Partagez | 
 

 This party sucks - ft. C&J Fetherston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 96
    ♦ PSEUDO : A m l y
    ♦ CREDITS : (c) money honey
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/06/2011



Revelio

MessageSujet: This party sucks - ft. C&J Fetherston   Jeu 16 Aoû - 21:13


This party sucks.


    Descendre un trottoir, se tordre la cheville dans le caniveau, s’effondrer, se relever, renifler, essuyer son nez dans son coude et continuer d’avancer. Tout droit, simplement en suivant les lumières des néons, même si elles m’explosaient les rétines et dansaient devant mes yeux rougis à m’en filer le tournis. Comme si la nausée, les collants et les neurones grillés, le rouge à lèvre étalé jusqu’à l’oreille et la brûlure de cigarette sur le dos de ma main ne suffisaient pas. J’aurais dû boire au lieu de m’enfiler à jeun un rail de coke. Je crois que je me suis intoxiquée quand j’ai mordu l’avant-bras de ce connard qui voulait pas me lâcher. Et, dans la foulée, j’ai perdu J. De nuit, dans le quartier moldu new-yorkais, alors que j’ai oublié où j’ai garé ma voiture - même si dans cet état ce n’est sans doute pas l’idée du siècle de retrouver mon ticket de parking... En plus, en balançant un coup de sac à un autre enfoiré qui me barrait la route, j’ai pété mon portable ! C’est genre le concours de circonstances le plus merdique de l’année. Après le soir où je me suis retrouvée en bikini à fuir une horde de loups garous enragés. Oui, sans hésiter, celui-là reste tout en haut de mon « Top Ten des jours sans ». Ça n’empêche pas que cette soirée soit un total fiasco. A cours d’idées, je retire mes talons avant que mon menton ne dise « bonsoir » au bitume et me mets à crier son nom. A qui ? Ben, J., pardi. Vous suivez, des fois ? La dernière fois que je l’ai vue, elle tenait 20$ couverts de poudre et prenait son pied adossée au mur des toilettes. Quoi que, non, je me rappelle l’avoir recroisée au milieu des teuffeurs. Complètement hypnotisée que j’étais par la DJ, j’ai voulu aller la chercher pour qu’elle m’aide à la brancher mais quand je me suis retournée, elle avait disparu. Si on avait été de l’autre côté de la ville, j’aurais sans doute pensé qu’elle avait transplané. Mais pas plus douée en magie que moi, je n’étais même plus sûre qu’elle ait son permis. En vérité, je n’étais plus sûre de rien. Le monde était-il en coton et l’air avait-il goût de plomb ?

      « JOOOOYCE ! » Et ma voix, elle sonne vraiment comme ça, éraillée comme un vinyle cabossé ? « JOooOooOOoYCEEEE ! » Je répête en essayant d'adoucir ma voix, ce qui n'a pour effet que me faire glousser. « Putain, quelle connerie... »

    Ma main s'abat sur mon front. Je crois que je suis déjà passé dans cette ruelle. Ben tiens, revoilà le club que je viens de quitter. Fantastique, je marche depuis une demi-heure pour des prunes. Puis, j'ai mal aux pieds. Tant pis, je vais m'asseoir par-terre et attendre... Qu'elle me trouve, elle ! Merde, ma robe est trop courte, on va voir ma culotte. ... Merde, je porte pas de culotte. Bon, ben, je vais rester debout. D'ailleurs, il est où, son frère, à J. ? On est bien venues avec ou j'me tape encore une hallu' ? J'sais plus. Mais peut être qu'il sait transplaner, lui. Ouais. Et peut être que j'vais m'asseoir sur cette caisse, là. Ou m'y allonger, tiens. Ah, putain, qu'est-ce qu'on y est bien... Mais dîtes, le métal, ça sent les fleurs ?

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 155
    ♦ PSEUDO : Bluefeatherston
    Féminin ♦ CREDITS : © Subrosa
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/03/2012
    ♦ LOCALISATION : Dans un coin sombre.



Revelio

MessageSujet: Re: This party sucks - ft. C&J Fetherston   Ven 17 Aoû - 17:37


This party sucks.


