Partagez | 
 

 Casse-noisette, le seul et l’unique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 129
    ♦ PSEUDO : Mln
    Féminin ♦ CREDITS : LUX RETERNA
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/03/2012
    ♦ AGE : 25
    ♦ LOCALISATION : Là où se pose le regard insistant d'un homme.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, septieme année, Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Casse-noisette, le seul et l’unique.   Lun 23 Avr - 16:57

♂ Lors du dîner, deux choix s’offraient à moi chaque soir. Rejoindre la grande salle, m’installer à table avec deux trois amis ou cinq six connaissances et tenter de prendre le morceau de viande le plus saignant possible sous le regard parfois dégoûté de certaines personnes. Ou, attendre dans une des pièces de l’école en grignotant des chips et en me rendant, une fois le repas terminé, aux cuisines pour me faire un vrai morceau de viande bien consistant, tranquillement, sans avoir à supporter le regard courroucé de deux ou trois dindes mal pensantes. Oui je n’en ai que faire de ce qu’elles pensent, mais je suis une gourmande et les repas sont importants à mes yeux, j’aime les prendre tranquillement sans que mes goûts particuliers ne viennent sur le tapis. Alors, ce soir, après de longues, voir interminables, heures de cours, je n’avais pas la moindre envie de croiser le regard de celles que j’aurais de toute façon envie de remettre en place même si elles n’ouvraient pas la bouche. C’est comme ça quand je ne peux pas encadrer les gens, ils sont les premiers à prendre quand ma journée a été pourrie. Un paquet de chips à moitié déversé sur le bureau, je m’étais installée dans le coin le plus reculé de la pièce moldue et j’avais lancé le pc pour voir le site de mon école de danse. J’en profitais pour lire mes mails et m’assurer que le rôle de Nikiya m’appartenait toujours. J’ouvrais deux fenêtres distinctes, l’une avec la vidéo que j’avais envoyée la semaine dernière et la seconde avec la réponse de mon maître de ballet ainsi que ses commentaires sur mon entraînement pour le rôle. J’envoyais une de ces vidéo une fois par semaine pour conserver la confiance de mon professeur et qu’il me garde au chaud ma place dans le ballet de l’été. Inconsciemment mes pieds bougeaient en rythme avec la vidéo, le bas de mon corps refaisait le ballet le plus naturellement du monde. Toujours critique, j’acceptais plus ou moins bien les réflexions écrites de Gustav, même si en définitive je corrigeais toujours comme il le souhaitait mes pas. Un chat, du genre à moitié galeux et dont le poil semblait avoir été trempé dans un liquide douteux, sauta sur la table et se dirigea droit sur mes chips. J’attrapai ma baguette, dont je me sers en général pour maintenir mon chignon et le pointai sur lui. ♀

- Un pas de plus et je te carbonise.

♂ Le bout de ma baguette touchait à présent la bestiole qui tentait son regard meurtri sur moi. Un fin sourire aux lèvres, je le repoussai sans ménagement aucun avec le bout de bois magique. ♀

- Dégage sale boule de poils !

♂ Le chat s’executa, non sans avoir craché en déguerpissant rapidement. J’ajoutai dans la seconde, mon sourire se faisant plus large. ♀

- Je parlais pas pour toi Archi … toi, tu peux rester.

♂ Comment ça, j’avais un humour douteux, ? Ceux à qui il ne plaisait pas n’avaient qu’a aller voir ailleurs, ce sont les plus gênés qui s’en vont, autant vous prévenir que je n’étais pas prête de quitter cette pièce sans en avoir vraiment envie. Je savais très bien qu’il m’avait senti même si j’étais « cachée » par l’écran de mon ordinateur, tout comme je savais qu’il m’avait entendu. Nous partagions ensemble quelques petits … secrets que je ne dévoilais pas en lui envoyant ainsi cette boutade à la figure et pour cause, nous étions parfaitement seuls dans cette pièce. Tout le monde avait prit le chemin du dîner et ça m’arrangeait pas mal. Bon Archi n’était en général pas très proche de moi, l’animal préférant se cacher dans les jupes de Sladka au cas où j’userais de mon côté vélane sur lui. Oui, j’en avais le pouvoir mais non je n’en avais pas l’intention. ♀

- Tu n’as pas faim ? Ou … comme moi, tu attends la troisième mi-temps des cuisines?

