Partagez | 
 

 Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Ven 26 Aoû - 0:41


Du sang. C'était l'odeur âcre de fer qui avait fait frémir ses narines alors qu'il revenait de l'île où il avait fait quelques emplettes à la sauvette. Il s'était levé bien avant l'aube pour pouvoir se balader entre les commerces et éviter d'attirer l'attention, malgré quelques chiens qui enragés par sa présence n'avaient cessé d'aboyer à la mort. Les toits lui avaient permit d'éviter de faire de mauvaises rencontres, bien que ces sales cabots auraient plus risqué leur pelage que lui mais par soucis de discrétion, la hauteur était le meilleur moyen d'éviter d'attirer l'attention des autres.
En fouillant, après avoir pénétré quelques boutiques, il avait pu récupérer des vêtements propres pour pouvoir se débarrasser de ceux qui commençaient cruellement à empester mais aussi à ne plus ressembler à rien d'autres que des lambeaux de tissus. Pour la nourriture si il se débrouillait très bien à la chasse, il n'avait pu s'empêcher de récupérer quelques fruits qu'on avait ramassé et qu'il n'avait pu prendre avant.
Neal était donc particulièrement content de son petit marché mais dès qu'il s'était rapproché de la forêt, l'odeur du sang l'avait agressé au point qu'il n'avait pu s'empêcher d'en suivre le fumet. Longeant un chemin de terre, bordé d'une belle herbe bien verte, il avait fini par tomber sur une belette qui s'était méchamment faite attraper par un animal plus gros à la vue de ses blessures. Plissant le nez pour ne pas succomber à l'odeur de chair encore pleine de vie, dont il pouvait sentir la chaleur sans même avoir à la toucher, rien qu'en l'effleurant, il prit sur lui de lui tordre le cou pour mettre fin à ses plaintes et à sa douleur.
Accroupit, les mains sur l'animal, il baissa la tête et retint un haut le cœur en pinçant ses lèvres. Rouvrant les yeux, il fixa la petite flaque de sang qui tapissait la verdure et trempa son index et son majeur pour ensuite tracer deux traits sur ses pommettes et se redressait non sans déposer la dépouille pour qu'elle serve à un autre animal. De nouveau, le haut-le-cœur le prit et il s'appuya contre un tronc pour se frotter le front de la paume de main et s'agripper au tronc en reprenant son souffle.

L'odeur qu'il avait senti près de sa caverne l'agressait à nouveau et il leva le nez pour poser son regard sur le bâtiment qui se dressait dans son champs de vision. Agacé, Neal prit sur lui de s'éloigner et récupéra son barda, non sans croquer dans une pomme avec avidité, se délectant de la fraîcheur du fruit. Remontant la bretelle du sac sur son épaule droite, il reprit sa marche sans traîner et alors qu'il approchait de l’orée de la forêt il se redressa brusquement et huma l'air.
Ce n'était pas le même parfum que celui du sang, ni de celui de l'inconnu qui avait rôdé près de chez lui. C'était autre chose. Un mélange de parfum dont il parvint à discerner deux fragrances bien distinctes. Une odeur humaine mais terriblement alléchante qui l'obligea à changer de route pour s'en rapprocher mais plus il s'approchait, plus il sentait une deuxième odeur plus discrète comme si elle s'était accrochée à la première. Lycanthrope. Il en aurait mit sa main à couper mais mieux encore, il connaissait ce second parfum.

Abandonnant toute idée de retourner piquer un somme au fin fond de son trou, Neal suivit au flair et finit par tomber sur une clairière d'où il put observer une jeune fille. Elle était de dos si bien que le regard de l'ermite s'arrêta sur sa chevelure de blé, fasciné par la lumière qui semblait s'en dégager. Certes il en avait vu des jolies filles mais celle-ci avait quelque chose d'un peu plus joli à regarder et à sentir surtout, si il oubliait deux secondes qu'elle avait aussi l'odeur de cette Sladka sur elle.
Sourire mauvais sur les lèvres, il accrocha son sac à une branche, posa sa pomme sur l'herbe et se déplaça à pas feutrés jusqu'à elle, profitant de ce qu'elle ne le regardait pas pour s'approcher de plus près. Avec agilité et douceur il souleva légèrement une mèche et la respira pour retenir son odeur avant de caresser la douceur du cheveux du pouce pour relâcher sa prise et repartir à pas de loups.

S'arrêtant derrière un petit arbre situé plus près de la scène, il l'observa encore et sourit encore. Non seulement elle était très jolie, mais en plus elle devait être assez proche de cette fille qui l'avait passablement irrité à la baie. Deux en un, pensa-t-il. Et déjà, Neal s'amusa à attraper un caillou pour le jeter contre un tronc dans le but d'éveiller les sens de l'inconnue. Paraissait que les filles devenaient brusquement tendues quand elles entendaient un bruit sans en connaître la source. Se penchant de l'autre côté du tronc, il attendit patiemment sa réaction pour ensuite intervenir. Passant le bout de sa langue sur sa canine droite, Neal attrapa volontairement une branche au-dessus de lui pour la briser dans un craquement sinistre avant de se faufiler derrière un buisson. Joueur. Moqueur. En tous les cas, si il voulait faire passer un message à la russe en utilisant cette jolie fille innocente il n'hésiterait pas. Pourquoi ne pas joindre l'utile à l'agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 70
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) UK
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 13/08/2011



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Jeu 1 Sep - 22:32



    Un fredonnement, doux, quasi-céleste porté ainsi par Éole entre les feuilles des arbres millénaires de la foret des attraits, s'échappait des fines lèvres de celle que tous se plaisaient à surnommer Blondie alors que, un chaperon rose sur la tête, elle sautillait de fleurs en fleurs. A la main, elle tenait un panier débordant de couleurs qui tanguaient à chacun de ses sauts enfantins et laissait parfois échapper quelques unes des jolies fleurs et feuilles qu'elle avait ramassé et qui deviendraient immortelles après qu'elle les ait fait sécher. Cliché ? Si peu. Il ne manquait plus que le loup pour parfaire ce tableau tout droit sorti des contes de Perrault. Et rassurez-vous - ou plutôt tremblez ? - celui-ci n'allait pas tarder ! L'occasion était trop belle pour être manquée...

    ELEKTRA | Lalala, la laaa... Lalala, lalala, laaa... Laaa... Oh !

    S'immobilisant en retenant son souffle comme si sa vie en dépendait, les yeux bleus aussi limpides que de la neige fondue d'Elektra s'arrondirent alors qu'un milliers d'étoiles pétaradaient à l'intérieur. Elle venait d'apercevoir un papillon. Tout doré et tout rond, posé sur un mignon petit champignon. Vénéneux, en fait, mais Blondie avait cette manie qui lui avait en grande partie valu son surnom de ne jamais voir le mal en quoi que ce soit, même dans ses formes les plus explicites. Folie ? Non. De la candeur dans sa plus pure forme.

    ELEKTRA | Ne bouge pas joli petit papillon, j'ai des fleurs pour toi ! Lui souffla-t-elle en fourrant la main dans son papier pour en sortir une longue tulipe jaune.

