Partagez | 
 

 You're stuck in a rut, and your life is forgotten ~ Papounet <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 203
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) shiya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2010
    ♦ LOCALISATION : Si vous voyez une bouteille de whisky, il est jamais bien loin.



Revelio

MessageSujet: You're stuck in a rut, and your life is forgotten ~ Papounet <3   Jeu 16 Aoû - 12:15


« Make your choice either go or stay, what you got in your heart is dying every day.
You're scared to let go though your mind is made, just pack your soul and... don't stay.
»



Avez-vous déjà eu l'impression que tous les os de votre corps s'étaient transformés en papier de verre et ressenti cette sensation immonde que le moindre mouvement provoque un frottement si douloureux que même respirer devient un calvaire ? C'était le cas de Nate. Aussi, se faire balancer contre un mur et se faire écraser par une masse de 80 kg lancé sur vous à pleine vitesse, c'était sûr que ça n'allait pas faire du bien. Verdict : une cage thoracique en miettes, de multiples fractures ou, dans le meilleurs des cas, des contusions. Bref, un corps plus meurtri encore que l'égo pourtant bien amoché lui aussi. Le pire ? Ce n'était pas la première fois que cela lui arrivait... Enfin, se faire éclater la gueule par un lycan, si, mais se retrouver dans un lit d'hôpital en pièces détachées, non. En cause, un accident de voiture alors qu'il avait 16 ans où il avait confondu l'accélérateur et le frein pour finir dans un mur. Heureusement qu'il se rendait ce jour-là à l'hôpital. C'était sûrement ce qui avait sauvé sa peau - ses muscles, ses os, sa belle gueule... Bref. Ses miches, quoi, et c'était un miracle. Nathaniel n'avait jamais cru aux miracles, surtout pas qu'ils pouvaient se produire deux fois dans la même existence ; car même s'il n'y croyait pas vraiment, il s'était dit qu'au minimum, ça devait être comme la foudre : ça tombait pas deux fois au même endroit. C'était d'ailleurs presque pas humain à quel point la situation présente ressemblait en tout point à la précédent : lui, allongé sur son lit d'hôpital, complètement immobilisé, et son père endormi à côté de lui qui... Heu. Attendez, une minute... Il était à l'hôpital ?!
    « Putain j'suis où ? »
Ce simple murmure arracha un grognement sourd au convalescent à la bouche si pâteuse qu'il en arrivait à se demander comment il avait réussi à l'ouvrir. Ses mâchoires étaient si contractées qu'il n'aurait pas été plus étonné que ça que ses dents soient collées entre elles par du chewing-gum, voir de la super glue. Clignant des yeux en cherchant à acclimater sa vision à son nouvel environnement, il tâcha de se redresser mais ne réussit qu'à convulser légèrement, réveillant la douleur qui sommeillait et revenait à la charge par a-coups traîtres. Il leva les yeux au ciel, soupirant rageusement. Cette sensation de déjà-vu commençait gravement à l'agacer, mais d'un côté, les hôpitaux se ressemblaient tous, alors, il n'était certainement pas à Seattle... Si ? Mais depuis quand y'avait un hôpital sur Nameless, hein ? Putain, il comprenait carrément plus rien, là.
    « Quelqu'un...? Y'a quelqu'un ? » Aucun réponse. Soit, il allait vraiment finir par s'énerver et ils n'allaient rien comprendre... Enfin, quand "ils" seraient là, car pour le moment, il allait juste s'énerver tout seul : « Putain de bordel de merde de FUUUUUUCK. »
Sa gorge le brûlait, mais c'était un moindre mal à côté du reste. Il ne comptait pas rester là, de toute manière. Il n'aimait pas les hôpitaux, il ne les avait jamais aimé, et il se foutait bien que c'était la deuxième fois qu'ils lui rendaient la vie, il allait se tirer d'ici vite fait, un point c'est tout ! Il ignora la douleur qui commençait à l'irradier tout entier en se tortillant pour se mettre sur ses coudes, et d'une poigne qui lui déchira l'épaule, il arracha les fils accrochés à sa poitrine, déclenchant un bip strident. Et merde, il était sous heartmonitoring... FFFFFFUUUUU-
    « NOM DE DIEU mais c'est pas vrai ! Laissez moi crever en paix, putain, mais ne me crevez pas les tympans. AMEN. »
Oui, même sur son lit de mort, on avait le droit de faire de l'humour. Et si vous êtes pas contents, allez donc faire une réclamation à l'accueil : horaires d'ouverture 11h59 à 12h01, horaires d'été oblige.


