Partagez | 
 

 {{ Description des écoles.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Maître du jeu

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
    ♦ PSEUDO : aléatoire
    ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



Revelio

MessageSujet: {{ Description des écoles.   Mer 9 Juin - 10:00

Description des écoles
We are the world, the children of magic

Introduction

Ici vous trouverez toutes les informations sur les 9 écoles sorcières et leurs fondateurs. Les élèves, eux, les ont appris sur les bancs de l'école en cours d'Histoire de la magie pour certains, ou les ont peut être trouvé dans les livres d'Histoire, aux chapitres "Les origines du système éducatif magique" ou encore "Fondements des écoles sorcières".

Bien que les fondateurs soient tous décédés et qu'elles aient toutes fermées aujourd'hui, puisqu'il ne reste qu'Elderwood qui regroupe tous les jeunes sorciers du monde, leur folklore persiste, et dans quelques décennies, elles feront certainement partie de la légende et deviendront sûrement, même, des monuments qui feront le bonheur des touristes.

Passionnés d'Histoire ou simples curieux, voici donc de quoi vous cultiver !

© Les éléments ci-dessus proviennent d'un mélange de recherches poussées, d'un travail de culture générale, et surtout de l'imagination des membres du Staff. Il est à votre disposition pour le lire, l'apprécier, le critiquer et fournir des renseignements plus détaillés lors de la conception de votre fiche mais il ne doit EN AUCUN CAS être utilisé ailleurs. Prière de respecter le travail laborieux de vos admins qui ne tendent qu'à une chose; vous plaire.

« Répartition des écoles »

Anupam Beauxbâtons Durmstrang Hùan Shù Maarifa Sihr Nkiruka Poudlard Salem Yolihuani
Spoiler:
 

« Entente entre écoles »

Anupamx Affinité(s) : Maarifa Sihr, plus soudés que jamais, ils ont toujours entretenu de très bonnes et étroites relations.
x Mésentente(s) : Poudlard, lorsqu'on met son nez dans les affaires des autres, on ne récolte jamais rien de bon.
Beauxbâtonsx Affinité(s) : Poudlard & Durmstrang, pour leurs nombreuses et étroites collaborations, ainsi que Salem avec qui les rapports étaient plus que cordiaux et avec lesquels les échanges entre étudiants n'étaient pas rares.
x Mésentente(s) : Étant assez neutres et ouverts, ils n'ont de réelle mésentente avec personne, même si ce n'est pas l'amour fou avec Huàn Shù à cause de leur refus de venir chez eux, même si les Européens eux y sont déjà allés.
Durmstrangx Affinité(s) : Ils ont toujours été étroitement liés à Poudlard et Beauxbâtons.
x Mésentente(s) : Salem est, pour ainsi dire, celle qui s'est toujours dressée sur leur route, et cette concurrence directe a créée des animosités entre les deux écoles. Aussi, ils ne sont pas réputés pour leur grande ouverture et ne maintiennent donc que peu de rapports autrement que neutres ou tolérés avec les différentes écoles.
Huàn Shux Affinité(s) : Durmstrang ; ils ont toujours noués de très bons accords avec les Russes.
x Mésentente(s) : Un peu tout le reste : ils n'ont jamais cherché à vraiment s'intégrer et à apprécier les autres écoles, ni à les contacter, restant beaucoup sur eux-mêmes, même si les Français, par exemple, sont déjà venus dans leurs murs. Ils ne s'entendent cependant pas très bien avec Salem.
Maarifa Sihrx Affinité(s) : Beauxbâtons sont leurs plus fidèles alliés, ainsi qu'Anupam, avec qui la simbiose et l'amitié est très forte.
x Mésentente(s) : Huàn Shù & Salem ; une discorde claire. Moins ils ont de contact avec eux, mieux c'est.
Nkirukax Affinité(s) : Huàn Shù, ils admirent la grandeur de leurs sorciers même si ceux-ci n'ont jamais été très ouverts, y compris avec eux.
x Mésentente(s) : Salem, Beauxbatons & Poudlard avec qui ils n'ont jamais entretenu de bonnes relations. Leur tentative de prise de pouvoir a été très mal prise et les rancunes sont encore bien présentes chez certains.
Poudlardx Affinité(s) : Les anciens de Poudlard ont des relations étroites avec ceux de Beauxbâtons et de Durmstrang, notamment à cause de leurs nombreuses collaborations inter-écoles.
x Mésentente(s) : Anupam ; il semble que le gouvernement indien soit persuadé que Poudlard voulait s'immiscer dans sa gérance et depuis, les deux écoles sont plutôt en froid.
Salemx Affinité(s) : Beauxbâtons, avec qui les échanges n'étaient pas rares, ainsi que Yolihuani, avec qui ils ont beaucoup collaborés.
x Mésentente(s) : Poudlard, car ils n'ont jamais vraiment apprécié la suprématie de ces British et le fait qu'ils veuillent prendre les choses en mains ; Durmstrang, avec qui ils sont en compétition depuis toujours ; et enfin, Maarifa Shir, avec qui ils sont en conflit direct : ces deux écoles se détestent, tout simplement.
Yolihuanix Affinité(s) : Salem, ils ont toujours eu beaucoup de contacts et d'échanges avec cette école et leurs élèves.
x Mésentente(s) : Huàn Shù, ils n'ont jamais compris et apprécié que l'école se mette en retrait par rapport aux autres. Ils ont tendance à penser qu'ils se croient trop bien pour eux.

