Partagez | 
 

 Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : Rider 0n the Storm
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2012



Revelio

MessageSujet: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Jeu 27 Sep - 13:49

Aujourd’hui était un grand jour. A vrai dire, Mel n’avait pas présenté beaucoup de personnes à sa sœur jumelle. Elle avait connu le premier bien sûr, source d’une grande discorde. Ainsi qu’Arizona, son ex préférée, comme elle aimait l’appeler. Ou encore Louka, parce que ça avait été vraiment sérieux entre eux. Mais pas beaucoup plus de personnes. Lui introduire Arsène était… risqué, il le savait, mais en même temps, ce qu’il ressentait pour le jeune n’avait aucun précédent. Alors il devait se contenter de respecter quelques petites règles simples, et tout irait bien pour tout le monde. Du moins tenta t’il de s’en persuader. Alors il se répéta dans sa tête ces fameuses règles, pour être bien sûr de ne pas les oublier. 1) Ne pas trembler. 2) Ne pas reculer. 3) Ne pas avoir peur. Voilà les trois préceptes que Mel s’efforcerait de suivre cette après midi là. Ne pas trembler sous la pression qu’imposait un dîner en famille avec la sœur jumelle, accessoirement auror. Ne pas reculer, parc que c’était enfin l’occasion de présenter l’homme qu’il aimait à la personne la plus chère à son cœur. Et puis… Il voulait aussi rencontrer ‘officiellement’ monsieur Di Marco le trou du cul. Et bien sûr, ne pas avoir peur de ce qui pourrait se faire ou se dire, même si ça, c’était peine perdu. Arsène était un de ces élèves et pour ça, Eterna allait le tuer, littéralement. Avec un long soupir, il se tourna vers son chéri et lui demanda, en essayant de sembler calme : Tu sais faire les cravates toi ? J’ai jamais réussi un nœud correct ! Et puis aussi, ses mains tremblaient beaucoup trop pour faire un nœud correct. Soudain, il se mit à la place d’Arsène et s’approcha pour le serrer contre lui. Tu sais, tu ne dois pas paniquer. Ma sœur est un peu… bizarre des fois et il se peut qu’elle te jette des regards noirs mais… Elle va t’adorer. J’en suis sûr. Oui, tentative maladroite pour essayer de le rassurer, tout en se rassurant lui-même. Parce que oui, avant de passer l’étape des parents, il fallait convaincre la sœur et ça, c’était pas gagné.

Ses yeux plongèrent dans les siens finalement, il fallait qu’il se calme, parce que si lui était énervé, c’était évident qu’Arsène n’allait pas se sentir bien. Alors doucement, il déposa ses mains sur ses joues et lui vola un baiser. Tout va bien se passer, on va déchirer, j’en suis sûr. Il eut un faible sourire de vainqueur, avant de finalement le laisser faire son nœud. Oui, tout allait bien se passer. Il répéta ces mots intérieurement, comme une litanie, avant de finalement attraper sa main. C’est bon t’es prêt ? On y va ? Cette fois, c’était un large sourire sur ses lèvres. Non pas qu’il ait réussi à se convaincre qu’il n’y aurait aucun problème, mais surtout parce qu’il était heureux. Revoir sa sœur après tout ce temps allait lui faire du bien, même si ça ne durerait pas très longtemps, connaissant sa sœur. Doucement, il attrapa un peu de poudre de cheminette et entra dans la cheminée. Il lança l’adresse et dans un nuage de poudre verte, il se retrouva dans la maison de Cerrone. Bien sûr, ses dents se serrèrent sur le champ. Non pas qu’il avait oublié que ce dîner comporterait aussi le mec de sa sœur, mais simplement parce qu’il ne le supportait pas du tout et avait du mal à faire semblant. Cependant, il se composa un sourire et regarda autour de lui. Malgré tout, la maison était très jolie. Son cœur se serra en voyant une photo de Greg sur le buffet non loin et il se promit de demander à Eterna si elle avait des nouvelles ou pas. Bien sûr, quand son abruti de petit copain ne serait pas là. Tous ces secrets qu’elle lui cachait… Il secoua la tête finalement et lança. Salut tout le monde. Je suis ravi de te revoir soeurette. Il la prit dans ses bras rapidement, avant de se tourner vers la cheminée finalement. Je te présente mon copain… Arsène… Meurtre dans 3… 2… 1…


Dernière édition par Meleager P. Baskerville le Lun 1 Oct - 21:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 242
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) jonnow.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 11/10/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Sam 29 Sep - 21:48


Quant on est homosexuel, on imagine que rarement voir arriver le jour où la personne qui partage votre vie va vous présenter à sa famille. La raison à cela est plutôt simple : à vrai dire, dans neuf cas sur dix, la famille ne veut PAS vous rencontrer, parce que vous n'êtes PAS le gendre idéal et ne le serez jamais à leurs yeux. C'était une des choses qui avait fait qu'Arsène n'avait jamais voulu s'engager avec quelqu'un, pour ne pas avoir à en arriver là et devenir un poids pour l'autre. S'il savait que sa mère n'aurait, elle, rien eu contre cela, il savait tout aussi bien que son père, lui, aurait préféré se jeter sous un train plutôt que de voir ce jour arriver. Il fallait dire aussi que s'être entendu dire toute son enfance que l'on était un "monstre qui n'avait pas le droit au bonheur" et s'être pris quantité de volées monumentales pour l'intégrer pouvait légèrement conditionner à penser comme tel. C'est pourquoi, habillé sur son 31 et debout face à Meleager, il n'en menait pas bien large, et s'il avait accepté, c'était seulement pour lui faire plaisir... Même si, vu la nervosité apparente de son amant depuis que l'affaire avait été scellée, il doutait de plus en plus que cela puisse être une bonne idée.

« Tu sais faire les cravates toi ? J’ai jamais réussi un nœud correct ! Tu sais, tu ne dois pas paniquer. Ma sœur est un peu… bizarre des fois et il se peut qu’elle te jette des regards noirs mais… Elle va t’adorer. J’en suis sûr. »
« Attends, redis moi... Ce sera juste ta soeur et son nouveau petit-ami, c'est ça ? » Lui redemanda-t-il pour la millième fois en se forçant à respirer convenablement tout en s'affairant avec le noeud - il avait pas trop envie de devenir tout bleu une fois arrivé devant eux, cela allait de soi.

Même si, le connaissant, il y avait une forte probabilité que cela arrive...

« Tout va bien se passer, on va déchirer, j’en suis sûr. »
« Voilà, c'est bon, t'es tout beau ! Et, de toute façon, pourquoi ça se passerait mal, hein ? Y'a pas de raison. » Oui, entendre ça dans la bouche d'Arsène, c'était carrément pas souvent que ça arrivait alors mieux valait en profiter quand ça arrivait ! « Allons-y ! »

Il hocha la tête franchement, inspirant à fond tout en liant ses doigts à ceux de Mel avant d'entrer juste après qu'il ait disparu dans la cheminée. Il disparurent à son tour dans un nuage de fumée avant de réapparaître à destination, juste à temps pour voir Meleager s'avancer vers sa soeur d'un bon pas avant de la prendre dans ses bras. Il regarda un instant autour de lui avant de s'avancer timidement tandis que Meleager faisait les présentations.

