Partagez | 
 

 {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
Maître du jeu

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
    ♦ PSEUDO : aléatoire
    ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



Revelio

MessageSujet: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Lun 26 Nov - 21:04



“I dreamt to be”
FANCY DRESS BAL.
La soirée tant attendue était finalement arrivée. Après un été aux accents de trêve trop courte, une rentrée déroutante et deux semaines mouvementées, la quasi totalité des étudiants attendait désormais cet événement pour repartir sur de bonnes bases. Ce serait assurément un moment privilégié, qui permettrait de réinstaurer les codes et la hiérarchie entre eux, de se retrouver dans une ambiance festive et, enfin, recommencer - ou commencer pour les plus jeunes - une nouvelle année tous ensemble, se bâtir de nouveaux souvenirs loin de cette nuit tragique. Les professeurs n’étaient pas en reste vis à vis de leurs espoirs et attentes, même si l’ombre du fiasco de la soirée sur la plage de l’année passée n’était pas sans planer sur les préparatifs. Elle n’avait cependant pas servi à rien, leur ayant au moins permis de retenir la leçon : aucun dérapage ne serait cette fois accepté, et ils avaient tout mis en oeuvre pour que cette règle soit respectée. Tous comptaient également sur cette nuit pour effacer une bonne fois pour toutes les tensions déjà plus que visibles, éclatant de temps à autres dans les couloirs. Pro-loups contre “anti-monstres”, le combat était acharné et mettait en péril le fragile équilibre qu’avait retrouvé l’école, alors, il fallait espérer que cette soirée soit une réussite...

Pour l’occasion, la Salle de Bal avait été investie. Décorée sobrement et avec goût, de tentures colorées et de bougeoirs transparents flottant à quelques mètres du sol, elle accueillait les premiers arrivants. Un buffet avait été dressé dans le fond de la salle, sur le mur de droite, recouvert de pâtisseries et de boissons (alcool exclu quel que soit l'âge, cf. la permissivité trop laxiste à ce propos pendant la Beach). En vis-à-vis, une estrade était dressée, prête à accueillir un potentiel groupe de musique, où, pour l’instant, un étudiant seul démarrait la musique, sûr de lui, sa guitare à la main ?. L’énorme lustre de cristal en impressionnerait sûrement encore plus d’un, les jeunes les premiers. Les murs et les sols en bois n’étaient pas sans rappeler le style de certaines écoles encore chères aux yeux de leurs anciens étudiants.

La plupart des enseignants étaient déjà arrivés, costumés eux aussi pour l’occasion même si on aurait pu se dire que le thème n’était pas aussi parlant pour eux. Le dress-code pouvait paraître surprenant mais il avait été choisi soigneusement, message d’espoir et pas significatif vers l’avenir : “J’ai toujours rêvé d’être”. Un sujet large, quasi-illimité, et puisqu’il y avait presque autant de projets de vie que d’invités, le panel de costumes que revêtiraient les personnes présentes ce soir-là promettait d’être diversifié, certains plus surprenants que d’autres. Une élection par les élèves du meilleur costume serait d’ailleurs organisée en fin de soirée. Pour cela, les étudiants seraient invités à rejoindre le fond de la salle pendant la soirée, là où sont installés deux isoloirs en bois, et à voter sous l’oeil bienveillant du corps professoral. Pas de nominés, mais le nom de la personne choisie à écrire à l’aide de la plume luxueuse mise à disposition sur la tablette, à l’abri des regards. Les nouvelles figures de l’école seraient également de la partie mais, pour l’heure, n’étaient pas encore en vue. La rumeur voulait toutefois qu’ils allaient en profiter pour se présenter de façon officielle. Quoi qu’il en soit, rien de tout cela ne pourrait empêcher les étudiants de profiter pleinement de la première fête de l’année... afin de tirer un trait sur l’année précédente, qui s’était achevée bien différemment, entre la perte de proches et les pleurs de chagrin.


    HRP ;; Le décor est posé, maintenant, c'est à vous de jouer. Vous êtes libres de poster à la suite ou d'ouvrir un sujet privé. Mister Nobody, vos professeurs et le personnel de l'école se réservent bien évidemment le droit d'intervenir, l'événement étant encadré. Les interactions entre sujets sont également encouragées, ayant lieu au même endroit et au même moment. Amusez-vous bien !



Dernière édition par The Fate le Mar 23 Juil - 20:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 136
    ♦ PSEUDO : Bonnie Blue
    ♦ CREDITS : Datura
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 07/06/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 31 ans, professeur d'histoire de la magie, directeur de Boba
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 2 Déc - 20:29

Basile rajusta son nœud papillon d’un air nerveux. C’est dingue ce que ce truc pouvait gratter. C’était bien la dernière fois qu’il écoutait Leatrix et acceptait de porter des tissus d’époque. Il se tortilla encore deux secondes pour trouver la position qui serait la plus confortable, renonçant à faire claquer ses bretelles.
Le directeur de Beauxbâtons avait revêtu un pantalon rayé aux motifs douteux, dont l’assortiment à un nœud papillon de verre soufflé ne faisait que confirmer ses pires craintes : même les plus grands avaient parfois l’air un chouia ridicule. Leatrix n’avait pas soufflé mot, gentille comme elle l’était, mais les quelques regards des élèves déjà présents ne trompaient pas : ils étaient tous très, très impressionnés par son sens du détail. Bombant le torse fièrement, le professeur esquissa un petit pas de côté dansant pour se trouver à côté de sa comparse. « Je n’ai pas encore vu d’imitateurs, mais je te parie une bouteille que nos costumes seront les plus réalistes. » Car si le thème de la fête était assez clair en soi – ce que vous avez toujours rêvé d’être – Basile ne doutait pas un instant que son rêve correspondait à celui de beaucoup d’autres. Après tout, qui n’a jamais rêvé d’être le célèbre archéologue ayant découvert la tombe de Merlin ?


Je sais. La réponse la plus évidente, c’est « personne ».
Mais Basile n’habitant pas tout à fait sur la même planète que le reste du monde, il s’attendait à voir au moins dix personnes ayant eu la même idée que lui. Ca, plus quelques super-héros, des mafieux, Indiana Jones, Margaret Thatcher et le Père Noël, pourquoi pas ? Découvrir ce que chacun avait jamais rêvé d’être pourrait se révéler assez drôle, mine de rien.
Posté depuis près d’une heure à côté du buffet dans le but fort louable de vérifier que personne ne renverserait tout le jus d’orange, il avait attendu patiemment que les premiers adolescents arrivent. Il aurait voulu leur crier à tous que tout se passerait bien, que cette fête n’aurait rien de commun avec la précédente et que personne ne se ferait tuer cette année. Mais il valait mieux se montrer prudent et crier était mauvais pour les cordes vocales. En attendant, le professeur lissait les poches de son veston à carreaux en adressant des sourires à tous ses collègues.

« On ira danser plus tard, si tu veux, » continua-t-il en babillant à l’attention de Leatrix. « Tu sais comment Haley sera déguisée ? Peut-être qu’elle aura mis un costume à Levi aussi. » Il eu un instant la vision délirante du chien déguisé en Roi Lion ou quelque chose du genre. Peut-être qu’ils auraient dû déguiser le Boursouflet de Trixie aussi, tant qu’à faire. Quoi que … que peut bien rêver d’être un Boursouf miniature ? Une pelote de laine ?
Lui-même n’aurait rien eu contre le fait d’être une pelote de laine. Alors bien sûûûr, il y avait plus merveilleux comme plan de carrière. Se faire tricoter, bon. Mais en même temps, il aurait aussi pu en profiter pour voir le monde, sous forme de bonnet, pour jouer avec des chats et pour tâter des seins sous forme de pull (coucou Lust). En soi, ça n’était pas un trop mauvais destin, tant qu’on acceptait d’être dépourvu de toute forme de pensée consciente ou inconsciente et qu’on n’avait pas peur des aiguilles.
« Tu sais tricoter ? » demanda-t-il distraitement à son voisin de gauche, sans prendre la peine de vérifier son identité. Pour ce qu’il en savait, il venait peut-être de parler à un saladier de chips.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 473
    ♦ PSEUDO : Shadowcat
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2012
    ♦ AGE : 21
    ♦ LOCALISATION : Partout à la fois!



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Ven 7 Déc - 18:02

Le plus compliqué dans cette histoire de bal de rentré avait été pour moi non pas de trouver un cavalier mais de trouver un déguisement adéquat. Pour le cavalier, ça avait été assez simple: je n'aurais jamais laissé passée une telle occasion de danser (ou, autrement dit, je n'aurais laissé personne d'autre que moi danser) avec Connor, alors je l'avais invité dès que j'avais su pour le bal. Comble du bonheur, j'avais obtenu un oui (inutile de préciser que j'avais arboré un grand sourire niais toute la journée après ça!) Trouver comment me déguiser avait été une autre paire de manche. Je m'étais posée et reposée dans tous les sens la question "Qu'est-ce que j'ai toujours rêvé d'être?" dans ma tête, avant d'obtenir trois résultats. 1)depuis que je connais Connor, j'ai toujours rêvé d'être sa femme. 2)Depuis que je vis avec ma tante Eanna, j'ai toujours rêvé de devenir éleveuse de dragon. 3)Depuis que je connais le Quidditch, j'ai toujours rêvé de devenir attrapeuse. Après avoir obtenu ces trois réponses, il avait fallu réfléchir à comment le montrer, pour le 1er choix, une robe de mariée serait parfaite. Pour le second, j'avouais ne pas trop savoir, même après y avoir bien réfléchit. Pour le 3ème je pourrais bien me ramener avec un balais et de l'équipement de Quiddicth, mais ce n'était pas vraiment pratique pour danser, et je ne saurais guère que faire du balais. En y pensant bien, je m’aperçus que le plus important de ses trois rêves, c'était bien celui qui retranscrivait clairement mes sentiments pour Connor. C'est ainsi qu'après de nombreuses journées de réflexion, mon déguisement fut décidé. Je commandais par hibou postal une robe de mariée à ma taille, de long gants assortis et deux roses blanches (une pour mes cheveux, une que j'offrirais à Connor). Je me retrouvais donc à présent à déplier la robe, la regardant avec une moue admirative. Elle était aussi belle que dans le magazine que Lyra m'avait prêté lorsque je lui avais parlé de mon idée de déguisement! Je l'enfilais et me regardais dans le miroir. Je fus très satisfaite de la manière dont la robe tombait. J'enfilais les gants, ajustais la rose blanche dans mes cheveux et mis les ballerines blanches sur lesquelles j'avais craquée cet été, lors d'un après-midi où ma tante m'avait emmenée au magasin pour me remonter le moral. Même si je n'étais pas particulièrement superficielle, cela m'avait fait du bien et j'adorais ces nouvelles chaussures. Je me regardais une dernière fois dans le miroir, arrangeais une mèche rebelle puis, contente de mon apparence, pris la rose destinée à Connor et me dirigeait vers la salle de bal, un peu nerveuse. Que penserait Connor de mon déguisement? J'espérais de tout cœur qu'il lui plairait, je l'avais sélectionnée avec beaucoup de soin pour l'occasion. Je vis mon cavalier devant les portes, en train de m'attendre. J'inspirais un grand coup et m'approchais de lui, lui tendant la rose blanche avec un sourire:

-Tiens! Avec ça, nous serons bien assortis. Tu es prêt pour danser? J'ai tellement hâte!

Je pris sa main et entrais avec lui, rayonnante. Cette soirée allait être fabuleuse!

Spoiler:
 


Dernière édition par Rowan E. Kiely le Dim 16 Déc - 17:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nkiruka

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 155
    ♦ PSEUDO : SeLoa
    Féminin ♦ CREDITS : © Lya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 18/02/2010
    ♦ AGE : 27



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ; 6ième, Nkiruka
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Lun 10 Déc - 16:29

    « J'ai toujours rêvé d'être... » Qu'est-ce que j'avais toujours rêvé d'être ? Sinon d'être un garçon normal, avec des parents, dans une belle maison ? Avec un chiot peut-être, avec qui passer mes fins d'après-midi après l'école ? Une petite soeur qui aurait passé son temps à vouloir faire comme moi et qui aurait sûrement fini à l'hôpital après s'être cassé le bras par inadvertance en sautant de la première branche du grand chêne qui trônerait dans notre jardin ? Mais on ne peut pas se déguiser en garçon normal. Il n'y a pas de normes pour ça. Par de patrons à refaire dans du tissu soigneusement choisi. Alors, je serais un mensonge. « J'ai toujours rêvé d'être... » le mensonge de mon existence.
    Oh la. Si les idées noires se pointaient dès la première heure avant même que les festivités n'aient réellement commencé, qu'est-ce que j'allais bien pouvoir devenir ! Et bien, pourquoi pas un ptit détective façon année 40, un ptit teigneux avec deux pansements sur le front qui aurait oublié son pardessus, son trench dans une ruelle sombre après une bagarre. Il me plaisait bien c'personnage. Facile à habiller par dessus tout ! Une chemise (parmi ma collection) d'un blanc crémeux, une paire de bretelles et un pantalon droit, la cravate à couleur associée. La touche finale apportée gracieusement par un coup d'poing d'Heath' et deux pansements plus tard, me voilà transformé.
    Les miroirs du couloir menant à la salle de bal me renvoyaient une image agréable de moi-même. Un personnage tout à fait moi. Enfin, sans les courses poursuites, le port du gun et la plaque. Ouai ouai, exactement. Tout à fait moi, mais sans tout ce qui est cool. J'assume.

    Mais si j'étais si à l'aise dans ce costume de pièces rapportées, qu'est-ce que je foutais encore dans le couloir à admirer l'éphèbe que je suis me demanderez-vous sûrement ? Premièrement, même si la musique était déjà là, elle avait l'air d'être un peu toute seule. J'avais bien aperçu quelques profs et les premiers élèves, mais le nombre était loin d'être suffisant pour appeler ça une fête. Ou alors, c'était une dépressive, et si j'avais bien compris la missive, c'était plutôt pour l'inverse que tout cela avait été organisé. Deuxièmement j'étais tout seul. Pour ne pas changer me diriez-vous. Mes camarades de chambrée se ramèneraient tous accompagnés, grand bien leur fasse, mais je préférais de loin arriver après eux et avoir l'air de vouloir être le cavalier tombeur qui danserait avec toutes les pauvresses abandonnées que d'être cantonné à leur arrivée à l'éternel solitaire. Je ne suis pas un coeur à prendre, JE prends les coeurs, moi. Tiens, encore une chose dont il fallait que je me vante avec parcimonie devant Heath'... Sans quoi, il finirait par apprendre de ma propre bouche joyeuse que j'avais brisé celui de sa soeur chérie. La différence se compterait non plus en pansements amoureusement posés sur ma 'fausse' plaie mais plutôt en fractures sauvagement distribuées.

    Troisièmement... Et oui, c'est le "mais" ou le "peut-être" de toute bonne argumentation : plus je serais en retard, plus vite je trouverais une proie, plus vite je quitterais cette pièce et moins longtemps je poserais les yeux sur les courbes graciles et les cheveux savamment disposés de Neph'. J'étais le coeur de glace et je m'étais laissé fondre. Complètement, sans me rendre compte de rien. Et une fois à l'état de flaque, j'avais constaté les dégâts mais trop tard. Elle tenait déjà mon coeur dans ses mains et lui murmurait des mots dont je ne retenais que le son et non la consistance parce que nous n'existions pas. Pas ailleurs que dans notre imagination. Cette Nuit-là, on s'était enfui. Mon esprit jamais fantasque, toujours pragmatique, avait élaboré des scénarios hallucinants de voyage à travers le monde, de guimauve et de chocolat. J'en avais vomis tout l'été. Avant de réaliser que nos rêves communs avaient été fracassé dans la gueule d'un loup-garou. Ô combien j'aurais voulu avoir la force de rester sur mon continent à fleur de peau et de ne jamais revenir. Mais, je l'avais alors découvert, dès qu'il s'agissait de Nepthys Castel, je devenais faible.

    Et ainsi j'étais rentré. J'assistais à ce bal alors que j'aurais l'année dernière attendu l'after pour me pointer. Et no thanks Murphy - manifestement, tout le monde avait prévu de faire un before avant la soirée prévue des profs, me laissant seul avec ma pauvre citrouille de tête déjà confuse à attendre avec la patience de l'araignée, dissimulé par un léger sort de confusion que la salle se remplisse peu à peu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 121
    ♦ PSEUDO : P_i_
    ♦ CREDITS : Bazzart
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/08/2011
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Lieux isolés, de préférence ; perchée dans un arbre, errant en forêt, lisant dans un couloir ...



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans, 6e année, Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 18 Déc - 14:07

☾ ❖ ☽


J’ai toujours rêvé d’être … Sladka avait étouffé un juron lorsque le thème était tombé. C’était une blague. Très mauvaise, certes, mais une blague tout de même. Non ? La Russe dut rapidement déchanter face à la réalité de l’invitation et renonça à pester tout son soûl contre quelque chose excédant son champ d’action, stoïcisme oblige. La première réponse qui avait alors effleuré son esprit était « pas née », la deuxième « morte » et la troisième, moins extrême, « absente au bal ». Le sujet ne l’inspirait pas le moins du monde et l’avait même rendu de fort méchante humeur lorsqu’elle en avait pris connaissance. Ces quelques mots lui crachaient gentiment à la figure les réflexions qu’elle enterrait mollement dans son esprit tout le long du jour. Parce que, ce qu’elle avait toujours rêvé d’être, avec le passif qu’elle se traînait désormais, voilà qui était bien illusoire. On n’atteint pas les étoiles quand un boulet vous leste la cheville. Etre astronome de renom ou ornithologue reconnue avec l’étiquette « meurtrière » - ou « lycan », ça revient au même pour tant de gens – collée sur le dos ... le scénario flirtait avec la science-fiction.
Quand elle avait songé à Antigone, tant pour sa force de caractère que la symbolique liée au personnage, une âme bien intentionnée lui avait soufflé que rêver d’être une demoiselle en mesure de dire « ma mamy, c’est ma maman, mon père s’est crevé les yeux et ma sœur est une cruche blonde », il y avait mieux comme plan de carrière. Sans compter le « tout le monde ou presque se suicide à la fin, happy end ». Soit. Délaissant cette première hypothèse, la septième année s’était fait violence pour ne pas rétorquer « en Faucheuse, alors ? A moins de choisir un costume de fantôme ? », ayant promis d’éviter ce genre d’extrémités. De toute manière, elle n’avait aucune envie de se faire remarquer. Oscillant entre le souhait de se faire porter pâle et le constat que pareille absence pourrait être mal interprétée par les plus perspicaces, la jeune fille s’était mise en quête de quelque chose de plus … réaliste.