Spoiler:
 



Dernière édition par The Fate le Sam 14 Jan - 23:50, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
Maître du jeu

  • avatar
    ACCIO PROFIL

    ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
    ♦ PSEUDO : aléatoire
    ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
    ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



Revelio

MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   Mar 10 Mai - 18:03

Anupam
« We love playing god with the control of the four elements. »
Régulièrement agressée par le temps et ses méfaits, Anupam reste sans doute l'école qui a le plus souvent été retravaillée, s’accoutumant ainsi aux architectures diverses qui s'emparèrent de l'Inde pendant des siècles. On remarque malgré tout que sa plus grande reconstruction s'est effectuée dans les années 920 alors que l'art fatimide dominait. Bâtie sur un plan arabe, elle se démarquait des autres institutions par son aspect massif impressionnant et ses trois grandes tours principales qui lui restait de sa première création. En revanche, elle ne prit cette structure connu de nos jours que dans les années 1512 avec la montée en puissance de l’art ottoman. Son bâtiment central à l’apparence d’une mosquée est sans doute le morceau le plus imposant de la structure et sert de bâtiment administratif ainsi que d’accueil aux étudiants.
    On y entre par une grande porte en chêne, travaillée minutieusement par des gobelins et la pièce est elle-même décorée de quatre grandes colonnes qui soutiennent les fondations et permettent ainsi de tailler de grands vitraux dans la pierre. Les éléments décoratifs ont été volés aux cours des siècles et ont été remplacés dès 1900 par les drapeaux des différents pays se réunissant dans ces lieux qui flottent au-dessus de la grande pièce lumineuse. Tout au fond, il y a deux grandes portes, l’une ouvrant sur le côté Est du reste du bâtiment et l’autre sur le côté Ouest. Ouvrant sur une cour, elle permet de rejoindre le bâtiment des dortoirs des garçons, toutes classes confondues, ainsi qu’un couloir à ciel ouvert qui permet de rejoindre le dernier et long bâtiment - qui rejoint aussi le côté Ouest - qui est celui des salles de classes au rez-de-chaussée et salle des professeurs ainsi que toilettes au premier étage.En longeant le long corridor, sur lequel s’étale toutes les portes des salle de cours, on atteint la porte qui ramène au hall, en revanche il y en a une seconde cachée par magie que seule les filles peuvent emprunter dans les deux sens puisqu’elle mène à leurs dortoirs.
      Dans les différents dortoirs, les murs sont décorés de quelques tableaux retraçant l’histoire d’Ajitabh, fondateur de l’école. Ce qui est le plus remarquable avec cette école ce n’est pas son manque de décoration - très sobre - mais surtout que sans touche fantaisiste elle parvienne à surprendre par son imposante prestance et la douce odeur d’encens qui circule dans chaque pièce tout comme ses grandes ouvertures sur la nature et le ciel permettant ainsi à tous d’assister aux levers et aux couchers de soleil. D’ailleurs, l’école Anupam est connue pour posséder la plus grande salle d’Astronomie équipée des meilleurs instruments pour parfaire sa connaissance astrale.
      (c) images = Tekila.
      Anecdotes
      ▬ Croyez le ou non mais dans cette école, le quidditch se jouait non pas sur des balais mais sur des tapis volants ! Original me direz vous, et pratique parce que pour réussir à tomber de son tapis tout de même .. Sauf si il se renverse mais parlons pas de malheur.
      ▬ Il n'est pas rare de voir la fumée des bâtons d'encens prendre les formes de femmes qui se mettent à danser au gré des courants d'air qui viennent chatouiller leur flamme.

