Partagez | 
 

 Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 29
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : bazzart
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/05/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   Sam 30 Juin - 20:41


Aie... Une jeune femme blonde était assise sur un lit, dans un bateau vraiment sympa, les genoux ramenés contre sa poitrine, ses bras les enserrant. Son regard, posé sur la silhouette encore endormie à ses côtés, elle venait de se pincer, comme pour être sûre de ne pas rêver. Tellement beau, tellement ténébreux, tellement son genre finalement. Oui, elle pourrait se damner pour lui, comme pour la plupart des hommes avec qui elle avait couché, mais lui… Un léger sourire flotta sur ses lèvres un instant. Si elle avait été du genre à faire un classement, bien sûr qu’il aurait été en tête de peloton. Oui, c’était bien pour ça qu’elle s’était pincée. Un tel amant ne pouvait qu’exister que dans ses rêves érotiques, pas dans la réalité. Et pourtant… Elle eut un petit soupir satisfait, avant de se rendre compte qu’elle n’avait finalement pas dormi de la nuit. Bien trop occupée qu’elle avait été à le regarder dormir et à se faire des films. Comme d’habitude, elle n’avait pas pu s’en empêcher. Elle avait imaginé une relation si belle qu’elle n’existerait jamais. Cette fois, le soupir qui se fit entendre fut désabusé. Cet homme n’était pas non plus son prince charmant, qui essayait-elle de tromper ? Personne sur cette terre n’était fait pour elle. Ses yeux s’emplirent de larmes à cette constatation et elle regarda par le hublot à sa gauche. Le mouvement de la mer la calma presque aussitôt et elle recommença à rêver. Vivre sur un bateau, ça serait tellement bien, tellement… Nouveau soupir rêveur. C’était peut être pour ça qu’elle n’intéressait personne, elle était toujours dans son monde, à rêver qu’une vie plus belle l’attendait ailleurs, ce qui n’était malheureusement pas le cas. Déprimée à l’idée de s’apitoyer sur son sort, elle décida de le regarder de nouveau, maintenant que ses larmes étaient partie. En douceur, elle mit sa main dans ses cheveux, sans cesser son regard sur lui, même si elle ne le voyait plus vraiment, de nouveau perdue dans son monde. Elle commença un léger mouvement, toujours très douce… Après tout, elle manquait de tendresse et d’affection et c’était bien dans ces moments que ça se manifestait le plus.

Dans son sommeil, il bougea légèrement, se réveillant probablement et elle enleva sa main aussi sec et se recroquevilla légèrement, rougissante. Ils n’étaient pas ensemble, il avait juste couché avec elle, comment pouvait elle se permettre de faire ça ? Bon sang, elle était tellement ridicule qu’elle se serait bien mise à pleurer de gêne. Son regard s’était d’ailleurs détourné, pour le cas où il se serait réveillé et qu’il puisse voir son regard épouvanté. Elle se sentait déjà suffisamment mal, pas utile qu’il se moque de sa réaction. Ses grands yeux marrons se fermèrent et elle prit une grande inspiration en secouant la tête, avant de regarder de nouveau le brun… euh… Salut ! Ouais génial, t’as mieux comme entrée en matière… En son for intérieur, elle avait vraiment l’impression de se ridiculiser en permanence et cette fois là, presque pire que d’habitude. C’est super cool de dormir sur un bateau. Tu sais que j’avais jamais dormi sur un bateau. Bon, c’est vrai que j’ai pas vraiment dormi mais… Elle s’interrompit, pour rougir d’autant plus. Pardon… Je parle trop, je sais ! Excuse moi euh… C’est quoi ton nom déjà ? Pitoyable… Et après on râlait des pauvres mecs qui n’arrivaient pas à retenir les noms de leurs conquêtes, mais elle n’était pas vraiment mieux. Oui, elle venait de s’imaginer avec lui, mariée, avec quatre ou cinq mômes, mais non, elle ne connaissait pas son prénom. Ses lèvres furent mordillées avec force, alors qu’elle secouait la tête, ressemblant probablement à une autiste. Je suis désolée… Tu viens de te réveiller et déjà je t’embête avec mon bavardage. Tu me jetteras pas à l’eau hein ? Pas excellente nageuse, il ne manquerait plus que ça. Noyée pour avoir trop parlé, oui monsieur… Pour s’empêcher de continuer à babiller, elle serra fort les lèvres, ce qui lui donna un air pincée. Jouer la bibliothécaire coincée tout en étant à poil dans le lit d’un mec canon ? Déjà fait avec succès !


_________________

La vie est un conte de fée qui perd ses pouvoirs magiques lorsque nous grandissons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 48
    ♦ PSEUDO : A. (et oui c'est moi)
    ♦ CREDITS : (c) mafdet
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/04/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

MessageSujet: Re: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   Sam 30 Juin - 22:04


    Chapter Six - "You're nice !" ... "Did you really mean I'm a doushbag ?"

    Être un connard ou ne pas l'être, Wyatt ne se posait plus la question. L'excuse du "j'ai eu le cœur brisé jadis", usée et largement usitée, lui suffisait amplement pour excuser ses actes, quand il cherchait à les excuser, ce qu'il avait fini par cesser de faire. Pourquoi faire semblant ? Ce n'était pas dans sa nature de mentir, de dire qu'il rappellerait, que pour lui ça voulait dire quelque chose. Pas de sentiments, tel était et tel resterait. La seule fois qu'il avait ressenti quelque chose pour une fille qu'il avait allongée, elle avait profité de sa faiblesse pour le rouer de coups jusqu'à lui fendre le cœur. Car oui, aimer c'était s'abaisser, devenir faible, c'était vouloir souffrir consciemment. Merci Raphaëlle pour lui avoir appris cette définition, jamais il ne l'avait oubliée. Aucune des deux, en fait. Et il avait érigé un mur pour ne laisser plus aucune femme qui s'y essayerait l'atteindre. N'étant pas du genre avenant, n'offrant que ses bras ponctuellement pour quelques étreintes sauvages, chaque femme qui passait entre ses draps le savait : il n'y avait rien d'autre à prendre. Pas de cœur sur lequel on pouvait mettre la main, pas de je t'aime à arracher de ses lèvres. Comment passer à côté ? N'était-ce pas l'évidence même, rien qu'à voir sa gueule d'écorché vif, il fallait être aveugle pour rater la pancarte à l'entrée de sa cabine "aucune promesse, juste un peu de sexe". Cru ? Certes. Peut être même qu'il n'y avait qu'un pas pour passer à l'irrespect, mais il ne s'en était jamais caché. Et le soir passé, il avait encore fait une victime qu'il recouvrerait au réveil de désillusions.