♂ Il devait lui aussi connaître la combine pour avoir de la viande crue ou bleue en passant par les cuisines. Non je ne parlais pas de la troisième mi-temps de rugby. Je n’avais aucunement l’intention de prendre ma douche avec lui et de le laisser me frotter le dos. De un, Archi, c’était Archi, un ami et rien de plus et de deux … avec la délicatesse que je lui connaissais sous sa forme animale, il m’aurait arraché la peau avec ces grosses pattes ! Je fis glisser ma chaise sur le côté pour le voir et lui demandai. ♀

- Prends un siège, promis je ne t’ensorcelle pas !

♂ Comme les lycans ne pouvaient rien faire durant la nuit de pleine lune, moi je ne pouvais rien faire pour l’irrésistible attraction que ressentait les hommes en me voyant … mais je pouvais parfaitement contrôler les envoûtements, je n’allais pas user de mon don maintenant pour lui faire danser la carioca ! ♀
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 871
    ♦ PSEUDO : little suzy
    Féminin ♦ CREDITS : (c) lux aeterna d'amour
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 26/10/2009
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Vous voyez Clo ? ... Bah j'dois pas être loin, alors. x)



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19ans, 7ème année, Salem.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Casse-noisette, le seul et l’unique.   Sam 21 Juil - 10:12


    Retrouver ses racines, c'était peut être ce qu'il lui manquait, s'était dit le Salem en s'extirpant de son promontoire. Archibald avait pour habitude de s'exiler en hauteur, allez savoir pourquoi. Peut être parce qu'il était un des rares à oser le faire, les toits n'étant pas la place la plus sûre dont on eut pu rêver, mais aussi parce qu'il était un des seuls capable d'y monter sans le moindre problème et ne risquant pas de s'écraser comme une merde en bas au premier faux pas. Merci les gênes lycan, pour une fois. Hormis le fait que c'était interdit et qu'il risquait de se prendre un avertissement s'il se faisait voir, il n'avait clairement rien à redire à cet endroit. Là haut, seul ou avec un paquet de cigarettes, vice qui l'accompagnait régulièrement quand il avait besoin de se vider la tête, le jeune homme se sentait bien, presque ailleurs, comme si rien ne pouvait l'atteindre ici... Au moins pour le temps de quelques instants fugaces.

    Rechercher la solitude, l'Australien l'avait fait toute sa vie. Privé des siens, de ses parents stricts mais que son coeur d'enfant avait toujours aimé, et surtout d'Ali, ce petit bout de femme qui n'avait jamais pu grandir, Archibald avait alors fait le choix de ne plus jamais s'attacher à personne ; ça n'avait pas si bien marché, au final. Malgré le masque d'arrogance et de froideur de petit sang pur bourgeois qu'il s'était construit, cela n'avait pas tenu, et il avait fini par laisser rentrer des gens dans sa vie... Et soyons honnêtes, ça non plus, ça n'avait pas très bien fonctionné. D'abord James, ensuite Cloée. L'année avait été rude et à présent, il ne pouvait s'empêcher de se demander qui serait le prochain qui broierait son coeur et le décevrait au point qu'il souhaiterait alors ne les avoir jamais connu ?

    Machinalement, ses pas l'avaient conduit à la Pièce moldue. Ressasser le passé lui avait donné envie de prendre des nouvelles de sa chère Tante, qui avec le temps, était devenue comme une seconde mère pour lui. Si elle n'avait rien à voir avec la première, elle avait tout de même pris une très grande place dans son coeur, elle, ses excentricités et son amour inconditionnel de la cuisine et de la culture moldue qu'elle avait fini par lui transmettre. Quand il entra, juste au même moment, un cri traversait le silence et un chat, visiblement pressé de fuir, manqua s'emplafonner ses jambes avant de décrire un énorme détour, le dos rond, et de quitter la scène toutes griffes dehors en crachotant furieusement. Un rictus dévala ses traits avant qu'il ne redevienne aussi lisse qu'à l’accoutumée. Nice... Les réactions des animaux à son approche l'amusait toujours autant. Ce n'était cependant pas vraiment le cas des réflexions à propos de sa condition, même si elles étaient enfantines, qui lui firent froncer le nez alors qu'il approchait. Toutefois, il ne s'énerva même pas ; la raison à cet état de fait était simple : c'était Rina, et elle avait pour habitude de le chercher. Il la connaissait, si il commençait à mettre de l'eau dans son moulin, ils en auraient eu jusqu'au matin à se tirer dans les pattes ! Clairement, il préférait s'en passer.