      Examens
      Anu; examens en fin de 4ème année.
      Pam; examens de dernière année.
      Système de répartition
      Terre; Ils sont forts, pas parce qu'ils sont les meilleurs mais parce que leur force de caractère fait d'eux la classe la plus populaire et respectée. Courageux, ils n'hésitent pas à défendre leurs camarades, même élément ou pas, et à aller au-devant du danger. Dans un registre moins dur, on y retrouve aussi les amoureux de la nature qui obtiennent les meilleures notes en Botanique.
      Air; Ils ne sont que légèretés et frivolités. D'une nature un peu hypocrite ils vont où le vent les porte et n'hésitent pas à changer de camps dès qu'une meilleure opportunité les attend ailleurs. On ne peut pas leur en vouloir puisque leur tranquillité et leur calme leur donne cette apparence inoffensive qui en berne plus d'un mais méfiez vous des bourrasques.
      Eau; Ceux qui se retrouvent ici préfèrent éviter les conflits et s'occuper de leurs affaires. Ils ne sont pas solitaires mais leur nature indomptable en fait des êtres à part que les autres éléments ont du mal à cerner. Si ils paraissent un peu à l'écart, ils ont tout de même un naturel attentif et n'hésite pas à offrir une épaule compatissante. Malgré tout, attention de ne pas les froisser... Ca pourrait faire des vagues.
      Feu; Les plus incontrôlables, les plus indépendants. Leur désir de dominé les autres les met souvent en conflit avec ceux de la Terre qui sont vus comme les dominants de l'école. Fourbe et un peu vicieux, ils s'emportent facilement et ceux qui parviennent à garder un aspect détendu sont les plus à craindre. Généralement, on évite de les mettre en pétards car si la vengeance est un plat qui se mange froid avec eux on se brûle. Ils n'en restent pas moins les plus intéressants et il faut admettre que la plupart des sorciers les plus puissants venaient de chez eux.


      Ajitabh
      ( 186 - Inconnu )

