Partagez | 
 

 Errare humanum est } Bran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 56
    ♦ PSEUDO : Phil
    Féminin ♦ CREDITS : Moi-même
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 24/05/2012
    ♦ AGE : 38
    ♦ LOCALISATION : Essentiellement loin du monde



Revelio

MessageSujet: Errare humanum est } Bran   Mer 6 Juin - 20:49

    oOo


    Chiner, c’était toujours mieux que le shopping. Si la traîner dans un magasin de vêtements relevait du miracle, l’attirer dans les bric-à-brac se faisait sans trop de mérite. Les gadgets marrants, les nouveautés loufoques, le vingt-et-unième-carnet-dont-on-utilisera-juste-trois-pages-comme-les-précédents ou l’aumônière classe avec une légère « gravure » de chouette dans le cuir, c’était nettement plus son rayon que les étalages de fripes. Aussi la retrouver dans l’Awesome Bazar n’avait rien de foncièrement surprenant. Son regard traînait de planche en planche, de bac en bac, prête à dénicher la perle rare ou « juste » le machin chouette dont on pouvait se passer mais qu’on achèterait quand même.

    Attirée par un chapeau posé sur un présentoir, l’ancienne Serdaigle s’en saisit pour l’essayer. Oui, on n’avait dit « pas de vêtements », oui. Mais là c’était un chapeau, c’était différent. Comme les foulards ou les ceintures, c’était une autre catégorie. L’accessoire avait de supérieur sur l’usuel qu’il était attractif. Il sortait de l’ordinaire et contribuait à cette impression de « déguisement » perpétuel, de recherches de style, diraient d’aucuns, ou de simple touche d’originalité pour d’autres. Ca n’avait rien d’aussi contraignant que d’essayer quinze pantalons pour quand même constater au final qu’ils étaient soit des tailles basses incompatibles avec de longues jambes soit qu’ils s’arrêtaient avant les chevilles et vous donnaient l’impression de porter un faux bermuda.

    Bref, pas de chiffons, donc, juste un chapeau, ça avait autrement plus de classe. Mais le chapeau n’avait pas de prix. Ce qui était, là, un peu moins plaisant … Avisant une silhouette pas loin, Philippine s’en approcha, le bien en mains, afin de quérir quelques renseignements. oOo Bonjour, je voudrais un petit renseignement. Pourriez-vous m’indiquer le prix de cet article ? J’ai beau regarder, je ne vois aucune mention, même pas sur le présentoir. Mais je peux me tromper. oOo Et elle affirmait ça sincèrement, sans fausse modestie et sans savoir qu’elle s’adressait, non pas à une nouvelle employée du magasin, mais bien à une cliente, tout comme elle.

    oOo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 102
    ♦ PSEUDO : Bonnie Blue
    ♦ CREDITS : Mistaken
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/02/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24 ans, habitante, ancienne Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Errare humanum est } Bran   Lun 6 Aoû - 18:16

Allez faire les magasins, qu’ils disaient. Ca vous changera les idées et puis vous trouverez peut-être autre chose à vous mettre que vos frusques horribles, qu’ils disaient. De toute façon faut que je vois mon notaire et je veux pas vous avoir dans les pattes, qu’ils disaient.

Gnagnagnagnagna, ronchonna Branwen en reposant sèchement une bouteille peinte sur l’étagère. C’était quand même pas croyable d’être aussi malpolie, à son âge. On aurait pu croire qu’avec les années et de l’éducation … mais non.
Inspirant à fond, elle se retrouva mentalement sur une plage déserte. Du sable gris. Un iceberg dans le lointain. Le vent sur son visage. Personne pour l’embêter, ni pour lui donner des ordres, ni l’empêcher de faire ce qu’elle voulait. Bien. Bien et bientôt. Un jour en tout cas.

Rouvrant les yeux, elle inspira une seconde fois et appliqua un sourire soigné sur son visage. Comme dirait l’autre … « Je vais bien, tout va bien. »
Branwen s’était retrouvée dans cette friperie quand Mrs Cole avait jugé sa présence inutile. L’occasion était plutôt rare et il lui fallait s’efforcer d’oublier les désagréables paroles qui avaient accompagné cette offre de pause pour retenir l’essentiel : elle pouvait profiter de son après-midi.
Avisant plus loin un miroir défraichi à l’encadrement sympathique, la jeune sorcière s’en rapprocha. Elle y croisa son reflet : rouquine aux cheveux sombres, des yeux bleus fatigués. Rien de très avantageux, surtout quand on essayait de rester discret. Elle avait envisagé de se teindre en brune, mais c’était la couleur de cheveux de sa mère. Lui ressembler ? Mauvaise idée.