    Pas besoin de lui dire que les papillons ça ne mange pas des fleurs, ce serait comme essayer de la convaincre que les licornes ne font pas des cacas arc en ciel. Jamais elle ne vous croirait ! Elle l'avait lu dans un livre ! Certes, quand elle avait six ans, mais... Ne perdez donc pas votre temps et votre salive et laissez la avec ses rêveries. Avançant tout doucement, aussi légère que si elle avait été aspergée de poudre de fées et flottait sur l'air, Elektra entreprit de rejoindre la magnifique créature qui battait nonchalamment des ailes sous son regard ébahi lorsque soudain, il s'envola, alors qu'elle pu sentir comme un courant d'air dans sa nuque qui lui tira un frisson. Tournant vivement la tête, elle observa brièvement la clairière, toujours aussi déserte, et ses alentours, avec la désagréable impression d'être observée. Pff, comme si les arbres avaient des yeux ! N'importe quoi, pensa-t-elle en secouant la tête. Revenant à son papillon, un sourire pointa de nouveau sur ses lèvres. Il ne s'était posé qu'une pierre plus loin. Ouf, il n'avait donc pas eu peur du vent. Une aubaine. Car elle ne comptait pas partir sans avoir fait ami-ami avec au moins un être de la foret ! Tendant lentement la main, la tulipe toujours empoignée, elle s'apprêtait à héler de nouveau l'insecte lorsqu'un bruit mat la fit sursauter. Le papillon s'envola, pour de bon, et elle se retrouva alors complètement seule et un peu triste, aussi. Mais elle oublia vite cette idée. Elle avait cru voir quelque chose tomber d'un arbre. Ce devait être un écureuil ! Ils étaient si mignons, avec leur queue touffue et leurs toutes petites mains. Un craquement sourd retentit, derrière elle, et elle fit volte-face, ses doigts se resserrant autour du panier. Se mordant la lèvre, elle contenait un immense sourire. Si elle avait peur ? Pas du tout ! Elle s'attendait à voir surgir un lapin, un renard, ou une autre mignonne créature de la foret et était littéralement enchantée à cette idée ! Penchant la tête sur le côté, elle fit quelques pas vers la source du bruit en susurrant :

    ELEKTRA | Petit animal des bois, montre toi ! Je ne te ferais aucun mal, tu sais. Je suis ton amie.

    Ainsi, confiante et souriante, elle attendit que la jolie petite chose se montre pour venir lui tenir compagnie.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Ven 2 Sep - 19:12

Jamais il n'avait aperçut pareille créature, aussi innocente, fragile et un peu idiote il fallait le dire, parce que pour offrir une fleur à un papillon dans le but qu'il la butine – on ne pouvait s'imaginer qu'elle aurait été capable d'offrir une fleur à un papillon pour simplement lui en offrir une – il fallait être sacrément simple d'esprit. Quoique dans le genre, Neal n'avait pas trop à critiquer, il en avait aussi des vertes et des pas mûres à son actif. Mais c'était tout de même à se demander ce que Sladka pouvait bien trouver à cette inconnue, sauf si sa simplicité l'avait charmé.. A ce moment-là il pouvait comprendre, puisqu'il avait presque envie d'oublier de se jouer d'elle.
Surtout qu'en y regardant de plus près, cette situation là avait des allures de conte de Perrault. La douce enfant et son chaperon – bon là il était rose et pas rouge mais le parallèle était tout de même flagrant – et le loup observant la scène depuis sa cachette pour mieux se jeter sur elle et l'avaler tout rond. Bien que Neal ne comptait pas la dévorer et ce même si il était un mangeur d'homme sous forme lycanthrope, il n'était pas cannibale sous cette forme .. Il préférait la chair de la truite à celle de l'adolescente pour le casse-croûte. Même si cette fille-là avait l'air très appétissante.
Le papillon en fuite quand le caillou se heurta sur un tronc, Neal observa avec plaisir l'attitude de la jolie blonde quand il arracha la branche. Il remarqua les mains qui se crispaient sur le panier mais en revanche, il fut cruellement déçu de ne voir aucun signe d'inquiétude sur les traits fins de la jolie créature vêtue de son chaperon rose.

« Petit animal des bois, montre toi ! » Quelle jeune fille étrange décidément. « Je ne te ferais aucun mal, tu sais. Je suis ton amie. » Et bha ça c'était la meilleure tiens.

Tout sourire, Neal quitta son buisson pour se déplacer à pas furtifs vers un autre, tournant légèrement en rond pour pouvoir sortir de sa cachette derrière Elektra. Se redressant lentement, il dégagea quelques branches ou feuilles qui se trouvaient sur ses habits, farfouillant sa chevelure pour vérifier qu'il n'y en avait pas d'autres, sans être certains de les avoir toutes enlever.
Enjambant quelques fleurs, il toussota légèrement dans son poing pour faire signe à la jeune fille, dont il commençait à ne plus sentir que le parfum de sa peau, l'odeur de Sladka disparaissant à force de la fleur qui se secouait dans la main de la jeune fille.

« Bizarre.. La plupart des filles se mettent à hurler devant un insecte.. » lança-t-il, entrant directement dans le vif du sujet alors qu'il s'approchait d'elle pour lui retirer vivement la tulipe qu'elle avait dans la main. « On t'a pas dit qu'il y avait des animaux dangereux dans le coin.. C'est peut être un phacochère que t'as entendu.. T'imagines il aurait pu te .. » et pour finir sa phrase il tapa doucement son poing contre son estomac à la manière d'un couteau se plantant dans la chair.

Portant la fleur à ses narines, il en huma le parfum et se pencha vers la jolie jeune fille pour lui placer la Tulipe sur le bord de l'oreille avant de lui tourner le dos pour s'installer tranquillement sur un tronc couché, qui commençait à être recouvert de mousse par endroit.
Croisant les chevilles, il appuya ses paumes de mains sur le tronc en observant la demoiselle de bas en haut, de haut en bas.

« Sympa le chaperon.. » lança-t-il non sans un clin d'oeil. Oh bien sûr il aurait pu s'arrêter là son odeur mêlée à la fleur, et aux mèches de l'étudiante qu'il avait effleuré, suffisant surement à ce que Sladka comprenne quand la blondie rentrerait.. Mais où aurait été le jeu pour lui ? « Que fais une aussi jolie fille si loin de ses amies ? Elles ne t'auraient pas perdu en route, j'espère ! » minauda Neal.
Revenir en haut Aller en bas
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 70
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) UK
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 13/08/2011



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Ven 2 Sep - 20:04


    L'oreille tendue, toute prête à accueillir un adorable petit animal qui avait dû se cacher dans un fourré, Elektra attendant patiemment que celui-ci se montre, immobile au milieu de la clairière sous son étole rose. Susurrant de gentilles petites paroles, elle était sûre de réussir à le faire sortir de sa cachette et approcher. Si seulement il y avait réellement eu un animal à appâter... Car cela n'était pas tout à fait exact. Sans le savoir, elle avait appâté bien mieux - ou bien pire ? Un homme-loup. Qui visiblement avait décidé de s'amuser à la faire tourner en bourrique, car après l'avoir attiré d'un côté, il se faufila de l'autre, et lorsqu'il réapparut dans son dos, elle sursauta alors qu'il se raclait la gorge, faisant volte face dans un bruissement de tissu et de feuilles sèches. Les yeux ronds comme des billes, elle se retrouva alors face à cet étrange garçon surgissant de nulle part, bouche on ne peut plus bée. Ce fut la surprise qui l'empêcha de réagir alors qu'il lui volait sa plus belle fleur.

