Partagez | 
 

 Huis clos décisif ~ Charles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 81
    ♦ PSEUDO : Amly, la plupart du temps.
    ♦ CREDITS : (c) Hard Candy
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 25/04/2010
    ♦ LOCALISATION : Sur la terre ferme.



Revelio

MessageSujet: Huis clos décisif ~ Charles   Mar 3 Juil - 16:54

Huis clos décisif;
Et le voile de l'imposture s'abattit.
× × × × ×

    Après une brève relecture du dossier sans tâche de celui qu'il allait recevoir, Nathan rangea ses lunettes dans la poche de sa chemise et, se levant puisque l'on frappait à la porte, il refit le bouton de sa veste de smoking taillée au millimètre. Contournant l'imposant bureau, il y laissa vaguement traîner sa main et traversa en deux enjambées assurées la distance qui le séparait de la porte hautement sécurisée qu'il déverrouilla d'un hochement de tête assorti d'un informulé, après s'être bien évidemment assuré qu'il s'agissait bien du visiteur qu'il attendait. La porte s'ouvrit toute seule sur le grand brun et, lui faisant désormais face, le coordinateur lui tendit une main ferme en l'invitant à venir s'installer dans un des deux grands fauteuils depuis lequel il serait interrogé.

    En une poignée de main, on pouvait dire beaucoup de son vis-à-vis et la commissure de ses lèvres s'était un brin relevée après que leurs deux mains se soient déliées. Ce Charles Anton Taylor, potentiel futur professeur avec lequel il aurait peut être l'occasion de travailler, respirait l'assurance et c'était une des qualités qu'il recherchait. Certes, ce gaillard-là n'était pas son premier choix. Lors de la fusion des écoles, il avait d'abord pensé à deux éminences hautement reconnues dans le milieu pour n'être rien de moins que les références en matière de duels. Il s'agissait d'Armyanski Ropovic, qui prenait sa retraite anticipée après une très belle carrière à Durmstrang. Maître d'arme maniant l'épée comme personne, son nom n'était inconnu de personne. Quant à l'autre, spécialisé dans le combat à mains nues, c'était évidemment Amar Haal Dia, sénégalais au renom tout aussi grand, qui avait formé avec brio les élèves de Nkiruka et ne souhaitait pas quitter sa Terre. Comble du comble, le jeunot avait dans ses références, point central de son Curriculum Vitae impressionnant, ces deux grands-ci pour se porter garant de lui. Sa confiance en lui ne fut donc aucunement une surprise. Si Nathan était étonné, c'était plutôt de ne pas avoir entendu parler de lui avant, fait qu'il mit sur le compte de son jeune âge, qui n'avait rien pour le décrédibiliser : bien au contraire ! A première vue, il avait face à lui un duelliste de vingt-cinq ans dont le potentiel était inestimable et dont le nom ne tarderait pas à entrer dans les annales. S'il pouvait l'y aider en lui offrant les couloirs de son école et assister du même temps à l'explosion de son talent, il ne demandait pas mieux ! Son équipe de professeurs était quasi-complète, malgré l'absence, donc, d'un professeur de duels. En plus d'être une aubaine, ce serait lui enlever sacrément une épine du pied que d'être tombé si vite sur la perle rare.

      NATHAN × Installez-vous, je vous prie. Que puis-je vous offrir, thé, café ? Demanda-t-il poliment en se rasseyant également, tandis qu'un elfe de maison était apparu et attendait patiemment les ordres. Ou bien de l'eau ? Vous autres sportifs ne jurez que par elle, est-ce bien vrai ?

    Là encore, cette marque de politesse était un test des plus élémentaires. Tout dans cet entretien serait un moyen de jauger l'autre : les échanges de regards, la gestuelle, la rapidité de réponse de son interlocuteur, jusqu'au nombre de sucres qui agrémenteraient éventuellement son café noir. Puisqu'il venait de sa chère Salem, c'était l'hypothèse du pianiste dont le regard bleu sondait déjà l'autre en détails. Un café noir, comme le sien. Un être charismatique, comme lui. La suite dirait s'ils avaient d'autres similitudes. En tout cas, quand il ressortirait, Nathan pensait qu'il n'y aurait plus rien qu'il ignorerait de lui. Déjà, il se trompait.