« Je te présente mon copain… Arsène… »

Ses yeux se promenèrent sur les deux silhouettes qui venaient de les rejoindre dans ce qui semblait être le salon, et il lui fallut quelques minutes pour faire monter à son cerveau les informations que son nerf optique venait de lui envoyer. Il trouva cependant bon de commencer à parler avant d'avoir réellement pu assimiler l'énormité de la situation, et s'il ne l'avait pas fait, sûrement se serait-il trouvé là comme un imbécile avec la chique coupée.

« Bonsoir, Mademoiselle Baskerville. Oh, heu... Bonsoir Monsieur Di Marco. »

Okay, il aurait pu imaginer n'importe quoi pas mais ça. Se retrouver face à son professeur d'Alchimie, de surcroît depuis plusieurs années, et donc le connaissant de ce fait au minimum de vue... Cela commençait décidément très mal. Son regard bifurqua sur Meleager qui semblait légèrement "à cran" et il jugea utile de dire quelque chose avant que la situation ne devienne vraiment... Awkward.

« Vous avez une très jolie maison. Vous l'avez décorée vous-même ? »

Quoi ? Le regardez pas comme ça. On faisait la conversation comme on pouvait, hein...!

_________________

What is love ?
Baby don't hurt me...

(c) amly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 262
    ♦ PSEUDO : Eterna
    Féminin ♦ CREDITS : Burning Candles (ava) et Bonnie Blue (gif)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Derrière un rayonnage, à t'espionner



Revelio

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Lun 1 Oct - 19:01

Ce dîner était une idée épouvantable. Non pas parce que c'était Meleager qui l'avait proposée, encore que, connaissant l'animal, on pouvait dire que ça augmentait les chances, simplement parce que … ça allait être tendu. Sous le jet d'eau de la douche de Cerrone, Eterna essayait comme elle pouvait de ne pas paniquer. Elle s'était enfermée dans la salle de bains en riant qu'il n'avait pas intérêt à la suivre car après, ils risquaient d'être en retard mais, dès que la porte avait été verrouillée, elle avait perdu son beau sourire et c'était une Eterna qu'elle ne connaissait que trop bien qui lui renvoya un regard noir, dans le miroir. Eterna l'Auror. Eterna la menteuse. Exaspéré par son propre reflet, elle tentait donc de noyer ses appréhensions, même si c'était peine perdue. Déjà, parc que Meleager et la discrétion, ça faisait quarante-sept. Elle avait beau avoir insisté un million de fois sur le fait de ne pas parler italien, de ne pas connaître Greg, d'être une simple bibliothécaire, de ne mentionner aucun de ses collègues … elle sentait la connerie arriver. Elle lui avait également fourni les dates des vacances qu'elle était censée avoir passé chez lui, avec une liste des activités dont elle avait parlé à Cerrone mais elle doutait vraiment qu'il l'ait apprise par coeur. Et, jusqu'à preuve du contraire, son frère, elle avait beau l'adorer, ce n'était pas un Auror sous couverture et le dernier des maladroits et des gaffeurs, tant qu'à y être. Comble du comble, elle savait très bien qu'il n'appréciait pas son amant, bien avant qu'ils ne soient ensemble, mais sans doute encore plus depuis qu'elle s'était effondrée dans ses bras à a bibliothèque. Parce qu'Eterna ne pleurait jamais, et surtout pas pour un homme. Et comme c'était le premier (enfin, techniquement, le second, mais on allait passer sur le sujet), il était certain que son jumeau allait le bombarder de question, pour vérifier qu'il soit bien digne de sa soeur. Et elle savait ce qu'elle avait pu faire endurer à certaines greluches de son frère, alors elle souffrait déjà pour Cerr. Peut-être aurait-elle dû le prévenir. Ou pas. Enfin … et apparemment, Meleager avait rencontré quelqu'un, ce qui rééquilibrait les forces quelque peu. Un homme, apparemment. Bien. Ce serait donc « si tu fais chier mon homme, j'emmerde le tien ». A la limite, ils pouvaient se tenir comme ça. Comment ça, mauvais point de départ pour une soirée ? Il fallait l'excuser, elle n'était pas exactement à l'aise et devenait tout de suite moins civilisée dans ces cas-là.

S'extrayant finalement de l'eau, sachant qu'elle ne pourrait pas y couper, Eterna se sécha rapidement et enfila sa tenue du soir, une robe que lui avait offert Cerrone. Elle avait eu beau protester, il n'en avait pas démordu. Elle ne savait pas si elle devait s'inquiéter de la couleur immaculée du vêtement, mais elle avait déjà bien trop en tête pour en plus ajouter des angoisses irrationnelles. Coiffure, maquillage rapidement expédiés, elle finit par sortir et rejoignit le bel Italien dans la cuisine. L'enlaçant alors qu'il s'effarait, elle vint murmurer à son oreille : On t'a déjà dit que tu avais très bon goût ? Autant pour la robe, que pour la nourriture, que pour elle, d'ailleurs. En quelques secondes, elle s'était échappée, et cueillit du bout du doigt de la sauce dans une casserole, avant de le lécher pensivement en le regardant. Il semblait ailleurs, peut-être peu à l'aise lui aussi ? Si les choses étaient réellement tendues entre Mel' et lui … et puis il aurait sans doute aimé la présenter à Greg (arrivant quelques années trop tard, certes) … Elle s'approcha pour l'enlacer : Je suis sûre que tout le monde va passer une bonne soirée, ben voyons avant de lui voler un baiser. Elle se détacha de lui en voyant l'heure : Ils ne devraient pas tarder à arriver. Elle lui faussa compagnie pour aller jusqu'au salon où … son frère venait d'apparaître. Elle ne fit pas de manières et le serra contre elle, contente de le retrouver. Ils ne s'étaient pas vus de l'été, alors … Salut tout le monde. Je suis ravi de te revoir soeurette. Oui, mais ils étaient censés l'avoir fait ! Alors elle sourit et se détacha de lui : Je sais bien que tu ne peux pas te passer de moi ! Moins d'une semaine sans me voir et tu es déjà perdu ! Non sans un regard d'avertissement : Tes notes, par les furoncles ornant la verge de l'Oncle Albert de Merlin, Meleager Phoenix Baskerville, tes notes ! Heureusement, un nuage de fumée et des bruits de pas détournèrent l'attention de cette bourde et … Je te présente mon copain… Arsène… Attendez, elle avait pensé heureusement ? Le sourire qu'elle avait en posant son regard sur ledit copain, elle manqua de s'étouffer avec un reconnaissant … Bonsoir, Mademoiselle Baskerville. Oh, heu... Bonsoir Monsieur Di Marco. … un étudiant.

