Partagez | 
 

 Keep the water running - ft. Archi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 63
    ♦ PSEUDO : lebébétoutfaibleàmaminès
    ♦ CREDITS : redpix & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/01/2012



Revelio

MessageSujet: Keep the water running - ft. Archi   Ven 18 Mai - 16:20


Keep the water running


Ses pieds nus caressaient l’herbe basse. Le reste de l’équipe avait finit l’entraînement depuis un moment déjà, mais Jaelyn avait prétexté vouloir s’entraîner un peu plus. Ce n’était qu’un demi-mensonge. Car oui, elle était entrain de danser, mais pas pour la même raison. Le vent se levait doucement autour d’elle et elle finit par ouvrir ses yeux vides, fixant le paysage. Réfugiée dans un coin reculé du terrain de quidditch, elle était invisible à un œil extérieur et ne se gênait pas. La grande silhouette bleue fit son apparition, assise en tailleur sur le sol vert. Tenant la promesse qu’elle avait faite à sa meilleure amie près d’un an auparavant, la Colombienne se contenta de sortilèges basiques. Elle resta un moment à simplement sentir les esprits flotter autour d’elle, fixant ses yeux dans la direction de son guide qui changeait de position à intervalle régulier. Elle finit par humidifier l’air, sans réellement faire pleuvoir, ou en tout cas, pas là où elle se trouvait. Quelque part sur l’île, un mini orage se déclencha. Elle voyait le visage énervé de son jumeau tandis qu’il leva les yeux vers le petit nuage qui était apparu au dessus de lui. La pluie fut brève, assez longue pour rappeler à Diego à quel point elle était supérieure. Lorsque l’eau arrêta de tomber, ce furent les fleurs autour d’elle qui se mirent à pousser. Une flore variée, comportant certaines plantes qui, à l’origine, ne pouvaient pousser dans une telle région du globe. Mais il ne s’agissait pour la jeune femme que d’un détail. Et comme tout autre détail, elle passait au travers. Alors que les minutes passèrent, elle sentit quelque chose qui l’attirait au sol. C’était mauvais signe. Immédiatement, elle se remit à danser et sortit de sa transe. Les plantes moururent soudainement, se transformant en un tas marron. D’un bond, l’ancienne Itzamma sortit du cercle noir et prit la direction des vestiaires. La soirée avançait doucement et il était temps qu’elle rentre, ayant rendez-vous avec Joyce un peu plus tard. Elle ne fut pas surprise de ne trouver personne dans les vestiaires, habituée de perdre la notion du temps lors de ses transes. Son sac était la seule chose qui habitait les bancs et elle se dirigea vers lui. Elle enleva ses chaussures et son uniforme, les rangeant dans le cabas. Elle prit la direction des douches, laissant tomber ses sous-vêtements derrière elle. Elle donna un rapide coup dans le bouton, s’attendant à sentir de l’eau chaude couler le long de son corps mais rien de vint. Elle appuya plusieurs fois sur le gros bouton mais il ne se passa toujours rien. Elle laissa échapper un juron en espagnol et retourna vers son sac, cherchant sa baguette magique. Qu’elle ne trouva pas. Soupirant fortement, elle essaya de nouveau de faire couler de l’eau mais les douches ne voulaient rien savoir. Réfléchissant un instant, elle finit par se décider à aller voir dans les vestiaires d’à côté. À une heure pareille, il ne devait plus rester personne et, avec un peu de chance, elle aurait de l’eau chaude là-bas. Elle fourra ses sous-vêtements dans son sac et se couvrit simplement de sa veste de cheerios. Cela ne couvrait pratiquement rien, mais elle s’en fichait, au fond. Elle n’avait à faire que trois pas à l’extérieur et personne ne se baladait aux environs du terrain à une heure pareille. Elle ouvrit la porte, sortit et entra par l’entrée adjacente. Elle entendait l’eau couler et leva les yeux au ciel. Ces hommes étaient vraiment incapables de fermer correctement une douche, ce n’était pourtant pas bien compliqué. Elle posa son sac en plein milieu de la pièce, y enfonça sa veste et entra dans les douches. Si elle s’attendait à être seule, c’était raté. Elle reconnu Archibald Wilson, gardien dans une équipe concurrente de celle de Luis. Ne demandez pas laquelle, la jeune femme n’en avait aucune idée. Tout ce qu’elle savait c’était qu’il devait protéger les anneaux. Il sembla surprit de la voir arriver, mais elle ne gêna pas pour baisser les yeux. Et ce qu’elle y vit lui plu.

