Partagez | 
 

 Adrian } A king with no crown (end)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 188
    ♦ PSEUDO : la corrompue
    ♦ CREDITS : (c) merenwen
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 22/05/2012



Revelio

MessageSujet: Adrian } A king with no crown (end)   Mar 22 Mai - 13:02



Adrian
CHRYSLER
■ ■ ■ ft. Matthew Bomer



Chapter One : Identity Card

I'm a happy-go-lucky character. I'm not that miserable. But I can never let anyone into my world.


DJ turn it up, that's my song !


Hey darling, ID please !


Nom: Chrysler-Vestergaard
Prénom(s): Adrian Kenneth Johannes Åke
Date de Naissance: 2 avril 1983
Lieu de Naissance: Lillehammer, Norvège
Âge: 27ans
Nationalité: Norvégienne
Sang: Pur
École / Métier: Ex-Beaubâtons, Auror
Année / Rôle: En charge des créatures magiques, équipe Cavanaugh

Chapter Two : Life isn't a fairytale

Ici l'histoire de votre personnage, son enfance, son adolescence, comment a-t-il découvert ses pouvoirs, l'école, son métier éventuellement, et finalement son arrivée à Elderwood, etc...
Si vous désirez un don pour votre personnage, reportez vous au chapitre six avant d'écrire l'histoire, remplissez le et envoyez un Mp à un admin pour qu'il valide ou non le don. Vous pourrez ainsi en parler dans l'histoire.
40 lignes minimum demandées !

HISTOIRE.
    Vous voulez que je vous parle de sa vie ? Ce qui est drôle, quand on est un proche d'Adrian, c'est que même si ça fait plusieurs années, on se dit toujours qu'on ne le connaît pas vraiment. Ce n'est pas qu'il n'est pas loquace, il est même très ouvert, pouvant se fondre dans la masse quel que soit l'environnement, et traîner avec n'importe qui sans problème... Mais il n'entre jamais totalement dans les détails. C'est qu'il a l'art pour détourner les questions, et sans même que l'on ne s'en rende compte. Il élude, il fait un trait d'humour, il contorsionne les mots, les plie à sa volonté pour les amener exactement là où il veut, et ce sans effort. Les entourloupes, c'est un peu le B.A.BA, pour lui. Elles ne sont toutefois jamais bien méchantes, mais il s'en sort toujours, pas une situation ne lui résiste. On sait tout de suite, quand on le rencontre, que c'est un charmeur, avec ses faux airs de gentleman anglais et son petit accent nordique plus ou moins prononcé, qu'il module selon ses envies. Mais même dans l'intimité, il reste évasif sur son passé, comme si pour rien au monde il ne voulait revenir dessus ; pourtant, dans son regard, on voit bien qu'il en a vécu, des choses. Ces étincelles fugitives qui y passent, autant brillantes qu'éteintes, sont des bribes de sa vie, et autant de vestiges de son existence, souvenirs restés intacts dans sa mémoire qu'il protège jalousement de l'intrusion des autres... Dont vous aurez le libre accès, dans quelques instants.

1991.
    Affalé dans l'herbe, les mains sous la tête, les yeux plissés, le gamin fixait les nuages de son regard clair perdu dans l'immensité du ciel. Il leva un bras pour placer sa main en visière, une moue indécise imprimant ses traits. Puis, finalement, il leva l'autre bras, mimant d'écarter les nuages afin de produire un dessin aérien de sa création... Très concentré sur sa tâche, ce n'est qu'une fois l'ouvrage terminé qu'il il éclata de rire, le son se répercutant en écho dans la vallée alors qu'il admirait son oeuvre, qui avait réellement pris forme dans les airs. Adrian a huit ans, et il est enfin un sorcier.

1993.
    3...2...1...GO. Les pieds bien ancrés sur son snow, le jeune garçon de 10ans donna l'impulsion avant de dévaler la pente enneigée à toute vitesse. Le vent froid fouette son visage, ivre de joie, alors qu'il prend une énième accélération, juste avant de passer sur une bosse, qu'il négocie comme un pro, sans la moindre hésitation. Et c'est là, en l'air, alors qu'il quitte le sol pour, ensuite, le voir se rapprocher de plus en plus vite tandis que son coeur manque de s'arrêter en vol, qu'il est le plus heureux au monde.