_________________


(c) fuckyeahadamlevine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 118
    ♦ PSEUDO : No way !
    ♦ CREDITS : (c) Delphie
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 05/07/2010



Revelio

MessageSujet: Re: You're stuck in a rut, and your life is forgotten ~ Papounet <3   Mar 21 Aoû - 13:55


They call me God and that's the biggest joke. First of all, I've got a beard but I'm sexier.
Second of all, at least I'm real. And, fortunately, I'm doing my daddy job better. ... Am I ?
    A côté de lui, une cuillère tournait toute seule dans son café, aussi noir que brûlant. A moitié avachi sur sa chaise, il se tenait le front en regardant cette tasse blanche un brin émaillée qu'il avait déjà fait remplir trois fois par deux infirmières différentes. Couchée sur un canapé, au strict minimum confortable, Noah s'était endormie une heure plus tôt la tête sur un magazine de Quidditch et, depuis qu'il ne devait plus rester concentré pour écouter les scores de la saison passée et les futures joueurs qualifiés dans les équipes qui se disputeraient la coupe US, Adam luttait comme un forcené pour garder l’œil ouvert. L'épuisement semblait sans fin depuis plus de deux semaines. Pour peu, il aurait dit qu'il s'était fait des cheveux blancs, mais ç'aurait été s'avouer qu'il était en train de vieillir, de s'exposer à l'arthrite, d'aller vers la retraite et il était déjà assez aigri sans avoir besoin de s'imaginer incontinent et seul chez lui à perdre la tête. Un soupir lourd et las s'échappa de sa gorge. Il était profondément résigné à laisser le sommeil l'emporter et n'avait déjà que trop repoussé son besoin de repos. Une dernière visite à son rejeton, qui avait eu le bon goût de tomber dans le coma après s'était cogné la tête et brisé plus d'os qu'il ne devait savoir en nommer, puis il trouverait un coin où s'échouer quelques heures avant de recommencer à noyer sa mauvaise humeur dans la caféine et la nicotine.
    Se redressant tant bien que mal, le dos endolori d'être resté si longtemps vouté alors qu'il était censé ménager sa colonne, qui avait pris un choc lors de la bataille qui avait amené son fils ici et lui avait déplacé quelques vertèbres, il finit par mettre pied à terre et se frotter les yeux, se préparant mentalement à voir une nouvelle fois le visage inexpressif de Nathaniel. Oh, il l'avait bien secoué et supplié de se réveiller, mais que voulez-vous, ce p'tit con n'en avait jamais fait qu'à sa tête et c'était pas aujourd'hui, perdu dans les limbes de l'inconscience, qu'il allait se mettre à écouter son vieux père ! Quittant sa veste, il la déposa sur le dos de Noah pour faire quelques pas hasardeux dans le couloir, encore un peu groggy. Il resta quelques instants nonchalamment appuyé contre le chambranle de la porte à écouter les machines battre les pulsations cardiaques au rythme inchangé du comateux, dans le silence de cet hôpital de Seattle qu'il détestait tant. Ayant déjà perdu dans le milieu hospitalier sa mère, sa femme et vu deux fois de trop ses enfants, au fond, il aurait eu n'importe quelle autre structure en horreur. Frottant sa barbe en tournant les talons, il s'était adossé au mur de sa chambre et maudissait l'univers, les cent quarante dimensions et tous les systèmes solaires d'encore se retrouver dans cette situation où la vie d'un de ses proches était menacé lorsqu'un « FUUUUUUCK » retentissant, qu'il aurait pu tout aussi aisément hurler, fusa de nulle part. Ou, plutôt, du lit de... Nathaniel !

      ─ NOM DE DIEU mais c'est pas vrai ! Laissez moi crever en paix, putain, mais ne me crevez pas les tympans. AMEN. Hurlait l'autre en se débattant - le ton bourru et l'humeur de chien, c'était bel et bien héréditaire.
      ─ Tiens donc, le beau aux bois dormants s'éveille ! Elle était chouette, cette petite sieste de deux semaines ? Soif, faim ? Malheureusement, y'a pas de ragout de loup mais si tu veux, j'peux te dénicher de la marmelade. ... Quoi, t'as cru que t'étais un miracle et que t'allais recevoir des Hallelujah pour saluer ton retour ? Désolé, ici on fait pas les harpes, les trompettes célestes ni les infirmières au visage d'ange. Par contre, j'peux demander à la grosse dondon qui s'occupe de toi d'augmenter ta dose de morphine, si t'es douillet.

    Autrement dit : « Content de te revoir, fiston, tu nous a sacrément manqué. Remets toi vite qu'on profite un peu de nos vacances en famille, d'accord ? » Certes, pour comprendre tout ça, il fallait un sacré décodeur. Ou, tout simplement, lire dans son regard bienveillant qui le couvait ce message subliminal pas si discret que ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 203
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) shiya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2010
    ♦ LOCALISATION : Si vous voyez une bouteille de whisky, il est jamais bien loin.