    Lové dans un sommeil aux vapeurs d'alcool, facilité par le plaisir consommé, Wyatt était profondément endormi aux côtés de celle qui avait eu sa préférence la nuit passée. Malgré sa charmante compagnie, il avait cependant avalé plusieurs verre d'hydromel avant de la conduire à son lit. Il fallait dire qu'elle parlait beaucoup et que lui, qui n'avait jamais eu grand chose à dire, beaucoup à boire en la regardant. Il fallait aussi dire qu'elle était belle. Les blondes avaient toujours eu sa préférence, même si elles lui rappelaient passablement son premier bourreau. Sans être masochiste, il était sans conteste un récidiviste. Une caresse le fit frisonner, glissant de sa nuque jusqu'au bas de ses reins. Entrouvrant les paupières, il se retrouva face à sa conquête et fut presque étonné qu'elle soit là. En général, les filles comme elles allaient se faire bronzer sur le pont seins à l'air en attendant qu'il dégrise.

      - euh… Salut ! Le héla-t-elle alors qu'il se frottait vaguement les yeux, couvant un mal de crâne.
    Il lui répondit en lui tapotant vaguement l'épaule l'air de dire "brave fille..." Lui, manquer de classe ? Encore quelque chose dont il ne s'était jamais vraiment embarrassé..!
      - C’est super cool de dormir sur un bateau. Tu sais que j’avais jamais dormi sur un bateau. Bon, c’est vrai que j’ai pas vraiment dormi mais… Pardon… Je parle trop, je sais ! Excuse moi euh… C’est quoi ton nom déjà ? Déblatéra-t-elle très vite alors que ses neurones essayaient toujours de se connecter.
    Passant par dessus son épaule, il attrapa son paquet de cigarettes. Cherchant à attraper le cendrier, il posa vaguement sa tête sur celle-ci le temps de trouver la force de tendre le bras un peu plus loin, après un bâillement et un soupir. Lui répondre ? « Ouais, désolé, j't'ai pas vraiment écouté, il me faut au moins un quart d'heure pour émerger » ... Valait mieux qu'il se taise, non ? Faisant le chemin en sens inverse, il lui effleura sans vraiment s'en rendre compte la hanche et s'affala de nouveau sur l'oreiller. Une cigarette allumée, sa main tenant le briquet alla frotter sa tempe douloureuse alors qu'elle reprenait déjà :
      - Je suis désolée… Tu viens de te réveiller et déjà je t’embête avec mon bavardage. Tu me jetteras pas à l’eau hein ?
      - J'aurais jamais la force de grimper l'escalier avec toi sur l'épaule, puis tu m'casserais encore plus les oreilles à crier des "au secours" et des "j'sais pas nager"... Railla-t-il entre deux lattes. Mais si tu y tiens, j'peux essayer d'te faire passer par le hublot, même si avec tes hanches j'pense qu'on aurait un souci.
    Si vous vous demandez, il a effectivement pris des cours pour "Vexer une fille et se prendre une baffe en deux répliques". Alors qu'il prenait une autre bouffée de nicotine, il percuta soudain que c'était l'une des premières fois qu'il avait enregistré des informations sur elle. Elle lui avait avoué ne pas savoir nager quand il l'avait fait monter sur son bateau, entre autres choses, car du blabla, elle avait énormément débité et s'il avait dû tout retenir, il aurait eu besoin de plusieurs calepins pour prendre des notes. Tournant la tête, il la regarda sous un nouveau jour pendant deux secondes avant que son naturel ne revienne au galop. Non, pas question de s'attacher. Elle n'était qu'une femme nue, certes attirante, mais qui allait se rhabiller et sortir de sa vie dans la demi heure.
      - Dis, si t'as pas dormi, pourquoi t'es pas partie ? Lâcha-t-il en écrasant son mégot dans le cendrier alors qu'il chercha vaguement son prénom dans sa mémoire brumeuse, chose qu'il ne faisait pas d'ordinaire, non plus, mais au fond, peut être qu'elle l'attendrissait un peu... Un tout petit peu. ...Kristal, c'est ça ? Hasarda-t-il, puis, se redressant dans le lit, il lui tendit sa main. Wyatt. S'introduisit-il avec son habituel épanchement. Maintenant que les présentations sont faîtes, tes affaires sont par là, et pour sortir, c'est la porte, là. Ou le hublot, si tu préfères.
    Il avait l'air on ne peut plus sérieux, bien que légèrement goguenard, en frottant sa barbe naissante. Promis, un jour, il prendrait des cours pour "Éconduire en douceur comme un gentleman." Un jour...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 29
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : bazzart
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/05/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   Sam 30 Juin - 22:37

Cette fille était un vrai moulin à parole, personne ne pourrait en douter mais là… Elle parlait surtout parce qu’elle était nerveuse. On était à un moment charnier. Ce fatidique moment où elle apprenait si elle n’avait fait que rêver, ou si elle commençait à prendre de l’importance pour quelqu’un. Ce n’était jamais la seconde solution, toujours la première et elle commençait à vraiment déprimer à ce sujet, mais hors de question de le montrer. Très lancée dans ses propos, elle sursauta en sentant sa main sur son épaule, elle ne s’était pas attendue à ce qu’il la touche à vrai dire et c’était très plaisant, même si le geste n’avait rien de tendre. Ses sourcils se froncèrent d’ailleurs très légèrement alors qu’elle parlait. Il était si proche d’elle si… Elle se sentit frissonner de tout son être en sentant sa tête sur son épaule et elle se maudit aussitôt pour ça. A le voir, c’était évident qu’il se moquait pas mal de ce qu’elle était en train de dire. Mais… Lui, si proche d’elle, elle se sentit vraiment bien un instant et elle faillit remettre sa main dans ses cheveux mais n’en eut pas le temps, il était déjà en train de s’éloigner, non sans lui arracher un nouveau tremblement de désir. Elle faillit lui demander de ne plus faire ça mais c’était tellement bon qu’elle ne pouvait s’y résoudre, pas moyen. Ses sourcils se froncèrent finalement un peu plus lorsqu’elle remarqua qu’elle était probablement en train de l’ennuyer à parler autant. Certes, elle avait remarqué ça depuis un certain temps mais là, étrangement, elle se sentit mal.