    INCONNU | Bizarre.. La plupart des filles se mettent à hurler devant un insecte..
    ELEKTRA | Eh, j'suis pas bizarre ! Et cette fleur, c'était ma fleur ! Gémit-elle en arborant une moue boudeuse à croquer.

    Et ouais, la fourmi n'était pas prêteuse. En tous cas, pas avec les parfaits inconnus, ni quand elle avait prévu d'offrir cette fleur là à quelqu'un d'autre. Car oui, monsieur le malappris, cette tulipe jaune était réservée ! A un gentil papillon doré ! Et si, il allait revenir d'abord, elle y croyait dur comme fer. Sauf que lui, à l'inverse de la jolie russe aux cheveux de la même couleur que ses ailes, avait senti le danger et ne risquait donc pas de se re-pointer tant que celui-ci roderait dans la clairière...

    INCONNU | On t'a pas dit qu'il y avait des animaux dangereux dans le coin.. C'est peut être un phacochère que t'as entendu.. T'imagines il aurait pu te.. La mit-il en garde sur un ton qu'elle ne sut réellement interpréter.

    Aurait-elle dû avoir... Peur ? Si oui, c'était complètement raté, parce qu'elle n'avait même pas entendu la fin de son théâtral discours, trop focalisé sur un mot qu'elle n'avait pas compris.

    ELEKTRA | Un phaco-quoi ? Répéta-t-elle approximativement, persuadée qu'il venait juste d'inventer ce mot. Tu racontes vraiment n'importe quoi... Soupira-t-elle en le regardant d'un air à la fois perplexe et compréhensif : peut être était-il simple d'esprit, après tout...

    Un haussement d'épaule plus tard, elle reposait ses grands yeux bleus débordant d'innocence sur lui, le regardant d'un oeil critique jouer avec sa fleur avant de se dérider quand il la lui rendit, la déposant délicatement sur son oreille. Elle lui offrit en échange un sourire des plus aimable. Maintenant que sa fleur n'était plus en danger entre des mains inconnues, elle pouvait se détendre et cesser d'être sur la défensive, du moins, c'est ce qu'elle pensait. Impression qui s'évapora alors qu'il la détailla du regard depuis le tronc sur lequel il était allé s'asseoir, s'éloignant d'elle. Sans qu'elle ne sache vraiment pourquoi, ce regard la mit mal à l'aise et le rouge lui monta aux joues plus vite qu'il ne fallait pour dire miam.

    INCONNU | Sympa le chaperon.. Reprit-il alors que le rouge sur ses joues s'accentuait sous l'effet du compliment.
    ELEKTRA | Merci ! Répondit-elle derechef en le gratifiant d'un immense sourire ravi.
    INCONNU | Que fais une aussi jolie fille si loin de ses amies ? Elles ne t'auraient pas perdu en route, j'espère ! La railla-t-il alors qu'elle prit simplement cela pour de l’intérêt et ne perdit pas une seconde pour sautiller jusqu'à lui et s'asseoir à ses côtés pour continuer la conversation en posant son panier à côté de ses pieds.
    ELEKTRA | Oh non, je ne suis pas perdue, je viens souvent dans cette foret. Quant à mes amies, elles sont tout à côté, allées se baigner... Enfin, ça dépend desquelles tu parles, parce que des amis, j'en ai pleins ! Mais celles avec qui je suis sortie sont là-bas. Raconta-t-elle avec entrain. D'ailleurs, si mon chaperon te plait vraiment, si tu veux, je demanderais à ma copine Alyona de t'en coudre un, c'est elle qui me l'a offert ! Elle s'est inspirée d'une petite fille de conte. Il parait que je lui ressemble... Lui souffla-t-elle sur le ton de la confidence avant de continuer, intarissable. Bon bien sûr, pour toi, il ne sera pas rose ! Qu'est-ce qui te plairait ? Moi je vois bien du bleu... Du bleu roi, même ! T'aurais carrément trop d'allure avec, foi d'Elektra ! Conclut-elle jovialement, toute heureuse de s'être fait un nouvel ami. Et toi, ils sont où, tes copains ? Lui sourit-elle, son regard enfantin et curieux posé sur lui alors qu'elle n'attendait qu'une chose: en savoir plus. Au fait ! Moi, c'est Elektra Mihaïevna Irinova, enchantée. Reprit-elle en lui tendant sa toute petite main blanche.

    Toujours le parfait reflet de la déesse de la candeur incarnée, ses iris bleus plantés dans ses prunelles grises sans peur aucune, Elektra suivait exactement les pas de la petite fille du conte à laquelle on l'avait tant comparée, visiblement, à raison.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Ven 9 Sep - 17:49


Pendant un moment il resta à contempler la jeune fille qui, au lieu de se mettre à hurler de peur quand à l'apparition brutale du jeune homme, se contenta d'écarquiller les yeux en lui faisant face. Les lapins qui se trouvaient sur le sentier, par lequel avait du passer la jolie blonde, s'étaient enfuis depuis un moment ou seulement dès que l'odeur de Neal leur avait fait remuer les moustaches. Toute vie cessa pendant un moment, alors que le loup sortait de sa tanière pour s'approcher la délicate petite fleure qui traînait innocemment dans les parages, ignorant – volontairement ou non, qu'il rôdait. Si il regrettait de ne pas avoir réussi à lui arracher un cri de stupeur, il savoura néanmoins l'air surprit qui se peignait sur ses doux traits. Si doux qu'il lui sembla difficile de lui donner un âge. Tout, de sa peau diaphane et lisse à son regard enfantin, empêchait de lui coller une étiquette dessus, pas que cela l'intéressait vraiment mais c'était tout de même fascinant. L'odeur de sa peau, quand celle de Sladka commença à se dissiper et donc laissa celle de la jeune fille se révéler, avait une saveur particulière qu'il ne se souvenait pas avoir déjà sentit. Quelque chose de sucré, d'épicé aussi mais de discret. Comme quelque chose que l'aura humaine de la demoiselle avait camouflé à force de temps. Il n'eut pas le temps de mettre le doigt sur ce qui le chiffonnait le plus dans cette aura, qu'elle prenait la parole.

« Eh, j'suis pas bizarre ! Et cette fleur, c'était ma fleur ! » trancha-t-elle quand il lui vola son dû.

Si il se serait volontiers arrêter sur cette soudaine possessivité, il n'en fit rien et se contenta de respirer les pétales en souriant légèrement. Adorable bouille que celle d'Elektra en train de bouder, il fallait l'admettre et bizarrement si le loup aurait prit plaisir à en faire son quatre heure, il se surprit à rejeter l'idée.

« Je croyais que tu ne me voulais aucun mal et que tu étais mon amie. » fit-il, une mine légèrement triste, avant de la prévenir du danger qui rôdait dans le coin, pour s'entendre répondre « Un phaco-quoi ? » qui lui coupa le sifflet. C'était à se demander lequel des deux étaient l'inculte. « Tu racontes vraiment n'importe quoi... »

Arrachant un sourire amusé au lycaon qui se décida à lui rendre sa jolie fleur, la lui glissant sur l'oreille. S'éloignant pour prendre place sur un tronc renversé, il ne resta plus appuyé que sur un bras pour attraper une brindille de l'autre et la craquer entre ses doigts. Jouant de son petit bout de bois, Neal entreprit de se moquer un peu d'elle mais tomba des nues quand elle sautilla jusqu'à lui pour s'installer à ses côtés. Yeux exorbités, il tourna la tête vers elle pour la dévisager, les traits partagés entre effroi et amusement.

