Partagez | 
 

 La gourmandise est un défaut… qui se partage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 119
    ♦ PSEUDO : Surpriiiise
    Masculin ♦ CREDITS : RaniPyaarCreation
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/06/2011
    ♦ AGE : 24
    ♦ LOCALISATION : Là ou personne ne me trouve...



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans - Sixième année - Anupam
♦ DEDICACES:

MessageSujet: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   Mer 18 Jan - 22:51

+ Les femmes avaient un rapport bien particulier avec la nourriture c’est une des choses que j’avais rapidement compris avec mes sœurs quand j’étais petit. Elles avalaient n’importe quoi de préférence de façon gargantuesque pour s’en vouloir pendant des semaines. Après cet « excès » en général mes frangines passaient des heures dans la salle de sport de la maison à compter le nombre de calories qu’elles perdaient par kilomètres parcourus sur un tapis de course ou sur un vélo d’appartement. Et moi et bien… je passais dans la salle de sport avec un plein plateau de pâtisseries pour leur proposer de « faire une pause ». A cette époque là j’étais surnommé petit démon et je l’avoue aujourd’hui c’était amplement mérité mais vivre avec des sœurs toutes plus âgées n’était pas une sinécure tous les jours. Mais laissons le passé là où il est, il n’était jamais bon de remuer de vieilles histoires surtout quand on avait mon passif. A l’heure actuelle je me dirigeais simplement vers les cuisines à l’heure où la majorité des élèves étaient dans la bibliothèque ou dans les salles communes en pleines révisions pour les examens de fin d’année. Oh non, bien sûr je ne pensais pas être un génie n’ayant aucun besoin de révision, j’étais juste un adepte d’une pause s’impose après plus de trois heures de lecture intensives dans des livres de sorts avancés dont certains ne semblaient pas avoir été ouverts depuis plusieurs siècles. J’avais fourré tout ça ainsi que mes parchemins dans mon sac, j’avais conservé un bout de papier sur moi ainsi qu’un crayon et je griffonnai alors. +

Citation :
Sais-tu qu’en cuisine il ne reste qu’une seule et unique part d’un gâteau dont le nom n’est pas sans rappeler un massif montagneux allemand ? J’entends déjà la fourchette venir à moi… souhaite-moi bon appétit.
Anant.

+ Je pris ma baguette dans ma poche intérieure et lançai un sort sur le bout de papier qui prit la forme d’un cupcakes avant de s’envoler pour rejoindre Arrogance où qu’elle soit. En ce qui me concernait, je rentrai dans la cuisine et avant de m’installer je demandai à un cuisinier une part de forêt noire et une part de fondant au chocolat saupoudré de noix de coco. Je commandai un thé pour moi, la demoiselle prendrait ce qu’elle souhaitait en arrivant car oui j’étais certain qu’elle viendrait car contrairement à beaucoup d’autres femme Arrogance était une gourmande assumée. Je ressortis mes notes histoire de m’occuper en l’attendant. La pièce était aussi calme que la bibliothèque et peut-être même davantage… cet endroit était parfait en cette période particulière entre les examens et les nouvelles interdictions du coordinateur. Des bruits de pas attirèrent mon attention et j’observai la porte un sourire aux lèvres… Viendrait ? Viendrait pas ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 202
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Féminin ♦ CREDITS : © HOMOandERECTUS & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/02/2011
    ♦ LOCALISATION : Au point de convergence de tous les regards



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année & Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   Sam 4 Fév - 18:44

    Penchée sur un livre de métamorphose, sans la salle commune de Beauxbâtons, Arrogance travaillait d'arrache-pied. Elle avait délaissé la bibliothèque, bien trop fréquentée à son goût, et surtout, dans laquelle on pouvait trouver à peu près n'importe qui. Et elle n'était pas d'humeur à croiser certaines personnes ces derniers temps. D'une humeur moins massacrante que d'habitude, la demoiselle n'en avait pas moins assez de voir certains visages, qui lui donnaient des boutons ou la mettaient dans un état de nerfs incroyable. Et être demi-vélane et aristocrate ne la dispensait aucunement d'examens, bien au contraire, elle avait donc besoin de l'intégralité de sa concentration si elle voulait réussir en cette fin d'année. Et elle le voulait, dur comme fer. Elle se doutait que si ses résultats faiblissaient, ses parents la rapatrieraient sans doute en Irlande. Et, maintenant qu'elle avait goûté à la vie avec d'autres jeunes, elle n'avait pas vraiment envie que cela se produise. Quoique … ça lui éviterait certaines désagréments. Et en même temps … non, cela ne se pouvait. Elle devait rester là, tout simplement. Et même. Elle ne supporterait pas un échec, fière comme elle l'était. Surtout si celui-ci était dû à une faiblesse, même seulement passagère, à un énervement qui grondait depuis plusieurs semaines, voire mois même. Ce serait une belle faille dans sa carapace, et ça n'irait pas. D'où son enfermement. Princesse dans sa tour d'ivoire, il était vrai qu'il y avait un peu de passage, mais personne n'osait l'interrompre. Ce qui était pour lui convenir. Elle voulait en avoir fini avec la métamorphose ce soir, pour passer aux potions le lendemain. De plus, pour se récompenser de ses efforts, elle avait fait mettre de côté dans les cuisines la dernière part de forêt noire de la journée. Son dessert préféré, son péché mignon par excellence, qui lui ferait un bien fou.