× × × × ×

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Huis clos décisif ~ Charles   Mar 3 Juil - 18:28

C’était drôle comment, en attendant le préposé qui lui donnerait les indications pour se rendre à Nameless, son plan paraissait limpide. Traqué et sans le sous ? Pas de problème! Il y avait un poste de professeur d’ouvert sur le nouveau truc, là. L’histoire d’école unifiée. Elderwood. Voilà. Personne n’oserait venir lui chercher des noises là-bas, quand même. Le refuge parfait, donc. Et en plus, il pourrait se faire quelques gallions dans le processus. Il ne lui suffisait que d’aplaner quelques aspérités concernant son nom, son âge et ses qualifications, et le tour serait joué. Après tout, il avait déjà convaincu un irlandais nain et complètement roux qu’il était son frère disparu avant même que ce dernier ne perde sa sobriété. Comment pouvait-il être plus compliqué de se faire passer pour un pédagogue compétent du duel ?

Du moins, c’était ce qu’il se disait avant de se retrouver dans l’antichambre du bureau du directeur Kiely où, soudainement, la perspective de vendre une personnalité qui n’était pas exactement la sienne à ce qui se rapprocherait le plus du sorcier le plus respecté de la communauté internationale de la magie, prenait une tournure légèrement plus dramatique.

Réalisant que l’heure était venue, et que toute façon cette entrevue se terminerait dans le pire des cas par des analogies grossière concernant son intégrité et son sens moral (contrairement à être, dans le meilleur des cas, transformé éternellement en guitare électrique entre les mains d’un mauvais band de rock sataniste, voir en bouffe à fourmis, même, selon lequel des deux rigolos lui mettait la main dessus en premier), il se leva, pris une grande respiration et se rappela que la fortune souriait aux audacieux- sinon, il n’aurait jamais franchi le cap de son quatorzième anniversaire.

Après quelques secondes d’attente face à la porte, celle-ci s’ouvrit d’elle-même sur le directeur de Elderwood : l’homme sur qui reposait l’avenir du monde magique. Ni plus, ni moins.

*P’tain, , cesse d’avoir ce genre de pensée! Ça va juste te conduire à t’excuser d’être né en rampant à ses pieds! On conserve le focus!*

Prenant une grande respiration pour se donner contenance, il s’efforça d’afficher un sourire confiant et répondit à sa poignée de main avec énergie, avant de se lancer dans ce qu’il maîtrisait le mieux : les vérités hors contextes

« C’est vraiment un honneur de vous rencontrer en personne, Directeur Kiely, et encore plus que vous ayez accepté de me recevoir. J'admire vraiment ce que vous avez fait... D'allez chercher toute la richesse interculturelle de ces différentes écoles... Cela tient du miracle, mais génère un milieu tellement propice pour la formation de jeunes sorciers complets! »

Il aurait fallu être un maniaque pour réaliser qu'il s'agissait d'un savant collage de deux articles du Chicaneur parlant du lancement d'Elderwood

Il s’installa aussi confortablement que possible dans le fauteuil que lui indiquait son interlocuteur, avisant en deux mouvements la présence de son curriculum sur le bureau du directeur ainsi que l’air plutôt satisfait de ce dernier. Ne restait plus qu’à espérer qu’il s’agissait de l’air satisfait de qui à trouvé son homme, plutôt que de qui s’apprête à prendre au jeu un jeune homme qui se croit bien malin…

NATHAN « Installez-vous, je vous prie. Que puis-je vous offrir, thé, café ?»

Charles s’apprêtait à répondre avec un chaleureux *Et pourquoi pas un bon vieux whisky pur feu, question de se détendre et de faire plus ample connaissance dans le processus*, lorsque le directeur enchaîna sur les vertus de l’eau.

Right. Un professeur de duel. Pas quelqu’un qui ne fait que se plonger dans le pétrin. Concentration

« Je n’ai malheureusement pas la chance d’être un joueur de Quidditch professionnel. Puisque le duel repose davantage sur la discipline de l’esprit que sur celle du corps, je me console donc en agrémentant légèrement mon eau. Et puis, ce cher professeur Haal Dia m’a littéralement converti au Rooibos.»

