Partagez | 
 

 J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 203
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) shiya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2010
    ♦ LOCALISATION : Si vous voyez une bouteille de whisky, il est jamais bien loin.



Revelio

MessageSujet: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Dim 25 Juil - 16:51

Hello Dear, it's time to introduce yourself !

Nate, le Dieu du sexe, Natou...
ft. Adam Levine
Chapter One : Identity Card

Music Please


Nom: Cavanaugh ; probablement quelques ancêtres irlandais, d'où le goût prononcé pour le whisky...
Prénom(a): Nathaniel, Ulrich, mais tout le monde l'appelle Nate.
Date de Naissance: 1er mars 1982.
Lieu de Naissance: Seattle.
Âge: 28ans.
Nationalité: Américaine.
Sang: Mêlé.
École / Métier: Ex-Salem/Auror.
Année / Rôle: En faction sur Nameless, en charge des créatures.


Dernière édition par Nathaniel U. Cavanaugh le Jeu 7 Juil - 17:09, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 203
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) shiya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2010
    ♦ LOCALISATION : Si vous voyez une bouteille de whisky, il est jamais bien loin.



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Dim 25 Juil - 16:51

Chapter Two : I feel like Victor Hugo


      Partie 1 : Drames & Fatalité.
      C'est dans la douleur que l'homme trouve la révélation de sa force. (Henri Conscience)


Knock knock. Who's here ? Me. I kill you.

On ne peut par parler de l'un, sans parler de l'autre : Nathaniel, Noah ; Noah, Nathaniel.

De 6ans sa cadette, Noah, sa chenapan de soeur, était sa vie. Elle faisait de lui ce qu'il était, ce garçon souriant et sûr de lui, à l'humour aussi douteux que ses bonnes manières, et au caractère aussi changeant que le sien. Ils se ressemblaient tellement : tous les deux le même caractère de chien, tantôt autoritaires, calculateurs, bornés, je m'en foutiste, obscessionnels et très confiants, et tantôt serviables, dociles, la douceur personnifiée, ouverts, déterminés, passionnés... C'est ce qui les rendaient si attachants, ces côtés bipolaires qui marchaient ensemble, l'un sachant toujours quoi répondre à l'autre, grâce à l'espèce de côté fusionnel de leur relation fraternelle. Noah comptait autant sur son frère qu'il avait besoin d'elle. Cela marchait comme ça : donnant donnant. La seule chose pour laquelle ils se différenciaient, c'était que l'une incarnait l'optimisme, et l'autre un profond pessimisme. Là dessus, ils se complétaient, l'un apportant lucidité, l'autre espoir.

Il venait de perdre espoir; sa lucidité venait d'être foulée aux pieds, chassée d'un revers de la main comme une vulgaire toile d'araignée. Nous étions le 18 décembre 1994. Il avait tout juste 16ans, c'était les vacances juste avant Noël, et il n'était plus rien. Il avait perdu sa dernière raison d'être, celle qui le rendait vivant, celle qu'il protégeait et il avait échoué. L'amour qu'il ressentait pour elle semblait en ce moment même s'être retourné contre lui, comme un retour de flamme dans un incendie, quand les braises redeviennent vivement des flammes ardentes sans que vous vous y attendiez. La douleur qu'il ressentait était insupportable; il n'avait rien vu venir, ça lui tombait dessus d'un coup, sans même qu'il y soit préparé. Il ne pouvait pas concevoir qu'au creux de ses bras se tenait le corps sans vie de sa soeur. Non... La douleur lancinante s'intensifia au fur et à mesure que le temps passait, et les larmes finirent par lui brûler les yeux, si bien qu'il ne put plus les garder ouverts. De toute façon, cette vision était insupportable. La gorge en feu, il hurla enfin. Il ne parvenait toujours pas à réaliser la perte qu'il avait subi, sinon il se serait probablement jeté du haut d'un immeuble, il ne parvenait plus qu'à deux choses. Souffrir. Haïr. Souffrir, c'était tout naturel, puisqu'il tenait sa petite soeur entre les bras. Haïr aussi ; le cambrioleur qui avait brisé la fenêtre pour entrer, son paternel ivre mort sur le canapé qui ne l'avait pas protégée... Oh oui, Nathaniel les haïssait tellement qu'il n'aurait su dire lequel plus que l'autre déchainait sa rage. Et puis, cette impuissance futile ainsi que l'attente alors que l'ambulance arrivait... C'était bien de la haine. Une haine qui, peu à peu, le consumerait.


If I only knew...

Il avait déjà perdu sa mère, maintenant sa soeur. La journée, pourtant, avait bien commencé... Ils étaient dans la voiture de leur père, et la radio allumée débitait un flash info :

" ... Vagues de cambriolages inquiétantes... Etat de plusieurs dizaines de personnes lestées de leur biens... Disparités des victimes, riches ou pauvres, commes prises au hasard... Attention à bien verrouiller vos portes... Maison parfois habitée au moment des vols... " Clic.