      La naissance d’Ajitabh, appelée l’Année d’Ajitabh, fut précédée par un événement astronomique majeur; l’apparition d’une nouvelle étoile. Les plus érudits y virent là un nouveau mystère à élucider concernant l’univers et son extension. De leur côté les croyants expliquèrent ce phénomène comme la réponse des dieux à leurs prières et enfin, les penseurs ainsi que les sorciers - ou ceux qui se faisaient passer pour - pensèrent à un signe sensé précéder un changement considérable dans leur monde et leur vie.
      L’année 185 fut donc consacrée à la recherche d’enfants nés lors de l’apparition de cette constellation. Persuadés de trouver celui qu’on nommait à voix basse “l’élu”, les ennemis de l’empereur actuel montèrent des opérations visant à renverser le trône pour y placer l’enfant que leurs dieux avaient désigné. Mais leurs plans, tous divergents et aussi violents les uns que les autres, échouèrent; aucun enfant particulier n’avait vu le jour. Aucun n’avait imaginé que ce signe ne prendrait forme qu’un an après.
        L’année se termina donc sur la naissance du fils de l’empereur mais débuta par un événement hors du commun qui toucha un petit village au nord de l’Inde. Là, les rumeurs firent mention d’un nouveau-né aux dons étonnants qui sortit seul du ventre de sa mère pour se blottir contre elle, sans cris ni larmes. L’élu venait de voir le jour. Si on le nomma Ajitabh ce ne fut pas impunément car, comme son prénom le désignait, l’enfant était vu comme le Conquérant du Ciel.
        Malgré l’effusion de joie dominante des villageois, on cacha la naissance à l’empereur et aux érudits par possessivité mais aussi par peur.

        Élevé comme un enfant normal, Ajitabh ne découvrit sa particularité que vers ses treize ans alors qu’un oiseau blessé se laissait mourir devant sa porte. L’unique témoin qui assista à la scène, un ami proche du garçon, décrivit la scène suivante selon ces termes : “Il prit la créature du ciel dans ses mains et une douce lueur rappelant l’étincellement des étoiles caressa le plumage de l’oiseau qui se remit alors à piailler.”
        Dès lors le garçon mit ses dons au service des siens, mais c’était sans compter la jalousie des autres enfants qui le dénoncèrent à la garde de l’empereur.
          Arrêté, il fut tout d’abord traité comme un invité, se voyant couverts d’offrandes avant de finalement être vu comme un traître qui refusait d’aider l’empereur à élargir son royaume en usant de sa magie - vu comme une branche de l’Hindouisme mais aussi du Bouddhisme qui influença d’ailleurs les asiatiques. Condamné à la torture et à la mort par écartèlement, Ajitabh trouva un allier inattendu chez le fils même de l’empereur qui, bien que jaloux de n’avoir été l’élu, préférait voir ce-dernier au service du peuple plutôt qu’à celui d’un homme assoiffé de pouvoir.
            Fuyard, le jeune homme trouva refuge dans un coin du pays qui serait plus tard le Katmandou, et y enseigna la parole des étoiles aux plus jeunes. Par quelques subterfuges dont il était maître, Ajitabh échangea nombreux courriers avec l’enfant de l’empereur lui relatant ses talents d’éducateur bien qu’il devait se contenter du sol terreux et du ciel comme salle de classe. Ainsi, il posa les premières pierres d’Anupam mais ce ne fut que lorsque le nouvel empereur fut nommé qu’il put réellement bâtir son école. Il avait 17 ans quand la dernière pierre fut posée à l’édifice et que les premiers élèves furent autorisés à y entrer.
            Il disparut dans les années suivantes. Certains expliquèrent ce mystère par le désir d’aventure du jeune homme qui voulait sans doute ouvrir son esprit en apportant aux autres pays sa connaissance.. D’autres pensèrent simplement que la construction de l’école finie, Ajitabh n‘avait plus rien à offrir, tandis que les derniers, dont on retint l’explication, y voyaient encore un signe divin; “Comme les étoiles le leur avaient apporté, elles le leur avaient repris une fois sa mission divine achevée”.
            (c) images = amly.


            Dernière édition par The Fate le Sam 14 Jan - 23:53, édité 2 fois
            Revenir en haut Aller en bas
            Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
            Maître du jeu

            • avatar
              ACCIO PROFIL

              ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
              ♦ PSEUDO : aléatoire
              ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
              ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