Une élégante façon de ramener sur le tapis ses atouts les plus importants. Avec un peu de chance, le sénégalais ne possédait pas une aversion notoire pour le thé…Et qu'il ne cultive pas une amitié sincère longue de plusieurs années avec le Directeur!

Sentant son cœur rater un battement à cette évocation, il reprit l’initiative de la conversation, jouant la carte du « je suis assez sûr de moi pour taper la discut avec mon futur employeur sans me la jouer arrogant » - carte produite en édition limitée, je vous l’accorde-.


« Je tenais à vous dire que j’ai été étonné, bien qu’agréablement , je vous le confesse, que vous n’ayez pas encore rassemblé tous vos professeurs. Un projet d’une telle envergure doit susciter tellement d’intérêt que vous avez dû recevoir une quantité formidable de candidatures. Et pas seulement que de jeunes inexpérimentés.»

Prenant conscience de ce qu’il venait de dire, il s’étouffa avec son thé.

*Non mais t’es con, Damian, c’est pas possible!*

Avec un sourire gêné, il reprit.

« Désolé. Le thé...était trop chaud. J’avais oublié qu’en Afrique, à cause de la chaleur ambiante, ils le servent toujours plus frais. Enfin, tiède. Ça m’a pris par surprise. Il est excellent, ceci dit. Merci beaucoup.»

Se raclant la gorge une dernière fois, il déposa sa tasse, et attendit le déluge de questions qui l’attendait sûrement, plutôt que de faire d’autres bévues, en regardant en face son interlocuteur, une expression aimable et calme sur son visage. Tandis que son cerveau roulait à 100 kilomètres heures

*Faites qu’il ne me demande pas comment j’ai rencontré l’autre russe, faites qu’il ne me demande pas comment j’ai rencontré l’autre russe, faites que….
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 81
    ♦ PSEUDO : Amly, la plupart du temps.
    ♦ CREDITS : (c) Hard Candy
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 25/04/2010
    ♦ LOCALISATION : Sur la terre ferme.



Revelio

MessageSujet: Re: Huis clos décisif ~ Charles   Dim 8 Juil - 20:30


    A
    quel point cette entrevue se révèlerait-elle déterminante ? Pour lui, à vrai dire, cela signifierait simplement qu'il avait enfin une équipe complète de professeurs. Pour Elderwood, que désormais tous les enseignements prévus pourraient y être dispensés. Pour les élèves, seuls les plus âgés seraient réellement concernés, et si le duel n'était pas indispensable dans leurs cursus, ce serait tout de même un plus. Mais surtout, pour Charles Taylor, ce serait un poste prestigieux et honorable auquel il accèderait, dans la dernière école de magie du monde. C'était là tout l'enjeu. D'ailleurs, lorsque Nathan observa qu'il en avait pleinement conscience, cela fut loin de lui déplaire.

      CHARLES × C’est vraiment un honneur de vous rencontrer en personne, Directeur Kiely, et encore plus que vous ayez accepté de me recevoir. J'admire vraiment ce que vous avez fait... D'aller chercher toute la richesse interculturelle de ces différentes écoles... Cela tient du miracle, mais génère un milieu tellement propice pour la formation de jeunes sorciers complets!
      NATHAN × Tout le plaisir est pour moi. Si j'en crois votre CV, vous aussi êtes un prodige dans votre genre, certes différent, mais pas moins admirable.

    Sur ce compliment, il lui indiqua qu'il pouvait s'installer en face de lui après avoir relâché sa main, demandant qu'on lui serve à boire, tout à fait serein. Pourtant, à nouveau, il venait de se tromper, car le domaine d'expertise du garçon dont il venait de serrer les doigts n'était certainement pas honorable, puisqu'il s'agissait de l'escroquerie pure et dure. D'ailleurs, c'était à l'instant sur lui qui les filets étaient jetés et il semblait qu'ils aient fait bonne prise.