Nathaniel éteignit la radio. Il n'écoutait qu'à moitié les flash infos répétitifs qui passaient sur toutes les ondes. On ne parlait plus que de ça ! Oui, Seattle n'était plus une ville sûre. La police était impuissante et ramait, totalement dépassée par cette vague de délinquance, comme engluée dans une mare de sang dont ils ne pouvaient trouver l'origine. Les journaux en avaient fait leurs gros titres : Mais où était donc le président ? Quand allait-on leur rendre leur garantie de sécurité ? Bien sûr, les gens avaient peur, et le pire c'était que la presse et les médias en faisait chou gras. Cette vague de panique qui s'étendait sur la ville était parfaite pour booster les ventes de leurs quotidiens; du sang, de l'horreur, du suspense, de l'incompréhension : une vraie mine d'or, ces gangs. Nate avait presque été heureux d'apprendre qu'un de ses fouilles-merdes avait été attaqué alors qu'il investigait dans un coin dit "à risque" en ayant dépassé le couvre-feu. De toute façon, à les en croire, toutes les zones de Seattle étaient maintenant à risque, surtout à partir de la tombée du jour. Le danger était partout : dans le métro, dans la rue, les bars et chambres d'hôtel, jusque sur le pas de votre porte... Même à la sortie de l'école ! - Qui d'ailleurs pour la plupart étaient maintenant fermées dès 14h. - Les gens se confinaient chez eux et ne faisaient plus confiance à personne, beaucoup n'allaient même plus travailler, et on se déplaçait plus qu'en groupe. Les hôpitaux ne désengorgeaient pas, les sirènes de police rythmait le nouveau quotidien et la nuit, Seattle devenait une sorte de désert morne, comme si c'était la guerre. Et ce n'était pas si faux, sauf que l'ennemi était une ombre qui se faufilait partout, insaisissable, et menaçante... Oui, c'était la peur qui avait pris le contrôle de la ville. Mais il restait une personne qui n'avait pas assez peur à son goût : Noah.
Il gara l'Impala à moitié sur le trottoir et fit taire le ronronnement du moteur. Toute sautillante, la fille en question monta côté passager et lui plaqua un bisou sur la joue avant de se pelotonner sur son siège.
« Tu sais quoi ? Aujourd'hui on a pris des cours d'auto-défense, c'était troooop cool ! »
Nate leva ses beaux yeux noirs au ciel et les plongea dans ceux identiques de la jeune fille inconsciente de 10 ans assise à ses côtés.
« De toute façon avec toi, tout est cool, même vivre dans une ville quasiment assiégée... » Lui renvoya-t-il avec sarcasme.
« Même pas vrai. Je trouve pas ça cool... MAIS SUPER EXCITANT ! » Répliqua sa jeune soeur en s'esclaffant.
De nouveau ses yeux adressèrent une supplique aux cieux avant qu'il ne redémarre la caisse sans répondre. Que vouliez vous rétorquer à une telle insouciance ? Il valait mieux se dire que ça lui passerait... Et même s'il l'avait sermonné, cela aurait-il changé quelque chose ? Non, elle ne l'aurait pas pris au sérieux.
Un léger sourire en coin, Nate taquina sa petite soeur tout le long du trajet. Quand ils rentrèrent à la maison, leur père était affairé à ses habituels badinages... C'est à dire, sa passion pour son boulot. Ils s'affalèrent tous deux sur le canapé devant un film débile. C'était une journée typique. Les évènements qui se produisaient dans la ville n'avaient en rien changé leurs comportements, mis à part les cachoteries qu'ils faisaient ensemble dans le dos de leur père... Nate avait toujours été ce genre de garçon intrépide, qui n'a pas froid aux yeux, et le nombre de fois où il avait été couvert par sa jeune soeur était miraubolant. Tout comme les fois où il lui avait passé ses bêtises... Quand elle se tourna vers lui en se mordillant la lèvre, il fit mine de ne pas voir qu'elle avait une requête à formuler et garda les yeux rivés sur l'écran :
« Nate... J'ai un truc à te demander. » Murmura sa soeur, alors que de toutes façons, leur père plongé dans ses bouquins ne les entendait pas.
« Ca m'aurait étonné. » Se moqua-t-il.
« Comme tu sors, ce soir... Tu peux pas me déposer chez Harry ? Il veut m'amener au cinéma... »
« Pas question, j'le connais pas ce Harry moi ! » (Et en plus quel prénom de m*rde...)
« C'est le mec le plus gentil que j'connaisse ! Ça sera cool ! »
« C'est toujours cool avec toi, ma poule. Mais on est dans une période pas cool, tu vois, alors faudrait freiner un peu. J't'ai déjà couvert pour une soirée la semaine dernière en plus... »
« C'est pas n'importe quelle soirée Nate ! Tu comprends pas que j'en ai besoin ? Ce sera un moment inoubliable ! Tu ne peux pas me priver d'ça, je te promets qu'c'est la dernière fois que je te demande un truc comme ça ! J't'en prie... »
Elle aimait ce type, ça crevait les yeux. Et Nate connaissait le refrain : il savait qu'il ne pourrait pas dire non longtemps. Sauf qu'il avait sa botte secrète.
« Il a quel âge ? »
« 18ans. »
« QUOI ? Non. »
« Non mais j'rigolais, il a 13ans. »
« ... Non. »
« Mais ! »
« Non, Noah, j'ai dit non, j'te laisserais pas sortir avec ce mec, s'il est gentil c'est juste pour arriver à ses fins et... »
« J'te déteste ! » S'écria-t-elle en lui tournant le dos, boudeuse, alors qu'il lui fit des chatouilles.
Leurs rires se répercutèrent dans la pièce.
« Ah, vous êtes là les enfants ! Je ne vous avais pas entendu rentrer, je commençais à m'inquiéter... » Dit leur père, alors qu'ils se regardaient avec un sourire entendu.
Noah était sa lumière, elle donnait de l'éclat à sa vie et à ses journées : elle était carrément la chose la plus importante à ses yeux. Il aurait fait n'importe quoi pour elle, à vrai dire elle aurait pu lui demander tout ce qu'elle voulait, et elle le savait. Seulement, il devait y mettre des limites, pour son bien, c'était aussi par Amour qu'il se devait parfois d'être intransigeant. S'il avait su, il l'aurait laissé sortir, si ça avait pu éviter ça... Mais quoi qu'il en soit, l'Amour n'a aucun pouvoir sur la Fatalité, et il n'aurait pas pu prévoir ce qui été arrivé. Que le cambrioleur s'introduirait dans leur maison ce soir là, tomberait sur Noah, et la pousserait du haut des escaliers... Après ça, rien ne fut plus pareil.


