Partagez | 
 

 I couldn't help myself! - ft. Mel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 63
    ♦ PSEUDO : lebébétoutfaibleàmaminès
    ♦ CREDITS : redpix & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/01/2012



Revelio

MessageSujet: I couldn't help myself! - ft. Mel   Ven 18 Mai - 17:50



Il n’y avait que très peu de choses que Jaelyn avait conservées depuis qu’elle était arrivée à Elderwood. Si elle faisait toujours partie des cheerleaders, elle n’avait plus la possibilité de s’enfoncer dans un paysage amazonien à vous couper le souffle. Elle avait également perdu la plupart de ses occupations extrascolaires. Lorsqu’elle s’ennuyait le soir, elle savait qu’il y avait toujours quelqu’un dans les environs. Ses préférés étant des dernières années, elle dut leur dire au revoir. Tous avaient eu leur diplôme et aucun n’était donc revenu à Elderwood. Alors certes, ils n’étaient pas les seuls coups intéressants, surtout que désormais, le gibier s’était agrandit, mais ils restaient les meilleurs. Et la jeune femme était quelque peu nostalgique face aux souvenirs qui lui revenaient en mémoire mais il lui suffisait de lever les yeux pour tout oublier. Devant elle se trouvait un élément qu’elle n’avait pas perdu lors de son changement d’école. Quelqu’un qui sentait l’interdit à plein nez, avec qui la première fois était censé être la dernière mais qu’elle avait revu. Et, maintenant qu’elle s’ennuyait, elle savait comment faire passer le temps. Récemment cependant, elle trouvait son professeur changé. Oui, professeur, vous aviez bien lu. Son professeur donc, n’était plus le même. Elle était incapable de poser exactement le doigt sur ce qui était différent, mais il s’agissait de ces choses discrètes. La manière de se tenir, l’intonation de la voix, la petite lumière dans le regard. Et toutes ces choses n’étaient plus les mêmes. Depuis plusieurs cours déjà, la jeune femme observait avec intention l’homme afin d’essayer de trouver l’origine de ce changement, en vain. Désormais qu’elle avait besoin de se défouler, elle venait de trouver la parfaite manière de lui poser la question. Cela faisait une heure et demie qu’elle buvait les paroles qu’on lui envoyait à la figure, prenant des notes, ayant trouvé le parfait équilibre entre analyser son professeur et ne pas rater un seul moment du cours. Ce dernier, principalement théorique, en avait perdu plus d’un. Un léger ronflement couvrait les quelques silences mais cela ne gênait personne. Lorsque la cloche retentit, un élève se redressa soudainement tandis que le reste sortit en vitesse. La Colombienne, quant à elle, prit son temps, s’assurant de correctement ranger tous ses parchemins. Ainsi, elle fut la dernière à se lever pour prendre la direction de la sortie. Passant devant le bureau, elle lança un large sourire à l’Américain. Sa hanche effleura une pile de parchemins qui s’effondra sur le sol dans un bruit sourd. Prenant un air très désolée, elle balbutia quelques excuses, posa ses affaires sur une des tables et commença à se baisser pour ramasser le bazar qu’elle avait causé. Il s’agissait là de son arme secrète. Comme chaque jour de cours, elle portait son uniforme de cheerleader : jupe courte et ensemble moulant. Elle savait qu’il n’avait pas refusé la première fois, ni la dernière fois, alors pour quoi cette fois-ci serait-elle différente ?

▬ Je suis vraiment navrée, monsieur Baskerville, dit-elle toujours penchée vers l’avant.

Elle faisait des mouvements rapides mais également imprécis, devant ainsi s’y reprendre à plusieurs fois afin de pouvoir ramasser tous les parchemins. Elle finit par le reposer sur le bureau et posa ses yeux dans ceux de son professeur alors que la queue de cheval haute remuait toujours. Semblant soudain se rappeler de quelque chose, elle se retourna vers son sac et en sortit ses notes. Elle fit courir ses yeux sur le papier, tout en disant :

▬ Cela me rappelle, je voulais vous demander… Je n’ai pas bien saisit ce dont vous vouliez parler, là.