Le nez plongé dans les livres d’histoire, elle avait fini par trouver une sorcière russe célèbre, une certaine Hélène Glinska, la mère d’Ivan le terrible. Veuve, cette femme avait exercé la régence sur l’empire et maintenu en échec les Tatars ainsi que les Lituaniens avant de mourir empoisonnée. Rien de bien réjouissant mais pour une patriote chauvine, cela ferait l’affaire et lui donnerait l’impression fugace de ne pas totalement mentir à tous en choisissant davantage le désir de vivre à une autre époque que celui d’incarner cette illustre inconnue.

Oksana s’était demandé ce que sa cousine avait bien pu ingérer comme substances illicites le jour où elle l’avait priée de lui dégoter une robe médiévale, trouvant que « Glinska », bien qu’il rime avec « vodka », était un nom de famille empestant le vieux et le rébarbatif. Les jours avaient ensuite lentement coulé jusqu’à la date fatidique, la tenue dormant dans un placard. Sladka n’avait toujours aucune envie de poser un seul orteil là-bas mais il le faudrait. Celles qui savaient la soutenaient en silence, insistant presque pour l’aider à fignoler sa coiffure ou parfaire le réalisme de la robe. Celles qui ne savaient pas étaient celles à bluffer avec le plus de conviction, la plaie non cicatrisée camouflée sous un entrain factice. Et celles qui comptaient parmi les grandes absentes … leur nom servait à lui seul à raviver la douleur telle une pincée de sel plaquée à même la chair ensanglantée.

Devant son miroir, la septième année cala une mèche derrière son oreille d’une main fébrile. Elle avait l’air fatiguée, deux cernes s’allongeant sous ses yeux. Comme toujours, feinter était une obligation. Exactement ce pourquoi elle mangeait alors qu’elle n’avait pas faim ou qu’elle ne vomissait pas alors que son estomac criait au supplice. Elle se devait d’avoir l’air fraîche et dispose, non pas par coquetterie mais pour tenir le mieux possible son ancien rôle. Il ne fallait pas maigrir pour ne pas attirer l’œil. Ne pas être trop morose pour ne pas capter l’attention. Etre soi alors que ce « soi » a été défiguré une nuit de pleine lune.

Vérifiant qu’elle était seule, la louve attrapa deux bouteilles. Une gorgée de tue-loup par habitude, une de vodka par nostalgie. Sa nature lui évitait de rouler sous les tables avec quelques malheureuses lampées alors que Semargl sait qu’elle aurait eu besoin d’un bon black-out une fois. Une heure sans se souvenir avant de reprendre le cours de sa vie dans sa barque percée.

Ranger l’attirail puis se remodeler un masque de circonstance. Ce bal était un symbole de renouveau, un printemps artificiel pour une île plongée dans un éternel hiver. Sladka retint un soupir et c’est d’un geste sec qu’elle écrasa la première larme roulant sur sa joue. C’était dur. Dur de faire semblant. Elle paraissait souvent de glace, forte comme un roc, seulement l’intérieur était craquelé de toute part, chaque pierre manquant de se détacher de la paroi par un mouvement maladroit. Se dressant de toute sa hauteur, la Russe lissa sa robe et entama la descente aux enfers. Une soirée de plus à donner le change et prolonger le sursis, à la bonne heure. Prête à entrer dans la fournaise, la sorcière passa les portes le menton haut et la stature droite, comme toujours, cherchant du regard les piliers qui l’empêcheraient de sombrer.

☾ ❖ ☽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 18 Déc - 15:38


Aller de l'avant, classer le passé dans la case "à oublier", sourire avec franchise et rire de tout son coeur, les jumeaux al-Ma'rib n'en seraient plus jamais capables. Pourtant, il fallait faire semblant. Chaque jour qu'Allah faisait, il fallait trouver une raison pour se lever, s'habiller, se nourrir, marcher, écouter en classe, passer des examens, parler avec ses amis. Il fallait continuer à vivre, coûte que coûte. Abân leva son regard vide vers Zeïna, qui posa sa main sur joue. Ils n'avaient nul besoin de mots, nul besoin d'un sourire pour comprendre ce qu'ils ressentaient. Un simple regard et ils se transmettaient tout le courage dont ils auraient besoin pour supporter la journée encore jeune. Mais en ce soir de fête, ils auraient besoin de plus. Chaque matin, Zeïna plongeait son regard dans les yeux sombres et sans vie de son reflet. Puis avec un sourire et des yeux rieurs empruntés à son passé, elle trompait son entourage. Pourtant, gravé au fer rouge sur son coeur, était le nom de son frère qu'elle n'avait pu sauver. Mirza hanterait ses nuits pour les longues années à venir, elle le savait. Abân s'approcha, finissant de tresser les cheveux de sa soeur. Il déposa un baiser sur sa tête puis, en langage des signes, lui proposa qu'ils se rendent à la salle de bal. Le frère et la soeur ne communiquaient plus qu'ainsi. La mort de Mirza avait emporté avec elle la voix d'Abân. Et l'ancienne joie de vivre d'une famille heureuse.

Zeïna, au bras de son frère, jeta un regard à son reflet lorsqu'ils longèrent un mur troué de fenêtres. Ils avaient fière allure, tous deux vêtus comme leurs ancêtres. Ils avaient toujours rêvé d'être des princes et princesses perses, trônant fièrement à la tête d'un immense royaume comme le grand roi Darius. Un rêve qu'ils partageaient depuis leur enfance, forgé par les longues journées passées avec leur mère sur le site de Pétra, au milieu des montagnes de Jordanie. En plus du désespoir causé par la mort de Mirza, les deux jeunes gens de vingt ans se sentaient terriblement seuls, sur cette île au beau milieu de l'Atlantique. Eux qui venaient d'un pays chaud et poussiéreux, sec et abrupte, se retrouvaient au bord de l'océan, dans un château battu par les embruns, jouxté par une forêt aux conifères vivaces et verdoyants. Tout, sauf la Jordanie. Zeïna alla chercher deux verres puis, revenant vers Abân, lui en tendit un. Ils se regardèrent dans les yeux, l'ombre de Mirza passant dans leur regard. Puis ils levèrent leur verre, Zeïna murmura une rapide prière arabe, puis ils avalèrent leur jus à l'étrange couleur. Et maintenant, fais-moi danser, dit-elle avec douceur à son frère. Il avait beau être l'aîné des jumeaux, elle avait toujours été la plus mature et la plus protectrice. Et depuis le décès de leur frère, elle se rendait compte à quel point elle était perdue de ne plus avoir l'ombre rassurante et protectrice de Mirza sur eux-deux.
Revenir en haut Aller en bas
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 352
    ♦ PSEUDO : Lux. A bas l'anonymat.
    Féminin ♦ CREDITS : Riddle.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2011



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 18 Déc - 15:54



Ce qu’elle voulait être ? Quelqu’un d’autre. Quelqu’un qui n’était pas soumis aux contraintes qu’elle s’était imposée des années auparavant, quelqu’un qui ne devait pas laisser une image lisse parfaite d’elle à chaque instant. Quelqu’un qui ne prêterait pas attention à l’opinion des autres, qui vivrait pleinement sa vie et ses passions, sans que personne n’ait sur elle l’influence nécessaire à la suppression pure et simple de sa liberté. Voilà qui qu’elle aurait aimée être. Dans le passé, pour ne pas avoir perdu Isis et Ezra. Dans le présent, pour ne pas avoir à se contenter d’observer Gaël de lien. Dans l’avenir, pour se construire un futur beau et solide, rempli de passions et sans restrictions. Alors, ce quelqu’un d’autre, elle l’avait matérialisé comme elle l’avait pu : en changeant simplement son apparence. Ses longs cheveux blonds ondulés avaient laissé place à un carré brun tirant vers le roux, tandis que son style avait changé du tout ou tout. Elle avait laissé ses robes habituelles au placard, et était exceptionnellement vêtue tout de noir. Son bustier et son short ne cachaient pas pour autant un corps qu’elle chercherait toujours à mettre à son avantage. Par contre, les bijoux qu’elle aimait tant étaient restés dans sa chambre. A vrai dire, elle s’était demandée comment son costume serait perçu, mais personne ne viendrait lui demander de quoi il en retournait, elle en était intimement convaincue. Certains diraient qu’elle imitait une célébrité, d’autres qu’elle aurait simplement aimé changer de coiffure. Peu importait. Elle, elle savait. Et c’était avec difficulté qu’elle s’était accordé le droit d’exposer ses souffrances, à sa façon.

Ce soir-là, elle serait seule. Luce n’était plus là ; Billie avait ses propres plans ; Camil ne lui donnait plus de nouvelles ; et Nevada n’était tout simplement plus à Elderwood. Comme depuis la rentrée, c’était elle face à elle-même. Puisque Gaël n’était plus là, puisqu’elle n’était plus sûre de ce qu’elle souhaitait quant à leur relation. Donc si elle mettait les pieds à ce bal, c’était avant tout pour se montrer, en espérant être reconnue malgré son accoutrement. Et observer. Comme d’habitude.

Lorsqu’elle entra dans la salle de bal, son regard fit rapidement une inspection des lieux. Quelques têtes connues, d’autres un peu moins. Mais surtout : Gaël. Oh non, pas lui. Pas celui qui l’avait sauvée, pas celui pour lequel elle s’était trouvée faible. Pas celui qui semblait faire chavirer son cœur, alors que rien n’était possible. Voilà donc encore une des raisons pour lesquelles son rêve était d’être quelqu’un d’autre : pouvoir fréquenter qui elle souhaitait. Et Gaël n’était pas de ceux-là. On les avait vus quitter les termes ensemble, on les avait vus arriver à l’infirmerie ensemble, épuisés. Et on lui avait posé la question, à Nephtys. Mais elle avait toujours répondu de manière évasive, avant de finalement opter pour un « il m’a sauvée la vie, qui qu’il soit ». Alors, lorsqu’elle le reconnut du coin de l’œil, elle prit bien soin d’éviter de le regarder, et se mit soudain à prier pour que finalement, on ne la reconnaisse pas. Qu’Il ne la reconnaissait pas. Parce qu’elle devrait alors fuir son regard, en plus de s’appliquer à ne pas l’observer, juste un peu. Mais elle le savait : c’était peine perdue d’avance. Parce que Gaël partirait avec une autre fille. Et qu’elle ne pourrait pas s’empêcher d’être jalouse de cette pimbêche qu’il aurait choisie pour la soirée. Alors qu’elle, elle lui avait confié ses secrets, ses peurs, ses douleurs. Qu’elle s’était réfugiée dans ses bras. Et il choisirait une fille qui n’avait rien à dire, mais juste tant à lui faire. Il n’en avait que faire de ses sentiments, alors qu’elle avait trouvé un réconfort inégalable auprès de lui, tant pour son corps que son âme. Et tout cela, elle l’avait perdu le soir de l’attaque des lycans. Alors que certains avaient perdu un ou des êtres chers face au gouffre de la mort, elle s’était simplement retrouvée face à face avec son image. La choisir elle, ou choisir Gaël. Et vu qu’ils ne s’étaient plus donnés de nouvelles depuis ce soir-là, Nephtys avait bien compris que Gaël n’en avait strictement rien à faire. Elle n’était qu’une blonde parmi des dizaines d’autres. Une blonde qui lui avait confié ses secrets, comme à personne ; mais ça, il ne s’en était probablement pas rendu compte. Il l’avait juste sauvée, peut-être parce qu’il avait eu besoin de se prouver qu’il pouvait aider qui en avait besoin. Mais il lui manquait, aussi terrible cela était pour elle de se l’avouer. Le contact de sa peau lui manquait, son sourire lui manquait. Son souffle contre ses lèvres, ses mains sur ses hanches, son silence pendant qu’elle parlait –peut-être un peu trop… Il lui manquait, comme il lui avait manqué pendant ces deux longs mois de vacances. Mais bon, l'un d'eux avait choisi que leur relation avait assez duré. Le seul problème, c'est qu'elle ne savait pas trop à qui ce privilège était revenu.

Et là, il était là, à quelques pas d'elle à peine. Il lui suffisait de faire claquer ses talons pendant quelques secondes, et elle était à ses côtés. Mais il n'en n'était pas question. Aussi, elle se contenta de rejoindre le buffet qui était dressé un peu loin. Elle attrapa un sucrerie dont elle se délecta en se forçant à regarder d'un air dubitatif l'artiste qui se présentait pour ouvrir la soirée, en solo avec sa guitare. Et là, elle se rendit compte qu'elle était seule. Vraiment seule. A force de vouloir être entourée, elle ne l'était plus. Et cette idée la fit tressaillir alors qu'elle regardait des couples arriver, des groupes se former. Ce qu'elle redoutait maintenant ? Voir Isis... comme à chaque fois que la probabilité de la croiser dépassait 1, elle se força à redresser la tête et à regarder les autres d'un œil perçant, prête à montrer que même si elle était seule, elle régnait en maître sur cette salle qui, malgré tout, lui paraissait des plus hostiles.

_________________

    Did you forget ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 410
    ♦ PSEUDO : Cleiya
    ♦ CREDITS : Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 29/05/2012
    ♦ AGE : 26
    ♦ LOCALISATION : Terrain de Quidditch



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans, 6ème année, Anupam
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 18 Déc - 21:33

Spoiler:
 

Un bal ? Mais quelle bonne idée ! Une occasion parfaite de pouvoir changer les idées à Caleb qui, perturbé par la forme toute nouvelle de son patronus, lance des recherches actives sur les origines du Wombat et ses qualités. Mis à part sa jolie fourrure, il n'a vraiment rien à envier et ressemblerait presque à un ornithorynque mais dans le fond, l'Anupam trouve cet animal réellement classieux. Au moins, personne d'autre ne peut se vanter d'avoir un Wombat comme patronus ! Mais est-ce qu'un Wombat irait bien avec son idée de déguisement pour ce fameux bal ? Il pouvait assurément répondre que non étant donné que l'on associait Aladdin à Abu et qu'Abu était un singe de la race des sapajous provenant d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud, créature à des années lumières des Wombats de la race des vombatidae originaires d'Australie … Un dilemme se présentait à lui alors qu'il s'observait dans son miroir, vêtu à l'image de son héro de conte de fée préféré. Le bas de son corps recouvert d'un sarouel léger de couleur blanche rehaussé d'une ceinture en soie rouge, son torse à peine recouvert d'une espèce de gilet violet volontairement trop petit pour lui et impossible à fermer histoire de rester dans l'esprit du conte, des babouches au pied et un turban splendide agrémenté d'une plume violette ne tenant pas en place et tombant sans arrêt devant ses yeux l'obligeant à loucher tant qu'il ne l'a pas remise en place. Le costume était certes parfait, Caleb restait persuadé qu'il manquait une touche importante à sa tentative de sosie d'Aladdin mais … où pourrait-il se procurer un Abu ?

Une rose à la main, le jeune homme descendait les escaliers en croisant des Marie-Antoinette, James Bond, Princesses, Cléopâtre et bien d'autres. Il avait finalement abandonné l'idée de transformer une pince à linge en singe et arpentait fièrement les couloirs qu'il franchissait. La magie devait être venue en renfort puisqu'aucun des déguisements n'était foncièrement raté. Pas un fil qui dépasse, aucune trace de couture, zéro trou et pour le moment aucune tâche. Tout était parfait dans les couloirs d'Elderwood tant et si bien qu'il se serait cru dans une autre dimension. Distrait, saluant parfois quelques têtes connues, il avait finalement décidé d'aller au bal en solitaire et jetterait son dévolu au dernier moment sur la première fille qu'il croiserait à qui il confierait cette magnifique rose blanche faisant d'elle sa cavalière et ce même si elle était déjà accompagnée. Zeïna avait déjà refusé une fois alors qu'il s'était montré plutôt persuasif mais peut-être était-ce dû à la présence de Bella au même instant … Il avait appris récemment que ces deux jeunes filles étaient plus proches que jamais et croyait franchement que Bella se confiait à Zeïna ce qui expliquerait le refus de cette dernière. Cependant, Caleb ne s'était pas senti assez fort pour proposer directement à sa Bella surtout après ce qu'il s'était passé cet été … Cela faisait des années qu'il attendait que ce moment se produise et avait même décidé de faire le premier pas après avoir eu une vive discussion sur le sujet avec Rowan mais … Bella avait pris les devants et l'avait embrassé. Surpris, il n'avait pas su comment réagir et avait répondu maladroitement à son baiser de sorte que maintenant, il se sente horriblement gêné à chaque fois qu'il la croise. Il s'agissait là d'un comportement de collégien mais le pauvre Caleb n'y pouvait rien. Maintenant que le plan que leurs parents avaient fomenté commençait à prendre forme, il ne savait plus vraiment s'il était sincère ou s'il n'était qu'un pantin entre les mains des perfides maîtres de leurs vies.