She was my Queen, my everything, but he took her from me.

Au chevet de sa jeune soeur, que les ambulanciers et les chirurgiens avaient réussi à sauver malgré les lésions irréversibles à sa colonne vertébrale, Nathaniel essayait de se souvenir. De se remémorer la dernière fois où il avait été vraiment heureux.
Depuis la mort de sa mère, alors qu'il avait 14ans, il était devenu instable, et avait reporté toute son attention sur sa petite soeur alors que leur père, dévasté, avait sombré jusqu'à, parfois, oublier leur existence, voir la maudire. Laisser Noah seule avec lui chaque fois qu'il devait repartir pour Salem lui brisait d'ailleurs le coeur... Car oui, bien sûr, qu'ils les aimaient, mais ils lui renvoyaient à la figure le deuil de sa femme et ils comprenaient sa douleur... Ils avaient ce même trou, dans le coeur. Sauf qu'Adam, pour pallier à ça, se réfugiait dans l'alcool, et ne s'occupait pas de la petite aussi bien qu'il aurait fallu. Pour vaincre son chagrin, Nate lui, avait trouvé un moyen comme un autre : se battre. Faisant parti d'une bande de loubards du quartier, ils sortaient faire les 400coups dans la rue, dans les bars ou dans des squats... Boire, fumer, jouer des poings... Jouer les durs. Et puis, se taper des filles, aussi. Bien que, même s'il le laissait croire, Nathaniel ne brisait pas les coeurs, et il n'était pas non plus infidèle ; il était clair dès le début, et les filles acceptaient sa frivolité au moment de sortir avec lui, si ça devait devenir "sérieux". Bien que, souvent, cela ne l'était pas bien longtemps. Que ce soit à Seattle, ou à Salem, d'ailleurs, où il retrouvait ses potes magiciens pour de nouveau des 400coups à n'en plus finir. C'était ce train de vie décousu qui faisait oublier à Nathaniel ce vide qu'il ressentait depuis que sa mère les avait quitté. S'il était heureux ? Non. Il essayait juste d'y penser au minimum. Mais là, tout venait d'exploser en morceau : sa carapace, sa façade, tous ses efforts réduits à néant. Toutes ses barrières étaient à présent baissées : car sa soeur gisait là, devant lui, inconsciente dans un lit d'hôpital, comme sa mère l'avait été avant elle. Nathaniel redevint ce petit garçon tremblant qui serrait de toutes ses forces la main de sa petite soeur, les larmes au bord des yeux, le coeur sur le point d'éclater sous le poids de la tristesse. Fou de rage contre la fatalité. Mais cette fois, pas seulement... Ses yeux noirs se relevèrent un instant pour se poser sur la troisième personne présente dans la pièce : Adam Cavanaugh, son père. Ses dents se serrèrent tandis que ses sourcils s'abaissaient, trahissant la colère qui sourdait sous la surface. Sa voix, glaciale, interrompit quelques instants le calme mortel qui envahissait la pièce depuis de très longues minutes.
« Tu as pensé à ce qu'il se serait passé si j'étais pas rentré ? » Gronda-t-il sans pour autant hausser la voix, avant de continuer : il n'attendait pas de réponse, de toute façon. « Moi oui. Je n'arrête pas d'y penser, d'ailleurs, je suis incapable de me le sortir de la tête... Car si j'étais rentré ne serait-ce qu'une heure plus tard, Noah serait morte. Morte, papa. Tu t'en rends compte, j'espère. Ce n'est peut être pas toi qui l'a poussée de la rambarde, mais tu l'as permis. Tu ne l'as pas protégé, et celui qui lui a fait ça est là, dehors, à respirer le même air que nous. Alors je prie. Je prie pour que Noah s'en sorte et ne ressente pas le sentiment qui oppresse ma poitrine. Ce sentiment qui fait que je prie aussi pour que chaque jour qui passe depuis cet instant, cette pensée ne te quitte jamais : que tu as failli tuer ta propre fille. Nuit et jour, à chaque seconde, je souhaite qu'elle te torture pour que tu mesures enfin quelle pâle imitation d'homme tu es. »
Ouais, Nathaniel, à cet instant, haïssait l'homme qui était son père. Un auror illustre qui passait son temps à sauver le monde sorcier des menaces extérieures mais qui n'était même pas capable de s'occuper de sa propre famille. Il ferma les yeux et enfouit sa tête dans les draps pour endiguer les larmes de frustrations qui menaçaient de déborder de ses cils. Il avait mal. Tellement mal au coeur. Il entendit la porte claquer, mais ne releva pas la tête. Et, alors qu'il se laissait envahir par la douleur, le sommeil vint l'emporter sur tout le reste, l'amenant dans les méandres sinueux de ses pensées contradictoires, peuplées de colère mais aussi... D'amour. Car c'était bien l'amour qui le faisait réagir ainsi ; on dit bien qu'entre l'amour et la haine, il n'y a qu'un pas. Et malgré tout ce qu'il pouvait dire, si Nathaniel était dans cet état, c'était car son père avait toujours été, et depuis son plus jeune âge, son héros. Il n'adulait pas Superman, ni un quelconque sorcier, non : il vouait une admiration sans borne à Adam Cavanaugh. Et il l'avait déçu. Encore une fois.


There was a terrible crash.

