Partagez | 
 

 Au delà du réel °o°o Susi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 60
    ♦ PSEUDO : Mln
    Masculin ♦ CREDITS : Cappie
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 16/01/2012
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Ma tête est normalement sur mes épaules et le reste devrait suivre... logiquement.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans - Septieme année - Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Au delà du réel °o°o Susi   Ven 24 Fév - 20:58

.o°o. Ce n’est pas une défaillance de votre téléviseur. N’essayez donc pas de régler l’image. Nous maîtrisons, à présent, toute retransmission. Nous contrôlons les horizontales et les verticales. Nous pouvons vous noyer sous un millier de chaînes ou dilater une simple image jusqu'à lui donner la clarté du cristal, et même au-delà ... Nous pouvons modeler votre vision et lui fournir tout ce que votre imagination peut concevoir. Nous contrôlerons tout ce que vous aller voir et entendre. Nous partagerons les angoisses et les mystères qui gisent dans les plus profonds abysses ... au-delà du réel. Flippant hein ! Perso j’adore cette série enfin, j’adorais, parce que ce n’était pas sur cette île que j’allais pouvoir mater de vieux épisodes ! Surtout qu’en ce moment ma cousine me surveillait d’assez près pour que je ne me balade pas – trop - la nuit. Alors, au moins ce soir, j’avais décidé de ne pas quitter … non, vous n’avez tout de même pas pensé que, cette nuit, je n’allais pas quitter mon dortoir quand même ? Non, mais j’allais au moins rester sur cet étage puisque j’avais décidé de visiter, de nuit, le musée ! Visiter un musée le jour n’était pas une perspective emballante même si j’étais du genre à apprécier m’instruire sur les autres cultures. Je n’avais encore jamais mis les pieds dans le musée mystérieux, trop occupé à découvrir l’extérieur de l’île mais j’en avais beaucoup entendu parler et comme, forcément, c’était beaucoup plus drôle de nuit que de jour, ce soir c’était décidé, musée, me voilàààà ! Arsène avait l’habitude de mes escapades nocturnes et ne me demandait même plus où j’allais quand je partais avec Alvira. Aussi, après avoir fourré quelques sucreries dans ma poche et placé mon boursouf dans la capuche de mon sweat, je me dirigeai, baguette en main vers le musée. Aucune émotion ne me parvint aussi pénétrai-je dans l’antre de la connaissance le sourire aux lèvres. Après seulement quelques pas, Alvira sortit de sa cachette pour se positionner haut sur la tête, son poste d’observation préféré. Un lumos m’éclairant, je parcourais du regard les œuvres d’arts présentes, des tableaux pour la plupart. L’un d’eux engagea la conversation avec moi. .o°o.

- Il n’est pas prudent de se balader ici la nuit, ne savez vous donc pas ce qu’il se passe!
- Bien sûr que si, pourquoi croyez-vous que je suis ici justement à une heure pareille ?
- Encore un écervelé qui se croit plus fort que tout le monde !
- Ou un simple curieux en manque d’adrénaline?
- Pure folie !
- Je parle à un tableau alors, oui, on peut me classer dans cette catégorie !
- Un peu de respect jeune homme ! Je ne suis pas n’importe quel tableau ! Je suis …
- Sir William Hutcheson et vous êtes représenté ici sur vos terres, en Cornouailles n’est-ce pas ?
- Tout à fait ! Magnifique, n’est-ce pas ?
- Somptueux, en effet. Un conseil à me donner pour mon exploration ?
- Surveillez vos arrières.
- Merci et bonne nuit !

.o°o. Rien de plus simple pour écourter une discussion qui vous déplaît que de parler de cet homme en termes élogieux et, non, je n’avais pas la science infuse et ne connaissait pas personnellement Sir William. En revanche, j’avais une bonne vue et savait lire les inscriptions sur la présentation du tableau juste en dessous de celui-ci. x) Futé, non ? Grâce à ça, en tout cas, il m’avait laissé partir sans hurler qu’un indigent se baladait dans ses murs ! Je continuai ma route, observant à droite à gauche, me sentant épié mais, sachant qu’il s’agissait des tableaux, je regardais néanmoins de temps en temps derrière moi, surpris d’entendre des bruits étranges dont je ne parvenais pas à trouver la source. Mais ma recherche fut écourtée par une vague de sentiments qui me submergea tout d’un coup. Comme si une cohorte d’élèves venait de pénétrer dans la salle. Surpris et surtout un peu hébété, je remis rapidement en place mes idées et mes propres émotions pour comprendre cette soudaine douche froide ! Des bruits de pas venant dans ma direction se firent entendre et je murmurai un « nox » avant de me planquer derrière une armure ou une bête, fin un truc froid qui était près de moi. Alvira, agrippée à mes cheveux, semblait sur le point de sauter sur tout ce qui pourrait s’approcher de moi. A présent, non loin, je parvenais à reconnaître les émotions, bien compliquées, d’une fille. Oui, il n’y avait qu’une fille pour se prendre à se point le chou sur ses émotions. Les hommes étaient plus … enfin moins … nous étions plus simples quoi !!! Baguette levée, je retins ma respiration quand elle fut assez proche pour que je puisse sentir son parfum. Une fille, quand je vous le disais ! Sans savoir pourquoi Alvira quitta son perchoir et se posa sur l’armure, elle fit s’envoler de la poussière, fronçant le nez, je n’eut pas le temps de me boucher le nez, juste à peine de mettre la main devant ma bouche et de laisser s’échapper un charmant et gracieux .o°o.

- AAAAAAAAAAAAAAATCHOUUUUM !!!!!!!