Ses bras se resserrèrent autour de ses genoux, alors qu’elle se demandait quelle attitude adopter. Devait-elle s’en aller maintenant, sans même attendre d’être congédié ou bien garder ce petit espoir au fond d’elle ? Oui, parce qu’elle savait très bien qu’il ne lui demanderait pas de rester, c’était rêver éveillée que de croire à ça. J'aurais jamais la force de grimper l'escalier avec toi sur l'épaule, puis tu m'casserais encore plus les oreilles à crier des "au secours" et des "j'sais pas nager Son corps tout entier s’était tendu en entendant sa voix profonde s’élever dans la cabine. Elle avait oublié à quel point sa voix était sexy à entendre. Oh… Elle ne put pas aller plus loin, puisqu’il continua. Mais si tu y tiens, j'peux essayer d'te faire passer par le hublot, même si avec tes hanches j'pense qu'on aurait un souci. En entendant sa remarque, elle tira le drap mieux, afin de ne plus être visible. Elle n’avait jamais eut de problèmes avec ses hanches avant ça, mais là, ses mots venaient de lui instaurer un complexe de plus. Pardon je… savais pas que c’était si flagrant, si dérangeant… Son visage s’était doucement décomposé et elle détourna le visage afin qu’il ne puisse pas voir à quel point il lui faisait mal. Tous lui faisaient mal après tout, pourquoi serait-ce différent cette fois ? Dis, si t'as pas dormi, pourquoi t'es pas partie ? Bonne question… Très bonne question. Pourquoi était elle restée ? A cause de ce stupide espoir que lui au moins, l’aimerait, juste un peu ? Elle sentit ses yeux s’humidifier lentement, elle était ridicule, bien sûr que non il ne lui demanderait pas de rester, pourquoi le ferait-il ? ...Kristal, c'est ça ? Kirsten répliqua t’elle en marmonnant, d’une voix un brin éraillée par les larmes qui obstruaient sa gorge.

Wyatt. Ses yeux se tournèrent vers sa main, qu’elle fixa d’un air d’autoroute… Ils venaient de coucher ensemble et il tendait la main ? Elle décida de ne pas la serrer et regarda de nouveau dehors, pour ne pas pleurer, pour conserver le brin d’honneur qui restait encore un peu en elle. Maintenant que les présentations sont faîtes, tes affaires sont par là, et pour sortir, c'est la porte, là. Ou le hublot, si tu préfères. Sans dire un mot, chose inhabituelle chez elle, elle se leva, s’enveloppant avec le drap, pour qu’il ne voit pas ses hanches. Complètement dévastée d’être mise à la porte aussi rudement, elle tenta d’enfiler son short, sans prendre la peine de chercher sa culotte et s’écroula sans grâce sur le plancher, ayant essayé d’enfiler ses deux jambes dans un seul trou. Merde ! Ses larmes avaient débordées de ses yeux, autant à cause de la douleur physique que celle dans son cœur. En quelques seconde, elle se redressa et enfila convenablement le vêtement, avant de faire de même avec son t shirt. Pardon ! Je pars vite promis ! Je… J’ai… Il faut que… Non, plus aucun mot ne traversait ses lèvres et elle se sentit vraiment idiote. J’ai cru que tu me demanderais de rester. C’est ridicule hein ? Je… croyais que ça t’avait plu, je… D’habitude elle ne parlait jamais une fois qu’elle était virée mais là… étrangement, elle avait besoin. Pardon, j’m’en vais !

_________________

La vie est un conte de fée qui perd ses pouvoirs magiques lorsque nous grandissons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 48
    ♦ PSEUDO : A. (et oui c'est moi)
    ♦ CREDITS : (c) mafdet
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/04/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

MessageSujet: Re: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   Ven 27 Juil - 21:02


