Partagez | 
 

 Caught in a Bad Bromance - Post NDL - Ft. Istvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 262
    ♦ PSEUDO : Eterna
    Féminin ♦ CREDITS : Burning Candles (ava) et Bonnie Blue (gif)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Derrière un rayonnage, à t'espionner



Revelio

MessageSujet: Caught in a Bad Bromance - Post NDL - Ft. Istvan   Jeu 4 Oct - 17:26






Un cauchemar. C'était un cauchemar. Quand elle s'était relevée de ce lit dans lequel on l'avait forcée à rester un peu par principe, et en dépit de ses protestations, elle avait fait le tour de ses proches. Il y en avait qu'elle n'avait pas vus, prise de court par ses devoirs d'Auror, tour par le bureau d'Owen, découverte de la liste des morts … et des disparus. Le monde d'Eterna s'était arrêté de tourner. Elle avait pâli, et avait demandé à être immédiatement mise sur l'enquête. La réponse ? Un non, ferme et définitif. Merci, au revoir. Elle avait regagné le château assommée, s'était allongée quelques instants avant de se relever. Pas question. Quoi qu'en dise cet empafé de Johnson, quoi que disent ses supérieurs, elle le ferait. Il était hors de propos qu'elle reste là à attendre que d'autres fassent son boulot à sa place. Et elle ne supporterait pas de savoir qu'il était là, quelque part, à avoir besoin d'elle, et qu'elle resterait bras croisés, attendant que ça se passe. No way ! Désobéissance, insubordination lui pendaient sans doute au nez, mais, d'une part, ce n'était pas comme si elle n'avait pas l'habitude, et, surtout, ce n'était sans doute pas ce qui allait l'arrêter, bien au contraire ! On lui rendrait Greg, elle le ramènerait à Ada et à leur si mignonne petite fille dont elle était déjà complètement folle, et qu'elle mourrait d'envie de prendre dans ses bras. Pour ce petit ange, pour sa mère, pour Cerrone et pour lui, elle n'avait pas le droit d'abandonner sans même avoir essayé. Alors qu'ils aillent tous au diable. Elle allait sur le terrain, que ça leur convienne ou non. Elle ouvrit son placard, sortit des vêtements sombres, attrapa sa baguette et, en moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, se retrouva dehors.

Les couloirs étaient déserts, peu d'étudiants ayant envie d'affronter les fantômes de cette nuit-là qui hantaient les lieux, peut-être pas de façon physique, mais en tous cas dans les souvenirs de tous leurs camarades. L'Auror n'y était cependant aucunement sensibles. Même si cette affaire était une tragédie et une catastrophe, elle était une femme de terrain et ces choses, aussi horribles soient-elles, faisaient partie de son existence. Elle était beaucoup plus chamboulée par cette unique disparition que par les étudiants qui avaient trouvé la mort dans la bataille. L'aspect personnel, cela faisait sans nul doute d'elle la plus parfaite des égoïstes, mais ce n'était pas la question. Et puis, si cette bande de petits cons s'étaient trouvés là où ils étaient censés être, dans leurs dortoirs … Oui, non. Ils auraient été enfermés avec leurs camarades loups, sans adultes pour venir les aider. S'arrêtant au milieu du couloir, se rendant compte du point auquel elle était injuste, la jeune femme posa la main sur la pierre froide du mur et se forçant à respirer profondément. Il fallait qu'elle se calme. Les sentiments obscurcissaient le jugement, et c'était pour ça que l'on avait pas voulu d'elle sur l'enquête. A elle de prouver qu'ils avaient eu tort, et ce n'était certainement pas comme cela qu'elle allait y parvenir. Après des plates excuses mentales aux victimes de cette nuit, elle reprit sa marche et sortit bien vite du château, s'enfonçant dans la nuit noire.