Ce n'était pas la première et ne serait pas non plus la dernière des déceptions ; Nathaniel le savait très bien, et en avait pour preuve les années d'expérience qu'il traînait derrière lui. Il n'avait que 16ans et était déjà vacciné à toutes les sortes d'épreuves que la vie pouvait placer sur votre route. La maladie, la mort, la déchéance, la dépendance, les accidents, la connerie humaine, le mépris, la rage, le dégoût. Autant de choses qui étaient son quotidien. Car oui. Chaque putain de jour, ça recommençait. Et même quand il n'était pas chez lui ; la magie ne diluait en rien ce constat misérable : au contraire. Elle ne faisait que complexifier le tout. Conflit moldus-sorciers, ségrégation des sangs... Quand on est un Cavanaugh et qu'on vit dans le quartier moldu de Seattle, descendant d'une mère sang-de-bourbe et d'un père auror déchu alcoolique, les autres sorciers ne sont pas tendres avec vous. Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien en avoir à faire ? Rien, que dalle, lui ça lui convenait très bien, ce qu'il était... Et les remarques des autres ? Des excuses en plus pour faire jouer ses poings. Tout bénef'. C'est qu'il en avait cassé, des nez, à Salem. Avec tous ces petits bourges prétentieux, fils-à-papa jusqu'à la moelle qui ne savent rien faire d'autres de leurs mains que taper le code de la carte bleue de papa, et de leur cerveau : retenir les quatre chiffres magiques, ça faisait des cibles de choix. Ils s'ennuyaient tellement dans leur petite vie morne prémachée qu'ils voulaient, au fond, que Nate les frappe, pour mettre un peu de piment dans leur journée. Et c'était parfait : Nate ne demandait que ça. Non pas qu'il ait eu quelque chose en soi contre les riches... Bon, si, d'accord, il les détestait tous. Eux qui avaient la vie si facile et pour qui le fric ouvrait toutes les portes, et qui, en plus, gaspillaient tout ça en déballage inutile pour attirer l'attention. Des sous-merdes qui cachaient leur véritable nature par une couche d'or 18carats, voilà tout. Sans parler des filles... Elles, c'était carrément le summum de la bêtise. Des espèces de midinettes mijorées qui se croyaient que l'école devait être une défilé de mode H24, le festival des froufrous et des plus grands couturies ; comme si se vêtir avec du Channel allait faire le travail à leur place. C'était aussi celles qui, étrangement, lui vouait un drôle de culte et semblait l'admirer ; c'était à n'y rien comprendre. D'un côté la haine des bourges machos, et de l'autre la fascination des clubbeuses... Il était pas sorti de l'auberge, le pauvre, surtout que pour rien au monde il n'aurait fricoté avec ça... Bon, d'accord, un peu, une nuit de temps en temps, mais rien de plus, que ça soit dit. Mais chut. Si Noah avait su... Elle l'aurait taillé. Méchant. Nathaniel se trouvait donc entre deux mondes, et ne trouvaient sa place dans aucun. Il avait perdu espoir d'un jour savoir quoi faire de sa vie depuis qu'il l'avait regardée se déliter sans pouvoir rien faire pour recoller les morceaux. Noah était dans un fauteuil, son père sous perfusion de whisky pur feu, et lui, il était... Rien. Simplement un sale gosse colérique qui s'attire les foudres de tous les profs de Salem, et qui traînent avec une bande pas nette le soir, dans les rues de Seattle. Pourtant, au fond, ç'aurait pu être un bon bougre, mais il n'avait simplement foi en rien. C'était ainsi.

Le déclic s'opéra un soir de Juillet. Nathaniel était en vacances, ayant par miracle réussi sa 4ème année à Salem, et fêtait le tout comme d'habitude : les bars. En tant que gros irresponsable à moitié alcoolique sur les bords, il suivait dangereusement les traces de son père, qui était devenu de pire en pire depuis la disparition de sa connasse. Coéquipière, pardon. Nate, lui, n'en revenait pas que cet homme puisse encore s'enfoncer plus qu'il ne l'avait fait jusqu'alors, et l'avait renié depuis bientôt un an. S'il rentrait encore à la maison, c'était pour Noah, et personne n'était dupe là dessus, surtout pas Adam ; bien que, vu l'état dans lequel il se mettait perpétuellement, il ne doive plus pouvoir se rendre compte de grand chose. Alors qu'il finissait son 6ème shooter d'aquavit, Nate sentit au fond de sa poche arrière, quelque chose vibrer. Fronçant les sourcils, il extirpa tant bien que mal le petit boitier qui continua de vibrer dans sa main alors qu'il lisait le nom qui s'affichait : Adam. Fuck, qu'est-ce qu'il pouvait bien lui vouloir encore, cet abruti ?
« Qu'est-c'que tu m'veux, Cavanaugh Senior ? » Ricana-t-il avec mépris alors qu'un silence lui répondit, avant qu'on se mette à crier :
« PUTAIN NATE, c'est pas le moment de faire ton kéké, il bouge plus ! Papa bouge plus ! »
« Quoi ?! Comment ça il bouge plus ?! Il respire ? »
« J'en sais rien ! Il bouge plus, c'est tout, fais pas chier et ramène toi putain ! » Lui hurla-t-elle, la voix brisée.
« J'ARRIVE, j'suis à côté t'inquiète pas ! ... Pendant c'temps, fous lui des baffes, on sait jamais. » Ajouta-t-il avant de finir son verre d'un trait pour ensuite se mettre à courir ; il était parti dans payer, en plus : mais bon, situation d'urgence, n'est-ce pas.
Et, juste avant de raccrocher, il avait eu le temps d'entendre sa petite sœur étouffer un rire avant de lui lancer : "Ahah, très drôle.", pour ensuite entendre un gros "CLAC", qui lui avait fait monté un sourire aux lèvres. Oui, c'est mal. Ou l'art de dédramatiser, quoi. Quand on est tellement habitué au pire, on finit par presque réussir à en rire... Mais je dis bien presque. Car à se moquer de la fatalité, on s'en attire les foudres. C'est ainsi que Nate finit à l'hôpital. Bon, y'avait du positif là dedans, puisque c'était effectivement la destination qu'il voulait rejoindre... Sauf que normalement, ce n'était pas lui qui aurait dû être enregistré aux urgences, mais son père, qui faisait un coma éthylique sur la banquette arrière. Sauf que Nate n'avait pas son permis, et bien qu'il sache à peu près bien conduire, dans la précipitation, un accident était si vite arrivé... Il suffisait de louper un virage juste avant l'entrée et de se manger un trottoir suivi d'un mur... Un Nate et une voiture en morceaux juste devant l'hôpital, avec un Adam heureusement trop ivre mort pour voir le massacre. Et ce qui devait être un sauvetage express se transforme en deux fois plus de dégats. Point positif cependant : au moins, ils avaient été pris en charge très rapidement, là... Et c'est au réveil, à moitié bandé, à moitié emplâtrer de partout, que Nate avait compris. Compris combien sa famille était importante pour lui ; et, sentant encore l'adrénaline parcourir ses veines - ou c'était p't'être la morphine qui faisait ça en fait Oo - il se sentait un autre homme. La colère avait disparue quand, en ouvrant les yeux, il avait vu les deux visages de son père et de sa soeur s'illuminer, puis entendu leurs rires. Il voulait faire de sa vie quelque chose de bien. Et, enfin, se donner les moyens de réaliser son rêve : devenir auror. Car, s'il ne l'avait jamais avouer à personne, c'était toujours ce qu'il avait voulu faire : protéger les autres, et, surtout, suivre les traces de son père... Pour le meilleur et pour le pire.