Croisant des doigts pour ne pas la croiser en premier, il achevait de descendre les dernières marches le menant à la salle et, sautillant joyeusement vers une jolie brune qui lui tournait le dos et qu'il jugeait jolie à la simple vue de longue natte pendant dans son dos, décida qu'il venait de trouver sa cavalière. Ni une ni deux, sans réfléchir, il se dirigea vers elle et constata que son déguisement allait de paire avec le sien. Décidément, la chance était avec lui. Ainsi se glissa-t-il dans le dos de la mystérieuse inconnue et fit glisser la rose devant ce visage qu'il ne voyait pas encore. « Jeune et jolie demoiselle, me ferez-vous l'honneur d'être ma cavalière ? » À peine avait-elle esquissé un mouvement que le délicat parfum s'échappant de sa peau lui rappelait une odeur familière … Se figeant, il constata qu'il venait de tomber dans un perfide piège et qu'il devrait assumer son comportement de ces derniers temps, voire le justifier devant la jolie Bella déguisée en Jasmine. Son visage se décomposa quelque peu, retrouvant cet air gêné qu'il affichait presque en permanence et alors qu'elle se tournait vers lui, il sentit les battements de son cœur s'accélérer. Il avait beau être gêné, il ne pouvait s'empêcher de ressentir cette attirance singulière envers la jeune femme. Puisqu'il fallait bien dire quelque chose, ce fut en grattant maladroitement son crâne, ôtant son ruban un instant qu'il se décida à lui faire un compliment ne pouvant masquer son regard fuyant

« Bella … avant tout chose, laisse-moi te dire que tu es magnifique, comme à ton habitude. »

Viendrait ensuite le temps des explications mais, pour le moment, Caleb jetait un regard fuyant vers les personnes déjà présentes dans la salle de réception. Il put repérer Rowan qui arborait une magnifique robe de mariée que lui même aurait aimé porté s'il était une fille et ne se priva pas de lui adresser un sourire pour retrouver contenance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Happiness.
    Féminin ♦ CREDITS : Ava & Signa: Lux Aeterna ♥
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 29/11/2012
    ♦ AGE : 21



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans - 8e année - Maarifa Sihr
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 18 Déc - 23:01

J’ai toujours rêvé d’être…
Belladonna Ningishzida & d’autres

Tu te regardais dans le miroir, incertaine. Tu avais beaucoup hésité pour ton costume, tentant de véritablement démontrer ce que tu aurais toujours rêvé d’être. Tu faisais et refaisais ta natte depuis une bonne trentaine de minutes, ne la trouvant jamais satisfaisante. Le costume, par contre, était parfait. Des pantalons turquoise bouffants, avec des petits souliers de la même couleur dont le bout se retroussait d’une manière un peu comique. Un petit haut toujours turquoise dévoilant ton ventre plat, ton les bretelles tombaient élégamment sur tes bras. Ta natte était tenue par quelques élastiques turquoise qui faisaient bouffer tes cheveux entre ceux-ci. Tu portais des boucles d’oreille dorées ainsi qu’un collier de la même couleur, et un bandeau turquoise avec une pierre bleu sur le dessus de ta coiffure. Le résultat, très réaliste, te plaisait beaucoup, mais tu n’arrivais à rien de concluant avec tes cheveux, mettant et enlevant les élastiques qui les tiennent en soupirant. Tu t’étais maquillée en attendant, tes longs cheveux plats sur tes épaules, attendant d’être coiffés. À quelques minutes du bal, tu finis par réaliser ce que tu voulais, et c’est avec un soupir de soulagement que tu quittes ton dortoir, assez fière du résultat.

Tu souris à tous ceux que tu connais dans les corridors, riant à un costume, complimentant l’autre sur la beauté des tissus et l’harmonie des couleurs. Tu lances à plusieurs de tes amis qu’ils sont très élégants, histoire de leur donner un peu le moral avant qu’ils ne rejoignent leur cavalière. Toi, tu étais venue seule, en partie parce que tu espérais toujours que Caleb t’invite. Tu sais que Zeïna avait refusé son invitation, sachant ton attachement pour ton ami d’enfance. Seulement, tu avais l’impression que depuis cet été, rien n’était plus pareil, depuis que tu l’avais embrassé pour des raisons qui t’étaient encore floues. Troublée, gênée, ton comportement envers lui n’était plus le même, et sa gêne à lui était également palpable, et tu t’en voulais. Tu avais brisé votre amitié et tout ça pour quoi ? Faire plaisir à ton père ? Ça sonnait étrangement faux lorsque tu y pensais. Tu savais que ce n’était pas juste ça. Tu ne lui aurais pas infligé ça si ce n’était pas plus, tu en étais convaincue. Mais, voilà… Penser à plus revenait à avouer que ce n’était peut-être pas juste ton ami d’enfance, et tu avais peur d’être blessée, déçue, ou de le blesser, lui. Ou, pire, de ruiner votre amitié qui est si chère à tes yeux.

Tu savais qu’à un certain point, tu allais devoir t’expliquer, dire ce que tu ressentais. Et tu ne savais pas trop ce que tu devrais lui dire. La vérité, peut-être ? Lui dire que tu avais des papillons dans le ventre à chaque fois que tu le voyais ? Que tu ne pouvais t’empêcher de rougir dès qu’il posait les yeux sur toi ? Que tu adorais son rire et encore plus son sourire ? Mais bien sûr. Tout pour le mettre encore plus mal à l’aise qu’au départ. Tu avais donc croisé les doigts pour ne pas le croiser ce soir, n’ayant pas encore pris la bonne décision sur quoi lui dire exactement, incapable de mettre des mots sur tes sentiments. Tout ce que tu savais avec certitude, c’est que ce baiser, ce n’était pas rien, et qu’il t’avait ébranlé plus que tu n’oserais jamais l’avouer. Tu étais donc descendue dans la salle de bal, salué quelques personnes dont Nephtys et Rowan, s’apprêtant à rejoindre cette dernière, absolument magnifique dans sa robe de mariée. Seulement, une rose blanche apparaît sous ton nez, et tu souris en la prenant, tout en ignorant toujours qui était à l’origine de cette jolie fleur. « Jeune et jolie demoiselle, me ferez-vous l’honneur d’être ma cavalière ? »

La voix t’es tellement familière que tu te figes brusquement alors que, comme prévu, c’est Caleb que tu vois apparaître sous tes yeux. Et, encore plus surprenant, il est déguisé en… Aladdin. Bien sûr. Sa mère vous avait si souvent raconté ce conte que le personnage lui est probablement apparu comme une évidence, comme lorsque tu avais décidé de te déguiser en Jasmine. « Bella… avant tout chose, laisse-moi te dire que tu es magnifique, à ton habitude. » Voilà ton cœur qui s’emballe, tes joues qui rosissent, ton regard qui se baisse et qui fuit le sien. Tu frissonnes alors qu’il ne fait pas froid du tout dans la salle, et tu retrouves finalement ton sang-froid, réussissant à lui sourire. « Je serais ravie d’être ta cavalière. »

« Sometimes the love sees what is invisible to the eye. » ► H. Jackson Brown, JR
Code by AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 410
    ♦ PSEUDO : Cleiya
    ♦ CREDITS : Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 29/05/2012
    ♦ AGE : 26
    ♦ LOCALISATION : Terrain de Quidditch



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans, 6ème année, Anupam
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 18 Déc - 23:30

Entendre son souffle, ses respirations lentes et pesées et sentir tout son corps se tendre sous le coup de la surprise, voilà ce qui lui arrivait alors qu'elle se retournait vers lui comme au ralenti ... Comme si, une fois de plus et à l'image de leurs rencontres lorsqu'ils étaient enfants, chacun des moments passés ensemble les transportait dans une autre dimension dans laquelle ils étaient invisibles aux yeux des autres, inaudibles mais surtout où ils s'appartenaient l'un à l'autre. Ses yeux fixaient intensément ceux de la jolie Bella puis accordaient une importance particulière au déguisement qu'elle avait revêtu et qui la faisait ressembler comme deux gouttes d'eau à cette princesse de leur conte favori. Maintenant que sa mémoire lui revenait, claire comme de l'eau de roche, il voyait le choix de leurs costumes comme une évidence. Ils étaient destinés depuis toujours à se croiser, se donner l'un à l'autre et avoir plus ou moins les mêmes goûts. En ce qui concerne les histoires et contes, ils étaient toujours tombés d'accord sur leur favori : celui d'Aladdin. Et les voilà ainsi, aux portes d'entrée de l'immense salle, à se dévisager comme s'ils se rencontraient pour la première fois ou plutôt qu'ils tentaient de faire la part des choses dans la peau d'un autre, occultant pour un court instant les récents et fâcheux évènements les poussant à s'éviter.

Lui qui avait promis de toujours être là pour elle et ce quelques soient les circonstances se retrouvait là, à ne plus savoir quoi faire, ayant cru tendre une perche à une inconnue shoutée au polynectar, jouant avec ses sens et sa raison, lui faisant croire qu'il se retrouvait devant cette amie d'enfance qu'il croyait ne plus connaître aussi bien qu'avant maintenant qu'ils avaient franchi une étape dans leur vie. L'embrasser ... voilà une épreuve qu'il avait eu du mal à franchir tant et si bien qu'elle l'avait fait et qu'il savait pourquoi elle l'avait fait et c'était certainement cette raison qui le poussait à l'éviter et lui en vouloir un tantinet. Le père de Bella avait tendance à lui mettre la pression constamment et Caleb savait qu'elle était récemment entrée en opposition avec ce dernier et que, pour se faire pardonner, elle avait fait ce que l'on attendait d'elle ... mais à quel prix ? Se serait-elle attendu à ce que les choses tournent mal ? Bien que pour l'instant, rien ne soit réellement catastrophique surtout maintenant qu'ils se retrouvaient face à face à ne plus savoir quoi faire. Les choses devaient être éclaircies, clarifiées et purifiées. Se pouvait-il qu'un baiser sincère efface tous ces doutes perturbant leurs pensées à l'instant même ?

Rowan quittant son champs de vision, Caleb se retrouva pantois à ne plus savoir vers quelle direction regarder et, au moment où il abdiquait et s'intéressait de nouveau à elle au moment où elle lui répondait, il constata qu'elle aussi cherchait à fuir son regard. « Je serais ravie d’être ta cavalière. » Dans le fond, il s'en sortait bien mais il se sentait extrêmement con de ne pas agir avec sa légèreté coutumière, préférant se focaliser sur ses problèmes et pourtant, il avait horreur de se prendre la tête mais là, ce qui le touchait était bien trop important pour être ignoré. Il n'était pas lui même, tout simplement et ça, il n'aimait vraiment pas. Bella acceptait finalement d'être sa cavalière et de toute manière, elle n'aurait formé un joli couple avec personne d'autre puisqu'il était le seul Aladdin de la soirée d'après ce qu'il avait pu voir. Maintenant, il lui fallait agir à coup de vas y Caleb, t'es un homme nom d'une bouse de dragon intimés par sa conscience. C'est ainsi qu'il consentit à capter son regard en se mouvant légèrement dans son champs de vision, à l'endroit qu'elle fixait et lui tendit la main.

« Il faut que nous parlions, princesse. Vous permettez que je vous emmène dans un endroit ... plus tranquille ? »

Reprenant cette fâcheuse habitude qu'ils avaient de se vouvoyer à chaque fois qu'ils abordaient un sujet hilarant ou trop sérieux, il retrouvait ses marques et se sentait soudainement plus confiant. Entrerait-elle dans son jeu ? Accepterait-elle de faire face à leurs responsabilités maintenant qu'elle en avait l'occasion ? Quoiqu'elle décide, Caleb n'avait pas l'intention de rester dans le flou ou de la laisser partir. Ils passeraient la soirée tous deux et tout se passerait du mieux possible ... c'est ce dont, intérieurement, il essayait de se persuader.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mer 19 Déc - 11:10

La veille

Un bal costumé : voilà une charmante façon de commencer l’année en beauté. Question d’oublier pour un instant les longs mois de devoirs et d’examens qui s’annoncent, la menace constante d’une attaque de clébards enragés…et l’excuse parfaite pour faire complètement n’importe quoi (« c’était pas moi, mais mon personnage! »). Il aurait été prêt à donner gros pour être encore un simple étudiant…

Au lieu de quoi, il devait se souvenir de jouer au professeur, de garder la tête froide, et de tenter de ne pas trop attirer l’attention… Plan simple à priori, mais qui rendait caduque sa première idée de costume, à savoir, celle d’un loup-garou. Il espérait que quelqu’un d’autre s’en charge, question d’animer les choses…

Alors qu’il se dirigeait vers les toilettes, à la recherche d’inspiration et de soulagement, il eut la plaisante surprise d’y croiser Meleager

« Hey, Charles, ça va ? Qu’est-ce que tu fais ? »

« Je m’apprêtais à aller serrer la main à un ami intime. Et toi ? »

« Je m’apprêtais à te démontrer que je peux pisser plus loin que toi. »

« Pfff! Dans tes rêves. La seule chose que tu as du pompier, c’est l’attitude. Pas le boyau qui va avec. Je te parie ce que tu veux que je t’éclate! »

Ce dernier ce contenta de sourire, et poussant la porte de l’épaule, invita Charles à l’y précéder d’un geste de la main, bon joueur.


**********

Le jour du bal

« Non mais c’est pas possible… le mec il doit s’entraîner à chaque jour… ou alors il s’est fait poser une pompe… Saloperie de pari à la con… »

Au moins, Mel avait eu la générosité de régler son problème de créativité en lui suggérant une idée de costume qui, selon ses termes, ferait de lui la star de la soirée. Alors qu’il faisait son entrée, déguisé en jolie licorne blanche feutrée à la crinière rose, avec un splendide arrière train ajouté, agrémenté d’un sympathique cœur rose sur lequel on pouvait lire « 4ever ». Aussi discret que masculin…Quelle merveilleuse façon d’établir sa crédibilité, déjà chancelante, pour cette nouvelle année…

De toute façon, il n’y pouvait rien, et la meilleure façon de s’en sortir était de jouer le jeu. C’est donc la corne bien dressée qu’il répondait aux regards moqueurs par un sourire amusé. Parcourant la foule du regard, il se laissa naturellement séduire par le buffet… ainsi que la somptueuse inconnue qui y était plantée, seule, semblant hésiter entre l’angoisse, l’ennui et l’hostilité. Charles n’avait aucun souvenir de cette femme : il s’agissait très certainement d’une nouvelle employée de l’école. Nouvelle professeure ? Ou peut-être une nouvelle thésarde ? L’idée qu’il puisse s’agir d’une élève ne lui traversa jamais l’esprit. Esprit qui, de toute façon, évitait scrupuleusement toute forme de bon sens…

Il se dirigea donc vers Nepthys d’un pas convaincu, comme seule une licorne confiante sait le faire, et l’aborda comme lui seul savait le faire : avec tact, délicatesse, et sens de l’à propos...

« Bonsoir! Vous êtes une nouvelle employée ici? Vous allez voir, on se sent légèrement isolé au départ, ce que vous avez manifestement compris, mais on se fait rapidement intégrer à la grande famille. Faites juste gaffe à Meleager : il a tendance à avoir une haleine de cheval… »

Retirant le sabot en plastique qui l’empêchait d’utiliser efficacement sa main droite, il la tendit et poursuivit.

« Charles Taylor. Ravi de faire votre connaissance. On vous a prévenue qu’il s’agissait d’une soirée costumée? Ou bien si c’est juste à moi qu’on a transmis cette information ?... J’adore vos cheveux, ceci dit. »

Après lui avoir élégamment serré la main, il la détailla un court moment, avant d’enchaîner.

« Han han, je crois que j’ai compris! C’est un peu le même principe que l’astronaute qui se déguise en mettant son uniforme, hein ? Vous vous tenez là en parfaite femme fatale, suspicieusement seules, vous et votre silhouette signée "Vogue", attendant les coureurs de jupon pour les rembarrer acerbement, n’est-ce pas? Franchement une idée géniale, pour se faire accepter dans un nouvel endroit! Vous permettez que je participe ? Je veux dire, je veux bien être rembarré, pour vous réchauffer, mais après aller rejoindre vos potes et assister au spectacle ? Parce qu’il y a forcément un partenaire, sinon, c’est moins drôle. Le type là-bas, peut-être ? Il n’arrête pas de jeter des coups d’œil par ici depuis que je suis arrivé », dit-il en désignant Gaël du menton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 116
    ♦ PSEUDO : Ca commence par P
    Féminin ♦ CREDITS : Soft Frenzy
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 26/04/2011
    ♦ AGE : 38
    ♦ LOCALISATION : Dans son bureau ou dans la bibliothèque



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 31 ans ◘ Professeur de Mythologie ◘ Ancienne Salem
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mer 19 Déc - 19:58

◘•◘


Un peu de parfum vaporisé au creux du cou, un dernier coup de brosse pour réajuster sa coiffure et Trixie boutonna son gilet rouge à fleurs, le sourire aux lèvres. Le Bal serait un grand évènement pour tout le monde et ce tout le monde en avait bien besoin. Le souvenir de la précédente fête estudiantine demeurait bien sombre dans les esprits de chacun et les semaines qui lui avaient succédé plus encore.

Un baiser volé au Français plus tard, la voilà qui partait vers les lieux des festivités, aussi guillerette que possible. Oui, les marques resteraient gravées dans la chair mais il fallait sourire au jour pour réellement en profiter. Montrer une triste mine aux étudiants ne leur seraient d’aucun secours. Les professeurs devaient montrer l’exemple, même là. ◘•◘ Tu vas finir par le défaire. ◘•◘ Morigéna-t-elle sur un ton taquin, donnant une pichenette sur les doigts de Basile. Le voir s’emberlificoter les pinceaux avec son nœud papillon était une scène aussi attendrissante qu’amusante mais c’était le prix à payer pour atteindre le réalisme. Tous deux avaient convenus qu’ils incarneraient ce soir les brillants archéologues qui avaient localisé l’emplacement du tombeau de Merlin.