.o°o. La discrétion incarnée, je vous promets ! .o°o.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 1084
    ♦ PSEUDO : Tekila
    Féminin ♦ CREDITS : Tekila, Lux Aeterna & Tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 19/08/2009
    ♦ AGE : 28



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, 7ème, Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Au delà du réel °o°o Susi   Ven 30 Mar - 22:03



    Le couvre-feu avait été un problème pour tout le monde au début. Mais au fil des jours, on finit par s’y habituer et soit on respecte le règlement, soit on trouve des solutions pour mener la vie qu’on entend. Susi faisait plutôt partie de la première catégorie même si parfois, surtout le week-end, elle se glissait dans la seconde. Ce soir, elle aurait dû rester sagement dans sa salle commune et aurait fini par aller se coucher après quelques heures à discuter en compagnie de ses camarades de Poudlard. Le tout peut-être ponctué de quelques messages échangés avec Pavel par le biais de deux parchemins qu’ils avaient ensorcelés. Un ingénieux système qui leur permettait de communiquer sans avoir à faire recourt à des hiboux du moment qu’ils ne se trouvaient pas trop loin l’un de l’autre. Et là, à quelques étages de différence, vous vous doutez qu’il n y avait aucun problème pour s’envoyer des messages instantanés. Oui, mais voilà, tout ça est bien joli, une belle petite soirée tranquille en perspective, bien sûr… Sauf que le destin avait décidé de livrer une certaine lettre avec un peu de retard. Donc pour une fois, la journée ne serait pas gâchée dans son entier mais finirait de façon quelque peu… chaotique pour une Susi à fleur de peau.
    Les lettres de ses parents s’étaient fait rares ces derniers temps mais chaque fois que la jeune Diamentino en recevait une cela l’affectait énormément. Et ce soir elle en reçu une particulièrement carabinée qu’elle parcouru à moitié en larmes sur un fauteuil de la salle commune de Poudlard. Voyant les regards préoccupés de ses meilleurs amis et n’ayant aucune envie de devoir les affronter pour ce soir, elle chiffonna le bout de parchemin avant de lancer dans la cheminée. Puis, voyant qu’Eden se dirigeait déjà vers elle suivit de Cloée et Gwendolyn, elle se leva et quitta la salle commune précipitamment. Elle ne savait absolument pas où aller et même si l’heure du couvre-feu était dépassée, les conséquences lui importaient peu. La brune avait juste besoin de se retrouver seule pour pleurer un bon coup et accuser la chose. Les solutions, elle les chercherait demain en ayant les idées claires car ses sentiments prenaient le dessus sur la raison ce soir.

    Ayant pour idée de se faufiler à l’extérieur, la jeune femme quitta le bâtiment d’un pas déterminé. Mais ses plans tombèrent rapidement à l’eau lorsqu’elle aperçu un auror en pleine ronde. Trop tard pour rebrousser chemin… Susi se précipita donc dans le bâtiment des salles de cours et de la bibliothèque, entre autres. Ce qui, entre nous, était totalement con vu que les profs trainaient dans la zone mais ce n’est pas comme si elle avait eu le choix ein. Alors bon, tant qu’elle était là, autant faire le tour des étages dans l’espoir de tomber sur une salle qui lui inspirerait confiance pour y passer quelques heures. C’est donc naturellement qu’elle atterrît dans le musée mystérieux, le seul endroit, mis à part la bibliothèque, qu’il lui permettrait un peu d’évasion. Elle connaissait assez bien la salle pour y avoir vécu une aventure peu commune avec Eden et Pavel quelques semaines plus tôt. Et le fait de se balader parmi les différentes statues, reliques et autres tableaux lui faisait le plus grand bien. Un petit sourire sur les lèvres, elle se calmait doucement, faisant le vide dans sa tête. Du bout des doigts, elle s’amusait à toucher tout ce qui l’entourait à mesure qu’elle s’enfonçait dans la pièce. Jusqu’à ce qu’enfin, passant à quelques centimètres d’une armure, un énorme éternuement lui fasse frôler la crise cardiaque.


    AAAAAAAAAAAAAAATCHOUUUUM !!!!!!! Eternuement en question. Vous voyez, du genre bruyant, sinon il ne serait pas écrit en majuscules. On peut noter que c’est sûrement un représentant du sexe masculin qui l’a laissé échappé puisqu’ils n’éternuent généralement pas comme des tapettes, à moins d’en être. Ils laissent ça pour les filles, la discrétion et le petit bruit tout mignon. AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH De l’autre côté voici le cri strident d’une demoiselle apeurée. Là par contre, on ne fait pas dans la discrétion. C’est vraiment le cri digne des films d’horreur pour que vous puissiez vous imaginer la scène. Mon dieu ! MAIS CA VA PAS ? Retour à la normalité… Enfin, autant que possible. Susi vient juste de découvrir un mec planqué derrière une armure, raison pour laquelle madame s’est permise de crier de la sorte. Parce que bon, éternuer, ça arrive encore à tout le monde, c’est humain, faut pas faire de crise pour ça.
    Main sur le cœur, la brune récupèrait comme elle pouvait. Son regard fixé sur Théophile, elle le dévisageait quelque peu amusée. Décidément, le musée était vraiment la meilleure solution pour penser à autre chose. Elle en avait presque oublié pourquoi elle avait les yeux si rouges et gonflés, c’est vous dire.
    Je vois que je suis pas la seule à avoir eu l’idée de finir la soirée ici… Mais la prochaine fois, s’il te plait, me fou pas une frousse pareille, j’ai cru mourir ! Susi ne le connaissait pas, ou alors juste de vue, et pourtant cela ne l’empêcha pas de poser une main sur son épaule pendant qu’elle parlait. Chassez le naturel et il revient au galop. Premier reflexe, on fait comme si de rien était. On prétend qu’on est de vachement bonne humeur pour que la personne en face soit totalement détendue et passe un bon moment de son côté. On préserve les apparences en revêtant un masque de circonstance alors qu’à l’intérieur, tout se casse la gueule. Mais ça va, Susi tient le coup. Elle respire, elle sourit, elle se convint que tout va bien. Mais face à un garçon empathe, pas sûr que son petit jeu prenne cette fois-ci…