« Oh non, je ne suis pas perdue, je viens souvent dans cette foret. Quant à mes amies, elles sont tout à côté, allées se baigner... Enfin, ça dépend desquelles tu parles, parce que des amis, j'en ai pleins ! Mais celles avec qui je suis sortie sont là-bas. » Acquiesçant, il jeta un coup d'oeil aux alentours, humant l'air pour réaliser que même si elle était affreusement bavarde, elle disait vrai. Il pouvait entendre, comme un léger souffle, les voix de personne se trouvant au loin, en direction de l'endroit où se trouvait lesdites amies de l'innocente créature. « D'ailleurs, si mon chaperon te plait vraiment, si tu veux, je demanderais à ma copine Alyona de t'en coudre un, c'est elle qui me l'a offert ! Elle s'est inspirée d'une petite fille de conte. Il parait que je lui ressemble... » Et là-dessus, il ne put s'empêcher d'approuver. « Bon bien sûr, pour toi, il ne sera pas rose ! Qu'est-ce qui te plairait ? Moi je vois bien du bleu... Du bleu roi, même ! T'aurais carrément trop d'allure avec, foi d'Elektra ! » Et bha si elle voyait du bleu, allons pour du bleu. « Tu parles toujours autant ? » finit-il par lâcher.

Certes il n'avait pas fréquenté tant de monde que ça, mais tout de même, cette fille-la battait des records. Sauf que bizarrement, la légèreté avec laquelle elle lui parlait, son ton enjoué alors qu'il ne l'avait pas franchement interpellé avec douceur, ne le dérangeait pas. Encore un peu et il allait oublier le but premier de ce contact.

« Tu sais quoi, je crois que le Chaperon ne va qu'à toi.. » sourit-il « sur moi ça ferait un peu bizarre. » non sans attraper un pan de tissu et le caresser entre son index et son pouce. « Et toi, ils sont où, tes copains ? » arrachant un haussement d'épaules à Neal qui soupira légèrement. Tournant la tête vers elle, un peu perturbé par l'intérêt qu'elle pouvait lui porter, il ouvrit la bouche pour la refermer. Punaise, elle arrivait à le perturber le pauvre. Le loup se faisait malmener par la proie, c'était nouveau ça ! « Je ne sais pas. Je les ai un peu effrayé en arrivant, ils ont fuit. » fit-il simplement. Il lui semblait trop dangereux d'être sincère et admettre qu'il n'avait personne, alors autant dire que les animaux étaient ses plus proches amis. « Au fait ! Moi, c'est Elektra Mihaïevna Irinova, enchantée. » ce à quoi il répondit du tac-au-tac « Neal. » avant de réaliser sa bourde. Trop tard. Tant pis. Au moins si Sladka s'intéressait à l'odeur transportée par Elektra, elle ne pourrait être certaine qu'il s'agissait de lui.. Sauf si elle était complètement idiote. Rha la boulette.

Baissant les yeux vers la main tendue, un demi-sourire se dessina sur les lèvres du lycanthrope qui attrapa, délicatement, cette petite main pâle. La soulevant délicatement de la sienne, il effleura à peine le dos de sa main de ses lèvres non sans sourire

« Enchanté, Elektra. » fit-il dans un murmure. Il n'était pas éduqué, mais il avait assez observé les gens pour savoir comment saluer quelqu'un de toutes les manières possibles. « Alors, pour qui était cette fleur ? Un ami à toi ? » s'amusa-t-il, ou alors il ne se rendit pas compte que l'innocence de sa vis-à-vis pouvait être contagieuse.
Revenir en haut Aller en bas
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 70
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) UK
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 13/08/2011



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Sam 10 Sep - 16:57


    INCONNU | Je croyais que tu ne me voulais aucun mal et que tu étais mon amie. Dit-il avec une voix triste qui lui fit froncer les sourcils en arrière.

    S'il y avait bien une chose qu'Elektra détestait, c'était rendre triste les autres par sa faute, et ce même sans l'avoir voulu. Ça la rendait triste par procuration, et après, elle se mettait même souvent à pleurer. Et Daniil savait que ses larmes étaient dures à sécher ! Alors qu'il ne lui donne pas trop l'impression qu'elle l'avait attristé s'il ne voulait pas qu'il inonde la forêt, conseil d'ami. Heureusement, la tristesse sembla vite lui passer alors qu'il se mit à dire n'importe quoi, ce qui laissa d'abord Elektra perplexe avant qu'elle ne décide de prendre les rennes de la conversation pour être sûre que celle-ci soit un minimum sensée ! Car déblatérer sur un chaperon c'était plus sensé que d'inventer des mots pour faire son intéressant, non ? Absolument.

    INCONNU | Tu parles toujours autant ?
    ELEKTRA | Si on parle pas, comment on peut apprendre à se connaître ? Lui sourit-elle sans cesser de se balancer d'avant en arrière assise sur son bout de bois. T'es télépathe toi ? S'enquit-elle, on ne peut plus sérieuse.

    C'était la seule raison valable pour trouver étrange le fait de parler, non ? Le fait que ce soit son débit de parole le problème ne l'effleura pas une seconde et elle garda ses grands yeux curieux longuement posés sur lui en attendant qu'il réponde, avide d'en apprendre davantage sur ce curieux personnage. D'ailleurs, elle voulait aussi savoir s'il était d'accord pour un chaperon bleu... Et des détails sur ses amis aussi !

    INCONNU | Tu sais quoi, je crois que le Chaperon ne va qu'à toi.. Sur moi ça ferait un peu bizarre. Finit-il par avouer en tâtant le tissu rose du bout des doigts alors que ses joues rosirent de nouveau : la délicatesse et les compliments lui faisaient toujours cet effet. Je ne sais pas. Je les ai un peu effrayé en arrivant, ils ont fuit.
    ELEKTRA | Oh... Heureusement que je suis là alors !

    Et d'entrée, elle lui tendit sa main en se présentant avec un ravissement inégalable. Se faire des nouveaux amis la mettait toujours en joie, et ce même plusieurs jours durant. Déjà qu'il était rare de la voir malheureuse, les jours où elle faisait naître des amitiés ou des amours dans sa vie étaient parmi les plus courants, et croyez-le, ils ne passaient jamais inaperçus. Et celui-ci serait un de ces jours là, elle le savait. Elle l'avait senti ce matin en se réveillant, si si. Et maintenant, elle en était plus que persuadée !

    NEAL | Neal. Et alors qu'elle allait se réjouir sur la beauté de ce prénom qu'elle n'avait jusqu'alors jamais entendu, elle fut prise de court par un baise-main qui lui déclencha une flopée de papillons dans le ventre. Enchanté, Elektra.

    Battant des cils un peu bêtement, couverte de rougeurs significatives, Elektra essaya de sourire de toutes ses dents blanches étincelantes pour cacher son état mais ne fit, au final, que le rendre plus criant. Je vous le donne en mille : elle venait de tomber amoureuse. Encore.