    Elle se replongeait donc dans la théorie de la transformation en animagus, quand, soudain, quelque chose vint lui titiller l'oreiller. Agacée, elle chassa l'insecte du revers de la main, et chercha sa ligne. Mais il revint à la charge, et cette fois, elle se retourna … pour ne rien voir. Fronçant les sourcils, elle se retourna vers son ouvrage … pour y trouver un morceau de papier en forme de cupcake qui l'attendait. Plissant son nez aristocratique, elle s'en saisit, et l'ouvrit. Elle reconnut l'écriture sans aucune problème, comme si elle avait eu besoin de cela pour identifier l'expéditeur de la missive: le gâteau, c'était signé Anant. Le cousin de Moïra, qu'elle avait détesté au début par simple principe, parce que la demoiselle ne pouvait visiblement pas l'encadrer, avant de trouver une raison valable: les pâtisseries. Le jeune homme et elle partageaient le même goût pour les desserts, surtout s'ils étaient crémeux et au chocolat. Ses yeux parcoururent les quelques lignes des yeux et elle manqua de s'étrangler. Il n'allait pas oser? sans réfléchir une seule seconde et sans hésiter, elle claqua la couverture du bouquin, aplatissant l'origami du même mouvement, et se dirigea vers les escaliers. Oui, ils se livraient une guerre sans merci pour savoir qui priverait l'autre de son péché préféré, et là, elle n'entendait pas le laisser gagner.

    Elle arriva à la cuisine plutôt rapidement, compte tenu de la distance qu'il y avait entre le dortoir des Beauxbâtons et l'endroit en question, et poussa la porte sans manières. Elle avisa rapidement l'Indien, tranquillement assis en face de … SA part de gâteau. Avec tout le flegme dont elle était encore capable, elle rejeta ses cheveux blonds en arrière avant de se diriger vers lui, posant une main sur la table: Pour ta gouverne, cette part est effectivement la dernière et il se trouve que c'est aussi la mienne, je l'ai fait mettre de côté ce midi. Alors je te serais gré de t'en écarter plutôt rapidement. On ne privait pas une jeune fille de son dessert préféré. Et surtout pas quand elle avait passé la journée à étudier. Et surtout pas quand elle s'appelait Arrogance O'Ryan, demi-vélane de son état, et pas très commode en ce moment ...

_________________
► « Will my reflection show who I am inside ? »
O'Ryan Arrogance
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 119
    ♦ PSEUDO : Surpriiiise
    Masculin ♦ CREDITS : RaniPyaarCreation
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/06/2011
    ♦ AGE : 24
    ♦ LOCALISATION : Là ou personne ne me trouve...



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans - Sixième année - Anupam
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   Sam 12 Mai - 19:26

+ Sur une échelle de un à dix, ma gourmandise se situait aux environs de … douze, minimum. Depuis que j’étais assez haut pour atteindre la table de la cuisine, je chipais tout ce qu’il pouvait y avoir dessus. Sucré, salé … peu importe du moment que le goût y est. J’étais le fléau des cuisiniers, le démon du frigo, le Satan des réserves ! En gros, la bête noire de tout le personnel de cuisine de mes parents et les miens à présent. Je mangeais, de tout et à toute heure et ça ne s’était pas arrêté en arrivant ici. Bien au contraire, je profitais pleinement des différentes cuisines pour renforcer mes connaissances culinaires. Ce soir, je ne m’étais pas vraiment mouillé en choisissant un tel gâteau mais j’étais loin d’imaginer qu’en sélectionnant le dessert préféré d’Arrogance, je toucherais en plein cœur. Je ne m’étais pas trompé en entendant des bruits de pas et lorsqu’elle poussa, relativement violemment, la porte je ne fus pas surpris de découvrir sa mine renfrognée qui lui faisait perdre une partie de son charme et faisait ressortir son côté vélane à plumes. Alala … le charme à la française, tout un poème. Il n’y avait qu’à regarder Nech … pour voir que la féminité française se perdait petit à petit. C’était un peu comme la magie, les nouvelles générations étaient de moins en moins nombreuses à posséder cela mais … Arrogance portait fièrement son prénom et respirait la fierté de son sang, ce qui en soit ne me dérangeait pas plus que cela n’ayant moi même pas à rougir une seconde de mes origines. Je reposai la cuillère contenant un bout de ma part de gâteau lorsqu’elle s’approcha de moi avec l’envie, je pouvais le lire dans ses yeux, que je m’étouffe avec le gâteau si j’avais osé le toucher. +

Pour ta gouverne, cette part est effectivement la dernière et il se trouve que c'est aussi la mienne, je l'ai fait mettre de côté ce midi. Alors je te serais gré de t'en écarter plutôt rapidement.
Je te souhaite, moi aussi, bien le bonsoir Arrogance.

+ Oui, alors, ce genre de petits commentaires, en règle générale, a le don, puissant, d’agacer tout le monde. Ajoutez à cela un large sourire sur mon visage et je ne doutais pas une seule seconde qu’Arrogance ne me balance quelque chose. Pourtant, je repris rapidement avant qu’un malheur ne s’abatte sur ma carcasse. +

Comme tu peux le constater ce n’est pas de la forêt noire que j’étais en train de déguster. Mais … voilà ton précieux dessert.