_________________
    Find light in the beautiful sea
    I choose to be happy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 60
    ♦ PSEUDO : Mln
    Masculin ♦ CREDITS : Cappie
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 16/01/2012
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Ma tête est normalement sur mes épaules et le reste devrait suivre... logiquement.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans - Septieme année - Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Au delà du réel °o°o Susi   Ven 13 Juil - 15:35

.o°o. Contrairement à trois de mes sœurs, je n’avais aucune habitude éternumesque – comprenez en matière d’éternuement -, elles éternuaient toutes trois fois d’affilée dans un bruit étrangement sourd et aigu à la fois. Bruit étrange qui me faisait toujours bien rire puisque nous avions tous pris l’habitude d’attendre qu’elles aient fini pour dire « à vos souhaits ». C’est donc un simple éternuement que j’offris à la demoiselle qui approchait. Ok, en étant honnête il devait être relativement bruyant mais je n’y étais pour rien si de la poussière était venue me chatouiller le nez et si à cause de ça j’avais effrayé la jeune fille. Je m’attendais d’ailleurs à la réaction qu’elle eut et je n’avais d’autres choix que de grimacer … .o°o.

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH

.o°o. Un fin sourire d’excuse s’étirait sur mes lèvres tendis que je tentais de ne pas hurler BBBBBBB à mon tour, parce que oui, c’était le genre de bêtises qui quittait très rapidement mes lèvres, avec ou sans mon accord d’ailleurs. Je lui fis signe que tout allait bien, il aurait été dommage que son hurlement n’entraîne l’arrivée de professeurs ou d’aurors dans ce lieu. La surprise passée, je pouvais prendre la parole d’une voix basse sans pour autant être un murmure. .o°o.

- Désolé …

.o°o. Je ne la connaissais pas … enfin, si, mais peu. Je me souvenais la voir traîner avec sa bande, toujours plus ou moins les même et plus ou moins bruyants ce qui ressemblait passablement à mon propre petit groupe toujours prompt à la rigolade. Je tentais de me souvenir de son prénom … je l’avais déjà entendu en cours … elle était à Poudlard, Maggie ? Molly ? Fin … quelque chose en I et qui sonnait anglais quoi !! .o°o.

- Mon dieu ! MAIS CA VA PAS ?
- stis …. Hrm ça va mieux maintenant.
,
.o°o. Mince, pastis … la pauvre, elle connaissait peut être même pas !! Quel idiot !! J’aurai dû la retenir aussi celle-ci. Tant pis, elle me prendrait de toute façon pour un fou de rester dans le noir ici juste pour éternuer sur le premier venu … Elle posait la main sur son cœur, un geste réflexe qui n’aidait en rien la pompe cardiaque à battre moins vite. En revanche, la peur que j’avais immédiatement ressentie lorsqu’elle avait crié s’atténuait considérablement, signe qu’elle ne me prenait pas pour une menace. D’ailleurs, l’espace d’une minute, cette émotion aurait presque camouflé les autres … je l’aurait sans doute ressenti comme ça si nous n’étions pas si proches, physiquement parlant, bien sûr. .o°o.

- Encore désolé, je me suis planqué là en entendant des bruits de pas, je pensais que c’était un prof ou un auror et puis Alvira a dépoussiéré l’armure et … fin tu connais la suite.

.o°o. Et puis j’avais éternué et je lui avais fait peur. Après avoir « rallumé » d’un lumos ma baguette je la pointais sur Alvira, toujours en poste sur l’armure. Susi pouvait ainsi admirer à loisir la responsable de tout ce bazar. .o°o.

- Je vois que je suis pas la seule à avoir eu l’idée de finir la soirée ici… Mais la prochaine fois, s’il te plait, me fou pas une frousse pareille, j’ai cru mourir !
- Oui la prochaine fois je la conserverai planquée dans mon cou ou ma poche. En tout cas, franchement désolé parce que j’avais clairement pas l’intention de tuer quelqu’un ce soir ici !

.o°o. Non, je n’avais pas un petit carnet noir dans lequel j’avais inscrit les mille et une façons de tuer quelqu’un et n’avais pas non plus l’envie de barrer « par crise cardiaque » ce soir. J’offris donc à la jolie brune un large sourire, sourire qui reflétait ma joie qu’elle ne soit ni professeur ni auror, qu’elle ne soit pas décédé – tant qu’à faire -, qu’elle le prenne plutôt bien, pour m’excuser aussi encore un peu. La demoiselle, cachait elle aussi beaucoup de chose derrière son sourire apparent. Car si ses lèvres se fendaient en un joli sourire, ses yeux rougis et gonflés signifiaient qu’elle venait de pleurer et son cœur était empli d’émotions plus lourdes les unes que les autres. .o°o.

- T’es certaine que tout va bien ?

.o°o. Moi inquiet ? Oui, bien sûr, parce que j’étais comme ça et parce que j’imprégnais les émotions des autres, une vrai éponge, je vous promets. Je sentais poindre la réponse « oui oui ça va », aussi ajoutai-je rapidement. .o°o.

- Au fait, moi c’est Théo, 'fin’ Théophile mais tout le monde m’appelle Théo, Beauxbâtoniens et empathe de mon état.

