Partagez | 
 

 {{ Le contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maître du jeu

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
    ♦ PSEUDO : aléatoire
    ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



Revelio

MessageSujet: {{ Le contexte   Sam 3 Juil - 19:58

Le Contexte
À connaître sur le bout des doigts !

Introduction

Comme vous pouvez le constater ce sujet contient différentes parties: le contexte lui-même qui retrace l'avant Elderwood, la première année scolaire et la situation actuelle pour la nouvelle rentrée; une seconde partie qui détaille l'avant Elderwood et l'amorce de la première année pour le premier post. Pour ceux qui voudraient plus de précisions pour jouer un personnage adulte, il est fortement recommandé de lire l'historique d'Elderwood qui se trouve en second post. Afin de maîtriser au mieux l'univers du forum de façon générale nous vous prions de prendre connaissance de toutes les parties de façon à ce que votre fiche soit la plus complète et cohérente possible, naturellement. Le contexte général étant fait, à la base, pour les gens qui parcourent le forum avant de s'inscrire.

« Contexte Général »

La magie se perd, c'est un fait. Les sorciers s'éprennent de moldus, et c'est ainsi que les sangs se font de plus en plus mélangés. De longues lignées de sorciers se sont arrêtées brutalement. Les différentes écoles de magie du monde entier ont fermé leurs portes les unes après les autres. Jusqu'à l'année précédente, seules les neuf plus importantes d'entre elles avaient su se maintenir à flot. Mais alors que les sorciers continuaient de se faire de moins en moins nombreux, les ministres et les directeurs des écoles se sont réunis. Il ne restait alors qu'une solution, relevant du projet ambitieux : ouvrir une école au centre de tout, dans un endroit choisi minutieusement, qui proposerait les meilleurs enseignements possibles, offrant aux sorciers du monde entier les plus belles chances de réussir. C'est une île qui a été choisie pour accueillir le projet : l'île sans nom, Nameless, perdue quelque part au milieu de l'Océan Atlantique. Si pour les moldus, cette île répond au doux mythe de l'Atlantide, pour les sorciers, il s'agit du berceau de la magie. Dès la rentrée 2011, ce sont différentes cultures venues des cinq continents qui se sont retrouvées ici, sur Nameless, dans l'école d'Elderwood...

Le choc des cultures n’a pas été simple à gérer et les incidents, mineurs comme majeurs, se sont succédés. Si la réunion parents-professeurs était de bon augure, une bataille de boule de neige qui a mal tourné a réveillé les rivalités entre les anciennes écoles. Et la fête organisée dans le but de rassembler les étudiants n’a fait qu’attiser l’animosité des habitants à leur égard. Si les quelques semaines qui ont suivies ont été calmes grâce aux mesures prises par Nathan Kiely, personne ne s’attendait à ce que cela finisse par dégénérer de nouveau, et, cette fois-ci, être réellement hors de contrôle. Un soir comme les autres, une pleine lune venue de nulle part a amené le chaos sur l’île, obligeant les étudiants à se solidariser pour survivre. Une leçon qui aura finalement été apprise dans la souffrance, finissant de resserrer les liens nés de cette tragédie dans les camps ouverts à Colorado Springs.

Les deux dernières semaines avant la fermeture estivale d’Elderwood furent les plus éprouvantes qu’elle ait connues depuis sa construction, après la catastrophe. Certes, des déboires avaient déjà été rencontrés et l’école comptait déjà quelques détracteurs, mais jamais la sécurité de tous n’avait été à ce point compromise. Une association de parents mécontents se ligua pour faire signer une pétition fustigeant Nathan Kiely et ordonnant la réouverture des anciennes écoles. Les rescapés aspirant à la paix et au repos, eux, furent assaillis par les journalistes. Entre les propos déformés et les rumeurs colportées par centaines, jamais le projet ne connut une telle couverture médiatique. Heureusement, les étudiants plus vulnérables avaient pu commencer à se reconstruire grâce à l’ouverture du camp de la solidarité, ce qui les préserva un temps de la curiosité malsaine d’un monde magique en émoi. L’île Nameless, quant à elle, fut fermée au public extérieur. Cela permit à l’école d’elle aussi subir bon nombre de réparations et de faire peau neuve avant la rentrée.

L’été vient de se terminer et avec lui, espérons le, le calvaire qu’aura été cette fin d’année scolaire hautement mouvementée. C’est une nouvelle page qui se tourne sur Nameless et surtout à Elderwood qui, malgré le tumulte, s’est relevée, prête à accueillir de nouveau ses étudiants.