Elle fut interrompue dans ces macabres pensées par l’intervention d’une autre fille, une sorcière pas tellement plus vieille qu’elle.
▬ Bonjour, je voudrais un petit renseignement.
▬ Euh … Oui ?
répondit Bran, surprise. Un renseignement ?

Elle regarda autour d’elle. La vendeuse était bien à sa place derrière le comptoir. Pourquoi ne pas lui demander, à elle ? Elle accorda pourtant son attention à son interlocutrice. Peut-être qu’on allait lui demander une information sur l’île. Elle n’avait pourtant pas l’air d’une native, avec son air renfrogné – ou peut-être que si, justement. Allez savoir. Et puis, dans la mesure où elle râlait contre l’impolitesse de son employeuse, la sienne aurait été particulièrement malvenue.

La fille s’expliquait.
▬ Pourriez-vous m’indiquer le prix de cet article ? J’ai beau regarder, je ne vois aucune mention, même pas sur le présentoir. Mais je peux me tromper.
▬ Oh !
répondit une Branwen un tantinet soulagée. Je ne suis pas une vendeuse, expliqua-t-elle en retenant une grimace. Mais … Vous avez regardé s’il ne comportait pas une étiquette qui serait tombée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 56
    ♦ PSEUDO : Phil
    Féminin ♦ CREDITS : Moi-même
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 24/05/2012
    ♦ AGE : 38
    ♦ LOCALISATION : Essentiellement loin du monde



Revelio

MessageSujet: Re: Errare humanum est } Bran   Dim 19 Aoû - 12:24

oOo


Pas très compliqué de voir le monde autrement que par les fenêtres de son bureau, le tout était de se bouger un peu. Le climat estival aidait fortement à développer l'envie de prendre l'air, ne fut-ce que parce que les locaux devenaient rapidement suffocants. Seulement, les premiers pas en extérieur étaient-ils obligés de rimer avec « trébucher » ? C'était à se le demander lorsque Philippine posa sa première question, bien loin d'imaginer qu'elle se positionnait toute seule en équilibre instable et qu'elle avait à peu près tout sauf l'adresse d'une funambule. oOo Euh … Oui ? oOo Jusque-là, pourtant, cela s'amorçait bien. Ou, à tout le moins, la vendeuse n'avait pas l'air antipathique. Pas volubile, certes, mais pas antipathique non plus. L'ancienne Serdaigle n'était de toute façon pas très friande des attitudes ultra commerciales où on vous prend presque par la main pour faire le tour du magasin. Non seulement, c'était embarrassant mais, en plus, il était difficile ensuite de s'en barrasser. oOo Oh ! oOo L'air de surprise sur le minois de la jeune femme, en revanche, ne disait pas grand-chose qui vaille et la thésarde pinça un instant les lèvres en signe de circonspection. Verdict ? oOo Je ne suis pas une vendeuse. oOo Et mince. Comment avait-elle pu se tromper ? Machinalement, la sorcière examina la mise de sa vis-à-vis avant de chercher du regard la vraie vendeuse et comparer les uniformes qui ... n'existaient pas. C'était malin, aussi, de s'habiller comme tout le monde quand on était vendeuse, non ? UU Ca prêtait à confusion. Même derrière un comptoir. Voilà. Comment ça « non » ?

En réalité bien loin de se trouver des excuses, Philippine était passée du blanc au rouge, mortifiée à l'idée d'être passée pour une gourde (et accessoirement d'avoir embêté quelqu'un qui effectuait gentiment ses courses). Parce que, non, personnellement, la jeune femme n'aurait pas apprécié se faire aborder pour qu'on lui parle étiquette alors qu'elle était incapable de répondre. Et l'ancienne Serdaigle ignorait si la raison de ce sentiment désagréable était cette incapacité de réponse ou la gêne occasionnée par la vaine interpellation. oOo Oh, je suis désolée. oOo S'empressa-t-elle de préciser, déjà prête à tourner les talons. Ca faisait quand même grosse douée bigleuse ou paysanne mal dégrossie, bon sang de bonsoir. Mais pourquoi ? UU oOo Mais … Vous avez regardé s’il ne comportait pas une étiquette qui serait tombée ? oOo Tombée ?, répéta Phil, jetant un œil vers l'étagère, je dois bien avouer que non, reconnut-elle, cherchant à reconstituer la scène de mémoire et localiser un éventuel papier. Enfin, je ne me souviens pas avoir vu quelque chose, c'est à vérifier, c'est gentil. oOo Conclut-elle, léger sourire retrouvé aux lèvres. Elle enfila le chapeau et se mira un instant dans le miroir que fixait son interlocutrice un instant plutôt. Quand on lui disait qu'elle avait une tête à chapeau, ça n'était pas entièrement faux. En tout cas, ce genre d'accessoire l'amusaient toujours autant. oOo Au pire, je regarderai si les autres chapeaux ont une constante de prix, ajouta-t-elle, merci beaucoup, et encore une fois désolée de vous avoir dérangée. Mais vous connaissez bien le coin ? oOo Le magasin comme l'île. Oui oui, elle avait dit qu'elle arrêtait de la déranger. Hrm.