    INCONNU | Alors, pour qui était cette fleur ? Un ami à toi ?
    ELEKTRA | Et bien, finalement, elle est pour toi ! Lâcha-t-elle en se mordant la lèvre, la sortant de sur son oreille pour la lui tendre, esquissant une moue adorable. Mais si tu n'aimes pas trop le jaune, choisis-en une dans mon panier. Il y en a pour tous les goûts ! Ajouta-t-elle de peur que la fleur qu'elle lui offrait ne lui plaise pas.

    Et rabattant ses cheveux par dessus son épaule, elle se surprit à observer plus en détails les traits de son visage. Derrière son côté un peu sauvage, il y avait quelque chose de raffiné et de doux. Étonnant, hein ? Mais si, je parle bien de ce Neal là. Ne vous avais-je pas averti qu'Elektra voyait toujours le meilleur chez les autres ?

    ELEKTRA | Dis, ça te dirait que je te présente à mes amies ? Ajouta-t-elle, plus qu' impatiente de leur raconter sa rencontre extraordinaire. Je suis sûre qu'elles t'adoreraient ! Et toi aussi réciproquement. On ne peut pas ne pas les aimer ! Comme on ne peut pas ne pas t'aimer... Sourit-elle avec une bonne dose d'entrain camouflant sa timidité et une bonne humeur trop contagieuse pour qu'il puisse lui refuser quoi que ce soit.

    Hein, qu'il n'oserait pas ? En risquant de la rendre tristounette ? Personne ne refusait rien à un grand sourire plein de candeur et de douceur d'Elektra... N'est-ce pas ?

_________________



Dernière édition par Elektra M. Irinova le Jeu 22 Sep - 8:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Lun 12 Sep - 18:09

Heureusement qu'elle ne s'était pas mise à pleurer, sinon Neal aurait eu bien du mal à calmer ses pleurs ou a tout simplement réagir de sorte à cesser tout épanchement pleural. Par chance, il n'avait pas fait durer son faux air plaintif face à son comportement avec lui. A croire que cette jeune fille possédait toutes les armes pour faire peur au grand méchant loup, au point qu'il s'imaginait que c'était elle qui allait finir par l'avaler tout rond à force de le regarder avec cet air innocent qui, il en était certain, devait cacher quelque chose. Malheureusement pour lui, tout ceci ne cachait rien. Elektra était telle qu'elle se montrait et si pour l'instant il restait sur ses gardes, il ne s'attendait pas à la suite. L'arroseur arrosé. Il avait voulu faire peur à cette fille pour la voir rentrer en courant chez Mademoiselle Sladka, alors qu'au final c'était lui qui risquait de repartir en courant chez lui pour pleurer dans les jupons de Jonas.. En partant du principe que Jonas portait des jupons, ce qui, admettons-le, n'avait rien d'étrange si on s'attardait deux secondes sur le fait qu'il possédait déjà un t-shirt Licorne.. Alors un jupon. Mais revenons à nos chaperons.

« Si on parle pas, comment on peut apprendre à se connaître ? » finit-elle par lui répondre, coupant la chique à Neal qui la dévisagea d'un air hébété. Ça tombait sous le sens, il fallait l'admettre. A croire qu'Elektra avait plus d'un tour dans sa manche. « Comment font les muets alors ? » trancha le lycaon, rejoignant la logique de la jeune fille, s'étonnant lui-même de cet intérêt soudain pour cette conversation qui, soyons sincère, n'avait absolument aucun sens. « T'es télépathe toi ? » et le jeune homme la dévisagea d'un air étonné. « Non. Mais je peux faire mieux que lire dans ta tête. » reprit-il sur le ton de la confidence, baissant légèrement la tête vers elle, pour confier son secret.

Et, alors que ses doigts effleurés le chaperon, il ne put retenir un demi-sourire devant les tâches roses sur les joues de la jeune fille. Encore un peu et il allait se mettre à trouver ça adorable et chanter des trucs mielleux en se frottant le cul contre un arbre.

« Oh... Heureusement que je suis là alors ! » et d'un ton charmeur qu'il ne maîtrisait pas souvent, il répondit par l'affirmative « Heureusement que tu es là. », lâchant le bout de tissu.

S'ensuivit les présentations avec Elektra qui, sans s'en rendre compte, offrait un nouveau plan à l'ermite qui se réjouit des battements de cœur de la jeune fille qu'il put entendre. Il ne sut si c'était son geste ou autre chose, mais il pouvait sentir que son corps réagissait à son attitude un brin théâtral. Et, cachant son sourire énigmatique, il replongea ses prunelles sombres dans celles étoilées de la jolie russe.
Dégageant sa main de la sienne il baissa les yeux sur le bout de ses doigts, pouvant encore sentir les pulsations sur sa peau, et se délecta des percussions dans sa poitrine qu'il pouvait entendre très distinctement.
Et alors qu'il l'embêtait à nouveau pour sa fleur, il eut l'étonnante surprise de se la voir offrir, ne pouvant empêcher un nouveau sourire en coin de se dessiner sur ses lèvres, laissant apparaître sa canine sur laquelle il passa le bout de sa langue, par réflexe.

« Mais si tu n'aimes pas trop le jaune, choisis-en une dans mon panier. Il y en a pour tous les goûts ! » et lui de la prendre en effleurant ses doigts pour la glisser sur sa propre oreille. « Alors ? Comment me va le jaune ? J'ai l'air cool ? » s'amusa-t-il non sans prendre une pose en croisant les bras à la Monsieur Propre.

Faisant mine de ne pas voir qu'elle le dévisageait, il inspecta l'intérieur du panier remplit, en effet, de fleur de presque toutes les couleurs. Et si Neal se détendait un peu, il sentit tous ses muscles se bander quand la voix d'Elektra le tira de ses pensées. Relevant la tête d'un geste brusque il sentit sa nuque craquer sur le coup, lui arrachant un rictus, et se figea en dévisageant l'étudiante.

« Je suis sûre qu'elles t'adoreraient ! Et toi aussi réciproquement. » assena-t-elle, joyeuse, alors qu'il grimaçait légèrement. « On ne peut pas ne pas les aimer ! » à la limite, là-dessus, il pouvait la croire sans problème, concernant le reste.. « Comme on ne peut pas ne pas t'aimer... » et déjà il sentait qu'il était dans une galère monstre. « Tu .. Je suis très timide tu sais. » oh le vil mensonge, aussi gros que de faire passer un éléphant pour une danseuse étoile. « Et puis.. Tu sais.. une rencontre comme la notre.. C'est trop fragile pour être partager hein.. ça serait dommage que tes amies.. te volent la vedette.. » non ? Flatter l'égo de l'autre ça fonctionnait que dans les films ? Sérieusement ? Prions que non.

Il avait quitter le tronc d'arbre pour tourner en rond, les sens en alerte, de peur de voir surgir les copines d'Elektra de derrière un buissons, comme par magie.
Revenir en haut Aller en bas
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 70
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) UK
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 13/08/2011



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Jeu 22 Sep - 8:26


    NEAL | Comment font les muets alors ?
    ELEKTRA | Ils signent, gros bêta ! A part s'ils sont télépathes...