« Contexte basique en détails »

Dans un monde magique où les traditions se perdent, ce qui dû arriver arriva. À force de s'amouracher de moldus, de mêler les sangs, la magie s'est perdue. De moins en moins d'enfants susceptibles de perpétuer la magie sont nés et ce, y compris parmi les moldus qui se voyaient miraculeusement dotés de pouvoirs, et de plus en plus d'enfants de sorciers se sont avérés cracmols. Par conséquent, cela donna de moins en moins d'élèves dans les écoles de magie - il ne resta rapidement qu'un petit nombre, insolent, à qui transmettre ce savoir millénaire. Les plus petites écoles se sont vues obligées de fermer et d'envoyer leurs élèves dans celles qui restaient. Mais ça ne suffît plus, même les plus grands établissements de ce monde ne pouvaient plus continuer dans une telle situation.

C'est pourquoi une solution s'est imposée à eux lors d'un grand conseil réunissant les directeurs et ministres de la magie, une solution radicale mais indispensable : réunir les écoles pour n'en faire qu'une seule. Une seule école plus facile à encadrer et à surveiller, où les matières proposées aux élèves seraient encore plus diversifiées que dans leurs écoles respectives. Mais les traditions, les coutumes et la culture en général de tous ces pays pourraient en effrayer certains de par cette perspective de mixités et de différences. Mais après avoir mis en place plusieurs séjours entre les élèves, les experts se sont vite aperçus que toutes ses différences ne faisaient qu'attiser la curiosité des uns des autres. Ce n'était pas un problème, c'était une solution. Une manière de découvrir et d'apprendre totalement nouvelle. C'est donc tout naturellement que ce projet fut mené à terme. Des diplômes internationaux, une toute nouvelle école, des professeurs de tous horizons, tout comme les élèves. Une sacrée révolution, n'est-ce pas?

Une question se pose cependant dès que l'on envisage cette possibilité. Où se trouve donc cette école? Une question que tout le conseil se posa lui aussi. Car où allaient-ils construire un pareil établissement? Ce ne serait pas une tâche aisée ; il serait délicat de favoriser un continent. Il leur fallait trouver un endroit neutre, au milieu de nulle part, comme perdu dans l'inconnu, afin de ne pas attiser ses jalousies. Une évidence s'était alors imposée à eux : quelque part dans l'Océan Atlantique, il y avait cette petite île qui, depuis toujours, était citée dans bon nombre de légendes. Les moldus la prenaient pour l'Atlantide, les sorciers pour le berceau de la magie. Qu'importaient les cultures, cette île semblait bel et bien être l'endroit rêvé pour y construire l'école sensée sauver le monde magique. L'île sans nom, Nameless, entourée de petit îlots vierges, renaitrait vite parmi les vieilles légendes.

Une île ... pas comme les autres. Elle aurait pu figurer sur les cartes postales d'une destination cotée pour les moldus, son décor paradisiaque s'étendant sur plusieurs kilomètres, enveloppée dans une nature que l'on peut croire perdue, et pourtant finement décorée comme si elle avait été peinte. Au milieu de cet immense parc aux couleurs somptueusement réparties, se dresse l'école de Elderwood. Majestueuse et immense, l'on remarque tout de suite la grande coupole de verre qui illumine la Grande Salle, où tous les étudiants se retrouvent plusieurs fois par jour. Cette école est, d'une manière générale, un mélange de toutes les cultures, comme l'aboutissement de l'Histoire qui pourtant n'a pas fini de tracer sa route. L'on peut y retrouver des passés se mêlant les uns aux autres, des pensées, des idées s'inspirant les unes des autres, et Elderwood en est le reflet total. Illuminée par le soleil à travers les larges vitres que l'on retrouve dans toute l'école, cette dernière a tout d'un somptueux châteaux aux murs clairs ; son architecture mêle le passé, le présent et les espoirs du futur. Dans le parc qui l'entoure, on retrouve un vieil arbre, celui qui nourrît toutes les légendes : il aurait en effet donné son bois à la baguette du sureau. Il est sans nul doute le symbole de cette école et de la Magie. Mais ne vous arrêtez pas à l'école car ce serait perdre la moitié des richesses de cette ile : on y trouve également ce somptueux stade de Quidditch, habilement construit sous la terre, son terrain de jeu arrivant au niveau du sol, découvert devant les immensités d'un ciel bleu à vous couper le souffle. Enfin, on y trouve un phare, sans oublier cette falaise vertigineuse par laquelle il nous est offert de descendre des escaliers creusés à même la roche pour atteindre une crique qui est l'objet de bien des rêves et questions puisqu'on y trouve l'épave d'un bateau vieux d'au moins un siècle, et qui abriterait un trésor immense.