+ Après l’avoir invitée à s’installer d’un signe de tête et d’un sourire, je poussai vers elle l’assiette contenant la dernière part de forêt noire, appartenant à la jeune fille. Une cuillère était déjà posée sur l’assiette, n’attendant plus qu’une demoiselle ne l’attrape pour pouvoir déguster le gâteau. +

Souhaites-tu boire quelque chose ? Un thé, peut-être ?

+ Un thé à l’Indienne comme j’avais devant moi avec du lait, du sucre, de la cardamome et des épices, un vrai régal avec le gâteau au chocolat. Oui j’aimais beaucoup ennuyer Arrogance et pour cause, lorsque nous étions arrivés sur cette île, elle me détestait par simple mimétisme de ma cousine alors, forcément, j’en ai été amusé et après, j’ai eu le malheur de manger la dernière pâtisserie au Dulce, LA pâtisserie qu’elle voulait forcément. Depuis et bien …. Nous prenons un malin plaisir à nous titiller de la sorte, même si, en réalité, il n’avait jamais été dans mon intention de lui ôter le pain de la bouche. +

Cette pause tombe bien, n’est-ce pas ?

+ Lançons les paris, par pur esprit de contradiction elle me répondait non ou alors qu’elle était parfaitement capable de s’octroyer une pause sans mon aide ! Alors oui, ce serait un commentaire justifié mais … avouez que je lui avais tendu une perche. Faire une pause sucrée de la sorte était tout de même agréable, non ? +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 202
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Féminin ♦ CREDITS : © HOMOandERECTUS & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/02/2011
    ♦ LOCALISATION : Au point de convergence de tous les regards



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année & Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   Dim 27 Mai - 17:36

Je te souhaite, moi aussi, bien le bonsoir Arrogance. Je laissai échapper un claquement de langue agacé. Il n'y avait nul besoin de manière avec des personnes de l'espèce d'Anant. Pourquoi tant de haine à son encontre ? Simplement par principe, parce qu'il s'agissait du cousin de Moïra. Je n'avais pas eu le droit aux détails et ne les avais pas demandé de toutes les manières, je ne savais trop à quel point certains liens familiaux valaient mieux tus que sus. Et haïr certaines personnes sans savoir exactement pourquoi avait une saveur intéressante qui n'était pas pour me déplaire. Cracher du venin gratuitement n'était jamais une perte et je m'en délectais par avance, même si mon énervement d'avoir été arrachée à mes révisions par un être aussi insignifiant m'exaspérait. Surtout s'il était décidé à me ravir mon dessert. Cependant, comme je le notai rapidement, il était attablé devant tout autre chose et ma part du délice allemand était intacte. À quoi jouait-il ? Comme tu peux le constater ce n’est pas de la forêt noire que j’étais en train de déguster. Mais … voilà ton précieux dessert. Il m'avait fait quitter mes études en courant pour venir jusqu'ici pour rien, ou simplement pour se délecter de la colère que son message allait provoquer en moi ? De qui se moquait-il ? Pensait-il réellement qu'il pouvait s'amuser avec mes nerfs de la sorte sans aucune conséquence ? On aurait dû lui enseigner depuis des années que le Père Noël n'existait pas et que s'il chatouillait une Vélane d'un peu trop près, c'était un véritable monstre qui risquait d'en ressortir. Je vois. Donc tu n'as trouvé que cette pitoyable parade pour profiter de ma compagnie ? Tellement...décevant.

Princesse j'étais et je resterai, même les papilles frémissantes à l'idée de sentir cette délicieuse crème sur mon auguste palais. Je le considérai un instant me désignant la place qu'il m'avait attribuée, me demandant si je n'allais pas me saisir de mon assiette et partir la tête haute en le laissant seul avec son innommable bêtise, mais je finis par m'asseoir, plus par défi qu'autre chose. Je me saisis de la cuillère et la fit jouer entre mes doigts, me demandant si lui arracher le coeur avec serait une bonne idée. Je pourrais tout aussi bien le faire métaphoriquement, il me suffirait de lui envoyer une bonne dose de mon pouvoir, mais je doutais que cela soit une bonne idée. Et je voulais le battre « à la loyale », question d'ego. Cependant, il n'était pas exclu que je m'abaisse à ce genre d'extrémité si d'aventure il devenait trop sûr de lui ou trop pédant. Souhaites-tu boire quelque chose ? Un thé, peut-être ? Pourquoi jouait-il à ça, à être aimable comme si nous avions une chance de nous entendre ? Depuis le jour où il avait fait en sorte que je n'aie pas droit à ma dose de chocolat, toute tentative était vouée à l'échec. Cependant je devais avouer qu'une dose liquide ne serait pas de trop pour aider à faire glisser génoise cacaotée et rancoeur qui se logeait actuellement dans la gorge. Jasmin, avec du sucre et une pointe de bergamote, merci. En Irlande, on me le servait avec quelques gouttes de crème, ce que j'avais en horreur.

Cette pause tombe bien, n’est-ce pas ? « Tombe » ? Réellement ? J'ai plutôt l'impression que c'est toi qui l'as posée de façon à ce que je n'aie pas le choix, mais libre à toi de jouer avec la sémantique. Ne t'attends simplement pas à ce que j'applaudisse. Je plantai ma cuillère dans la pâtisserie pour en prélever la pointe que je portai à mes lèvres, avant de clore mes paupières pour en savourer chaque nuance. J'en aurais presque oublié que je me trouvais attablée avec lui, mais un mouvement de sa part me ramena à la triste réalité. Considérant l'Anupam un instant avec une moue agacée, je demandai finalement : Alors, vas-tu enfin dire ce pourquoi tu m'as dérangée si tu n'avais absolument pas l'intention de me dérober mon dessert ? Parce que rien n'avait lieux par hasard, j'étais bien placée pour le savoir.