Un sourire absent mais tout à fait jouissif aux lèvres, Joyce prenait effectivement son pied contre le mur des toilettes. Ah, non, elle voyait des spots qui n'avaient rien à voir avec la lumière blafarde qui éclairait les lavabos qui avaient dus être blancs dans une autre vie, vu le contraste qu'ils offraient avec la poudre qu'elles avaient joyeusement consommée, Indy et elle. Tiens, d'ailleurs, elle était où ? En train de s'éclater, sans doute. Un assaut plus vigoureux et elle laissa échapper un cri, enfouissant ses mains dans les cheveux noirs de son partenaire. Noirs ? Putain, elle se tapait pas un blond y avait à peine deux secondes de ça ? Un léger rire lui échappa alors qu'elle laissait partir sa tête en arrière. Quelle importance ? Il n'était pas mauvais, ce salaud. Et deux coups de reins plus tard, il était parti. Ou plus ? Sortant un pétard de sa poche, elle le coinça entre ses lèvres, se rhabillant, allongée sur le dos en soulevant ses fesses, avant de se remettre sur pieds. Ouh, fuck, ça tournait. Elle posa une main sur le mur et regarda d'un oeil vitreux le rideau en face d'elle. Elle était dans les coulisses, backstage. Classe. Elle s'était ptet fait un musicien. Euh, y avait un groupe ? C'était pas plutôt une DJ avec une robe super moulante ? Extirpant son briquet de sa poche, un exploit qu'elle l'ait encore, elle alluma son joint et en tira une bouffée. Elle avait soif. Pas assez bu, trop sniffé, trop fumé, trop baisé aussi, peut-être. Mais c'était l'été, c'était la fête, pas vrai ? Y avait du monde, soudain, elle ne se souvenait pas s'être remise à marcher. Et puis de l'air. Une main au cul. Et un retentissant : JOOOOYCE ! Pourquoi ça m'dit un truc … ? JOooOooOOoYCEEEE ! Arrête de gueuler, j'm'entends plus penser ...

Joyce … Elle dodelina de la tête en fermant les yeux avant de se rendre compte que c'était une idée de merde étant donné que ça lui donnait une trèèèès légère nausée qui risquait de se concrétiser rapidement. Elle essayait de rassembler ses esprits mais ils lui échappaient, et à vrai dire, vu l'état dans lequel ils étaient depuis une certaine nuit où elle avait failli se faire bouffer par un certain Australien, c'était peut-être pas une mauvaise idée, loin de là. C'était d'ailleurs en partie pour ça qu'elle se foutait dans des états pareils alors qu'elle avait un peu levé le pied. Pour ça et puis aussi parce que … ah ouais. Putain. Indiana ! Elle battit des paupières deux ou trois fois pour essayer de faire le point sur le rue. New York, pleine nuit, y avait des gens partout. Et si elle tentait de tourner ? Ouuuh le flou artistique et … Hi, you bitch. Qu'est-ce qu'elle foutait à faire sa bonasse allongée sur un truc zarb en fer, à moitié en train de se toucher et la chatte à l'air ? Elle s'avança d'un pas pas forcément sûr, et se laissa tomber, se rattrapant au dernier moment de ses deux mains au mur. Elle la surplombait et la détaillait, stone à en crever. On aurait pu dire qu'elle la matait, si elles avaient été du même bord : Chérie, c'pas comme ça qu'on fait l'trottoir … Enfin ça m'arrangerait, j'crois qu'on a tout claqué pour ce soir … Elle tenta de fourrager d'une main dans la poche de son jean noir mais manqua de se casser la figure sur elle, donc arrêta instantanément. Elle se passa la langue sur les lèvres : T'méprends pas sur c'que j'vais t'dire … mais t'es sacrément bonne. Oui, Joyce savait maintenant pour la sexualité d'Indiana. Et très franchement, elle s'en foutait. Ça faisait plus de mecs pour elle ...

_________________

©Tumblr
You can get addicted to a certain kind of sadness.
Like resignation to the end, always the end

Gotye - STIUTK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 96
    ♦ PSEUDO : A m l y
    ♦ CREDITS : (c) money honey
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/06/2011