            Revelio

            MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   Mar 10 Mai - 18:06

            Beauxbâtons
            « We are the frenchies and our accent is so cute. »
            Depuis toujours, Beauxbâtons a été une des écoles les plus raffinées. Château français du style de la Renaissance, à l’allure fraîche et élégante, à l’image de ses élèves, il est immense et évidemment, blanc. Bâti sur une base de symétrie parfaite et en forme de U, chaque détail est minutieusement sculpté dans la pierre. La porte d’entrée est immense, encadrée par deux piliers en marbre et est surplombée par un immense balcon au premier étage, couvert par le second étage, qui s'étend sur sur la largeur du bâtiment. Le hall est extrêmement lumineux et une coupole le surplombe, alors que de chaque côté s’étendent d’immenses escaliers circulaire pour monter à l’étage. Tout est en permanence extrêmement propre, même dans les salles de travaux pratiques. Toutes les salles sont à près près les mêmes : les murs sont hauts et d’un blanc immaculé, avec un parquet anciens et aux bois mélangés avec soin. Parfois on y trouve des cheminées que l’on est toujours ravis de retrouver en hiver, en permanence allumées par des sorts. Des cadres aux personnages rappelant l’histoire de l’Europe occidentale sont accrochés un peu partout dans l’école, et de nombreux miroirs reflètent toutes sortes d’étrangetés dont on ne soupçonnerait pas l’existence. La Salle des Miroirs d’Elderwood en est sans conteste inspirée. Les fenêtres, toutes extrêmement hautes, et nombreuses, sont encadrées par des sculptures précises et magnifiquement taillées à même la pierre, parfois du marbre.
              Les dortoirs sont composés de lits à baldaquins à l’ancienne posés encore une fois sur des parquets somptueux, qui auraient pu être abîmés par le temps mais ne le sont pas. Les meubles en bois sont anciens et fait d’une marqueterie fine et sophistiquée. Les dortoirs des garçons et des filles sont séparés par des immenses miroirs qui sont en réalité des murs mais apportent un effet agrandissant aux pièces. Les salles de bains sont en marbre et pourraient tout autant se trouver dans des hôtels cinq étoiles. Les plafonds y sont recouverts de peintures qui datent de la Renaissance, traçant au fur et à mesure des dortoirs, l’histoire de la magie européenne, ses légendes et autres contes, et des appliques faites d’or et à plusieurs bougies éclairent la nuit . Dans les salles communes, on retrouvent un clavecin, où il paraîtrait que Mozart en personne a composé de nombreux de ces morceaux.
                En ce qui concerne les jardins, ils sont immenses et entretenus avec soins, et la magie y a énormément de place. Les jardiniers, nombreux, n’hésitent pas à importer diverses plantes magiques desquelles sortent des étincelles ou qui tournent sur elles-mêmes. Une des particularités de la cour intérieure, déjà immense en elle-même et représentant le début du jardin, et que la décoration a été faite avec des chevaux de manèges à l’ancienne, peints minutieusement de couleurs chaudes et d’or. On ne sait pas exactement depuis quand ils sont là ni qui les a amenés ici, mais il parait qu’ils montent la garde la nuit.
                (c) images = Tekila.
                Anecdotes
                ▬ Un autre des charmes de ce château et que, comme le château de Versailles, il contiendrait des pièces qui n’ont encore jamais découvertes. Nombreux sont les étudiants qui ont déja décroché des miroirs et cadres mais n’ont jamais trouvé aucune porte derrière.

                ▬ Vous avez déjà rêvé de parler chaussures avec Marie-Antoinette ? Ou révolution avec Louis ? Ou même rencontrer certains rois de France ? C'est possible.. Il y a une pièce pleine de miroir dans laquelle se reflète parfois des scènes banales ou non de la vie royal. Certains parlent d'esprit qui communiquent via les miroirs, les autres parles d'hallucinations mais les professeurs eux-mêmes ne comprennent pas d'où vient cette bizarrerie.