▬ Désolée, j’ai plus d’eau à côté, dit-elle un sourire jusqu’aux oreilles.

Elle aurait pu utiliser la douche qui se trouvait juste devant elle mais préféra se rapprocher de l’Australien, faisant couler l’eau du pommeau juste à côté du sien. Elle commença à se laver le plus naturellement du monde, ne prêtant aucune attention à celui qui se trouvait à ses côtés. Une fois bien mouillée, elle regarda autour d’elle. Sortant de sous son jet d’eau, elle entra sous celui du jeune homme et posa une main sur son épaule alors que leurs corps étaient affreusement proches.

▬ Excuse-moi, tu penses que tu pourrais me faire passer le savon ?


Dernière édition par Jaelyn F. Valdes le Lun 21 Mai - 18:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 871
    ♦ PSEUDO : little suzy
    Féminin ♦ CREDITS : (c) lux aeterna d'amour
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 26/10/2009
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Vous voyez Clo ? ... Bah j'dois pas être loin, alors. x)



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19ans, 7ème année, Salem.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Keep the water running - ft. Archi   Sam 19 Mai - 19:54


    L'eau coulait le long de sa peau claire, tantôt chaude, tantôt froide, sous les ordres du lycan qui, depuis plusieurs longues minutes, jouait avec la température. Un avant-bras contre le mur de carrelage et l'autre sur le mitigeur thermostatique, laissant l'eau couler sur son dos en cascade parfois fraîche qui faisait légèrement fumer sa peau, soit brûlante qui le faisait frissonner en contact avec son épiderme au préalable glacial, le tout lui arrachait des grimaces plus ou moins appuyées, à intervalle régulier. La raison de ce manège ? Il ne le savait pas trop lui-même, si ce n'était qu'il voulait ressentir... Quelque chose de différent. Autre chose que cette colère quasi-permanente, teintée de cette foutue culpabilité qui transformait presque en aversion totale tout autre sentiment que la souffrance. Rire, sourire, simplement oublier même un très court instant... Ça faisait mal ; tout faisait mal, même respirer était devenu douloureux, et à force, il s'y était fait. Cette douleur familière était devenue presque rassurante... Mais ça ne pouvait pas durer indéfiniment, n'est-ce-pas ? Il allait bien finir par se réveiller, un jour, et la douleur aurait disparu... Comme un mauvais rêve, effacé par le temps. Alors quoi, et après, que se passait-il ? Que lui resterait-il, sans cette douleur qui lui ravageait les viscères ? C'était bien ça, le problème. Par quoi on remplaçait un manque, et comment comblait-on un vide aussi béant qu'un gouffre ? Serrant et desserrant son poing au rythme des battements de son coeur, litanie lancinante et régulière qu'il se forçait à maintenir, il gardait la tête baissée, absorbé par ses réflexions et le maintien de son "petit jeu"... C'est pourquoi, c'est à peine s'il remarqua l'arrivée de la personne derrière lui, dont les pas avaient été masqués par le bruit de l'eau. C'est à sa respiration cependant qu'il repéra sa présence et quand il se retourna, il s'attendait certainement à tout le monde sauf à... Elle. Enfin, une fille, quoi.

    Arquant un sourcil, il remarqua qu'elle ne se gênait pas pour le reluquer de haut en bas, en s'arrêtant un peu au centre, non sans en plus montrer un certain intérêt pour cette partie-là... Autant Archibald était habitué aux inconvenances lorsqu'elles venaient Joyce, autant cela restait rare de la part de complètes inconnues. Certes, pas complètes, en réalité, puisqu'il l'avait déjà croisée de-ci, de-là, entre le terrain et les quelques fêtes où il avait mis les pieds. Léger sourire gravaleux, bien vite ravalé cependant alors qu'il ébouriffait ses cheveux, l'air de rien. Depuis quand il rentrait dans ce genre de jeux-là, lui ? Ça allait plus bien dans sa tête... Reprenant sa douche dans l'optique de la terminer plutôt rapidement, histoire de mettre fin à ce moment un peu awkward, il eut un mouvement de recul quand elle posa sa main sur son épaule sans prévenir, surpris.