_________________
► « Will my reflection show who I am inside ? »
O'Ryan Arrogance
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 119
    ♦ PSEUDO : Surpriiiise
    Masculin ♦ CREDITS : RaniPyaarCreation
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/06/2011
    ♦ AGE : 24
    ♦ LOCALISATION : Là ou personne ne me trouve...



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans - Sixième année - Anupam
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   Mer 22 Aoû - 14:35

+ Comme je l’avais prévu la moindre de mes petites réflexions agaçait prodigieusement la demoiselle. Nous nous côtoyons peu, surtout dans des lieux de débauches alimentaires, et pourtant à chaque fois elle avait ce visage, cette mine renfrognée, cet air perpétuel de mécontentement. C’était à se demander s’il lui arrivait de sourire, de rire … au fond, elle devait vraiment être magnifique lorsqu’elle se laissait aller à pareille décadence. Mais moi j’avais le droit à une Arrogance haute en couleurs, qui fustigeait le moindre de mes faits et gestes sans avoir de réelles raisons de le faire, par mimétisme de ma cousine … Tant pis, un jour viendrait où je croiserais un regard pétillant et un sourire radieux et alors je ne pourrais la reconnaître. Dommage, sincèrement. Mais puisque nous étions là et que j’étais de bonne humeur, rien ne gâcherait le moment, même si elle y mettait tout son p'tit cœur de vélane. +

Je vois. Donc tu n'as trouvé que cette pitoyable parade pour profiter de ma compagnie ? Tellement...décevant.
Décevant mais efficace puisque tu es ici.

+ C’était après tout la stricte vérité. J’avais envoyé mon message via cupcakes et elle avait répondu présente de suite même si maintenant elle se montrait véhémente. Elle avait certes hésité quelques secondes avant de prendre place en face de moi mais, à présent, elle y était, elle avait même attrapé sa cuillère preuve qu’elle avait au moins décidé de rester jusqu’à ce qu’il n’en reste plus une miette. Au fond, ça devait l’amuser aussi ce petit jeu entre nous … le chat et la souris, un grand classique. Pourtant, rester cloîtré dans un rôle ne me convenait pas, trop habitué à déjà maintenir une certaine image de moi-même, je me voyais mal réitérer l’expérience avec Arrogance … mais bon, pour aujourd’hui, ça passerait, qui sait, tout pouvait arriver ! J’appelai d’un signe un des elfes qui servait aux cuisines .+

Jasmin, avec du sucre et une pointe de bergamote, merci.
Vous avez entendu la demoiselle.

+ C’était ainsi qu’on disait dans son pays, non ? La demoiselle ? Madame ? Mademoiselle ? Rayez la mention inutile. Bref, j’étais courtois et aimable, comme je l’étais toujours avec les femmes, en réalité. L’elfe apporta bien vite le précieux nectar et elle portait déjà sa cuillère à la bouche. Elle se délectait visiblement de sa pâtisserie, je profitais également de la mienne avec un fin sourire aux lèvres. J’appréciais vraiment manger en compagnie d’une jeune femme aussi gourmande que je pouvais l’être. Même si elle s’appelait Arrogance et même si une fois sa bouchée finie elle allait me balancer des vacheries à la tête, ce qui ne tarda d’ailleurs pas. +

« Tombe » ? Réellement ? J'ai plutôt l'impression que c'est toi qui l'as posée de façon à ce que je n'aie pas le choix, mais libre à toi de jouer avec la sémantique. Ne t'attends simplement pas à ce que j'applaudisse.
Je ne l’attendais pas non plus.

+ Non, mon cupcakes était joli mais pas à ce point-là, surtout que, bon, un cupcakes qu’on ne peut déguster … ça laisse un goût de trop peu dans la bouche. Ah ? Ce n’est pas de ça qu’elle parlait? Ce n’est pas pour ça qu’elle allait m’applaudir ? Hrm … non je ne m’attendais pas à ça de sa part et puis une pause restait une pause même si quelqu’un vous avait « aidé » à la faire, non ? Les femmes ne sont jamais contentes. Pourtant je ne perdais pas mon sourire surtout lorsqu’elle posa LA question. +

Alors, vas-tu enfin dire ce pourquoi tu m'as dérangée si tu n'avais absolument pas l'intention de me dérober mon dessert ?
Tu ne me pardonneras jamais le coup du Dulce, n’est-ce pas ?

+ Lui prendre SA pâtisserie, c’était comme voler le hochet d’un bébé, pire qu’un crime qui méritait la corde ! Je passai ma main à l’arrière de mon crâne, me retenant de secouer légèrement la tête en pensant déjà à ce que j’allais lui dire. J’allais faire une bêtise … et … ça sentait le sapin. +

Bref, j’ai juste vu la part de gâteau et l’elfe m'a dit qu’elle était réservée pour toi, j’y ai alors vu l’occasion d'enterrer la hache de guerre … tu penses que c’est possible ?