oOo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 102
    ♦ PSEUDO : Bonnie Blue
    ♦ CREDITS : Mistaken
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/02/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24 ans, habitante, ancienne Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Errare humanum est } Bran   Dim 16 Sep - 9:06

Bon. Prise pour une vendeuse. Il y avait pire, dans la vie. Au moins, cela indiquait qu’elle avait l’air d’une vendeuse et qu’elle pourrait se reconvertir quand Mrs Cole la dégagerait une bonne fois pour toutes, ce qui ne manquerait pas d’arriver un jour si elle était aussi lunatique que sa famille le prétendait. Si Branwen avait été de celles qui détestent passer inaperçues, elle aurait râlé comme pas possible : moi, une vendeuse ? Ai-je l’air d’une vendeuse ? C’est ridicule !. Elle s’en fichait.

Elle s’en fichait d’autant plus que l’autre avait l’air complètement retournée. Mentalement en tout cas, Branwen sourit de la voir se confondre en excuses :
▬ Oh, je suis désolée.
▬ Il n’y a pas de mal !

Non, vraiment aucun. Elle patienta sagement, attendant la suite de la conversation qui ne manquerait pas de venir. Et c’était une constante humaine que de pousser toujours à l’interaction : elle-même n’en loupait jamais une, poussée par le désir de se fondre dans la masse.
▬ Tombée ? Je dois bien avouer que non.
▬ La colle ne tient pas toujours sur ce genre de tissus, expliqua la rouquine.
Elle était bien placée pour le savoir. Mrs Cole était connue de … et bien, de tous ceux qui la connaissaient, pour sa tendance à déblatérer pendant des heures sur la façon de faire les choses. Y compris la couture. Parce que la colle et la thermoplastie, pour les ourlets, ça ne marchait jamais, blablabla. Il était difficile d’être humainement plus insupportable – et ce, même si l’ensemble de la famille avait l’air plutôt douée dans le domaine de l’emmerdement (coucou Amly).

▬ Enfin, je ne me souviens pas avoir vu quelque chose, c'est à vérifier, c'est gentil.
▬ Mmh.
Branwen avait répliqué avec une moue distraite, son attention momentanément attirée par la vendeuse, la vraie, qui parlait diablement fort. Peu importait, au final. Elle avait suffisamment parlé pour engager le reste de la conversation, et elle était fatiguée.

▬ Au pire, je regarderai si les autres chapeaux ont une constante de prix.
▬ Voilà qui me semble une bonne idée, approuva la jeune femme.
Pour l’amour du ciel, l’autre ne pouvait-elle pas se taire ? Quand elle le fit enfin, c’est avec un grand sourire aimable que Branwen se retourna vers l’autre jeune femme, qui continuait de parler.
▬ Merci beaucoup, et encore une fois désolée de vous avoir dérangée.
▬ Je vous en prie. Vous m’auriez pris pour une éboueuse ou … disons, une tueuse en série, j’aurais pu y voir un inconvénient, mais vendeuse, je ne me sens pas tellement offusquée. Bonnes courses ! Acheva la rouquine en commençant à tourner les talons. Elle commençait à se sentir fatiguée, ayant eu son compte d’interactions sociales pour la journée (et même le mois, si on allait par là).