Revelio

MessageSujet: Re: This party sucks - ft. C&J Fetherston   Mer 22 Aoû - 13:08


    Peut être que j'affiche sans le vouloir les tréfonds les plus intimes de mon anatomie à la vue de tous les vicelards assez motivés pour se baisser et lorgner entre mes jambes. Mais ce n'est pas ma faute s'il fait si chaud et que pour transpirer le moins possible, j'ai dû porter une robe aussi courte. Quant au fait que je ne porte pas de culotte, vous n'avez pas besoin d'un dessin pour comprendre que sous une robe moulante les élastiques font des plis et que les strings, ça vous scie les fesses. Cet été à New York est caniculesque. Chaque jour, tous attendons la nuit, aspirant à un peu de fraîcheur. Toute la journée, dans le quartier moldu, on se trimballe en bikini, lunettes teintées et, parfois, un fin paréo, pour entrer dans les grands magasins qui demandent un certain standing. Mais même une fois le soleil couché, le bitume a emmagasiné tant de chaleur que la température reste à peine supportable. Pour tout vous dire, j'ai tellement mis le strict minimum que j'ai sauté la case fond de teint. Les coulées oranges dans le cou, non merci. Mais pourquoi suis-je donc en train de vous faire un exposé sur ma tenue un brin scandaleuse ? Aucune foutre idée. Je pourrais autant disserter sur les graviers, je crois. Ou le ciel sans étoile sur lequel bute mon regard brumeux. Avant que, soudainement, m'arrachant un sursaut qui me fait me cogner la tête au capot, le visage de Joyce n'entre dans mon champ de vision.

      « Hi, you bitch. » Me lance-t-elle alors que je peste intérieurement contre les propriétés pas assez molles du métal. « Chérie, c'pas comme ça qu'on fait l'trottoir … »
      « Fuck you... » Je réponds avec toute l'élégance dont je suis encore capable tandis que très poliment, mon doigt du milieu se dresse et lui présente de plus près mon magnifique faux ongle couleur rouge pétasse.
      « Enfin ça m'arrangerait, j'crois qu'on a tout claqué pour ce soir … » Ajoute-t-elle, me faisant passer ma main dans le haut de ma robe pour attester que mes seins ne valent effectivement pas de l'or ce soir : mon soutif' sans bretelle est vide de billets précédemment glissés là.
      « Je préfère encore réviser les potions que tapiner ! D'ailleurs, peut être que ça ferait deux pierres d'un coup, on pourrait mitonner nos rails. »

    J'ai lâché ça en rigolant alors que ce son pour le moins aigu se répète en écho dans mon crâne. Joyce sait parfaitement qu'en potions, j'ai le niveau d'un Troll des cavernes. De plus, sans m'en rendre compte, j'ai balancé une expression foireuse à l'envers. Pas ma faute si mon cerveau, lui non plus, ne marche plus droit, hein !

      « T'méprends pas sur c'que j'vais t'dire … mais t'es sacrément bonne. »
      « Bonne, blanche et fine... Tu devrais me surnommer Cocaïne ! » J'ajoute dans un autre rire, qui dure, me retournant pour poser mon flanc sur le capot, caler ma main sous ma tête et croiser mes jambes, ballantes sur un phare. « En tout cas, bonne mais pas nonne... »

    Je passe ma langue sur mes dents et hausse mes sourcils. Une de mes mains glisse sur mes courbes. J'éclate à nouveau de rire, renverse ma tête en arrière et m'étire sur la carrosserie.

      « En parlant de pas-nonne, j'ai cru voir Ariel Greffins ! »

    A moins que mon esprit ne m'ait encore joué un tour... Cela dit, je suis presque sûre qu'une petite chose gesticulante à la tignasse de feu était accoudée au bar quand je me débattais pour trouver un moyen de sauver mes fesses sans sacrifier mon verre. Mais je me trompe peut être. Après tout, je ne me rappelle même plus du contenu de mon cocktail...

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 155
    ♦ PSEUDO : Bluefeatherston
    Féminin ♦ CREDITS : © Subrosa
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/03/2012
    ♦ LOCALISATION : Dans un coin sombre.