1996.
    Le premier amour... On dit que c'est celui que l'on n'oublie pas, qui, du jour au lendemain, peut changer jusqu'à la face du monde. Cependant, voilà, notre jeune garçon n'y croyait pas... Pourtant, c'est arrivé, et quand cela a été le cas, Adrian a tout fait pour ne plus y penser, le mettre dans un coin de son crâne et ne jamais, ja-mais, vous entendez, en reparler, à qui que ce soit... Jusqu'à ce qu'il réalise. “Je crois que j'suis amoureux.” De ? Fines boucles blondes. Grands yeux bleu vert pastel ou menthe-à-l'eau. Bouche en coeur, rosée, dont le sourire fait naître deux fossettes saillantes irrésistibles au creux des joues. Mais le hic... Et bien, il s'appelait Mats Atavisc, et tout comme lui, était un premier année à Beaubâtons. Oui, Adrian avait 13ans, et il aimait un garçon. Le menton dans sa main, lorsqu'il pensait à lui, il se surprenait à soupirer, sans trop savoir pourquoi, et lorsqu'il le regardait, il perdait doucement la tête, dévoré par la passion qu'il ressentait pour lui qui l'empêchait de détourner les yeux. (Amour, purement platonique, qui restera inavoué, et ce, jusqu'à la fin de leurs classes ensemble, 8ans d'une amitié fusionnelle plus tard, et même jusqu'à aujourd'hui, bien qu'ils se soient depuis perdus de vue...)

1999.
    Des corps qui s'enchevêtrent, des bruissements de tissus, des respirations accélérées, pour, finalement, un dernier râle de jouissance... “Emma.” La première fille... ...Mais pas la dernière. (Ils restèrent ensemble quelques mois puis se séparèrent d'un commun accord)

Même année.
    Paris, ses lumières, ses cafés, son cabaret... Ses parisiennes. La vie, la vraie, qui commence. En grande pompe.

Toujours la même.
    L'odeur des croissants chauds, au Manoir, sur la terrasse ensoleillée de son premier été en France, avec son Oncle qui, dès les premières heures de la journée, lui apprend le français. “Je trouver croissants très bon. Merci pour le café. J'ai bon, Tonton ?” [phonétique : Je truvai crwassants trwé bon. Meurci pur le cafey. J'ay bon, Tauntaun ?] Et leurs rires complices qui s'élèvent, en même temps que le soleil.

2000.
    “Julie...” “Moi c'est Lucie, connard.”

2001.
    “A demain, mon amour.” “...En fait, je suis désolé mais... C'est fini.”

2002.
    “C'était bien... On remet ça ?” “Pourquoi pas... J't'appelle.”

2003.
    “J'ai laissé mon numéro.” “...C'est pas la peine.”

Même année
    “Tu vois qui aujourd'hui, Ad' ?” Grand sourire amusé de l'intéressé qui sort son téléphone et commence son répertoire dans l'ordre alphabétique... Sachant que les lettres représentent le niveau de "bonne compagnie" qu'il leur attribue et non le prénom, dont il ne s’embarrasse même plus d'essayer de retenir. “Celle qui sera libre en premier, quelle question...”

2004.
    Les larmes dévalent ses joues, creusées par le manque de sommeil. Trois jours qu'il n'a pas fermé l'oeil et qu'il veille Solveig, sa mère, longeant les murs du chalet natal qu'il a quitté pour partir vivre sa vie... Son rêve. Vivre pour écrire... Et écrire pour vivre. Tout lui paraît à présent si dérisoire tandis qu'il fume sa cigarette sur le porche, hagard, avant de s'écrouler, encore, tandis qu'un souvenir est venu le prendre au corps en un long flot de souffrance qui le submerge. C'est une déchirure interne qui ne guérira jamais, et il sait qu'à présent, il n'y reviendra plus, car son père est mort, et constater son absence dans chaque silence un peu trop long est bien trop dur à supporter.

Même année.
    La tristesse devient colère. La colère devient déni. Le déni... Ne devient jamais acceptation. “Tu ne seras pas mort pour rien, Papa.” Et le deuil jamais complété devient alors... quête de vengeance. Assorti à l'apprentissage d'une discipline rigoureuse qui ne le rendra que plus résistant : l'Occlumencie. Car Adrian refuse de revivre de tels tourments, et d'être de nouveau vulnérable à qui que ce soit qui pourrait toucher ses points faibles... bien que peu nombreux.