Arsène … Vonderberg, c'est ça ? Ses yeux venaient de repasser sur son jumeau, lui communiquant sans doute le besoin urgent qu'elle avait de lui sauter dessus ou de lui éclater le premier bibelot à portée de main sur la figure. Son sourire s'était fait un peu plus artificiel mais elle repassa à l'invité surprise qui ne semblait plus savoir où se mettre : Bonsoir … Je pense que tu peux m'appeler Eterna ce sera moins … pompeux. Elle avait hésité avec le mot « bizarre », mais il était inutile de l'accabler encore plus. Par contre … par contre, dès qu'ils se retrouvaient en tête à tête, Meleager Baskerville allait se prendre au moins sa main dans la figure. Il ne pouvait quand même pas être con à ce point-là ? Mais putain, quand ils avaient partagé l'intelligence entre eux, ils auraient pu lui en laisser une once, au moins, non ? Était-ce cela qu'Owen avait voulu dire en parlant des « penchants Hullingtonesques » de son frère ? Est-ce que cette surfouine avait été au courant de ça avant elle ? Et est-ce que son inconscient de frère se rendant compte qu'il pouvait simplement lui faire perdre son travail avec ses conneries qu'elle allait devoir couvrir ? Elle en avait complètement occulté la question d'Arsène, qui, de toutes les manières, ne lui étaient pas destinée. Instinctivement, elle chercha la main de Cerrone pour se rapprocher de lui, histoire que son contact l'apaise et qu'elle ne saute pas purement et simplement à la gorge de Meleager. Respirer. N'incendier personne. Se calmer. Sourire. Et tout se passerait bien. Après tout, elle n'était pas censée risquer quoi que ce soit à cause d'une relation déplacée d'un enseignant. Relativiser. Inspirer. Expirer. Arsène était majeur, non ? Par pitié, faites que oui ! Pas d'accusation de pédophilie. Dégâts moindres. Il risquait son emploi, lui. Elle, non. Ce n'était pas puni par la loi. Par la règlement de l'école, sans le moindre doute. Mais ce n'était pas à ce code-là qu'elle devait se référer. Banco. Pas de problème. Que des solutions. Ça le regardait. Elle, elle s'en lavait les mains. Ouais, on allait dire qu'Owen verrait ça comme ça aussi, hein. Sinon, elle allait finir par pourrir de dîner et la déco de Cerr. Aussi finit-elle par se fendre d'un Tu as toujours eu très bon goût, Mel', il n'y a pas à dire. Quoi ? Elle essayait d'être charmante, laissez-la !

_________________
    « Two hearts, believing in just one mind »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 115
    ♦ PSEUDO : CHROM'S
    ♦ CREDITS : myself & tumblr.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 21/04/2011
    ♦ LOCALISATION : dans son laboratoire.



Revelio

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Mer 14 Nov - 19:27



Cerrone étouffa un juron alors qu’il manqua de renverser sa casserole. Il recula de quelques pas, donna un coup de baguette rapide et laissa la magie s’occuper du reste de la préparation du dîner. Un dîner. En compagnie d’Eterna… et de Meleager. La simple pensée de voir le visage du jumeau Baskerville l’énervait. Malgré le fait qu’Eterna et lui s’étaient vus il y avait à peine une semaine, elle avait insisté pour que ce dîner ait lieu. Et l’Italien ne pouvait rien lui refuser. Mais ce n’était pas cela qui le tracassait. Baskerville venait pour présenter son nouveau compagnon. Bien. Le professeur voulait présenter Eterna à Greg. Une des dernières phrases qu’il avait annoncées à son jumeau avaient été : je te la présenterai dans le mois. Les mains appuyées sur le plan de travail, Cerrone inspira profondément. Le ministère n’avait toujours rien trouvé. On lui disait qu’il ne fallait pas qu’il s’inquiète, que des agents expérimentés étaient sur l’enquête. Mais était-ce réellement le cas ? Il n’avait eu aucun retour. Comment pouvait-il être certain que des recherches étaient effectivement en cours ? Il avait juste besoin d’une piste. Qu’on lui dise qu’ils étaient sur quelque chose de précis. Mais il n’y avait pas le droit. La douche s’arrêta de couler et il se redressa. Reprenant le contrôle de la cuisine, il se calma et ce fut avec un sourire qu’il accueillit sa compagne. Dès qu’elle passa ses bras autour de lui, il se sentit bien.
« On t'a déjà dit que tu avais très bon goût ? »
« Il me semble l’avoir entendu dire quelques fois, en effet » répondit-il dans un léger rire.
Il voulut se retourner pour l’embrasser mais elle s’était déjà dégagée. Sans le quitter du regard, elle goûta un peu de la sauce. Greg lui aurait dit qu’il avait mit trop de sel. Il détourna la tête et s’affaira dans les derniers détails de ses plats. Une fois encore, de sentir le contact de ses bras le calma.
« Je suis sûre que tout le monde va passer une bonne soirée. »
Il se contenta de sourire et répondit à son baiser. Elle s’éloigna de nouveau et il se reteint de lui demander de ne pas le laisser. Mais elle allait s’inquiéter. Il s’en sortirait. Il n’allait pas gâcher sa soirée.
« Ils ne devraient pas tarder à arriver. »
Elle sortit de la salle et Cerrone entendit des voix dans le salon. Il posa quitta la cuisine et alla à la rencontre des invités, baissant les manches qu’il avait enroulées afin d’avoir une plus grande liberté de mouvements.
« Je te présente mon copain… Arsène… »
Le professeur regarda sur l’homme qui venait d’apparaître derrière Baskerville et leva un sourcil. Stoppé dans son geste, ses yeux passèrent de Vonderberg à Meleager, doutant un instant de la réalité de la situation. Un étudiant ? Il sortait avec un étudiant ?
« Bonsoir, Mademoiselle Baskerville. Oh, heu... Bonsoir Monsieur Di Marco. »
Comme soudain réveillé, l’Italien hocha la tête.
« Bonsoir. »
« Arsène … Vonderberg, c'est ça ? »
Il tourna la tête vers Eterna et son étonnement se transforma lentement en amusement. À en juger par le regard que lançait la femme, quelqu’un allait passer un sale quart d’heure.
« Bonsoir … Je pense que tu peux m'appeler Eterna ce sera moins … pompeux. »
Baissant un instant les yeux, Cerrone sourit.
« Vous avez une très jolie maison. Vous l'avez décorée vous-même ? »
« Hm ? »
Il releva la tête, surpris que l’on s’adresse à lui.
« Ah, en partie seulement… » dit-il en souriant chaleureusement.
En sentant la main de son amante, il la serra. Le moment de commettre un meurtre n’était pas encore venu. Quoi que…
« Tu as toujours eu très bon goût, Mel', il n'y a pas à dire. »
« Ety… » souffla-t-il.
Il dut s’empêcher de rire et le regard visiblement gêné de Vonderberg lui suffit. Il lança un regard à la cuisine avant d’annoncer, en pointant la pièce du doigt :
« Si vous voulez bien m’excuser… Je ne dirais pas non à un peu d’aide, Arsène ? »
S’il avait dit cela en partie pour pouvoir laisser Eterna et Meleager seul dans la même salle ? Oui. Totalement. Il retourna dans la cuisine suivit par son… étudiant. Durant quelques instants, il regarda chaque plat, s’assurant qu’aucun n’avait brûlé et demanda :
« Peux-tu me passer le grand plat sur ta droite ? »
Alors qu’il s’affairait, il essaya de tendre l’oreille afin de voir s’il pouvait entendre quelque chose, mais on ne s’était pas mit à crier… pas encore. Il finit par lancer un regard à Vonderberg, accompagné d’un sourire.
« J’espère que Meleager est plus agréable lorsqu’il n’est pas en ma compagnie… »


vraiment désolée pour un tel retard <3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : Rider 0n the Storm
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Jeu 29 Nov - 10:14