Un évènement exceptionnel qui avait gravé leurs noms dans l’histoire sorcière, ce qui n’aurait probablement jamais eu lieu sans cela. Clarimonde & Helmut Nassheuer, deux Autrichiens d’un autre âge. Le second avait épousé la première peu après leur découverte retentissante et ils avaient vécu vieux, enfouis en permanence dans la poussière des champs de fouille pour mettre la main sur de nouvelles pépites inestimables. C’est cela qu’ils avaient toujours rêvé d’être : des historiens. Des historiens renommés. Des historiens renommés pour avoir concilié mythe et réalité. Des historiens renommés pour avoir concilié mythe et réalité, vie professionnelle et vie privée. Des historiens renommés pour avoir concilié mythe et réalité, vie professionnelle et vie privée, avant de convoler ensemble en juste noces et vieillir l’un avec l’autre. Eh oui. Coïncidence ? Je ne crois pas.

Ses prunelles claires balayèrent l’assemblée avec curiosité. Apprendre des autres en découvrant une facette de leur personnalité était quelque chose d’enrichissant. Leatrix s’intéressait toujours beaucoup à autrui, effectivement, jugeant que, pour vivre harmonieusement en société, ne se préoccuper que de son nombril n’était pas judicieux. ◘•◘ Je n’ai pas encore vu d’imitateurs, mais je te parie une bouteille que nos costumes seront les plus réalistes. ◘•◘ Mon chéri, je te parie deux bouteilles que nous serons les seuls costumés ainsi. ◘•◘ Renchérit l’enseignante, coulant un regard malicieux vers son compagnon. Loin d’elle l’idée de sous-entendre que leur choix était saugrenu mais elle reconnaissait objectivement qu’il était relativement pointu et que, compte tenu du large panel dont chacun disposait pour faire le sien, les probabilités que plusieurs aient songé aux Nassheuer, en couple qui plus est, s’avéraient minces.

Près de Basile, lui-même près du buffet, Leatrix leur attrapa deux jus de fruits et tendit son verre au professeur. ◘•◘ On ira danser plus tard, si tu veux. ◘•◘ Un …, entama la jeune femme, opérant le décompte sur ses doigts, deux …. Trois. Une moue d’enfant fier de son entourloupe ourla ses lèvres ; l’Américaine voulait prendre les choses de manière légère. Puis-je considérer que nous sommes « plus tard » ? ◘•◘ Après tout … Pourquoi pas ? Danser lui avait toujours plu, avec un faible pour la country, il fallait l’avouer. ◘•◘ Tu sais comment Haley sera déguisée ? Peut-être qu’elle aura mis un costume à Levi aussi. ◘•◘ Elle m’en fait la surprise, figure-toi, aussi, je m’attends à tout sauf quelque chose d’ordinaire. Après, étant donné sa passion pour le surf, il est également possible qu’elle débarque en tenue de professionnelle. ◘•◘ Emit-elle. Enfin, Haley était tout de même bien partie pour gravir les échelons de la gloire sachant qu’elle s’y trouvait déjà bien placée. ◘•◘ Alors à moins de déguiser Levi en bouée … Ce qui serait davantage une idée de Sonechka, à la réflexion. Une « bouevi » ou quelque chose du style, Leatrix l’entendait dire comme si la rouquine était à côté d’elle. A propos d’elle, une idée de son déguisement ? ◘•◘ Poursuivit la sorcière, particulièrement curieuse. Certains de ses élèves ne manqueraient pas de les surprendre, l’Américaine en était convaincue.

Portant le verre à ses lèvres, non sans avoir préalablement proposé à Basile de trinquer, Trixie observa les nouveaux arrivants, ses yeux s’arrondissant progressivement à la vision d’un de ses collègues, avant de partir dans un fou-rire qu’elle tenta de camoufler vaille que vaille. ◘•◘ Tu sais tricoter ? ◘•◘ La phrase du Français lui échappa à moitié alors qu’elle s’étouffait avec une gorgée de jus d’orange. Res-pi-rer. Len-te-ment. Ou la soirée commencerait déjà sur les chapeaux de roues.

◘•◘
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 147
    ♦ PSEUDO : Zadig
    Féminin ♦ CREDITS : Hell Highway, Sign: Phil
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 10/10/2009



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: dix-neuf ans, 7ème année. Yolihuani
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Jeu 20 Déc - 15:09

Rêver. C’était une notion qui sonnait étrangement aux oreilles d’Andrea Braxton et qui n’avait cessé de la tourmenter dès qu’elle avait posé les yeux sur le thème de la soirée. Qui avait-elle rêvé d’être, en fin de compte ? Ses pensées s’étaient trouvées parasitées par des dizaines de personnages historiques, tous parfaitement merveilleux mais également parfaitement morts. Et quoi qu’on puisse en dire, si Andrea avait toujours tendu à la perfection, elle n’avait jamais rêvé d’être un mort.
Ainsi, après plusieurs heures de réflexion, la Brésilienne avait conclu que non seulement elle n’avait jamais rêvé d’être quelqu’un d’autre mais qu’elle n’avait de toute façon jamais vraiment rêvé et que par conséquent, la réponse s’imposait d’elle-même : Elle avait toujours rêvé d’être elle-même. A ceci près que son sang serait pur sur tout la ligne. Cela ne revenait pas à être Céleste, une pauvre créature condamnée à la médiocrité et aux frasques pour se faire remarquer, celle qui ne connaît pas son rang et se voit dans l’incapacité de le garder… certainement pas. Andrea restait elle-même mais son patrimoine génétique se serait épuré, comme par magie, comme si elle pouvait racheter les fautes de sa mère en rêvant un peu.
Apprêtée comme pour l’un de ces traditionnels gala de charité où la mascarade, parée de ses plus beaux atours de faux dévouement côtoyait sans pudeur la misère humaine sous couvert de philanthropie, Andrea avait posée le pied dans la salle de bal accompagnée de Moïra et n’avait pu s’empêcher d’établir un parallèle probablement faussé entre ces réceptions et ce bar au bord de l’indécence. Elle ne niait pas l’envie de chacun de reprendre une vie normale, d’oublier les traces de sang qui avaient éclaboussé les murs quelques mois plus tôt mais elle n’en avait pas encore la force. Faire semblant ne l’avait jamais gêné, par habitude, mais jusque là on ne lui avait jamais demandé de faire semblant d’être vivante ou de continuer de vivre. A l’heure actuelle, elle vivait encore dans un passé révolu et ses nuits se peuplaient de créatures aux dents longues.
Comme à chaque fois qu’elle avait peur, la Yolihuani parcouru distraitement de l’index la vieille cicatrice qui lui barrait l’avant-bras, fronçant les sourcils sur son regard déjà sévère.
▬ Je sais que c’est une soirée placée sous le signe de l’amusement. Mais une licorne… Sérieusement ? Claqua-t-elle à l’attention de sa camarade en indiquant le professeur de Duel, avec toute la véhémence dont elle était capable. S’il a toujours rêvé d’être une créature aussi inutile que niaise, il ne me semble pas avoir sa place ici…
Les regarder virevolter partout dans une effusion de stupidité débordante d’hormones lui donnait la nausée et elle s’agrippa un instant aux plis de la robe portée par Moïra. Le contact du tissu sous ses doigts et surtout la présence induite de celle qui l’avait soutenue durant les derniers mois la rassura et elle releva doucement le menton. Elle donnerait encore le change et le temps ferait le reste.
▬ Enfin, la moitié du personnel n’a pas sa place ici. Ajouta la Brésilienne dans un haussement d’épaules. Je vais aller me servir un verre, tu me rejoins ? Demanda-t-elle, ses prunelles croisant celles de Moïra pour l’interroger du regard, sous-entendu « ou préfères-tu attendre ton je-ne-sais-quoi de Nkiruka ? ». Son compatriote n’était pas ce qu’elle aurait pu qualifier de convenable mais à cette période, s’il permettait à Moïra de rester solide et par extension, à elle de rester la tête hors de l’eau, elle ne cracherait pas dans la soupe et ne blâmerait personne, se contentant d’admirer la déchéance du genre humain jusqu’à ce qu’elle s’en lasse. Ou qu’on vienne la tirer de sa contemplation.


_________________
Watch me fall
You let it slip, so get a grip, There's no one else to blame for this, Now walk around this lonely town, Where every smiling face just brings you down, Just brings you down.Stick around and watch me fall apart, Watch me lose the game that I made up, Stick around whilst I default the loan, Watch me reap the pain that I have sown. Hard-fi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 50
    ♦ PSEUDO : Côt
    ♦ CREDITS : CÔT
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 08/08/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Ven 21 Déc - 1:04

Lorsque la fête avait lieu, Marie-Coquelicot n’était généralement pas en reste, surtout lorsqu’elle était déguisée. Elle n’était pas de celles qui aimaient la débauche pour le plaisir de s’afficher à moitié nue en pleine soirée arrosée mais les effusions d’amour et de joie lui apparaissaient comme d’évidents signes que le Seigneur était toujours là. Et Marie avait bien besoin de voir qu’il les accompagnait toujours tant la tragédie l’avait fait douter. Cette fois, personne n’aurait pu la détourner de la fête pour l’envoyer errer dans un lieu absurde, du moins pas pour longtemps. Elle s’était bien retrouvée toute seule à couiner sur la plage, croyant à une nouvelle édition de la Beach et que personne ne l’avait encore attendue. Puis la Princesse avait réfléchi, ce qui ne lui arrivait pas vraiment souvent et rarement avec succès et s’était souvenue.
Vêtue d’une robe extravagante aux couleurs acidulée, oscillant entre la représentation « j’ai toujours rêvé d’être un bonbon » et « j’ai toujours rêvé d’être un princesse inutile », la petite Française avait finalement pénétré dans la salle de bal d’un pas léger et gracieux. Son déguisement n’était pas vraiment élaboré quand on connaissait l’adolescente mais le choix avait été difficile et pas seulement parce qu’il lui demandait de connecter plus de deux neurones en même temps.
Marie-Coq n’avait jamais vraiment voulu être quelqu’un d’autre, dans un certain sens. Elle rêvait déjà éveillée alors le thème n’avait pas vraiment eu de sens à ces yeux. La réflexion avait été difficile, elle admirait Jésus, mais jamais elle ne se serait sentie à la hauteur de le représenter, de même que la Vierge Marie. Bien que Marie-Coq soit vierge elle-même, ça n’était pas la question.
Dans l’absolu, la Française avait toujours rêve d’être une jolie princesse, celle qui passerait son bras autour de celui d’un Prince qui lui était entièrement dévoué, celle dont la grâce éblouirait chacun. Elle avait déjà la robe à froufrous, le reste ne devrait pas tarder à arriver. Son regard émerveillé vogua sur la salle joliment décorée et elle avisa une licorne, étouffant un cri de surprise au bord de l’euphorie. Elle se serait immédiatement jetée dessus si ladite créature merveilleuse ne s’était pas trouvée en pleine hum… discussion avec une jolie blonde.
Ses camarades avaient tous revêtus des costumes résolument surprenant ou féérique, ses yeux bleus avaient commencé pétiller lorsque Jasmine et Aladdin s’étaient rapprochés comme dans un film et elle n’avait pu s’empêcher de battre des mains comme une gamine de six ans, parfaitement excitée par la scène qui se jouait devant ses yeux.
Puis son regard avait quitté le couple fantastique pour se poser sur celui que formait Basile et Madame Campbell et ses lèvres rosées s’étaient entrouvertes pour laisser échapper un magnifique « Oooooooooooooohhhhh » (Diane style) entre l’attendrissement et l’émerveillement. Il ne lui avait fallu que quelques secondes pour qu’elle virevolte à son tour dans la salle de bal à la recherche d’un Prince solitaire, gratifiant toute personne croisée de remarques parfaitement niaises.
▬ C’est une fête merveilleeeuuuse ! … Ton costume est très joli ! … Et toi tu es quoi ? Moi je suis une Princesse Au cas où personne n’aurait vraiment remarqué. Monsieur de Directeur de la Roche-Guyon et Madame Campbell forment un trèèès joli couple ! … Le tout ponctué d’une envolée de rire tenant plus du gloussement.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 137
    ♦ PSEUDO : Phil
    Féminin ♦ CREDITS : Luna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 17/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Là où vous vous y attendez le moins.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 16 ans ♣ 4e année ♣ Anupam
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Ven 21 Déc - 13:46

♣●♣●♣


« Ce que j’avais toujours rêve d’être » ... Et puis quoi encore ? Ils étaient payés pour leurs crétineries, les enseignants et la direction ? C’était ça, le critère de sélection ? Eh ben, ils auraient pu nous prévenir qu’ils offraient des carrières toutes faites à des abruties comme Stark. Non, pas Stark. Enfin, si, Stark mais je n’avais pas envie de parler de Stark, ne me faites pas dériver. BREF. Leur initiative était débile comme à peu près tout ce qui sortait de leur crâne, chez les grands pontes, je n’en démordrais pas. Et, non contents de jouer les marioles en permanence, ils trouvaient toujours un moyen biscornu pour nous faire tomber dans leurs délires. Genre, je n’avais que ça à faire. Bien sûr.

Le pire était que si, nous ne nous pliions pas à leurs illuminations obscures, ils bouderaient tels des enfants capricieux, dissertation sur l’ingratitude de la jeunesse et la décadence de notre époque à l’appui. Pourtant, à moins qu’ils ne soient également devenus amnésiques, leur précédente fête miteuse ou leur initiative pitoyable de soirée détente aux thermes, qui avait mené à ça en parquant le plus possible d’entre nous dans un garde-manger géant, ils n’avaient résolument pas de quoi pavaner.
Bref. Ils brillaient une fois de plus par leur stupidité congénitale et c’est de bien mauvaise grâce que je me pliai aux consignes. « Ce que j’avais toujours rêvé d’être », je le construisais au fil des jours, un point c’est tout. Je n’avais aucune fichtre idée du reste. Mon métier futur ? A déterminer. Ma vie familiale ? J’avais autre chose en tête que le nombre de gamins que j’élèverais et la race de mon premier chien. Sérieusement. « J’ai toujours souhaité devenir la parfaite ménagère, entourée de bambins et d’animaux », tu parles. Puis, des gosses, non seulement, j’avais largement le temps de voir venir mais aussi il fallait légèrement être deux pour les concevoir et ça … Soit. Bouclez-la.

Pour résumer, le thème était d’une nullité criante, mais je ferais malgré tout un effort. Je m’étais penchée sur les sorcières célèbres, talentueuses et reconnues pour leur parcours remarquable. Quitte à rêver d’être quelqu’un d’autre que soi, autant faire dans le panache. Mon choix se porta sur Circé, ensorceleuse aux multiples talents qui avait pour charmante habitude de métamorphoser les âmes égarées sur son île en animal. Si la plupart de ses pensionnaires prenaient une seconde peau porcine, bon nombre de mes propres camarades vireraient certainement cafards ou poulets lobotomisés.

En tenue d’époque, j’entrai dans la salle en compagnie d’Andrea, réprimant à grand peine une grimace méprisante. M’était avis que cette soirée crèverait les plafonds de l’absurdité, ce que les premiers mots de ma complice confirmèrent. ♣●♣●♣ Je sais que c’est une soirée placée sous le signe de l’amusement. Mais une licorne … Sérieusement ? ♣●♣●♣ Leur amusement frôle l’indécence et leur imagination, le pathétique. ♣●♣●♣ S’il a toujours rêvé d’être une créature aussi inutile que niaise, il ne me semble pas avoir sa place ici … ♣●♣●♣ Cela t’étonne encore, darling ? ♣●♣●♣ J’étais réellement curieuse d’apprendre lesquels avaient réellement leur place ici parmi toute cette bande de branquignoles. Réprimant un énième soupir, je posai brièvement ma main sur celle d’Andrea en la sentant agripper ma robe. Ils semblaient tous respirer le bonheur, les petits papillons roses et la guimauve ; j’avais uniquement l’impression qu’ils empestaient l’hypocrisie, le je-m’en-foutisme et l’inconscience. ♣●♣●♣ Enfin, la moitié du personnel n’a pas sa place ici. ♣●♣●♣ Tu es trop gentille, Drea, beaucoup trop. Cite-moi un seul à sortir du lot, hm ?, opposai-je. Regarde déjà rien que ces deux-là. Combien de temps nous donnes-tu avant d’entendre des roucoulements débiles ? ♣●♣●♣ Renchéris-je en désignant du menton le couple d’amoureux des fossiles et autres vieux machins qui ronronnaient de bons sentiments non loin.

C’en était écœurant, presque. ♣●♣●♣ Je vais aller me servir un verre, tu me rejoins ? ♣●♣●♣ Où veux-tu que j’aille d’autre ?, notai-je en haussant les épaules. Phrase véridique qui aurait pu rester crédible si je n’avais pas balayé la pièce du regard avec une attention suffisamment nette pour indiquer que je cherchais quelqu’un en particulier et ne passais pas simplement ma curiosité. Me raclant la gorge, je repris. Arrogance devrait nous rejoindre d’une minute à l’autre. Tu la vois ? ♣●♣●♣ Et, oui, Arro avait une jumelle maléfique à Nkiruka mais ceci était une autre histoire.