Mais, au bout d'une heure, Eterna tournait en rond. Elle avait commencé par aller au Quartier Général, où Gregori était revenu après l'alerte donné, rentré de son voyage hors de l'île. Il aurait dû y rester, pensa-t-elle amèrement, il aurait été sain et sauf. Mais comment l'en blâmer, avec sa femme enceinte et en train d'accoucher au milieu de ces bêtes ? L'accouchement d'Ada. Elle avait pu en déterminer le lieu approximatif mais n'avait rien trouvé. En réalité, elle n'avait rien. Même pas l'ombre d'une piste, un semblant de quelque chose. Greg s'était volatilisé, disparu sans laissé de traces et personne n'avait la moindre traître idée de ce qui avait pu lui arriver. Furieuse, à bouts de nerfs, l'Auror se releva, accroupie qu'elle était dans l'herbe, quelque part entre les QG et le château, pensant avoir trouvé quelque chose, un indice, un vieux mégot qu'elle avait empoché en se disant que ça ne donnerait sans doute rien. Tournant son regard, brouillé par la colère sur les environs, elle finit par lâcher une bordée de jurons bien sentis et finalement, partit à toutes jambes. Elle courut, droit devant, alors que des larmes de frustration et de douleur s'échappaient de ses yeux. Greg. Boss. Disparu. Il ne pouvait pas. Il était invincible, insubmersible, le roc sur lequel elle avait toujours pu s'appuyer, qu'elle avait soutenu à son tour dès qu'elle en avait eu l'occasion ! Il ne pouvait pas être parti, on ne pouvait pas le leur avoir pris, ils n'en avaient pas le droit ! Elle ne faisait pas attention à sa trajectoire, elle s'en foutait, elle voulait juste s'éloigner de tout ça, s'éloigner du château, de cette île de merde, de …

FAIS CHIEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEER ! Le hurlement venait de sortir tout seul alors que l'Auror s'arrêtait, à quelques centimètres à peine de faire le grand plongeon du haut de la falaise. Pas émue pour deux sous par la proximité du vide, elle posa ses mains sur ses genoux, essayant de reprendre son souffle. Sa course effrénée n'avait fait qu'accélérer un peu plus les battements de son coeur, les désordonnant du même coup. Ses yeux étaient secs, mais cela ne voulait pas dire que son âme saignait moins. Elle se releva, et, comme si cela pouvait arranger les choses, elle cria à l'océan : POURQUOIIIIIII ?! Sa voix était éraillée, rendue tremblante par l'émotion. Elle n'en pouvait plus, elle voulait frapper quelqu'un, elle voulait sauter, elle voulait du sang, elle voulait pleurer, elle voulait arrêter d'avoir mal, elle voulait le serrer dans ses bras. Gonflant ses poumons de nouveau, elle renvoya à l'iode marin qui rendait ses yeux brûlants : GREEEEeeeeg ... Sa voix se brisa sur la fin et elle se mit à trembler, refermant ses bras autour d'elle. Merde. Elle se mordit la lèvre, se sentant démunie, fragile, et absolument ridicule. Et seule.

_________________
    « Two hearts, believing in just one mind »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 340
    ♦ PSEUDO : .zadig
    ♦ CREDITS : Lux d'amour
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/09/2009
    ♦ AGE : 25



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 27 ans, Huitième année à Salem, Auror infiltré
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Caught in a Bad Bromance - Post NDL - Ft. Istvan   Ven 9 Nov - 0:39

Le destin jouait parfois de drôles de tours, quand on y pensait. Certains se retrouvaient après les épisodes tragiques, à l’image d’Istvan et Jude, pour qui il avait fallu plus qu’un électrochoc pour savoir qu’ils ne survivraient pas l’un sans l’autre. Et d’autres… Disparaissaient. Simplement. « Comme ça. » Istvan était bien placé pour savoir que rien n’arrivait jamais « comme ça », qu’il y avait toujours une raison. Surtout depuis qu’il avait appris que Raphaëlle Huntington-Proutprout était venue s’ajouter aux ennuis pullulant sur l’île. Une épine dans le pied n’était pas suffisante, il fallait tout un buisson, évidemment, sinon ça n’était pas drôle du tout. Et en toute honnêteté, Loups + Raphaëlle + Owen + Aurors Morts + Habitants pas contents + Arches brièvement fermées, ça commençait à faire un sacré buisson. Avec un peu de chance, il pourrait peut-être même faire une haie.
Parce que le destin était un peu cruel, un peu comme un méchant de dessin animé mais en pire, parce qu’il n’avait nulle morale, nul souci de récompenser les plus méritants, il prenait quand cela lui chantait. Alors il y avait ceux qui étaient encore là… Et ceux qui n’étaient plus.
Gregori Di Marco faisait partie de ceux qui n’étaient plus, avec Akane et bien d’autres, ceux qui n’avaient eu aucune chance face à la tragédie. Il n’y avait aucune preuve laissée derrière lui, pas grand-chose qui puisse les mettre sur un piste qu’ils jugeraient probantes et plus les heures s’égrenaient, plus les aurors avec leur buisson dans le pied pédalaient dans la semoule (et du coup, ça n’était pas franchement facile d’avancer). Istvan pédalait, plus particulièrement. Le reste de l’unité étant encore occupé à épingler des photos sur un tableau en reliant des points pour faire des dessins. Pas que l’Anglais ait la solution, loin de là, mais il ne pouvait rester posé les fesses sur une chaise. Pas avec Huntington dans les parages. Et pas dans ce climat là.