+ Autant se jeter à l’eau, mettre sa main au feu ou que sais-je encore, j’étais de toute façon persuadé à 85% qu’elle me claquerait un non sans trop de difficulté. Après je restais optimiste, 15% c’était déjà beau ! +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 202
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Féminin ♦ CREDITS : © HOMOandERECTUS & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/02/2011
    ♦ LOCALISATION : Au point de convergence de tous les regards



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année & Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   Lun 15 Oct - 18:42

Décevant mais efficace puisque tu es ici. N'y avait-il que des inepties qui sortaient des lèvres de ce jeune homme ? Je ne parvenais pas à comprendre l'engouement de Penelope pour lui. Cette squelettique rousse qui faisait partie de ma cour habituelle ne cessait de le détailler à chacun de ses passages et je me faisais un devoir de la rappeler immédiatement à l'ordre. Physiquement parlant, il n'avait rien de désagréable, ceci était entendu, sans doute que le génome qu'il partageait avec Moïra était à remercier pour cet état de fait. Cependant, il se révélait tout bonnement insupportable. Gentleman, disait-il ? Quel gentleman priverait une demoiselle de sa pâtisserie préférée ? Car oui, tel était le noeud du souci entre nous. Je n'avais guère pardonné cette exaction, surtout qu'à cet instant, je m'étais trouvée seule et particulièrement irritée par quelque rumeur que j'avais entendu sur le compte de mon propre cousin. J'avais seulement besoin de ce moment de douceur et l'avait transformé en mise à mort de ce grossier personnage, faute de mieux. Et depuis, cela durait, par principe plus que par réelle et profonde haine. Vous avez entendu la demoiselle. Qu'il joue les chevaliers servants après cette dernière provocation m'irritait au plus haut point, aussi ne fis-je montre d'aucune reconnaissance quand les elfes déposèrent à mes côtés une théière fumante et une tasse de porcelaine blanche. Je me contentais de m'en saisir, petit doigt levé, soufflant délicatement sur la surface fumante. Je ne savais pas à quoi il s'attendait, je n'allais pas lui sauter au cou ou le remercier. Et il devait bien en être conscient. Je ne l’attendais pas non plus. En ce cas, pourquoi s'entêter ? Je n'étais pas contre haïr les gens ou leur rappeler qui leur était infiniment supérieure et pouvait les remettre à leur place quand le besoin s'en faisait sentir, mais son acharnement à ce que cela se produise témoignait d'un pur masochisme et il n'était guère question pour moi d'entrer dans ce genre de jeux malsains. En d'autres temps, peut-être, mais mon carnet de bal pour cette sorte de danse des plus dangereuses était déjà odieusement rempli.

Tu ne me pardonneras jamais le coup du Dulce, n’est-ce pas ? Prenant le temps de reposer ma tasse, découpant le moindre de mes gestes avec une lenteur étudiée, je repris ma cuillère, la plongea dans le gâteau dont je prélevai un morceau supplémentaire et m'interrompis en le portant à mes lèvres, comme me souvenant qu'il avait proféré des paroles. Je le contemplai avec un mépris visible avant de dire : Cette pâtisserie était mienne. J'en avais besoin et tu m'en as privée. Je ne vois pas en vertu de quoi je t'accorderais mon pardon. Le jury venait de rendre son verdict et il était sans appel. Ce n'était pas un simple morceau de gâteau qu'il m'avait dérobé ce jour-là, c'était un pan de douceur rassurant dont je voulais me repaitre pour m'apaiser. Car parfois, effectivement, je n'avais pas spécialement le coeur à me montrer cassante pour réguler mes humeurs. Certains de mes malêtres étaient silencieux et chocolatés, ce qui me convenait tout aussi bien. Ceux-ci étaient plus rares et donc plus grave, mon mode d'expression préféré restant le cynisme. Ce jour-là avait donc été un épisode particulièrement déplaisant et il avait commis l'erreur de s'inscrire dans le déroulement de ces événements. Cette faute était la sienne, et non la mienne. C'était à lui de m'offrir réparation et non l'inverse. J'achevai mon geste, déposant délicatement cette bouchée de forêt noire dans ma bouche avant d'en savourer les arômes, douce mélodie culinaire quand il coupa celle-ci avec une des propositions les plus irréelles qu'on m'eût jamais soumis. Bref, j’ai juste vu la part de gâteau et l’elfe m'a dit qu’elle était réservée pour toi, j’y ai alors vu l’occasion d'enterrer la hache de guerre … tu penses que c’est possible ? Je te demande pardon ? m'étonnai-je. Il demandait … une trêve ? Je lui lançai un regard à la fois impatient et blasé : que cherchait-il ? Il y avait des personnes qui n'étaient pas faites pour s'entendre et nous étions de celles-ci, ne pouvait-il pas tout simplement l'accepter ? Et en quel honneur ? Je dégustai une bouchée supplémentaire de mon gâteau en le détaillant et en étayant mon propos : Quel avantage aurais-je à signer un armistice avec toi ? Après tout, à part me défouler de temps à autres, quel utilité avait-il pour moi ? Sans compter la clause Moïra qui pesait lourd dans la balance … Qu'il expose ses arguments. Peut-être reverrais-je alors mon jugement. Mais cela m'aurait fortement étonnée.