      « C'est trop aimable. » Rétorqua-t-il donc simplement avant de commencer à se diriger vers un ordinateur, cherchant l'endroit le plus tranquille en prévision d'éventuelles visiteurs.
      « Tu n’as pas faim ? Ou … comme moi, tu attends la troisième mi-temps des cuisines ? »

    Ah oui, c'est vrai, c'était l'heure du diner, ils seraient donc tranquille un petit moment... Archibald soupira, résistant à l'envie de se frapper le front. Il était complètement déphasé, en ce moment. Et même si la faim le tenaillait, l'appétit l'avait quitté depuis quelques jours c'est pourquoi il se contenta de hocher négativement la tête, malgré un léger grondement de ses entrailles à la vue des chips sur la table. Il détourna la tête et finit par s'asseoir à ses côtés après l'injonction de la jeune femme à ce propos, la fixant tranquillement avant de poser ses coudes sur la table, mains croisées sous son menton.

      « Ben alors, tu joues les recluses ? » Commença-t-il avant d'aussitôt regretter : c'était s'engager sur un terrain glissant et des questions à l'égard de sa propre attitude des derniers jours... Damn. « Personne à te mettre sous la dent ou bien ? »

    Il désigna les chips du menton. Oui, bon, c'était mauvais, comme pique, mais ça la détournerait peut être du sens premier de son interrogation... Même si, au fond, c'était complètement nase aussi si elle lui retournait la question vu ses récentes frasques. Oh et puis merde, hein... Il eut un demi sourire, entre la blase et l'abattement, avant de laisser choir son dos contre la chaise, feignant la nonchalance. Voilà donc ce qu'il se passait quand il n'aiguisait pas ses compétences sociales en jouant les rebuts de l'humanité, ça allait peut être lui donner envie de revenir vers le monde, tiens !

_________________


    Here is a page,
    from the emptiest stage.
    A cage,
    or the heaviest cross ever made.
    A gauge,
    of the deadliest trap ever laid.


c'est nous les plus beaux (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 129
    ♦ PSEUDO : Mln
    Féminin ♦ CREDITS : LUX RETERNA
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/03/2012
    ♦ AGE : 25
    ♦ LOCALISATION : Là où se pose le regard insistant d'un homme.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, septieme année, Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Casse-noisette, le seul et l’unique.   Mer 26 Déc - 21:26

♂ J’appuyai sur pause et laissai un espace sur les commentaires de mon professeur de musique. J’avais senti et entendu la présence d’une personne et j’avais rapidement reconnu Archibald bien qu’une odeur acre lui colle à la peau. Une odeur que je n’appréciais guère, en réalité. Mon … « tuteur », le diable le protège, fumant plus que de raison et m’envoyant à loisir la fumée en plein visage lorsque, éméché, il trouvait cela drôle. J’ignorais que le loup qui s’approchait de moi fumait … je n’avais jamais dû relier l’odeur à sa personne mais je notais cela dans un coin de ma tête. J’avais moi aussi l’habitude des réactions étranges de la part des animaux bien que les chats aient toujours été irrémédiablement attirés par moi … mais pas de chance cette fois-ci Titi était plus gros et toujours plus intelligent que gros minets aussi les renvoyais-je toujours avec un plaisir non feint. Il n’y avait guère que Stradivarius qui trouvait grâce à mes yeux, la petite créature s’était accommodée de moi autant que je m’étais accommodée d’elle. Lorsque la voix du jeune homme s’éleva dans la salle vide, résonnant presque à cause du vide d’homme, mon sourire se fit plus large et je répondis sur un ton badin. ♀

- C'est trop aimable.
- Oui, parfois, je m’étonne moi-même.