Baguette au poing, Istvan trainait lentement sa silhouette lasse à travers les couloirs, déjà agacé par ce calme oppressant qui succédait à la tempête, un parfum post-apocalyptique et cette vie qui tournait au ralenti en dépit de l’effervescence des adultes pour préparer le départ. Chacun avait retrouvé sa place, du moins ceux qui restaient et s’évertuait à remplir ses fonctions tandis que le monde continuait sa course. L’ambiance pesait à Istvan l’imbécile qui en venait presque à regretter les adolescents boutonneux qui se lançaient des boulettes de papier toilette à travers les salles de cours, ceux qui couraient en hurlant dans tous les sens et ceux qui n’obéissaient jamais.
A pas mesurés, l’Anglais sortit hors de l’établissement, savourant l’air nocturne et le silence émaillé de quelques bruissements, qui, pour une fois, lui paraissaient presque rassurants. Il y avait donc encore de la vie. Un peu trop même, à en juger l’ombre qui venait de s’éclipser à toute allure à l’extérieur, en direction des falaises. Le sang d’Istvan se figea avant de se ruer vers tous ses muscles avec sa dose d’adrénaline. Il s’élança à la poursuite de l’intrus, baguette en avant et sourcils froncés.
Jusqu’à ce qu’un cri, porté par une voix qu’il connaissait plutôt bien, malheureusement, lui fasse ralentir l’allure. Eterna, donc. Eterna avec qui la dernière conversation ne s’était pas particulièrement bien achevée et avec qui il n’avait pas vraaaiiiiment envie de discuter à l’heure qu’il était, quel que soient les raisons qui l’avaient poussée à courir comme une folle furieuse à travers le parc. Après tout, chacun faisait bien ce qu’il voulait. Même si ça la faisait visiblement chier.
POURQUOIIIIIII ?! … Comment ça « pourquoi » ? Et l’océan était censé détenir les réponses ? Istvan fronça les sourcils, fortement tenté de répondre « parce que » avant de se barrer pour poursuivre sa ronde. A moins qu’Eterna ait déjà appris pour lui et Jude, ce qui lui paraissait soudainement une réaction légèrement disproportionnée. Mais bon. C’était Eterna.
GREEEEeeeeg…
Ah oui. Forcément. L’Anglais soupira, partagé entre égoïsme et prudence avant de faire un pas vers sa collègue et d’illuminer les environs par son faible lumos.
▬ Tu vas pas t’jeter d’ici hein ? C’est pas ton style. Lança-t-il en se dandinant légèrement d’un pied sur l’autre, indécis quant à la conduite à adopter. Surtout après ce que t’as enduré, ce s’rait complètement con. Force était de constater qu’Istvan n’avait jamais été très doué pour réconforter les autres. Le contact humain ne lui était pas difficile mais avoir un semblant de sérieux l’était nettement plus.
Il s’assit doucement à ses côtés et posa sa baguette entre eux, fixant le vide d’un regard qui l’était tout autant.
▬ Je sais qu’on s’accorde sur peu de choses... Autant dire sur rien du tout. Mais j’ai promis de faire des efforts pour coopérer… Donc heu… En gros… Je suis ton partenaire si t’as besoin. Après Jude. Enfin. Peut-être. Enfin. Je sais pas.