Elle pointa ses notes du doigt, s’étant penchée par-dessus le bureau, poitrine devant. Elle ne regardait pas le parchemin, mais bien le visage de l’homme. Elle attendit patiemment la réponse, y réfléchit un instant et posa les coudes sur le bureau, son visage à quelques centimètres seulement de celui de Baskerville.

▬ Je vois. J’aurais un autre problème, Meleager…

L’utilisation de son prénom, le ton qu’elle avait utilisé, toutes ces choses ne voulaient en dire qu’une seule et unique. Elle s’ennuyait. Et elle avait besoin de divertissement. Elle fit courir ses doigts sur la mâchoire du professeur, un sourire se dessinant sur les lèvres.

▬ Tu crois que tu pourrais m’aider ? demanda-t-elle doucement.

Le tutoiement était le signe final. Il avait comprit ce qu’elle voulait. Et elle aurait ce qu’elle voulait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : Rider 0n the Storm
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2012



Revelio

MessageSujet: Re: I couldn't help myself! - ft. Mel   Lun 28 Mai - 17:50

Un cours comme les autres, à ne pas en douter. Son lot de potions ratés, de celles réussies, des questions idiotes, des plus intelligentes et autres joyeusetés du genre. Vraiment parfois, il détestait son boulot et il était sérieusement convaincu de ne pas être fait pour la vie de professeur. Ca ne lui durerait qu’un temps, probablement jusqu’à la fin des études de Marwin et après, au revoir professeur Baskerville. Il trouverait probablement autre chose pour passer le temps et gagner un peu d’argent. Finalement, il poussa un léger soupir alors qu’un imbécile faisait encore exploser sa potions. Pire encore, il faillit laisser sortir un cri de joie en entendant la sonnerie de fin de cours. Au temps pour le professeur sérieux et avisé hein ? Etouffant un baillement, il attendait que tous les élèves ne sortent, mais l’une d’elle ne semblait pas décider à faire ainsi. Il se sentit déglutir difficilement, d’autant lus lorsqu’elle fit tomber la pile des feuilles devant lui. Je suis vraiment navrée, monsieur Baskerville, Involontairement, il se crispa, ses mains se resserrant de façon convulsive sur son bureau. Jaelyn Valdes, une fille absolument magnifique, à laquelle il avait déjà goûté et qui ne manquait pas… d’attraits. Il l’observa faire, sans même faire un geste pour l’aider. Cette magnifique demoiselle avait probablement une idée derrière la tête et dans l’état actuel des choses, il n’était pas question qu’il alimente ses essais. Déjà, il aurait du l’envoyer balader, mais il restait toujours la possibilité qu’elle avait une vraie question à lui poser.

Dans l’absolu, il était toujours son professeur et ce n’était pas parce qu’ils avaient déjà couchés ensemble plusieurs fois qu’il devait se montrer désagréable avec elle. Ce fût donc la raison pour laquelle il ne bougea pas de son siège, inutile d’aller se coller à elle et encore alimenter l’envie d’elle qu’il pouvait encore ressentir, malgré qu’il fût comblé de ce côté-là et plutôt bien d’ailleurs. Un léger sourire trôna sur ses lèvres finalement alors que ses pensées découlaient doucement vers le mec de ses rêves, de sa vie probablement. Rêveur, il ne vit pas le regard de Jaelyn dans les siens, à vrai dire, il était à des années lumières de là. Cela me rappelle, je voulais vous demander… Je n’ai pas bien saisit ce dont vous vouliez parler, là. Hein quoi ? Le retour sur terre fût assez brutal et il était content d’être assis, parce qu’il aurait bien pu se casser la figure tant il avait oublié sa présence. Ses yeux revinrent donc sur elle et la première chose qu’il vit ne fût pas ses yeux. L’américain se força à déglutir afin de ne pas dire de bêtises et se força à relever les yeux pour ne pas fixer sa poitrine. Que puis-je faire pour vous miss Valdès ?