    Si Wyatt était sélectif avec les demoiselles qui passaient entre ses draps ? A vrai dire, pas vraiment. Il y avait cependant un dénominateur commun : c'était elles les premières à lui témoigner leur intérêt. Il ne s'embarrassait pas à essayer de les charmer, leur courir après. Bien trop fatigant ! Wyatt les prenait déjà séduites. En gros, la même différence qu'entre un met cuisiné et un plat au micro-ondes : lui, il choisissait le tout cuit. Sauf qu'en général, avec ce genre de "plats", on ne prenait pas le temps de lire plus loin que l'étiquette et on oubliait de lire les instructions... Pour, après, avoir de mauvaises surprises dans l'assiette !
      - Oh… Pardon je… savais pas que c’était si flagrant, si dérangeant… Se confondit-elle en excuses en tirant sur le drap, lui, encore pas bien réveillée, la laissant dévoiler sa tenue d'Adam sans la moindre honte.
    Faut-il préciser qu'il n'avait pas la moindre idée de ce dont elle parlait ? Enfin, son excellent pouvoir de déduction aurait pu lui laisser penser qu'elle réalisait qu'en effet, pour quelqu'un adorant le silence, parler sans arrêt pouvait s'avérer un tantinet agaçant, mais de là à comprendre qu'elle avait mal pris sa boutade sur ses hanches... Impossible que ça lui vienne à l'idée ! Même pas en se froissant une poignée de neurones au passage. Premièrement, parce que ses hanches étaient parfaites, et deuxièmement, parce qu'il ne faisait que la charrier avec son habituelle mufflitude.
      - Kirsten. Rectifia-t-elle quand il essaya de retrouver son prénom.
      - Quel champion, j'avais presque toutes les lettres...
    S'il se congratulait ? Non, mais il devait bien avouer qu'il s'impressionnait d'avoir ne serait-ce pu que se rappeler vaguement de la sonorité. Certes, cela ne l'empêcha pas de la congédier avec le strict minimum de galanterie, mais que voulez-vous, on ne se refait pas, et les compliments, il en donnait sans doute autant qu'il en recevait. Soit, un nombre infime. Mais avouez que dans sa bouche « Bonjour, tu sais que tu es magnifique ? J'ai passé une merveilleuse nuit à tes côtés, tu veux du café, ma beauté ? » ça sonnait aussi juste que des versets du Coran. Tandis qu'elle s'habillait, il resta immobile, encore un peu groggy, les yeux voguant sans but au plafond. Il serait resté ainsi jusqu'à finir par se rendormir si elle ne l'avait pas fait sursauter.
      - Merde ! Lâcha-t-elle soudainement en se cognant ou bien en trébuchant il ne savait pas trop, ce qui le fit se relever sur les coudes et réaliser... Ben, qu'elle était dévastée, en larmes, au point de ne presque plus se souvenir comment s'habiller correctement (les femmes, alors, ça se met dans des états..!). Pardon ! Je pars vite promis ! Je… J’ai… Il faut que… J’ai cru que tu me demanderais de rester. C’est ridicule hein ? Je… croyais que ça t’avait plu, je… Pardon, j’m’en vais ! Ajouta-t-elle entre plusieurs hoquets et salves de larmes qui le laissèrent complètement... Désemparé.
    Ne vous méprenez pas, ce qui l'emmerdait surtout, c'était tout ce fouillis sur son visage et ce mélodrame. Pas parce qu'il se sentait mal, en cause ou quoi que ce soit du genre, mais parce qu'une fille qui pleure, c'était ce qui y'avait de pire dans l'univers. Après les génocides et la pédo-nécrophilie.
      - ... Attends ! La rattrapa-t-il avant qu'elle n'essaie même de franchir la porte, s'interposant entre elle et la sortie, nu comme un ver en sautillant à moitié sur un pied car il avait marché sur la boucle de sa ceinture qui gisait toujours par terre avec le reste de ses fringues. Tu as mis ton t shirt à l'envers.
    Quoi ? C'était pas gentil de sa part de lui signaler ? Même qu'il l'aida à l'enlever ! Alors, c'était pas digne d'un gentleman ? ... Oh et puis merde, écoutez, il voulait qu'elle arrête de pleurer, mais c'était utopique de croire que ce serait leur simplifier la vie à tous les deux s'il lui disait qu'elle était une fille super et que ce n'était pas du tout de sa faute, ou un baratin du genre qu'ils devaient tous sortir dans ce genre de situations. Lui n'était pas comme ça. Il ne mentait pas, il ne prétendait pas, et avec les nanas, il ne s'attardait pas. Pourtant, il ne l'aida pas non plus à renfiler son t shirt, trop occupé à essayer de trouver un truc à dire qui ne la ferait pas davantage fondre en larmes tout en buggant sur sa - très jolie - poitrine. ... Qu'il finit par embrasser du bout des lèvres sans trop savoir comment elles avaient atterri là. Sa tête s'était penchée toute seule, foi de Pritchards !
      - C'est mieux comme ça. Finit-il par articuler en la regardant droit dans les yeux. T'es mieux sans t shirt et mieux sans moi. Ajouta-t-il alors que sa main était allée longer la courbe de son sein. En plus, mes œufs brouillés sont dégueulasses... Lâcha-t-il dans un rire moquant toute la médiocrité de sa cuisine-pendant-gueule-de-bois.
    Oui, elle gagnait à s'en aller. Même si elle ne s'en rendait pas compte, il lui faisait une fleur. Au moins en l'empêchant d'espérer quelque chose de lui et en cessant de penser qu'il était un type bien, car c'était l'un des plus gros mensonges jamais débité. Du moins, de son point de vue...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 29
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : bazzart
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/05/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   Mar 21 Aoû - 13:36

Déjà sur la voie du départ, Kirsten ne s’attendit pas une seule seconde à ce qu’il vienne à sa rencontre. Inconsciemment, elle l’avait déjà classé parmi les mecs à ne plus revoir, pour préserver son pauvre petit cœur trop fragile. Si bien que lorsqu’il s’adressa à elle, elle eut un violent sursaut de surprise. Attends ! Euh wait ! Il voulait qu’elle reste là finalement ? Pourtant juste avant, il venait de lui dire qu’il désirait la voir partir au plus vite. Complètement décontenancée, la jolie blonde ne fit pas un mouvement de plus, s’interdisant même de respirer pour être sûre de ne pas louper un seul mot de ceux qu’il allait dire. Seuls ses yeux bougeaient maintenant, le fixant dans ses mouvements aléatoires. Tu as mis ton t shirt à l'envers. Qu…Quoi ? Son souffle tout entier s’était enfuis dans cette interrogation. Il ne pouvait pas être sérieux quand même. La seule chose qu’il trouvait à lui dire était que son t shirt n’était pas dans le bon sens ? Mais… Elle s’interdit de penser plus loin lorsque ses mains se déposèrent sur elle. Un long frisson s’empara d’elle alors qu’il enlevait son t shirt. Malgré toute sa colère envers lui et malgré tous ses mauvais mots, il l’attirait toujours autant, surtout là, nu, face à elle qui n’était plus qu’en short devant lui. Je… Encore une fois, sa phrase ne se termina pas. Elle était bien trop occupée à réprimer le long et doux gémissement qui menaçait de s’échapper. Pourquoi faisait-il ça ? Pourquoi la touchait-il comme ça alors qu’il venait de lui demander de partir. C’était totalement incompréhensible pour elle, mais tellement agréable en même temps qu’elle était totalement perdue. Que devait-elle faire maintenant ? C'est mieux comme ça. Encore une fois, elle était perdue. Ce mec était une énigme totale, autant dans ses propos que dans ses actes. De quoi parlait-il exactement là ? T'es mieux sans t shirt et mieux sans moi.