C'est tout pourri, je savais pas quoi faire, pardon, je change si jamais UU

_________________





Waiting for forever

Some day you will find me I haven't gone too far I miss the way we were back then How we laughed I can feel you in my heart There's a world in your eyes I can see it getting brighter All the hours that we turned into days ♦ Worlds Apart - The Mostar Diving Club (c) Ohyeah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 262
    ♦ PSEUDO : Eterna
    Féminin ♦ CREDITS : Burning Candles (ava) et Bonnie Blue (gif)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Derrière un rayonnage, à t'espionner



Revelio

MessageSujet: Re: Caught in a Bad Bromance - Post NDL - Ft. Istvan   Lun 12 Nov - 11:14

Quand s'était-elle laissée tomber au sol ? Elle n'en avait aucune idée. Tout ce qu'elle savait, c'était que ses mains tremblaient, du genre à la faire passer pour une patiente gravement atteinte de Parkinson. Et que ses yeux coulaient tous seuls, ces traîtres, déversant physiquement toute la peine et la rage qu'elle pouvait ressentir. Rage contre elle-même, d'être aussi impuissante. Elle avait même essayé un « Accio Greg » (sisi), c'était pour dire … Elle était inutile et elle n'arrivait pas à aligner deux pensées cohérentes dès qu'elle pensait à lui et au fait qu'il n'était plus là. Tout ce qu'elle pouvait faire, c'était sangloter comme la dernière des idiotes, à l'aplomb de la falaise. Brillant. Superbe tableau. Heureusement que personne n'était là pour voir ça. Tu vas pas t’jeter d’ici hein ? C’est pas ton style. Paroles + une lumière qui venait d'arriver = … bah c'est un peu quand vous dites « ça pourrait être pire, il aurait pu pleuvoir » et que vous vous mangez une saucée sur la tête, à peine la phrase terminée. S'essuyant les yeux du plat de la main, tenant un peu à ce qui lui restait de dignité, elle identifia en plus la voix de la personne qui venait de parler. Istvan Bernhardt. Une des dernières personnes qu'elle aurait mis sur la liste de « qui me trouverait bien en train de hurler à la lune, dans tous mes états » si jamais elle avait fait ce genre de liste. Quelque part entre Declan Swightberry et Owen Johnson, vous voyez ? Nan. Mon style c'est plutôt de buter du vilain en foutant le plus de sang partout. Sauf que pour l'instant, on en a pas chopé, répliqua-t-elle, sa voix étant éraillée par les larmes qu'elle venait de ravaler. Surtout après ce que t’as enduré, ce s’rait complètement con. Un léger rire lui échappa. Il était vrai qu'elle avait eu droit à sa place sur la liste des Aurors blessés, avec Nathaniel Cavanaugh et Alejandro Bottero. Elle avait horreur de ça, les listes, aussi. C'était de la merde. Elle haussa les épaules, réveillant la douleur dans son flanc. Plus une gêne maintenant que quelques chose qui la ferait hurler, mais ça restait présent. J'ai survécu à bien pire. C'est les risques du métier. Enfin, à bien y réfléchir, elle n'en était pas sûre. Faire face à un lycan avec sa petite baguette en se foutant entre son dîner et lui, c'était quand même un des trucs les plus stupides qu'elle ait jamais fait. Mais passons.

Istvan et elle. En train de discuter normalement. On aurait tout vu. La dernière fois qu'ils avaient parlé, ils avaient failli en venir aux mains. Enfin, l'avant-dernière fois, la dernière, techniquement, étant après, quand ils s'étaient retrouvés pour parler boulot. Et étrangement, ça s'était plutôt bien passé. Cette sensation, cette conviction qu'ils étaient faits de la même étoffe et que, dans d'autres circonstances, ils se seraient entendus à merveille s'était intensifiée. Mais … mais y avait Jude. Et y avait ce couteau. Il n'avait pas posé plus de questions, mais en même temps … ça restait un obstacle. Quelque part. Quand elle entendit ses pas, elle se dit qu'il allait sans doute repartir et elle ne lui en aurait pas voulu, bien au contraire. Aussi fut-elle surprise quand elle le vit, à la lisière de son champ de vision, s'asseoir à ses côtés. Elle considéra un moment sa baguette, puis lui, avant de suivre son exemple et de regarder au loin. Soit. Je sais qu’on s’accorde sur peu de choses... Autant dire sur rien du tout. Elle eut un léger rire : Etrangement … j'crois qu'tu t'goures complètement. Soyons honnêtes : ils étaient tous les deux de grands gamins, déconneurs, infoutus de réconforter qui que ce soit correctement, avec un sérieux souci avec l'engagement affectif. Ils étaient cependant aussi efficaces l'un que l'autre dans leur boulot et … ils tenaient beaucoup à la même personne, chacun à leur manière et même si c'était un sujet de désaccord. Mais j’ai promis de faire des efforts pour coopérer… Donc heu… En gros… Je suis ton partenaire si t’as besoin. Par contre, ça, elle ne s'y attendait pas. Elle ouvrit la bouche comme un poisson hors de l'eau, se tournant vers lui, avant de la fermer et de revenir à l'horizon, au loin. Euh … merci ... Ses yeux se baissèrent vers la pointe de ses chaussures qui pendaient dangereusement vers le vide : Mais ils m'ont écartée de l'enquête. Une boule, énorme, semblait lui obstruer la gorge et ses paupières se fermèrent doucement : Je sais pas où vous en êtes, je sais pas qui est dessus, j'crois qu'Owen a peur que je les harcèle. Mais j'peux pas rester assise à attendre qu'ils le retrouvent peut-être. Greg et elle, c'était une vieille histoire qui n'était pas forcément connue, même si elle avait envoyé le Ministère de la Magie Italien se faire foutre quand il en avait été remercié. C'était sans doute dans ses états de service, mais, savoir s'il les avait lus … J'vais essayer de mener ma barque. Mais j'ai que dalle ... Si ça voulait dire « alors si tu veux, welcome on board » ? Allons, ne commencez vous pas à la connaître un peu ?