▬ Mais vous connaissez bien le coin ?
Si elle connaissait bien le coin ? Malheureusement … oui. A force d’errer sur l’île pour éviter les foudres de son employeuse, elle allait même le connaître par cœur. Bah.
▬ Comme ci, comme ça. J’habite dans une maison sur la plage – je travaille pour Mrs Cole, l’une des plus vieilles habitantes de l’île. Vous êtes une nouvelle arrivante ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 56
    ♦ PSEUDO : Phil
    Féminin ♦ CREDITS : Moi-même
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 24/05/2012
    ♦ AGE : 38
    ♦ LOCALISATION : Essentiellement loin du monde



Revelio

MessageSujet: Re: Errare humanum est } Bran   Ven 21 Déc - 16:26

oOo


Nous n'irons pas jusqu'à prétendre que Mademoiselle de la Plume était une princesse de la bourde innocente. Toutefois, il était bon de reconnaître qu'elle avait parfois l'art et la manière de sombrer dans le quiproquo ou la compréhension douteuse dès qu'il s'agissait de relations humaines. La croyance selon laquelle les personnes dans un magasin étaient potentiellement des membres du personnel, voilà qui était presque légitime. De là à généraliser à la première apparition au détour d'un rayonnage, on repasserait. Sa chevalière jouait désormais sur son annulaire gauche, Philippine la tournant négligemment du bout des doigts. Cette tactique servait de passe-nerf maison, le temps de recouvrer une contenance parfaite. oOo Il n’y a pas de mal ! oOo La thésarde gratifia son interlocutrice d'un sourire. Bon, visiblement, cette dernière n'avait pas été offusquée, point positif. Cela n'ôtait néanmoins pas cet arrière-fond de gêne qui donnait l'impression à la Wallonne d'avoir enfilé des vêtements désagréablement trop petits.

Aux échanges d'excuses et d'apaisement succédèrent les conseils pour mener à bien cette recherche du prix perdu, bien que la sorcière eut pu tout simplement interroger la vraie vendeuse. Seulement, ce plan impliquait de réitérer la démarche de questionnement auprès d'une seconde personne, ce qui ne l'enchantait guère. L'idée d'une étiquette perdue paraissait plus séduisante à la jeune femme qui, si elle n'avait rien vu de prime abord, ne manquerait pas de vérifier dans les prochaines minutes. oOo La colle ne tient pas toujours sur ce genre de tissus oOo Oh, c'est bon à savoir, c'est gentil. Je ne suis absolument pas experte en la matière. oOo Reconnut-elle avec moue contrite doublée d'un petit haussement d'épaules. Elle et le bricolage, drôle de ménage. Les paires de ciseaux s'amusaient systématiquement à couper de travers, le crochet ou les aiguilles dévoraient des mailles, la latte faussait les repères, bref, sa patience était mise à rude épreuve et tout le problème se situait peut-être là.

Lançant un regard circulaire, l'animagus s'était étonnée du oOo mmh oOo absent de sa vis-à-vis. D'accord, elle signifiait peut-être ainsi implicitement que l'ancienne Serdaigle aurait forcément dû regarder cela en premier. Ou bien songeait-elle tout simplement que la Wallone faisait grand cas pour un simple chapeau ? A moins qu'elle ne trouve tout simplement ses péroraisons totalement ridicules. Phil eut un pincement de lèvres pensif avant de poursuivre, sortant de sa manche l'alternative salutaire pour laquelle elle opterait si le prix restait désespérément introuvable. oOo Voilà qui me semble une bonne idée. oOo Merci. oOo Répondit-elle sobrement, reprenant inconsciemment ses réflexes d'étudiante interrogée et ravie d'avoir marqué un point.

Satisfaite des réponses qu'elle avait obtenue, le cataclysme d'une vexation évité et deux plans de secours pour sa recherche ayant vu le jour, la thésarde s'apprêtait à tourner les talons. D'une politesse sincère qu'un fond de gêne arrosait toujours, Philippine ajouta à ses remerciements une autre excuse quant au dérangement. oOo Je vous en prie. Vous m’auriez pris pour une éboueuse ou … disons, une tueuse en série, j’aurais pu y voir un inconvénient, mais vendeuse, je ne me sens pas tellement offusquée. Bonnes courses ! oOo Il est vrai ! De toute façon, je pense qu'il n'y a pas de sot métier. oOo Renchérit-elle. Après tout, chaque profession avait un but et même s'il s'agissait de la prosaïque nécessité de rentrer de l'argent, l'intérêt était réel. Enfin, un bric-à-brac n'était peut-être pas le lieu le plus propice à un débat sur l'opposition entre les choix de carrière et les désirs profonds.