Presque aussitôt, la lumière se fit dans l’esprit de la jeune fille, qui sentit ses larmes revenir. Bravement, elle tenta de les faire partir en relevant le menton le plus fièrement possible. Ce qui était plutôt compliqué étant donné qu’il était tout à côté d’elle et qu’elle ne se sentait vraiment pas à la hauteur à cet instant. En plus, mes œufs brouillés sont dégueulasses... T’es anglais… Complètement décalée ? Oui tout à fait. A vrai dire, Kirsten préférait ne pas se concentrer sur ce qu’il avait dit plus tôt, mais uniquement sur la fin, afin de ne pas encore pleurer. Si c’est que ça, je fais de supers œufs brouillés. En plus, je fais griller le bacon comme personne. Ses yeux se plantèrent dans les siens de nouveau. Elle avait compris, il ne voulait pas d’elle dans sa vie. Du moins, il ne voulait pas qu’une femme tombe amoureuse de lui… La fille qui l’avait fait autant souffrir ne devait pas être quelqu’un de bien, loin de là. En effet même si Kirsten pouvait sembler assez limitée intellectuellement, elle avait pourtant une faculté à assembler les choses ensembles et cette façon de traiter les femmes ne pouvait résulter que d’une violent chagrin d’amour. Tu sais quoi ? La fille qui a fait ça… On est pas toutes comme elle ! Je sais pas ce qu’elle t’a fait, ça me regarde pas et j’m’en fous mais… Tu vas rater beaucoup de choses si tu continues comme ça. Elle se mordit la lèvre ensuite, elle était allée trop loin. Mais c’était de sa faute à lui aussi, à faire la girouette, en la virant comme une malpropre avant de la déshabiller de nouveau. Non, pas de nouvel espoir en elle mais plutôt… Une envie… On pourrait devenir amis tu sais ! Enfin… Je propose ça comme ça. Moi j’pense que je suis pas mieux sans toi. Et je pense aussi que t’es pas mieux sans moi. T’es pas un ours. Enfin j’veux dire… Euh… non je sais pas je… enfin si mais… Pas clair ? Vous avez dit pas clair ? Comme c’est pas clair ! Maintenant qu’elle avait proposé ça, elle se sentait ridicule et à vrai dire, elle s’était sentie rougir au fil de son hésitation. Elle devenait rarement amie avec les hommes qu’elle baisait mais au final, elle n’était que ça pour tous les hommes, la bonne amie. Alors pourquoi ne pouvait elle pas faire de même avec lui hein ? Surtout qu’il semblait en avoir besoin. Elle poussa un long soupir ensuite, elle était la pro des situations désespérées. Alors j’te fais des œufs ?

_________________

La vie est un conte de fée qui perd ses pouvoirs magiques lorsque nous grandissons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 48
    ♦ PSEUDO : A. (et oui c'est moi)
    ♦ CREDITS : (c) mafdet
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/04/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

MessageSujet: Re: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   Dim 9 Sep - 19:42