Le jeune professeur eut un sourire crispé lorsqu’Eterna le rappela à l’ordre. Ah oui. C’est vrai. Elle mentait encore à Cerrone et c’était à lui de le couvrir, bien sûr, comme d’habitude. Il manqua laisser échapper un soupir mais décida néanmoins de ne rien faire paraître devant lui. Elle avait probablement ses raisons pour cacher ce qu’elle faisait vraiment après tout. Et puis, c’était pas son problème. Non, le sien résidait en la présence de son chéri et de l’accueil qu’allait lui réserver sa sœur. La connaissant, ça risquait d’être plus qu’explosif. Lorsqu’il arriva enfin, il se précipita vers lui pour prendre sa main et le présenter, avant de le sentir se raidir. En voyant la façon dont Arsène s’adressa à Cerrone, Mel fût soudain touché d’une évidence et il sentit sa tête tourner légèrement. Morpions de Merlin… Bien sûr… Arsène était son élève à lui aussi et il avait complètement oublié… Quel imbécile il avait été… Son regard accrocha celui de son amoureux et il essaya de s’excuser mentalement. Il savait qu’il ne comprendrait pas, mais il devait lui montrer qu’il ne l’avait pas piégé, qu’il avait simplement oublié qui était vraiment Cerrone. Après tout pour lui, ce n’était que l’infâme petit ami de sa sœur qui l’avait fait pleuré et lui avait fait du mal. Voilà, rien d’autre. Alors forcément, il n’avait pas pensé que les autres puissent le voir autrement. Comme le professeur d’alchimie par exemple. Ses yeux revinrent sur sa chère sœur et il déglutit difficilement. Dès qu’elle aurait une seconde avec lui, elle allait le tuer, littéralement… Tu as toujours eu très bon goût, Mel', il n'y a pas à dire. Les lèvres du professeur se pincèrent et il secoua la tête.

Ca commençait et ce n’était pas vraiment agréable. Son commentaire suintait le sous entendu et il ne supportait pas ça. Et puis il avait eu fortement envie de répondre que c’était vrai, contrairement à elle, mais insulter le type avec qui elle sortait, en sa présence, chez lui, ce n’était guère judicieux au final. Le jeune homme n’avait pas envie de se faire virer de la maison avant même que le dîner ne commence. Et puis, déjà qu’il allait en chier, alors il ne valait mieux pas énerver encore plus la miss Baskerville. Son regard vint à peine sur Cerrone quand il parla, mais ses mots attirèrent finalement toute son attention. Si vous voulez bien m’excuser… Je ne dirais pas non à un peu d’aide, Arsène ? Ohoh… Non… Pas encore… C’était trop tôt. Eterna n’avait pas encore digéré l’information, elle allait l’incendier… Instinctivement, il serra la main d’Arsène et lui lança un regard qui pouvait dire : ‘Non, me laisse pas avec elle chéri, je t’en prie. T’en va pas. Elle va me tuer…’ Cependant il ne dit rien, se contentant de le laisser partir, le regard désespéré et en secouant la tête de gauche à droite… Bon sang… Il ferma les yeux, serra sa main qui contenait encore la chaleur d’Arsène, prit une grande respiration et se tourna enfin vers sa jumelle. Allez vas y ! Lâche toi ! Sa voix était acerbe, parce qu’il savait qu’il allait s’en prendre plein la gueule, alors qu’il n’avait rien fait de plus que de tomber amoureux. Certes d’un élève, mais il était majeur et consentant alors bon… pourquoi le punir d’aimer ? Enfin ce n’était probablement pas ce qui embêtait Eterna, mais bien son choix. Un élève… Bien sûr que c’était une erreur mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Tu penses que je fais une erreur en le laissant entrer si profondément dans ma vie ? Mais je l’aime Ety ! Je l’aime tellement. Il baissa les yeux, les larmes aux yeux… Il l’aimait tellement et il n’avait pas envie de se faire engueuler pour ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 262
    ♦ PSEUDO : Eterna
    Féminin ♦ CREDITS : Burning Candles (ava) et Bonnie Blue (gif)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Derrière un rayonnage, à t'espionner



Revelio

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Mar 25 Déc - 9:34

Inspirer, expirer. Ça ne devait pas être si grave que ça. Elle avait véritablement envie de tuer ce couillon inconséquent. Non mais sérieusement ? Comment ça, elle n’était pas mieux, à tomber amoureuse en pleine mission d’un suspect potentiel étant donné qu’après tout, tout le monde était suspect ? Aucun rapport. Mais alors vraiment aucun. Si la mauvaise foi et le déni étaient les meilleurs amis d’Eterna ? Pas loin pour être honnête, mais on allait laisser son propre cas de côté, après tout, Cerrone était majeur depuis longtemps et il n’y avait aucun rapport d’autorité entre eux, si elle n’avait pas envie d’aller lui chercher un bouquin il ne la punirait pas. Enfin c’était une image. Enfin … le cerveau de la jeune femme tournait à toute allure et c’était en caressant la main de l’Italien qu’elle parvenait à rester maîtresse d’elle-même et à ne pas se mettre à hurler en invoquant tous les rapports sexuels que Merlin avait pu avoir dans sa vie. Juste parce que c’était trop. Elle se rendait compte que sa réaction était disproportionnée (enfin, ça restait à voir, mais elle ne se risquerait pas de demander à Owen si d’aventure un Auror risquait le renvoi en dissimulant une liaison étudiant-professeur, juste en prenant un exemple, comme ça, au hasard), mais c’était trop. Sa blessure, la rééducation, la disparition de Greg, les recherches officielles qui n’avançaient pas, eux qui n’avançaient à rien, les mensonges, la dissimulation … et maintenant ça ? Mais merde, Meleager Baskerville, merde ! Elle s’échauffait progressivement et même le discret Ety… de Cerrone ne fit par redescendre la pression. Elle. Allait. Le. Tuer. Ou se mettre à pleurer, et confesser tout devant l’assemblée ici réunie. Gé-nial. Aussi quand Cerrone proposa à Arsène d’aller l’aider en cuisine étouffa-t-elle un soupir de soulagement. C’était le mieux à faire. Elle ne voulait aucunement effrayer l’étudiant qui semblait aussi à l’aise qu’elle-même dans une église (quoique … ça ne la dérangeait pas tant que ça, en fait, mauvais exemple). Par contre … un autre allait passer un sale quart d’heure.