    Ce qui donna lieu à la question suivante : était-il télépathe, lui, pour qu'il trouve aussi étrange de parler qu'un muet ? Mais la réponse était visiblement négative, et Elektra était déçue. Elle aurait trouvé ça trooop cool ! Vous imaginez, qu'il ait pu entendre ses pensées ? Elle aurait pu dire deux fois plus de choses en se fatiguant deux fois moins, c'aurait pas été génial ça ? Comment ça, elle l'aurait assommé si elle avait eu l'opportunité de deux fois plus parler ? N'importe quoi. Des mots, c'est comme du vent, ça n'assomme pas, d'abord !

    NEAL | Non. Mais je peux faire mieux que lire dans ta tête. Avoua-t-il en capturant son regard.

    Et le regard que lui jetait Elektra en retour avait tout de celui d'un enfant qui attend avec à la fois curiosité et impatience un tour de magie grandiose. Il y avait tout : les étincelles dans ses prunelles, la lèvre au coin mordu, le souffle contenu. Elle se retenait même de frétiller. Mais il n'y eut ni tour de magie, ni secret. L'étrange garçon changea simplement de sujet. Jolie diversion, car Elektra oublia d'emblée qu'à nouveau, elle avait été déçue. Un compliment sur un ton charmeur effaçait toutes les déceptions et la laissait même en totale pâmoison.

    NEAL | Heureusement que tu es là.

    Joues empourprées et sourire plus immense encore que la circonférence de la planète Terre - rien que ça, oui - Elektra avait de nouveau des étoiles pleins les yeux, mais celles-ci n'avaient plus rien d'enfantines. Elles étaient assorties aux petits papillons qui jouaient dans son estomac et aux battements de son cœur qui cherchait à se faire la malle de sa jolie poitrine, si bien qu'elle dut y abattre presque violemment sa main pour empêcher sa fuite, persuadée qu'elle était imminente. Le baiser sur ses doigts faillit signer la perte de son palpitant qui s'était arrêté une demi-seconde pour la feinter avant de repartir deux fois plus vite, si c'était encore possible. Il s'intéressa ensuite à sa fleur, la fameuse tulipe jaune, synonyme de leur premier contact. Elektra était sûre que c'était cette fleur qui l'avait attirée dès le début, alors, de bon coeur, elle ne trouva rien de mieux que de la lui offrir, espérant qu'il la garderait en souvenir quand ils en viendraient à devoir se séparer. Mais elle espérait de toute son âme que ce ne serait pas tout de suite car avant, elle était sûre d'une chose : il fallait absolument qu'elle présente son prince charmant à ses amies, coûte que coûte ! Après tous ses échecs, celui là, c'était forcément le bon. Il avait un sourire trop doux pour se jouer d'elle. Regardez le ! Comment aurait-il pu, avec ses fossettes, ses yeux bleus gris bienveillants et un si joli visage, assez fins pour avoir été sculptés par les grecs, s'il avait été âgé de quelques siècles de plus ? Dîtes le. Dîtes le que cette fois, ce n'était pas encore l'Amour et ses écrans d'illusions qui la faisait affabuler. Sauf que soudain, à l'annonce du mot "amies", le ton changea, ses gestes aussi : saccades, panique... Refus. Elektra fut si surprise de voir son sourire magique échouer qu'elle en resta plusieurs secondes silencieuse. Hébétée.

    NEAL | Tu .. Je suis très timide tu sais. Et puis.. Tu sais.. Une rencontre comme la notre.. C'est trop fragile pour être partagé hein.. ça serait dommage que tes amies.. te volent la vedette.. Argua-t-il alors que dès quelle retrouva sa langue, elle remit une couche de son sourire magique et ne se laissa pas démonter.
    ELEKTRA | Oh non, c'est parce que tu ne les connais pas que tu penses ça, mais elles ne feraient jamais ça, tu sais. C'est pour ça qu'il faut que tu les rencontres ! Pour que tu vois à quel point elles sont formidables ! L'encouragea-t-elle en se levant pour aller attraper sa main, se voulant assez confiante pour deux et rassurante. Et puis tu sais, moi aussi, je l'étais, timide, avant de les rencontrer. Et puis elles sont arrivées, et avec elles, j'ai découvert qu'en me cachant derrière ma timidité, je passais à côté de tellement de choses extraordinaires ! Vraiment, je n'insisterais pas si je n'étais pas sûre de moi. Il faut que tu les rencontres.

    Et d'une troisième couche de son sourire magique trois mille volts pour être sûre de s'assurer la victoire. Alors là, s'il repoussait encore son offre, c'était vraiment que son sourire était en panne ! Ou qu'il était immunisé, mais en général, les gens immunisés étaient des gros méchants insensibles, des sans cœur, et lui, il était forcément hors catégorie. Foi d'Elektra ! Ô tellement naïve Elektra...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Dim 9 Oct - 13:54

« Ils signent, gros bêta ! A part s'ils sont télépathes... » lui renvoya Mlle Je-sais-tout, arrachant un air dubitatif à Neal qui s'imaginait non pas des gens agitant les doigts pour parler, mais bien des gens utilisant un stylo pour signer sur le papier. « Tu dis n'importe quoi.. » finit-il par lâcher, non pas pour l'imiter mais simplement pour établir un fait.

Quel intérêt de signer un papier quand on pouvait pas parler ? C'était une perte de temps et surtout il fallait en avoir du papier pour tenir une discussion ! Une chose était sûre ; ce n'était pas très écologique comme comportement ça ! Il lui sembla donc plus logique que les muets, quand ils perdaient l'usage de la parole – bha oui, Neal sait au moins qu'un muet parle pas ! -, communiquaient donc par télépathie. Ca se rapprochait quand même plus de la vérité que de les imaginer gribouiller des feuilles.

« Non. Mais je peux faire mieux que lire dans ta tête. » finit-il par admettre, demi-sourire aux lèvres alors qu'elle le dévisageait comme un enfant aurait fixé le père Noël dans l'attente de son cadeau. Seulement rien ne vint, du moins rien d'apparent puisqu'il se contentait de prêter attention aux moindres battements de cœur, craquements de branches, déplacements d'animaux et ainsi de suite.

Et puis il aurait été trop compliqué d'expliquer à la jeune fille ce qu'il était capable de faire et, surtout, cela risquait de briser l'ambiance sauf si elle ne faisait pas le lien immédiat entre ses sens développés et sa présence dans les bois. Le compliment lui sembla donc le plus approprié pour éviter d'avoir à en dire trop. Excepté que Neal regretta ses paroles, une fois qu'elles se furent échapper, quand il entendit les battements violents et maladroits du cœur d'Elektra résonner dans son crâne comme si il s'agissait de son propre cœur qui s'emportait. Arquant les sourcils, il posa son regard sombre sur elle, de peur de la voir défaillir à tout instant mais rien ne se produisit à part un silence soudain quand elle plaqua sa main sur sa poitrine. Décidément, cette fille était pleine de surprise, et encore il n'avait rien vu puisqu'elle semblait déjà préparé bon nombres de choses dans sa jolie petite tête blonde, seul endroit inaccessible à Neal qui se contenta donc de surveiller les battements irréguliers du cœur de la jeune fille de peur qu'elle ne lui claqua dans les doigts. Il voulait jouer, pas la tuer et risquer d'avoir une troupe de paysans avec des fourches en mains à sa poursuite.. Enfin bon.