Finalement, il baissa les yeux vers les notes et répondit à ses interrogations, content qu’il ne s’agisse que de ça. Il aurait même pu en rire de soulagement. Je vois. J’aurais un autre problème, Meleager… En entendant ses mots, le jeune professeur se sentit pâlir et il du se forcer à déglutir de nouveau pour ne pas se laisser aller à baver de façon totalement inconvenante. Le visage de la jeune fille était maintenant beaucoup trop proche du sien et il essaya de reculer discrètement, sauf qu’assis sur sa chaise, il n’avait pas vraiment de liberté de mouvement. Alors il du subir son toucher et il se sentit d’ailleurs trembler de désir pour elle. Faible, voilà ce qu’il était. Tout simplement, il était faible et se laissait tenter beaucoup trop facilement par ce joli minois et ce sourire craquant et ce doigt qui le faisait traitreusement trembler. Tu crois que tu pourrais m’aider ? Je ne crois pas miss Valdès. Voyez vous, ce qu’il s’est passé entre nous ne se reproduira plus jamais ! Alors pourquoi malgré ses mots, se sentait il incroyablement attiré par elle ? L’attirance qu’il avait pour elle n’avait pas changé et il n’était pas encore sur elle pour la seule et unique raison qu’il aimait Arsène et qu’il ne voulait pas lui faire de mal. Cependant, il ne se recula pas, au contraire puisqu’il s’approcha et effleura ses lèvres des siennes. Non… Je ne peux pas faire ça ! Ce n’était pas correct et il n’était pas ce genre d’homme. Du moins l’imaginait il…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 63
    ♦ PSEUDO : lebébétoutfaibleàmaminès
    ♦ CREDITS : redpix & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/01/2012



Revelio

MessageSujet: Re: I couldn't help myself! - ft. Mel   Dim 30 Sep - 12:55



Jaelyn et Meleager avaient découvert bon nombre d’endroits de Yolihuani et ils auraient pu faire de même pour Elderwood. Mais quelque chose en avait décidé autrement, puisqu’ils ne s’étaient jamais réellement… "revus". Il y avait eu une fois, au début de l’année scolaire, mais elle n’avait pas fait suite, pour une quelconque raison qu’aucun des deux ne connaissaient. La vie avait simplement continué sans qu’ils ne partagent d’autres de leurs moments. Les regards échangés étaient, eux, nombreux, tout comme les sourires en coins qui, la plupart du temps, faisaient perdre au professeur le fil de ses pensées. Il devait alors prendre un instant pour réfléchir à ce qu’il était entrain d’annoncer. Lorsque la Colombienne faisait la paire avec Joyce, il n’était plus question de mots oubliés, mais bien de phrases. De ne pas le revoir n’avait pas manqué à la jeune femme, elle s’était trouvée d’autres corps avec qui passer des nuits de folie. Mais elle n’avait rien de prévu pour le reste de l’après-midi, et de le voir entrer dans la salle lui avait rappelé à quel point il était séduisant. Le cours avait été amplement suffisant afin de pouvoir mettre au point son plan de séduction. La chamane venait donc de reposer tous les parchemins qu’elle avait "malencontreusement" fait tomber. Il s’agissait d’une technique des plus connues et des plus utilisées, mais elle n’en restait pas moins efficace.

▬ Cela me rappelle, je voulais vous demander…

Elle plongea sa main dans son sac, à la recherche des notes qu’elle avait prises durant le cours. Il ne s’agissait là qu’un arrangement, afin d’être certaine d’avoir la totale attention du professeur. Regard charmeur et poitrine en avant à l’appui, donc.

▬ Je n’ai pas bien saisit ce dont vous vouliez parler, là.
▬ Hein quoi ?