Et il en était plus que conscient, au vu de l’air de martyr qu’il prit immédiatement. Parfois, elle avait juste envie de prendre son visage de petit angelot pour le fracasser contre le mur. L’innocence à l’état pur, Meleager Phoenix Baskerville. Et d’ailleurs il avait vraiment décidé de faire sa victime jusqu’au bout, ce qui était une mauvaise et dangereuse tactique étant donné qu’il savait à quel point Eterna avait HORREUR de la faiblesse. Qu’il assume ses actes, merde ! Allez vas y ! Lâche toi ! Un sifflement exaspéré s’échappa des lèvres de l’Auror qui serra les mâchoires pour ne pas se mettre à tempêter. La cuisine n’était pas loin et la maison n’était pas si bien insonorisée que ça étant donné certaines plaintes de voisins pour … bref, ce n’était pas le sujet. Tu penses que je fais une erreur en le laissant entrer si profondément dans ma vie ? Mais je l’aime Ety ! Je l’aime tellement. Rah putain mais … Meleager Phoenix Baskerville ! Sa voix se réduisit à un murmure brûlant et elle s’approcha de lui pour qu’ils soient les deux seuls à entendre. Elle l’attrapa violemment pour le menton pour qu’il la regarde : Par pitié passe-moi le couplet de « t’es qu’une affreuse mégère et t’es pas heureuse que je le sois », ça nous évitera une engueulade sévère. Sa respiration était saccadée et elle grinça des dents : Dis-moi qu’il est majeur par les couilles de la chèvre de l’oncle Albert de Merlin … Dis-moi que t’es pas inconscient à ce point-là ! Elle le lâcha, tremblante : Putain, Mel’, merde ! J’essaye de faire tomber Hullington pour pédophilie depuis le début de l’année et toi tu … merde quoi ! Elle se mordit profondément la joue et leva les mains, essayant de se calmer : Je ne nie pas qu’il est beau gosse, qu’il a bonne réputation et que vous devez sacrément vous aimer pour tenter l’expérience de « j’te présente mon copain, coucou c’est un étudiant ». Mais BORDEL, Baskerville, il a intérêt à être majeur sinon j’te jure que je… Elle se posa une main sur la bouche pour se forcer à se taire. Putain mais … quel con !

_________________
    « Two hearts, believing in just one mind »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 242
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) jonnow.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 11/10/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Dim 20 Jan - 2:35


Accusant la remarque d'Eterna sur son goût en matière d'homme comme il pouvait, Arsène chancela un instant. Ce qu'il faisait chaud dans cette maison, c'était dingue ça. La tête lui en tournait presque, tellement ! Il dé-serra discrètement sa cravate, avalant sa salive tout en jaugeant les deux jumeaux qui se toisaient, comme s'ils les avaient presque oublié... De son côté, Arsène ne pouvait pas s'empêcher de penser à cette foutue chaleur alentours, s'interrogeant sur ses causes plutôt que d'essayer d'analyser le reste. Ils avaient peut être fait brûler des papiers, à moins que ce ne soit les vapeurs de la cuisine, se disait Arsène, sentant monter en lui de plus en plus cette chaleur des plus désagréables, cherchant à y poser une cause rationnelle... Oui, c'était peut être ça. Et, non, il n'avait pas envie de penser que c'était spurement une réaction purement allergique physiologique face à une situation devenant de plus en plus gênante, d'où les bouffées de chaleur qui le prenaient. Il préférait se voiler la face, se convaincre que tout allait bien... Un peu de plus et il aurait suspecté la ménopause. Résistant à s'éventer de la main, il accueillit toutefois la proposition de son professeur avec un réel enthousiasme, non désireux de rester plus longtemps dans le coin même si son coeur se serra brièvement à l'idée de laisser Meleager derrière lui.

D'un pas léger, le Beauxbâtons avait suivi le professeur sans un mot avant de s'arrêter sur le pas de la porte, incertain. Il l'avait observé s'affairer par de petits coups d'oeil furtifs, ayant bien trop peur de croiser son regard jusqu'à ce que ce dernier ne l'apostrophe, à cause de quoi il dût retenir un sursaut.

« Peux-tu me passer le grand plat sur ta droite ? »
« Oh, heu... bien sûr. » Bredouilla-t-il, hésitant un instant car ayant momentanément oublié où se situait sa droite par rapport à sa gauche, puis tendit finalement l'objet avec précaution.

N'aurait plus manqué qu'il casse quelque chose et ça aurait été définitivement la fin pour lui et son pauvre petit palpitant affolé, déjà bien malmené par la situation. Cerrone n'avait pas encore levé les yeux vers lui, et cela lui permettait de conserver un semblant de calme, occupé par la préparation du repas qu'il l'était... Puis, finalement, il finit par le faire pour lancer avec humour, bien qu'Arsène passa complètement à côté de la "blague"...

« J’espère que Meleager est plus agréable lorsqu’il n’est pas en ma compagnie… »
« Il est... Il n'est pas... Pas si mal... » Commença Arsène, cherchant ses mots, commençant d'ors et déjà à se déconfire à mesure qu'il prenait conscience de ce que représentait réellement ce tête à tête... Et de tout ce qu'il sous-entendait. « C'est... Enfin, je... »

Arsène avait beau se triturer les méninges, il ignorait comment rendre les choses sous un angle qui ne porterait préjudice à personne. A vrai dire, il ne savait tout bonnement pas quoi faire. Si il se mettait à rire maintenant en hurlant "AHAHAH c'était une blague, en fait c'est pas ce que vous croyez, lui et moi on est pas ensemble, on voulait juste voir faire une frayeur à Eterna", vous pensez que ça pouvait encore marcher ? Oui, c'était désespéré et il fallait prendre en compte le fait qu'Arsène allait probablement se mettre à pleurer avant d'avoir fini sa tirade... ... ... But, still...?

« C'est un bon professeur, vous savez... Un très bon professeur. » Finit-il par lâcher avec le plus de conviction dont il était capable, mais sa voix n'était pas aussi assurée qu'il l'aurait voulu, bouffée par la tension et l'angoisse qui la faisaient presque sonner faux.

Et combien cela devait le sembler à cet instant de le voir lui dire ça, alors qu'il était à présent devenu plus qu'évidemment qu'il était bien plus qu'un simple enseignant pour lui... Portant la main à son front, Arsène soupira avant de glisser dans un murmure :

« Je suis désolé... Je ne pensais pas... » Que vous le découvririez un jour car je suis un gros naïf utopiste qui vit au pays des bisounours ? « Je me comporte comme un enfant... » Finit le jeune homme en secouant la tête.

Se tenant au plan de travail, il se mordit la lèvre. Il fallait qu'il se reprenne. Ce n'était pas en pleurnichant qu'ils allaient se sortir de ce mauvais pas, et ce n'était pas non plus en mentant. Rien ne servait donc d'essayer de trouver une feinte ou une carte à sortir du chapeau comme par magie pour sauver la situation. Et puis, de toute manière, Arsène était un menteur tout à fait terrible, à tel point que même un enfant de 4ans mentait mieux que lui... Ce qui n'était pas peu dire. Il espérait, en tous les cas, que Meleager s'en sortait mieux que lui car, clairement, il ne fallait pas trop compter sur ses capacités en matière de dialogue.

_________________

What is love ?
Baby don't hurt me...

(c) amly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 115
    ♦ PSEUDO : CHROM'S
    ♦ CREDITS : myself & tumblr.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 21/04/2011
    ♦ LOCALISATION : dans son laboratoire.



