipel en la quittant. Se reconstruire une fois après ses aventures familiales avait été déjà bien pénible. Trouver un nouveau sens à sa vie, la vivre en s'imaginant naïvement que tout irait mieux avant d'en avoir la preuve en la personne d'Eden... Mais lorsqu'il lui avait été pris, lorsqu'ils avaient rompu, tout s'était écroulé. Et elle avait été fatiguée. Fatiguée de se battre contre un destin qui ne semblait pas vouloir de faire d'elle une jeune femme heureuse. Qui semblait la pousser vers une porte de sortie, purement et simplement. Retrouver Arrogance lui avait remis du baume au cœur, redonné espoir, mais lorsque tout le reste de votre monde s'écroule autour de vous, un peu d'espoir se retrouve dilué dans un océan rempli de requins blancs avides de chair fraiche. Et elle n'avait plus la force. La nuit des loups était arrivée pour l'achever. Enfermée dans la réserve de la bibliothèque avec celle qui se prétendait sa meilleure amie, elle n'avait fait que penser à ceux qu'elle risquait de perdre, à ceux à qui elle n'avait plus adressé la parole depuis de trop nombreux jours. Parmi lesquels Eden, qui semblait avoir choisi un autre chemin que ceux qu'ils avaient parcouru ensemble jusqu'alors. Qui l'avait simplement quittée sans la regarder dans les yeux. Et elle s'était rendue compte que rien n'était fini pour elle. Que malgré toute la rancœur qu'elle pouvait avoir à l'égard du seul homme qu'elle ait jamais aimé, elle ne pourrait jamais l'oublier. C'était lui, ou rien. Et l’occurrence, ce n'était plus rien. Sa vie était vide. Elle avait juste voulu savoir... Savoir s'il était vivant. C'était cette nuit-là qu'elle s'était également sentie revivre. Un malentendu. Un malentendu qui avait failli leur coûter leur bonheur, mais leur amour vaincrait tout. Ils avaient pris la décision commune de rejoindre le camp de la solidarité en juillet, et pas seulement pour des questions financières. Mettre des mots sur ce qu'ils avaient vécu était presque aussi douloureux que cette nuit, parce qu'il fallait la revivre. Mais Gwendolyn savait qu'elle ne revivrait jamais cette angoisse. Ou tout du moins, elle l'espérait. Les promesses qu'ils se faisaient avec Eden étaient belles et remplies de projets et d'espoirs. Ils allaient bâtir de nouveaux souvenirs. Se battre pour l'avenir. Et voilà ces promesses. Voilà quel était le réel déguisement de Gwendolyn ce soir-là. Celui de l'espoir, celui de l'amour. Celui d'un amour qui triompherait de tous les défis que le destin voudrait encore lui lancer.

Avec le sourire qu'elle arborait ce soir-là, il était sans doute difficile de deviner l'angoisse qui la saisissait encore bien trop souvent. Elle revivait les cauchemars de la nuit de Samuel encore plus intensément qu'auparavant, plus souvent aussi. Comme si la mort était devenue à nouveau une part de sa vie. Elle redoutait plus que jamais de perdre Eden pour de bon, pour une raison et une autre. Et même si elle aimait profondément les promesses qu'il lui faisait quotidiennement, elle ne pouvait s'empêcher de se dire qu'il finirait par partir, lui aussi. Parce que c'était fatal, parce qu'elle ne méritait pas d'être heureuse. Elle avait tué son propre frère, qui était censé pouvoir se relever de ça comme ça, oublier et simplement profiter de la vie ? Non, ces remords et cette culpabilité lui reviendraient un jour en plein visage comme un effet boomerang, et puisqu'Eden était son oxygène, c'était lui qu'on lui prendrait. Alors elle s'était secrètement promis de changer. De faire des efforts, de se restreindre ne serait-ce que dans ses propos envers des étrangers qui, si ça se trouvait, avaient perdu ce qu'elle avaient la chance de retrouver ce soir-là : l'amour. Mais voyez-vous, c'était toujours plus difficile à mettre en pratique qu'à imaginer. Un peu comme si elle avait décidé de commencer un régime, au moindre faux pas dans sa conduite, elle remettait au lendemain. Mais le lendemain, c'était pareil. Sans doute parce que c'était dans sa nature. Alors angoissée de ne pas arriver à relever le défi, angoissée de ne plus parler à Cloée comme avant, angoissée à l'idée de perdre Eden dans un futur proche ou lointain, elle s'était rabattue sur les cigarettes, dont sa consommation avait grimpé en flèche.