_________________
    « Two hearts, believing in just one mind »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 340
    ♦ PSEUDO : .zadig
    ♦ CREDITS : Lux d'amour
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/09/2009
    ♦ AGE : 25



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 27 ans, Huitième année à Salem, Auror infiltré
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Caught in a Bad Bromance - Post NDL - Ft. Istvan   Mer 16 Jan - 10:14

S’amuser du malheur des autres, ça n’avait jamais été le genre d’Istvan… Bon, en fait, si, généralement, ça l’avait toujours fait beaucoup rire quand il croisait des types avec des cheveux verts à cause d’une potion ratée et autres trucs débiles. Encore aujourd’hui, quand n’importe quel élève était sur le point de se faire dessus parce que la réponse à la question du professeur avait du mal à venir, il n’était pas de ceux qui volaient à son secours avec l’esprit chevaleresque. Non. Lui, il se marrait plutôt comme un bossu dans un coin sombre de la classe. Au fond, Istvan n’était pas méchant, juste un poil puéril.
Si voir Eterna dans un tel état ne l’avait pas franchement fait rire, il n’avait pas réussi à être pleinement compatissant, ce n’était pas son genre. C’était tout
▬ Nan. Mon style c'est plutôt de buter du vilain en foutant le plus de sang partout. Sauf que pour l'instant, on en a pas chopé. Un sourire désolé se fraya un chemin sur les lèvres de l’Anglais. Il lui aurait bien dit que plus tard, les coupables seraient forcément arrêtés mais l’affaire s’annonçait compliquée et Eterna avait quasiment autant d’expérience que lui dans le métier. Lui mentir ou lui vendre des chimères n’aurait servi à rien sinon à vendre de l’espoir qui n’avait pas lieu d’être. Voilà qu’il pensait comme le plus terre à terre des aurors à présent… Lentement, il hocha la tête. Elle en avait vu d’autre, s’entendit-il lâcher, comme un trait d’humour un peu mal placé. Pour les douleurs physiques, en effet… Mais le reste…
▬ J'ai survécu à bien pire. C'est les risques du métier. Encore une fois, il ne put qu’acquiescer. Ces risques, ils avaient signé pour ça, ça faisait partie du contrat pour qu’ils aient leur dose d’adrénaline quotidienne, l’incomparable excitation de partir à la chasse au mage noir en jouant sa vie à la roulette russe. Depuis qu’ils étaient arrivés à Nameless, toute cette partie du métier avait disparu, ne laissant plus que le vide et une morne existence de bureaucrate ordinaire. Jusqu’à ce que la roulette leur tombe à nouveau dessus, sans prévenir. Ils s’étaient endormis et ceux qui n’avaient pas choisi de mettre leur vie en jeu l’avaient payé assez cher. Cette réflexion lui arracha un soupir fatigué tandis qu’il s’asseyait aux côtés de sa collègue, fixant de ses yeux clairs l’horizon plus que sombre, étrange métaphore de ce qui s’annonçait pour Elderwood et ses occupants. Les heures seraient sombres mais au bout, les étoiles. Puis un jour, la lumière reviendrait.
Son attention revint sur Eterna. Eterna avec qui il ne s’entendait pas du tout, si on en croyait leur historique relationnel. Ils s’opposaient, sur tout et c’est ce qu’Istvan aimait à dire, incapable de donner d’autre raison valable à leur violente mésentente.
▬ Etrangement … j'crois qu'tu t'goures complètement. Un regard surpris accueillit la déclaration. Etrangement, l’idée ne lui semblait pas totalement hors de propos. Leur dernier esclandre lui avait laissé une étrange impression d’inachevé. Des paroles avaient résonné, autant chez lui que chez elle et Istvan n’avait plus su dire s’il tentait de trouver un écho personnel ou chez l’Américaine.
L’Auror se contenta d’hocher la tête sans répondre. De toute façon, un tel constat n’appelait nulle réaction et la sienne n’aurait pas été plus constructive. Il ne mettait rien en doute, ça l’intriguait même mais il garderait bien de le dire tant qu’il n’aurait pas vu et il doutait qu’Eterna soit actuellement à même de lui prouver quoi que ce soit.