2005.
    22ans. Après sa spécialisation pour devenir Auror terminée, c'est le départ pour lAmérique, le début de sa formation, et les premiers pas dans le boulot qui arrivent... Première équipe, premières galères, aussi. Quelques déboires, des réprimandes, et beaucoup, beaucoup d’insubordination... A noter que, se taper son instructrice, c'est pas bien... Non, vraiment pas, à moins de vouloir passer plus de temps dans son bureau qu'à nettoyer les rues de New York. “Tu ne n'aimes pas, Adrian. Tu te sers de moi.” “J'ai passé cinq ans à devenir un salaud, tu crois pas que c'est maintenant que je vais changer. Tu savais très bien dans quoi tu t'engageais...” “J'me disais que, peut être, tu finirais par changer...” “Si j'change pas pour toi, j'changerais pour personne.” Il sourit alors que ses mains dévalent ses courbes, et elle cède... Comme d'habitude, et ce durant les deux années que leur histoire durera.

2006.
    Un port mal éclairé, le rire gras de trois jeunes hommes qui ont un peu trop fêtés la réussite de leur dernière mission, leurs pores suant éthanol et fierté... Puis, soudain, surgit dans la nuit la grande silhouette bien faîte d'une femme, magnifique, toutes dents dehors, brillantes, autant que sa chevelure dont les cheveux soyeux tombant en cascade sur sa poitrine qui semblent... éblouissant, jusqu'à son parfum, qui semble embaumer l'air d'une odeur exquise. Oui, voilà, c'est ça, elle est bien trop parfaite, et quand il voit alors un de ses camarades commencer à approcher, comme hypnotisé, Adrian sent son coeur s'arrêter au fond de sa cage thoracique alors qu'une salve de frissons détalent le long de ses membres. Puis, sans crier gare, incapable de réfléchir, il se jette droit sur elle, couteau dehors, qui tranche alors sa gorge comme dans du beurre alors que le visage de toute beauté devient monstrueux, sous les regards ébahis de ses deux coéquipiers qui contemplent le corps de la créature sans vie... Entre eux, ils falsifient le rapport histoire d'éviter à Adrian la commission de discipline, pacte signé dans le sang de vélane tenu encore aujourd'hui.

2007.
    Retour à Paris de l'Auror certifié, où un tourbillon roux balaye ses plans de petite vie rangée... Le début de cohabitation est difficile, mais un beau soir, les masques finissent par tomber en même temps que les préjugés, et une trêve se profile dans la guerre froide. Enfin, presque... “Si t'étais pas aussi chiante tu serais presque mon genre... Et si t'étais pas encore qu'un bébé.” Il minaude, alors que ses yeux la reluquent pourtant sans retenue tandis qu'elle sort de la piscine, ce après l'avoir copieusement éclaboussé. Vexée de sa remarque, elle lui tire la langue alors qu'il prend un air faussement outré. Puis, d'un bond, il est sur elle, commençant à lui faire des chatouilles en riant. Il finit par l'enserrer de ses bras, pour qu'elle cesse de se débattre, et est prêt à la remettre à l'eau... C'est alors que son regard ice-berg plonge dans celui menthe-à-l'eau de sa pupille. C'est là que, pour la première fois, cela se produit : son coeur loupe alors un battement et il sent un frisson remonter sa colonne vertébrale. Un léger moment de latence se profile alors que, finalement, et sans crier guère, il la jette de nouveau à la flotte avant de tourner les talons aussi sec, faisant fi de ses vives protestations sur l'issue de leur combat. “Sacré gamine...”