Et comme un soir est une fin de journée, et que chaque jour, Gwendolyn manquait au moins une occasion de se taire, elle avait abandonné l'idée de se changer pour cette journée-là. Ce serait demain. Alors, sa main lovée au creux de celle d'Eden, lorsqu'elle avait mis le pied dans la pièce, elle savait que ce soir-là, elle serait elle-même. Mais elle n'espérait rien. Elle avait peur, en réalité. Il y avait du monde, de quoi se perdre, de quoi s'embrouiller. Et cette angoisse du resurgir sur l'étreinte de la main de son amoureux, qu'elle serra un plus vivement alors qu'elle réalisait que ce soirée qui se présentait pourtant bien pouvait s'achever tout aussi mal que la soirée sur la plage. « Y'a pas d'alcool, c'est c'qu'ils ont dit ? Même pour les morts ? » demanda-t-elle a son mort-vivant de époux du soir -et de toute une vie, elle l'espérait, mais là n'est pas le sujet. Elle connaissait la réponse à sa propre question mais elle avait juste besoin de ... parler pour être rassurée, sûrement. Mais lorsqu'elle vit celle avec qui elle avait fait le plus beau des pactes capillaires, elle fut soulagée. De simplement voir que tous étaient là, que la vie continuait comme avant. Que la soirée promettait d'être belle, après tout. Elle lança un regard amoureux à Eden en serrant sa main avec chaleur plutôt qu'avec angoisse cette fois, déposa ses lèvres sur les siennes avant de glisser à son oreille que « cette fois si tu veux qu'on s'isole, j'espère que ce sera pour des putains de bonnes raisons. Jte rappelle qu'on est peut-être morts, mais fraichement mariés, ce qui implique une nuit de noces. » Et, laissant ses mots planer, elle l'embrassa à nouveau avant de hurler « SUUUU-- » et de brutalement s'arrêter en la voyant danser... de manière anti-susiesque. Il s'approchaient de la blonde alors que Gwendolyn analysait la situation. Elle s'arrêta à côté de son amie et déclara, soucieuse, en croisant les bras sous sa poitrine : « T'as fait un before et tu nous as pas invités ? Tu savais que y'aurait pas d'alcool ici donc t'as tout pris pour toi, c'est ça ? Elle est belle l'amitié ! »

_________________

    "A totally amazing mind, so understanding and so kind. You're everything to me. Oh, my life is changing every day in every possible way.In my dreams, it's never quite as it seems 'Cause you're a dream to me."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 282
    ♦ PSEUDO : Judah Lévy Benathan
    Masculin ♦ CREDITS : Sabetha_B.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 10/12/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année : Maarifa Sihr.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 20 Jan - 13:49

J’ai toujours rêvé d’être…

Chevalier. Explorateur. Mousquetaire. Justicier. Il avait toujours rêvé d’être tant de choses. C’était le propre des passionnés d’histoire, en fait. Surtout quand ils maniaient l’épée et rêvaient de duels, de protocole de combat entre gentleman, et qu’ils avaient cette bonté dans le cœur. Il avait tant rêvé de grandes aventures, lorsqu’il était plus jeune. Délivrer les princesses en difficulté, affronter les méchants, les escrocs et les voleurs de ses poings, ou du tranchant de son épée, résoudre mille et une énigmes toutes plus difficiles les unes que les autres, déchiffrer des messages codés dans des langues lues par moins de cent personnes sur la surface du globe, lui y comprit, et sauver les victimes de complots cruels.