♣●♣●♣
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maarifa Sihr

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 352
    ♦ PSEUDO : Lux. A bas l'anonymat.
    Féminin ♦ CREDITS : Riddle.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2011



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Ven 21 Déc - 22:57

La soirée promettait d'être longue. Très longue. Tout le monde se retrouvait, échangeait sur la beauté des costumes et du décor. Ce soir était supposé être un hymne à la renaissance et à l'espoir, mais pour Nephtys, il semblait surtout apporter ennui et anxiété. Le fait d'être seule la rendait incroyablement vulnérable, et ses craintes s'accumulaient au fur et à mesure qu'elle réfléchissait aux possibilités d'événements à venir. Isis ou Ezra pouvait débarquer -voire les deux en même temps-, la voir seule et l'interpréter comme une victoire. Billie passerait peut-être, elle n'en savait rien, mais la voir lui rappelait à chaque fois que l'élément qui les avait soudées avait toujours été Luce, et que sans elle, plus rien ne serait pareil. Celle qu'elle aurait aimée croiser plus que tout ce soir-là était Nevada mais le fait était qu'elle ne mettrait plus jamais les pieds ici. L'année qui commençait semblait se profiler comme cette soirée : morose, remplie de regrets, de remords, d'inquiétudes, et de solitude. Voilà tout ce qui trottait dans l'esprit de la rousse d'un soir ; voilà pourquoi son cœur s’emballa lorsqu'elle entendit une voix masculine s'adresser à elle. Elle fronça les sourcils quelques instants, un petit chocolat à la main, écoutant son interlocuteur parler. Ce n'est que lorsqu'elle réalisa ce qu'il racontait qu'elle se rendit compte que quelque chose ne collait pas. « Bonsoir! Vous êtes une nouvelle employée ici ? Peut-être qu'elle aurait du se douter du soucis à ce moment-là, mais non, elle ne répondit rien et se contentait d'essayer d'associer le visage qui se cachait sous le costume à une quelconque connaissance. Parce oui, elle, elle le connaissait, c'était sûr. « Vous allez voir, on se sent légèrement isolé au départ, ce que vous avez manifestement compris, mais on se fait rapidement intégrer à la grande famille. Faites juste gaffe à Meleager : il a tendance à avoir une haleine de cheval… » Meleager... Un peu comme Meleager Baskerville, son professeur de potion ? Qui d'autre qu'un autre professeur pouvait l'appeler par son prénom ? Oh non, un prof. « Charles Taylor. Ravi de faire votre connaissance. On vous a prévenue qu’il s’agissait d’une soirée costumée? Ou bien si c’est juste à moi qu’on a transmis cette information ?... J’adore vos cheveux, ceci dit. » Oh, merde. La soirée venait tout d'un coup de perdre tout son ennui, pour laisser place à une anxiété plus que palpable. Comment réagiriez-vous si votre professeur vous prenait pour quelqu'un d'autre ? Nephtys se contenta donc de lui serrer la main d'un air assuré avant de répondre vaguement. « Je sais, je vous connais. Mais je suis déguisée, vous savez... Et venant d'une licorne, je suis pas sûre que l'haleine de cheval soit si péjorative que ça, si ? » Et le professeur continuait déjà sur sa lancée, alors qu'elle accepta volontiers le compliment sur ses cheveux, dans lesquels elle passa une main pour les recoiffer rapidement. Elle avala son chocolat et l'écouta, cherchant vivement quelle parade utiliser. « Han han, je crois que j’ai compris! C’est un peu le même principe que l’astronaute qui se déguise en mettant son uniforme, hein ? Vous vous tenez là en parfaite femme fatale, suspicieusement seules, vous et votre silhouette signée "Vogue", attendant les coureurs de jupon pour les rembarrer acerbement, n’est-ce pas ? » disait-il alors qu'elle ne retint que le fait qu'elle avait une silhouette digne de figurer dans Vogue. Et qu'elle avait une allure de femme fatale. « Donc pour vous, je suis déguisée en moi-même, c'est bien ça ? Ce serait un peu orgueilleux de ma part, non ? » Mais venant d'un de ses professeurs, le fait qu'il parle d'elle de la sorte la gêna. Parce qu'elle respectait la hiérarchie, et qu'on ne jouait pas avec. Oui, aussi étrange que cela pouvait paraître, si Nephtys respectait quelque chose, c'était bien la hiérarchie, et, dans ce cas précis, les relations qu'elle entretenait avec chaque membre du corps enseignant. « Franchement une idée géniale, pour se faire accepter dans un nouvel endroit! Vous permettez que je participe ? Je veux dire, je veux bien être rembarré, pour vous réchauffer, mais après aller rejoindre vos potes et assister au spectacle ? » Nephtys fronça les sourcils à nouveau, l'écoutant quelques instants en attrapant un nouveau chocolat, pour finalement l'interrompre. « Je vais être obligée de vous arrêter là, vous êtes parti sur une mauvaise piste... » Mais il finit sa phrase, qui la laissa pétrifiée alors qu'elle avait suivi le mouvement qui désignait la personne dont il parlait... « Parce qu’il y a forcément un partenaire, sinon, c’est moins drôle. Le type là-bas, peut-être ? Il n’arrête pas de jeter des coups d’œil par ici depuis que je suis arrivé » La voilà maintenant qui le regardait, alors qu'elle avait tout fait pour éviter ce moment. Elle ne s'intéressa même pas au costume qu'il portait, mais plutôt à ses gestes, à ses regards qui se portaient sur d'autres jeunes femmes... « C'est l'effet licorne et cheveux roux, ça. C'est un combo de déguisements qui ne font pas l'unanimité. »

Se forçant à revenir à son interlocuteur, un nouveau problème se posa. Elle était embourbée dans ses explications. Et elle regrettait son déguisement. Parce que si elle n'était pas ce que le professeur Taylor avait pensé -et qu'elle en était en réalité le total opposé-, il lui faudrait l'expliquer. Clairement, elle ne pouvait plus échapper à la question. Et si elle avouait être Nephtys Castel et vouloir être n'importe qui d'autre, toute son image s'effondrerait. Et puis le dire à un professeur était presque aussi dramatique pour elle que de l'avouer à Isis. Impensable. « Vous ne trouverez jamais qui je suis, hors de cette salle ou ici. Mais vous me connaissez. » conclut-elle à la question en croquant dans le chocolat, jetant au professeur un regard de défi, se demandant s'il finirait pas trouver qui se cachait sous les cheveux roux. Mais la vérité était qu'elle préférait éviter ce moment. Alors... « Mais j'aimerais comprendre pourquoi le rêve d'un professeur serait d'être une licorne. Vos élèves vous donnent autant de fil à retordre que ça ? » Avec un sourire, elle avala son chocolat en lançant un regard à Gaël. Peut-être qu'il était temps de passer à autre chose, à un jeu sans conséquences, au moins pour ce soir... Puisque son ancien jeu semblait avoir eu raison de ses faiblesses et avait fini par la détruire à petit feu, lui aussi. Et sourire à cet homme, bien qu'il soit un de ses professeurs, ne ferait que lui faire oublier quelques instants que Gaël cherchait à ce moment précis une jeune femme avec laquelle passer la nuit.


_________________

    Did you forget ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 389
    ♦ PSEUDO : C'toi le pseudo !
    Féminin ♦ CREDITS : Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 25/04/2010
    ♦ LOCALISATION : Probablement à l'infirmerie ou derrière les fourneaux.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: Médicomage d'Elderwood, professeur de soins et introduction à la médicomagie, et de cuisine et charmes gastronomiques ; ancienne Salem ; 28 ans.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 23 Déc - 18:13

Once upon a time, I could have been a princess.


Ce que Savannah Dawkins rêverait d'être ? Vous ne voyez vraiment pas ? Et maintenant que vous la voyez passer la haute porte de la salle de bal, vous ne visualisez toujours pas ? Si, quand même ? La robe de princesse doit vous parler, au moins. Les cheveux bouclés qu'elle a relevé au dessus de sa tête dans un chignon approximatif ne sont pas sans évoquer le temps qu'elle a passé à se préparer. Le fin bandeau de mousseline foncée qui couvre ses yeux bleus a été réfléchi pour s'accorder parfaitement à la longue et bouffante robe. Il ajouterait un peu d'anonymat, qui, avouons-le, n'était pas suffisant. Ce costume, elle y a réfléchi depuis que le bal et sa thématique ont été annoncés. Elle y a travaillé comme Cendrillon et ses souris se sont chargés de lui préparer sa robe de bal. Aucun détail n'a été laissé de côté, et si vous vous rendez dans son appartement ce soir-là, vous croiserez très certainement différents dessins, plus ou moins peaufinés, représentant des robes de princesse diverses et variées. Mais elle s'est finalement décidée pour du noir, une couleur foncée qui aurait l'avantage de la laisser se noyer dans la masse, à défaut de pouvoir en dire autant de l'envergure de sa robe. Elle n'a pas fait la folie de mettre des talons et s'est contentée de ballerines, noires toujours, qui étaient savamment cachées sous l'épaisseur des couches de tissus qui lui tombaient sur les jambes et les pieds.

Au moment de franchir la porte, cependant, un petit élan d'anxiété. En quoi chacun s'était-il déguisé ? Était-elle aussi ridicule qu'elle en avait l'impression ? Probablement. Mais il était trop tard pour faire machine arrière et revenir à l'idée basique de se déguiser en médicomage. Et puis, qui de sain d'esprit aurait l'idée farfelue de se déguiser en lui-même ? C'était un brin arrogant, n'est-ce pas ? Au moins, elle était à peu près sûre de ne jamais être princesse, pas plus dans l'avenir que maintenant. Et elle suivit le flux de foule vers la salle de bal.

Une fois entrée, elle ne put s'empêcher de s'arrêter, provoquant un merveilleux embouteillage et en engendrant par la même occasion une pluie d'insulte à son encontre, qu'elle ne releva même pas. La salle était majestueuse. Ils s'étaient vraiment surpassés. Et là, elle se sentait encore plus l'âme d'une enfant que tous ces jeunes qui l'entouraient. Elle avait vraiment l'impression d'être une princesse. Sauf que personne ne s'inclinerait sur son passage, puisque personne n'était au courant qu'elle en était une. Mais ce n'était pas ce qui comptait. Ce qui comptait, c'était ce sentiment de bonheur intense qui envahissait son cœur alors qu'elle se sentait heureuse comme rarement depuis des mois. Ne manquait que le prince charmant, et ça, ça restait en stand-by, mais pour le moment, elle s'en contentait. Parce que la situation se prêtait à rêver et ça, pour son esprit qui se plaisait à vagabonder dans les nuages, c'était un pur moment de bonheur à l'état brut. Et elle avait d'ailleurs glissé dans une lettre à un certain serveur qu'il se tramait un bal de rentrée... Mais elle était à peu près sûre qu'il n'était pas conviée officiellement. Il ne viendrait donc pas, et elle serait donc une princesse sans prince, ce soir. Un peu comme tous les soirs. Sauf que cette fois, il y avait eu tout un échange de lettres. Il y avait eu cet espoir qui avait grandi au fur et à mesure des mois. Parce qu'il n'avait pas eu à lui répondre en premier lieu, et qu'il l'avait fait. Donc quand vous avez cette état d'esprit savannien, et bien, vous êtes alors foutu. Vous vous mettez à élaborer des tas de scénarios, parmi lesquels les plus improbables. Mais ce n'était pas pour autant qu'elle l'avait revu depuis la rentrée. Elle avait été débordée, et elle avait malgré tout de nombreuses fois regardé par sa fenêtre en direction de l'île commerçante. Elle avait donc continué à lui écrire. Mais en conclusion, ce soir-là, elle serait une princesse sans prince, mais avec des rêves plein la tête.

Une fois passé le moment d'émerveillement, le regard vers le lustre et la salle qui s'emplissait rapidement, Savannah se décida à rejoindre un coin plus calme que l'entrée. Elle salua de loin Leatrix, qui était en compagnie de Basile de la Roche-Guyon, et qu'elle ne souhaita donc pas importuner. Elle observait quelques têtes connues un peu partout, mais tout le monde était occupé. Elle se posta donc près du buffet, dans le simple but de se retrouver un peu plus au calme. Seulement, son regard se porta sur... une licorne, à quelques mètres d'elle seulement. Elle ne voyait pas de qui il s'agissait, mais elle discutait avec une inconnue aux cheveux étranges. Savannah explosa de rire et porta aussitôt sa main devant sa bouche avant de se forcer à croquer dans une pâtisserie pour atténuer son rire. Rire nerveux, sans doute aucune. Qui rêverait d'être une li... « Cloée ? » se demanda-t-elle à elle-même en mâchant. Mais le gabarit ne correspondait pas. Le mystère restait donc entier. Et Savannah se força à laisser son regard vagabonder ailleurs, juste pour ne pas rire à nouveau. Elle ne voyait ni Lovleen, ni Fedor, ni Chen, ni aucun de ses amis proches, mais à dire vrai, son bandeau de mousseline l'ennuyait un peu, et la foule se faisait de plus en plus dense. Si quelqu'un aurait besoin de soins médicaux ce soir-là, elle était à peu près sûre que ce serait elle. L'atmosphère était de plus en plus oppressante, la musique de plus en plus forte, et elle se sentait noyée dans une population bien trop nombreuses pour retrouver ceux qui sauraient la détendre. Alors elle croqua à nouveau dans sa pâtisserie en se surprenant à se demander si Iordan avait bien reçu sa lettre, et à l'ambiance désertique qui devait régner chez Gerry ce soir-là. Elle finit par retirer le morceau de mousseline qui s'accrochait dans ses cils et se risqua à tenter de l'enrouler en guise de bracelet de fortune autour de son poignet, non sans pester contre sa maladresse, levant un œil de temps à autre sur la salle et ses occupants, afin de vérifier que tout se passait bien, et qu'il n'avait pas besoin d'une Savannah médicomage, au lieu d'une princesse Savannah totalement inutile.

_________________
    Letting everyone down would
    be my greatest unhappiness.

    "One only understands the things that one tames," said the fox. "Men have no more time to understand anything. They buy things all ready made at the shops. But there is no shop anywhere where one can buy friendship, and so men have no friends any more. If you want a friend, tame me ..."


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 60
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Féminin ♦ CREDITS : © Zadig & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 01/07/2012
    ♦ LOCALISATION : En salle de conférence, au Sea Palace ou près de l'infirmerie



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Dim 23 Déc - 18:52

Il avait fallu un détour de couloir et une sortie un peu brusque d’étudiants pour que je tombe dans les bras de Fedor. Au sens propre, bien évidemment, nous nous étions retrouvés nez à nez, bousculée que je l’avais été par un première année un peu trop impatient. Sourire échangé et quelques paroles, j’étais attendue pour une conférence et lui avait à faire, ce qui expliquait ce long moment sans nous croiser. Cela faisait une impression étrange étant donné que cet été, il ne s’était guère écoulé plus de dix jours entre chacune de nos entrevues. Je m’assurais qu’il allait bien ou en tous cas, aussi bien que possible et il m’avait fallu m’éclipser, mais pas avant qu’il ne m’ait demandé si je comptais me rendre au Bal qui se tenait à la fin de la semaine et si le passer en sa compagnie me plairait. La réponse, coulant de source, ne prit qu’une fraction de seconde et je repartis, non sans déposer un baiser sur sa joue. Il m’avait manqué, aussi brève qu’ait été notre séparation. J’avais chassé les quelques réflexions d’Oksana qui m’était revenues en mémoire pour aller dispenser le cours pour lequel on me payait avant de retrouver le restaurant et les piques acides rythmant les journées de notre joyeuse troupe.

L’occupation de ce début d’année m’avait permis de m’occuper l’esprit sans qu’il ne s'envole trop vers la soirée à venir. J’avais rêvé d’un événement tel que celui-ci, d’une nuit de gala à la lumière des chandeliers que j’avais moi-même esquissés, dans une robe de princesse, valsant en bonne compagnie … Je n’était qu’une femme un peu trop rêveuse, sans le moindre doute, mais chaque élément s’était mis en place. J’avais toujours rêvé d’être une princesse de conte de fées et, en cette nuit, j’allais en devenir une pour quelques heures. Qu’importait que l’homme à mes côtés soit un ami cher et qu’il tienne plus d’Indiana Jones que du Prince Charmant, à mes yeux, il saurait rendre cette nuit parfaite, à sa façon.

J’avais donc prévenu Wyatt qu’il ne faudrait pas compter sur moi pour cette soirée et que mon heure de retour était incertaine et inconnue, que personne ne s’affole, juste au cas où. Sortant une robe de couturier qui m’avait été offerte l’été même par un de mes anciens employeurs, je me vêtis rapidement, appréciant la coupe de l’étoffe et la couleur immaculée de l’habit. Le reste de la préparation ne me prit guère de temps et je sortis rapidement, évitant tous les commentaires de mes collègues alors que je relevais le bas de ma robe pour quitter le navire. Je n’avais certes pas choisi la tenue idéale pour gagner le château à pied, mais le cadre était idyllique et je profitai du jour tombant avant de m’enfermer pour la soirée, non à regrets, bien au contraire, appréciant cet endroit que j’avais pu façonner à mon idée. Les abords de la salle étaient peuplés d’adolescentes tirant sur leurs tenues plus ou moins voyantes, de jeunes hommes arrivant entre eux. Il était des choses qui ne changeaient pas et cette certitude me fit sourire. Nul signe de mon cavalier dans les couloirs, il était sans doute déjà entré. Je me glissai donc à l’intérieur, doutant un instant de mon costume : je n’avais pas le moindre diadème pour compléter ma tenue, aussi mon déguisement n’était-il sans doute pas des plus déchiffrables au premier abord. Tant pis, il n’y avait guère besoin de mots. La Salle de Bal était somptueuse, arrangée de façon sublime pour l’occasion et j’y risquais quelques pas en tournant lentement sur moi-même. J’avais consciente d’avoir une attitude d’adolescente émerveillée mais les réminiscences d’un rêve ancien m’assaillaient. Je finis par faire le tour de la pièce des yeux, tentant de repérer la silhouette de l’infirmier, mais en vain. Mes sourcils se froncèrent légèrement. Il avait sans doute eu quelque contretemps avec ses obligations, rien ne l’écartant de façon définitive de la soirée, du moins l’espérais-je. Mon regard rencontra cependant Charles, dont la mise me fit soupirer avec indulgence. Ne serait-il donc que ridicule à mes yeux en ces lieux ? Je fis quelques pas supplémentaires pour m’en éloigner, caressant l’entrée du regard. Viendrait, ne viendrait pas … ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 773
    ♦ PSEUDO : anonymous
    Féminin ♦ CREDITS : *
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 11/02/2012
    ♦ LOCALISATION : Sur un balai, dans un bar, ou dans les vapeurs d'un vernis à ongles.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 27 ans, thésarde et conférencière en vol, ex-Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Lun 24 Déc - 0:02

Sara Costantini
„You tell me to hold on, but innocence is gone“


Ils avaient fait des efforts, les responsables. Et Sara n'avait pas pu s'empêcher de penser que Nathan n'était pas pour rien dans l'organisation de ce bal costumé. Mais la réalité était que le temps avait beau passer, le moindre élément déclencheur lui rappelait que Gregori n'était plus là. A l'instar de cette fête. Elle aurait aimé savoir en quoi il se serait déguisé, ce qu'il aurait aimé être. Et lorsqu'elle s'était habillée et préparée, ce soir-là, seule dans son appartement, elle s'était demandée s'il serait même venu, maintenant qu'il avait une fille à chouchouter. Alors elle s'était regardée de longs instants dans le miroir, clignant des yeux bêtement, sans doute convaincue que ce geste se suffirait à lui-même pour faire à apparaître son père de cœur à ses côtés, comme s'il ne s'était rien passé. Il l'engueulerait de se dépêcher de se préparer, et qu'il allait rejoindre Ada sans l'attendre, puisqu'elle était si longue. Il lui ferait peut-être même une réflexion sur la longueur de sa jupe. Mais la réalité, c'était qu'elle avait beau cligner des yeux, elle avait beau se regarder dans le miroir, la réalité ne changeait pas d'un pouce. Il n'était plus là. Sa main avait tremblé lorsqu'elle avait tracé le N de Nameless sur sa joue de cheerleader d'un soir. Mais elle s'était ressaisie. Parce que ce n'était pas le moment d'être faible. Cette soirée était en la mémoire de ceux qui n'étaient plus là, et à l'honneur de ce qui l'étaient encore. Un dernier coup d'oeil dans le haut miroir de sa chambre, et elle était parée. Sa jupette et son haut aussi courts l'un que l'autre, dans les teintes qui la seyaient le mieux -à savoir bleu et blanc-, des converses claires pour être autant dans le thème qu'à l'aise. Elle passa sa main dans ses longs cheveux foncés une dernière fois, s'accorda un sourire, et attrapa les deux pompons sur son lit, qui n'attendaient qu'elle. Ce soir, elle serait une cheerleader. Ce genre de filles au corps parfait et à la popularité éblouissante. Ce genre de filles qu'elle n'avait pas pu être dans sa jeunesse, parce qu'elle faisait partie de ceux qu'elles encourageaient.