2009.
    Les mois passent, leur relation s'intensifie, se tortille, se complique, et vient le moment où il doit lui trouver sa place... “Elle a les yeux d'Mats, putain, elle a ces mêmes yeux qui s'infiltrent sous ma peau. (...) J'y pensais plus à Mats, moi, putain, à ce chavirement intérieur, cette perte de contrôle. (...) J'peux pas, putain, j'peux pas... (...) J'peux pas être à elle trois mois par an. Et le reste du temps, j'fais quoi, je l'attends ? (...) Mais bordel, c'est quoi qui cloche chez moi ? Elle a 14ans. J'ai 25ans. J'vais pas l'attendre 4ans, j'peux pas. C'est ... Non. Non ! (...) Et puis, pourquoi faire, hein ? Pourquoi ? C'est qui, pour moi ? C'est qu'une nana... Qui m'inspire. Mais des muses, y'en aura d'autres... Alors quoi ? J'en fais quoi, d'elle, moi ? (...) La fille aux yeux de Mats. La fugueuse aventurière. La mini-moi. (...) Ça y ressemble à s'y méprendre mais... C'est pas elle, que j'aime... C'est l'Amour lui-même. Et j'y ai jamais cru, moi, autrement qu'en terme d'encre sur des pages. (...) Amoureux de l'idée de l'idylle. (...) Prudence, tu ne peux pas être l'héroïne de ma vie... Car j'ai rien d'un héros. Et nos mondes ne sont, e n'ont jamais été, les mêmes.” Et, finalement, elle ne peuplera plus que ses romans.

2010.
    Nouvelle affectation, nouveau départ... En tout cas, nouveau décor. Fini les pavés de Paris, bonjour le sable de Nameless et les eaux turquoises du Pacifique. Mais si la destination semble de rêve sur le papier, c'était sans compter sur les petites lignes qui stipulent sa mission : "en charge des machins poilus et dentus magiques", alias, la faune de l'île. Adieu les gentils petits écureuils des parcs parisiens, et bonjour Cocatrix, Ocamis, Sombrals et le reste de la ménagerie... Sans compter de tomber sur des coéquipiers plus incompétents les uns que les autres, et les consultants susceptibles - Monsieur C'estMesZ'AmisLesZanimos O'Connor, coucou. Franchement, travailler avec "ça", ça avait de quoi pousser au suicide, sérieux. Heureusement que leur Chef est là pour relever le niveau ! Enfin, ça peut dépendre du nombre de whisky qu'il a dans le nez, mais dans l'ensemble, il est bien... Mais à quand le VRAI métier d'Auror, hein...? Parce que se poster presque tous les soirs près de la forêt, réprimander des garnements par-ci par-là, ça va bien cinq minutes mais c'était VRAIMENT de ça que dépendait la survie de l'humanité ? ...Bah, FUCK, on était pas rendus, quoi.


Chapter Three : I need a soul

Et parce qu'on est des petits curieux on aimerait en savoir plus sur son caractère, ses manies, ses goûts, ses craintes, ses rêves, etc...
15 lignes minimum demandées


CARACTERE.
    On se dit que les écrivains connaissent les sentiments mieux que personne, vu leur facilité à les décrire, la dextérité avec laquelle ils choisissent les mots parfaits pour les définir... Pourtant, Adrian n'a jamais vraiment eu l'impression de ressentir pleinement les choses, comme si il manquait toujours un petit quelque chose, ce déclic qui ferait qu'il puisse se dire « C'est ça, c'est maintenant, c'est en train de se passer ». Pourtant, il n'a jamais été particulièrement malheureux, c'est même tout le contraire, il a toujours eu tout ce qu'il voulait. La seule émotion qu'il a ressentie au point de ne jamais être capable de l'oublier est celle du jour où on lui a annoncé le décès de son père. Intelligent, arrogant, il peut souvent agacer avec sa manie d'être constamment très direct, usant souvent très peu de tact, et ce avec tout le monde, en ayant en plus l'air de se moquer de toute critique ou conséquence à son égard en réponse à son manque de prévenance. De plus, Adrian a toujours ce même sourire qui peut charmer comme énerver, attirant la sympathie autant qu'il peut faire fuir son entourage. Nonchalant, présomptueux, égoïste, imprévisible, manipulateur, le tout saupoudré d'un très bon talent de menteur, il semble perpétuellement calme et a rarement un mot plus haut que l'autre, parlant toujours de ce même ton très doux avec une pointe d'amusement sous-jacent, même s'il est très caustique, faisant d'un cynisme pinçant sa marque de fabrique. Il lui arrive d'ailleurs régulièrement de se faire frapper au visage, même s'il ne lui viendrait jamais à l'esprit d'initier le premier coup, étant profondément non-violent, et on peut alors l'entendre râler pendant des heures en balançant des insultes à tout va à qui veut l'entendre (et même qui veut pas, en fait).
    Toutefois, son dossier dans le bureau administratif section Auror ne dit pas exactement la même chose, on peut même lire à l'alinéa 5 paragraphe 8 de son évaluation psychologique : Bombe à retardement ambulante. Il paraîtrait qu'Adrian serait susceptible à tout moment de péter les plombs... Vrai, faux? L'intéressé vous dira sûrement en vous regardant avec flegme que ce n'est que du jargon de psy, qu'ils ne savent pas réellement de quoi ils parlent, et que ce ne sont rien de plus que des suppositions basées sur les critères tout droit sortis d'un bouquin que l'on revisitera sûrement dans deux mois, sinon, si c'était vrai... Il ne serait pas Auror. Et il agrémentera le tout avec un petit sourire en coin pour appuyer la logique de son énoncé.