Et comment accéder à ces merveilles ? Ces arches ne sont pas là inutilement. Elles servent de portes entre les mondes et sont reliées aux plus grandes villes de chaque continent. Alors vous voyez bien, rien n'est laissé au hasard ; l'univers magique n'est pas encore mort. Mais être-vous prêts à vous aventurer sur l'île? Car malgré tout, il y aura, sans nulle doute, des temps sombres qui croiseront le chemin des sorciers ...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
Maître du jeu

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
    ♦ PSEUDO : aléatoire
    ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Le contexte   Dim 25 Nov - 23:25

Historique d'Elderwood
Parce qu'un peu d'histoire est toujours utile

« Comment tout a commencé »

Aujourd’hui, la récession n’est pas seulement économique. Elle touche aussi le monde magique, obligé de faire face à une crise sans précédent. Déjà rares en 1995, les sang purs sont désormais une espèce en voie de disparition. Seules subsistent les grandes familles de sorciers, piliers d’un monde magique qui n’a que cesse de se délabrer. Pourquoi ? Avec la dégénérescence du monde magique, il devient de plus en plus ardu de trouver un fiancé ou une fiancée qui a le sang totalement pur afin de marier leurs héritiers qui eux l’ont. La tâche devient difficile pour les familles au sang pur. Si bien qu'aujourd'hui, les sang s'en retrouvent mélangés ; et si autrefois, il n’y avait pas de coexistence possible entre sorciers de Moldus, les uns étant, à juste titre, effrayés par les autres. Les sorciers se faisant à la vie de leur compagnon Moldu, il devient alors difficile, dans les familles mixtes, de déterminer qui est le parent sorcier, tant ils se sont intégrés et tellement que les facultés magiques ne sont plus le signe d’une quelconque anomalie dont on aurait peur, mais désormais, sont d’une banalité à pleurer. A présent, les deux peuples essaient de se comprendre, de vivre ensemble, bref, de tout simplement se tolérer.

Toutefois, cette coexistence entre sorciers et Moldus engendre quelques effets pervers. Les sangs se diluent ; certains endroits de la planète se retrouvent sans sorciers et les écoles les plus petites se voient contraintes de fermer, d'autres se retrouvant surchargées des derniers rescapés. Le phénomène dure, et les Ministères de la Magie des différentes puissances mondiales ont décidé de se réunir, au sommet de Salem en 1997, afin de trouver une solution à un problème qui semble s’accélérer de plus en plus. Etaient donc présents tous les grands de ce monde, une sorte de G8 version Sorcier, afin de débattre sur l’avenir du monde magique, et en particulier du sort réservé aux écoles de magie, qui malgré les regroupements accueillaient de moins en moins d’élèves sur leurs bancs, créant involontairement des élites.

Quelques incidents au cours du Sommet de Salem ont été à noter. Les mésententes entre les pays existaient bel et bien, et cela s’avérait problématique pour les discussions. Malgré l’éclatement du bloc soviétique qui marqua la fin de la Guerre Froide en 1991, Russes et Américains peinent à trouver un terrain d’entente. Malgré une volonté de coopérer existant chez leurs homologues Moldus, les têtes du pouvoir sorciers dans ces deux pays continuent de se tourner le dos, se fiant aux anciennes rivalités et encore trop ancrés dans leurs traditions. Des coalitions, parallèlement, se sont crées entre plusieurs pays, d’autres ont tout simplement préféré continuer de faire bande à part. Quoiqu’il en soit, ce Sommet de Salem semblait être mal parti pour trouver des solutions aux problèmes, et on y aura cru jusqu’au bout. Mais finalement, un projet est sorti de terre, un projet qui permettrait non seulement de continuer à former les sorciers de façon décente, mais aussi de renforcer les liens internationaux, quitte à ce qu’au départ la coexistence s’avère difficile, choc des cultures oblige.