Elle se rendit à la salle de bal en trottinant presque. Elle sentait les marches deux à deux, accordant des sourires radieux à tous ceux qui croisaient son chemin. Ce soir, elle ne serait pas la Sara triste et endeuillée, elle serait la Sara qu'aimait Gregori. Et lorsqu'elle passa le pas de la porte de la salle, elle fut émerveillée par le décor. Autant que par les déguisements insolites qui se présentaient à elle. Des visages connus ? Trop de visages, elle était perdue. Alors elle secoua bêtement ses pompons en observant le lustre au dessus d'elle. S'il leur tombait dessus, ils étaient un peu tous mal -le lustre en question en premier d'ailleurs. Par mesure de précaution, Sara se déplaça donc un champ hors rayon du lustre. Le tout en le fixant, bien sûr. Elle ne regardait donc pas devant elle et se contenter de lâcher des « pardon... désolée... pardon... aïe, c'était mon pied ! » en donnant des coups de pompons au hasard. Lorsque le lustre se trouva à une distance qu'elle considéra raisonnable, l'Italienne le lâcha des yeux et se rendit compte de sa nouvelle position. Oh le buffet ! Oh ça a l'air bon... ! La brune voulut succomber à la tentation aussitôt, mais un problème s'imposa à elle. Ou plutôt, deux problèmes se posèrent. Ses pompons. Pas des formats poche. Et il n'y avait pas de place sur ce foutu buffet. Oh, elle pourrait en faire de la place, mais pour cela, elle avait besoin de poser ses foutus pompons. C'était le chat qui se mordait la queue, en somme. Un regard aux deux personnes qui l'encadraient, et elle se décida. Elle enfourna la poignée d'un de ses pompons dans son décolleté, et cala l'autre entre ses deux genoux. Oui, si vous vous posez la question, elle ne se sentait pas très élégante en cet instant. Mais elle fut enfin en mesure d'attraper deux pâtisseries. Elle balaya la salle du regard, juste pour être sûre que personne ne la qualifierait de morfale après ça. Elle croisa le regard d'un étudiant et se justifia aussitôt par un « ça va hein, j'ai cheerleadé toute la journée ! Et toc ! ». La thésarde loucha alors sur la pâtisserie que tenait sa main gauche et en goûta une bouchée. Puis une autre. Et... « KOUCHAAAA ! » hurla-t-elle en crachant quelques miettes et en sautillant en direction de la-dite Louka -parce que vous aviez bien deviné de qui il s'agissait, n'est-ce pas ? Le pompon placé entre ses jambes la dérangeait, mais ne l'empêchait de se déplacer. Il suffisait de la voir kangourouter. Une bouchée pâtissière plus tard, les sauts n'étaient plus d'actualité, et elle rattrapa son pompon bleu et blanc de sa main gauche, attaquant sa deuxième pâtisserie. « Cha va ? » demanda-t-elle à la blonde une fois arrivée à son niveau, la boouche encore pleine de sucreries. « Ch'attends quechqu'un ? Ch'est bon, ch'uis là ! Ahaha ! » Et puis, sans la prévenir, elle lui donna le pompon qu'elle tenait dans sa main pour récupérer l'autre qui commençait à glisser de son décolleté. « Merci, ça commençait à me gratter. » se justifia-t-elle une fois sa pâtisserie terminée. « Autant moi je ressemble à une prostituée légalisée par le cheerleading, autant toi tu ressembles à une actrice sur un tapis rouge ! » la félicita-t-elle en lui donnant une tape amicale sur le bras. « Jte conseille de faire gaffe à leurs pâtisseries, elles provoquent des orgasmes culinaires, mais après c'est tout dans le cul. Tape toi plutôt un beau gosse, c'est moins calorique. » Se tournant vers l'assemblée, elle ajouta quand même, par précaution, que : « Pas des étudiants, juste, après ça sera ma faute quand tu te retrouveras au tribunal, donc choisis un mec qui est majeur, c'est tout. J'ai pas envie de me retrouver dans une prison où y'a que des femmes, tu m'suis ? » Elle étouffa un rot inélégant et vérifia d'un coup d’œil que Louka n'avait rien remarqué -même si, soyons franc, je ne suis pas sûre qu'elle soit à cela près avec Sara... Elle récupéra son pompon de la main de son amie et lui secoua le duo blanc et bleu au visage avant de la laisser entrevoir ses deux grands yeux noisettes pétillants. « Alors, t'as choisi ta cible ? Brun, blond ? ..... Roux ? Non, fais pas ça. Je te laisse que brun et blond comme options. » Et malgré elle, son regard fut attiré par le groupe de professeurs, non loin de là.

Gregori n'y était pas. Il n'y était plus. Et ses deux bras retombèrent lourdement le long de son corps alors qu'elle réalisait que depuis qu'elle était arrivée, elle n'avait pas pensé à lui. Et elle eut honte. Au point qu'elle voulut partir se cacher et pleurer le peu de larmes qui lui restaient. Mais elle n'en fit rien. Parce qu'elle était à une fête, bon sang. Et qu'elle était forte. Elle aurait honte de tout cela plus tard, dans son lit, face à elle-même et ses regrets. Elle pleurerait l'absence de son père d'adoption, et en plus, l'impression de ne plus porter son deuil comme elle aurait du le faire. « Je... » se força-t-elle à reprendre pour que son interruption soudaine ne soit pas perçue par Louka. « ... préfère les bruns pour ma part. » Et elle secoua à nouveau ses pompons en l'air en ajoutant un : « ça faisait un bail qu'on s'était pas parlées quand même, ça craint. » qu'elle pesait. Les vacances avaient probablement était longues pour tout le monde, mais c'était seulement depuis la rentrée que Sara s'était rendue compte de tous les liens qu'elle avait rompus en entrant dans sa phase de deuil. Et Louka avait malheureusement fait partie de ces liens...

_________________





There's a hole in my soul, can you fill it ?
But if I fall for you...

signature par littleharleen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 60
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Féminin ♦ CREDITS : © Zadig & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 01/07/2012
    ♦ LOCALISATION : En salle de conférence, au Sea Palace ou près de l'infirmerie



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Lun 24 Déc - 8:37

Ne viendrait-il donc pas ? Je n’étais guère du genre impatient ou encore défaitiste mais une légère pointe, piquante et amère en même temps était venue titiller l’un de mes organes vitaux. L’image d’un étudiant rendu nostalgique par cette soirée venant à l’infirmerie et refusant d’en partir s’était imposée à moi et je savais très bien que, dans l’état actuel des choses, l’infirmier avait sans doute un besoin maladif de faire quelque chose, d’être utile à quelqu’un. J’avais beau y avoir travaillé, j’étais consciente que mes maigres efforts ne suffiraient malheureusement pas pour le remettre sur pied et qu’il fallait avant toute chose qu’il se pardonne cette faute imaginaire qu’il aurait commise et que, ça, je ne pourrais rien y faire. J’avais croisé mes mains sur ma robe, m’empêchant ainsi d’aller me servir au buffet, ce qui aurait été proprement inconvenant. Commencer la soirée sans lui malgré son retard n’était pas dans mes plans, aussi me contentais-je d’attendre pendant quelques instants. Qui ne furent en réalité guère long étant donné que l’on m’apostropha bientôt bruyamment : KOUCHAAAA ! Un sourire amusé illumina aussitôt mon visage alors que je me tournais vers l’orgine de ce borborygme peu seyant qui m’aurait sans doute irritée venant de tout autre. La vision de mon amie m’arracha même un rire alors qu’elle se déplaçait avec élégance jusqu’à moi, finissant par enlever un pompon d’entre ses jambes pour pouvoir se mouvoir avec plus d’aisance. Sara, répondis-je un peu plus discrètement, mais toute aussi heureuse de la voir. Elle était sublime, comme à son habitude, cette jeune femme avait toujours eu le don pour se mettre en valeur et cette tenue de pompom girl semblait avoir été faite sur mesure pour elle (j’avais vu assez de match de Quidditch pour connaître ce genre de vêtements).

Cha va ? Je me porte bien, et toi ? Je notai que cela faisait bien longtemps que nous nous étions parlé. Nous nous étions à peine vues à mon arrivée sur l’île, elle avait ses obligations et moi les miennes, et, après la fameuse nuit où tout avait basculé, chacune d’entre nous avait eu ses proches à dénombrer, à rassurer … et je savais par Natalia que tous les siens n’étaient pas rentrés au bercail. Ch'attends quechqu'un ? Ch'est bon, ch'uis là ! Ahaha ! Et je ne pouvais rêver plus exquise cavalière. Néanmoins effectivement je… … n’eus pas le temps de finir qu’une boule de papier atterrit dans l’une de mes mains alors que l’Italienne glissait l’autre dans son décolleté pour attraper sa jumelle. Pinçant les lèvres avec amusement, je notai encore une fois le point auquel nous étions différentes et que, sans le concours de Natalia, nous ne nous serions sans doute jamais adressé la parole, ce qui était dommage. Cette « sauvagerie », ce côté brut faisait son charmant plus sûrement que n’importe lequel des ports altiers. Merci, ça commençait à me gratter. Je suis à ton service. Elles ont l’air délicieuses, notai-je en la voyant ne faire qu’une bouchée de sa pâtisserie : Je ne sais qui a réalisé ce buffet mais je veillerai à le fécliciter. La soirée serait sans nul doute une réussite, au vu de tous les éléments présents et s’imbriquant parfaitement. De la décoration à la musique, du buffet aux costumes, tout le monde ayant joué le jeu …

Autant moi je ressemble à une prostituée légalisée par le cheerleading, autant toi tu ressembles à une actrice sur un tapis rouge ! Ne dis pas de sottises, tu es superbe, souris-je doucement. Il était vrai que nos déguisements n’avaient pas grand-chose en commun mais elle était magnifique, à sa manière. Je te remercie, cela dit. Un cadeau d’un de mes anciens employeurs. On m’avait demandé à cette occasion si je comptais un jour remonter sur un podium ou faire de nouvelles séances photos, ce à quoi j’avais répondu par l’expresse négative. Cette époque était révolue et, si j’aimais à ce que l’on me pare de la sorte de temps à autres, je ne retomberais pas dans cet univers, même pour tout l’or du monde. Jte conseille de faire gaffe à leurs pâtisseries, elles provoquent des orgasmes culinaires, mais après c'est tout dans le cul. Tape toi plutôt un beau gosse, c'est moins calorique. Des orgasmes culinaires ? Si c’est à ce point, je prendrai le risque et compterai sur mon métabolisme des plus cléments tout de même. Si je n’avais pas relevé la seconde partie de sa phrase, mon regard n’en avait pas moins de nouveau balayé la pièce, s’attardant sur la porte que j’espérais lui voir passer d’une seconde à l’autre. Non pas que la compagnie de Sara ne soit pas agréable, mais j’avais d’autres projets pour cette soirée, aussi peu ambitieux soient-ils. Juste passer un moment agréable avec lui et tenter une fois de plus de lui faire oublier le reste.

Pas des étudiants, juste, après ça sera ma faute quand tu te retrouveras au tribunal, donc choisis un mec qui est majeur, c'est tout. J'ai pas envie de me retrouver dans une prison où y'a que des femmes, tu m'suis ? J’allais répondre avec humour quand un son incongru me fit refermer la bouche. Je choisis d’avoir la délicatesse de ne pas le relever, prise de toutes les manières par le manège qu’elle effectua avec ses pompons, avant de me décocher un regard malicieux : Alors, t'as choisi ta cible ? Brun, blond ? ..... Roux ? Non, fais pas ça. Je te laisse que brun et blond comme options. Amusée, j’allais pour lui répondre : Pour tout t’avouer … Mais je m’arrêtai assez rapidement, notant que l’étincelle qui faisait pétiller les yeux de la belle brune quelques secondes auparavant venait de disparaître. Je n’avais pas besoin d’explication pour comprendre ce qui était en train de se passer. Je tendis donc la main pour la poser sur son bras et elle se reprit elle-même : Je... préfère les bruns pour ma part. Je n’eus pas le temps de dire quoi que ce soit qu’elle renchérissait : ça faisait un bail qu'on s'était pas parlées quand même, ça craint. C’est bien vrai. Nous avons été trop prises et cela est vraiment dommage. Pourquoi ne passerais-tu pas voir le restaurant, un jour prochain ? Je ne la connaissais malheureusement pas assez en profondeur pour me risquer à une remarque ou une parole de réconfort en bonne et due forme, aussi me contentais-je d’attirer ses pensées ailleurs, prenant délicatement son poignet pour l’attirer plus près de moi, lui glissant comme un secret : Et pour tout avouer, il est brun et un peu en retard … Je me permis un clin d’œil avant de secouer la tête : Pas un mot à Natalia, elle s’empresserait de vouloir jouer les entremetteuses, alors que ce n’est … pas si simple. Non, cela ne l’était guère et plaisanter de la sorte avec légèreté de ce rendez-vous avec Fedor soulevait quelques questions que je chassais gentiment, comme à mon habitude. Ce n’était pas comme ça, entre nous, en tous cas cela ne l’avait pas été. Encore, dirait Oksana. Mais laissons-la à sa vodka.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 262
    ♦ PSEUDO : Eterna
    Féminin ♦ CREDITS : Burning Candles (ava) et Bonnie Blue (gif)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Derrière un rayonnage, à t'espionner



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Lun 24 Déc - 11:53

Qu’on se le dise : Eterna n’avait PAS envie d’être là. Parce que depuis le début de l’année, elle s’était changée en vieille rabat-joie. Non, ce n’était pas du tout pour coller à son rôle de bibliothécaire, elle n’en avait pas besoin. Après tout, l’approche qu’elle avait prise de « je reste moi-même parce que de toute façon, personne ne pensera que quelqu’un qui fait autant de bruit est sous couverture » lui avait plutôt réussie, la preuve était qu’elle avait dupé tout le monde et même l’homme duquel elle avait été le plus proche pendant l’année, ce qui était d’ailleurs bien tout le problème qui l’amenait à cet état de râlerie permanente. Mais surveiller des gamins qui allaient encore partir en vrille, non, merci. Surtout que cela lui rappelait légèrement la dernière soirée qu’elle avait passée comme ça et PERSONNE N’AVAIT BESOIN QU’ON LUI RAPPELLE CE QUI S’ÉTAIT PASSÉ À CETTE FAMEUSE FÊTE, MERCI BIEN ! Comme vous pouvez le constater vous-mêmes, elle était effectivement d’excellente humeur et n’était pas en train de grogner en enfilant son costume..

C’était Jude qui en avait eu l’idée, puisqu’elle avait fait sa mauvaise tête à chaque fois que quelqu’un mentionnait le Bal, et si cela avait oscillé un moment entre Bonnie and Clyde et Chapeau Melon et Bottes des Cuir, elle avait finit par marmonner dans sa barbe qu’il était hors de question qu’elle mette des collants, et sa collègue dragon n’en pensait pas moins, donc la deuxième motion avait été adoptée. Elle était donc tout de noir vêtue, bras dénudés, en train d’admirer sa silhouette dans le miroir, avant de s’en détourner en grommelant : A quoi bon ? Non, vous n’avez pas rêvé, Eterna Baskerville n’était absolument pas enchantée par la perspective d’afficher sa plastique parfaite, sculptée par des heures d’entraînement à la face du monde. Il y avait effectivement quelque chose qui clochait chez elle et, si vous vous posez encore des question, observez-la alors qu’elle sortait de sa chambre, qu’elle traversait le couloir en faisant un détour pour ne pas passer devant la salle d’Alchimie. Ça y est, vous êtes arrivés à connecter ?