Revelio

MessageSujet: Re: This party sucks - ft. C&J Fetherston   Lun 17 Sep - 11:51

Elles étaient belles, toutes les deux, complètement camées, bourrées, repues, en ce qui concernait Joyce, même si la coke lui donnait toujours une dalle d'enfer, et pas que de bouffe, si vous voyez ce qu'elle voulait dire. Mais elle aimait ça, quand son cerveau passait en mode « automatique » et qu'elle n'avait plus qu'à éclater de rire, passer une main absente sur son corps et se laisser renverser une fois de plus. Franchement, qui ne se sentirait pas vivant dans ces cas-là ? Pas elles, comme elle le nota en parcourant sa copine de beuverie de l'été des yeux. Cette pétasse avait autant l'air dans son élément que Caleb dans une animalerie, rayon bébés chiots ou que Jay dans une salle de torture moyenâgeuse. Ouais, chacun son truc, alors ne venez pas leur courir sur le haricot avec des « putain, mais c'est trop mal ». Elles étaient jeunes, elles étaient bonnes, elles n'en avaient rien à foutre. Fuck you. Le doigt se tendant de la jeune fille fit se baisser Joyce qui le chopa dans sa bouche, manquant de se viander sur elle sur le capot, pour le sucer de manière suggestive avant de se relever, s'essuyant les lèvres. C'est tout c'que t'auras, dit-elle d'une voix incroyablement grave, se passant la langue les lèvres. Comment ça elle n'avait pas dit « fuck me » ? Quelle fucking différence le temps que quelqu'un prenait son pied ? D'ailleurs, v'là qu'elle se mettait à se toucher, ça allait virer au porno sur le capot de la voiture. Ah ouais, tiens, c'était une caisse. Je préfère encore réviser les potions que tapiner ! D'ailleurs, peut être que ça ferait deux pierres d'un coup, on pourrait mitonner nos rails. Réviser les potions et tapiner, pour certaines, c'est la même chose, chérie. Ouais, se faire prendre par le prof un peu partout dans son bureau ne pouvait pas vraiment être qualifié de « révisions », mais chacun faisait ce qu'il voulait pour se cultiver, à peu près. Et ce qu'il lui apprenait avait tendance à plus la passionner que le reste, comme Indiana, d'ailleurs, une vraie brêle en potions. Franch'ment, t'devrais essayer, ça arrang'rait ptet ta moyenne ... D'accord, elle n'aimait pas, ça, mais encore moins les potions, c'est c'qu'elle venait de dire, non ? Attendez, à moins que ce ne soit l'inverse …

De toute façon, ça n'avait pas la moindre importance, le sexy Meleager n'étant pas en vue (dommage, tiens, elle recommençait à avoir faim, maintenant qu'elle en parlait. On blâmerait l'image du fessier superbe de ce salaud qui s'était imposée à elle). Bonne, blanche et fine... Tu devrais me surnommer Cocaïne ! Oh, si seulement … Elle le regarda prendre une position de bonnasse en lâchant le mur, un peu plus et elle embrassait ses nibards, fallait pas abuser ! En tout cas, bonne mais pas nonne... Tu m'étonnes, ma cochonne, commenta-t-elle en essayant de ne pas se viander, privée de ses appuis, ce qui restait assez probable. Tain, j'voudrais bien que tu sois de la coke, mais si l'idée de te sniffer est un peu zarb. Eh, dis-moi, en parlant de bonne, tu l'as chopée, cette DJ, alors ? Ouais, genre elle n'avait pas remarqué l'air affamé de son amie quand elle avait posé les yeux sur celle qui mixait, très sex dans sa robe courte, fallait bien l'avouer. Joyce, elle, jouait plutôt dans la catégorie : pas besoin de tout montrer, faut v'nir chercher avec son éternel jean … Bon, d'accord, le bustier d'où dépassait son soutien-gorge odieusement sexy en disait un peu plus, mais bon … En parlant de pas-nonne, j'ai cru voir Ariel Greffins ! Naaaaaaan ? Sérieux ! Putain, Indy, arrête de faire ta chaudasse sur le capot, t'es en train d'me donner des sueurs froides. Ou alors on rentre à l'intérieur pour un casse-dalle avant de rentrer, mais là ... Elle se prit la tête entre les mains, ses pensées refusant de s'aligner correctement. Indiana en train de jouer les aguicheuses l'excitait. Ouais, ben, ouais. Elle était grave perchée, en même temps. Elle chopa le poignet de sa camarade pour la relever, calmée par le fait de ne pas voir de paquet sous sa jupe, donc enlevant brusquement tout son intérêt (culinaire) pour elle. Allez, bouge, on va voir si on peut s'faire payer un bar ou deux. Soit elle était ambitieuse, soit elle n'arrivait plus à parler. Je vous en laisse seuls juges.