    N'allez pas croire que son statut de goujat attitré de l'île s'était subitement envolé ou qu'il commençait à avoir des scrupules. Il n'avait pas décidé subitement d'épouser cette demoiselle pour la faire cesser de pleurer. Mais même lui, malgré qu'il soit un con fini, n'aimait pas voir une femme pleurer. Comme quoi, quelques larmes sur un beau visage ça retournait même le plus insensible des hommes ! Mais au fond, il n'était pas ce gars-là. Au fond, c'était un de ces garçons trop émotifs qui avaient dû ravaler toutes sa peine si souvent qu'ils avaient fini avec les canaux lacrymaux bouchés et le cœur empaqueté sous une couche de pierre. Ou plutôt, ils s'en convainquaient. Ouais, il s'était mis à l’abri. A l'écart, hors d'atteinte. Il avait identifié la cause de sa peine : ses attaches, qu'elle soit de sang ou de sentiments, et il les avait éradiqué. Point barre. Plus d'attaches, juste des gens de passage pour faire un bout de chemin. Juste des relations temporaires qui n'engageaient à rien. Tel était, tel resterait. Enfin... A moins qu'il ne fasse une entorse à sa règle d'or. C'était peut être pas une alliance, mais c'était déjà un cadeau précieux.
      - T’es anglais… Si c’est que ça, je fais de supers œufs brouillés. En plus, je fais griller le bacon comme personne. Essaya-t-elle de le convaincre pour rester et repartir sur de "bonnes" bases.
    En vrai, il était plutôt Américain, mais bon, après tout, ils parlaient à peu près le même dialecte. Enfin, les anglais baragouinaient et traînaient les syllabes, alors qu'eux chantonnaient et s'entraînaient pour un marathon parlé ! Et une autre partie de jambe en l'air lui aurait tout aussi bien convenu mais la regarder cuisiner pour lui en décuvant était une option alléchante aussi, pas autant, mais elle conviendrait aisément. Il fixait ses lèvres d'un air d'autoroute quand elles s'animèrent de nouveau. Il ne sursauta pas cette fois, il avait retenu qu'elle était intarissable et se contenta de relever les yeux pour ne pas se perdre entre deux phrases débitées vitesse grand V. Oui, il était lent, le matin. Il avait utilisé tout son fuel hier soir..!
      - Tu sais quoi ? La fille qui a fait ça… On est pas toutes comme elle ! Je sais pas ce qu’elle t’a fait, ça me regarde pas et j’m’en fous mais… Tu vas rater beaucoup de choses si tu continues comme ça. Lança-t-elle alors qu'il resta la bouche entrouverte à chercher où elle voulait en venir pendant plusieurs poignées de secondes - l'image de Raphaëlle avait fini par s'imposer à lui et il la chassa aussi sec.
      - J'vois pas d'quoi tu parles. Répondit-il en se raclant la gorge.
    Et il se gratta la tête, la détournant vers le hublot. La vraie réponse aurait été « Oh, tu n'imagines pas à quel point cette mégère m'a amoché, y'a plus rien à faire. » mais il n'était pas du genre causant. Surtout pas quand il s'agissait d'avouer ses faiblesses.
      - On pourrait devenir amis tu sais ! Enfin… Je propose ça comme ça. Moi j’pense que je suis pas mieux sans toi. Et je pense aussi que t’es pas mieux sans moi. T’es pas un ours. Enfin j’veux dire… Euh… non je sais pas je… enfin si mais… Heuuuu... Un décodeur s'il vous plaît ? Alors j’te fais des œufs ? Se réenquit-elle finalement, tout à coup plus joviale.
    Il avait entendu le mot "amis" avant le mot œufs, mais s'il acceptait, allait-elle prendre ce oui pour les deux questions ou..? Parce que quand même, l'une demandait plus de réflexion que l'autre... Certes, normalement, on n'aurait pas dû avoir à réfléchir, mais il n'était pas "normal". Abandonnant, il relâcha sa nuque qu'il massait et attrapa un jean et un t shirt en répondant dans un bâillement :
      - Comme tu voudras.
    Après tout, des amis, il ne pouvait pas se vanter d'en avoir tant que ça. Non pas que ça l'intéressait réellement, d'ailleurs, parce que les effusions, les sourires et la complicité n'avait jamais été son genre, à part avec Liam, et encore, même avec lui il s'était toujours montré réservé. Wyatt n'était pas quelqu'un d'expansif, d'ouvert, de sociable. C'était pas qu'il ne savait pas aimer, c'était surtout qu'il ne savait pas comment le montrer et encore moins comment on pouvait l'aimer, lui, le barbu bourru aux paroles crues. (coucou Noémie, ces quelques rimes poétiques sont pour toi.) Et, aussi, il était toujours partant pour des oeufs et du bacon, surtout un lendemain de cuite !
      - La cuisine est à droite de l'escalier. Les oeufs au dessus du frigo. Les poêles... Au hasard, dans un placard ? Lui indiqua-t-il en essayant de se représenter la cuisine dans son esprit encore embrumé. Écoute, fais comme chez toi même si t'es pas chez toi ! Et si tu croises une autre grande blonde toute en courbes, c'est ma colocataire, pas la concurrence. Elle est cool. Marmonna-t-il, enfin rhabillé, en cherchant vainement un aspirine dans le tiroir de sa table de chevet.
    S'il réfléchissait avant de parler ? Le moins possible, il fallait l'avouer. Il avait juste voulu lui dire de se débrouiller et qu'il n'avait pas Louka entre ses draps et que, d'ailleurs, elle avait l'habitude de voir des filles de passage. C'était pas tout à fait sorti comme ça mais ça ferait l'affaire, hein ! Du moins, espérons le... Pour l'instant, il devait s'occuper de sa migraine. Le reste, on verrait plus tard !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 29
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : bazzart
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/05/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   Dim 16 Sep - 13:53


- J'vois pas d'quoi tu parles. Osa t’il répondre lorsqu’elle s’était avancée sur son cœur brisé. Cependant elle n’était pas dupe. Un tel comportement n’était pas normal et il semblait évident que ce cher Wyatt se cachait derrière son air bourru et ses mauvaises manières. Il cherchait à se protéger des femmes à cause de celle là. Elle eut un profond soupir, avant de finalement se rendre compte que ça ne servait à rien du tout d’insister. En aucun cas il ne se confierait à elle, du moins pas pour l’instant et dans l’absolu, ça lui convenait. La jeune blondinette n’était pas vraiment douée pour écouter les gens râler et se plaindre. Ce qu’elle préférait, c’était parler de tout et de rien mais surtout pas des sujets sérieux. Oui, elle craignait la question : Et toi ? Finalement elle secoua la tête pour reprendre un discours plus gai, moins prise de tête. - Comme tu voudras. Pendant plusieurs secondes, elle le fixa, se demanda ce qu’il venait d’accepter. Etait-ce sa proposition de devenir amis ou bien simplement sa proposition de faire des œufs ? Elle se mit à réfléchir activement, pesant les pours, les contres et vint finalement à cette conclusion… Ce n’était que pour les œufs. Jamais il n’aurait pu répondre ça pour une demande aussi importante que celle de devenir amis. Quelques secondes, elle eut une moue étrange, entre la bouderie et le rire et ce simplement parce qu’elle n’avait pas eut de réponses à sa première question. Elle décida de ne pas y faire attention et l’écouta attentivement lorsqu’il parla de sa cuisine, de la belle blonde et de tout le reste. Tu vis avec une femme ? Alors t’as déjà une amie en fait. C’est pour ça que t’as pas répondu à ma question à moi. Je comprends maintenant. Laisse tomber alors, je voudrais pas m’imposer en vérité. Si tu veux pas être mon ami, je comprendrais…