Une dernière question traversa ses lèvres, la demoiselle s'interrogeant malgré tout sur la connaissance de l'île que pouvait avoir son interlocutrice. Après tout, l'un ou l'autre contact parmi les habitants n'était pas négligeable. oOo Comme ci, comme ça. J’habite dans une maison sur la plage – je travaille pour Mrs Cole, l’une des plus vieilles habitantes de l’île. Vous êtes une nouvelle arrivante ? oOo En réalité, je n'habite pas sur l'île. Enfin, pas à proprement parler, commença la jeune femme. Je suis thésarde auprès du Professeur Di Marco qui enseigne le droit et la justice magique à Elderwood. oOo Et elle en était fière quoi qu'on ait pu jamais dire sur Gregori. Les mauvaises langues méritaient uniquement qu'on cloue le principal instrument de leur perfidie sur la première planche de bois à portée de main. oOo Ceci explique peut-être pourquoi je ne connais pas Madame Cole ? oOo Interrogea l'animagus. A moins que la mention du nom n'ait été qu'indicative, ceci n'était pas à exclure.

Tendant alors une main, habituée qu'elle était de faire les choses à l'envers en matière de contacts humains, elle ajouta. oOo Philippine de la Plume, ravie de vous connaître. oOo Commença, la jeune femme en face devait se ficher de son identité comme de son premier uniforme ?

oOo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 102
    ♦ PSEUDO : Bonnie Blue
    ♦ CREDITS : Mistaken
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/02/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24 ans, habitante, ancienne Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Errare humanum est } Bran   Sam 22 Déc - 21:32

D’accord, Branwen était peut-être de mauvais poil. Pas particulièrement plus que d’habitude, cela dit. Elle considérait juste que son temps libre était trop précieux pour le gaspiller en futiles discussions de comptoir. Sauf que bien évidemment, rester polie et charmante en toutes occasion nécessitait un peu d’adaptation. Du genre, parler aux gens (si, si). Y compris les gens qu’elle ne connaissait ni d’Eve ni d’Adam.

Branwen fit volte-face. Bien campée sur ses pieds pour assurer sa stabilité, elle adressa à la jeune femme son plus charmant sourire. Quiconque était vraiment un spécialiste des expressions faciales aurait pu remarquer l’absence de rides au coin de ses yeux – celles qui apparaissaient chez toute personne souriant vraiment. Pour tous les autres (les newbies de base comme dirait mon prof de media-training mais ça n’a rien à voir avec la choucroute), elle n’avait que l’air d’une jeune femme polie et d’abord agréable (avec des cheveux qui brillent).
▬ Merci.
▬ Je vous en prie
, renchérit la rouquine avec une micro-courbette.
Si son interlocutrice voulait jouer à « c’est moi qui serait la plus polie », elle se fourrait le doigt dans l’œil, et jusqu’à l’omoplate. Son ton était calme, mesuré, sa voix était suffisamment claire : une vraie pro de la parole en public.

L’autre fille continuait. Qu’est-ce qu’elle faisait donc sur l’île ? Elle était trop jeune pour être prof, trop vieille pour être une élève, et elle ne faisait assurément pas partie des habitants. Squatteuse ? Employée ? L’école semblait toujours fourmiller de personnels – ils étaient plus nombreux à chaque fois qu’elle se rendait au château et à chaque fois avec ce qui lui semblait de nouvelles têtes. En-dehors de ses repères familiers – Holly et l’étrange bibliothécaire – la jeune sorcière avait un peu du mal à enregistrer les physionomies de cette bande d’empêcheurs de faire l’ermite en rond. D’autant plus que celle-ci ne semblait avoir aucun trait particulier, malgré ses lunettes d’érudite.
▬ Il est vrai ! De toute façon, je pense qu'il n'y a pas de sot métier.
A ces mots, Bran se retint de hausser un sourcil interrogateur. Pas de sot métier ? Hypocrisie la plus complète, illustration la plus parfaite d’une bande d’intellectuels chanceux qui se congratulaient et tentaient ainsi de masquer le mépris qu’ils éprouvaient envers tous ceux qui s’étaient orientés vers des voies plus dégradantes. Elle retint également un cinglant « vraiment ? Pas même éboueur ? Toiletteur pour chien/chat/hibou/scroutt à pétard ? Joueur de bavboules professionnel ? » Des sots métiers, elle en connaissait à la pelle et n’avait que faire de l’approbation d’une fille sortie de nulle part.
Masquant le léger agacement qu’elle ressentait, la rouquine haussa les épaules d’un air désinvolte.
▬ Voilà une sage pensée, confirma-t-elle en ne pensant que le contraire.