Tout doute et hésitation mis à part, Istvan ne pouvait que proposer une alliance à la fausse bibliothécaire. Ils étaient aussi perdus l’un que l’autre alors autant essayer de s’entraider.
▬ Euh … merci ... Les yeux d’Istvan suivirent le même chemin que ceux d’Eterna. C’normal. marmonna-t-il avec une certain embarra. Mais ils m'ont écartée de l'enquête. Le pseudo étudiant secoua la tête et tapota maladroitement l’épaule de sa collègue. Ca, c’était le genre de truc qu’il connaissait bien. Il s’était mordu les doigts d’avoir été mis à pied pour l’arrestation de Raphaëlle mais il avait beaucoup appris. L’heure des explications viendrait un jour. Il ne savait pas quand ni comment mais rien ne l’avait empêché de mener son enquête, pas même une interdiction de l’approcher donnée par son supérieur durant sa réhabilitation. Alors les enquêtes souterraines, ça le connaissait.
▬ Je sais. Lâcha-t-il avec un sourire. Ca n’avait rien de railleur, il savait mais ça ne l’empêchait pas de venir lui proposer de faire équipe. Le protocole, toutes ces conneries, inutile de s’en embarrasser quand il fallait agir. Et faire des dessins sur des tableaux, des portraits robots avec le cul posé sur une chaise, ça n’était en rien la méthode d’Istvan.
▬ Je sais pas où vous en êtes, je sais pas qui est dessus, j'crois qu'Owen a peur que je les harcèle. Mais j'peux pas rester assise à attendre qu'ils le retrouvent peut-être. J'vais essayer de mener ma barque. Mais j'ai que dalle ... Quelques secondes de silence s’installèrent, le temps qu’Istvan songe à ce qu’il avait entendu et compris. Ca n’était pas le grand « bienvenue, entre donc, je te prépare un thé, parlons boulot » auquel il aurait bien aimé assister mais connaissant Eterna, c’était peut-être le mieux dont elle était capable.
▬ Je suis pas sur l’enquête et c’est ce qui me permet de pas avoir l’air d’un connard en costard. De toute façon tant que je suis élève ici, je suis officiellement occupé. Donc indisponible pour toute autre activité que celle d’un adolescent. Je n’ai aucune idée d’où ils peuvent bien en être réellement, je suis pas beaucoup passé au QG et tout le monde se fiche du mec qui porte des t-shirts de Quidditch et des shorts. Avoua-t-il en secouant la tête d’un air navré avant de poursuivre j’aurais éventuellement une piste. Une seule en fait et elle m’est un peu personnelle alors j’crois qu’ils ont un peu peur que j’aille agresser mon premier suspect. Jsuis comme toi, jsuis rouillé mais ça m’empêche pas de vouloir avancer. Faut retrouver ces enfoirés… Cracha l’Auror un peu puérilement, sachant pourtant que ça n’avait rien d’aussi simple.
▬ Plus sérieusement, il faut qu’on parle de Greg et toi, c’est quand tu le sens. Je sais ce que disent les papiers mais je veux ce que toi tu en penses, ça nous permettra d’avoir des pistes et moi j’aurais pas à ramasser toutes les brindilles que compte le sol en croyant que c’est un indice. Il marqua une courte pause pour réfléchir, affichant le sourire satisfait de l’auror de retour au travail. Son regard croisa celui d’Eterna et il se mua en moue désolée d’un gamin pris en flagrant délit de voyeurisme. Oui, il savait un peu pour elle et Greg, il n’avait pas été obligé ou du moins pas réellement. Mais disons que lorsque vous croisez une future collègue avec un couteau à un débriefing et que par la suite elle ne peut pas vous voir en peinture, non seulement vous vous méfiez mais vous faites également jouer vos relations pour pouvoir éplucher la totalité de son dossier. Question de survie élémentaire.
▬ J’ai lu ton dossier. Expliqua sobrement l’Anglais sans mentionner qu’il avait eu la trouille de se faire castrer dans son sommeil par une bibliothécaire psychopathe. Greg et toi… Next, les loups. Ou l’inverse, comme tu voudras.