                Examens
                ▬ Brevets; fin de 3ème année.
                ▬ Bac; dernière année
                Système de répartition
                Les filles :
                • Reine; si vous vous retrouvez ici ce n'est pas parce que vous avez l'étoffe d'une reine mais le caractère froid et princier qui va avec. Ces filles-là ne sont pas fréquentables mais c'est tellement glorifiant d'être vu en leur compagnie.
                • Dauphine; dociles et rêveuses, elles se laissent souvent à s'imaginer dans un monde meilleur ou alors à rêver du prince charmant. Ne les croyez pas naïves, elles cachent beaucoup sous leurs airs de fillettes innocentes.
                Garçons :
                • Roi; dans un langage plus simple on les appellerait les "fils à papa". Ils sont beaux, ou pas, et le savent, ou le croient. Odieux, ils ne sont pas méchants, simplement ils aiment qu'on les remarque.
                • Dauphin; c'est d'eux qu'il faut se méfier. Ils n'aiment pas être prit pour des buses et se rapprochent le mieux de ce qu'on appel des bad boy. Mais eux ceux sont de vrais bad boy. Ils ne reculent devant rien pour réussir et d'ailleurs, on remarquera qu'il s'entendent très bien avec les ex-serpentard de Poudlard.



                Annabelle Blanchette De Saint-Augustin
                ( 1240 - 1285 )
                Annabelle naquit en pleine période des Capétiens, appelés maison de France, et sut être une des rares femmes à se faire une place plus ou moins importante au sein de cette dynastie de succession masculine. Son caractère fort et ses convictions surent faire d'elle une femme influente auprès des principales femmes des trois dirigeants qu'elle côtoya pendant leur règne.
                  Lors du règne de Louis IX, Annabelle fut prise à la cour de la reine Marguerite de Provence et devint une de ses suivantes favorites à tel point que même le roi demanda ses conseils lors de problèmes politiques.
                  De là, elle partagea son secret concernant ses talents magiques tout en prouvant au roi et sa femme qu'elle n'était pas un danger comme l'église semblait vouloir le faire croire. Malheureusement le roi mourut avant de donner à Annabelle une sorte d'immunité qui l'aurait rendue intouchable et qui aurait empêché quiconque de la mettre à la potence. L’épouse Marguerite de Provence, mère de Philippe le Hardi, offrit la possibilité à Annabelle de garder sa place prestigieuse au sein de la royauté en informant son fils de ses quelques talents magiques. Philippe le Hardi la prit comme conseillère tout en cachant à sa cour qu’il utilisait les dons d’une sorcière pour lancer des attaques et élargir son royaume ou justement à son tour défendre ses terres. A sa mort, ce fut son fils Philippe le Bel qui prit le pouvoir et se vit surnommer le roi de fer en interdisant toute pratique magique.
                    Excepté qu’à cette même époque, Annabelle avait déjà tout mis en œuvre pour établir son école de magie et enseigner ses connaissances aux générations de sorcières à venir, considérant à l’époque qu’une école mixte était absurde, ainsi qu’à toute classe de la société les jugeant tous, sans exception, dans leur droit d’obtenir une éducation digne de ce nom. Elle fut donc aussi à l’avant-garde sur les enseignements à la fois moldus et sorciers.
                    Malheureusement, en 1285 elle fut gravement atteinte d’une Variole du Dragon, cas qui toucha aussi d’autres sorciers du monde mais dont on ignorait les conséquences, le mode de contagion à l’époque ainsi que le remède. L'Église, qui bien qu’elle le cacha était beaucoup plus avancée qu’elle voulait le faire croire concernant ses connaissances sur les sorciers, décida d’utiliser les symptômes de la maladie de Dame De Saint-Augustin pour la parjurer et en faire une icône du diable. Soutenue par Philippe le Bel, l’existence d’Annabelle fut alors effacée de toute archive pour ne pas que son nom de “catin du diable” soit associé aux grands monarques de France de la période des Capétiens.
                      Annabelle eut tout juste le temps d’ouvrir son école magique avant de disparaître. Ce sera une de ses descendantes qui reprendra le flambeau à sa mort, gardant en tête ses valeurs d’égalités sociales pour inculquer son savoir. La première école fut baptisée du nom de Saint-Augustin et était séparée en deux sections, une pour les garçons et une pour les filles, avant de les réunir en une sous la direction d’une certaine Beauxbâtons qui donna son nom définitif à l’école de magie française qu’on connaît de nos jours.
                      (c) images = amly.