Lorsque Judah arriva dans la salle de bal, ce soir-là, il fut surpris par l’entrain avec lequel tout le monde s’était déguisé. Jamais il n’aurait pensé que le thème pourrait avoir un tel succès. Certains costumes étaient beaux, d’autres étaient ridicules, drôles, et le plus important, c’est que tous avaient l’air de s’amuser, de passer un moment dont ils se souviendraient longtemps. C’était émouvant, cette joie, et qu’importe si elle n’était qu’apparente, elle faisait chaud au cœur. Ne disait-on pas que la faim venait en mangeant ? Il devait en être de même pour la joie, le bonheur, l’insouciance. Peut-être eux aussi venaient-ils avec la pratique, avec une philosophie de vie particulière. Peut-être se méritaient-ils, et peut-être fallait-il les forcer un peu à montrer le bout de leur nez. Chaque personne ici avait eu des moments difficiles, au cours des derniers mois, et certains n’étaient pas tout à fait remis, encore. Mais une chose était sûre : ils essayaient. Ils n’oubliaient pas, non. Ils avaient juste compris que vivre dans le passé n’était pas une chose saine pour eux, pour avancer et se faire une place dans un monde où vivre était de plus en plus difficile. Ils gardaient un pied dans le passé, pour ne pas oublier, mais regardaient résolument vers l’avenir. Et de ça, Judah était heureux.

À l’origine, Judah n’avait pas prévu de venir. Il voulait passer une soirée tranquille, en tête à tête avec ses livres, mais… Mais il n’était pas assez sauvage pour ça, et avait envie de passer du temps entouré de ces gens qu’il aimait tous, pour des raisons et de façons différentes. Peut-être croiserait-il des têtes plus connues que d’autres. Peut-être la croiserait-il. Et puis, maintenant qu’il était ici, il avait envie de s’amuser. Danser, être ridicule, rire et plaisanter avec des amis comme de totaux inconnus, juste ne plus penser à ce qui parfois l’empêchait de s’endormir la nuit. Il avait juste besoin de décompresser, parce que, il le savait, il arrivait que taper contre un sac de sable ne soit pas la solution à tout.

Il s’avança entre les couples dansant au beau milieu de la piste de danse, son regard balayant la salle avec attention. Elle n’était nulle part. Il haussa les épaules, un brin déçu, mais se refusant le droit de l’être plus que cela. Il n’avait pas à espérer quoi que ce soit, ç’aurait été ridicule. Il baissa les yeux sur sa tenue d’archéologue du début du siècle. Il avait belle allure, vêtu de tout ce lin clair qui mettait sa peau dorée en valeur, et faisait ressortir le noir de ses cheveux, de sa barbe. Légèrement entrouverte sur son torse, la chemise laissait entrevoir plus que beaucoup avaient eu l’occasion d’en voir, et ses longues jambes accentuaient sa grande taille. Il attrapa un verre d’une boisson non-identifiée, et en goûta une gorgée, qu’il s’efforça d’avaler, avant de reposer le gobelet sur une table. Le contenu était immonde, et il n’était pas sûr que ses papilles se remettent un jour. Dans un coin, il repéra des visages plus connus, et entreprit de traverser la salle pour les retrouver, discuter un peu, plutôt que de rester planté, seul, au beau milieu de la salle. Mais à mi-chemin, il changea d’avis. Sa décision le fit se sentir un peu idiot, mais il était décidé. D’un pas vif, il se dirigea vers l’entrée de la Grand Salle, et, adossé contre une colonne de pierre, se mit à attendre. Il imaginait mal Lexie ne pas faire une apparition au bal, alors… Alors si elle devait arriver, quel que soit le moment, il voulait être celui qui l’accueillerait.

Ce que Judah avait toujours voulu être? Audacieux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 142
    ♦ PSEUDO : Cleiya
    ♦ CREDITS : Ladybird & Reed Night
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/12/2012
    ♦ AGE : 26



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans, 6ème année, Yolihuani
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 20 Jan - 18:35

« Cléopâtre. » Tu venais de te décider devant l'impatience de ta camarade de chambre qui n'attendait qu'une chose, que tu sois prête pour pouvoir occuper à son tour l'unique miroir de votre chambre devant lequel tu t'affairais depuis maintenant plusieurs heures. Tu venais de faire le tour de toutes ces femmes ayant marqué l'histoire à leur façon et finalement opté pour la plus intelligente, ambitieuse et conquérante d'entre elles. L'audacieuse Marilyn Monroe, la surprenante Marie-Antoinette que tu ne tarderais pas à croiser dans les couloirs finalement heureuse de ne pas avoir opté pour cette idée, Wonder Woman la courageuse et bien d'autres mais le déclic vint avec l'éminente Cléopâtre VII dont le nom signifie "gloire, renommée, réputation". Pour une fois, tu t'autorisais à être aussi brillante que cette référence parvenue à conquérir le cœur du grand Jules César et que tu admirais tant par sa soif de pouvoir que par son sens inné de la stratégie. Ta stratégie, ce soir, était de te changer les idées et peut-être même de pouvoir partager une danse avec Judah.