.o°o. Restait plus qu’à espérer qu’elle ne me fuit pas comme la peste en découvrant ça … oui, ça, m’était déjà arrivé et je pouvais parfaitement le comprendre. En règle générale, je n’annonçai jamais ma particularité de la sorte mais ce que je ressentais chez ma camarade semblait vraiment profond et douloureux alors si je pouvais l’aider d’une façon ou d’une autre, j’étais prêt … .o°o.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 1084
    ♦ PSEUDO : Tekila
    Féminin ♦ CREDITS : Tekila, Lux Aeterna & Tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 19/08/2009
    ♦ AGE : 28



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, 7ème, Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Au delà du réel °o°o Susi   Mar 14 Aoû - 18:31



    C’est fou tout ce qu’on peut cacher derrière un sourire. Habituellement ça marche avec la plupart des gens que vous rencontrez. Vous leur faites miroiter votre bonne humeur pour oublier ce qui vous tracassait plus tôt ou tout simplement créer un cadre agréable pour la personne en face. Vous chasser vos maux pour vous concentrer sur la situation à laquelle vous devez faire face. Vous devenez un personnage qu’on a envie de côtoyer, quelqu’un avec qui on aime passer du temps, une fille à l’écoute des problèmes et déterminée à voir un sourire naître sur le visage qu’elle avait retrouvé ravagé de larmes plus tôt. Ce soir ne ferait pas exception pensait Susi. Elle en oublierait d’être triste pour que ce garçon qui lui avait fait frôlé la crise cardiaque fasse une bonne rencontre. Elle serait la fille dont il aimera glisser la rencontre à ses amis le lendemain. Elle commençait déjà à feindre que tout allait bien, que ce n’était rien, à s’en convaincre.

    Encore désolé, je me suis planqué là en entendant des bruits de pas, je pensais que c’était un prof ou un auror et puis Alvira a dépoussiéré l’armure et … fin tu connais la suite.

    En effet, elle la connaissait plutôt bien pour l’avoir vécue bien qu’elle ne sache toujours pas qui était Alvira. Par déduction c’était sûrement son ami imaginaire, un animal ou l’homme invisible. Heureusement, Théophile ne tarda pas à éclairer sa lanterne ou à l’éclairer tout court puisqu’il lança un lumos qui eut l’effet d’un projecteur sur le boursouf presque criminel. Un sourire sincère se fendit sur le visage de la belle qui caressa immédiatement la petite créature avant de mettre la main sur l’épaule du jeune homme pour s’adresser à lui. D’un naturel sociable, elle se sentait néanmoins très à l’aise en sa compagnie sans qu’elle ne sache vraiment pourquoi. Il respirait la bonne humeur et son sourire était quelque peu contagieux, il fallait l’avouer.

    Oui la prochaine fois je la conserverai planquée dans mon cou ou ma poche. En tout cas, franchement désolé parce que j’avais clairement pas l’intention de tuer quelqu’un ce soir ici !

    La jeune Diamentino répondit par un léger éclat de rire avant de s’adosser contre le mur non loin. Vu les mesures prises par la direction d’Elderwood, les deux étudiants étaient sûrement soulagés que l’un d’eux ne soit pas membre du personnel ou pire, du corps professoral. Pas besoin d’être devin pour arriver à cette déduction. Ils courraient le risque de finir en retenue en se baladant dans l’école après le couvre-feu. Heureusement qu’aucun d’entre eux se baladait avec de l’alcool ou de la drogue dans ses poches sans quoi ils seraient dans de beaux draps jusqu’à la fin de l’année scolaire.

    Ce serait dommage de finir accusé d’homicide par procuration à cause de ton Boursouf sociopathe. Déjà qu’on risque le peu de temps libre qu’il nous reste à se balader à cette heure-ci… Ce serait dommage que notre rencontre soit synonyme de retenue.

    Le plan marchait sur des roulettes. Ses reflexes lui collaient à la peau. Elle ne pensait déjà plus à la lettre que lui avaient envoyé ses parents. Pourtant, il y’avait cette lueur curieuse qui s’était allumée dans les yeux de son camarade qui la détaillait par delà le masque. Espérant de tout son cœur de ne pas avoir à faire avec un garçon perspicace, son sourire s’élargit autant que possible. Il devait sûrement essayer de se remémorer où il avait vu son visage et pourquoi elle lui semblait si familière. Oui, il ne devait pas y avoir de raison de craindre quoi que ce soit. Elle était juste un peu paranoïaque. Sans doute.

    T’es certaine que tout va bien ? Il l’avait cernée… Plus qu’elle ne pouvait bien s’en douter. À deux doigts d’enchaîner avec le célèbre « oui oui ça va » il anticipa sa réaction et reprit la parole sans laisser le moindre mot sortir de sa bouche déjà ouverte. Au fait, moi c’est Théo, 'fin’ Théophile mais tout le monde m’appelle Théo, Beauxbâtonien et empathe de mon état.

    La belle déglutit avec difficulté avant de grimacer en guise de sourire. Son cœur n’avait pas attendu pour accélérer la cadence de ses battements, signe qu’elle commençait à paniquer. Ce n’était pas tous les jours qu’on vous perçait à jour si facilement, empathe ou non, la chose restait perturbante. D’autant plus qu’elle n’avait aucune échappatoire à moins de vouloir réellement paraître impolie. Il ne lui restait donc plus que l’abdication.

    D’habitude c’est moi qui pose cette question… Mais puisque tu es empathe, répondre oui tout va bien serait me ridiculiser en mentant. Bravo, ça allait mieux mais ça ne sert à rien de faire semblant. Elle baissa les yeux sur ses chaussures avant d’enchaîner. Tu sais ce qu’il se passe ou tu as simplement conscience de mes émotions ? Parce que je ne te souhaite pas vraiment de les vivre, normalement je fais celle pour qui tout va bien histoire d’éviter de déranger les gens avec mes problèmes qui, de toute façon finiront par se régler. Autant filer un coup de main à ceux qui ne voient pas les choses comme moi.