Dès l’été 1998 est lancé le dossier Elderwood. Rapidement, l’idée consistait à réunir toutes les écoles en une seule, et ce afin de mieux encadrer les jeunes sorciers, améliorer la qualité de l’enseignement, les forcer à coexister avec des peuples qu’ils ne comprendraient pas nécessairement. Parce que certains se croyaient tout droit sortis de la cuisse de Jupiter et être les seuls à pratiquer la magie, une sorte de peuple élu ou quelques autres élucubrations rocambolesques du genre. L’objectif étant aussi de désenorgueillir les jeunes sorciers des différentes castes qui seraient alors présentes à Elderwood, afin d’être mieux tolérants envers leurs congénères et ainsi améliorer, à plus long terme, les relations internationales. Seul problème, où implanter un projet d’une telle envergure, et surtout, comment le garder secret aux yeux du monde magique? De toute évidence, on ne pouvait pas favoriser un état à un autre. Il y avait même des bons candidats, tout le monde magique n’avait que d’yeux pour la célébrissime Poudlard ou ses concurrents et alliés, Beauxbâtons et Durmstrang. Mais s’implanter ainsi dans ces écoles déjà existantes allait poser davantage de problèmes: que faire des élèves déjà présents? Les éparpiller aux quatre vents n’était pas une bonne solution. De même, allait vite se poser un problème de langue et d’adaptation. Certains sorciers étrangers seraient vite mis au ban de la société censée les accueillir. Hors de question donc, le souci étant aussi de favoriser l’égalité des chances. On a donc choisi d’implanter le projet sur Nameless, une île déjà connue des esprits mais sous différents noms. L’endroit parfait pour préserver la neutralité. Restait donc à sortir de terre la nouvelle école et à mettre sur pieds le concept imaginé lors du Sommet de Salem.

Deux ans plus tard, en 2000, s’achevait la mise en place des locaux et des institutions d’Elderwood. L’option du test a été retenue, et c’est ainsi que dans le plus grand secret, 5 élèves volontaires de chaque caste, en fin d’études, ont posé leurs valises à Elderwood et ont commencé à y cohabiter. Les résultats de l’expérience se sont avérés probants et devant l’enthousiasme des dirigeants de la communauté magique internationale, il était clair qu’Elderwood constituait non seulement la sauvegarde du monde magique, la porte de sortie rêvée, mais aussi l’avenir de ce monde. Sous l’égide de ces puissances, le Monde Magique, frappé du sceau de cette école, connaîtrait un nouvel âge d’or, c’était certain. A présent, restait à amorcer l’idée que les grandes écoles, encore sur pied, allaient fermer pour de bon.

Il fallait organiser un nouveau sommet, mais suite à quelques problèmes, l’échéance a sans cesse été repoussée. Tant et si bien qu’il se passa une paire d’années avant que le projet Elderwood ne soit remis au goût du jour. Les Ministres du monde magique n’avaient pas remisé l’étude déjà faite au fond d’un placard pour ensuite l’oublier, non, ils attendaient juste le moment propice pour pouvoir le remettre sur pied, le lancer convenablement et décemment. Nous sommes désormais en 2008, et l’hiver de cette année, un nouveau sommet a été organisé, se tenant cette fois en Roumanie, en pleine Transylvanie, riche en légendes et autres curiosités. Un accord a finalement été conclu, posant moins de difficultés que la dernière fois, et l’on a abouti à une date butoir de fermeture des écoles. Sitôt l’année scolaire achevée, les écoles seraient contraintes et forcées de mettre la clé sous la porte. La rentrée suivante se ferait, comme prévu, à Elderwood.

Désormais, Elderwood s’impose comme le bastion du monde magique, le signe d’une résistance sorcière face à une magie qui ne cesse de s’éteindre, et ce de plus en plus vite. Mais vivre dans ces nouveaux locaux, différemment de tout ce qui avait déjà été vécu jusqu’alors, s’avère délicat, aussi bien pour les élèves que pour les professeurs. Restait donc à savoir si le déménagement, pour tout le monde, s’était bien passé, et surtout si tout le monde parviendrait à s’entendre malgré les différences entre les cultures. Un beau rêve, certes, mais loin d’être irréalisable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
 

{{ Le contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Contexte # Dans quel contexte vivons nous ?
» Contexte de Nox Aeterna
» Le Contexte du RPG
» Contexte & Saison 1
» Contexte de TMR [Labyrinthe]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
─ Welcome On Nameless ─
 :: ─ Office du Tourisme d'Allais-Viun-sur-Nameless. :: ─ Avant de s'inscrire : les fondamentaux.
-