Chapter Four : Tell us more about you

Your tastes

Café ou thé? Café sans sucre, merci.
Bierraubeurre ou whisky pur feu ? ...C'est un rendez-vous ?
Soirée alcoolisée ou au coin du feu ? Lun comme l'autre, tant que les vêtements finissent par tomber...
Hiver ou Eté ? Ça lui est franchement égal.
Blanc ou noir? Blanc à l'extérieur, noir à l'intérieur.
Le Chicaneur ou la Gazette du Sorcier? La presse, très peu pour lui.
Film d'amour ou d'action ? Qui combine amour et action, if you know what I mean...
Garçons ou filles? Joker.
Canons de Chudley ou les Harpies de Holihead? ...Pour tout dire, il s'en bat le coquillard.
Chocogrenouilles ou Dragées de Bertie Crochue ? Sans façon, il est plus gastronomie française que cochonneries du type.
Your magic

Baguette : Bois de Cytise, 21cm, écaille de sirène.
Epouvantard : Lui dans un cercueil, symbolisant donc sa propre mort. On ne peut pas réellement dire qu'il ait peur de mourir, mais, oui, Adrian tient à la vie, car il considère qu'il n'a pas encore vraiment vécu.
Hibou utilisé? (école, propre?) Ceux de l'école. Il ne s'est jamais encombré de personne, ça n'allait pas commencer avec un oiseau...

Your beliefs

Crois-tu en Dieu ? Il ne croit qu'en lui-même. (Donc, oui *pan* Bah quoi ?)
En l'espèce humaine ? Parce qu'il faut bien, même si certains spécimens pourraient lui faire perdre la foi (coucou Nate & Raf).
Au projet Elderwood ? Il paraît que c'est brillant... Mais selon lui c'est surtout drôle, et assez insensé, quand on y pense.


Postface : Special ? Well, right.


Hey c'est quoi ton don ? (Nom de la particularité) : Occlumens.
Ah, okay... Mais c'est quoi ? (Expliquez le plus clairement possible) : La maîtrise de l'Occlumencie permet de protéger son esprit, entre autres des attaques mentales des Leggilimens, mais plus particulièrement de bloquer toute atteinte à l'intégrité mentale de la personne maîtrisant cette discipline.
Wahou, trop cool ! C'est quoi ce que tu préfères faire avec ? : (Forces, aides...) Pour Adrian, c'est avant tout un moyen de garantir la sécurité de ses idées, ses pensées, bref, à la fois une protection de ses créations alias ses bouquins, mais aussi de ce qui peut bien bouillonner sous son crâne, quoi que ce soit. Fin menteur, il avoue sans mal qu'une des raison qui a motivé son apprentissage de cette capacité est de pouvoir cacher à quiconque ses véritables intentions. Aussi, étant quelqu'un de très secret, cela le rassure d'être à l'abri derrière une barrière mentale qu'il peut renforcer à tout instant, sans être toutefois un espèce de gros névrosé qui se cache derrière en permanence, non plus. Même sans ça, il n'en est pas moins bon pour échapper aux questions gênantes, et il ne l'utilise que dans des cas assez extrêmes.
Ah, ouais, j'avoue. Mais c'est pas un peu chiant des fois ? : (Faiblesses, dangers...) Il est vrai que cela demande énormément de concentration... Et, qu'à la longue, cela fatigue, mais avec de l'entraînement, on s'y habitue. Il ne faut toutefois pas présumer de ses forces, et trop faire confiance à son habilité à maintenir l'Occlumencie active longtemps peut finir par causer des séquelles plus ou moins durables sur le mental. Car un esprit qui lutte en permanence s'affaiblit, lui aussi, la fatigue n'étant pas seulement physique et pouvant être mentale... Aussi fort que soit l'esprit de la personne qui la manie.
Et en quoi ça te rend spécial, tu penses ? (Pourquoi désirez-vous ce don pour votre personnage) : C'est dans la logique du personnage, un peu narcissique, secret, qui garde le voile sur sa vie passée et maintient une sorte d'aura de mystère, par jeu mais aussi par facilité... Et par besoin de contrôle. N'aimant pas se dévoiler, pouvoir règlementer l'accès à l'intérieur de sa tête ne serait pas de trop pour quelqu'un comme Adrian qui peut se révéler un peu excessif sur les bords, quand ça lui prend. Et puis, c'est aussi une capacité qui peut lui être très utile dans sa profession qui pourrait également expliquer son immunité aux vélanes, par la force de son esprit en plus de sa haine à leur égard.