    Son débit s’était accéléré, rendant son stress palpable pour n’importe qui. Elle ne savait pas vraiment quoi dire et craignait un silence gênant qui offrirait à Théophile le loisir de creuser un peu plus profondément. L’Anglaise ne savait absolument pas comment fonctionnait un tel don. Fallait-il se concentrer pour trouver ce qui se cachait derrière la façade ou se retrouvait-il submergé par ce que les gens ressentaient ?

    Tu dois trouver ça hypocrite pas vrai ? Faire comme si de rien était… Mentir ?

    Elle s’était toujours posée la question sur la façon dont réagiraient les gens s’ils pouvaient lire ses pensées. Là ce n’était pas tout à fait pareil mais ça permettait de cerner quelqu’un mieux qu’il ne devait y arriver lui-même. On se ment parfois en essayant d’orienter ses émotions, en se rassurant soi-même. Mais avec les émotions, on ne peut tricher. Elles vous submergent malgré vous. Elles font de vous leur esclave. Il faut une sacré dose de savoir-faire et d’auto-conviction pour les surmonter sans se changer les idées d’une quelconque façon ou sans l’aide de quelqu’un. Et parfois, lorsqu’on croit penser que tout va bien, vraiment bien, ce n’est qu’un vilain petit mensonge qu’on se répète en boucle en essayant à tout prix d’y croire… Parce qu’il le faut… Parce qu’on en a besoin.



_________________
    Find light in the beautiful sea
    I choose to be happy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 60
    ♦ PSEUDO : Mln
    Masculin ♦ CREDITS : Cappie
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 16/01/2012
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Ma tête est normalement sur mes épaules et le reste devrait suivre... logiquement.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans - Septieme année - Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Au delà du réel °o°o Susi   Mar 18 Sep - 21:17

.o°o. Alvira, trop contente d’être caressée, se vautrait maintenant au-dessus de ma tête, trouvant ainsi sa place favorite, son poste d’observation. Je la poussai un peu du doigt histoire de l’ennuyer un peu, après tout elle avait manqué de peu de tuer quelqu’un tout de même ! Alors si elle était mignonne cela ne lui donnait pas tous les droits. .o°o.

- Ce serait dommage de finir accusé d’homicide par procuration à cause de ton Boursouf sociopathe. Déjà qu’on risque le peu de temps libre qu’il nous reste à se balader à cette heure-ci… Ce serait dommage que notre rencontre soit synonyme de retenue.
- En même temps, il peut se passer des choses passionnantes en retenue …

.o°o. Ma cousine ne serait sans doute pas du même avis et elle se ferait une joie de me rappeler qu’elle était auror et parfaitement capable de m’envoyer récurer les latrines ! Mon lapin de Pâques était douce et ferme à la fois … et si je savais m’y prendre avec elle, je doutais qu’elle ne laisse passer un homicide par procuration. Y’avait clairement des limites à ne pas dépasser. L’espace d’une seconde, je tentai d’imaginer Alvira chaîne aux poils … et mon sourire se fit plus large alors que je continuais sur le sujet des retenues. .o°o.

- On peut rencontrer d’autres personnes … des personnes différentes de notre cercle habituel. J’en sais quelque chose, je connais assez bien cette salle.

.o°o. Une fois par semaine … ou presque … un peu comme à Beauxbâtons. C’était ça d’avoir du mal à respecter le règlement et pire encore d’avoir Nech comme meilleure amie. Je me rendais soudain compte que bien connaître cette salle pouvait également signifier être carrément le pire élève du monde, ce qui n’était tout de même pas mon cas. Je n’étais pas complètement irrattrapable non plus … rebelle, oui, mais pas idiot. Aussi après un toussotement, j’ajoutai assez rapidement pour qu’il n’y ait pas de confusion. .o°o.

- Hrm … enfin non pas que j’sois du genre bad boy, hein, c’est juste que j’ai beaucoup de mal avec les horaires, les couvre-feux … ce genre de choses. J’ai plus l’habitude d’être à l’air libre alors, forcément, entre 4 murs … Enfin ... Bref.

.o°o. Voilà … Théo, tais-toi ! Mais comme bien sûr je n’écoute jamais mes précieux conseils, il fallait bien que je finisse … .o°o.

- Je voulais simplement dire que notre rencontre aurait pu se passer en retenue et être tout à fait agréable. Même si en y réfléchissant bien … si j’étais collé pour homicide… nous ne pourrions pas franchement papoter.

.o°o. Théo ou comment comprendre en 10 minutes le réel fond du problème. J’esquissai un sourire un brin tendu tout en passant ma main dans ma nuque, signe incontestable du fait que j’étais mal à l’aise avec mes propres bêtises même si au fond elles étaient plutôt risibles, non ? Et puis j’étais toujours un peu perplexe quand je découvrais quelqu’un ça expliquait tout, non ? Bon d’accord … non. De toute façon, trêve de plaisanterie puisque je l’avais percée à jour. Du moins, j’avais ressenti assez de souffrance en elle pour m’en inquiéter sincèrement et je passai du Théo clown au Théo … ami – les deux n’étant pas réellement loin de l’autre -, Susi n’était pas une amie à proprement parler mais mon alarme interne avait été assez efficace pour que je tente le tout pour le tout en lui annonçant de but en blanc mon empathie. Je ressentais sa panique autant qu’elle était palpable dans ses yeux. Son cœur avait accéléré et pourtant elle ne partait pas en courant, signe, je l’espérais en tout cas qu’elle accepterait mon aide. .o°o.