♂ N’étais-je pas réputée pour être une reine des glaces ? Le genre de filles qui mord avant de parler ? C’était en tout cas ce que de nombreux élèves pensaient et cela ne m’avait jamais dérangé. L’avantage d’avoir pareille étiquette était évident …. La tranquillité. Si le jeune homme s’installa près de moi, je notai néanmoins qu’il ne répondait pas à ma question … bien que son estomac ait répondu pour lui, je ne pouvais m’empêcher d’être titillée par ce constat. Répondre à une question par une autre question, voilà qui m’amusait beaucoup même si avec Archi ou Sladka cela signifiait bien souvent qu’ils souhaitent éluder la question. Etrange lorsque celle-ci semblait relativement anodine, non ? Je fronçai le nez, faisant mine d’être courroucée suite à sa « pique », qui n’en était pas réellement une, aussi retrouvai-je rapidement un sourire amusé aux lèvres. ♀

- Ben alors, tu joues les recluses ? Personne à te mettre sous la dent ou bien ?
- Ouuuh qu’il est vilain … dois-je dire aïe ? Je te pensais plus doué niveau répartie, surtout depuis que nous avons commencé notre entraînement.

♂ Depuis que nous partagions quelques nuits de pleine lune, nous avions, enfin surtout moi, pris l’habitude de se taquiner de la sorte, chose que je ne faisais jamais avec un autre homme, si ce n’était Gregori pour qui j’avais le plus grand respect. C’est dire si j’avais l’impression que le jeune homme à présent assis près de moi en valait la peine. Je l’observai prendre ses aises sur la chaise et, après avoir avalé une chips, je continuai sur le même ton amusé. ♀

- Mais je vais te répondre et avec le sourire en prime, note-le bien dans tes tablettes.

♂ Un beau sourire de la part d’une jolie fille … il n’avait décidément pas à se plaindre. ♀

- Je ne joue pas les recluses, je profite du calme des lieux et de l’absence d’hommes en rut et de toutes demoiselle bien pensantes ou en manque de petit copain qui rejetteraient la faute sur la première vélane qui passe et, comme tu le sais … j’ai beaucoup de mal à ne pas me faire remarquer quand je passe, justement.

♂ Un problème d’attraction … d’irrésistible attirance ou quelque chose dans ce goût-là. Une histoire de vélane, quoi. ♀

- Pour ce qui est de me mettre quelque chose sous la dent … si tu te proposes … navrée mais ce n’est pas de toi dont j’ai envie … imagine quelque chose de plus … froid ... plus … saignant … une belle côte de bœuf ! Mais je me contente de chips en attendant que le coup de feu du service soit passé et que je puisse accéder aux cuisines.

♂ Dîner en paix, manger à ma faim sans que personne ne pose un regard malveillant sur ma petite personne. Le personnel des cuisines était maintenant habitué à ma présence. Et puis … avoir le privilège d’avoir en direct deux ou trois mets sucrés qui ne seraient servis que le lendemain. Allier l’utile à l’agréable. ♀

- Et je t’invite à te servir avant que ton estomac ne prévienne les dernières personnes qui passeraient par là.

♂ Il serait dommage que nous soyons dérangés par d’inopportuns curieux. Après tout, on ne venait pas dans cette salle à cette heure-là pour côtoyer une foule d’élèves, aussi j’étais en droit de penser qu’Archibald souhaitait lui aussi rester au calme. ♀

- Maintenant tu sais tout, mais dis-moi puisque ta toute première question était tout de même … comment dirais-je … et bien c’était un peu l’hôpital qui se foutait de la charité, alors comment se fait il que môssieur le reclus viennent s’échouer dans cette pièce ? Aurais-tu réussi à, enfin, fuir ton fan club ou devons nous nous attendre à une apparition soudaine d’une rousse en chaleur ?

♂ Hurlant son nom et se jetant à corps perdu dans ses bras. Il fallait que je sois au courant histoire de déguerpir rapidement pour les laisser tranquille … M’incruster ce n’était pas, du tout, mon genre … hrm … ♀

- Allez louloup, tu peux tout dire à ton piaf préféré.