Lorsque tu ne passais pas ton temps libre avec ton Indiana Jones sorcier des temps modernes, tu te laissais aspirer par une soif de connaissance intarissable te conduisant toujours à la bibliothèque ou dans une salle de classe pour perfectionner le maniement de baguette en prévision des futurs sorts que les élèves de sixième année allaient apprendre. Une véritable obsession était née dès l'instant où vous vous étiez rencontrés, séparés par une paroi infranchissable te préservant du risque. Risquer ta vie ce soir là était hors de question et de toute façon tu étais bien trop paralysée à l'époque pour pouvoir entreprendre ne serait-ce qu'un mouvement autre qu'un battement de cils ou une tentative de dégourdissement puisque rester dans la même position des heures durant était loin d'être confortable. Alors, t'en voulant toujours de n'avoir rien fait ce soir là, tu te forçais à redoubler d'efficacité en cours et à faire face aux épouvantards de l'école. Bien souvent, tu t'évanouissais et une seule fois parmi tant d'autres, tu étais parvenue à maîtriser le sort salvateur repoussant la mort dans son cercueil de placard. Exténuée, tu l'étais et ce soir ne fit pas exception. Tu t'étais même autorisée une petite sieste réparatrice laissant les minutes passer et ce jusqu'à louper le début du bal. Tu allais être la dernière mais tant pis ... Tu te rattraperais en agrippant un bon verre d'alcool revigorant et trouverais Judah coûte que coûte puisque, alors que tu réajustais tes cheveux perlés sur tes épaules, ton large collier d'or, et le bustier de ta robe épousant parfaitement les courbes de ton corps amaigri par une négligence de ta part à te nourrir convenablement.

Ce fut la tête haute que tu sortis du dortoir, croisant deux ou trois diables volant sur des fourches ensorcelées et jetant à tous ceux qu'ils croisaient de gentils sortilèges modifiant la tenue de certains, mettant la pagaille dans les cheveux d'autres mais épargnant fort heureusement ton cas. Ce fut méfiante mais amusée que tu croisas presque tous les élèves et certains professeurs de l'école, en saluant certains, conversant vivement avec d'autres avant de te souvenir que tu avais un objectif ce soir. Reprenant ton chemin après avoir été tant de fois distraite, tu arrivais enfin à hauteur du premier étage et entendais déjà la musique animer la soirée et les rires des élèves heureux de faire autre chose que concocter des élixirs ou réviser. Ton coeur battait déjà la chamade alors que tu approchais de l'entrée de la salle de bal mais il faillit s'arrêter net lorsque tu l'aperçus au loin ...

Adossé à une colonne, il observait les élèves autour de lui. Attendait-il quelqu'un ? Tu n'en avais aucune idée mais aurait été déçue de voir une autre sorcière venir à sa rencontre et te le voler. Tu n'avais pas l'habitude d'avoir ce genre de pensées mais pour le coup, tu te disais que si tu t'étais décidée à venir, c'était pour le voir. Comme si vous ne vous voyiez pas assez comme ça ... Tu avais déjà le droit à des sous-entendus vaseux de la part de tes amis ainsi que quelques taquineries gratuites que tu prenais toujours au second degré. Inutile d'alimenter les rumeurs ou de te faire des idées ... Cependant, si l'on vous voyait encore ensemble ce soir-ci, à quoi aurais-tu droit le lendemain alors que tu aurais tendu une perche à tous ceux surveillant de très près l'évolution des choses entre vous deux.

D'un mouvement de tête royal, tu te ressaisissais décidant finalement qu'ils pouvaient penser ce qu'ils voulaient, Cléopâtre danserait avec l'archéologue l'ayant sortie de son tombeaux ce soir ! Dans un élan de bonheur intense de le voir attendre là, seul, tu ne pus t'empêcher de presser le pas et te retrouver dans ses bras. Pour une fois, grâce à tes talons, tu faisais la même taille que lui et pouvais l'observer droit dans les yeux sans avoir besoin de risquer un torticolis en levant sans arrêt la tête. « Je n'aurais pu t'imaginer dans un autre costume ! Tu attends quelqu'un ou puis-je espérer pouvoir passer une énième soirée en ta compagnie ? » Tes lèvres se mouvaient à quelques centimètres de son oreille de sorte à ce qu'il t'entende malgré les cris du groupe d'élèves passant juste à côté. Rayonnante, tu te sentais encore plus d'attaque maintenant que tu le retrouvais et que tu tremblais d'excitation dans ses bras. La fatigue s'était envolée mais tu ne dirais pas non à une boisson ! S'il répondait qu'il n'attendait personne en particuliers, cette soirée promettait d'être parfaite, alors, emplie d'espoir, tu croisais les doigts.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 352
    ♦ PSEUDO : Lux. A bas l'anonymat.
    Féminin ♦ CREDITS : Riddle.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2011