Dernière édition par Nathaniel U. Cavanaugh le Mar 14 Sep - 12:41, édité 12 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 203
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) shiya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2010
    ♦ LOCALISATION : Si vous voyez une bouteille de whisky, il est jamais bien loin.



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Dim 25 Juil - 16:51



      Partie 2 : Combat & Espérance.
      Quand on ne peut revenir en arrière, on ne doit se préoccuper que de la meilleure façon d'aller de l'avant. (Paulo Coelho)


It's alright, it's okay, I got the time, but the time don’t pay.

« Mercredi 7 Mars 1982,

Nathaniel est merveilleux. Il rigole déjà... Enfin, Adam dit que les sons que j'entends ne sont que des couinements et que ce n'est que les délires d'une mère qui accouche de son premier enfant, mais je suis sûre qu'il s'agit là du rire le plus pur au monde. Et quand je vois son sourire - grimace, dixit Adam, mais cet homme est le plus irritant au monde alors il ne faut pas l'écouter ... - moi je sais qu'il est promis à faire de grandes choses. »

Extrait du Journal de Holly Cavanaugh.

La vie telle qu'il la connaissait, changea lors de sa rentrée en 5ème année. S'il était toujours le même Nate - avec quelques cicatrices en plus - il avait repris goût au monde. Son regard sur les choses étaient neufs, et enfin, il cessait de voir tout en noir. Son sourire au charme légèrement désabusé revint au galop alors qu'il ne donnait plus que dans le regard de killer qui emmerde le monde. Et, s'il emmerdait toujours pas mal de personnes - à savoir les bourgeois, les filles avec la frange à la Kate Moss et pas mal de profs et autres surveillants - il avait maintenant un but : le certificat d'auror. Non, bien sûr, Nate n'est pas devenu pour autant un rat de bibliothèque et n'a pas arrêté de se battre pour autant... Mais il a mis du coeur dans ce qu'il faisait. Et, étonnamment, il n'était pas encore au bout de ses surprises.
C'est d'une banale bagarre que tout a commencé. Nate traversait la cours à grand pas, vers un attroupement de personnes inhabituels... Ça sentait la baston, et il en frémissait d'avance. Baguette bien calée dans sa poche arrière, il avait remonté ses manches quand il arriva sur les lieux. Un 5 contre deux. 5 fils-à-papa, et deux inconnus apparemment typés. Aux quelques jurons exotiques qu'il entendit, c'était clairement des nouveaux, et automatiquement, Nate se prit d'affection pour eux ; c'est qu'ils se battaient bien... Même la fille. Il laissa ses yeux noirs jauger cette belle créature quelques instants, son corps svelte et ses longs cheveux blonds virevoltant dans le feu de l'action. Il n'avait pas senti le sourire béat se coller à son visage avant de se mordre un peu trop fort la lèvre, et se donna une claque mentale pour se reconcentrer. Puis, au moment où elle sembla en difficulé, il se jeta dans la bagarre. Tombant à pic, il la rattrapa juste avant qu'elle ne touche le sol, sourire du sauveur de l'humanité sur les lèvres et invitation à reprendre le combat au fond des yeux. La relevant d'un coup, il la regarda décocher un bon gauche à son assaillant avant de se retourner pour donner un bon kick au deuxième. A trois, ils les avaient lattés sans aucun problème. Un vrai jeu d'enfant. C'était comme s'ils étaient faits pour ça ; et Nate avait su instantanément que les choses ne seraient plus jamais les mêmes à Salem maintenant qu'ils étaient là.


She is electric, can I be electric too ?