♂ Parce que si je n’étais pas la plus douée des sorcières, je savais tout de même quand quelque chose clochait et si Archi n’avait, selon mes sources, jamais été un jeune homme gai et plein d’entrain, il frisait aujourd’hui la dépression malgré ses piques lancées de-ci de-là pour tromper l’ennemi. ♀
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Salem

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 871
    ♦ PSEUDO : little suzy
    Féminin ♦ CREDITS : (c) lux aeterna d'amour
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 26/10/2009
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Vous voyez Clo ? ... Bah j'dois pas être loin, alors. x)



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19ans, 7ème année, Salem.
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Casse-noisette, le seul et l’unique.   Mer 15 Mai - 10:01


    Rina n'était, effectivement, pas la personne la plus agréable de l'univers, selon la majorité du château. Ses airs princiers, ses regards froids, ses sourires carnassiers teintés d'amusement, son côté fier et surtout, cette impression d'être inaccessible au commun des mortels, ne lui rendaient pas vraiment service, tout du moins au niveau de sa réputation parmi ses petits camarades... Ce dont elle semblait se ficher. Mais Archibald savait que ce n'était pas totalement le cas. Sûrement, comme lui, aurait-elle tout donné, si elle avait pu, pour être normale. Tout du moins, pour ne pas avoir à supporter le fardeau de sa condition qui, automatiquement, la distinguait et rendait la tâche difficile de trouver sa place dans un monde auquel elle n'appartenait pas vraiment. Elle était en marge. Tout comme lui. Tout comme Sladka, aussi. Et c'était sûrement ce qui en faisait un trio si soudé quand ils se retrouvaient ensemble, à l'abri des regards, dans la forêt des attraits. Trois créatures qui se comprenaient, et qui, si elles n'étaient pas toutes sur le même pied d'égalité, Archibald et Sladka ayant ce lien si particulier inhérent à leur condition lycane similaire, fonctionnaient bien ensemble. Enfin, tout dépendait de l'humeur dans laquelle se trouvait Archibald, qui aimait bien n'en faire qu'à sa tête et mettait un point d'honneur à rappeler régulièrement à la vélane qu'il l'avait à l'oeil, malgré l'accord tacite qu'elle n'utiliserait jamais ses pouvoirs sur lui... Et vice-versa. Si elle se tenait à carreau, Archibald en ferait de même. Tel était le contrat. Malgré tout, subsistait entre eux une sorte de jeu un peu malsain consistant à se titiller sur les points sensibles. Et, certains jours, notre ami australien n'était pas très disposé à jouer à ce jeu là... Aujourd'hui était un de ceux là. Il l'avait donc écouté patiemment en calant sa tête entre ses bras, la regardant par en bas sans faire le moindre commentaire. Si elle semblait d'humeur guillerette, ce n'était pas le cas du jeune homme, et il n'avait pas envie que ses propos dépassent sa pensée.

      « Et je t’invite à te servir avant que ton estomac ne prévienne les dernières personnes qui passeraient par là. » Avait-elle conclu à son explication sur sa présence ici, et il déclina poliment.
      « Toi et moi savons bien que rares sont ceux avec l'oreille assez fine pour ça. Désolé si je t'indispose, mais je n'ai pas... Envie de manger. »

    Dire qu'il n'avait pas faim aurait été une hérésie. Cependant, la nourriture le rebutait, même si l'odeur de cette dernière semblait stimuler son hypothalamus.

      « Maintenant tu sais tout, mais dis-moi puisque ta toute première question était tout de même … comment dirais-je … et bien c’était un peu l’hôpital qui se foutait de la charité, alors comment se fait il que môssieur le reclus viennent s’échouer dans cette pièce ? Aurais-tu réussi à, enfin, fuir ton fan club ou devons nous nous attendre à une apparition soudaine d’une rousse en chaleur ? Allez louloup, tu peux tout dire à ton piaf préféré. »

    Avec un geste d'impatience, Archibald expira un profond soupir. L'usage de ces surnoms entre eux était courant, mais il n'était pas très à l'aise avec le fait qu'ils soient employés dans un lieu, disons, publique. Cependant, leur entrevue étant, visiblement, privée, il se détendit, dardant tout de même un regard où se lisait un zeste de son courroux passager sur la jeune femme.