Elle avait dit tout ça très vite, de nouveau perturbée. Son visage exprimait maintenant un brin de peine, parce qu’elle avait réellement cru un instant qu’il l’aimait bien et que c’était pour ça qu’il avait accepté de la laisser faire des œufs chez lui. Oh désolée. Je suis encore en train de trop parler alors que t’aime pas ça ! Elle secoua la tête, se sentait vraiment idiote. Comment avait elle pu croire qu’une amitié entre eux était possible ? Elle qui était pire qu’un moulin à parole, avec un taciturne visible. Une vraie bêtise. Cependant elle avait fait une promesse, celle de lui faire des œufs et elle lui ferait des œufs, les meilleurs de sa vie. Suivant ses indications donc, elle se dirigea vers la cuisine et en voyant le contenu de son frigo, changea finalement d’avis. Elle ferait une frittata, une bonne omelette avec des oignons, des poivrons et des tomates. Désormais, c’était avec un sourire aux lèvres qu’elle cuisinait et elle commença même à chantonner légèrement, une preuve qu’elle était enfin à l’aise. Peut être était-ce parce qu’elle n’avait pas croisé la blonde d’ailleurs. Elle secoua la tête pour ne pas y penser et finalement se rendit compte que l’aspirine était là, à côté d’elle. Après avoir mis la frittata dans une assiette, elle attrapa la boite et retourna dans la chambre. Tiens ! C’est pas ça que tu cherches ? Elle lui lança la boite, sans même se préoccuper de ses réflexes et reprit. Finalement, j’ai pas fait d’œufs brouillés mais j’espère que ça va te plaire quand même, parce que c’est super bon. Et il paraît que je suis plutôt doué pour faire ça alors j’espère que tu vas aimer. Oh et après je partirais, parce je suis pas chez moi comme tu l’as dit et j’ai l’impression que je te dérange un peu quand même, alors… je vais rentrer et je suis désolée de m’être incrustée comme ça. Bon en fait pas tellement. Elle n’était pas réellement désolée, mais l’important était qu’il le croit n’est ce pas ?

_________________

La vie est un conte de fée qui perd ses pouvoirs magiques lorsque nous grandissons.



Dernière édition par Kirsten J. Preston le Dim 20 Jan - 13:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 48
    ♦ PSEUDO : A. (et oui c'est moi)
    ♦ CREDITS : (c) mafdet
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/04/2012
    ♦ AGE : 27



Revelio

MessageSujet: Re: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   Mer 17 Oct - 10:11


      - Tu vis avec une femme? Alors t'as déjà une amie en fait. C'est pour ça que tu as pas répondu à ma question à moi. Je comprends maintenant. Laisse tomber alors, je voudrais pas m'imposer en vérité. Si tu veux pas être mon ami, je comprendrais... Relança-t-elle avec un air chagriné qui le fit cogiter intensément, par peur de revoir des larmes s'accrocher à ses cils, mais les explications qu'il aurait pu lui apporter pour la "consoler" était bien trop longues et délicates à aborder pour qu'il ait réellement envie de s'y embourber. Oh désolée. Je suis encore en train de trop parler alors que t'aimes pas ça! Se reprit Kirsten en rougissant.
    Une moue blasée se peignit sur le visage de Wyatt qui faisait redoubler sa migraine à force de secouer ses bataillons neuronnaux l'air de dire : « Allez, hop hop hop, pondez moi une réponse qui la satisfera, et que ça saute! » Mais ses méninges flottant dans les restes d'alcool de la veille faisaient la sourde oreille. Tant pis, il allait donc devoir lui servir la version longue en moulinant pour organiser ses pensées malgré son cerveau raplapla...
      - Mais non, t'as pas compris, Louka c'est pas mon amie, c'est juste que... C'est compliqué. Disons qu'on s'est connus il y a très longtemps... - Quasiment dans une autre vie, de son point de vue... - Et voilà, c'était naturel de lui offrir l'hospitalité en souvenir de... Ce qui nous a lié, autrefois. Répondit-il en se grattant la barbe, chassant le visage de Liam de ses pensées pour revenir dans le vif du sujet. Crois moi, t'as pas vraiment envie d'être vue avec moi, les gens changent de trottoir quand ils me croisent... Je suis pas exactement du genre fréquentable! Et puis, je râle tout le temps, ça te saoulerait vite. Soupira-t-il, dans un de ses haussements d'épaule je m'en foutiste. En plus, je suis sûr que tu t'auto-suffis!
    Comment ça, ça sonnait pas très gentil? Mais si, voyons, lui aussi se suffisait à lui-même, c'était un signe d'indépendance, de débrouillardise, de multiples facettes se complétant à merveille faisant que la solitude n'était pas un fardeau pour les gens comme eux. Vous auriez peut être préféré le sempiternel « Tu mérites mieux » ou « Tu vaux mieux que moi » ? Comme si c'était à lui d'en décider, comme s'il possédait la jauge universelle de la valeur et du mérite! Monsieur le bougon prônait la sincérité et la vérité toute crue, voilà tout, sans filtre parasitant ou maléant son discours, qu'il plaise ou non... Et ce malgré qu'il puisse vexer, blesser ou faire enrager, car c'était le prix à payer lorsque l'on se passait de pommade et de poudre aux yeux. Elle finit par quitter la chambre pour la cuisine. Profitant de son absence, il ouvrit tous les tiroirs, les vida par terre, et s'était finalement penché pour vérifier que l'aspirine n'avait pas roulé sous le lit lorsque la boîte tomba du ciel.
      - Tiens! C'est pas ça que tu cherches? Revint Kirsten qu'il regarda comme s'il était face au messie, ramassant l'aspirine avec l'air d'un chevalier de la table ronde à qui on venait d'offrir le Saint Graâl.
    Non, un merci ne l'aurait pas étouffé, mais de toute manière elle monopolisait le bâton de parole.
      - Finalement, j'ai pas fait d'oeufs brouillés mais j'espère que ça va te plaire quand même, parce que c'est super bon. Et il parait que je suis plutôt douée pour faire ça alors j'espère que tu vas aimer. Continua-t-elle alors qu'il se contenta d'acquiescer muettement de la tête en enfournant deux cachetons dans son gosier qu'il avala tout rond. Oh et après je partirais, parce que je suis pas chez moi comme tu l'as dit et j'ai l'impression que je te dérange un peu quand même, alors... Je vais rentrer et je suis désolée de m'être incrustée comme ça.
    Humant le fumet s'échappant de la poèle, il dut bien reconnaitre que sa recette "secrète" puisqu'elle n'avait pas révélé le nom du plat devait être délicieuse si le goût s'accordait à l'odeur. La suivant dans la cuisine, il découvrit avec stupeur le contenu de l'assiette qui l'attendait. Il s'en vantait peu, comme de toutes ses moindres qualités, mais il se débrouillait bien en cuisine, lui aussi. En tant que végétarien, régime peu commun, il avait dû apprendre à allier les aliments pour ne pas souffrir de carences et lorsqu'il était aux fourneaux, c'était un des rares moments où on pouvait le voir sourire d'un air paisible.
      - T'as réussi une frittata parfaite en cinq minutes, en prenant le temps d'me balancer de l'aspirine? Pas mal... Constata-til, admiratif. Tu travailles dans la restauration ? S'enquit-il en méditant cette prouesse qui le surprenait et, aussi, l'intriguait. J'te l'ai peut être déjà dit hier, mais moi c'est mon plan, d'ouvrir un restaurant... Dès que j'ai réuni l'argent, je vais poser une annonce pour engager du personnel... Compléta-t-il, laissant planer le but caché de cet aveu dans l'air.
    Il n'allait pas lui demander explicitement de rester ou de travailler pour lui, ni avouer qu'elle ne le dérangeait pas tant que ça... Pas le genre du bonhomme, autant que les mercis et les embrassades d'au revoir/d'adieu... Mais le montrer en faisant la conversation et s'intéressant à son plat était sa façon de lui communiquer tout ce qu'il gardait sous silence. Pas très explicite, certes, mais c'était un début... D'une amitié? D'un partenariat? Ils ne le savaient pas encore, mais de "quelque chose" en tout cas..!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 29
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : bazzart
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/05/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE:
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   Mer 23 Jan - 18:28


