Partagez | 
 

 POST NDL } Menton haut et fière allure sans une once d'imposture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 52
    ♦ PSEUDO : La Chouette Masquée
    Féminin ♦ CREDITS : Meuha
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 25/11/2011
    ♦ AGE : 26
    ♦ LOCALISATION : Là où il y a la fête et où ça peut déranger Andrea.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans, 5e année, Yolihuani
♦ DEDICACES:

MessageSujet: POST NDL } Menton haut et fière allure sans une once d'imposture    Mar 21 Aoû - 12:40

‡¤‡


« Il y eut un soir, puis il y eut un matin » … Céleste n’avait en réalité pas grand-chose à dire de plus sur les évènements qu’ils avaient traversés. Enfin, bien sûr, Yizel était morte, Neil aussi, comme tant d’autres, Yolihuani en avait souffert et l’ensemble de la population estudiantine autant que professorale accusait le coup avec plus ou moins de difficulté. Et ensuite ? Elle aussi, elle avait ses problèmes, non ? Archibald était difficilement localisable, les enseignants les surprotégeaient de peur qu’ils claquent entre leurs doigts, Andrea était une vraie loque et, si elle s’avérait déjà pénible d’ordinaire, là, elle n’était même plus drôle. Tout le monde semblait s’être ligué contre elle pour rendre son existence fade et ennuyeuse, peuplée de remises en questions dont elle n’avait pas besoin. Et encore moins devant un psy, quoi.

Parce que là était le nouveau problème. Si la consolation de devenir potentiellement la nouvelle reine de la fête avec la mort de la Pereira avait petit à petit fait jour, la perspective de se faire triturer et torturer les méninges par un quidam qui n’avait rien d’autre à faire de ses journées qu’écouter les malheurs d’autrui pour se rassurer sur sa propre existence minable ne l’enchantait guère.

Tout allait bien chez les Braxton, c’était une vérité générale. Même si Céleste considérait que son aînée avait plus d’un souci d’ordre mental pour parfaire le tableau du sang souillé, ça ne regardait que la famille. Toute la famille, certes, mais rien que la famille. Ca ne s’étalait pas comme un jeu de cartes en pleine partie de poker ; il fallait conserver ses atouts au-delà des premières manches.

C’est donc droite comme un i, pomponnée comme en d’ordinaires circonstances et un masque digne en guise de visage que la Brésilienne se présenta à l’heure de sa convocation. Pas à l’avance. Pas en retard. Pile à l’heure. Et une boule au ventre. Aucune envie de passer à la casserole et d’être mijotée à Merlin savait quelle sauce pour les caprices culinairo-sociologiques de quelques frappés du bocal. Mais, fadaises, elle allait bien. On ne lui affirmerait pas le contraire ; une Braxton allait forcément bien. Elle se fichait de tout, de tout le monde, de la mort et des dépressifs. Seuls comptaient la luxure, l’alcool, la fiesta, le plaisir et toute cette ribambelle de délices auxquels s’adonnaient les hédonistes. ‡ Bonjour, je viens pour la convocation pour l’entretien. Vous avez une idée du temps dont nous aurons besoin ? ‡ Questionna la Yolihuani, faisant mine de regarder sa montre, indiquant par là qu’elle avait un emploi du temps suffisamment rempli pour ne pas y laisser d’excessives zones de flou. Enfin … il en aurait été ainsi en temps normal. Ce temps normal où n’importe qui – mais surtout Andrea – aurait pu crever la gueule ouverte dans son imaginaire sans que cela ne l’émeuve parce que, justement, ça n’était que de l’imaginaire.

‡¤‡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du jeu

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 42
    ♦ PSEUDO : i'm everybody
    ♦ CREDITS : (c) amly
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 01/07/2010
    ♦ LOCALISATION : all around the world



Revelio

MessageSujet: Re: POST NDL } Menton haut et fière allure sans une once d'imposture    Sam 25 Aoû - 20:03


Quel visage vais-je prendre aujourd'hui ?

Le tien.

Sydonia A. Hall- psychologue

A mesure que les élèves avaient défilé devant elle, Sydonia avait eu l'occasion de faire un bilan de l'état psychologique des étudiants et l'ampleur du traumatisme, s'il ne l'avait cependant pas choquée, l'avait toutefois ébranlée. Après la catastrophe, elle s'était attendue à avoir face à elle des gamins perturbés, effrayés, effondrés, dans le déni ou plongé dans une profonde culpabilité, mais elle n'avait pas pu s'empêcher d'espérer que les dégâts serait toutefois moindre. Elle était comme ça : toujours pleine d'espoir. Et, également, pleine de bienveillance. C'est avec un sourire qui en débordait qu'elle accueillit la nouvelle venue qui avait frappé, ouvert la porte dans le même temps et s'était presque pressée pour arriver jusqu'à elle alors qu'elle la saluait à peine :

    « Céleste Braxton, viens t'installer près de moi. » Introduisit-elle la jeune femme en ouvrant sa paume en l'air en direction du siège qui trônait non loin d'elle.
    « Bonjour, je viens pour la convocation pour l’entretien. Vous avez une idée du temps dont nous aurons besoin ? »
    « J'ai peur de ne pas encore pouvoir prévoir ce fait, es-tu attendue quelque part ? » S'enquit-elle ensuite sans ciller.

Il y avait une certaine distance entre leurs deux assises mais assez de proximité tout de même pour instaurer une petite bulle d'intimité dans laquelle il était évident que sa patiente forcée n'avait pas envie de s’immiscer. Sydonia nota donc mentalement : à prendre avec des pincettes.