Bien vite ce ne fut plus le palpitant d'Elektra qui l'intéressa mais le sien qui fit silence radio quand elle se mit en tête de le présente à tout le monde. Ah non, c'était pas dans le contrat ça ! C'était pas le but du jeu ! En proie à l'énervement, plus qu'à la panique, Neal se retrouvait déjà debout, près à décamper, cherchant milles excuses à la seconde, toutes réfutées en une réflexion.

« Oh non, c'est parce que tu ne les connais pas que tu penses ça, mais elles ne feraient jamais ça, tu sais. C'est pour ça qu'il faut que tu les rencontres ! Pour que tu vois à quel point elles sont formidables » rigolez, allez y. C'était l'arroseur arrosé. Et, baissant les yeux vers la main de la demoiselle attrapant la sienne, il retint un grognement pour sourire légèrement, cachant très mal son anxiété. « Et puis tu sais, moi aussi, je l'étais, timide, avant de les rencontrer. » oui m'enfin lui c'était pas tellement ça son problème.. « Et puis elles sont arrivées, et avec elles, j'ai découvert qu'en me cachant derrière ma timidité, je passais à côté de tellement de choses extraordinaires ! » Merveilleux.. Mais dans quoi était-il tombé ? « Vraiment, je n'insisterais pas si je n'étais pas sûre de moi. Il faut que tu les rencontres. » et déjà il focalisait son attention sur les parfums environnants, histoire de savoir par quel côté elles menaçaient de débarque et par lequel il pourrait fuir.

Tirant légèrement son bras, pour libérer sa main, Neal se tint droit avant de croiser ses bras. « Je n'aime pas les gens en fait. Ou plutôt c'est eux qui ne m'aiment pas. » se déplaçant à pas de loup jusqu'à Elektra, il se pencha légèrement en avant pour chuchoter « la vérité c'est que je ne suis pas sensé être là. Et si tes amies me voient, elles finiront obligatoirement par parler de moi, comme ça et on saura que j'existe.. Alors je te fais confiance, à toi seulement, pour ne rien dire. » Attrapant une mèche de ses cheveux il finit par ajouter « Tu sais garder un secret ? »
Revenir en haut Aller en bas
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 70
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) UK
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 13/08/2011



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Mar 25 Oct - 14:20


    Dans la vie d'Elektra, rien n'importait plus que l'amitié, et l'amour, bien sûr. Mais l'un n'allait pas sans l'autre. Elle ne s'imaginait pas en sacrifier une pour l'autre, ou choisir entre les deux. Alors, si comme elle le croyait, Neal était bien un prince charmant, et avec un peu de chance, celui qui ferait d'elle sa princesse, ses amies devaient le rencontrer, un point c'est tout. Elle ne pourrait pas en démordre, car c'était la suite logique des choses, vous comprenez ? Et puis franchement, qui pouvait refuser d'avoir Esfir et Sladka dans sa vie ? Ces deux filles intelligentes, magnifiques, loyales et même, pour la petite blonde, parfaites. Il n'y avait aucune raison de les craindre ! Et il allait falloir que Neal en aient de très bonnes pour refuser une telle offre...

    NEAL | Je n'aime pas les gens en fait. Ou plutôt c'est eux qui ne m'aiment pas. Commença Neal alors qu'à nouveau, elle faillit répliquer mille questions : Mais comment c'est possible ? Pourquoi tu dis ça ? T'as vraiment essayé de les connaître ? Et eux ? ... Mais toutes ses questions restèrent en suspens car à peine avait-elle ouvert la bouche pour parler qu'il se penchait pour chuchoter à son oreille, cette proximité faisant battre son cœur si fort qu'elle ne s'entendait même plus penser. La vérité c'est que je ne suis pas sensé être là. Et si tes amies me voient, elles finiront obligatoirement par parler de moi, comme ça et on saura que j'existe... Alors je te fais confiance, à toi seulement, pour ne rien dire. Lui confia-t-il, de nouveau serein, en attrapant une mèche de ses cheveux entre ses doigts. Elle déglutit lorsqu'il ajouta : Tu sais garder un secret ?

    Une moue dubitative fit remuer les lèvres rosées de la blonde qui finit par croiser ses bras sur sa poitrine et détourner la tête. Au moins, Neal avait réussi momentanément à la faire taire, et du même coup, oublier son plan de l'introduire dans son cercle d'amis. Mais à quel prix ? Les yeux dans le vague, Elektra ne souriait plus. Elle repensait à ce que les secrets qu'on l'avait forcé à garder avaient engendré dans sa vie : la solitude. Car pour une sorcière au sang de vélanes, où celles-ci sont, en Russie, pourchassées par l'armée du Tsar car estimée dangereuses, la vie n'avait pas été facile... Il avait fallu se terrer. Se taire, aussi. Et garder le secret, envers et contre tout. Alors oui, elle savait garder un secret. Mais en avait-elle envie ? Non. Les secrets sont lourds, ils pèsent sur vos épaules, ils vous écrasent. Les secrets finissent toujours par vous faire souffrir...

    ELEKTRA | J'aime pas trop les secrets... Finit-elle par lâcher, sans plus le regarder ni desserrer ses bras lovés contre elle. Mais tu peux me faire confiance. Ajouta-t-elle en replaçant la mèche qu'il avait tenu auparavant entre ses doigts derrière son oreille, un sourire pointant de nouveau au coin de ses lèvres jusqu'ici étrangement serrées. Et j'ai aussi toute confiance en Esfir et Sladka, qui ne feraient jamais rien pour me blesser, et t'attirer des ennuis me ferait mal, tu vois. Alors tu n'as rien à craindre... Reprit-elle, toujours aussi douce, mais moins enjouée.

    Elektra avait fait table rase sur son passé, les épreuves qu'elle avait traversé étaient derrière elle à présent, mais survoler de nouveaux ces dossiers classés dans un pan éloigné de son esprit faisait toujours naître un malaise en elle. Un fond de tristesse dont elle ne se débarrasserait jamais, même si bien caché derrière toute sa jovialité enfantine. Des fantômes qu'elle ne cesserait jamais de chasser, dès qu'un mot ou un fait viendrait les faire de nouveau danser devant ces yeux... Pour exemple, la directrice de Durmstrang portait le même prénom que la mère qui l'avait abandonné. Elle avait fini par s'y faire, mais elle ne s'habituait jamais à l'entendre prononcé, au détour d'une discussion ou d'un couloir. A chaque fois, elle avait un temps d'arrêt, puis la vie reprenait son cours. Sans s'interrompre. C'est pourquoi Elektra reprit exactement là où elle avait laissé leur discussion malgré cette légère baisse de régime, ses lèvres s'ourlant de nouveau avec tendresse lorsqu'elle releva le regard sur lui.

    ELEKTRA | A ton tour de me faire confiance ! Si je te dis qu'elles sont réglo, c'est que c'est vrai. Et tu vas t'en rendre compte par toi même. Lui sourit-elle de toutes ses dents avant de prendre une grande inspiration et de mettre ses mains en porte-voix. SLADKAAA ! FIRAAA ! Se mit-elle à crier en direction de la plage.

    Et elle ne se formalisa aucunement du courant d'air qu'elle déclencha sans même en avoir conscience...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 121
    ♦ PSEUDO : P_i_
    ♦ CREDITS : Bazzart
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 12/08/2011
    ♦ AGE : 27
    ♦ LOCALISATION : Lieux isolés, de préférence ; perchée dans un arbre, errant en forêt, lisant dans un couloir ...