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 20 Jan - 19:20

Si elle s'était attendue à débuter la soirée en compagnie d'un professeur qui ne la reconnaitrait pas et la prendrait pour un nouveau membre du personnel ? Pas le moins du monde. Mais en réalité, elle ne s'était pas attendue à grand chose vis-à-vis de cette soirée, donc ni la joie, ni la déception étaient au rendez-vous. Il y avait juste Gaël, non loin de là, qui semblait décidé à vivre sa vie comme s'ils n'avaient jamais existé. Jamais ensemble, en tout cas. Comme si ce qu'elle avait partagé avec lui n'avait pas d'importance, comme si le bien-être qu'elle avait ressenti à ses côtés n'avait été qu'une illusion. Mais là n'était plus le sujet. Elle n'y penserait pas, comme elle s'efforçait toujours de ne jamais penser à ceux qui, de leur côté, ne lui accordaient aucune attention. Le problème était que les souffrances qui se rattachaient à ceux qui étaient partis étaient de plus en plus envahissantes. Il y avait eu Ezra et Isis, puis Luce et Gaël. Faire bonne figure, sourire, comme si de rien n'était. Ignorer le fait qu'on l'ignore. Mais de tous les sentiments que l'on pouvait avoir à son égard, l'indifférence était peut-être le plus douloureux... de la part de Gaël, en tout cas, ça l'était. Mais à cet instant précis, il n'était plus question de penser à tout ça. Elle s'était trouvé un nouveau jeu dans lequel exceller : se faire passer pour quelqu'un d'autre, juste le temps d'une soirée. Ne plus être Nephtys Castel, mais simplement une inconnue envers laquelle personne n'aurait de préjugé, quel qu'il soit.