▬ En réalité, je n'habite pas sur l'île. Enfin, pas à proprement parler, continuait à expliquer la fille. Voilà qui était déjà plus intéressant. Qui pouvait faire ses courses ici, sur Nameless, sans y habiter ? C’était certes un endroit que certains qualifieraient de paradisiaque (de son point de vue, il faisait beaucoup trop chaud, mais toutes les îles ne pouvaient pas être l’Islande ou l’Angleterre), mais pas au point de venir y faire son shopping.
▬ Je suis thésarde auprès du Professeur Di Marco qui enseigne le droit et la justice magique à Elderwood. Et ben voilà, songea Branwen d’une voix intérieure qui se voulait fataliste. Du droit et de la justice magique ? La demoiselle se voulait peut-être le Batman du monde magique ; elle-même ne croyait pas plus à la justice des hommes qu’à leurs multiples et pseudo discours d’égalité : certains naissaient chanceux, d’autres non. Il fallait juste se débrouiller pour toujours rester du bon côté de la barrière.
Néanmoins, elle était charmante et de bonne humeur, rappelez-vous. Aussi acquiesça-t-elle en souriant.
▬ Ceci explique peut-être pourquoi je ne connais pas Madame Cole ?
▬ Sûrement.

▬ Cependant, si vous restez suffisamment loin dans le coin, vous risquez fort de faire sa connaissance prochainement, ajouta Branwen à toutes fins de civilité. C’est une personnalité de l’île.
Elle chercha ensuite désespérément du regard quelque chose auquel se raccrocher pour se sortir de la situation. Si cette fille se figurait qu’elles allaient devenir amies, elle se fourrait le doigt dans l’œil. Bran n’avait pas besoin d’amis, non mais.
▬ Philippine de la Plume, ravie de vous connaître. Ajouta la fille, Philippine donc, renforçant la conviction de la rousse quant à la direction que prenait la conversation. Elle apporta un léger ajout en son for intérieur : elle n’avait pas besoin d’amis au nom étrange – c’était effectivement l’hôpital se fichant de la charité, mais on fait avec ce qu’on a. Ces français.
▬ Branwen Svanasdottir, enchantée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 56
    ♦ PSEUDO : Phil
    Féminin ♦ CREDITS : Moi-même
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 24/05/2012
    ♦ AGE : 38
    ♦ LOCALISATION : Essentiellement loin du monde



Revelio

MessageSujet: Re: Errare humanum est } Bran   Mer 26 Déc - 22:17

oOo


Au royaume de la confusion, la politesse était reine. Par le biais d'un spécieux syllogisme, on aurait presque pu croire que la jeune femme en face de l'ancienne Serdaigle était aussi confuse qu'elle tant elle s'appliquait à respecter les formes à la virgule près. oOo Je vous en prie. oOo Gratifiant sa vis-à-vis d'un léger hochement de tête en guise d'ultime remerciement silencieux, Philippine mit ainsi fin à ce qui n'aurait pas manqué de devenir une escalade de civilités. La curiosité l'emporta toutefois sur le reste et la demoiselle relança la conversation. En apprendre plus des autres n'était pas vraiment son passe-temps favori, sa timidité la repliant sur elle-même. Toutefois, connaître l'un ou l'autre habitant n'était pas inutile, surtout que ménager leur susceptibilité semblait relever d'un art complexe. oOo Voilà une sage pensée. oOo On a trop souvent tendance à dénigrer certaines professions. oOo Renchérit-elle, sa naïveté presque touchante lui ayant faussement soufflé que son interlocutrice était réellement de son avis. N'allez pas croire à l'hypocrisie des bien-pensants ; Philippine était parfois véritablement trop utopiste, désireuse que chacun soit reconnu en tant que tel et qu'on ne raille pas les plus faibles. D'aucuns avaient de la chance mais, un jour, elle pouvait tout aussi bien tourner.

Ses babillages dérivèrent progressivement vers sa propre profession et les figures marquantes dont une certaine Madame Cole dont elle n'avait pourtant jamais entendu parlé. oOo Sûrement. oOo Hum. oOo Et doutait croiser un jour avec autant d'informations sur ladite sorcière. Enfin, cela dit, l'animagus ne comptait pas non plus réaliser un documentaire fouillé sur la vie et l’œuvre des gens de Nameless aussi pourrait-elle survivre sans mal à l'absence de rencontre. oOo Cependant, si vous restez suffisamment loin dans le coin, vous risquez fort de faire sa connaissance prochainement. C’est une personnalité de l’île. oOo Vraiment ? Dans la politique ou bien ... ? oOo S'enquit la thésarde pour qui personnalité rimait souvent en premier lieu avec responsabilité. On flirtait avec la déformation professionnelle et l'intérêt qui luisit dans son regard se fit déjà plus grand à l'éventualité qui se dessinait sous ses yeux.