_________________

©Tumblr
You can get addicted to a certain kind of sadness.
Like resignation to the end, always the end

Gotye - STIUTK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 96
    ♦ PSEUDO : A m l y
    ♦ CREDITS : (c) money honey
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/06/2011



Revelio

MessageSujet: Re: This party sucks - ft. C&J Fetherston   Lun 8 Oct - 17:30


    Voir son doigt disparaitre dans la bouche de Joyce fit battre aussi frénétiquement ses paupières que son cœur. Il s’emballa alors que son regard semblait comme s’embuer. Les souvenirs qui l’assaillirent par surprise lui firent secouer vivement la tête et porter une main à sa poitrine où elle se plaqua avec force. Non, elle ne laisserait pas son esprit l’entrainer dans ces méandres-là ! Si elle avait pris un rail, enfilé ces fringues affriolantes et passé la porte de cette boîte sordide, c’était pour ne plus penser à rien, ne plus penser à « ça », alors non, elle ne se laisserait pas faire par ces foutus neurones déglinguées ! Pourtant, le visage d’une autre brune avait eu le temps d’imploser dans son crâne et la chaleur qui avait assailli son bas ventre lui avait rappelé … Cette fameuse nuit qu’elle fuyait, qu’elle s’efforçait d’oublier, prétendant qu’elle n’avait existé et n’était qu’une hallucination très réelle, un rêve érotique, rien de plus et même plutôt moins. Mais, pendant un instant très bref, elle avait presque senti les lèvres d’Opium Blackwood se poser sur sa peau translucide, le contact de celle de Joyce lui rappelant ces sensations que la Nkiruka avait été la première à lui faire connaître ...

      « Fuck… » Lâcha-t-elle de nouveau, plus bas et cette fois agacée, alors que son autre main s’abattit violemment sur la tôle.

    Subitement, elle avait chaud. Encore plus chaud qu’au moment où elle avait décidé de ne pas mettre de culotte et que le moins de tissu couvrirait sa peau, le moins de marques de transpiration ce serait. Pourtant, tout d’un coup, elle n’était plus vraiment contre le fait de transpirer … Elle avait presque envie de revivre cet instant qui l’avait fait décoller, cette soirée où Opium lui avait appris … L’amour. La plénitude. Le bonheur. Par des caresses, des baisers … Des pressions, des contorsions … Comme elle était en train d’à demi se contorsionner sur la voiture où elle s’était échouée rien qu’au souvenir de « ce que ça faisait ». Et la voilà qui baladait ses mains sur son corps sans vraiment s’en rendre compte et balançait des inepties, les premiers trucs qui lui passaient par la tête, pour donner le change et détourner son esprit des sentiers tordus qu’il empruntait. Elle et Opium Blackwood, c’était terminé, de l’histoire ancienne, ça ne voulait plus rien dire, elle lui avait tourné le dos et le chapitre était clos. Elle devait cesser sur le champ de la hanter. Alors, Indiana se focalisa sur Joyce et s’efforça de remplacer les yeux bleus, la peau crémeuse et la crinière noire de jais, par les yeux marrons cernés de noir, les joues rougies et la bouche pulpeuse de celle qu’elle avait sous le nez.

      « Réviser les potions et tapiner, pour certaines, c'est la même chose, chérie. Franch'ment, t'devrais essayer, ça arrang'rait ptet ta moyenne ... »
      « Si ma prof de potions s’appelait Joyce Fetherston, j’envisagerais peut être de suivre ton conseil … » Railla-t-elle en haussant ses sourcils très hauts, se mordillant le doigt qu’elle lui avait rendu.
      « Tu m'étonnes, ma cochonne. Tain, j'voudrais bien que tu sois de la coke, mais si l'idée de te sniffer est un peu zarb. Eh, dis-moi, en parlant de bonne, tu l'as chopée, cette DJ, alors ? »
      « Non … Mais j’ai bien failli me jeter sur elle comme une affamée … Putain, ouais, qu’est-ce que j’ai faaaaim … »

    De qui ? De quoi ? A vous de voir. Peut-être de la DJ, de Joyce ... D’un hot dog avec des frites, double ration de ketchup … Ou même d’Ariel Greffins, qui sait ?
      « Naaaaaaan ? Sérieux ! Putain, Indy, arrête de faire ta chaudasse sur le capot, t'es en train d'me donner des sueurs froides. Ou alors on rentre à l'intérieur pour un casse-dalle avant de rentrer, mais là ... » Balança Joyce en la tirant par le poignet en avant, la faisant glisser sur le capot métallique et manquer de se vautrer sur le trottoir à l’arrivée. « Allez, bouge, on va voir si on peut s'faire payer un bar ou deux. »
      « Attends, t’es sérieuse, t’veux retourner là-d’dans ? »

    Cette fois, ce fut elle qui la tira vers elle, passant une main dans son dos qui s’échoua sur ses fesses alors que sa tête se posait quelque part entre son épaule et sa poitrine. Elle éclata d’un rire à moitié étouffé, puisque sa joue était collée contre la peau de son amie, avant d’ajouter en levant ses yeux éclatés vers elle. De là où elle était, elle ne pouvait pas la regarder dans les yeux mais pouvait très nettement compter le nombre de grains de beauté qu’elle avait sous le menton.