_________________
► « Will my reflection show who I am inside ? »
O'Ryan Arrogance
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 119
    ♦ PSEUDO : Surpriiiise
    Masculin ♦ CREDITS : RaniPyaarCreation
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/06/2011
    ♦ AGE : 24
    ♦ LOCALISATION : Là ou personne ne me trouve...



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans - Sixième année - Anupam
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   Ven 9 Nov - 21:04

+ Tout en l’écoutant attentivement, je portais à ma bouche une bouchée de gâteau. Une fois celle-ci avalée, une gorgée de thé fut un délice. Je profitais pleinement de cet instant comme si j’avais conscience que la conversation salerait un peu mon dessert sucré. +


Cette pâtisserie était mienne. J'en avais besoin et tu m'en as privée. Je ne vois pas en vertu de quoi je t'accorderais mon pardon.
En vertu de l’erreur humaine ?

+ Ou tout simplement en vertu du fait que je n’étais pas devin et que, ce jour-là, il m’était impossible de savoir qu’une demoiselle allait arriver avec l’envie irrépressible de dévorer la pâtisserie que j’avais moi-même choisie à ce moment précis. Non mais sérieusement … si elle y réfléchissait un peu, elle comprendrait qu’elle était d’une mauvaise foi tenace. Non ? Il était évident que je n’avais pas pris sciemment ce délice sucré et, étant relativement bien élevé, si je l’avais su, je ne l’aurai pas pris. Comme aujourd’hui avec son dessert préféré, je lui avais mis de côté et m’étais servi une autre part … Mais il semblait qu’aux yeux de la demoiselle l’erreur ne soit pas humaine et que mes actes étaient tout simplement impardonnables. J’aurais donné la mort à son hamster que sa réaction aurait été en tout point semblable ! Quoi ? Elle n’avait pas de hamster ? On s’en fout, c’est pour l’image ! +


Je te demande pardon ?

+ Que de pardon aujourd’hui. A croire qu’elle était venue ici avec de bonnes intentions … ah non, ça c’est le bouquin que j’ai lu hier soir, ça me paraissait étrange aussi qu’Arrogance vienne ici avec de bonnes intentions. En dehors de son physique tout à fait parfait, j’avais entendu pas mal de bruits de couloirs qui parlait d’elle comme d’une reine de glace … ou d’une vipère aussi, toujours prête à cracher son venin sur la première souris qui passe et je ressentais une compassion toute nouvelle pour ces petites créature. Je connaissais assez Moïra pour être certain qu’elle n’avait pas dû lui parler plus avant du lien qui nous unissait mais j’étais pourtant certain qu’Arrogance savait que nous étions cousins … chose étonnante quand on pensait que Moïra faisait tout pour l’oublier. En moins d’un an, elle s’était assez rapproché de ma cousine pour connaître ce genre d’informations … elle devait lui plaire ! C’était aussi une des raisons pour laquelle je tentais d’apaiser les choses avec la Beauxbâtons ou du moins que je tentais de la comprendre … un peu. +


Et en quel honneur ?
Je ne sais pas … pour la fin de l’année, pour repartir sur de bonnes bases l’année prochaine … ou pour mon anniversaire, pourquoi pas …

+ Pour remercier Brahma, Vishnu et Shiva ? Pour l’étoile filante que j’avais vue hier soir … pour tout et n’importe quoi, en fait. Je l’observais tout en conservant un fin sourire, j’étais décontracté même si ses paroles n’étaient pas spécialement agréables. J’avais passé une journée acceptable et elle n’allait pas me la détruire. J’étais patient et je n’avais pas l’intention de m’emporter pour une histoire de gâteau.+


Quel avantage aurais-je à signer un armistice avec toi ?
Disons que j’ai pensé que tu en avais trouvé un toute seule puisque tu as daigné t’installer en face de moi pour te régaler de ce gâteau.

+ C’était un signe que ma présence ne lui était pas si difficile, non ? Ou alors, seconde possibilité, elle avait tellement faim qu’elle aurait pu manger cette part de gâteau devant son pire ennemi, ce que je ne pensais pas être, tout de même. Quoi qu’il en soit, je n’allais pas la forcer à « faire la paix » avec moi. Elle souhaitait continuer ce petit jeu, libre à elle, mais je trouvais dommage de ne pas la connaître d’avantage, ce qui n’était sans doute pas réciproque. +


Connaître quelqu’un qui a les même goûts que soi, gustativement parlant, ça peut être utile, tant pour une conversation que pour une dégustation.

+ Moi, en tout cas, j’appréciais déguster des pâtisseries en bonne compagnie. +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beauxbâtons

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 202
    ♦ PSEUDO : Bluefeathers
    Féminin ♦ CREDITS : © HOMOandERECTUS & tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 06/02/2011
    ♦ LOCALISATION : Au point de convergence de tous les regards



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans ; 7ème année & Beauxbâtons
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   Mar 25 Déc - 15:21