Elle s'appelait Arizona. Et l'autre, c'était son cousin, Rafaël. Jamais il n'aurait pu le prédire, mais ces deux là seraient les plus belles rencontres de sa vie et quelques années plus tard, seraient encore à ses côtés, et ce pour toujours. Mais pourtant, depuis qu'ils étaient entrés dans sa vie, tout avait changé. Un peu grâce à Raf', qui était le meilleur ami que Nate avait jamais eu et la connerie incarnée, ce qui faisait qu'ils s'entendaient comme larron en foire... Mais beaucoup grâce à Ar', aussi ; car, même si Nate n'arrivait pas encore à mettre des mots là dessus, elle était juste... Parfaite. Un petit bout de soleil, toujours prête à le faire rire par ses remarques osées et son caractère si direct qu'il en était automatiquement attachant, et puis ces yeux bruns si expressifs, qui pouvaient envoyer des éclairs aussi soudainement que se remplir de larmes, ou encore s'illuminer. Oui, ça c'était certain, elle était différente de toutes les autres filles qu'il avait rencontré jusque là, et c'était pas rien de le dire. Il adorait quand elle le frappait quand il la taquinait, refusant de montrer ses émotions, toujours à jouer les dures à cuire. Elle avait toujours ce même air sauvage et insaisissable, si bien qu'il était difficile de savoir exactement ce à quoi elle pensait quand son visage exprimait cela. Et puis, il fallait dire qu'en plus du caractère, Arizona était ce que Nate la qualifiait sans gêne : la femme idéale. Sculptée de la main des Dieux, aux longs cheveux clairs ondulés et avec ces grands yeux bruns et sa peau halée, et puis ces accents hispaniques qui lui confèrent un charme naturel et une attirance innée... Une vraie beauté fatale, en somme, malgré sa petite taille et ses manières de mec indéniables. Sauf que ce qui était des défauts pour certains étaient pour Nate ce qui faisait tout. Arizona sans ses jurons, ses fuck, ses regards noirs, ses commentaires bien sentis et son cynisme, n'aurait pas été Arizona. Et, entre l'étau de ses yeux sombres, Nate se sentait vivant ; et c'était nouveau pour lui. Nouveau, et salvateur.

NATE - Ces trois dernières années de lycée furent les plus belles de mon existence. Mon père était redevenu cet auror respecté et fiable, ma petite soeur était rentrée à Salem et avait réussi sa première année avec succès, comme toutes les années qu'elle entreprendrait ensuite, et quant à mon rêve, je réussis à l'atteindre : mes résultats me permirent d'aller dans l'école des aurors pour passer mon certificat. Et, devinez quoi ? Raf' et Arizona aussi, furent de la partie. C'est d'ailleurs là bas qu'on a rencontré le quatrième lurons de notre bande : Maéva. Bon, j'vous cache pas qu'au départ, j'ai pas trop vu d'un bon oeil l'entrée de cette psychopathe dans notre équipe... (Moi, peur d'elle ? Mais non, c'est faux, pourquoi vous dîtes ça ? Ow ! Oo) M'enfin, Raf' était raide dingue d'elle - j'avais toujours su qu'il avait des tendances sado-maso c'ui là. D'ailleurs, heureusement que Maé sait pas qu'en fait, son mec est marié avec moi depuis l'été sinon, j'aurais plus d'tête... Quoi ? Non, je suis pas gay, j'étais bourré et j'ai suivi Elvis, c'est tout. Oh et puis merde, demandez à Raf'. Quoi qu'il en soit, il y a des choses que le commun des mortels ne peut pas expliquer, parfois. Ce que nous étions tous les quatre les uns pour les autres en fait sûrement parti. Et je suis loin de dire pourtant que je crois en Dieu, juste combien ces êtres dans ma vie font exceptions. On ne peut dire ça de tout le monde, et ce n'est pas dans mon tempérament de dire ça à la légère, après, je vous laisse faire ce que vous voulez de ces informations. Mais s'il y a une chose à laquelle je crois, en revanche, c'est au karma. Et laissez moi vous dire qu'à ce niveau, le mien doit sérieusement être sociopathe...

Love will tear us apart.

Si tout le monde s'était déjà rendu à l'évidence que Nathaniel Ulrich Cavanaugh était raide dingue amoureux d'Arizona Raquel Taylor, lui, non. C'était d'ailleurs valable avec la deuxième personne de l'histoire. Demandez à leur entourage, ils vous diront combien ces deux êtres peuvent être ridicules, à rester en orbite autour de l'astre qu'ils convoitent sans jamais oser s'approcher un peu plus près. Tous s'accorderont à dire : quel incroyable gâchis... Et, s'ils ont pourtant essayé de les coller ensemble à maintes reprises, fierté mal placée pour l'une et dévalorisation chronique pour l'autre, cela ne s'est jamais produit. "J'suis pas amoureuse de lui." "T'es fou, elle est beaucoup trop bien pour moi." Bravo, les enfants. Et voilà comment on passe à côté de l'histoire de sa vie... Surtout que le temps passe. On grandit. On rêve. On fait des projets. Et à 23ans, on commence à essayer de se projeter dans la vie... Souvent, à deux. Et c'est ce que Nate fit.

Elle s'appelait Katheryn, mais tout le monde l'appelait Kitty. C'était vraiment une très belle femme. Elle aurait dû être tout ce que Nate détestait... Mais leurs atomes avaient décidé de s'accrocher les uns aux autres. Allez comprendre... Ce qui se passait entre eux était simplement un peu plus que du sexe. Elle le faisait rire, pas forcément consciemment. Il était simplement bien avec elle. Lui qui avait toujours fui l'engagement et la durée finit par s'habituer à sa présence, et nul mot n'eut besoin d'être prononcé quand il emménagea chez elle ; il y passait déjà beaucoup de temps de toute manière. Kitty était une fille de bonne famille qui s'était émancipée très tôt de ses parents, ne supportant pas d'être couvée. Toujours pourtant habillée dans des tenues parfaitement assorties et à n'en pas douter plutôt chères, elle se fichait de ce que pensaient les gens. Quand à l'argent, il n'était pour elle qu'un moyen, et si aux premiers abords on la jugeait bourgeoise quand on la voyait boire son thé en fumant ses menthol sur la terrasse d'un café, elle n'en avait en fait que l'apparence. On aurait aussi pu la croire guindée et froide mais c'était tout le contraire ; chaleureuse, et avec une répartie pimpante, elle avait su éveiller l'intérêt du jeune sorcier téméraire et passer outre sa carapace. S'intéresser réellement à lui, et aller le chercher, au delà de ses remarques cyniques et de ses esquivades pleines d'ironie. C'était une femme surprenante. Très concernée par le peuple et la société, c'était en réalité une journaliste qui prenait la parole pour les plus démunis, et y mettait d'ailleurs tout son coeur. Aussi bénévole dans tout un tas d'association, c'était une fille bien. Une fille bien qui s'était épris d'un mauvais garçon, et qui lui avait voir le monde différemment. Qui avait accepté de ne pas entendre de retour à ses "je t'aime". Ce qui ne l'avait pas empêché d'y rêver et de savoir qu'il l'aimait, à sa façon. Il n'y avait pas non plus eu de larmes et de cris quand ils s'étaient quittés, deux ans plus tard. Simplement quelques mots. "Je suis désolé." "Je comprends." Et leurs routes s'étaient séparées.