    « Est-ce difficile pour toi de parler de cette nuit-là ? »

Non, elle n'avait pas demandé la sempiternelle « Comment te sens-tu ? » car elle avait senti que la réplique serait sèche et elle ne voulait pas pousser la jeune fille au mensonge. Car oui, elle aurait menti. De son maintien à son visage dénué d'expression, tout cela n'était qu'un attirail de faux semblants et au grand dam de la brésilienne, Sydonia n'était guère du genre à se faire prendre à ces jeux de dupes-là. Quelle réaction elle espérait ? N'importe laquelle, même du mépris ferait l'affaire. Tant qu'elle réagissait.

    « Tu penses sans doute ne pas en avoir besoin, mais garde à l'esprit que je suis là pour t'accorder mon aide. Prends là, n'hésite pas. En un regard, je peux dire que tu essaies de faire face. Tu t'es habillée, maquillée, te tiens bien droite... En effet, tu as gardé toutes tes habitudes pour te convaincre que rien n'avait changé. Mais tu n'es pas obligée de faire face toute seule. »

Elle avait pris les devants car elle avait compris que l'autre serait récalcitrante. Maintenant, c'était toutefois son tour de parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 52
    ♦ PSEUDO : La Chouette Masquée
    Féminin ♦ CREDITS : Meuha
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 25/11/2011
    ♦ AGE : 26
    ♦ LOCALISATION : Là où il y a la fête et où ça peut déranger Andrea.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans, 5e année, Yolihuani
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: POST NDL } Menton haut et fière allure sans une once d'imposture    Dim 20 Jan - 10:30

‡¤‡


Etre ici ne lui plaisait pas. Absolument pas. Un tel rendez-vous avait tout au plus les allures d’une perte de temps criante qui agaçait ses nerfs. Les gens étaient pénibles à toujours vouloir les assommer d’impératifs inutiles. A moins qu’ils n’aient vraiment une vie à ce point pauvre que se préoccuper de celles des autres leur offre une existence par procuration. ‡ Céleste Braxton, viens t'installer près de moi. ‡ Tout en se présentant et indiquant qu’elle n’avait pas la journée devant elle, la cadette Braxton jeta un regard dédaigneux au siège avant d’y prendre place. Minable. Même pas de quoi manger ou boire, histoire d’avoir une vague atmosphère « salon de thé » et pas « passage au grill d’une victime à peu près consentante ». Soit. Retenant un reniflement méprisant, Céleste se contenta de lisser impatiemment sa jupe, attendant qu’on lui indique combien de temps elle aurait à moisir ici. ‡ J'ai peur de ne pas encore pouvoir prévoir ce fait, es-tu attendue quelque part ?On est toujours attendu quelque part. ‡ Surtout quand on avait son emploi du temps : une grille horaire bardée d’évènements pour profiter au mieux du jour … et de la nuit. A croire que sa vis-à-vis n’avait aucune idée de ce que c’était, constat qui collerait plutôt bien avec son … passionnant métier.

Pinçant les lèvres en un air presque contrarié de contrarier ces gens qui l’attendraient « quelque part », la Yolihuani posa ses prunelles inquisitrices sur la psychologue. Respecter les adultes, Père le leur avait inculqué. Se laisser marcher sur les pieds, non. Se faire fouiller la tête de bonne grâce … non plus. Et ce même si elle ne s’appelait pas Andrea et qu’elle n’avait rien à cacher dans les méandres de son crâne. ‡ Est-ce difficile pour toi de parler de cette nuit-là ?Idéalement, je devrais répondre oui ? ‡ S’enquit Céleste avec innocence. Dans l’optique d’en finir rapidement, peut-être, mais aussi parce qu’elle se sentait – ou désirait se sentir – détachée de toute cette folle nuit. ‡ Tu penses sans doute ne pas en avoir besoin, mais garde à l'esprit que je suis là pour t'accorder mon aide. Prends là, n'hésite pas. En un regard, je peux dire que tu essaies de faire face. Tu t'es habillée, maquillée, te tiens bien droite... En effet, tu as gardé toutes tes habitudes pour te convaincre que rien n'avait changé. Mais tu n'es pas obligée de faire face toute seule. ‡ Ouvrant la bouche pour la refermer aussitôt, la jeune fille fronça les sourcils, contrariée. Qu’on lui pose des questions étaient une chose. Qu’on fasse les réponses, une autre, et cette autre lui plaisait nettement moins.

Jetant une nouvelle fois un regard à sa montre dans un message subliminal s’apparentant à « je perds mon temps », la sorcière ficha son regard dans les yeux de son interlocutrice avec cet aplomb presque frondeur qui la caractérisait. ‡ Je ne tente pas de me convaincre. Rien n’a changé pour moi et je n’ai pas envie de changer pour que ceux dont la vie a été ébranlée se sentent moins seuls dans leurs tourments. Ca ne leur rendrait pas service., exposa-t-elle, convaincue de tout, jusqu’à la moindre virgule. Je n’ai pas envie de faire semblant que ça ne va pas pour faire plaisir. Je n’ai rien vécu d’extraordinaire et je n’ai pas vu grand-chose dans la bibliothèque. M’ériger en victime serait de très mauvais goût. ‡ L’hypocrisie sonnant « vraie » était à l’aristocratie ce que les costumes étaient au comédien : une seconde peau.

‡¤‡
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: POST NDL } Menton haut et fière allure sans une once d'imposture    

Revenir en haut Aller en bas
 

POST NDL } Menton haut et fière allure sans une once d'imposture

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Mes yeux ne sont pas si bas... regarde un peu plus haut ça marchera peut-être mieux entre nous. (suite) //+18// //HENTAÏ//
» Il n'y pas de vie sans agriculture...
» Haut les Nains ! [Messagers du Rêve - MJC Savouret, Epinal]
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» L'amour sans philosopher C'est comme le café : très vite passé. [Les Shepard && Gibbs]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine.
-