      « Les raisons de ma présence ont-elles une quelconque importance ? Tu pourrais, par exemple, te contenter du fait que je t'en honore au lieu de, je ne sais pas, par exemple, en honorer le vide... Ou une horde de donzelles effarouchées par le grand ténébreux que je suis. »

    Il eut un rictus amusé. Comme si il y croyait une seconde... Certes, il était conscient de son potentiel évident de séduction, mais il était loin d'être le seul mâle attirant du château, et n'avait, à sa connaissance, pas de fan club attitré, si ce n'était quelques supportrices des Shade Shapes un peu zélées. Son air se fit finalement pensif. Puis, il ajouta, comme pour lui-même :

      « Mais tu pourrais facilement me rétorquer qu'elles finiront certainement par se lasser. Si il y'a, certes, quelque chose d'intéressant dans le fait de pourchasser un être fuyant et taciturne, elles se rendraient vite compte qu'il n'y a, en réalité, aucun mystère derrière, outre le fait que je suis... Ce que je suis. Si on m'enlève ça, je suis un être bien ennuyeux, elles seraient bien déçues. Bref. Fais pas attention. Je ne sais pas ce que je raconte. »

    S'auto-fustiger à voix haute n'était pas franchement dans les habitudes du lycanthrope, en tout cas pas devant Rina. Normalement, il la laissait venir et faire ses propres conclusions, les réfutant si l'envie lui prenait... Mais il ne lui tendait pas le bâton pour se faire battre. Il fallait croire qu'il devenait un peu masochiste. Pas très étonnant, cela dit, quand on se donnait pour mission de surtout ne pas essayer d'aller mieux.

      « Je suis venu pour écrire à ma Tante. Elle préfère gmail aux hiboux, moins salissant. » Finit-il par ajouter, désignant l'ordinateur devant lui.

    Oui, il changeait de sujet, et après ? Au moins, il faisait finalement preuve d'un minimum de bonne volonté.

_________________


    Here is a page,
    from the emptiest stage.
    A cage,
    or the heaviest cross ever made.
    A gauge,
    of the deadliest trap ever laid.


c'est nous les plus beaux (a):
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 129
    ♦ PSEUDO : Mln
    Féminin ♦ CREDITS : LUX RETERNA
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 28/03/2012
    ♦ AGE : 25
    ♦ LOCALISATION : Là où se pose le regard insistant d'un homme.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, septieme année, Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Casse-noisette, le seul et l’unique.   Jeu 20 Juin - 21:06

La normalité n’avait jamais fait partie de ma vie, ma propre naissance aurait d’ailleurs pu être le teaser d’une série américaine à petit budget … ma vie était une caricature, un assemblage de mauvais moments mêlant, pauvreté, sexe, richesse, meurtre … j’en passe et des meilleurs. Rédiger mes mémoires en les scénarisant un peu me rapporterait sans doute pas mal d’argent, mais qui voudrait me croire ? La vie d’une vélane, tout le monde s’en contrefichait. En Russie, nous n’étions tout simplement pas acceptées parmi l’espèce humaine, tout juste des hybrides, et si je ne connaissais pas notre réputation en dehors de mes frontières, je doutais qu’il existe un pays où nous étions mieux adaptées ou tout du moins où nous n’étions pas exclues. J’avais une assez bonne idée de la chose en côtoyant les élèves ici sur cette île. Qu’ils viennent de France de Chine ou d’Inde, ils posaient tous le même regard sur moi. Voilà pourquoi j’avais, depuis longtemps, choisi la carte de la protection et du bouclier, protégeant ce que je pouvais derrière un masque de glace mêlé au fer le plus résistant que la terre ait pu porter. Chaque être réagissait à sa façon aux attaques extérieures … j’avais trouvé la mienne.  
 
Toi et moi savons bien que rares sont ceux avec l'oreille assez fine pour ça. Désolé si je t'indispose, mais je n'ai pas... Envie de manger. 
 -  Tu es l’un des rares qui ne m’indisposent pas, en revanche voilà un commentaire qui titille ma curiosité … et, je dois l’avouer, mon inquiétude.
 
Un peu d’inquiétude parce qu'il n'était pas coutumier du fait. Après tout, il était tout de même rare que je lui fasse comprendre de cette façon que sa présence m’indisposait … Alors pourquoi réagir de cette façon ? Je l’écoutais attentivement tout en étudiant ses mimiques et les tressaillements de son visage. Nous ne nous connaissions pas depuis assez longtemps pour que je détecte le moindre souci mais la logique et l'évolution de notre relation voulait que j’en capte une partie non négligeable … 
 
Les raisons de ma présence ont-elles une quelconque importance ? Tu pourrais, par exemple, te contenter du fait que je t'en honore au lieu de, je ne sais pas, par exemple, en honorer le vide... Ou une horde de donzelles effarouchées par le grand ténébreux que je suis.
 