- Mais non, t'as pas compris, Louka c'est pas mon amie, c'est juste que... C'est compliqué. Disons qu'on s'est connus il y a très longtemps… Et voilà, c'était naturel de lui offrir l'hospitalité en souvenir de... Ce qui nous a lié, autrefois. Une moue boudeuse se dessina sur ses lèvres alors qu’il essayait de répondre à son exclamation précédente. Elle n’était pas bien sûre de comprendre ce qu’il était en train de dire mais après tout, de quel droit pouvait elle lui demander quelque chose comme une amitié exclusive ? Un ami pouvait bien être à d’autres personnes qu’elle après tout. Lorsqu’elle se fût rendue compte de ça, Kirsten laissa un petit sourire flotter sur ses lèvres. Elle n’était plus vexée, elle était… Contente. L’ours bourru lui parlait, lui répondait. Oui ! C’était décidé ! Ils allaient devenir les meilleurs amis du monde. Cette fois, son sourire était éblouissant. Crois moi, t'as pas vraiment envie d'être vue avec moi, les gens changent de trottoir quand ils me croisent... Je suis pas exactement du genre fréquentable! Et puis, je râle tout le temps, ça te saoulerait vite. En plus, je suis sûr que tu t'auto-suffis! Les sourcils de la blondinette se froncèrent, alors qu’il terminait sa phrase. Eh oh ! Il lui faisait quoi là ? Maintenant que Kirsten s’était bien rendu compte que l’homme n’était pas aussi méchant qu’il semblait l’être de prime abord, il n’allait quand même pas essayer de lui faire croire qu’ils ne pourraient pas être amis… Quand même, quelle perte de temps. Le front de la jeune femme devint aussi lisse que précédemment, toute contrariété avait disparu, pour faire place à une moue espiègle. Tu dis ça parce que je parle trop hein ? C’est ça ? Elle éclata d’un grand rire clair, avant de finalement se détourner de lui pour s’occuper en cuisine.

Il ne lui avait pas fallu très longtemps pour trouver les ingrédients qu’elle cherchait, les associer et donner ce qu’on pouvait appeler une frittata parfaite. Assez fière d’elle, elle retourna le voir avec la boite d’aspirine pour l’inviter à se joindre à elle pour le petit déjeuner. Un premier pas vers une grande amitié. Elle y tenait vraiment. Ca ne serait pas son premier ami masculin, elle était habituée aux ours qui pensaient être infréquentable. Force était de constater qu’à chaque fois, elle obtenait leur amitié, à défaut de leur cœur. - T'as réussi une frittata parfaite en cinq minutes, en prenant le temps d'me balancer de l'aspirine? Pas mal... Hum ? Elle se retourna vers lui, avant de hausser des épaules. Après tout, ce n’était pas grand-chose pour elle. Très douée en cuisine, elle arrivait à faire ce qu’elle voulait avec les bons ingrédients. Tu travailles dans la restauration ? Pendant une seconde, elle réfléchit à sa question. Après tout, elle ne travaillait pas vraiment dans la restauration, juste dans un bar. Pas vraiment en fait. Je travaille dans un bar. Au Gerry’s, tu connais pas ? Bien sûr que si il connaissait, c’était là qu’ils s’étaient rencontrés après tout. Quoi qu’il en soit, elle écarquilla les yeux à la suite. J'te l'ai peut être déjà dit hier, mais moi c'est mon plan, d'ouvrir un restaurant... Dès que j'ai réuni l'argent, je vais poser une annonce pour engager du personnel... Il ne l’avait pas dit… Mais ce qu’il disait lui réchauffait le cœur doucement. Elle aimait bien travailler avec Gerry et Iordan mais… travailler dans un restaurant, ça serait vraiment cool aussi. Ca me plairait… De travailler avec toi. Malheureusement j’ai pas d’argent à te dépanner mais… Si je peux travailler et pour Gerry, et pour toi… Ca serait super ! Dire qu’elle était heureuse était un euphémisme. En fait elle était carrément extatique. Sans se retenir, elle fonça vers lui et le serra dans ses maigres bras… Tu sais quoi. Tous les deux, on va former un duo du tonnerre… Lui si refermé, elle si ouverte… ils se complèteraient non ?

_________________

La vie est un conte de fée qui perd ses pouvoirs magiques lorsque nous grandissons.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt   

Revenir en haut Aller en bas
 

Hey baby, I think I wanna marry you (Wyatt

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Hey Baby, I think I wanna marry you [terminé]
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Retour-surprise: Baby Doc a-t-il été manipulé?
» P... de baby-boomers 68tards...
» Baby Doc departure details remain murky

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine. :: ─ Sujets de la saison 1 ─ :: ─ L'archipel
-