Et ça semblait fonctionner. Sinon, comment expliqueriez-vous que Charles Taylor lui parle d'égal à égale et pas de professeur à étudiante ? Son déguisement, et peut-être même d'ailleurs en grande partie ses cheveux flamboyants, courts et lisses qui avaient remplacé sa chevelure habituelle qui tendait à en être le total opposé, semblait avoir l'effet escompté. Sauf éventuellement sur Gaël, qui les avait peut-être observés pour une bonne une bonne raison : parce qu'il l'avait reconnue, et avait probablement deviné les raisons de son accoutrement. Parce que de toutes les personnes présentes, il était le seul capable de deviner les origines de son identité du soir. Alors le professeur Taylor, quant à lui, semblait bien loin de la vérité, ce qui n'était pas pour lui déplaire... « Alors alors, on veut conserver l’anonymat? Je ne connais que deux types de gens qui viennent à une soirée costumée sans souhaiter se faire reconnaître. Ceux qui ne veulent pas s’admettre qu’ils aimeraient y être reconnus… et ceux qui, dans quelques heures, vont se mettre à hurler en dévoilant la veste explosive qu’ils portent sous leur costume, avant de tout faire sauter. Oh, et les amants interdits, aussi. Il y en a toujours, dans ce genre de soirée. » continuait-il cependant alors qu'elle cherchait malgré tout un moyen d'occulter ce sujet de conversation sur lequel elle était particulièrement mal à l'aise. Elle voulait juste jouer, juste ce soir, comme avant. Comme lorsque son identité de Nephtys Castel n'était pas un handicap mais un avantage notoire. « Vous oubliez la catégorie de ceux qui aiment voir leurs interlocuteurs assaillis de questions quant à l'identité de la personne qu'ils ont en face d'eux. Je vous assure que ça vaut tous les déguisements du monde. » répondit-elle donc avec un sourire malicieux avant de jeter un nouveau coup d’œil instinctif -et qu'elle regretta aussitôt- vers le coin qu'avait désigné le professeur en lui répondant. Son regard fut spontanément attiré par le jeune homme qui invitait la médicomage de l'école à danser, quelques mètres derrière Charles Taylor. Voilà qu'il invitait cette coincée de médicomage à danser... Ce n'était sûrement pas elle qui allait lui offrir le type de nuits qu'ils avaient passées ensemble. Oh noooon... Non, Nephtys, concentre-toi. « Donc si je reprends toutes les données que vous m'offrez depuis le début de notre conversation, je serais une membre du personnel, professeur peut-être, qui serait déguisée dans le but d'être anonyme, et ce parce que je coucherais avec un étudiant. Votre deuxième option étant que je me sois déguisée en moi-même par pure arrogance. Donc soit je suis une adulte irresponsable qui ouvre ses cuisses à un élève, soit je suis une pétasse imbue de moi-même. C'est vraiment sympa de parler avec vous, vous savez. » Elle accompagna sa tirade d'un regard de défi et d'un sourire espiègle. Quant au professeur, il reprit la parole. « Et je ne dirais pas que de se déguiser en soi-même est orgueilleux. Enfin, sauf si vous vous déguisez en astronaute et que vous êtes un astronaute. Ça marque un accomplissement. Quelqu’un qui sait exactement ce qu’il souhaiterait être, et qui a pris les mesures nécessaires pour le devenir. Ou bien qui a compris la vacuité de souhaiter être quelque chose d’autre que soi-même, à la mode bouddhiste. » Nephtys haussa un sourcil dubitatif avant de simplement répondre : « Donc le fait que je puisse me déguiser en femme fatale -comme vous l'avez vous-même dit- parce que j'en suis une ne vous semble pas orgueilleux ? » Elle marqua une pause avant de reprendre. « Par contre j'aime cette idée de ne vouloir être que soi-même. » Et bien que l'envie ne lui manquait pas de continuer sur sa lancée, elle s'arrêta là. Parce que si elle avait continué, elle aurait exposé les difficultés que c'était de s'imposer comme on est, surtout lorsqu'on ne sait simplement plus qui est cette personne.

Mais de toute façon, M. Taylor avait coupé court à ses pensées vagabondes, ce qui n'était pas plus mal. « Merde! Mais pourquoi je ne la croise que dans des moments pareils ? » avait-il pesté à voix haute sans que Nephtys n'en comprenne réellement les raisons. « Des moments comment ? Où vous êtes déguisé en licorne, ou où vous parlez à une jeune femme dont vous ignorez tout ? Parce que je vous préviens, si je peux retourner la carte des amants interdits contre vous, je ne me gênerais pas. » Seulement, le professeur reprit comme si de rien n'était. « Ça, ou une petite farce faite à la face du monde. Quelque chose à la « regardez, je si suis profonde, subtile et toute en nuance que personne ne reconnait ma vérité crue lorsque je l’expose à la vue de tous ». Mais je ne voulais absolument pas vous laisser croire que je vous accuse du péché d’orgueil, bien au contraire. Et de toute façon, l’orgueil est beaucoup trop démonisé, à notre époque… Mais ça, c’est une autre histoire. » Se mordant la lèvre, Nephtys ne put s'empêcher de répondre que « j'aime cette option. Celle de la farce. J'ai beaucoup d'humour. Quant à l'orgueil, lorsqu'il est démesuré, il cache à mon avis quelque chose. Mais comme vous dites, c'est une autre histoire. ». C'était comme si sans la connaître, sans connaître son identité ou à vrai dire, rien d'elle, il arrivait un peu à la cerner malgré tout. Car elle était orgueilleuse. A la face du monde, Nephtys était de celles qui ont une haute opinion d'elles-mêmes, sans jamais en douter. Mais à la face du monde seulement. Car le reste était beaucoup plus subtil, malheureusement pour elle.

Et puis elle esquiva. Ça devenait trop long de parler d'elle. Elle finirait par s'embourber, elle n'était pas préparée. Sauf que le professeur ne l'entendait pas de cet oreille. «Alors, si je résume : vous me connaissez tout en jouant la mystérieuse, et souhaitez connaître les secrets profonds des désirs de mon cœur alors même que vous éludez le sujet de votre propre accoutrement ? Mais ça ne se passera pas ainsi! » « C'est tout à fait ce que je souhaite, très cher. » répondit-elle malicieusement sans trop savoir si elle ferait mieux de l'appeler par son nom, son prénom, son grade de professeur, ou simplement celui de licorne. C'était tout de même une situation assez particulière qu'elle vivait là...