Rattrapée par sa politesse qui revenait au galop, comme tout bon naturel, la sorcière se présenta en bonne et due forme. oOo Branwen Svanasdottir, enchantée. oOo Voilà, merci, au revoir. *pan* oOo Bien bien bien. oOo Débita-t-elle pour meubler le silence, jetant un œil vers l'étale de chapeaux qui lui semblait soudain géographiquement bien éloigné. Un peu gauche pour les conversations qui s'écartaient des sentiers des débats, l'ancienne Serdaigle eut un léger sourire. oOo Bonne journée. oOo Oui, il était très commun d'indiquer à quelqu'un son identité avant de partir sans demander son reste, hrm. Triturant le couvre-chef avant de se décaler pour repartir tout près du miroir, la jeune femme ne vit pas le minuscule bout de papier enroulé qui s'échoua sur le sol. Sa concentration s'asborba dans l'examen de l'étagère pour dénicher un prix qui n'y était assurément plus.

oOo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 102
    ♦ PSEUDO : Bonnie Blue
    ♦ CREDITS : Mistaken
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/02/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24 ans, habitante, ancienne Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Errare humanum est } Bran   Dim 20 Jan - 9:43

▬ Vraiment ? Dans la politique ou bien ... ?
▬ En quelque sorte, s’amusa Branwen.
La vision de Mrs Cole, vêtue d’une écharpe de maire, était hautement risible. Après tout, elle fourrait son nez partout, alors la politique était forcément incluse dans le lot. D’ailleurs, elle se mêlait des affaires de l’école à intervalles réguliers, en témoignaient ses incursions récurrentes dans les locaux de la direction d’Elderwood. Et si cette thésarde n’avait jamais reçu de coups de canne dans les tibias, c’est qu’elle avait été chanceuse.
▬ Disons qu’elle ne se prive pas pour faire entendre ses opinions, même si la politique n’entre pas officiellement dans ses attributions.
A ce point de la conversation, les personnes normales se mettaient donc à danser d’un pied sur l’autre, l’air gêné, avant d’aborder la question du temps qu’il faisait – magnifique, c’est une chance, affreux, y a plus de saisons ma bonne dame, etc. Elles laissèrent le silence s’installer un peu avant que Branwen, en l’absence d’une réaction, comprenne qu’il était de son devoir d’enchaîner.
▬ Je vous la présenterai, si vous le souhaitez. C’est une vieille dame un peu particulière. Une rencontre promettait d’être … Intéressante.

▬ Bien bien bien.
Elle acquiesça en souriant. Évidemment que tout allait bien. Néanmoins, faire la démonstration de son ennui de façon aussi évidente était quelque peu impoli, aux yeux de l’Islandaise, qui ouvrit aussitôt la bouche pour reprendre le contrôle des civilités. A vrai dire, le fait que quelqu’un puisse la trouver ennuyeuse était assez offensant. Branwen mettait un point d’honneur à être – certes consensuelle et un brin distante – une personne agréable. L’idée que ses bavardages peu engageants puissent rebuter les gens à qui elle parlait, et bien, c’était le début de la fin. Comme quoi, cette île finissait vraiment par rendre tout le monde fou. L’air marin, peut-être ?

▬ Bonne journée.
▬ Bonne journée à vous aussi ?!? Répondit Branwen, cette fois franchement surprise, ce qu’elle ne dissimula pas.
Comment ça, bonne journée ? Fronçant le nez, la rouquine se détourna, un brin déconcertée. C’était extrêmement impoli, de mettre fin à une conversation comme ça. Non pas qu’elle s’en plaigne vraiment, dans la mesure où toute interaction sociale ou presque la mettait au supplice, mais quand même. Le fait qu’on se permette de la snober, elle, alors qu’elle respectait au pied de la lettre la moindre des conventions sociales (ou presque), était vexant au possible.
Tournant les talons en retenant un « tss » agacé, le regard de la rousse se posa sur l’étiquette qui faisait sa vie sur le sol. Elle soupira, avant de se baisser pour ramasser la chose. Chose qu’elle comprenait, en soi : si elle avait été condamnée à passer sa vie sur un chapeau dans une petite boutique, elle aussi aurait cherché à fuir. Les étiquettes sont nos amies, il faut les aimer aussi, tout ça tout ça.
▬ Voilà votre réponse ! Signala Branwen d’un ton nonchalant en la tendant à la malpolie. Quatorze mornilles, semble-t-il.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Personnel