      CHARLES × Je n’ai malheureusement pas la chance d’être un joueur de Quidditch professionnel. Puisque le duel repose davantage sur la discipline de l’esprit que sur celle du corps, je me console donc en agrémentant légèrement mon eau. Et puis, ce cher professeur Haal Dia m’a littéralement converti au Rooibos.

    Avisant que l'elfe avait pris note, il quitta la petite mais néanmoins serviable des yeux sans un mot de plus puisqu'il connaissait déjà sa propre commande par la force de l'habitude. Adepte du changement, il avait pourtant des goûts inchangés depuis plusieurs décennies dans lesquels il se complaisait. Encore quelque chose que le jeune homme semblait partager avec lui puisqu'il avait rapporté d'Afrique certaines traditions qu'il avait adopté et décidé de garder. Un homme riche de cultures, en somme. Petit à petit, Nathan était charmé, effet accentué par la flatterie adverse.

      CHARLES × Je tenais à vous dire que j’ai été étonné, bien qu’agréablement , je vous le confesse, que vous n’ayez pas encore rassemblé tous vos professeurs. Un projet d’une telle envergure doit susciter tellement d’intérêt que vous avez dû recevoir une quantité formidable de candidatures. Et pas seulement que de jeunes inexpérimentés. Avoua Charles, soulevant une de ses principales faiblesses sans gêne, à la grande surprise, presque admirative, du coordinateur.
      NATHAN × Beaucoup disent que croire autant en la jeunesse et au renouveau, comme moi, est une folie. Autrement dit, c'est du génie! Souligna-t-il, son sourire s'étirant pour s’éteindre bien vite tandis que son jeune invité semblait s'étouffer avec sa boisson, le faisant interroger tour à tour l'elfe et le duelliste du regard. Tout va bien ? S'enquit-il avec sa prévenance bien connue.
      CHARLES × Désolé. Le thé...était trop chaud. J’avais oublié qu’en Afrique, à cause de la chaleur ambiante, ils le servent toujours plus frais. Enfin, tiède. Ça m’a pris par surprise. Il est excellent, ceci dit. Merci beaucoup.
      NATHAN × Les habitudes ont la vie dure.

    Il avait hoché la tête en répondant, signe qu'il acceptait les remerciements mais que c'était tout naturel, avant de poser ses coudes sur le bureau en s'avançant pour fixer de plus près son interlocuteur. Il n'avait pas ressenti l'élan de nervosité de l'autre lorsqu'il avait mis sur la table son inexpérience. Il avait, aussi, complètement gobé la cause de l'incident du thé. Trop facile pour l'escroc, ne pensez-vous pas ? Il était donc grand temps que ça se corse...

      NATHAN × Vous vous étonné donc que je n'ai pas arrêté mon choix plus tôt pour choisir un professeur de duels. Je dois avouer que je suis le seul fautif : je suis on ne peut plus exigent, et perfectionniste. En côtoyant Armyanski Ropovic, vous devez être entraîné à ce genre de caractère. Énonça-t-il dans un sourire amical. D'ailleurs, comment l'avez-vous donc séduit ? Je ne suis pas surpris qu'il ait caché au reste du monde son protégé, mais davantage qu'il en est trouvé un digne de lui.

    Il était vrai que Nathan et Armanski se connaissaient bien. Deux êtres assez semblables, pourtant radicalement opposés. Pour cause : un Russe et un Américain, aux idées et aux cultures antagonistes ! Cependant, ils s'accordaient le plus grand respect. Un jour, Armanski lui avait même dit que "si tous craignaient la lame de Ropovic, la langue de Nathan Kiely l'était encore davantage." C'était l'une des marques d'admiration les plus flatteuses qu'il eut reçu. Nathan n'avait jamais oublié cet homme. Véritablement, Nathan n'avait jamais oublié une conversation ayant réussi à susciter son intérêt. Il se souviendrait de ce que dirait Charles. Mais lui, le ferait-il ?

× × × × ×

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 139
    ♦ PSEUDO : Miz
    Masculin ♦ CREDITS : Little Suzy (merchi!)
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/07/2012
    ♦ LOCALISATION : Elderwood!