« Heureusement, vous êtes tombé sur moi, sinon, vous seriez dans de beaux draps, mademoiselle. Alors, je nous ai manifestement fait honte à tous les deux en tentant de vous percer à jour. Quel genre de gentleman serais-je si je ne vous laissais pas l’opportunité de vous venger ? Devinez-moi : je vous écoute! Faites-vous plaisir, mais essayez simplement d’éviter toute lubie envers les animaux : cela risquerait de me blesser. » reprenait M. Taylor. Voilà qui était inattendu, puisque Nephtys tendait déjà le dos à l'idée d'être à nouveau le centre de la conversation. Et voilà qu'il lui proposait de le deviner... Une Nephtys Castel, même déguisée, ne pouvait se refuser à un tel défi. Elle attrapa élégamment la coupe que lui tendait l'homme, non sans relever le fait qu'il la prenait toujours pour une adulte, ce qui lui laissa échapper un sourire, qu'elle fit passer avec classe pour un simple sourire de remerciement. « Merci. Au gentleman que vous êtes » leva-elle sa coupe avant d'en boire une gorgée, savourant l'idée de rejoindre le corps professoral et autres membres du personnel. Elle ne put s'empêcher de regarder Gaël sur la piste, qui dansait toujours avec Miss Dawkins. Elle ria intérieurement à l'idée qu'il s'imagine passer une nuit de folie avec elle. Elle ne releva même pas le fait qu'elle puisse être potentiellement et simplement jalouse. « Monsieur Charles Taylor, » reporta-t-elle son attention sur le concerné, « professeur de duel, bien que je vous aurais plus imaginé aux soins aux créatures magiques, rapport à votre déguisement. Discret sur sa vie privée, probablement célibataire, mais aussi plus tourmenté que vous en avez l'air. Ce sont les plus beaux sourires qui cachent les plus grandes douleurs, je pense. Par contre, vous devez avoir du succès auprès des femmes. » Elle avala une autre gorgée de champagne, non sans lui accorder un de ces regards dont elle avait le secret. « Mais peut-être qu'une seule vous intéresse, après tout. Je ne sais toujours pas de qui vous parliez, tout à l'heure. ... quant à votre obsession pour les animaux, si j'étais aussi bizarre que Sydonia Hall, je dirais qu'elle vous vient d'un besoin de confiance, que seuls les animaux peuvent offrir sans conditions. D'affection, peut-être, aussi. Mais il est possible que je me trompe sur toute la ligne, et dans ce cas, je vous prierais de m'accorder une seconde chance; je n'aime pas échouer. » En attendant, on parle de vous, et ça, ça me plait, Charles Taylor.


La discussion continue à côté pour débarrasser le topic commun. Et comme l'avait si bien dit mon binôme :

Charles la licorne a écrit:
Charles la licorne et Nepthys la... pas Nephtys [...] sont toujours dans la salle de bal, bien en vu près du buffet, mais pour la durée de leur discussion, nous allègerons le sujet. Vous êtes bien entendu les bienvenus si vous souhaitez nous rejoindre!


Donc n'hésitez pas si l'envie vous prend de venir vous intégrer à notre conversation =)


_________________

    Did you forget ?




Dernière édition par Nephtys E. Castel le Mar 22 Jan - 21:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 282
    ♦ PSEUDO : Judah Lévy Benathan
    Masculin ♦ CREDITS : Sabetha_B.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 10/12/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année : Maarifa Sihr.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 20 Jan - 20:09

Soudainement, la soirée devenait très intéressante. Il n'avait pas attendu très longtemps, et n'aurait jamais pensé qu'elle viendrait. La chance était de son côté, réalisa-t-il alors qu'elle le serrait contre elle. Il se pencha, et embrassa chastement sa joue, et même si le geste en lui-même était commun, que bien d'autres avaient du le faire avant lui au cours de cette même soirée, il voulait dire bien plus. "Ne la touchez pas". Entre autres. C'était un élan de possessivité qu'il ne s'expliquait pas vraiment, mais qu'il appréciait, parce que sans aucun doute, elle était vraiment très belle, ce soir-là. Toute de blanc vêtue, le cou et les poignets parés de bijoux dorés, et le maintien d'une reine, aucune autre des élèves de l'école ne lui arrivait à la cheville. Aucune. Il avait eu peur, en la voyant s'approcher de lui, qu'elle ait déjà rendez-vous avec quelqu'un. Un garçon, des amies, qu'importe. Aussi incompréhensible que cela soit, même pour lui, il aurait mal pris qu'elle ait déjà quelque chose de prévu. Il aurait été déçu.