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 56
    ♦ PSEUDO : Phil
    Féminin ♦ CREDITS : Moi-même
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 24/05/2012
    ♦ AGE : 38
    ♦ LOCALISATION : Essentiellement loin du monde



Revelio

MessageSujet: Re: Errare humanum est } Bran   Mer 3 Avr - 12:30

oOo


Intriguée par les informations que déversait au compte-goutte la jeune femme en face d’elle, la sorcière s’intéressait à cette « femme d’importance » qui s’était insidieusement invitée dans la conversation. oOo En quelque sorte, expliqua sa vis à vis d’une manière bien sibylline, limitant la réponse de Philippine à un oh, je vois, alors qu’elle ne voyait rien du tout. oOo La Wallonne se contenta d’imaginer que son interlocutrice ne désirait simplement pas en dire davantage … tant et si bien que l’intervention de Branwen qui suivit la surprit presque. oOo Disons qu’elle ne se prive pas pour faire entendre ses opinions, même si la politique n’entre pas officiellement dans ses attributions, l’éclaira la rouquine au sujet de la Cole revêche, espèce manifestement envahissante que la thésarde ne regrettait soudainement pas d’avoir évitée. Une fervente militante, résuma-t-elle en trois mots, non sans ironie. oOo Ce type de citoyens relevait souvent plus de casse-pied primaire que de l’éveilleur de conscience ou même de l’individu engagé qui, à son échelle, désirait faire entendre sa voix. Aussi se méfiait-elle un eu d’un personnage pareil. oOo Je vous la présenterai, si vous le souhaitez. C’est une vieille dame un peu particulière. Ce à quoi quelqu’un de sain d’esprit aurait certainement répondu que c’était bien aimable mais pas nécessaire et qu’il s’en voudrait de leur voler leur précieux temps. Mais Philippine avait beau être saine d’esprit, elle se révélait parfois incapable de dire non. Ce sera avec grand plaisir, affirma-t-elle, sourire en prime. oOo Et alea jacta est. Entre nous soit dit, le hasard avait sûrement décrété qu’il serait clément aujourd’hui, la nuit des loups allant ôter à cet engagement l’intégralité de sa substance.

Renonçant à sonder davantage l’habitante en face d’elle, l’ancienne Serdaigle dut se résoudre à prendre congé. Sa réserve l’enjoignait de ne pas prolonger une conversation dans le vide en se lançant dans des sujets bateaux ou ressortant des poncifs éculés. oOo Bonne journée à vous aussi ?!? oOo La surprise de la roussette lui arracha un sourire entre l'excuse et et la contrition mais la Wallonne s'en retourna malgré tout vers son rayonnage, non sans avoir lancé un rapide merci beaucoup.

Le nez collé sur les chapeaux, la demoiselle retint un sursaut quand Branwen l'apostropha. oOo Voilà votre réponse !, claironna l'autochtone tout en lui tendant un papier. oOo Arquant un sourcil, Philippine balaya le sol du regard comme si une traînée de poussière céleste ou un quelconque chemin fléché aérien allait lui indiquer la provenance de l'étiquette. oOo Quatorze mornilles, semble-t-il, poursuivit son interlocutrice, ce à quoi la thésarde répondit qu'il semblait bien. Merci beaucoup, vous avez un œil de lynx, complimenta-t-elle, tapotant négligemment la monture de ses lunettes pour accentuer le contraste entre elles deux. Ca me semble un prix correct, n'est-ce pas ? Je ne suis pas experte en prix de chapeaux ni de vêtements tout court, enchaîna Philippine, se parlant presque à elle-même en formulant sa conclusion. oOo

oOo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Errare humanum est } Bran   

Revenir en haut Aller en bas
 

Errare humanum est } Bran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Errare humanum est [Samaël, Théo & Théodore Cromwell]
» Near Bran ( En cours )
» BRAN MAK MORN
» (bran), you've got a killer stare
» La jeune fille bien élevée est le seul animal qui rougit en voyant une banane [PV Bran]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine. :: ─ Sujets de la saison 1 ─ :: ─ L'archipel
-