      « Franchement, on est pas bien, là ? Ton cul, mon cul, le trottoir et la caisse d’un inconnu où les poser… Pourquoi on aurait besoin d’un bar quand on a la fraicheur de la nuit, trois étoiles qui se battent en duel, les bruits de la route et les rires des saoulards au loin ? » Ironisa-t-elle à plein tube entre deux ricanements. « Et puis, j’ai p’têtre oublié d’te dire qu’ils ont dû m’mettre sur liste noire, parce qu’j’ai légèrement pété les plombs dans l’carré VIP … Et p’t’être aussi énervé un ou deux flambeurs en refusant d’leur montrer mes seins … Et en répondant en leur ‘‘renversant’’ mon Champagne dessus, aussi, enfin, la coupe m’a glissé des mains ..! » Avoua-t-elle en lui servant un faux regard penaud, portant sa main à sa bouche pour feindre qu’elle se scandalisait elle-même. « Oups ! » Laissa-t-elle échapper en frottant ses lèvres l’une contre l’autre, baissant ensuite le regard pour fermer les yeux et replacer sa tête tout contre Joyce, appréciant la chaleur de sa peau contre son visage. « On t’a déjà dit que t’es super confortable ? » Minauda-t-elle, gluée à Joyce comme une ventouse, en relevant vaguement la tête sans trop bouger car elle avait trouvé la position idéale.

    Ouais, elle aurait pu s’endormir là, contre ce corps chaud dont elle entendait le cœur battre dans son oreille. C’était comme une berceuse. …En tout cas, c’était beaucoup plus mélodieux que la voix d’Ariel Greffins qui la sortit de son agréable transe en agressant son tympan exposé.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 413
    ♦ PSEUDO : little suzy
    Féminin ♦ CREDITS : (c) swan
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 23/12/2009
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Poursuivant Allen avec le balais à chiotte ou dans un lit avec un mec, probablement.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 17 ; 4ème ; Salem
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: This party sucks - ft. C&J Fetherston   Jeu 27 Déc - 1:40


Les vêtements collant son corps frêle brinquebalant au gré de la musique sur la piste de danse bondée, ses cheveux collants de sueur voletaient autour d'elle à mesure qu'elle se secouait les reins, en rythme avec la musique... Ou presque. Ses hanches frottant contre les jeans de nombreux inconnus, elle sentait de temps en temps des mains baladeuses se faufiler jusqu'à elle avant de se perdre de nouveau dans la foule. Les yeux mi-clos, Ariel était dans son monde. Tantôt elle riait, tantôt elle poussait un cri strident ou une exclamation, tantôt elle se mordait la lèvre, son regard incapable d'accrocher un point fixe, quand elle n'était pas en train de tout simplement vivre la musique entêtante qui faisait vibrer tout son corps de son petit orteil jusqu'au bulbe de ses cheveux de feu. Depuis peu, elle avait recommencé à faire la fête, à se perdre dans les excès à en oublier jusqu'à son prénom. Elle avait retrouvé le goût de le faire, et reprendre sa liberté durement acquise dans son adolescence l'avait aidé à revenir un peu à elle. Du moins, c'était le cas pour l'instant, mais nul ne savait si cela durerait plus qu'un temps. De grosses gouttes de transpiration perlant le long de ses joues, elle décida finalement qu'elle devait sortir sous peine de se liquéfier sur place. Faisant un crochet par la buvette, qu'elle atteignit difficilement - quand on fait un mètre 60, c'est chouette pour doubler les gens, mais moins pour commander quoi que ce soit et être vu comme entendu -, elle s'enfila les verres qu'on lui tendait sans se questionner le moins du monde sur leur contenu avant de s'affaler un instant sur le bar pour reprendre sa respiration. C'est ce moment là que choisit une nana pour venir se coller contre elle et la peloter pendant quelques minutes avant de la remercier chaleureusement de son enthousiasme vivifiant et de s'éloigner. Elle resta un instant sans comprendre, clignant des yeux bêtement avant de finir par hocher la tête pour elle-même. Ooooook, c'était le signal. Elle DEVAIT trouver la sortie, et vite, car elle commençait à se demander si elle n'avait pas eu une féroce hallucination impliquant les cinq sens - et le LSD la lui avait encore jamais faite, celle-là..!