Visiblement surpris, Baskerville mit quelques instants avant de la regarder. Elle sourit discrètement en remarquant que son regard était loin de ses yeux à elle et inspira profondément, s’assurant qu’il n’était pas déçu de ce qu’il voyait.

▬ Que puis-je faire pour vous miss Valdès ?

Après s’être forcé à monter les yeux, il finit par se pencher sur la partie du cours qui lui était présentée. Jaelyn avait très bien comprit ces quelques lignes, à vrai dire, il devait s’agir d’une des parties les plus simples. Mais, en vue de l’état de "stress" dans lequel se trouvait le professeur, il n’y fit probablement pas attention. La Yolihuani fit mine de réfléchir quelques instants une fois que la réponse à sa question lui fut donnée.

▬ Je vois, dit-elle, posant ses coudes sur le bureau, mettant sa poitrine en valeur. J’aurais un autre problème, Meleager…

Elle rapprocha son visage de celui de l’homme et planta ses yeux dans les siens. Du bout de ses doigts, elle caressa la mâchoire Baskerville et le sentit trembler de ce qui semblait être du plaisir. Elle avait fait exprès de l’appeler par son prénom, il s’agissait d’une espèce de signal, un peu comme le chant des oiseaux. Il était ainsi facile de savoir avec qui le maître des potions avait passé une ou plusieurs nuits : elles l’appelaient par son prénom. Il s’agissait, en quelque sorte, de leur petit secret.

▬ Tu crois que tu pourrais m’aider ? demanda-t-elle, en continuant de caresser son visage.
▬ Je ne crois pas miss Valdès. Voyez vous, ce qu’il s’est passé entre nous ne se reproduira plus jamais !

Jaelyn eut un moment de recul, soudainement surprise. Elle scruta ses yeux et ce fut une lueur de désir qui la rassura. Il ne lui avait jamais refusé quoi que ce soit. Il avait même été la première aventure interdite. Faire l’amour avec un professeur, et surtout le professeur le plus désiré de l’école. Elle l’avait fait. Plusieurs fois. Et elle le referait.

▬ Vraiment ? demanda-t-elle en se penchant encore plus. Parce que j’ai appris quelques trucs pendant l’année qui te plairont.

Elle avait susurré les derniers mots et avait prit le menton de l’homme entre ses doigts. Elle sentit son visage se rapprocher du sien et sourit légèrement. Leurs lèvres se touchaient presque et elle sentait son souffle sur sa peau. Elle ne s’avançant pas plus, attendant de voir ce qu’il dirait.

▬ Non… Je ne peux pas faire ça !
▬ Shh…

Jaelyn posa un doigt sur la bouche de l’homme, le forçant à se taire. Elle se redressa, posa son sac sur le sol et, tout en se déhanchant, elle fit le tour du bureau. Elle força le professeur à se tourner vers elle, elle posa ses mains sur ses cuisses, se penchant vers lui.

▬ Je sais que tu en as envie, murmura-t-elle.

Elle déposa un baiser sur ses lèvres, simple au premier abord, et finit par frayer un chemin à sa langue. Elle fit remonter ses mains le long de ses jambes, jusqu’à ce qu’elles arrivent à l’intimité de l’homme. Jaelyn détacha alors ses lèvres et sourit largement.

▬ Et tu essaies de me faire croire que ça ne se reproduira plus.

Elle rit doucement et s’assit sur Meleager. Les jambes de chaque côté, sa jupe laissait presque apparaître ses sous-vêtements et elle se colla au torse du professeur, passant ses bras derrière sa nuque. Elle n’attendait plus qu’une chose : qu’il réponde à ses avances. Et s’il semblait étrange et visiblement retissant, elle était certaine qu’il finirait par céder.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Professeur

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 224
    ♦ PSEUDO : Wilou
    ♦ CREDITS : Rider 0n the Storm
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 04/03/2012