Chapter Five : Oh! That's a muggle, isn't it ?


Pseudo : Lalala
(Prénom :) Lalala
Age : Lalala
Double Compte ? : Lalala
Prédéfini ? : Ouaip
Présence sur le forum ( ? / 7 ) : (a)
Avatar : Matthew Bomer
Code du règlement : mr green
Comment avez vous connu le forum et qu'en pensez-vous? : (a)
Autre : C'est-pas-moi-j'ai-rien-fait (a)
To be continued...




Dernière édition par Adrian Chrysler le Mer 23 Mai - 11:41, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : Rider 0n the Storm
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Adrian } A king with no crown (end)   Mar 22 Mai - 14:06

*fais la danse du Adrian sexy*
*pan*

EUH! Salut toi (a)!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 126
    ♦ PSEUDO : C'est bleu et ça vole
    Masculin ♦ CREDITS : © Precious Love & Little Suzy
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 05/05/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Adrian } A king with no crown (end)   Mar 22 Mai - 15:05

*vire Mel' à coups de tatane*

Hey, sexy potté Tu veux voir ma licorne ? *pan*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Habitants

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 102
    ♦ PSEUDO : Bonnie Blue
    ♦ CREDITS : Mistaken
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/02/2012



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 24 ans, habitante, ancienne Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Adrian } A king with no crown (end)   Mar 22 Mai - 15:57

Salut à toi, ami du grand Nord o/ Bienvenue, fais comme chez toi, les toilettes c'est au fond à droite. Si t'as des questions, surtout ne te tourne pas vers moi *pan*

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 126
    ♦ PSEUDO : C'est bleu et ça vole
    Masculin ♦ CREDITS : © Precious Love & Little Suzy
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 05/05/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Adrian } A king with no crown (end)   Mer 23 Mai - 6:24

Bon, j'm'en fous, je reposte pour dire que j'suis fan, qu'on va en chier, que ça va être trop cool, et mondieuquilesthot.

*se fait frapper par son perso et sort*

coeur

(Si a tout hasard l'envie de prenait, de, j'sais pas, genre, esquisser un RP, même sur word, pourrait m'venir l'idée, de, chais pas, genre, répondre en rentrant d'une journée de stage épuisante ... (a) )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 129
    ♦ PSEUDO : Mln
    Féminin ♦ CREDITS : LUX RETERNA
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/03/2012
    ♦ AGE : 25
    ♦ LOCALISATION : Là où se pose le regard insistant d'un homme.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, septieme année, Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Adrian } A king with no crown (end)   Mer 23 Mai - 7:16

* s'approche tranquillement *

Alors c'est lui, le pendouillard anormalement constitué...? Intéressant....