- D’habitude c’est moi qui pose cette question … Mais puisque tu es empathe, répondre oui tout va bien serait me ridiculiser en mentant. Bravo, ça allait mieux mais ça ne sert à rien de faire semblant. Tu sais ce qu’il se passe ou tu as simplement conscience de mes émotions ? Parce que je ne te souhaite pas vraiment de les vivre, normalement je fais celle pour qui tout va bien histoire d’éviter de déranger les gens avec mes problèmes qui, de toute façon finiront par se régler. Autant filer un coup de main à ceux qui ne voient pas les choses comme moi.
- Disons que je réagis un peu comme une éponge …

.o°o. Jolie métaphore dont j’usais depuis mes … 5 ans ? C’est selon moi ce qu’il y avait de plus clair, non ? .o°o.

- Je ressens les émotions … je les vis avec plus ou moins d’intensité … ça dépend de ma proximité avec la personne et de mon état de fatigue du moment … En tout cas, tu ne me déranges pas du tout. Si ça avait été le cas, je ne t’aurai pas annoncé de façon aussi brute mon empathie …

.o°o. Je le faisais rarement … Soit les gens comprenaient d’eux-mêmes, soit ils s’en foutaient complètement et faisaient comme si de rien n’était même si je touchais parfois un point sensible. Après je n’étais pas non plus à abuser de mon don. Je ressentais les choses, je ne pouvais rien y faire mais je ne divulguais rien à personne … C’était un peu comme un « secret professionnel » …. Chaque personne a droit à son intimité, son histoire, ses douleurs sans que je ne vienne y mettre mon nez. .o°o.

- Tu dois trouver ça hypocrite pas vrai ? Faire comme si de rien était… Mentir ?
- Tout le monde ment sur ses émotions … bon, peut-être pas Marie-Coquelicot mais, elle, c’est un cas à part.

.o°o. Commençai-je avec un sourire pour la détendre un peu. .o°o.

- On a tous des soucis dont on a du mal à parler, même avec ses plus proches amis … mais nous deux … en fin de compte on ne se connaît pas vraiment alors si c’est plus facile pour toi de partager ça avec moi … fin’… te sens pas obligée, hein, mais je veux sincèrement t’aider parce que je sais, je sens que ça te ronge et que ça se réglera pas forcement « comme ça » …

.o°o. Je l’invitais à avancer un peu histoire qu’on soit un peu moins proche de la porte d’entrée si on voulait parler tranquillement … .o°o.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 1084
    ♦ PSEUDO : Tekila
    Féminin ♦ CREDITS : Tekila, Lux Aeterna & Tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 19/08/2009
    ♦ AGE : 28



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, 7ème, Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Au delà du réel °o°o Susi   Jeu 13 Déc - 22:33



    Ce n’était pas tous les jours qu’une telle situation s’imposait à vous. Susi aurait pu tomber sur un empathe de bien pire compagnie mais voilà, Théophile était tout le contraire. Drôle, gentil et sincère, il l’avait mise immédiatement à l’aise malgré la torture qu’elle s’imposait. Elle avait envie de plaisanter sur les retenues elle aussi mais ce don d’empathie l’obsédait. Malgré tout, elle avait été bon public et son sourire légendaire avait éclairé son visage quelques instants, lui faisant oublier qu’au final, elle n’allait pas si bien. Mais la réalité l’avait rapidement rattrapée et l’Anglaise c’était lancée dans une petite confession proche du monologue. Oh, elle aurait pu en dire encore plus mais à vrai dire, la jeune femme avait peur de l’effrayer en se livrant aussi rapidement. Ce n’était pas son genre en plus. Raconter ses états d’âme, révéler sa vraie nature, en quelque sorte. Mais pour une raison obscure voilà qu’elle ressentait le besoin de s’épancher. Etait-ce dû à l’empathie du Beauxbâtons ? Elle n’en savait rien… Peut-être était-ce seulement son caractère qui faisait céder ses retenues…

    Disons que je réagis un peu comme une éponge … Je ressens les émotions … je les vis avec plus ou moins d’intensité … ça dépend de ma proximité avec la personne et de mon état de fatigue du moment … En tout cas, tu ne me déranges pas du tout. Si ça avait été le cas, je ne t’aurai pas annoncé de façon aussi brute mon empathie …

    Voilà qui était déjà plus clair. Et, soulagée, elle se laissa aller à lâcher un petit soupir avant de lui sourire. Susi ne s’y connaissait pas vraiment niveau dons et particularités magiques. Disons qu’elle connaissait les basiques tels que la métamorphomagie, la lycanthropie et les animagus pour ne citer que ces exemples là. Elle qui n’avait rien de hors du commun et n’exigeait rien de tel de ses semblables, n’avait jamais jugé utile de s’intéresser aux personnes qui sortaient du lot. La brune préférait les gens qui se démarquaient d’une façon ou d’une autre par des faits et gestes du quotidien. Des choix, des mots, des attitudes altruistes voilà ce qui attirait son attention. Mais parfois, voilà que l’un de ces sorciers extraordinaires venait bousculer son quotidien en étant un être humain qu’il valait le coup de compter parmi ses connaissances en prime. Comme une sorte de bonus, un talent obtenu à la naissance ou une malédiction avec laquelle il fallait vivre selon les points de vue. Alors, inévitablement, voilà qu’elle s’intéressait à cette particularité, l’esprit bousculé par une centaine de questions comme aujourd’hui. Mais plutôt que de l’accabler encore une fois par des demandes de précisions, elle préféra lui demander ce qu’il pensait de son comportement.