Revelio

MessageSujet: Re: You're stuck in a rut, and your life is forgotten ~ Papounet <3   Ven 28 Sep - 20:19


Outre la douleur, ce que Nate aimait le moins dans la situation actuelle était l'enfermement. Il le savait, si se réveiller dans un hôpital pouvait sembler bon signe après avoir perdu connaissance, cela signifiait deux choses : premièrement, il était en convalescent ; deuxièmement, il allait être cloîtré ici jusqu'à ce qu'un docteur ait la bonne idée de lui signer une décharge. Une chance que la pénurie de personnels compétents pour s'occuper de patients toujours plus nombreux suite à la fermeture des plus petites infrastructures accélèreraient sûrement le processus pour libérer son lit au plus vite !
    « Tiens donc, le beau aux bois dormants s'éveille ! Elle était chouette, cette petite sieste de deux semaines ? Soif, faim ? Malheureusement, y'a pas de ragout de loup mais si tu veux, j'peux te dénicher de la marmelade. »
    « Soins intensifs...? » S'entendit-il marmonner en réponse, laissant son regard traîner sur son environnement proche.
Il reconnaissait le matériel typique des chambres de cet étage en particulier de part tout d'abord leur critère de semi-isolement, mais aussi aux moniteurs ronronnants à côté de son lit, dédiés aux cas "pouvant nécessiter une réanimation d'urgence" et enregistrant, pour cela, son état de façon diverses et variées - rythme cardiaque, température, activité cérébrale, respiration... - seconde après seconde. A première vue, ces derniers n'avaient pas connu autant d'activité que durant les dernières minutes, comme en témoignant les bips plus ou moins stridents ponctuant l'atmosphère depuis son réveil. Ses yeux clairs dérivèrent finalement sur son paternel, ses iris allant se frotter contre la barbe de plusieurs jours recouvrant ses joues avant de dériver vers ses prunelles encore légèrement voilées par la fatigue.
    « Quoi, t'as cru que t'étais un miracle et que t'allais recevoir des Hallelujah pour saluer ton retour ? Désolé, ici on fait pas les harpes, les trompettes célestes ni les infirmières au visage d'ange. Par contre, j'peux demander à la grosse dondon qui s'occupe de toi d'augmenter ta dose de morphine, si t'es douillet. »
    « Non c'est bon, ça va, j'me contenterais de ton imitation de Jésus en comité d'accueil. J'apprécie l'attention, d'ailleurs. » Si malgré le fait que son corps lui faisait mal au point qu'il avait l'impression qu'un camion lui était passé dessus il refaisait déjà de l'humour, c'est qu'il n'était définitivement pas mourant : youpi ! « Mais attends... Combien t'as dis ? Deux semaines ? Vu la gueule de ton rasage j'aurais au moins dit 3 semaines, un mois... Mais bon, je ne me rappelle plus bien de l'état de ta pilosité avant que... Enfin, voilà, quoi, tu m'en veux pas. »
Petit sourire de guingois avant de grimacer en se redressant légèrement pour tendre le cou, son regard tomba sur son petit ange, lové sur le canapé, dormant à poings fermés.
    « Papa, enfin... Tu aurais dû la forcer à rester à la maison. » Protesta-t-il en fronçant les sourcils, quand bien même il savait que pour cela il aurait probablement fallu la bâillonner, saucissonner, et peut être même la droguer pour y parvenir. « Comment ça s'est passé pour elle ? Elle tient le coup ? Elle n'a pas été trop... Tu vois ce que je veux dire...? »
La bouche de Nathaniel se tordit en une expression soucieuse. Il ignorait tout de ce qu'elle avait traversé cette fameuse nuit. En fait, pour être tout à fait exact, il ignorait tout de ce qui avait suivi après avoir vu une masse foncer vers lui et s'être retrouvé encastré dans un des murs du hall. A partir de là, c'était le trou noir complet. Un trou qu'il allait falloir combler même si, il le savait, cela ne se ferait pas sans mal.
    « J'ai pas mal de trucs à rattraper, hein ? » S'enquit-il en croisant ses bras sur son torse malgré les tiraillements que cela engendraient dans ses muscles thoraciques.
Sa question était, clairement, un euphémisme, mais il préférait faire mine de le prendre à la légère pour l'instant, quitte à tomber de haut ensuite.

_________________


(c) fuckyeahadamlevine
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: You're stuck in a rut, and your life is forgotten ~ Papounet <3   

Revenir en haut Aller en bas
 

You're stuck in a rut, and your life is forgotten ~ Papounet <3

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haiti: Stuck in a Trap
» [TERMINE] be stuck in there with you may be not so bad // Liz & Aaron
» –› Our fingers are stuck in the socket ‹– [Livre II - Terminé]
» ✻ stuck in her daydream
» stuck on the puzzle (leo)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine.
-