Faisant plusieurs tours sur elle-même type ballerine pas douée (à comprendre ici, trop bourrée pour faire des pirouettes), elle repéra alors un endroit par lequel la lumière semblait entrer et en conclut que cela devait être une porte - à moins que ce soit un portail spatio-temporel, elle hésitait encore - et se dirigea vers l'ouverture, s'engouffrant dedans, sentant un vent vivifiant lui fouetter aussitôt le visage, ce qu'elle accueillit avec un bonheur non feint. Puis, soudain, ce fut le drame. S'échappa alors un cri majestueux de ses fines lèvres alors qu'elle tendit une main devant elle, pointant du doigt deux silhouettes semblant vouloir faire l'amour à une voiture (ou dessus, mais elle voyait pas très bien d'où elle était).


« HAAAAAAAAAHNGYAAAAAAANAAAAAAAAAOOOONHIIIIIIIIII »

Elle trottina un instant sur place - comme si elle avait eu très envie de faire pipi, ce qui ne tarderait pas vu tout ce qu'elle avait ingurgité - avant de se mettre à courir - et avoir l'impression de voler - pour se jeter au cou des deux apparitions, poussant des petits piaillements hystériques très distingués.

« Mais qu'est-c'que vous faîtes lààààààà ? Ça fait longteeeeemps ? » Commença-t-elle tout en frottant ses joues contre les leurs, puis, soudain, passant du coq à l'âne, elle entonna : « J'aurais trooop voulu que vous soyez là avant, les meufs, faut qu'j'vous racoooonte, parce que j'étais allée boire, et là... Y'a la DJ qu'est venue me rouler une grosse galoche après son show ! J'VOUS JURE ! Truc de ouf de ta mère la pouf en string en fourrure de boursouf, quoi ! »

Puis, elle gloussa bêtement avant de les lâcher pour s'étaler à plat ventre sur le capot, imitant la grenouille sur le métal froid avec un air de ravissement profond collé au visage.

_________________
      Well baby I surrender
      to the strawberry ice cream,
      Never ever end of all this love,
      well I didn't mean to do it...

      But there's no escaping your love.

      counting crows
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 155
    ♦ PSEUDO : Bluefeatherston
    Féminin ♦ CREDITS : © Subrosa
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/03/2012
    ♦ LOCALISATION : Dans un coin sombre.



Revelio

MessageSujet: Re: This party sucks - ft. C&J Fetherston   Mar 1 Jan - 16:55

Joyce avait la bouche de plus en plus pâteuse et avait de moins en moins le contrôle d’elle-même, sinon, comment expliquer qu’elle trouvait Indiana de plus en plus bandante ? Attends, t’es sérieuse, t’veux retourner là-d’dans ? Et de lui dire que de toutes les manières elle irait bien où elle irait ? Enfin en même temps, pour être tout à fait honnête, elle n’était plus exactement en état d’aller où que ce soit ou de faire quoi que ce soit, preuve en était qu’elle ne broncha même pas quand elle s’échoua sur elle et que sa main se posa sur son cul. C’était plutôt pas désagréable et elle sentait grave bon en plus de ça. Elle se mordit la langue et se mit à penser « bite, bite, bite » juste pour rester concentrée mais se mit à avoir un sourire béat qui n’augurait rien de bon. Qu’on se le dise, ça allait mal finir. Franchement, on est pas bien, là ? Ton cul, mon cul, le trottoir et la caisse d’un inconnu où les poser… Pourquoi on aurait besoin d’un bar quand on a la fraicheur de la nuit, trois étoiles qui se battent en duel, les bruits de la route et les rires des saoulards au loin ? J’savais pas que tu f’sais de la poésie, pétasse, babilla-t-elle en battant des cils, ses mains se posant sur le capot jusque derrière elle, plaquant donc un peu plus leurs deux corps l’un contre l’autre. Sérieusement, elle ne savait pas si c’était la chaleur, l’alcool ou la coke, mais la vache … Et puis, j’ai p’têtre oublié d’te dire qu’ils ont dû m’mettre sur liste noire, parce qu’j’ai légèrement pété les plombs dans l’carré VIP … Et p’t’être aussi énervé un ou deux flambeurs en refusant d’leur montrer mes seins … Et en répondant en leur ‘‘renversant’’ mon Champagne dessus, aussi, enfin, la coupe m’a glissé des mains ..! Quoi ? Non, sérieux, t’abuses. Et me fais pas ton regard de p’tite chienne battue … Y avait un mec là-dedans, putain … Oups ! Ouais, c’est ça, oups, non mais sérieux … Et elle continuait à faire sa chaudasse, sérieux … « bite, bite, bite ». On t’a déjà dit que t’es super confortable ? Ouais, souvent, mais jamais la chatte à l’air, j’t’avouerais.