    Tout le monde ment sur ses émotions … bon, peut-être pas Marie-Coquelicot mais, elle, c’est un cas à part. Elle sourit à son tour, songeant à cette jeune Française qui ne manquait pas d’attirer l’attention. On a tous des soucis dont on a du mal à parler, même avec ses plus proches amis … mais nous deux … en fin de compte on ne se connaît pas vraiment alors si c’est plus facile pour toi de partager ça avec moi … fin’… te sens pas obligée, hein, mais je veux sincèrement t’aider parce que je sais, je sens que ça te ronge et que ça se réglera pas forcement « comme ça » …

    Le rouge lui monta aux joues et pour ne pas perdre pied, elle se remit à caresser Alvira, désormais perchée sur la tête de Théophile. Puis, finalement, réfléchissant aux mots du jeune homme, elle vint à la conclusion que ce n’était pas une si mauvaise idée. Que risquait-elle au bout du compte ? Il lisait en elle comme dans un livre ouvert de toute façon. C’était juste les raisons de son chagrin qu’il ne parvenait pas à déchiffrer… Et devant son attitude Susi ne pouvait pas refuser une telle proposition. Il avait été vraiment gentil avec elle et son côté naïf lui soufflait de lui faire confiance.

    C’est que… Je n’ai pas vraiment l’habitude tu vois… Mais bon, tu as raison. On est deux inconnus l’un pour l’autre, qu’est-ce qui va bien pouvoir m’arriver si je t’explique ? Rien je pense… Un léger éclat de rire s’échappe de sa gorge nouée alors qu’Alvira lui chatouille le bout des doigts. J’ai reçu une lettre de mes parents et disons qu’entre nous c’est pas le grand amour. J’ai quitté le domicile familial avant de venir à Elderwood et je ne vais pas y retourner pour ces vacances. Et je panique un peu quand je songe à l’endroit où je vais aller avant la nouvelle rentrée. Avec mon petit ami c’est un peu difficile ces derniers temps… Il a… des troubles de la personnalité pour résumer. Et j’essuie un peu le caractère de son… alter-égo. La belle s’éclaircit la voix, pas loin de se briser devant ces explications, pour reprendre contenance. Mais pour revenir à mes parents disons que… ils ne sont pas très heureux de la fille que je suis devenue, de ma personnalité, de mes choix. Ils auraient voulu que je sois tout autre, que je rentre dans le moule qu’ils avaient prévu pour moi. Mais non. Je peux être têtue quand je m’y mets… À nouveau, son regard retrouve ses chaussures alors qu’un sourire timide fait son apparition. Enfin voilà… Ca s’arrangera, je trouverais des solutions… C’est juste un peu… dur ce soir. C’est tout. Haussement d’épaules, life goes on. C’est juste un trop plein d’événements tout sauf roses. Mais personne n’a jamais dit que grandir était facile. On s’émancipe, on fait face à des épreuves difficiles mais c’est ce qui nous forge non ? Mais passons… À ton tour ! Je suis sûre que y’a des choses qui te démangent toi aussi non ? Laisse moi être l’éponge ce soir ! Elle lui devait bien ça après tout. Il lui avait tendu la main, c’était la moindre des choses qu’il saisisse la sienne à son tour. Du moins l’espérait-elle. Retrouver son rôle l’aiderait à passer à autre chose et peut-être pourrait-elle faire quelque chose pour l’aider ou du moins, le soulager…


_________________
    Find light in the beautiful sea
    I choose to be happy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 60
    ♦ PSEUDO : Mln
    Masculin ♦ CREDITS : Cappie
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 16/01/2012
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Ma tête est normalement sur mes épaules et le reste devrait suivre... logiquement.



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 20 ans - Septieme année - Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Au delà du réel °o°o Susi   Lun 18 Fév - 22:25

.o°o. Heureusement qu’elle n’avait pas mal pris mon babillage concernant la salle de colle. J’avais décidément un problème lors des premières rencontres, mes soeurs avaient raison, ce qui, soit dit en passant, était quelque chose d’assez effrayant. Pourtant, je conservais un sourire rassurant en observant la jeune élève de Poudlard, un sourire presque aussi pétillant que le sien même s’il cachait beaucoup d’autres émotions que la joie visible dans son regard. Je devais l’avouer, elle cachait bien sa douleur et sa tristesse et, il y a quelques années de cela, je n’aurais sans doute rien détecté, signe que mon empathie évoluait toujours … comme mon père me l’avait dit. .o°o.


- C’est que… Je n’ai pas vraiment l’habitude tu vois… Mais bon, tu as raison. On est deux inconnus l’un pour l’autre, qu’est-ce qui va bien pouvoir m’arriver si je t’explique ? Rien je pense…
- Quoi qu’il en soit, je peux te jurer sur tout ce que j’ai de plus cher que tout ce qui sera dit entre ces murs restera entre ces murs.

.o°o. Nous n’étions pas à Las Vegas mais mes paroles n’en restaient pas moins sincères. Je savais trop de choses concernant les émotions des personnes qui m’entouraient chaque jour pour en faire étalage. Je ne le faisais jamais, c’était une question … comment vous dire … oui, presque d’éthique. Je ne faisais pas exprès d’entrer dans le cœur des gens pour leur enlever leurs émotions, je n’avais jamais été un voleur et je respectais leurs blessures. Mes amis les plus proches le savaient. Je ne parlais jamais de leurs soucis le premier mais ils savaient que j’étais toujours présent au moment où ils souhaitaient en parler. J’espérais que, même si nous nous connaissions depuis moins de 5 minutes, Susi ferait la même chose. Au fond, être empathe avait fait de moi quelqu’un de patient et d’une grande écoute. En revanche, ça ne faisait pas de moi Monsieur Soleil et, même si je pouvais comprendre beaucoup de problèmes, qu’ils soient familiaux, sentimentaux ou autre, cela ne m’aidait en rien à les résoudre. Pourtant, je continuais à inciter les gens à en parler car j’avais assez d’expériences pour savoir qu’en parler était une étape cruciale à la résolution du problème. Voilà pourquoi j’espérais avoir été assez convaincant avec la demoiselle. Je fus rassuré lorsqu’elle se décida d’ailleurs à aborder ce qui rendait son cœur si lourd. .o°o.