      « Excuse-moi, tu penses que tu pourrais me faire passer le savon ? »

    Ah. Oui, certes... Lâchant un léger grognement, il s'exécuta, fronçant les sourcils avec un air légèrement consterné de sa réaction stupide. Encore heureux qu'il n'ait pas crié comme une pucelle, n'aurait plus manqué que ça ! Bon, et maintenant, il faisait quoi, il ignorait qu'il avait une meuf à poil à un mètre de lui c'était ça, l'idée ? ...On vous a déjà dit que vous en aviez VRAIMENT des biens bonnes, hein ? Non parce que, bon, soyons sérieux deux minutes, vous l'aviez bien regardé avant de dire ça ou quoi ? Vous êtes sûrs ?

      « Tu, mmh... N'as plus d'eau chaude ? »

    Parce que, heu, comment dire... Elle prenait un peu toute la place sous son jet d'eau, là. Et c'est pas que le froid lui faisait peur, mais... Hrm. Il avait pas envie de chopper la crève ? Oui, bon, et que ses parties rétrécissent à vue d'oeil. Et, SI, ceci est un bon argument pour retourner se coller à une nana qu'on connaît pas sous un pommeau de douche... Fierté masculine, quand tu nous tiens !

_________________


    Here is a page,
    from the emptiest stage.
    A cage,
    or the heaviest cross ever made.
    A gauge,
    of the deadliest trap ever laid.


c'est nous les plus beaux (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yolihuani

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 63
    ♦ PSEUDO : lebébétoutfaibleàmaminès
    ♦ CREDITS : redpix & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 15/01/2012



Revelio

MessageSujet: Re: Keep the water running - ft. Archi   Lun 21 Mai - 20:19



Ne jugez pas la décision qu’avait prit la jeune femme. Elle ne serait jamais allée faire un tour dans les vestiaires adjacents si elle ne pensait pas réellement qu’ils seraient vides. Non pas qu’elle était timide, ni même n’avait-elle jamais de pensées qui pourraient choquer les plus jeunes, bien au contraire. Mais elle n’était pas d’humeur pour de telles choses. Ou du moins, c’était dans cet état d’esprit qu’elle s’était déshabillée. Elle venait de s’entraîner avec son équipe de cheerleaders et surtout, sortait d’une transe, ce qui laissait son esprit en vagabonde. Tout ce qu’elle avait de faire, c’était passer sous une douche bien chaude et aller rejoindre son amie afin de parler de la pluie, du beau temps, mais surtout de leurs dernières conquêtes. Elle fut donc réellement surprise lorsque, entrant dans les douches, elle tomba nez-à-nez avec un joueur de Quidditch. Elle aurait pu s’en douter en entendant l’eau couler, mais avait tellement l’habitude d’entendre le professeur de vol réprimander les élèves sur la trop importante consommation d’eau qu’elle ne s’en était pas inquiétée plus que cela. Alors oui, elle ne s’attendait pas à trouver quelqu’un. Mais surtout, elle ne s’attendait pas à trouver quelqu’un d’aussi séduisant. Wilson était un de ces sorciers que les filles aimaient en secrets, tombant pour les deux safirs qui ornaient son visage ou le sourire charmeur qui habitait quelques fois ses lèvres. La Colombienne elle-même ne trouvait pas son physique déplaisant et n’hésitait pas, dès que l’occasion se présentait, à laisser courir son regard. C’est ce qu’elle fit, malgré l’étrange situation dans laquelle ils se trouvaient. L’observant de la tête aux pieds, elle ne fut pas déçue de ce qu’elle découvrit, se promettant d’annoncer haut et fort que les rumeurs qui courraient à son sujet étaient faussées. Énormément faussées. La jeune femme sourit et se contenta d’expliquer le pourquoi de sa présence dans un tel lieu. Le sourire que le gardien lui rendit ne fit qu’agrandir le sien. Tout comme lui, elle se lança dans une douche. Après tout, il s’agissait de la raison de sa venue. Elle ne jeta même pas de regard de côté, pensant ne faire que jouer un peu avant d’aller s’occuper de choses sérieuses, sachant à quel point son amie n’aimait pas attendre. D’habitude, elle aurait sauté sur l’occasion (c’est le cas de le dire), mais elle ne se sentait vraiment pas. Quelque chose lui fit rapidement changer d’avis cependant. Cherchant le savon, elle ne le trouva que derrière l’Australien. Elle réfléchit un instant, pesant le pour et le contre. Ne sortait-il pas avec une anglaise des plus extravagantes ? Elle ne parvenait pas à se souvenir si cette relation avait toujours lieu ou si elle s’était tragiquement terminée. Si c’était le cas, elle se ferait surement jeter. Dans le cas contraire, elle avait peut-être une chance. Chassant toutes ces réflexions de son esprit, elle finit par se dire que peu importait, advienne que pourra. De son pas léger, elle sortit de sous son jet d’eau afin de se glisser sous celui du sorcier. Dès que sa main effleura son épaule, il sursauta légèrement, surpris. Ne s’en préoccupant pas plus que nécessaire, ce fut le plus naturellement du monde que Jaelyn demanda clairement :