Revelio

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Dim 20 Jan - 14:04



Une part de lui avait juste envie d’aller chercher du pop corn afin de pouvoir pleinement profiter de la situation. Mais le regard gêné et perdu de son étudiant le poussa à changer de tactique. Le regard gêné et les odeurs qui leur parvenaient de la cuisine. Comment alors profiter de la crise de siècle ?
« Si vous voulez bien m’excuser… Je ne dirais pas non à un peu d’aide, Arsène ? »
Laisser Eterna et Meleager seuls dans la même pièce et avoir de l’aide dans la finalisation de la préparation du repas, que demander de plus ? Sans même lancer un autre regard au Beauxbâtons, Cerrone entra dans la cuisine et s’afféra. Il ne remarqua pas que le jeune homme n’osait pas entrer dans la pièce, trop occupé à tendre l’oreille. Rien ne lui parvint cependant et il dû s’avouer vaincu. Il n’aurait donc droit qu’à la version de la jeune femme, tant pis.
« Peux-tu me passer le grand plat sur ta droite ? » demanda-t-il sans lever ses yeux.
« Oh, heu... bien sûr. »
Il semblait gêné et l’Italien comprenait. S’il s’était retrouvé à la place d’Arsène, à son âge, il serait surement étalé sur le tapis ou caché sous un canapé. Surtout avec les regards qu’Eterna lui avait lancés. Dans le fond, il ne s’en sortait pas si mal que cela. Décidé à briser la glace et surtout la gêne qui planait dans la salle, le professeur prit la parole :
« J’espère que Meleager est plus agréable lorsqu’il n’est pas en ma compagnie… »
« Il est... Il n'est pas... Pas si mal... »
Cerrone ne put retenir un sourire quant au sous-entendu qui venait d’être lancé, surtout en vue de la voix hésitante et tremblante du jeune homme. Reposant le plat désormais remplit de pâtes, l’Italien lança un regard en coin vers son étudiant qui continuait :
« C'est... Enfin, je... »
Cette fois, l’homme eut du mal à retenir son léger rire et lança un clin d’œil au sorcier qui était doucement entrain de perdre ses moyens.
« Je comprends, dans un sens comme dans l’autre. Après tout, tu es assez vieux pour parler des deux. »
Laisser sous-entendre qu’il avait compris les sous-entendus et qu’il ne semblait pas être gêné par le sujet n’était peut-être pas le meilleur moyen de le rassurer. Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Récemment, Cerrone s’était retrouvé. Depuis que sa relation avec Eterna s’était enfin définie clairement, il se sentait mieux. Et puis, il n’était pas en cours. Il n’était pas professeur Di Marco. Il était juste Cerrone. Et ce Cerrone avait besoin de se détendre. Si cela signifiait s’arranger pour qu’Arsène soit plus à l’aise, qu’il en soit ainsi. Et puis, cela énerverait surement Meleager, alors comment refuser ?
« C'est un bon professeur, vous savez... Un très bon professeur. »
« Hum, j’imagine, Kiely n’a choisit que les meilleurs, » dit-il, une pâte entre les dents.
Mais Vonderberg semblait ne plus savoir ce qu’il faisait et il porta sa main à son front, murmurant, à peine assez fort pour se faire entendre :
« Je suis désolé... Je ne pensais pas... Je me comporte comme un enfant... »
L’Italien resta un instant silencieux, ne sachant trop comment réagir. Il inspira profondément et s’approcha du sorcier, le plat entre les mains.
« Tu n’as pas à t’excuser. Tiens, prends-en une, » dit-il avec un clin d’œil.
Il reposa le bol et s’adossa au plan de travail. Ses mains dans les poches, il annonça :
« Je dois bien avouer que j’ai été surpris en apprenant que tu étais le nouveau "copain" de Baskerville. Mais ce ne sont pas mes affaires après tout. »
Il haussa les épaules et resta un instant silencieux, sans quitter Arsène des yeux.
« Je ne peux pas parler pour Eterna cependant, » laissa-t-il échapper dans un rire.
Il ne savait pas ce qui se disait dans le salon, mais il était certain qu’il ne s’agissait de rien de très… plaisant. Dans le fond, il savait que sa compagne faisait ça pour protéger son jumeau, mais il savait également que, en vue des caractères respectifs des deux jeunes gens, rien ne s’arrangerait avec de simples mots. Il espérait juste ne pas trouver de tâches sur son tapis. Reposant son attention sur Vonderberg, il reprit la parole :
« Mais ne t’inquiète pas, je m’occuperai d’elle. »
Jetant une serviette sur le plat qui risquait de refroidir, l’Italien s’approcha d’Arsène et lui dit, souriant :
« Et appelle moi Cerrone, les cours ne reprennent pas avant un moment. »
Il tendit l’oreille, toujours incapable d’entendre le moindre signe d’une dispute. Ouvrant un placard, il en sortit quelques bouteilles dont certaines qu’il tendit au jeune homme.
« Il est temps de servir l’apéritif, je pense qu’ils ont finit leur discussion. »
Prenant le devant, il sortit de la cuisine afin de rejoindre les Baskerville dans le salon. Comme s’il n’avait jamais pensé un seul instant que quoi que ce soit pouvait aller mal, il demanda :
« Un verre de quelque chose ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : Rider 0n the Storm
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Mer 23 Jan - 14:34


Rah putain mais … Meleager Phoenix Baskerville ! Le jeune homme releva la tête vers elle à son injonction. A chaque fois qu’elle l’appelait comme ça, il y avait une colère sous-jacente derrière et à vrai dire, Mel n’était pas prêt pour ça. Le fait de vouloir présenter Arsène à Eterna était un grand pas pour lui et bien sûr, elle trouvait le moyen de tout gâcher, comme à chaque fois. D’ailleurs, il allait répondre, mais elle ne lui en laissa pas le temps. Par pitié passe-moi le couplet de « t’es qu’une affreuse mégère et t’es pas heureuse que je le sois », ça nous évitera une engueulade sévère. Ses sourcils se froncèrent. Alors quoi ? Une engueulade ? Par chance, le maître des potions s’empêcha une petite remarque du genre : ‘parce que c’est faux’ ou quelque chose comme ça. Cependant il avait pris sur lui, il ne voulait pas, effectivement, déclencher une engueulade. Dis-moi qu’il est majeur par les couilles de la chèvre de l’oncle Albert de Merlin … Dis-moi que t’es pas inconscient à ce point-là ! Pa… pardon ? Son regard sur elle passa de courroucés à carrément surpris. Elle croyait vraiment qu’il était mineur et que Mel d’ailleurs, aurait pu tomber amoureux de quelqu’un qui n’avait même pas 17 ans ? Putain, Mel’, merde ! J’essaye de faire tomber Hullington pour pédophilie depuis le début de l’année et toi tu … merde quoi ! Et lui il quoi ? Cette fois, son agacement latent s’était transformé en vraie colère. Elle venait de le traiter de pédophile. Ni plus… Ni moins. Et autant dire que ça passait difficilement pour lui. Que sa sœur puisse se permettre un commentaire sur l’âge d’Arsène, alors qu’elle se tapait un vieux d’au moins 40 ans… C’était juste du foutage de gueule et il n’appréciait pas. Je ne nie pas qu’il est beau gosse, qu’il a bonne réputation et que vous devez sacrément vous aimer pour tenter l’expérience de « j’te présente mon copain, coucou c’est un étudiant ». Mais BORDEL, Baskerville, il a intérêt à être majeur sinon j’te jure que je…