_________________





Waiting for forever

Some day you will find me I haven't gone too far I miss the way we were back then How we laughed I can feel you in my heart There's a world in your eyes I can see it getting brighter All the hours that we turned into days ♦ Worlds Apart - The Mostar Diving Club (c) Ohyeah
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 262
    ♦ PSEUDO : Eterna
    Féminin ♦ CREDITS : Burning Candles (ava) et Bonnie Blue (gif)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Derrière un rayonnage, à t'espionner



Revelio

MessageSujet: Re: Caught in a Bad Bromance - Post NDL - Ft. Istvan   Mar 12 Fév - 17:59

Si les embruns ne lui éclaboussaient pas le visage de temps à autres, Eterna aurait sans doute demandé qu’on lui envoie un seau d’eau sur la tête pour lui assurer qu’elle n’était pas en plein rêve, ou cauchemar. No offense pour Istvan, c’était simplement que Greg disparu ne pouvait qu’être une mauvaise plaisanterie. Il s’était caché dans un coin pour mettre ses talents d’enquêtrice à l’épreuve et n’allait pas tarder à surgir de derrière un arbre pour lui hurler un gros « bouh » d’un air malicieux. Après, ils iraient voir Kira, ils coinceraient Cerrone et ils lui raconteraient toute l’histoire. Mais non. A la place, Istvan venait de lui proposer d’être son partenaire et en plus disait que C’normal. Ah. Ha. Ha ! Hahahahaha. Bref, vous avez compris l’idée. Il y avait quelque chose d’absolument surréaliste à cette situation et si elle ne voulait pas se noyer dans ce flot d’incohérences, elle devait simplement accepter ce qui venait et nager dans le sens du courant. Après tout, qu’est-ce qui pourrait bien lui arriver de pire ? Wait. La dernière fois qu’elle s’était posé cette question, il était arrivé. Enfin là, ça ne semblait pas être le pire alors … Elle l’écouta, hochant la tête quand il lui expliqua ne pas être sur l’enquête. Etant donné qu’ils avaient tous été plus ou moins victimes des événements, cela n’avait rien d’étonnant. D’ici qu’ils se tapent les Aurors des Aur…non, pas ça, par pitié. Elle fit jouer doucement sa nuque pour tenter de se détendre, chose qui lui serait sans doute impossible avant un bon bout de temps et eut un léger rire quand il lui parla de la réaction des agents quant à sa tenue vestimentaire et elle lui tapota le dos, « dude » style. Estime-toi heureux qu’ils ne t’aient pas chopé en te demandant ce que tu foutais là avant de te jeter un « Oubliettes » et te renvoyer dans ton dortoir …. Après tout, ni l’un ni l’autre n’étaient des Aurors très expérimentés et ils savaient très bien qu’ils ne pesaient plus rien ou plus grand chose en tous cas dans la balance. On l’avait renvoyée à ses bouquins avec le même dédain.