Cerrone et elle n’étaient pas rentrés main dans la main de leurs vacances et elle n’avait pas emménagé dans son appartement, contrairement à ce qu’ils avaient projeté au début de l’été. Parce qu’il savait. Elle n’avait eu d’autre choix que de lui dévoiler sa couverture quand il était tombé sur une photo de Greg qu’elle avait sur elle et qu’il avait commencé à se faire des films (déconseillés aux mineurs) sur leur compte. Et il avait mal, très mal réagi. Et ce qui avait poussé Eterna dehors plutôt que de se battre pour le récupérer était qu’il l’avait attaquée sur les recherches concernant son jumeau qui n’avançaient pas, allant jusqu’à la traiter d’incapable. Meurtrie, elle avait fait ce qu’elle savait faire de mieux : elle l’avait envoyé se faire foutre, avait attrapé ses affaires et avait transplané jusqu’au QG de fortune qu’elle partageait avec son couple niais préféré. Elle n’avait plus pipé un mot de lui pendant ce qui restait des vacances et encore là, maintenant que la rentrée était passée et qu’ils s’étaient recroisés. Elle avait mal et elle n’arrivait plus à respirer librement sans lui, mais aller le voir ? Pas question. Il avait été clair sur ce qu’il pensait d’elle et elle l’emmerdait profondément. Ouais. Comme d’habitude … il lui était plus simple de s’énerver que de reconnaître qu’elle crevait à petit feu loin de ses bras. Irrécupérable, Eterna ? Peut-être bien. Peut-être pas.

En tous cas, ses longues jambes et elle venaient d’arriver en vue de la soirée. Elle bouscula un ou deux élèves au passage, indifférente aux rumeurs qu’elle allait encore soulever. Après le passage en serviette dans la cafétéria, en même temps, plus rien ne l’effrayait. Elle en aurait sans doute joué, d’habitude, mais là, elle n’en avait pas envie. Elle avait juste besoin de trouver quelqu’un et de s’y accrocher pour ne pas tomber. Un bref regard à la salle (mon Dieu, c’était quasiment romantique comme ambiance AU SECOURS) et elle chercha quelqu’un du regard et … SARA ! Alléluia. En plus elle était en train de parler à une blondasse à l’allure pète-sec, autant lui sauver la mise. Bon, et elle ne l’avait pas beaucoup croisée depuis la rentrée, il n’était pas question qu’elle passe sans savoir de quoi il en retournait, ce qui se passait dans son adorable tête. Elle s’approcha d’elle à grandes enjambées, attrapa son poignet et glissa un bref regard sur la fille en face : Tu permets, princesse ? n’en ayant en réalité rien à faire d’interrompre une discussion, cette fille avait l’air chiante comme la pluie, de toutes les manières. Elle prit le bras de Sara pour l’emmener plus loin : Tu es sacrément bonne, tu le sais ? Elle, malpolie ? Allons donc ! Elle l’entraîna près du buffet, attrapa une pâtisserie qu’elle s’enfourna dans le gosier avant de dire, la bouche pleine : Par les treize putains de Merlin, c’est presque meilleur que le sexe. Haha. Oui. Pour quelqu’un qui n’y avait pas goûté depuis … Rah, chut, merde ! Elle se tourna vers sa Sara : Bon, alors, choue, dis-moi, c’est vrai ses rumeurs qui circulent sur le beau Kiely et toi ? Parler vite et dire de la merde pour éviter LE sujet. Elles y viendraient bien assez tôt : J’parle du très sexy Sean, hein, son frère serait plus dans mes goûts niveau tranche d’âge. HA ! HAHAHAHA ! Elle attrapa un autre mini-éclair juste pour fermer sa grande gueule.

_________________
    « Two hearts, believing in just one mind »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 85
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) Little suzy <3
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/09/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: Thésarde en magie noire ; Ex-Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Lun 24 Déc - 16:59



I'm holding on to a hero 'til the end of the niiight.
    Lassant ses bottes à talons, Sienna rabattit encore une fois les longues boucles brunes qui lui tombaient devant les yeux dans son dos. Se redressant, elle fit glisser ses mains sur ses hanches voluptueuses et prit une pose plus qu'évocatrice, aguichant son reflet dans le miroir. Moulée dans son costume flamboyant, l'armure de Wonder woman, elle avait fière allure et risquait fort de faire tourner bien des têtes. Pourtant, elle soupira et plaqua sa paume contre son front.

      ɸɸɸ « Je suis ridicule ... Grotesque ! Burlesque ! » Se morfondit-elle en se rasseyant sur le lit. « Que croyais-je donc ? Comme si j'avais l'étoffe d'une super-héroïne, alors que tout ce que j'ai réussi à faire face aux monstres c'est crier, croupir sous une étagère pour finir par claudiquer jusqu'à l'infirmerie et pleurnicher ... »

    Se laissant tomber en arrière, elle se mordit la lèvre en regardant le plafond. « J'ai toujours rêvé d'être une héroïne... » pensa-t-elle, ses paupières se refermant. Oui, son but avait toujours été d'être l'héroïne de l'histoire de quelqu'un et celui-ci avait désormais un nom ... Alejandro Bottero. Sa seule pensée lui fit monter le rose aux joues et elle se redressa subitement sur sa couche. Plus question de trembler, de douter, de reculer ... Elle s'était promis d'arrêter de se dévaloriser, de croire en eux. Pour lui, elle voulait être pleine d'assurance, forte, confiante. Commencer par arrêter de stresser et d'effacer son pessimisme naturel serait déjà un bon début. Secouant la tête, elle débrancha donc sa cervelle avant qu'elle ne surchauffe et fonça vers la salle de bal en regardant ses pieds.

    Un sourire bancal aux lèvres, légèrement crispée, Sienna passa les portes de sa démarche la plus décontractée possible. Un oeil averti aurait remarqué qu'elle marchait presque en canard et dût se rattraper aux meubles par deux fois. Elle n'avait porté des talons que deux fois et elle se souvenait pourquoi. Aucune trace d'Alejandro dans la pièce. Puisqu'il boitait, elle ne lui tiendrait aucunement rigueur de son retard et c'était même avec un certain soulagement qu'elle constata qu'il n'était pas arrivé. Certains couples étaient arrivés ensemble mais ils avaient décidé de se retrouver directement dans la salle de bal. Cela lui laissait encore quelques minutes pour déstresser. Remarquant Eterna et Sara, elle se coula jusqu'à elles, profitant de la table à leurs côtés sur laquelle s'appuyer pour se maintenir droite et leur adressa un signe de la main ... Maladroit, puisqu'elle se tordit la cheville en s’immobilisant et que sa main finit par s'écraser dans une assiette de petits fours.

      ɸɸɸ « Les filles, au secours ... Je suis super nerveuse. Ça se voit ? Beaucoup ? Enfin, je veux dire, avant que j'ouvre la bouche, ça se voyait ? Et si je la garde fermée toute la soirée, vous pensez qu'il y a une chance qu'il ne remarque rien ? J'ai jamais eu de cavaliers de ma vie ... Aideeez-moi ! » Débita-t-elle en dix secondes sans prendre le temps de respirer, se massant le cou d'une poigne fébrile. « D'ailleurs les vôtres, ils sont où ? Ils se font désirer aussi ? »

    Mettre les pieds dans le plat en plus de la main ? Je ne vois absolument pas de quoi vous voulez parler. Pas-du-tout. Hrm.

_________________

You turn my whole world upside down,

You're so wrong and you're so right...


Dernière édition par Sienna B. O'Greenell le Mar 25 Déc - 22:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 773
    ♦ PSEUDO : anonymous
    Féminin ♦ CREDITS : *
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 11/02/2012
    ♦ LOCALISATION : Sur un balai, dans un bar, ou dans les vapeurs d'un vernis à ongles.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 27 ans, thésarde et conférencière en vol, ex-Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Lun 24 Déc - 18:14

La soirée promettait d'être mouvementée, et ce pour le plus grand plaisir de Sara. Si au début les visages connus avaient semblé se fondre dans la masse d'inconnus, maintenant, c'était loin d'être le cas. Et retrouver ses collègues et amis de la sorte lui aurait presque fait verser une larme d'émotion si toutes ses forces n'étaient pas concentrées sur son estomac pour entamer la digestion des pâtisseries remplies de beurre.

Parler, parler, parler. Voilà ce qu'elle avait fait face à Louka depuis qu'elle l'avait accostée. Son amie lui répondait tant qu'elle le pouvait mais Sara, à la fois fidèle à elle-même et apeurée par une présence sociale dont elle n'avait plus l'habitude, parlait. « Elles ont l’air délicieuses. Je ne sais qui a réalisé ce buffet mais je veillerai à le fécliciter. » avait fait remarquer la blonde en jetant un oeil au morceau de pâtisserie que Sara tenait encore en main avant de l’engloutir. « Oupch. Ch'en voulais chtete ? » s'excusa-t-elle avec un regard désolé. « Jsuis désolée, mon geste a été guidé par ma gourmandise, c'est une vilaine celle-là. » ajouta-t-elle après avoir lourdement avalé le met sucré. « Mais ouais, trop... Jdirais bien que j'offrirais mon corps à cette personne, mais vu que je me demande si c'est pas des elfes de maison... » Elle ponctua sa remarque d'une grimace parlante et passa aux compliments qui, il fallait bien l'avouer, étaient de rigueur. « Ne dis pas de sottises, tu es superbe » avait répondu la blonde, ce qui laissa échapper un sourire enjôleur à son interlocutrice. « Jsais bien, je me suis pas déguisée en cheerleader slash prostituée pour rien. » Et elle conclut par un clin d’œil avant de revenir à son amie. « Ils savaient te gâter dis donc. Elle te va aussi bien que ces macarons à mon palais. » Et il était temps de repasser aux sucreries réparties sur le banquet, auquel elle jeta un coup d’œil malgré elle. « Des orgasmes culinaires ? Si c’est à ce point, je prendrai le risque et compterai sur mon métabolisme des plus cléments tout de même. » Sara se retourna brusquement et regarda Louka fixement, sans ciller. « Quoi ? Tu prends pas de poids avec ça ? » commença-t-elle en désignant le buffet du pouce. « Moi va falloir que je me lève à 6h demain matin et que je coure jusqu'à midi sans manger de la journée pour compenser tout ça ! » Mais oui, un beau gosse dans son lit, c'était moins calorique, et si tout se passait eu mieux, de l'orgasme était aussi au rendez-vous... Chose que fit remarquer la brune avant de partir sur ce terrain glissant, sans se douter une seule seconde que Louka attendait bien quelqu'un avant qu'elle ait débarqué, et que non, ce n'était pas elle et ses pompons, mais bien un charmant jeune homme. Elle attendait patiemment une réponse de son interlocutrice entre deux monologues, et lorsque celle-ci se décida à se confier, le regard de Sara avait été attiré par un groupe de professeurs, et toute l'euphorie retomba. Elle l'avait oublié... L'espace de quelques instants, elle n'avait plus pensé à lui. C'était mal, c'était faux. Mais ce n'était pas le moment de flancher. Elle le ferait plus tard, entre deux cauchemars. Pour le moment, il était temps de retrouver ce qu'elle n'avait plus côtoyés depuis trop longtemps... Elle sentit la main de Louka sur son épaule et jeta un coup d’œil reconnaissant à son amie, sans dire un mot. Il n'y avait pas de mots pour ça, n'est-ce pas ? Juste un regard, qui voulait lui dire merci. C’est bien vrai. Nous avons été trop prises et cela est vraiment dommage. « Pourquoi ne passerais-tu pas voir le restaurant, un jour prochain ? » proposa la belle blonde. Sara répondit en secouant ses pompons au visage de Louka et répondit tout naturellement : « Si je meurs pas d'un trop-plein de macarons et autres sucreries ce soir, ce sera volontiers. J'aurai une promo si je viens en cheerleader ? Ça ramènera de la clientèle... » hasarda-t-elle en se mordant la lèvre, tentant une démarche commerciale. Mais Louka était passée à autre chose, ou plutôt, repartie sur les beaux gosses orgasmiques... Et lorsqu'elle l'attira à elle pour lui avouer qu'elle avait un rendez-vous pour la soirée, Sara trépignait presque d'impatience d'en entendre davantage. Du romantiiiiisme ! Ses yeux pétillaient à nouveau comme lorsqu'elle était entrée et avait découvert le buffet. « Jdirai rien, promis ! Maiiiis, c'est qui ? Je le connais ? Il est grand, petit ? Cheveux bouclés, courts, longs, raides ? Il travaille ici ? Bien sur qu'il travaille ici, sinon il pourrait pas être là, haha... Ses fesses, elles sont comment ? A croquer, ou plutôt à éviter de regarder ? Et ses yeux ? Oui, c'est important aussi, les yeux. J'aime les yeux bleus, moi. Est-ce que... » « SARA ! » entendit-elle hurler non loin de là. Elle reconnut aussitôt la voix et se retourna pour crier à son tour en agitant ses pompons dans tous les sens. « ETYYYY ! » Et elle se retourna à nouveau brusquement, non sans offrir un jet de cheveux bruns en plein visage de la pauvre Louka. Elle la menaça de l'index en s'expliquant : « TOI, j'en ai pas fini avec toi ! Je vais te traquer toute la soirée pour savoir qui c'est ! FAIS GAFFE, hein, FAIS GAFFE ! Je connais des macarons qui se feront un plaisir de t'espionner de l'intérieur. HAHA ! On joue pas avec ma curiosité ! » Elle n'eut pas le temps nécessaire pour en dire davantage, que déjà Eterna s'emparait de son bras pour la tirer à elle. « Tu permets, princesse ? » demanda la jolie habillée de cuir. « Oui, t'es une princesse Louka ! Faudra juste que tu me dises qui est ton p... » Mais déjà Eterna l'emmenait plus loin, et Sara dut donc se contenter de pointer ses deux yeux avec son index et son majeur, puis ceux de Louka, genre j't'ai à l’œil, je saurai tout, je veux du potin. La démarche se fit non sans se prendre un morceau de pompon dans l'oeil en passant, mais quelques clignements plus tard, et le dérangement oculaire était passé. Et sans qu'elle ne s'en aperçoive, elle était de nouveau près du buffet. « Tu es sacrément bonne, tu le sais ? » Sara fixait à nouveau les pâtisseries face à elle et se contenta de répondre en levant brièvement la tête que : « Bien sur que je le sais, j'allais pas me déguiser en troll. » Et avec un regard carnassier, elle s'apprêta à attraper un beignet qui lui faisait de l’œil. Mais ces foutus pompons... Sans regarder Eterna, elle les lui donna pour attraper la friandise. « Merchi belle goche. Tu chavais que c'était aussi galère d'être cheerleader ? Ch'est pour cha qu'elles chont auchi minches, elles peuvent pas mancher avec leurs pompons. Au fait, le cuir te va comme un gant ! Chi tu repars cheule ce soir, che pense qu'on pourra dire offichiellement que la chent machculine a un chouchis... » Et elle récupéra ses pompons en avalant sa dernière bouchée de beignet. « Par les treize putains de Merlin, c’est presque meilleur que le sexe. » répondit simplement Eterna, qui était elle aussi tombée la tête la première dans le buffet parfait qui leur était proposé. Sara la regarda, émue, posant un pompon dans l'assiette de macarons au passage, l'autre bras posé sur sa hanche. « Ety, c'est exactement ce que j'ai dit tout à l'heure. Tu m'as manquée, tu sais. » Elle était prête à basculer dans le registre émotionnel, et un peu plus, et elle se mettait à parler de Greg, parce que c'était avec elle que c'était le plus facile d'aborder le sujet... Mais celle-ci reprit la parole la première pour demander... « Bon, alors, choue, dis-moi, c’est vrai ses rumeurs qui circulent sur le beau Kiely et toi ? J’parle du très sexy Sean, hein, son frère serait plus dans mes goûts niveau tranche d’âge. »

Réaction physiologique : froncement de sourcils, brève bouffée de chaleur provoquée par la panique, pompons qui s’agitent autour de son visage pour s'aérer, regard aux alentours pour trouver de l'aide... Mais de quoi parlait-elle ? Oui, ils s'étaient peut-être pris dans les bras l'un de l'autre à plusieurs reprises au camp ou depuis la rentrée, mais c'était l'effet du deuil, du chagrin, de la tristesse et toutes ces joyeusetés. Lui avait perdu Gillian, elle avait perdu Greg. Aucun des deux n'était mort -oui, je vous rappelle que Greg n'était pas mort, mais surement à bord d'un superbe paquebot pour une magnifique croisière dans les caraïbes-, mais la douleur n'en n'était pas moins atterrante. « Qu'est-ce que... non mais d'où tu sors ça ? Je veux dire, Sean Kiely quoi... » commença-t-elle en faisant des grimaces censées révéler l'inaccessible que son seul nom évoquait. « ... et moi, Sara, également connue sous le nom de la morfale du bal de septembre 2012 d'Elderwood. Soirée tragique pour tous les beignets, macarons, cookies et autres cupcakes. »

Et elle entendit un appel derrière elle. Le regard d'Eterna sembla accroché par la personne dont émanait cette voix et Sara se retourna. Ouf, le sujet venait de passer à autre chose, mais elle y repenserait sans aucun doute. Lorsqu'elle repenserait à Greg, elle se forcerait à laisser son esprit bifurquer vers les beaux yeux bleus de son direc... Putain, mais c'était son directeur de thèse, quoi ! Voilà, tout ça, c'était la faute d'Eterna. Elle lui aurait bien voulu, tiens. Si Sienna n'était pas en train de lui parler trop vite. Trop rapide. « Les filles, au secours ... Je suis super nerveuse. Ça se voit ? Beaucoup ? Enfin, je veux dire, avant que j'ouvre la bouche, ça se voyait ? Et si je la garde fermée toute la soirée, vous pensez qu'il y a une chance qu'il ne remarque rien ? J'ai jamais eu de cavaliers de ma vie ... Aideeez-moi ! D'ailleurs les vôtres, ils sont où ? Ils se font désirer aussi ? » Sara ne put s'empêcher de sourire et de s'avancer pour rejoindre la thésarde et lui envoyer un pompon au visage. « Je propose que tu commences par la fermer, en fait. T'es parfaite. T'es aussi bonne que nous deux, c'est pas rien. Et si t'es avec ce cavalier, dont il me faudra le nom au passage, parce que je peux pas laisser passer ça... Si t'es avec ce cavalier, t'as pas besoin d'être quelqu'un que t'es pas. Sois juste la bonnasse que t'es naturellement, quand t'es pas dans ce costume. C'est lui qui te stresse, je suis sûre. Et puis goûte un peu ce que... » Sara voulut désigner les plats à côté de Sienna mais... « SACRILÈGE ! T'as tué un plat de truffes ! » s'écria-t-elle, effarée par la catastrophe. Elle se retourna vers Eterna pour ajouter : « Je suis déchue de mon titre, je crois bien... » Puis, s'adressant à nouveau à sa collègue, elle répondit à sa dernière question par un : « On est libres comme l'air. Je vais pouvoir m’empiffrer sans penser au jogging qui va suivre. T'es la seule des bonnasses du coin à avoir un rendez-vous, fais nous honneur. Sois naturelle, et si ça se passe mal, je propose un code. T'as qu'à hurler un truc comme coin coin et on accoure pour te sauver. A moins que tu trouves un code plus discret. »

Oui, la soirée promettait d'être mouvementée et révélatrice de pas mal de choses. Sara se mettait peu à peu à oublier son papa de cœur. Pour la soirée. Mais elle savait que seule dans son lit, les yeux rivés sur son plafond clair éclairé par les astres de la nuit, elle y repenserait, encore et encore. Elle se demanderait s'il aurait aimé le buffet, s'il lui aurait sagement conseillé d'arrêter avec les pâtisseries, ou s'il aurait éternué lorsqu'elle lui aurait mis un pompon sous le nez. Elle se demanderait s'il aurait eu des potins à lui raconter, s'il aurait pu l'éclairer sur cette rumeur qui courait à son sujet et celui de Sean. Et si elle se demandait en quoi il se serait déguisé, en réalité, Sara aurait juste voulu le voir en lui-même, derrière le buffet, sourire et rire avec ses collègues, sa femme, et elle. Mais ce soir, dans son lit, Sara réaliserait aussi qu'elle était entourée par des gens qui lui donnaient envie de savourer la vie comme elle venait. Pour eux, pour lui.