Il n’était pas dans mes habitudes d’honorer la présence de qui que ce soit ni même du vide. J’appréciais la solitude, que je m’imposais même parfois, tout comme je pouvais apprécier un moment entouré de ceux qui m’étaient vraiment proches mais je n’y mettais aucun honneur là-dedans …
 
Mais tu pourrais facilement me rétorquer qu'elles finiront certainement par se lasser. Si il y'a, certes, quelque chose d'intéressant dans le fait de pourchasser un être fuyant et taciturne, elles se rendraient vite compte qu'il n'y a, en réalité, aucun mystère derrière, outre le fait que je suis... Ce que je suis. Si on m'enlève ça, je suis un être bien ennuyeux, elles seraient bien déçues. Bref. Fais pas attention. Je ne sais pas ce que je raconte.
 -  Je te pense au contraire bien plus profond que toutes ces dindes ne pourraient le penser.
 
Merlin, cette conversation allait plonger vers le néant ma réserve de gentillesse et de bons sentiments. J’avais tout intérêt à me mettre une dinde sous la dent après notre petite entrevue pour que mon quota de malfaisance remonte en flèche !  Quoi ? C'est bien ainsi que tout le monde m'imagine non? Le genre mégère qui prend tout le monde de haut et qui rit quand elle se brûle ! 
 
Je suis venu pour écrire à ma Tante. Elle préfère gmail aux hiboux, moins salissant.
 -  Crois-moi, un commentaire aussi flatteur de ma part est chose rare, tu devrais en profiter.
 
  Comment ça, j’avais sciemment occulté l’histoire des hiboux et des mails ? Ah oui, sans doute un peu … mais était-ce réellement important ? J’avais cette impression qu’il avait besoin de parler sans en ressentir réellement l’envie. Pourtant, si on le poussait gentiment dans la bonne direction, peut-être pourrait il décharger une partie du fardeau qui pesait sur ses épaules ? J’avais longtemps eu l’impression qu’Archi portait toute la douleur du monde sur ses épaules, j’avais bien souvent mis ça sur sa nature profonde et sur le fait qu’il ne l’acceptait en définitive encore moins bien que moi pourtant aujourd’hui il y avait ce petit quelque chose dans ces paroles et dans ces gestes qui me faisait penser que la douleur et la peine étaient bien plus profondes … Malheureusement, si je pouvais être une amie … « Délicieuse » il n’en restait pas moins que je n’étais sans doute pas la personne avec qui il souhaitait s’épancher, nous ne nous connaissions pas encore assez même si je l’estimais déjà plus que 98% de son espèce.
 
Je me mêle, sans aucun doute d’ailleurs, de ce qui ne me regarde pas mais j’ai l’impression que tu te dévalorises. Tu penses réellement que tu vaux moins que les autres parce que tu es plus … poilu ?
 
  Les problèmes d’hirsutismes pouvant être réglés par quelques petites séances de laser. *out* L’humour d’une vélane à quelque chose de … charmant n’est-il pas ? 
 
Je sais que c’est un peu l’hôpital qui se fout de la charité, je passe les trois quarts de mon temps à chercher la solitude et à faire fuir tout le monde mais je pensais qu’entre ermites, justement, on pouvait se parler un peu …
 
Oui là je sentais clairement venir le “on est en train de parler là” mais je tentais quand même, après tout mon cœur de glace battait parfois en présence d’amis et voir Archibald ainsi enserrait mon petit muscle glacé. 
 
Mais dis-le cash si je te saoule, tu sais que j’en prendrais pas ombrage.
 
  Entre nous, il me fallait bien plus que d’être rembarrée pour que je sois de mauvais poils –mouhahahahaha- hrm.  ♀
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Casse-noisette, le seul et l’unique.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Casse-noisette, le seul et l’unique.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Barbie Casse-Noisette. (PV)
» Vers l’adoption d’un plan unique de planification familiale
» Seul et perdu...
» Le site de l'anneau unique v2
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine. :: ─ Sujets de la saison 1 ─ :: ─ Elderwood :: ─ Intérieur
-