Pendant ce temps, Arizona et Nate s'étaient perdus de vue. Si vous demandiez pourquoi au jeune homme, il vous répondrait simplement : "C'est la vie", probablement en haussant les épaules et ravalant la boule d'amertume dans sa gorge. Ça c'était fait comme ça, il n'avait pas tort. Ils s'étaient vus de moins en moins souvent, et avaient de moins en moins de choses à se dire. Puis, elle avait décidé de partir pour "le bien de sa carrière" dans une autre équipe et, dès lors, ça avait été fini. C'était pas faute d'avoir Raf' pour lui dire que lui courir après mais, Nate avait refusé. "De toute façon, elle me jetterait", avait-il argué. Ce qui n'était pas totalement faux, d'ailleurs. C'était ainsi qu'ils avaient perdu tout contact... Après de faux au revoir au goût étrange d'adieux. C'est là que le karma sociopathe avait décidé de faire son grand retour. Coucou c'est moiii, je me suis tenu à carreau pendant deux ans mais j'ai décidé de faire un gros coup ! Nathaniel aurait dû savoir que ça sentait pas bon quand Raf' lui avait parlé de cette super mission qui avait été filée à leur équipe, sur une île inconnue nommée Nameless. Il aurait surtout dû se douter qu'Adam, fidèle à lui-même, allait faire envoyer une lettre à la personne qui manquait pour qu'ils soient réellement au complet... Arizona. Quant à savoir si Nate aurait accepté quand même en le sachant ? C'est une question qui restera sans réponse. Vous devez juste savoir qu'il n'aurait voulu pour rien au monde rater la tête d'Arizona quand elle verrait Adrian, celui qui avait été désigné pour la remplacer depuis son départ : un espèce de Norvégien mixé avec Nate en mode aristo' à l'égo plus haut que la tour Eiffel. Sur ces entrefaites, j'ajouterais juste que ça promettait d'être bientôt l'explosion, sur Nameless... Attention les yeux !



Chapter Three : Tell us more about you
Your tastes
Café ou thé? Quitte à accumuler les dépendances, Nate est accro à la caféïne. Tous les matins, il lui faut sa dose. Parfois même avec un peu de Whisky, pour bien commencer la journée.
Bierraubeurre ou whisky pur feu ? Il préfère de loin le whisky mais ne dit pas nom à une bonne bière, vous savez...
Soirée alcoolisée ou au coin du feu ? Ah ah ah. Où qu'il passe la soirée, c'est alcoolisée, même au coin du feu.
Hiver ou Eté ? Hiver. Y'a tellement de façon de se réchauffer.
Blanc ou noir? Définitivement noir. Il n'a de l'ange que le nom et la gueule, pas la couleur.
Le Chicaneur ou la Gazette du Sorcier? Il préfère les revues sexy.
Film d'amour ou d'action ? De tout, c'est une encyclopédie cinéma vivante.
Garçons ou filles? Oh les filles, oh les filles...
Canons de Chudley ou les Harpies de Holihead? Regarder des cons qui volettent après une baballe, non merci.
Chocogrenouilles ou Dragées de Bertie Crochue ? Cheese burgers !
Your magic
Baguette : 35cm, en bois de cèdre, et contient de l'essence d'Absinthe.
Epouvantard : Lui, la bague au doigt, tenant un test de grossesse positif à la main.
Hibou utilisé? (école, propre?) Ceux de l'école. Il voit pas pourquoi il irait s'encombrer de ces machins là. Ça chie partout et ça pue, en plus.

Your beliefs
Crois-tu en Dieu ? AHAHAH, le délire, quoi. Bref : non.
En l'espèce humaine ? Sans déconner, il croit déjà pas en lui-même alors... Non plus.
Au projet Elderwood ? Il laisse la politique à ceux que ça intéresse.

Chapter Four : Oh! That's a muggle, isn't it ?

Pseudo : C'est pas moi, j'ai rien fait !
(Prénom :) Je ne parlerais qu'en présence de mon avocat.
Age : J'ai un alibi, j'étais dans le lit d'une fille.
Double Compte ? : Elles sont toutes folles de moi.
Prédéfini ? : J'suis unique en mon genre.
Présence sur le forum ( ? / 7 ) : T'as un 06, poupée ?
Avatar : Je sais, j'suis beau. (Milo Ventimiglia)
Code du règlement : J'ai de l'énergie à revendre, si tu veux on peut en cramer ensemble...
Comment avez vous connu le forum et qu'en pensez-vous? : La fréquentation va augmenter maintenant que je suis dessus...
Autre : C'toi, l'autre.

To be continued ...


Dernière édition par Nathaniel U. Cavanaugh le Ven 8 Oct - 11:33, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Dim 25 Juil - 17:24

    Comme une impression de déjà vu... xD

    Re-bienvenue x).
Revenir en haut Aller en bas
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 203
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) shiya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2010
    ♦ LOCALISATION : Si vous voyez une bouteille de whisky, il est jamais bien loin.