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Huis clos décisif ~ Charles   Mar 10 Juil - 15:53

D'aucun croit que Merlin a été le plus formidable sorcier a avoir foulé la terre. Charles affirmait sans hésitation, et avec d'autant plus de véhémence en ce moment, qu'il s'agit de Murphy, et de la malédiction qu'il a lancé sur le monde, sous la forme de sa "loi". Vous savez, celle qui fait toujours tomber les tartines du côté tartinée? Ou bien qui pousse un coordinateur à poser la question qui tue...

Au moins, il n'allait pas devoir reprendre le nom du russe : il avait une incapacité quasiment pathologique à prononcer tout mot à consonnance russe. Par ailleurs, il devait avouer qu'il avait putôt négligé l'étude des lettres de références qu'il avait lui-même produites, et que certains détails de celle-ci lui échappaient, avec toute la pression de l'entrevue. Il allait devoir naviguer en eau trouble. D'autant plus que les seuls éléments qu'il connaissait des terres soviétiques étaient la vodka et la neige....

Se redressant sur sa chaise pour au moins avoir l'air sérieux, à défaut de l'être, il se lança à corps perdu, sans filet.

"Le Pr Ropovic m'avait assuré que de toute la communauté magique, vous seul auriez l'ouverture d'esprit de m'accorder l'opportunité de me faire valoir. Je ne le croyais que moyennement, avec toute l'importance de la réussite de ce projet, mais maintenant que je vous ai devant moi, ici et maintenant, force m'est de reconnaître une fois de plus la sagacité du maître."

Note à lui-même : il venat d'atteindre son quota de flatterie. Une de plus, et il aurait l'air franchement...déplacé, disons-le.

"Quant à comment je l’ai rencontré…" Éviter toute attache temporelle. Ainsi que toute supposition gratuite. Et surtout, toute mention de consommation abusive de quoi que ce soit. Ne lui restait donc que la neige.

"Comme je vous l’ai mentionné, les duels se gagnent par la volonté et l’envie de vaincre. Afin de me renforcer, j’avais décidé de traverser à pied les steppes de Sibérie. Sans provision. L’hiver. En chemise de nuit. Et ne dégainant ma baguette qu’en cas de mauvaise rencontre. "

Il prit une courte gorgée de thé, pour accentuer le caractère immersif de son histoire.

"Je marchais depuis huit jours, avec pour seule compagnie le hululement des loups et les hurlements de chouette… J’avais réussi à attraper un liève, grâce auquel j’étais parvenu à appâter un genre de coyote. Plus de viande. Je l’avais dévoré à pleine dent. Cru. Je n’avais pas le choix, pour survivre. "

Il fixait du regard le directeur, ne le lâchant pas une seule seconde. Question de maintenir l’intensité.

"Vous savez, il n’y a que dans des conditions extrêmes que l’on peut explorer toute la force de notre instinct de survie. Ainsi que ce que nous sommes prêts à accomplir, ou non, pour le faire. Survivre, j'entends. Et moi, j'avais besoin de les connaître, ces limites. Pour ne pas craquer au moment critique. Vous comprenez ? "

Ne pas oublier que l’objectif était d’intégrer le champion duelliste russe à l’histoire.

"Je ne saurais dire combien je passai dans cet enfer blanc, en ne me réchauffant que grâce à ma volonté de ne pas congeler…Mais un jour s’éleva un puissant blizzard. Je n’y voyais plus rien, fouetté de tout côté par des rafales de vent, de neige et de glace qui me giflèrent au visage. Abandonner maintenant signifiait la mort…Je continuai donc sur des jambes titubantes, qui n’aspiraient, elles, qu’au repos éternel. Lorsque, au milieu de ce chaos, une silhouette se profila. Je crus tout d’abord que mon imagination me jouait des tours. La forme s’approchait de moi, et bientôt, je fis face à un homme, torse nu, la barbe hirsute pleine de morceaux de neige, qui me regarda et me demanda, d’une voix bourrue : « Combien de kilomètres encore avant St-Petersbourg ? » Je lui répondis, en le regardant droit dans les yeux, comme je vous regarde en ce moment : « Cent trente-huit. » Nous nous toisâmes ensuite durant une éternité, sans sourciller d’un cil, oubliant l’apocalypse qui se déchaînait autour de nous. Et là…là, l’inimaginable se produisit. Il sortit un paquet de sous le seul vêtement qu’il portait, et me le remit. Puis, il me dit « Mon fils, Elderwood a besoin de toi… ». Il s’agissait de la lettre de référence que je vous ai fait parvenir…"

Puis, il ne dit plus un mot, pendant qu’un étrange silence s’installait entre le directeur et l’appliquant.