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans, 6e année, Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Sam 7 Avr - 20:58

    ☾ ❖ ☽


    La plus rude des créatures présentait irrémédiablement un talon d’Achille. Une faiblesse toute simple qui prenait corps dans les pires moments, indiquant avec malice où porter le fer … La faille de Sladka s’appelait Elektra, Russe fragile aux traits d’enfant et à l’esprit candide qu’une bourrasque trop violente aurait égratigné. Sa douceur requérait patience, attentions et bienveillance afin que le cœur de biche dormant dans sa poitrine ne soit pas malmené. Aussi la louve lui passait beaucoup d’envies, comme celle d’aller barboter en ce jour ensoleillé. Malgré le monde, malgré l’absence de calme, bref, malgré tout car le bonheur d’Elektra valait bien quelques sacrifices …

    Ceci dit, il y avait tout de même une certaine marge que la lycane ne franchirait pas, en dépit des éventuelles demandes. Se promener dans la forêt, panier à la main et chanson aux lèvres, cela la dépassait … Alors si la joie de son amie dépendait d’une telle promenade, soit, mais Sladka ne serait pas de la partie. Allongée dans le sable, Esfir non loin, la demoiselle prenait donc du repos et non pas le soleil, la blancheur de son teint n’étant pas une préoccupation valable pour elle. Chaque bruit tombait néanmoins au creux de ses tympans, maintenant en éveil ses sens autant que les diverses effluves chatouillait ses narines. Le calme régnait cependant en maître jusqu’à ce qu’une voix familière ne le brise entièrement. ❖ SLADKAAA ! FIRAAA ! ❖ Le bruit était peut-être étouffé mais pas assez pour la tromper sur le contenu exact. ❖ Je crois qu’Elektra nous appelle. ❖ Constata Sladka avec flegme. Un coup de rein et elle était debout, son maillot recouvert de grains de sable collés par l’humidité. Bon. L’odeur. Pour repérer son autre amie, la piste olfactive était la plus sûre, à tout le moins lorsque Elektra ne fredonnait pas un quelconque air aidant à mettre sur la voie. D’un pas preste, Sladka coula entre les arbres et se faufila à travers les fourrés pour débarquer non loin de la demoiselle. La Russe huma l’air, interdite, muselant une réflexion le temps de faire à nouveau le point.

    Ele avait beau être seule, un autre parfum flottait dans l’air. Une odeur … particulière, effluve connue et reconnue par sa spécificité, justement. Et c’est ce qui fit grogner la sixième année, râle d’agacement et de stupéfaction lorsqu’elle posa le doigt pile sur le défaut de l’engrenage : qu’était-il venu faire ici avec Elektra ? ❖ Qui était ici ? ❖ Questionna-t-elle sans préambule, les paupières plissées et le front soucieux. Puisqu’il avait décidé de jouer à la guerre de territoire et aux luttes d’allégeance, cet imbécile venait clairement de poser un geste de trop. On ne touchait pas à Elektra, pas plus qu’on ne l’approchait en son absence, du moins quand on était un lycan. Un lycan rival. Un opposant. Inquisitrice, la jeune fille approcha de sa protégée, flairant l’atmosphère avec frénésie. ❖ Qu’y avait-il ? ❖ Pour l’appeler ainsi. Maintenant. Avec l’autre dans les parages. Les prunelles de Sladka balayèrent le paysage, un éclat doré rageur enflammant le gris de leur robe tandis qu’elle fulminait de ne rien distinguer.

    ☾ ❖ ☽

    J’ai supposé que Neal serait parti d’ici à ce que Sladka arrive. Si je me suis trompée, sonnez-moi ! =}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Anupam

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 70
    ♦ PSEUDO : Amly
    ♦ CREDITS : (c) UK
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 13/08/2011



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   Ven 13 Juil - 11:14


    Tournant et retournant sur elle-même dans sa jolie robe, au centre de la clairière fleurie qu'elle avait choisi pour emplir son panier d'osier, Elektra cherchait l'autre du regard, sa douce rencontre fortuite qu'elle avait souhaité présenté à ses meilleures amies. Mais celui-ci, à son plus grand étonnement, avait littéralement disparu du paysage sans qu'elle n'eut le temps de rien voir venir. Elle fouilla dans les fourrées, regarda derrière les arbres, même sous quelques rochers, bien que sans grande conviction, mais ne trouva rien. Rien du tout, il ne fit pas un bruit ni ne lui laissa le moindre indice pour qu'elle puisse suivre sa trace. Ou presque. Mais pas assez futée pour remarquer la piste d'empreintes dans l'humus qui s'éloignait d'elle et trop rêveuse pour comprendre qu'elle l'avait fait fuir, elle avait préféré se persuader qu'il jouait à cache-cache. Alors, elle l'appelait, avec son habituelle candeur enfantine, en montant sur le tronc sur lequel ils s'étaient assis :

    ELEKTRA | D'accord, tu as gagné, je me rends ! Finit-elle par s'avouer vaincue en plaquant ses mains sur ses hanches - en bonne perdante, elle arborait toujours son habituel grand sourire. Allez, sors de ta cachette ! Le héla-t-elle alors que Sladka arrivait au pas de course, seule.
    SLADKA | Qui était ici ? Lui demanda-t-elle presque abruptement alors qu'Elektra soupirait, passablement déçue qu'elle l'ait manquée. Qu’y avait-il ?

    Si le ton alerté de Sladka l'interpella ? Non, ni tous les signes évidents qu'elle, bien moins impressionnable, avait compris la menace et reconnu celui dont elle avait fait la connaissance. La déception de la blondinette était telle qu'elle bougonnait lorsqu'elle lui répondit :

    ELEKTRA | C'est mon copain Neal, je crois qu'il est parti. Avoua-t-elle dans un nouveau soupir, enlevant la fleur de ses cheveux. Je voulais tellement que tu le rencontres ! C'est un vrai prince charmant, celui-là, regarde, il m'a offert cette fleur ! Lui montra-t-elle en gloussant, avant de la ranger précieusement dans son panier. ELEKTRA | C'est triste qu'il n'ait pas pu rester, je voulais l'inviter à pique-niquer avec nous sur la plage. Je suis sûre que vous l'auriez adoré !

    Comme d'habitude, Elektra se berçait d'illusions, mais elles étaient si douces que Sladka n'eut pas le coeur de les briser. Alors, elles rejoignirent finalement Esfir sur la place en conversant coquillages et poissons multicolores pour faire oublier l'incident à la naïve Elektra, faisant vagabonder des pensées dans des histoires plus légères que la perte du dangereux prince Neal De la Clairière, à qui elle avait failli donner son coeur en échange d'une seule fleur...

    END

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il était une fois une petite fille de village, la plus jolie qu'on eût su voir. [Elektra] (end)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il était une fois, une jeune fille nommée Katharina....
» Le 12 juin... Journal d'une petite fille ordinaire...
» Il était une fois... Carrefour!
» Il était une fois Sophie la girafe
» Petite fille...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Have a Break ─
 :: ─ Coopération Internationale. :: ─ Vitrine RPs (Ouvert aux Invités).
-