Agacée, je l’étais, alors que je découvrais qu’il m’avait attirée ici pour plaider sa cause. Demander mon pardon de la sorte était une prmière et je ne pouvais prétendre apprécier le geste. Surtout que je ne voyais pas pourquoi je m’abaisserais à cela. Les termes entre nous étaient simples : nous n’étions pas supposés nous entendre, de base, à cause de Moïra. En vertu de l’erreur humaine ? Un léger rire exaspéré m’échappa alors que je secouai la tête, prenant une nouvelle cuillérée de mon dessert. Ce genre d’excuses m’énervait hautement, peut-être parce que cela me rappelait qu’après tout, humaine, je ne l’étais qu’à moitié ? La faiblesse et la stupidité ne sont au contraire que deux raisons supplémentaires pour moi de ne pas le faire. Si c’est tout ce que tu as, il est plutôt évident que ce pardon tant désiré n’arrivera jamais. Je me savais injuste étant donné qu’il n’avait strictement aucun moyen de me rendre ce qu’il m’avait pris, ce moment de bonheur, ce bout de paradis et qu’il m’avait jetée dans une colère encore plus noire cette fois-là que celle dans laquelle je me trouvais originellement. Je pointais tout de même sa bêtise du bout de la cuillère avant de me saisir de ma tasse : Je tiens à souligner au passage que parler de condition humaine à une demi-vélane est d’une maladresse finie pour un soi-disant gentleman slash prince des mille et une nuits bien sous tous rapports, deary. Je lui lançai un long regard de mes yeux soulignés de bleu en haussant un sourcil aristocratique. Que croyait-il ? Que j’étais une donzelle effarouchée qui allait se pâmer parce qu’il s’excusait ? Qu’il s’aplatisse et me baise les pieds et alors nous pourrions sans doute converser. Oui, j’étais d’humeur particulièrement exécrable.

Et voilà qu’il demandait une trêve. Avait-il compris qu’il n’avait pas l’envergure de me résister ou était-il juste las de devoir se battre pour obtenir les meilleurs desserts ? Je ne sais pas … pour la fin de l’année, pour repartir sur de bonnes bases l’année prochaine … ou pour mon anniversaire, pourquoi pas … Etait-ce réellement son anniversaire ou essayait-il de m’amadouer par tous les moyens possibles et imaginables ? Je le considérai silencieusement, méditant ses paroles. Ce qu’il ne comprenait visiblement pas était que, étant tombé en disgrâce aux yeux de l’une de mes plus proches amies, nous ne pouvions décemment rompre le pain ensemble, ou couper le gâteau, en l’occurrence. Pourquoi me risquerais-je à avoir un sujet de discorde avec elle et surtout, à me priver du plaisir simple que consistait la haine de quelqu’un simplement pour une tierce personne ?Disons que j’ai pensé que tu en avais trouvé un toute seule puisque tu as daigné t’installer en face de moi pour te régaler de ce gâteau. C’est une manière de voir les choses, laissais-je échapper dans une moue peu convaincue, même si, dans le cas précis, c’était surtout parce que je n’aurais pas voulu m’être déplacée pour rien. Si j’aurais pu aller déguster cette douceur ailleurs ? Certes, mais je n’aurais pas aimé lui faire le plaisir de penser que sa présence m’importait au point que je vide les lieux. Connaître quelqu’un qui a les même goûts que soi, gustativement parlant, ça peut être utile, tant pour une conversation que pour une dégustation. Etant attendu que cette personne n’a pas préalablement englouti votre dessert préféré, me permis-je de rappeler, garce comme pas deux. Je le tins encore quelques secondes sous le feu de mon regard. Après tout … peut-être y aurait-il tout de même un avantage à signer un armistice avec lui. Notamment si j’incluais les pâtisseries « chasse gardée » dans les termes de ce contrat. Endurer sa présence pour ne pas être privée de Forêt Noire me semblait, après tout, un prix raisonnable, toutes proportions conservées.

Je finis donc par me délester de ma cuillère pour croiser les mains sous mon menton et acquiescer : Bien. Une trêve, en ce cas. Mais permets-moi d’en établir les termes. Je sirotai une gorgée de thé avant d’énoncer : En aucun cas nous ne nous fréquenterons en-dehors de lieux consacrés à la gastronomie. Nous ne sommes en aucun cas amis et si quelqu’un avait vent du présent arrangement, je prétendrais que tu mens et que tu es obsédé par ma personne. Et crois-moi, après une vague de mon pouvoir perçu en public, personne n’aura idée de mettre mes dires en doute. J’étais extrême, certes, mais je ne pouvais risquer mon amitié avec Moïra sous aucun prétexte. J’achevai par : Chacun d’entre nous a droit à l’exclusivité du dessert de son choix en cas de manque de celui-ci. Je prends évidemment la Forêt Noire. Nous pouvons monter à trois spécialités si cela te convient. Et, magnanime, je lui laisserais évidemment choisir les deux suivants. Qui avait dit que je n’étais pas une jeune fille du monde tout à fait convenable ?

_________________
► « Will my reflection show who I am inside ? »
O'Ryan Arrogance
(c) Myuu.BANG!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 119
    ♦ PSEUDO : Surpriiiise
    Masculin ♦ CREDITS : RaniPyaarCreation
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 02/06/2011
    ♦ AGE : 24
    ♦ LOCALISATION : Là ou personne ne me trouve...



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans - Sixième année - Anupam
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   Dim 17 Mar - 20:18

La faiblesse et la stupidité ne sont au contraire que deux raisons supplémentaires pour moi de ne pas le faire. Si c’est tout ce que tu as, il est plutôt évident que ce pardon tant désiré n’arrivera jamais.