Cette fois, il n’en pouvait plus. Stupidement, il se mit à rire. D’un éclat de rire franc, massif et franchement moqueur envers elle. Qu’elle puisse croire qu’Arsène avait moins de 17 ans était risible, mais pire encore, elle pensait vraiment qu’il lui aurait présenté si ça avait été le cas ? Désolé pour toi sis’ ! Ton frère jumeau est un pédophile qui aime les jeunes enfants ! Son sourire s’était finalement mué en grimace. Son ton moqueur ne lui échapperait pas, mais il essayait surtout de ne pas paraître vexé ou blessé, ce qu’il était au final. Merci pour la putain de confiance que tu mets en moi Eterna. Je savais que t’étais prête à tout pour ruiner mes relations, mais là… Sérieusement ? Arsène va avoir 21 ans. Il n’a que 6 ans de moins que moi. Sa voix était calme, bien trop calme au final pour refléter son tourment intérieur. Sa sœur, la personne qu’il aimait le plus au monde, se permettait un tel commentaire ? Ouais j’suis inconscient ! Inconscient de l’avoir amené ici. Inconscient d’avoir pu croire que tu serais contente pour moi. Parce que tu pourras dire ce que tu veux Eterna, si tu étais vraiment heureuse pour moi, tu m’aurais passé ton petit couplet de : Rassure moi t’es pas un pédophile hein ! D’habitude, il ne parlait jamais de ça, il n’était jamais blessant envers sa jumelle, parce qu’il n’aimait pas la voir souffrir, mais elle mettait tellement d’effort à lui faire du mal à lui, qu’il ne pouvait que lui faire plaisir en échange. Comment j’ai pu croire une seconde qu’on passerait une bonne soirée ? Je suis si naïf que ça ? Il se retenait vraiment d’aller dans la cuisine pour aller chercher Arsène et s’en aller. Un verre de quelque chose ? Meleager sursauta tellement fort qu’il fit un bond en arrière. Ses fesses cognèrent un meuble derrière lui et une lampe s’écrasa au sol violemment. Son regard remonta vers Cerrone et il marmonna : Désolé. Je suis confus je voulais pas casser… Dire qu’il se sentait mal à l’aise maintenant, était peu dire. Son regard se posa sur Arsène et il ne put s’empêcher de lancer, un peu plus fort maintenant. Arsène, s’il te plaît… Tu peux dire à ma sœur que tu entres en 8ème année, que je ne suis pas un pédophile et que je ne t’ai forcé à rien… Ou sous entendu, tu peux confirmer à ma stupide sœur que je vaux mieux que ce qu’elle pense ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 242
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) jonnow.
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 11/10/2011



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Mar 5 Mar - 22:53


Comment exprimer ce qui se passait à cet instant ? Arsène, en temps normal, était d'une nature forte et droite... Et il se retrouvait à cet instant complètement sans dessus dessous, incapable de se reprendre. Transformé en être fragile et angoissé, comme à chaque fois quand il ne maîtrisait pas son environnement, il ignorait sur quel pied danser, et quelle posture adopter. Autant vous dire tout de suite que ses bonnes résolutions, prises au début de l'aventure, étaient depuis longtemps oubliées, et s'il se les était rappelées, certainement qu'il les aurait trouvé bien dérisoires. Surtout au bon souvenir de l'air courroucé d'Eterna quand elle l'avait aperçu, bien qu'elle ait tâché de le dissimuler. Et, à présent, il n'en menait pas large, d'autant plus face à une figure qui, d'ordinaire, représentait, à ses yeux, l'autorité, et à laquelle il devait le respect : Cerrone Di Marco, son professeur d'alchimie. Et qui, de plus, était ce soir son hôte... Et un homme si bienveillant que cela en devenait presque dérangeant.

« Tu n’as pas à t’excuser. Tiens, prends-en une. » Avait-il commencé en lui tendant le plat pour qu'il y prenne une pâte avant de lui répondre, tâchant visiblement de débloquer la situation. « Je dois bien avouer que j’ai été surpris en apprenant que tu étais le nouveau "copain" de Baskerville. Mais ce ne sont pas mes affaires après tout. Je ne peux pas parler pour Eterna cependant. Mais ne t’inquiète pas, je m’occuperai d’elle. Et appelle moi Cerrone, les cours ne reprennent pas avant un moment. »

Le sourire de Cerrone le rassura momentanément. Il était tellement gentil. Arsène voyait bien qu'il déployait tous ses charmes et sa générosité pour qu'il arrive à se détendre, à se reprendre, malgré un début de soirée plutôt... Incertain. Mâchonnant la même pâte qu'il lui avait donné depuis tout à l'heure, il s'autorisa à l'avaler et acquiesça sobrement sans un mot. Il avait la gorge nouée. Son regard le suivit alors qu'il s'approchait d'un placard et il l'observa en sortir des bouteilles, récupérant celles qu'il lui tendait d'un air perplexe. Quand Cerrone exprima sa pensée, une légère ombre passa dans les yeux du Beauxbâtons alors qu'il songeait qu'avec un peu de chance, peut être, l'alcool les aideraient : poussée d'optimisme aussi soudaine qu'incongrue... Alors qu'ils se retrouvaient finalement dans le salon, et que la demande de Cerrone passa presque inaperçue au milieu de la tension ambiante, si ce n'est la lampe qui s'écrasa au sol et le fit sursauter. Heureusement, il n'avait pas eu le réflexe de lâcher les bouteilles qu'il tenait bien fermement dans ses paumes. N'aurait plus manqué qu'il casse quelque chose à son tour et on aurait pu leur décerner le prix de plus mauvais invités de l'année. Resté un peu en retrait, Arsène observait les traits tendus de celui qu'il aimait avec une attention toute particulière. Il se sentit déglutir lorsque les lèvres de son aimé s'animèrent et, alors qu'il l'écoutait pourtant, ses yeux se déportèrent naturellement sur sa jumelle.

« Arsène, s’il te plaît… Tu peux dire à ma sœur que tu entres en 8ème année, que je ne suis pas un pédophile et que je ne t’ai forcé à rien… »
« Bien sûr que non ! » Entendit-il lui échapper dans un murmure, quoi qu'avec ferveur. « Je veux dire... Oui, je suis en dernière année et, non, tu ne m'as pas... »

Le minois du jeune homme arborait à présent une expression contrariée et ses mains s'étaient mises à trembler. Posant les bouteilles sur la table à sa droite, il vint se poster aux côtés de Meleager, glissant une main au creux de la sienne avec douceur. Puis, il ferma les yeux un instant, cherchant en lui la force de garder son calme.

« Je suis majeur, vacciné... Et consentant. J'ai fêté mes 20 ans en mai. Le professeur ici présent peut vous l'affirmer. »

Sa main libre partit en direction du dit-monsieur alors qu'il relevait les yeux vers Eterna, sourcils froncés, résistant à se dandiner d'un pied sur l'autre. Puis, sa seconde main rejoignit la première autour de celle de Meleager alors qu'il chercha son regard, serrant brièvement sa prise avant de le lâcher. On pouvait lire dans ses yeux de la détresse... mais aussi de la résignation, tandis qu'il se reculait. Contournant Cerrone, il baissa les yeux avant d'énoncer calmement, se pinçant l'intérieur de la lèvre.