Revelio

MessageSujet: Re: I couldn't help myself! - ft. Mel   Mer 23 Jan - 15:15


Bon sang ! Cette fille était la tentation incarnée, rien de moins. Et force était de constater qu’il était toujours autant attiré par elle. Elle était belle, elle sentait bon, elle savait faire des choses… Incroyables. Et très sérieusement, il avait l’impression d’imploser. Son cœur, sa tête, disaient non. Tout le reste de son cœur disait, oui vas y, j’attends que ça. Alors quand elle déposa ses doigts sur ses lèvres pour le faire taire, il n’ajouta rien. Quand elle fit le tour de son bureau pour le rejoindre, il ne protesta pas. Pire encore, quand elle déposa ses mains douces sur ses cuisses, il laissa échapper un murmure inaudible. Je sais que tu en as envie Et finalement, quelle elle l’embrassa, il ne put faire qu’une chose, la laisser se frayer un chemin jusqu’à sa langue. Jae’… Juste un murmure… Ce n’était pas tout à fait suppliant, ni tout à fait engageant. Il était encore le cul entre deux chaises. Il ne se sentait pas capable de la repousser actuellement. Malgré les forts sentiments qui le liait à Arsène, malgré toute son envie de ne pas le faire, il y avait cet insidieux désir qui s’était frayé un chemin jusqu’à son intimité, qui réagissait forcément aux traitements de faveur de la jeune argentine. Et tu essaies de me faire croire que ça ne se reproduira plus. Trahi par son propre corps. Le professeur de potions ne pouvait plus écouter tout le raisonnement si sensé de son esprit, parce que son corps avait décidé de réagir aux avances si peu subtiles mais au combien agréable, de son élève.

Bien sûr, ça ne s’arrangea pas lorsque, d’autorité, la demoiselle vint s’assoir sur lui, réveillant d’autant plus son désir en exhibant ainsi ses sous vêtements. Du moins, presque et il était aisé pour le maître des potions de les imaginer. Ses mains, autour de sa nuque, continuait à assécher sa gorge et s’il avait très envie de dire non, il ne le fit pas. Non, il déposa ses mains sur ses hanches et l’attira encore plus loin, pour que ses formes épousent les siennes. Pourquoi tu fais ça ? Je suis en couple maintenant… Et pourtant, ses mains étaient posées sur elle. Et pourtant il avait ses lèvres à quelques centimètres des siennes. Et pourtant son souffle s’écrasait sur son visage, caressant. Passant sous son haut, ses mains le relevèrent doucement, centimètres par centimètres, jusqu’à dévoiler son soutien gorge. Il se débarrassa finalement de l’habit, avant de prendre ses lèvres sauvagement. Pour l’instant, il ne pouvait plus penser. Non plus à rien. Il avait cette fille, à demi nue sur ses genoux et il avait envie de la prendre. Voilà la seule chose qui traversait son esprit maintenant.

Le baiser se prolongea, sans qu’il n’esquisse le moindre geste vers elle. Il ne voulait pas la tenter plus que ça. Il ne voulait pas que ça vienne de lui. C’était certes puéril mais au final… Ses pensées revinrent enfin sur Arsène, pour la première fois et se sentit trembler fortement. Ses mains se crispèrent sur ses hanches et il la repoussa doucement pour la regarder dans les yeux. Il devait lui dire qu’il ne pouvait pas faire ça. Il devait lui dire qu’il était amoureux et que coucher avec elle risquerait son couple. Il devait… il devait… mais il ne fit rien de plus, se contentant d’attendre stupidement. Attendre qu’elle fasse quelque chose ? Qu’elle le déculpabilise ? Parce que là était le problème… Il avait terriblement envie de la toucher, de faire quelque chose avec elle. Mais il ne pouvait pas n’est ce pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: I couldn't help myself! - ft. Mel   

Revenir en haut Aller en bas
 

I couldn't help myself! - ft. Mel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine. :: ─ Sujets de la saison 1 ─ :: ─ Elderwood :: ─ Intérieur
-