_________________





There's a hole in my soul, can you fill it ?
But if I fall for you...

signature par littleharleen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 262
    ♦ PSEUDO : Eterna
    Féminin ♦ CREDITS : Burning Candles (ava) et Bonnie Blue (gif)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Derrière un rayonnage, à t'espionner



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mar 25 Déc - 9:02

Heureusement qu’il y avait le girl power sinon vous pouviez être sûrs qu’Eterna aurait râlé au moindre couple s’embrassant, ouioui, définitivement dans ce rôle très seyant de la bibliothécaire aigrie. Mais nous n’en étions pas là, Merlin soit loué, tous les petits couples pouvaient donc retourner à leur bécotage/pelotage sans risquer un sort perdu d’une Auror doublement frustrée. Mieux valait ne pas lui faire la réflexion, d’ailleurs, enfin pour ce soir c’était peine perdue comme elle allait vite s’en rendre compte. Mais pour l’instant elle avait Sara, elle avait des macarons et des mini-pâtisseries, tout allait bien le temps qu’elle ne commettait pas d’impair. Bien sur que je le sais, j'allais pas me déguiser en troll. Voilà, parler de leurs bonnassitudes respectives en se gavant et en faisant tourner les pompons (dit comme ça, c’était affreusement sale, mais Eterna n’allait pas faire de réflexion sur la ressemblance entre l’appellation de ces choses et celles d’autres choses ou en tous cas, pas pour l’instant, il fallait qu’elle essaye de se tenir au moins quelques minutes. Merchi belle goche. Tu chavais que c'était aussi galère d'être cheerleader ? Ch'est pour cha qu'elles chont auchi minches, elles peuvent pas mancher avec leurs pompons. Ca et le fait qu’elles se fassent culbuter par l’équipe après les matches, tu veux dire ? A Salem, ce n’étaient pas vraiment ses meilleures copines, pour tout dire, mais il y en avait toujours assez pour tout le monde, alors à quoi bon se disputer ? Elle allait rajouter quelque chose quand la première attaque involontaire se manifesta : Au fait, le cuir te va comme un gant ! Chi tu repars cheule ce soir, che pense qu'on pourra dire offichiellement que la chent machculine a un chouchis... Elle manqua de pâlir, hésita sur ronchonner que de toutes les manières ce serait sans doute le cas, étant donné qu’elle doutait que Cerr’ oublie tout juste parce qu’elle était sexy en diable ce soir, et que de toutes les manières il ne viendrait sans doute pas ce soir, et qu’en plus il n’était pas question de repartir avec un autre parce qu’elle s’essayait à un truc appelé la fidélité, un précepte qui lui était aussi inconnu que l’amour et le couple étant donné qu’elle ne les avait jamais pratiqués. Enfin, s’il fallait, il considérait qu’ils n’étaient plus ensemble, donc ... Donc elle enfourna une pâtisserie dans sa bouche plutôt que de dire quoi que ce soit, c’était plus prudent. Autant s’extasier sur les bienfaits de la crème pâtissière plutôt que de parler de mecs, bordel, c’était moins dangereux.

Ety, c'est exactement ce que j'ai dit tout à l'heure. Tu m'as manquée, tu sais. Sérieux ? Elle essuya de l’index le résidu de garniture qui lui ornait le coin de la bouche et la regarda, sentant son petit cœur se serrer. Tu m’as manqué aussi, ma belle. Désolée, j’aurais voulu être plus présente, mais, tu sais … Oui, elle savait, étant donné qu’elle lui avait fait la promesse de lui ramener Greg, elle savait l’été en enfer qu’elle avait vécu. Mais elle n’avait pas envie de revenir sur le sujet, pas maintenant en tous cas. Il valait mieux penser à autre chose, essayer de profiter de la soirée, l’une comme l’autre, parce que ce couillon, de son île paradisiaque, il voudrait sans doute qu’elles enflamment le dancefloor et le rendent fier plutôt que de chialer dans leur coin comme de vraies fontaines. D’où le changement de sujet rapide. Et d’où une expression absolument improbable de Sara qui la fit mourir de rire, une religieuse dans la bouche (on parle du gâteau, hein), lui faisant monter les larmes aux yeux car elle avait manqué de s’étouffer. Toussant, elle posa ses deux mains sur la table, le fou rire irrépressible se poursuivant, des larmes coulant sur ses joues, incapable de s’arrêter, même quand Sara essayait d’expliquer :Qu'est-ce que... non mais d'où tu sors ça ? Je veux dire, Sean Kiely quoi … et moi, Sara, également connue sous le nom de la morfale du bal de septembre 2012 d'Elderwood. Soirée tragique pour tous les beignets, macarons, cookies et autres cupcakes. Bah quoi ? enchaîna Eterna, essayant de se remettre entre deux quintes de toux, T’es une … bombe de … cheerleader … et lui c’est un … PAR LA VERGE CONGESTIONNÉE DE GRINDELWALD !

L’accès d’hilarité et de toux de la jeune femme avait été immédiatement calmée par une vision absolument incroyable qui s’était imposée à elle et dont elle ne pouvait détacher le regard : là-bas, oui, là-bas se tenait Sienna, thésarde et assistante bibliothécaire de son état, une de ses amies avec laquelle elle avait bien failli servir de quatre-heures à un loup. Enfin … sisi, c’était elle, mais pas elle, elle. La sublime mais discrète et un brin « classique » demoiselle (enfin, c’était facile pour Eterna de dire ça) venait de faire son apparition sur les traits d’une super-héroïne à la tenue sexy et absolument irrésistible. En fait, elle était sexy et absolument irrésistible. A part qu’elle ne savait pas marcher en talons, mais Eterna ne lui jetterait pas la pierre, elle n’en raffolait pas particulièrement non plus. Elle venait de s’échouer non loin d’elles en détruisant un plat au passage et la seule chose qui empêcha l’Américaine d’éclater de rire de nouveau fut son cri de détresse : Les filles, au secours ... Je suis super nerveuse. Ça se voit ? Beaucoup ? Enfin, je veux dire, avant que j'ouvre la bouche, ça se voyait ? Et si je la garde fermée toute la soirée, vous pensez qu'il y a une chance qu'il ne remarque rien ? J'ai jamais eu de cavaliers de ma vie ... Aideeez-moi ! D'ailleurs les vôtres, ils sont où ? Ils se font désirer aussi ? Allez, uppercut accidentel number two qui fit qu’elle s’avança en laissant Sara prendre les choses en main à coup de pompons. Elle en profita pour chiper trois éclairs et en fourra un dans la bouche de Sienna au moment où Sara suggérait justement : Je propose que tu commences par la fermer, en fait. T'es parfaite. T'es aussi bonne que nous deux, c'est pas rien. Et si t'es avec ce cavalier, dont il me faudra le nom au passage, parce que je peux pas laisser passer ça... Si t'es avec ce cavalier, t'as pas besoin d'être quelqu'un que t'es pas. Sois juste la bonnasse que t'es naturellement, quand t'es pas dans ce costume. C'est lui qui te stresse, je suis sûre. Et puis goûte un peu ce que...

Entre les deux cadences accélérées, elle n’avait pu en placer une, et c’était dire ! Eterna en profita pour faire le tour de la femme, comme un mec, l’observant sous toutes les coutures d’un air expert et absolument enchanté, jusqu’à ce que Sara hurle d’horreur : SACRILÈGE ! T'as tué un plat de truffes ! Je suis déchue de mon titre, je crois bien... Elle lui lança un regard compatissant en hochant la tête : Ne t’inquiète pas, tu restes ma truffe préférée, avant que Sara n’enchaîne sur le sujet des cavaliers. On n’en sortirait donc jamais … On est libres comme l'air. Je vais pouvoir m’empiffrer sans penser au jogging qui va suivre. T'es la seule des bonnasses du coin à avoir un rendez-vous, fais nous honneur. Sois naturelle, et si ça se passe mal, je propose un code. T'as qu'à hurler un truc comme coin coin et on accoure pour te sauver. A moins que tu trouves un code plus discret. Mais y aura pas besoin, nota Ety qui avait fini son inspection et donna une tape sur les fesses de Sienna : Comme Sara-choue l’a dit, t’es superbe, t’as de l’esprit, t’es une femme brillante et responsable, je ne vois pas pourquoi ça se passerait mal. T’auras même le droit d’engueuler ton Roméo parce qu’il est en retard. Et j’avoue qu’on aimerait bien savoir qui c’est … Vivre sa vie sentimentale par procuration ? Pas le genre de la maison. Elle était contente pour son amie et, de plus, savait que Sienna avait déjà eu un mystérieux rendez-vous l’année précédente, aussi la contourna-t-elle de nouveau pour poser un index sur sa clavicule : Mon petit doigt me dit que c’est le fameux « rendez-vous pour le boulot » de l’année dernière, tu n’avais pas voulu me dire avec qui c’était, cachottière ! Elle se passa la langue sur les lèvres, carnassière : Allez, vas-y, dis-nous tout, de toutes les manières, on va bientôt le savoir ! Et … ! Elle se tourna vers Sara : En fait, j’ai un cavalier. Avec un chapeau melon. Mais va falloir que tu lui prêtes tes pompons parce qu’elle n’en a pas et si elle veut se faire passer pour un mec, ça lui sera utile. Elle désigna ses bottes de cuir en guise d’explication : Jude devrait faire son entrée dans quelques instants mais pour l’instant, elle aussi se faisait désirer. En tous cas, ça ferait une belle brochette de filles.

_________________
    « Two hearts, believing in just one mind »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nkiruka

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 155
    ♦ PSEUDO : SeLoa
    Féminin ♦ CREDITS : © Lya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 18/02/2010
    ♦ AGE : 27



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ; 6ième, Nkiruka
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   Mer 26 Déc - 11:33

    J'étais finalement entré, au fur et à mesure que la salle se remplissait. Mes idées noires n'avaient pas quitté ma ptite tête d'étourneau sans cervelle, aussi ne prêtais-je pas attention à la décoration de la pièce que je sentais tout de même somptueuse. Comme s'il suffisait de mettre du doré partout et des bougies pour effacer l'horreur de la fin d'année précédente. Enfin soit, les profs faisaient ce qu'ils pouvaient et au moins, ils essayaient. Eux aussi avaient leur perte à déplorer et à oublier l'espace d'une soirée.
    Je repérais ma bande de joyeux lurons : Heath' avait toujours cette classe froide qui le caractérisait, Luis était tout sourire et Lust... et bien, c'était Lust. Toujours égal à lui-même, ou du moins essayant. S'il fallait commencer la soirée comme tout le monde, je me rapprochais donc d'eux, groupuscule dans lequel j'avais petit à petit, aussi bien que je le pouvais en tout cas, fini par me fondre.
    « Merci pour la touche finale du costume Heath', mais vas-y plus doux la prochaine fois où j'vais croire que t'aime me frapper, » lui adressai-je comme phrase d'accroche, le sourire aux lèvres.
    Repérant un serveur et son plateau, je ponctionnais mon verre et en aspirais une première gorgée. J'avais beau trouver que je m'en sortais pas trop mal pour l'instant, un peu d'alcool (était-ce seulement de l'alcool ? Un champagne au goût de Champomy, faudrait faire mieux pour conclure la soirée !) m'aiderait à garder un indicible sourire de mes lèvres jusqu'à ce que je puisse m'enfuir. Heureusement pour moi, je découvrais au fur et à mesure que beaucoup, beaucoup de filles avaient décidé de venir s’exhiber en tenues plus ou moins courtes. Au moins, je ne devrais pas avoir trop de mal à ne pas m'enfuir seul. Je me sentis passer en mode prédateur. Toutes les courbes attiraient mes yeux et je tentais de repérer une proie facile (une robe aux couleurs de figue habillait une princesse blondine à l'air complètement perdue, ou droguée, j'hésitais encore), pas mauvaise danseuse et bien attifée. Hé, j'avais des critères tout de même !
    Sous peu, le groupe éclaterait, chacun trouvant occupation à son pied et il était hors de question que je reste à le faire (le pied) près du buffet. Mon regard balayant les plats disposés avec un savoir-faire de maître-chef, je ne pu la manquer. D'abord, parce que même sans l'avoir immédiatement reconnue, son carré flamboyant ne faisait qu'attirer l'attention. Difficile de passer inaperçue quand on arbore une couleur digne des mèches rebelles d'Ariel. Ensuite, parce que je la connaissais par coeur. Elle avait opté pour la simplicité : du noir de son bustier aux talons (toujours aussi vertigineux). Mais si elle était méconnaissable par son apparence, son regard était le même, hautain, régnant sur la salle en maître.

    Immanquablement, je remarquais qu'elle était seule. Pas de bellâtre acceptable et bien vu en société à ses côtés. Voilà en quoi j'aurais dû me transformer : en Brad Pitt, en Beckham. En mannequin reconnu. N'importe quoi qui m'aurait permis de me tenir près d'elle. Un éclair qui aurait pu être rose et plein de paillettes apparut près d'elle au moment où je formulais cette pensée. Le "pétillant" et étrange professeur de duel, M. Taylor, venait de s'accaparer son attention. Volubile comme en classe, il semblait ne pas reconnaître son élève. Et l'idée me traversa l'esprit qu'il tenterait alors quelque chose avec cette beauté fatale. J'inspirai un grand coup, essayant de me concentrer sur autre chose quant il me pointa soudainement du doigt. Ma glotte ne fit qu'un tour et je me retournais promptement vers Lust, déballant quelque chose d'inintelligible juste pour me faire oublier. Il allait devenir urgent que je trouve une partenaire, sans quoi ce ne serait plus de l'indifférence que je recevrais de la part de Nepthys, mais de la haine.
    La petite voix du diable sur mon épaule s'insinua dans ma tête, me soufflant qu'il fallait mieux de la haine que rien du tout. De l'autre épaule (où normalement réside un angelot), la petite voix perverse me souffla que si personne ne reconnaissait Nephtys, il n'y avait aucun risque... mais je les repoussais, refusant d'y accorder un quelconque crédit pour l'instant.

    Mon attention se porta alors sur un autre costume bien sombre, une robe noire à volants et froufrous de même couleur quelques mètres en avant de l'étrange couple Nephtys-Taylor.. Le visage blondin rehaussé par cette dose de sombre était celui de ma précieuse médicomage - combien de fois m'avait-elle recousu ? Elle ou Fédor d'ailleurs... Le voilà mon précieux atour pour me défaire de ce doigt pointé sur moi. Délaissant d'un geste Heath', le coupant en pleine phrase par la même occasion, je me rapprochais donc du buffet et, cueillant un nouveau verre sur le plateau d'un serveur concentré, l'offrait à la princesse Savannah avec ce que j'espérais être mon plus beau sourire.
    « Je n'imaginais pas vous retrouver dans une robe aussi ensorcelante, mais elle vous va parfaitement. (Comment ça, toujours dragueur ? Non, je ne vois vraiment pas...) Votre prince vous a-t-il fait faux bond, vous laissant ignoblement seule ? Je sais que je n'ai pas les atours d'un prince, mais accepteriez-vous à défaut une danse avec un pauvre détective sans galon ? »


Dernière édition par Gaël Avenford le Jeu 27 Déc - 0:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}   

Revenir en haut Aller en bas
 

{{ Evènement : Bal de Rentrée - "J'ai toujours rêvé d'être ..." {clôturé}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

 Sujets similaires

-
» OH AFRIQUE TU NOUS RESERVES TOUJOURS DES SURPRISES..........
» L'assassin revient toujours sur les lieux du crime. Diantre, qu'on l'arrête!
» Qu'il y ait toujours du soleil - Kaliska.
» Ils reviennent toujours... [PV]
» [THEME - PV] J'ai raté mon entrée à défaut de ma rentrée !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Elderwood Accueil ─
 :: ─ Premier étage. :: ─ La Salle de Bal
-