▬ Excuse-moi, tu penses que tu pourrais me faire passer le savon ?

Il grogna légèrement pour une raison inconnue, mais qui arracha tout de même un sourire à la jeune femme. Lorsqu’il se pencha afin de prendre possession dudit savon, les yeux de la demoiselle firent de nouveau une inspection, comme pour s’assurer que son derrière était aussi agréable en près que caché sous des couches de vêtements. C’était le cas, bien entendu. Elle le remercia d’un sourire et commença à se savonner. Si elle retourna sous son propre jet ? À quoi bon ? Elle était très bien où elle était. Sans un regard pour le joueur, elle se concentra sur sa tâche première et ne détourna les yeux que lorsque le son de sa voix résonna.

▬ Tu, mmh... N'as plus d'eau chaude ?

Ses cheveux mouillés coulants le long de ses épaules, elle planta son regard dans les yeux bleus qui se tenaient devant elle. Après quelques secondes, elle détourna le regard et éteint le jet d’eau adjacent.

▬ Malheureusement, non. Kiely doit penser que, nous les filles, nous préférons les douches froides.

Elle rit doucement, comme pour elle-même avant de refaire face à l’Australien. Il se tenait hors du jet, n’osant visiblement pas trop s’approcher d’elle. S’il avait décidé de prendre la parole, c’est qu’il devait forcément avoir une bonne raison, le but était de trouver quelle était cette bonne raison. Elle commença par fixer son visage, comme pour espérer qu’il s’expliquerait, mais il ne semblait pas décidé. Elle l’inspecta de nouveau et posa le doigt sur ce qui clochait. Non, pas si littéralement, s’il vous plaît, ce genre de choses ne commençaient pas de but en blanc. Voyons.

▬ Ne reste pas là, tu vas finir par attraper froid, dit-elle avec un clin d’œil.

Elle attrapa le bras du jeune homme et l’attira sous l’eau. La vapeur semblait se concentrer sur leurs corps et ils étaient entourés d’une légère fumée blanche. La chamane fit face au dos du sorcier et, délicatement, fit couler le savon le long de son dos. Si elle se contentait de petits gestes pour commencer, elle appuya de plus en plus, s’assurant qu’il n’allait pas s’enfuir en courant. Faisant probablement plus courir ses mains qu’autre chose sur la peau chaude du sorcier, elle finit par demander, plus doucement :

▬ Si j’étais toi, je demanderais à une de mes fans de s’occuper de moi. Surtout si je devais me démener autant sur le terrain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 871
    ♦ PSEUDO : little suzy
    Féminin ♦ CREDITS : (c) lux aeterna d'amour
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 26/10/2009
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Vous voyez Clo ? ... Bah j'dois pas être loin, alors. x)



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19ans, 7ème année, Salem.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Keep the water running - ft. Archi   Dim 26 Aoû - 16:18

“And oh poor Atlas, the world’s a beast of a burden.
You’ve been holding on a long time, and all this longing,
and the ships are left to rust... That’s what the water gave us.
So lay me down, let the only sound be the overflow.
FLORENCE & THE MACHINE ▬ What the water gave me

Archibald non plus n'était pas le genre timide, mais pudique, c'était bel et bien le cas. Si si, je vous assure, n'allez pas vous fier à ce qu'il venait de se produire, car, non, il ne se promenait pas à poils devant les gens tous les jours. Aujourd'hui était donc bel et bien une exception... Certes, après certaines nuits pleines lunes, il n'avait pas forcément trop eu le choix, mais quand il pouvait l'éviter, et bien il le faisait. C'était aussi simple que ça. Pas spécialement par complexe ou par gêne, simplement une question de bonnes manières... D'éducation. Et, oui, ses parents lui avaient appris à ne pas se déshabiller devant le ou la première venue. D'ailleurs, ces derniers auraient sûrement préféré qu'il garde ses vêtements le plus possible et n'aille pas mélanger ses substances corporelles avec celle de n'importe qui non plus, mais là n'était pas la question. Tout du moins pas encore (attention, spoilers ! *pan*).