S'il attendait quelqu'un ? Oui. Il l'attendait elle. Et c'est ce qu'il lui dit. "Je t'attendais toi !", dit-il tout près de son oreille, sans crier pour autant, avant de se reculer, et de lui tendre une main, l'invitant d'un geste à aller sur la piste, alors qu'une nouvelle chanson commençait. Ca n'était pas un slow, aussi pensa-t-il que ni l'un ni l'autre ne serait mal à l'aise. Et puis, peut-être ne voulait-elle pas trop qu'on les voit ensemble ? Ses copines lui poseraient sans doute des questions le lendemain, mais pour l'instant, il voulait qu'ensemble, ils passent une bonne soirée. Encore une. Combien de soirées faudrait-il pour oublier que la première passée ensemble avait été à la fois catastrophique, cauchemardesque, et formidable, puisqu'elle avait permis leur rencontre ? Il l'ignorait, mais il était prêt à passer autant de soirées que nécessaire en sa compagnie pour connaitre la réponse.

Il l'entraina dans un coin un peu plus sombre de la piste, peu désireux d'être en pleine lumière, où tout le monde les verrait. Non, ce qu'il souhaitait surtout, c'était passer un peu de temps avec elle, et danser. Du coin de l'oeil, il aperçut une jeune femme râler après son partenaire, qui lui avait écrasé les orteils, et il se félicita mentalement d'avoir appris à danser lorsqu'il était bien plus jeune. Il avait longtemps accompagné ses parents aux divers galas et cérémonies auxquelles ils étaient conviés, et avait du danser d'abord avec sa mère, puis avec d'autres femmes, plus vieilles que lui la plupart du temps. C'était important, dans ce milieu aisé, que de montrer que même les archéologues, qui passaient plus de temps à genoux dans le sable qu'assis dans une bibliothèque, et qui peinaient à chasser tout le sable sous leurs ongles, pouvaient être aussi élégants et aptes à se montrer en société que n'importe quel homme d'affaire ou sorcier influant.

Il glissa une main au bas du dos de Lexie, posa sa main bien à plat dans le creux de ses hanches, dans un geste sans ambiguité, et l'attira contre lui, profitant à la fois de cette proximité à laquelle il s'était habité, au cours des derniers jours, et des bienfaits des talons qu'elle portait ce soir là. Il aimait la sentir plus petite que lui, le reste du temps, mais c'était bien, de croiser son regard où qu'il dirige le sien. Il la guida à travers des pas de danse peu complexes mais pourtant élégants, entrouvrant les lèvres à plusieurs reprises sans prononcer la moindre phrase. Puis finalement, il se décida.

"Cléopatre est un choix de costume parfait. L'as-tu choisis en pensant à moi ? Il te va très bien, dans tous les cas. Tu as le même petit nez mignon, je trouve. Même si, à mon avis, tu ressembles plus à Nefertiti, qui est connu pour avoir été bien plus belle que Cléopatre".

Ca pouvait passer pour une tentative de drague un peu vaseuse, mais il n'en était rien. C'était surtout Judah, un peu gêné de la serrer dans ses bras à la vue de tous. Il avait beau se dire qu'il s'en moquait, il était très pudique, et peu habitué à se comporter de cette façon en publique. La seule personne que les autres élèves l'avaient vu serrer dans ses bras était Layla, et vu comme cette dernière hurlait de rire, il n'y avait aucune ambiguité dans ce geste. Mais Lexie était différente. C'était ce à quoi il pensait à chaque fois que d'une façon ou d'une autre, une pensée pour sa meilleure amie s'imiscait dans sa réflexion du moment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   

Revenir en haut Aller en bas
 

{{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.
» Ils reviennent toujours... [PV]
» [THEME - PV] J'ai raté mon entrée à défaut de ma rentrée !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Elderwood Accueil ─
 :: ─ Premier étage. :: ─ La Salle de Bal
-