* Petit sourire *

Soyez le bienvenue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 188
    ♦ PSEUDO : la corrompue
    ♦ CREDITS : (c) merenwen
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 22/05/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Adrian } A king with no crown (end)   Mer 23 Mai - 11:58


    Coucou les relous o/ C'est quand vous voulez les topics mais j'vous préviens, j'vais pas être facile à chopper (;

    Owi, Bran, l'islandaise et le norvégien, on va sûrement être coupaing *-* Tu peux même visiter mes appartements (a)

    & toi le monstre là, j'te conseille de pas rester à portée de lame, la dernière vélane qui s'y est risquée a poussé son dernier souffle, ou plutôt ses derniers gazouillis, dans le sang qui sortait de sa gorge, donc si tu veux pas que j'te fasse un deuxième sourire plus bas, ravale le. mr green

    *range Adrian dans sa boîte avant qu'il fasse un massacre*
    Et je vais effectivement plancher sur un petit rp (a)

_________________
“Why 're we all so self-obsessed ?„
I want love, but it's impossible. A man like me, so irresponsible. A man like me is dead in places... Other men feel liberated. I can't love, shot full of holes. Don't feel nothing, I just feel cold. Don't feel nothing, just old scars, toughening up around my heart. But I want love, just a different kind, I want love won't break me down, won't brick me up, won't fence me in, I want a love, that don't mean a thing, that's the love I want, I want love.

No sweet romance, I've had enough.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 118
    ♦ PSEUDO : No way !
    ♦ CREDITS : (c) Delphie
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 05/07/2010



Revelio

MessageSujet: Re: Adrian } A king with no crown (end)   Mer 23 Mai - 18:20

Hibou d'admission dans l'archipel de Nameless

Oyez, oyez, sorciers, sorcières, cracmols et moldus, c'est avec une joie sincère que nous vous accueillons parmi :
Mon disciple, enfin, du sang neuf, de l'intelligence, du sang de winner ! *_* Bah dis donc, ça nous faisait sacrément défaut heeein! Encore une fiche prenante, avec un style qui me fait chavirer, évidemment puisque le perso aussi m'envoie au ciel rien qu'en le regardant... Enfin bon, justement, c'est trop parfait. SURPRISE : Tu n'es pas validée ! *pan* ... Bon, d'accord, on s’accommodera d'avoir un Dieu parmi nous. HAVE FUN ! (et si t'as besoin d'une marraine, va t'accoupler avec heuuu te faire aider par Naïs, elle sera ravie... *out*)
Dans tous les cas, afin de commencer l'aventure comme il se doit après cette étape, il est bon de retenir quelques enseignements. Afin de ne pas rester tout seul dans ton coin, passe ici. Tu y trouveras plein de gentils et moins gentils personnages tout disposés à garnir ton panel de liens. Tu peux même demander à avoir ton chez-toi, ton bureau, ou ton lieu de travail ici. Si, d'autre part, tu désires retracer plus fidèlement d'anciens liens en en jouant la genèse ou les moments clefs, n'hésite pas à te servir de la pensine. D'ailleurs, en parlant de sujets, ce coin est l'endroit prévu pour ton répertoire regroupant tous les sujets prévus, en cours ou terminés. Oh, et si dans ta fiche, nous t'avons demandé quel était ton hibou fétiche, c'est pour mieux employer cette section-ci, où tu pourras joyeusement consigner ta correspondance, qu'elle soit familiale, amicale, romantique ou tout autre type d'échanges écrits qui vous passera par la tête. S'il t'arrivais toutefois d'avoir des questions, un parrain t'a été attribué et ne tardera pas à prendre contact avec toi, donc n'oublie pas de checker tes hiboux !
Avec ce kit de survie élémentaire, tu devrais t'en tirer sans encombre sur la planète Namy dont tu ne tarderas pas à connaître tous les recoins après un peu d'exploration. Si d'aventure, toutefois, tu t'égarais en chemin, déchirais ta carte ou perdais ta boussole, n'hésite pas à invoquer l'esprit du staff ou les joyeux drilles que sont les joueurs : ils sont là pour te réaiguiller si le besoin s'en fait sentir. Sur ce ... que la Force du RP soit avec toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Adrian } A king with no crown (end)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Adrian } A king with no crown (end)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Adrian Mutu
» Adrian Aucoin
» [Octobre] Isul Romantic King
» CAVALIER KING CHARLES F 5 ANS REFUGE DE BETHUNE 62
» FT de King [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Recensement de la population de l'Archipel. :: ─ VISA :: ─ Anciennes fiches à complèter
-