- J’ai reçu une lettre de mes parents et disons qu’entre nous c’est pas le grand amour. J’ai quitté le domicile familial avant de venir à Elderwood et je ne vais pas y retourner pour ces vacances. Et je panique un peu quand je songe à l’endroit où je vais aller avant la nouvelle rentrée. Avec mon petit ami c’est un peu difficile ces derniers temps… Il a… des troubles de la personnalité pour résumer. Et j’essuie un peu le caractère de son… alter-égo.

.o°o. Un problème avec sa famille, d’accord, et avec son petit ami, décidément, elle n’avait pas de chance. Je la laissais terminer, l’écoutant d’une oreille attentive. J’estimais préférable de l’écouter jusqu’au bout plutôt que de tenter de discuter de chaque problème un à un puisqu’au fond je n’avais aucune solution miracle pour balayer ses soucis d’un revers de la main. .o°o.


- Mais pour revenir à mes parents disons que… ils ne sont pas très heureux de la fille que je suis devenue, de ma personnalité, de mes choix. Ils auraient voulu que je sois tout autre, que je rentre dans le moule qu’ils avaient prévu pour moi. Mais non. Je peux être têtue quand je m’y mets…

.o°o. J’esquissai un sourire, j’étais moi même assez têtu et j’en avais fait voir des vertes et des pas mûres à ma famille. Pourtant, ils n’avaient jamais tenté de m’enfermer dans leurs moules. La majorité de la famille avait en effet suivie les traces de mes parents mais ce n’était pas par obligation. April était devenue médicomage, elle s’occupait des enfants et pas des créatures magiques. Quant à July, elle était devenue journaliste, rien à voir avec les magizoologie ! J’avais cette chance d’avoir grandi au sein d’une famille où la liberté individuelle primait avant toute autre chose. Nous ne nous étions jamais éloignés les uns des autres malgré les kilomètres et les changements de cap. Je fis mine de me gratter l’arrière de la tête. En réalité, je poussais tout doucement Alvira qui comprit rapidement le message et prit son envol vers le cou de la demoiselle pour s’y loger et la câliner à tout va ! .o°o.


- Enfin voilà… Ca s’arrangera, je trouverais des solutions… C’est juste un peu… dur ce soir. C’est tout.
- Oui, je comprends …

.o°o. Dis comme ça … ça faisait très cliché, je sais, mais j’ajoutai rapidement. .o°o.

- Les histoires de famille sont toujours douloureuses. Je sais qu’on ne se connaît pas beaucoup mais, de ce que je sais de toi et de ce que je ressens en toi, tu es une fille forte. Il faut laisser les choses évoluer, avancer pas à pas en étant toi-même et pas une autre. Il faut prendre les problèmes les uns après les autres … et tu trouveras toujours une main tendue proche de toi pour te venir en aide.

.o°o. Finis-je par dire en avançant ma main vers la sienne. Oui, même sans la connaître plus que son nom et sa nationalité (et encore), j’étais bel et bien prêt à tendre ma main et lui venir en aide si elle l’acceptait. Entre sorciers, il fallait toujours se serrer les coudes et, si elle ne savait pas où aller cet été, elle pouvait toujours venir en France, il y aurait toujours de la place chez les Lanteri. C’était peut être un peu naïf et désuet mais c’était ainsi qu’on m’avait élevé. .o°o.


- Mais passons… À ton tour ! Je suis sûre que y’a des choses qui te démangent toi aussi non ? Laisse moi être l’éponge ce soir !
- Mon problème semble bien superficiel en réalité.

.o°o. Face aux siens, mes problèmes étaient en effet bien simples … j’avais une tripotée de sœurs, 6 pour être précis, et toutes étaient une source d’ennuis et de chamailleries. Et … il y avait Jess et mes sentiments pour elle, des sentiments dont je ne parvenais pas à être certain si bien que j’agissais toujours de la mauvaise manière avec elle. .o°o.

- Il me semble que, malgré ses troubles de personnalité, tu aimes sincèrement ton petit ami mais j’ai une question. N’hésite pas à me dire si y répondre te gène …

.o°o. Je n’avais aucune raison de mal le prendre puisque c’était une question tout á fait personnelle mais je préférais la poser. Après tout, elle voulait elle aussi connaître mes soucis et c’est ce que je faisais même si c’était une manière détournée. .o°o.

- Comment es-tu certaine de tes sentiments ? C’est très … fluctuant pour moi, j’ai parfois beaucoup de mal à savoir si les émotions viennent de moi ou de la personne en face de moi alors je voulais savoir ce qu’on ressentait exactement …. ?

.o°o. Comment ça, cette histoire devenait compliquée ? Pas du tout ! Le seul problème était que les sentiments amoureux étaient si forts qu’ils irradiaient les autres émotions provoquant chez moi un grand flou artistique. Alors si je pouvais avoir un ou deux détails, quelque chose de physique, de tangible que je puisse reconnaître facilement. .o°o.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Au delà du réel °o°o Susi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au delà du réel °o°o Susi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au delà des mots...
» "Vers l'infini et au-delà - Buzz l'Eclair" [Zack Evans/Sunggyu Kim]
» Dragons saison 4 : Par delà les rives [Avec spoilers] (2016) DreamWorks
» Dragons saison 6 : Par delà les rives [Avec spoilers] (2018) DreamWorks
» Qu'y a-t-il au-delà de Rhûn, de Khand et de l'Harad?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine. :: ─ Sujets de la saison 1 ─ :: ─ Elderwood :: ─ Intérieur
-