Quand elle l’entendit parler de piste, cependant, sa main se crispa sur son épaule et elle leva les yeux vers lui, vraiment en demande : Une piste ?! Laquelle ?! Elle devait avoir un air d’aliénée, complètement pâle avec ses cheveux dans tous les sens. Et sans doute l’était-elle un peu. Elle se voyait déjà se jeter sur le suspect qu’il lui désignerait, juste pour avoir quelque chose à faire. Et elle lui ferait cracher des informations, d’une manière ou d’une autre. Car Greg, tout comme Marwin, était de ces personnes pour lesquelles elle était prête à tout. Et ce n’était sans doute pas bon pour sa carrière, mais excellent pour sa santé mentale … Quoique … Elle hocha vigoureusement la tête quand il parla de faire mordre la poussière aux méchants et serra les poings pour tenter de sa calmer, ce qui ne fit que raviver la douleur dans son flanc et la fit grimacer. Elle passa ses doigts à l’emplacement de sa blessure avant de relever le regard vers Istvan alors qu’il commençait à parler business et non vendetta personnelle. Plus sérieusement, il faut qu’on parle de Greg et toi, c’est quand tu le sens. Je sais ce que disent les papiers mais je veux ce que toi tu en penses, ça nous permettra d’avoir des pistes et moi j’aurais pas à ramasser toutes les brindilles que compte le sol en croyant que c’est un indice. Elle plissa doucement les yeux, alors que l’évidence s’imposait à elle. Certes, elle avait hurlé son nom à la lune mais en-dehors, personne ne savait qu’elle et Greg se connaissaient et quand ils se voyaient, ils restaient discrets au possible. Ce fut donc plus par défi qu’autre chose qu’elle le fixa, attendant qu’il confesse : J’ai lu ton dossier. Evidemment. Elle maintint le silence désagréable un petit moment, juste pour le faire chier puis haussa les épaules. Après tout, elle ne pouvait que le comprendre, après ce qui s’était passé entre eux, elle avait fait la même chose. J’crois qu’on est quittes là-dessus. Ne restait plus donc qu’à bosser. Ensemble. Idée étrange. Greg et toi… Next, les loups. Ou l’inverse, comme tu voudras.

Elle considéra le bout de ses chaussures un moment avant de commencer : J’ai été affectée au Ministère Italien pendant ma formation. Gregori di Marco était mon supérieur hiérarchique n+2. Je me suis fait rapidement remarquer par mon réac de chef qui a décidé de m’envoyer le voir pour me calmer un peu. Mais c’est l’inverse qui s’est produit. Elle se souvenait encore de son attitude butée de gamine, de la façon dont elle s’était défendue, des résultats qu’elle avait agité sous son nez alors qu’il restait d’un calme olympien avant de finalement laisser échapper l’ombre d’un sourire. J’suis pas un cadeau pour la hiérarchie, c’est clair. J’ai horreur des ordres et des consignes et quand je vois l’opportunité de faire mieux sans les suivre, je fonce. Il l’a compris. Du bout de son ongle, elle gratta son jean, gênée. Son regard s’était voilé alors qu’elle se remémorait tous les moments qu’ils avaient partagé. C’est moi qui l’ai poussé très discrètement dans les bras de sa femme. Un léger rire lui échappa en se souvenant de la nouvelle plutôt canon et des vieux sous-entendus qu’elle faisait à chaque fois qu’ils étaient tous les deux. Je devais être témoin à leur mariage, mais j’étais emprisonnée à ce moment-là. Une sale histoire aux Caraïbes. Elle finit par soupirer et se tourna vers lui, se rappelant à qui elle parlait : J’vais te faire ça court. C’est le seul supérieur que j’ai jamais respecté. C’est devenu un ami très cher. Quand ils l’ont viré du Ministère italien, je suis partie aussi. Et … je suis la marraine de sa fille.

Ses lèvres se mirent à trembler et elle haussa une fois de plus les épaules avant de gratter encore plus fort le tissu de son pantalon. Voilà, tu sais tout. Et pour cette fucking nuit, on fermait tard pour les étudiants qui révisaient. L’un d’entre eux s’est transformé. On a tout tenté pour le maintenir avec Jude. Il s’est barré dans le couloir en emportant un souvenir de moi. Et voilà. C’était effrayant. Tout était allé tellement vite, et en même temps avait été tellement clair qu’elle ne savait pas quoi en penser. Je ne sais pas comment c’était pour toi, mais jamais on n’aurait pu voir ça venir. La Lune était pleine alors que ce n’était pas DU TOUT LE JOUR, par le tanga très cochon de la grand-tante Adèle de Merlin ! Elle finit par lâcher le tissu de peur de se retourner un ongle et se retourna vers lui avant de se frapper les cuisses : En gros, on ne sait rien. Mais c’est un truc assez énorme et sans doute bien préparé. C’est … La suite sera censurée pour les yeux des plus chastes des lecteurs.

_________________
    « Two hearts, believing in just one mind »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Caught in a Bad Bromance - Post NDL - Ft. Istvan   

Revenir en haut Aller en bas
 

Caught in a Bad Bromance - Post NDL - Ft. Istvan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nouveau gn post-apocalyptique!
» Dreamers bring ideas, projects to post-quake Haiti
» → is this one thing that caught me slippin' le 14 mai 2012 à 08h42.
» Mettre sa musique en ligne sur un rp/post.
» + FICHE DE POST RP

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine.
-