Elle s’était mise à ronronner, ou elle était en train d’halluciner ? Allez, penchons pour l’hallucination parce que sinon elle allait commencer à la caresser comme Miss Kittel et là franchement, ça deviendrait grave. Et en même temps, est-ce que vraiment … HAAAAAAAAAHNGYAAAAAAANAAAAAAAAAOOOONHIIIIIIIIII Un hurlement inhumain et strident lui vrilla les tempes et elle grogna un bref instant, juste le temps de faire le point sur ce qui venait de parvenir jusqu’à son cerveau (ou tout du moins ce qui prétendait lui servir de matière grise mais baignait allègrement dans l’alcool et d’autres substances illicites), le temps donc de se rendre compte qu’elle connaissait cette voix (je vous ferais bien le coup du cerveau de François Pérusse mais après on risque d’être parti pour trois heures donc je vais vous épargner ça) et qu’elle l’associe à … Ariel, bordel à cul ! Elle tenta de se retourner tout en maintenant Indiana et sans tomber elle-même, ce qui n’était pas un mince exploit mais n’en eut pas le temps : elle fut propulsée sur le capot par le poids plume Greffins qui ne tenait visiblement pas plus debout qu’elle et venait donc compléter le joyeux tableau de sa rousse présence. Mais qu'est-c'que vous faîtes lààààààà ? Ça fait longteeeeemps ? Elle tenta de répondre mais elle était en train de se frotter contre elle, et bordel, il fallait qu’elles arrêtent toutes ça, autant qu’elles étaient. « Bite, bite, bite, BITE ». Elle passa à Indiana et Joyce grommela un petit : Assez pour plus savoir où j’habite et où … enfin bref. Ouais, on allait s’arrêter là sur les confessions intimes parce que ça devenait chaud. Enfin elle s’appuyait toujours contre la voiture pour ne surtout pas se casser la gueule par terre.

J'aurais trooop voulu que vous soyez là avant, les meufs, faut qu'j'vous racoooonte, parce que j'étais allée boire, et là... Y'a la DJ qu'est venue me rouler une grosse galoche après son show ! J'VOUS JURE ! Truc de ouf de ta mère la pouf en string en fourrure de boursouf, quoi ! Oh … my … Joyce éclata d’un grand rire et rejeta la tête en arrière, perdant l’équilibre et tombant à la renverse, directement sur son cul qui amortit sa chute douloureusement, étant donné qu’il était de moins en moins rebondi au fur et à mesure sur le temps passait. Elle finit par s’allonger carrément au sol, se passant les mains sur le corps, dans une parfaite imitation d’Indiana quelques secondes auparavant. UN POINT POUR MA ROUQUINE PRÉFÉRÉE ! Le fou rire qui la secouait ne voulait pas se calmer, arquant son corps dans des positions assez insolites. Elle finit par s’humecter les lèvres en entendant deux gars sortir de la boîte. Elle roula sur le ventre pour leur lancer un regard de braise et dit aux filles : Tain, et si on simulait un plan à trois sur la voiture, combien vous pensez qu’on se ferait en quelques minutes ? Bah quoi ? On parlait bien de récolter du fric quelques minutes auparavant …

_________________

©Tumblr
You can get addicted to a certain kind of sadness.
Like resignation to the end, always the end

Gotye - STIUTK

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: This party sucks - ft. C&J Fetherston   

Revenir en haut Aller en bas
 

This party sucks - ft. C&J Fetherston

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bisounours Party | V. 2.0
» Dungeon party
» 60 terroristes du Tea Party tiennent le Congrès américain en otage
» Murder Party "Apothéose"
» INTRIGUE #1 ☠ halloween party

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine.
-