« Je devrais m'en aller. »

Il ouvrit les bras, impuissant, avant de hocher la tête pour lui-même. Déjà qu'ils enfreignaient plusieurs règles en étant ensemble, alors si en plus cela devait déchirer la famille de son cher et tendre... Clairement, cela n'en valait pas la peine. Il ne pouvait pas continuer dans cette voie... Il l'aimait, oui, et il voulait vivre avec lui. Mais pas comme ça. Pas en s'imposant dans son existence. C'est pourquoi il préférait se retirer maintenant, avant que les choses ne soient allées trop loin.

_________________

What is love ?
Baby don't hurt me...

(c) amly
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 262
    ♦ PSEUDO : Eterna
    Féminin ♦ CREDITS : Burning Candles (ava) et Bonnie Blue (gif)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/05/2011
    ♦ LOCALISATION : Derrière un rayonnage, à t'espionner



Revelio

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   Mer 6 Mar - 20:58

Le rire de Meleager n’aida pas Eterna à se calmer, bien au contraire. Parce qu’il trouvait ça drôle, peut-être, de se taper un élève, ce grand con ? Il n’était pas conscient du fait que ça pouvait lui coûter son poste (à elle, peut-être, mais bon à la limite se n’était pas tellement le plus grave, quoiqu’elle le tuerait si cela arrivait par sa faute, parce que sa merde à elle, elle savait la gérer, mais sa merde à lui, elle n’était pas payée pour ça), mais à lui, aussi ! Cet espèce d’abruti avait déjà dû renoncer à un métier qui était une vocation et une passion, et là il prenait encore le risque de tout foutre en l’air alors qu’il se suiciderait sans doute si cela devait arriver parce que là, le plan C, elle n’y avait pas pensé pour lui ! Et lui … enfin bref. Il était con, voilà tout, on ne tombait pas amoureux d’un élève, bordel, pourvu qu’il soit majeur, pitié, pourvu qu’il soit … Désolé pour toi sis’ ! Ton frère jumeau est un pédophile qui aime les jeunes enfants ! C’est ça, joue au connard, t’as raison, j’adore ça, siffla-t-elle, complètement exaspérée. Comment pouvait-il être inconscient à ce point ? Okay, elle devait l’avouer, elle avait surtout pensé à son propre cul avant tout, parce que vous pouvez être sûrs que Mel’ ne l’avait pas fait. Dès qu’il tombait amoureux, la Terre pouvait bien s’arrêter de tourner qu’il ne le verrait absolument pas. Alors penser qu’elle puisse avoir des ennuis à cause de lui … PAS DU TOUT, mais de quoi vous parliez ? Heureusement, il leva le doute assez vite, mais elle n’eut pas vraiment le temps de digérer la bonne nouvelle (dont elle se doutait, au final) qu’il attaquait. On y revenait, évidemment. Un soupir exaspéré s’échappa des lèvres d’Eterna qui leva les yeux au ciel, attendant que son frère ait fini son laïus sur le fait qu’elle était une insensible qui n’était même pas foutu de se réjouir pour lui. Non mais … sérieusement ? Mais si au début, elle resta calme, sachant très bien qu’il lui suffirait de deux-trois mots pour lui faire se rendre compte qu’il disait n’importe quoi, son petit : Comment j’ai pu croire une seconde qu’on passerait une bonne soirée ? Je suis si naïf que ça ? la laissa bouche bée.

Tellement saisie qu’elle ne remarqua même pas l’entrée de Cerrone et d’Arsène, ce fut la lampe brisée qui remit ses cordes vocales en marche alors qu’elle demandait : Attends … t’insinues quoi là ? Que de toutes les manières lui présenter quelqu’un était une perte de temps parce que, dans tous le cas, ça allait mal se passer ? Si on faisait la concordance avec ce qui avait été dit plutôt cela voulait simplement dire que … Arsène, s’il te plaît… Tu peux dire à ma sœur que tu entres en 8ème année, que je ne suis pas un pédophile et que je ne t’ai forcé à rien… Une exclamation d’incrédulité venait de s’échapper des lèvres d’Eterna alors qu’elle murmurait : T’es pas sérieux là … Il lui reprochait, à elle, de ne pas avoir une attitude constructive et il balançait n truc comme ça devant son copain plutôt que de laisser ça entre eux ? Quelle classe ! Qu’il ne vienne pas dire après que c’était elle qui avait fait foirer la soirée. Estomaquée, elle considéra son frère un moment. Mel’ ? Était-ce vraiment lui, en train de se comporter comme … comme un con ? Il fallait se rendre à l’évidence, c’était le cas. Elle ne détacha pas son regard de lui, ne sachant pas si elle devait éclater de rire, pleurer, s’énerver, le frapper, partir en courant ou simplement secouer la tête avec lassitude. Les paroles d’Arsène lui parvinrent finalement mais elle ne parvenait pas à détacher ses prunelles de Meleager. Ce ne fut que lorsqu’il dit finalement : Je devrais m'en aller. Non. L’Auror détacha ses prunelles de son jumeau pour les poser sur le jeune homme qui se tenait à ses côtés, droit. Elle baissa les yeux sur leurs mains entrelacées avant de revenir au regard d’Arsène : Désolée que tu aies été mêlé à ça. Je m’inquiétais simplement pour mon frère, je ne voulais pas juger. Reste. Je serai ravie de faire ta connaissance. Elle parvint même à esquisser un sourire, sincère. Mais le cœur n’y était pas totalement. Mel’ venait de lui faire très mal et elle n’était pas certaine de pouvoir s’en remettre immédiatement.

Elle haussa les épaules : Je ne suis pas le dixième du bisounours qu’est mon frère mais ça ne veut pas dire que je suis une harpie sans cœur. Que le destinataire de ce message se reconnaisse. On s’y fait, et il paraît que ça fait partie de mon charme, pas vrai ? Ceci s’adressait évidemment à Cerr’ vers lequel elle se tourna finalement pour déposer un baiser dans son cou. Lui verrait sans doute que ça n’allait pas, mais ça n’avait pas à ternir la soirée. Elle avait envie de hurler à Meleager que s’il pensait que ça allait finir mal dès le début, il n’aurait jamais dû venir, et qu’il aille au diable et se faire foutre. Qu’il n’avait qu’à se casser s’il n’était pas content. Mais pour Arsène qui, le pauvre, n’avait rien demandé, elle allait faire un effort et laver son linge sale de la manière la plus ancienne et la plus efficace qui soit : en privé, en famille, plus tard. Sa main glissa le long du bras de l’Italien avant de se tourner vers le Beauxbâtons : Installez-vous, je vais chercher les verres. Et elle disparut rapidement dans le couloir, absolument pas en direction de la cuisine mais de la chambre. Elle avait juste besoin de mordre très fort dans un oreiller ou d’étouffer toutes les insultes du monde impliquant Merlin et des positions sexuelles exotiques pour pouvoir repartir comme si de rien n’était quelques minutes plus tard.

_________________
    « Two hearts, believing in just one mind »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dinner for 4 {Ety, Cerrone & Arsènoumonchou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Guess who's coming to dinner ( Nathaniel, K. Emily & Alden )
» D6 ✖ Dîner aux chandelles (Fenurichmaper)
» It's dinner time babe Հ Jersey
» 05. [Lockart's] Guess who's coming to dinner?
» hey mate, i'm your dinner (sam yong & moeko)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine.
-