« Celui qui se sait profond s’efforce d’être clair : celui qui voudrait le sembler s’efforce d’être obscur ». Il y avait tant de sagesse dans les belles paroles. Encore plus pour ceux qui savaient les appliquer des deux côtés. Il observa quand même avec attention son interlocuteur, à la cherche de signes visibles d’un scepticisme fort légitime ou, au contraire, qui témoigneraient qu’il cherchait – et trouvait!- un sens caché à cette histoire sans queue ni tête.

Simplement question d’éviter que l’autre ne dispose de trop de temps pour réfléchir, il reprit la conversation.

"Je ne sais pas s’il vous l’a déjà mentionné, mais il vous estime énormément…Vous le connaissez bien ?"

Seconde astuce : lorsque l’on parle, on ne réfléchit pas.

Mais... si les deux hommes se connaissaient effectivement...il viendrait un moment où ils rencontreraient. Et où le directeur le remercierait de lui avoir envoyé un si bon élément. Ce à quoi la référence répondrait qu'il n'avait aucune idée de ce de quoi il parlait....

Stop. Un problème à la fois. D'abord, se faire embaucher. Puis, il aviserait.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 81
    ♦ PSEUDO : Amly, la plupart du temps.
    ♦ CREDITS : (c) Hard Candy
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 25/04/2010
    ♦ LOCALISATION : Sur la terre ferme.



Revelio

MessageSujet: Re: Huis clos décisif ~ Charles   Dim 29 Juil - 19:49


    N
    athan, connaissant les clés oratoires sur le bout des doigts autant que la clé de sol, de fa et d'ut, s'attardait autant sur le fond que sur la forme de ce qu'avait à dire son interlocuteur. Évidemment, il avait donc décelé toute l'étendue de la flatterie, baume appréciateur, utilisée par M. Taylor. Cela ne voulait pas dire qu'il y était insensible, loin de là même. On ne pouvait nier qu'il savait si prendre et la doser on ne peut plus justement.

      CHARLES × Le Pr Ropovic m'avait assuré que de toute la communauté magique, vous seul auriez l'ouverture d'esprit de m'accorder l'opportunité de me faire valoir. Je ne le croyais que moyennement, avec toute l'importance de la réussite de ce projet, mais maintenant que je vous ai devant moi, ici et maintenant, force m'est de reconnaître une fois de plus la sagacité du maître.

    Tout à l'écoute, Nathan accorda un sourire appréciateur au jeune homme qui marquait assez facilement bien qu'à son rythme, un à la fois, des points. Sans tirer de conclusions hâtives, le coordinateur savait maintenant que leur entretien avait été au peu plus loin que quelques banalités et une poignée de mains à qui il avait à faire : un homme intelligent, sensé et qui connaissait les ficelles du discours. Car oui, il était pleinement conscient que le duelliste essayait de le charmer et encore plus du fait que cela fonctionnait. Poli, reconnaissant, ouvert, parfaitement au courant de la chance et de l'opportunité qu'il avait dans sa position, soit face à un homme d'influence, Charles Taylor encensait l'exception du grand Kiely avant ses propres atouts, avec humilité. Mais ses propres forces, Nathan les connaissait déjà, même s'il était flatté que Charles les remarque. Ce qui l'intéressait surtout, c'était que l'autre se dévoile à son tour. Il était grand temps qu'il réponde aux questions. La façon dont il raconterait sa rencontre avec l'éminent Ropovic en dirait beaucoup ce quel genre d'homme il était réellement, Nathan n'en doutait pas une seconde. Pourtant, il serait surpris quand il terminerait son récit.