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Dim 25 Juil - 17:24


    AHAH. Merciii toi. love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Dim 25 Juil - 17:50

Teuh. On t'as reconnu (aa)

RE-BIENVENUUUUUUUUUUE ! potté
Revenir en haut Aller en bas
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 118
    ♦ PSEUDO : No way !
    ♦ CREDITS : (c) Delphie
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 05/07/2010



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Dim 25 Juil - 19:46


    On s'connait, non ? (a)
    Par contre j'veux pas t'vexer mon cochon, mais t'as hérité des yeux d'ton père, et y'a pas plus marrons. x)
    A la tienne ! beer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Dim 25 Juil - 20:31

Salut beau brun héhé ! On va se boire un verre ? /sbaaaaaF./ ù.ù

Bienvenuuue ? Re-re-re...re-bienvenuuue plutôt ! xD
Et bonne chance pour ta fiche :) !
Revenir en haut Aller en bas
Poudlard

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 897
    ♦ PSEUDO : Bemolle
    Féminin ♦ CREDITS : (c) Bemolle ; Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 29/08/2009
    ♦ AGE : 28
    ♦ LOCALISATION : Somewhere under the Rainbow, lost between stars and shadows .



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 18 ans; 6e année & Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Dim 25 Juil - 20:50

    loooove
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • avatar
    ACCIO PROFIL


Invité



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Lun 26 Juil - 11:01

* plier de rire à la lecture du chapitre Four *
Revenir en haut Aller en bas
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 106
    ♦ PSEUDO : la grand-mère à moustache
    ♦ CREDITS : white rabbit
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 11/06/2010
    ♦ AGE : 28
    ♦ LOCALISATION : j'ai prit une telle chtouille hier soir, que je me sais pas où je suis '-'



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 26 ans/ Ancien Yolihuani-Salem
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Mar 27 Juil - 10:09

mon Nattteeeeuuuuuuuuuuuuuuuuu fast hug
Homme de ma vie *O*

*fait le pied de grue devant la fiche* u.u
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 203
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) shiya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2010
    ♦ LOCALISATION : Si vous voyez une bouteille de whisky, il est jamais bien loin.



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Jeu 7 Oct - 20:59


    Voilààà, finiiie. (a)

    Je sais, je suis la Speedy Gonzalès des fiches. =D /BAF/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Durmstrang

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 149
    ♦ PSEUDO : Pow
    ♦ CREDITS : ©jane et Psycot ( gif de sign )
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 22/12/2009
    ♦ AGE : 28
    ♦ LOCALISATION : là où on peut jouer à la play



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 y.o ; 6ème année ; Durmstrang
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Ven 8 Oct - 9:40

    Bienviendu à toi, Homme des cavernes parfumé au Axe chocolat !
    Une fiche sublime, as always aurais je dit si j'avais deviné qu'il s'agissait d'un énième compte /SBAF/ mais comme je ne sais pas qui se cache derrière ce perso (a)
    Comment ça je mens mal ???????????? >_>

    Alors j'ai juste un truc à dire ...
    ELLES SONT FOLLES DE MOI D'ABORD >.<

    et puis ta fiche me laisse perplexe, donc on va attendre l'avis d'un autre admin' u.u
    Oui, délit de sale gueule alors jte fait languir u.u

    NAMELESS SERA A NOUS MON PETIT POUSSSIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIINNN ( Raf' saute partout )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 203
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) shiya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2010
    ♦ LOCALISATION : Si vous voyez une bouteille de whisky, il est jamais bien loin.



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Ven 8 Oct - 9:59


    *saute sur sa femme et lui fait l'amour sur l'instant /BAAAAF/*

    Mouhaha Inès comment tu t'es faite devancée, oh la hoooonte. 8) *cours* Mais bon, je veux bien te faire l'amour quand même hein. mr green /baf/

    I LOVE YOU GIRLS love
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Poudlard

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 1084
    ♦ PSEUDO : Tekila
    Féminin ♦ CREDITS : Tekila, Lux Aeterna & Tumblr
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 19/08/2009
    ♦ AGE : 28



Revelio

& Me, myself and I
♦ AGE; ANNEE & ECOLE: 19 ans, 7ème, Poudlard
♦ DEDICACES:

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Ven 8 Oct - 16:56



    *pousse tout le monde*

    Même pas vrai mr green je suis tellement puissante que j'ai ordonné ta non validation pour te garder pour moi devil héhé

    Quelle fiche trop nulle, bouh, c'est quoi cette Arizona en plus, j'ai détesté! Je comprend pourquoi ta fiche laisse perplexe Pow, c'est sûrement ce Raf' qui l'a perturbée saint

    J'arrête ?

    D'accord.

    Bon, j'avoue, je suis fan, je n'ai pas actualisé toutes les semaines, non. mr green Donc bon, une raison de plus de me bouger le cul avec la mienne superman On va foutre la merde et accessoirement pervertir encore plus le forum qu'il ne l'est déjà, mais ça, c'est un mini rikiki détail mr green Est-ce que j'ai dit que j'avais aimé ta fiche presque autant que je t'aime toi? Sûrement ref

    Maggle?

    T'ES VALIDÉE BABY !!!! loooove


    P.S: come here

_________________
    Find light in the beautiful sea
    I choose to be happy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Auror

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 203
    ♦ PSEUDO : little suzy
    ♦ CREDITS : (c) shiya
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 09/06/2010
    ♦ LOCALISATION : Si vous voyez une bouteille de whisky, il est jamais bien loin.



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   Ven 8 Oct - 20:36


    Juste :

    love <3 coeur calin loooove hug lechouille i love you I want it duck gaga

    Et je crois que ce sera tout. (a)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

  • ACCIO PROFIL


Contenu sponsorisé



Revelio

MessageSujet: Re: J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'irais cracher sur vos tombes. || {Nate} ended.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» J'irai cracher sur vos tombes
» Pillage de "tombes"
» Visiteurs amoureux de ces très vieilles tombes.
» Voila un grand dresseur , voila Nate River !
» J'irais jusque là !!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Recensement de la population de l'Archipel. :: ─ VISA :: ─ Anciennes fiches à complèter
-