    « Ne reste pas là, tu vas finir par attraper froid. » Remarque dont l'ironie à peine voilée n'échappe pas à l'Australien qui se contenta de lever les yeux au ciel avant de se laisser entraîner sous l'eau alors qu'il déglutissait légèrement devant son expression amusée, hésitant à se renfrogner ou à rire à son tour... Hésitation de laquelle résulta un petit rire nerveux.
    « Merci. » Grimaça-t-il en se forçant à sourire alors que l'eau chaude coulait de nouveau sur sa peau, alléchant la différence de température qu'il trouvait désagréable à cause de sa condition de lycan et son sang naturellement chaud.

La remercier de lui piquer son jet d'eau, non mais on aurait tout vu... Bien Archi, bien. Y'a pas à dire tu gères ! Ou comment faire rapidement comprendre à qui assistait à la prestation qu'il n'était plus que l'ombre de lui-même depuis quelques temps. Vu combien il se débrouillait pourtant à merveille d'habitude pour rétorquer, en petit comité aussi bien qu'en société, on avait clairement vu mieux de sa part. Mais il fallait bien avouer qu'il n'avait plus le coeur à ça et que cela lui demandait déjà un effort assez surhumain de se tenir face à quelqu'un sans perdre la face. Ce qui, actuellement, était bien difficile vu l’aplomb dont faisait preuve sa vis à vis qui venait même de commencer à lui frotter le dos, l'air de rien. Et lui, il faisait quoi ? Il la laissait faire sans un mot. Ô joie.

    « Si j’étais toi, je demanderais à une de mes fans de s’occuper de moi. Surtout si je devais me démener autant sur le terrain. » L'entendit-il finalement dire, comme pour rompre la tension qui s'était emparée des lieux, seulement peuplé par leurs respirations et le bruit de l'eau.

Archibald se reconnecta soudain à la scène alors qu'un froncement plissait son nez, suivi de ses sourcils. Elle venait de dire... Quoi ?

    « Je ne sais pas avec qui tu me confonds mais je ne suis pas... comme ça. » Déclara-t-il simplement avant de se retourner vers elle pour se saisir de ses mains, et les éloigner de sa peau. « Je suis d'ailleurs surpris d'entendre pareille chose dans la bouche d'une fille. Tu ne trouverais pas ça dégradant si on te demandait de venir "soulager" un joueur après l'effort ? »

Le mot était parlant et avait été choisi avec soin, car c'était bien là où elle voulait en venir, non ? En parlant de "s'occuper" de lui... Mais ce n'était clairement pas le genre de la maison de claquer des doigts afin de requérir des faveurs sexuelles de la première groupie venue, même si elle se sentirait sûrement honorée de la demande. Il trouvait même cela particulièrement répugnant. Et si elle sous-entendait qu'il était du genre à profiter de la vulnérabilité de jeunes filles, elle se trompait lourdement. Son regard la défia un instant de le contredire avant qu'il ne se détente et finisse par simplement hausser les épaules, attrapant le savon à son tour pour le faire couler dans son dos sans se démonter et lui rendre la pareille :

    « De toute manière, pense bien ce que tu veux. Après tout, ce n'est pas parce que tu m'as vu nu que tu as la moindre idée d'à qui tu as à faire. »

Bien au contraire, pensa-t-il en son for intérieur. Il n'y avait sûrement, dans cette école, que deux personnes l'ayant vu nu qui pouvaient se targuer de réellement le connaître. Et c'était très bien comme ça.

_________________


    Here is a page,
    from the emptiest stage.
    A cage,
    or the heaviest cross ever made.
    A gauge,
    of the deadliest trap ever laid.


c'est nous les plus beaux (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Keep the water running - ft. Archi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Keep the water running - ft. Archi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Who is running Haiti for whom?
» 07. Girls running wild
» Je pars... Je ne reviendrais jamais... [Pink Water, Indochine]
» Our time is running out [ Silk ].
» Your head is running wild again ∞ 11/02 - 15:17

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine. :: ─ Sujets de la saison 1 ─ :: ─ Elderwood :: ─ Extérieur
-