      CHARLES × Quant à comment je l’ai rencontré… Commença Charles en replaçant rapidement ses esprits dans le contexte.

    S'en suivit alors le récit assez extraordinaire de son épopée dans la toundra sibérienne dont Nathan nota mentalement les détails sans interrompre l'interrogé pour ne pas risquer de lui faire perdre le fil. Une chance pour lui, d'ailleurs, qu'il soit d'une telle prévenance, car peut être ne l'aurait-il jamais retrouvé..! Les huit jours, le blizzard, le critique de la situation, rien ne lui échappa, jusqu'à l'étrange introduction de la lettre qu'il avait eu sous les yeux quelques heures auparavant. Apparemment, celle-ci avait aussi bien résisté aux steppes meurtrières, puisque ces deux protagonistes de son histoire quasi incroyable étaient en parfaits états, de ce qu'il en voyait. Pensif, Nathan jaugea le garçon, le regard mystérieux cherchant à jauger l'autre, perdu quelque part entre l'admiration qu'il aurait dû éprouver et la recherche d'une faille qui ferait dégringoler tout son récit. Pourtant, Nathan connaissait bien Ropovic et la théâtralité, les défis ainsi que la chasse étaient trois de ces qualités que le petit ne pouvait pas avoir inventé, à moins d'être incroyablement chanceux. Déliant ses doigts qu'il avait croisé sous son menton, il les posa à plat sur la table et finit par hocher la tête lorsque celui-ci conclut. Le doute se leva à peine eut-il prononcé :

      CHARLES × Je ne sais pas s’il vous l’a déjà mentionné, mais il vous estime énormément…Vous le connaissez bien ?
      NATHAN × Plus que vous en terme de durée, on dirait, mais vous en avez apparemment vu plus de lui en un échange que moi en dix ans. Répondit le pianiste dont les yeux bleus brillaient étrangement, étincelles attisées par un brin de fascination pour l'autre et la chape de mystère qu'il brûlait de continuer à creuser.

    Oui, à présent, il savait exactement à quel genre de personne il avait à faire : un garçon bien étrange, mais pas dans le sens péjoratif du terme. Étrangement intéressant. Se replaçant dans son siège, il prit quelques gorgées de café en méditant sa prochaine question. Si la réponse s'avérait aussi déroutante et exhaustive, il devrait bien avouer être face à quelqu'un d'intrigant sans avoir suffisamment en main pour se savoir bon juge de sa personne.

      NATHAN × Je vois que vous n'avez pas froid aux yeux, ni ne semblait craindre las chaleurs torrides d'Afrique, ni les tempêtes de neige cauchemardesques de Sibérie. C'est sans doute cela qui a convaincu Ropovic. Il est vrai que c'est admirable... Mais qu'en est-il de vos réelles compétences en duel ? J'ai supposé que vous aviez appris le maniement de l'épée à ses côtés ainsi que l'art des combats à mains nus avec son homologue sénégalais, Haal Dia. Où avez-vous donc appris ? Et quel est votre domaine d'excellence, si ce n'est votre don pour conter de palpitants récits ? Lui sourit-il, ne remettant pas sa parole clairement en doute mais l'insinuant un brin pour tenter de déstabiliser l'autre tout en ouvrant un nouveau champ d'investigations.

    En bref, il lui donnait le choix des armes... avant de s'en servir contre lui !

× × × × ×

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Huis clos décisif ~ Charles   

Revenir en haut Aller en bas
 

Huis clos décisif ~ Charles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» GN du 16 mai 2005 - historique du monde
» L'Eléonor [ RPG futuriste - Huis clos ]
» Echange Charles Baker/ Himler Rebu autour du CEP
» PREVAL, CELESTIN ,MAWOM ,MOISE J CHARLES SOUPLE BA NOU YON TI CHANS
» GERVAIS CHARLES AP ETIDYE POWOPOZISYON MICHEL MARTELLY POU POS PREMYE MINIS

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine. :: ─ Sujets de la saison 1 ─ :: ─ Elderwood :: ─ Intérieur
-