+ Oooh oui, mon dieu, fouettez-moi … hrm … non, je n’étais pas ce genre d’hommes. Alors, que son pardon soit tant désiré me faisait bien rire intérieurement. Je n’avais, en réalité, aucune intention de me mettre à genou pour m’excuser d’une chose que je n’avais pas faite sciemment. J’étais bien élevé, pas complètement soumis. +

Je tiens à souligner au passage que parler de condition humaine à une demi-vélane est d’une maladresse finie pour un soi-disant gentleman slash prince des mille et une nuits bien sous tous rapports, deary.
Je trouvais moins maladroit de parler de condition humaine que de condition d’hybride. Je trouve ce terme relativement injurieux et tu restes, à mes yeux, une femme magnifique avant d’être une humaine ou une vélane. Je suis néanmoins sincèrement navré d’avoir été, malgré moi, maladroit à ce propos.

+ C’était une femme avant tout, ou une femelle si elle préférait qu’on parle d’elle comme d’une créature. Qu’elle use du terme gentleman des mille et une nuits m’amusait beaucoup. Je traînais cette image depuis assez longtemps pour m’y être fait et pourtant ça m’amusait toujours autant. Comme quoi, il me fallait peu de choses. Quoi qu’il en soit, je n’avais en aucun cas l’intention de la blessersur sa condition. Je ne savais que trop bien qu’on jugeait facilement les hybrides et que rien n’était simple pour eux. Qu’ils soient vélane ou lycan ou demi-géant ou n’importe quoi d’autre, être différent n’avait jamais facilité les choses pour vivre le plus simplement possible. C’était le même problème partout en ce monde, je n’avais donc aucunement l’intention de me montrer irrespectueux. +

C’est une manière de voir les choses.

+ Oui et c’était surtout la mienne. Je terminai tranquillement ma part de gâteau ainsi que mon thé, la laissant quelque seconde dans ses réflexions. +

Etant attendu que cette personne n’a pas préalablement englouti votre dessert préféré.
Cela va de soi.

+ Pique joliment lancée que je rattrapai au vol avec un sourire. Il était de bonne guerre de le replacer ici, voilà pourquoi je soutenais son regard sans animosité aucune. Je n’en avais jusqu’alors pas fait preuve une seule fois. Un léger agacement, peut-être, mais rien de plus. +

Bien. Une trêve, en ce cas. Mais permets-moi d’en établir les termes.
A ta guise, tu as toute mon attention.

+ J’étais toute ouïe. Néanmoins, je ne sortis pas une plume et un parchemin, il me semblait superflu de rédiger les termes de cette trêve de cette façon. +

En aucun cas nous ne nous fréquenterons en-dehors de lieux consacrés à la gastronomie. Nous ne sommes en aucun cas amis et si quelqu’un avait vent du présent arrangement, je prétendrais que tu mens et que tu es obsédé par ma personne. Et crois-moi, après une vague de mon pouvoir perçu en public, personne n’aura idée de mettre mes dires en doute.
C’est parfaitement clair.

+ J’avais la légère impression de pactiser avec le diable en écoutant les ternes du contrat. C’était à se demander si j’allais devoir signer une feuille de mon sang ou si elle souhaitait, pour plus de sûreté, que nous nous promettions cela avec un serment inviolable. Tout ceci prenait des proportions assez … ridicule ? Mais soit, je n’avais de toute façon pas envie de me prendre la tête aujourd’hui avec ça et je n’avais jamais discuté avec Arrogance en public alors je pourrais parfaitement me retenir de le faire à l’avenir, ce ne serait pas un trop « gros » sacrifice. Je n’avais pas l’intention de l’éviter mais d’agir simplement comme je l’avais toujours fait, bonjour, bonsoir, merci. Après tout, nous étions assez nombreux dans cette école, tout le monde ne pouvait pas être ami avec tout le monde. Notre relation évoluait, dans le bon sens, ce qui n’était déjà pas si mal. Je m’en contenterais très bien. +

Chacun d’entre nous a droit à l’exclusivité du dessert de son choix en cas de manque de celui-ci. Je prends évidemment la Forêt Noire. Nous pouvons monter à trois spécialités si cela te convient.
Il n’y a qu’une spécialité de chez moi qui me manquerait, le Gulab Jamun. Tu y as déjà goûté ?

+ Elle connaissait maintenant mon dessert préféré, pourtant, si elle prenait le dernier, je n’en ferais pas une crise internationale. Je jouais simplement le jeu selon son contrat. Alala, que ne ferait-on pas pour ces demoiselles ! J’étais même prêt à faire une demande aux cuisines concernant justement mon met sucré préféré pour qu’elle puisse y goûter ! Non, je ne cuisinais pas moi-même ou très peu mais c’était préférable pour qu’Arrogance ne me reproche aucun mal d’estomac. +

Quoi que tu choisisses, ce contrat me convient parfaitement, je suis heureux que nous ayons pu trouver un terrain d’entente.

+ Même si le terrain en question semblait être relativement friable … +
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: La gourmandise est un défaut… qui se partage.   

Revenir en haut Aller en bas
 

La gourmandise est un défaut… qui se partage.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La gourmandise est un vilain défaut... Qu'ils disent !
» La gourmandise est un vilain défaut!
» La Fête de la Couleur et de la Gourmandise, 25 Judien
» La curiosité et la gourmandise sont deux dangereux défauts
» La curiosité est un vilain défaut…Comme quoi on as tous nos secrets | Liam

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Gestion des personnages. :: ─ La pensine. :: ─ Sujets de la saison 1 ─ :: ─ Elderwood :: ─ Intérieur
-