                      Dernière édition par The Fate le Sam 14 Jan - 23:53, édité 2 fois
                      Revenir en haut Aller en bas
                      Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
                      Maître du jeu

                      • avatar
                        ACCIO PROFIL

                        ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
                        ♦ PSEUDO : aléatoire
                        ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
                        ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



                      Revelio

                      MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   Mar 10 Mai - 18:07

                      Durmstrang
                      « We are a little rough and in vodka we trust. »
                      Savant mélange d’architecture française et des pays de l’Est, Drang - devenue Durmstrang - a toujours suscité l’admiration des visiteurs étrangers mais aussi l’inquiétude des habitués.Si en plein jour l’école possède quelque chose de féerique, avec son pont-levis qui s’abat sur le petit port qui se jette dans l’océan Arctique - pour pouvoir utiliser le célèbre bateau de l’école -, la nuit ses pierres lui donnent une dimension plus froide..
                        Construit selon une forme rectangulaire, Durmstrang possède ainsi une immense cours au centre, bien qu’une tour s’immisce, servant de maison au Gardien des clés.La porte principale donnant sur une vaste plaine comme il y en a tant en Russie, est faite d’un bois solide, ensorcelé comme les murs et les fenêtres, empêchant la fraîcheur de pénétrer lors des durs hivers de l’Est. Dans son bois, taillé à la main, on peut y lire la devise de l’école, aux teintes mordorées la nuit.Dès ses premiers pas dans le hall on ressent la magie qui fait vibrer chaque pierres, chaque dalles. En effet, le plafond est enchanté - basé sur le système britannique de Poudlard - mais au lieu d’offrir une vue du ciel, il offre une splendide peinture magique retraçant l’histoire de la Russie Magique. Deux larges couloirs, très bien éclairés par ses grandes vitres au carreaux impeccables - de l’extérieur les fenêtres reflètent une salle vide et en ruine, ou autre -, partent sur la droite et sur la gauche pour faire le tour de la bâtisse.
                          En empruntant le couloir de droite, on atteint tout le côté administratif à savoir le bureau du directeur, de la secrétaire, l’infirmerie, le bureau de la psychomage et la cafétéria. Il y a aussi une magnifique salle de bal où ont lieux les plus grands galas, fêtes et repas de débuts et fins d’années, mais celle-ci n’est accessible que lorsque le charme qui la maintient camouflée dans les murs est inversé. Il y aussi une salle de transplanage, que l’on ne peut utiliser qu’avec une autorisation magique signée. Sans cela, elle ne peut permettre ni d’entrer ni de sortir des murs par la magie.En tournant dans le second grand couloir, parallèle au grand hall, on s’approche des salles de classes avec une belle arche qui ouvre sur la cour intérieure. Le troisième grand couloir, que l’on peut rejoindre en prenant à droite lorsqu’on est dans le Hall, est principalement occupé par un grand escalier, assez large pour permettre aux élèves d’y circuler sans se bousculer, aux marches d’un blanc nacré et aux rambardes aux teintes dorées.Sur les murs on peut voir des portraits des grands sorciers des pays de l’Est qui ont marqué l’Histoire magique. Une fois en haut des escaliers, sur le mur face à nous, il y a un plan de l’école pour les nouveaux.
                            En suivant le couloir de droite, on rejoint les dortoirs des filles, divisés selon les années. Chaque portes des dortoirs se trouvent face à celle de sa salle de bain associée, pièce aussi vaste que les autres dont les baignoires et douches sont toutes séparées par des pans de mur aux carreaux blancs et aux motifs décoratifs prenant des teintes allant du rose très pâle aux roses très foncé. Les dortoirs offrent une certaine intimité aux jeunes filles, chacune possédant son propre espace. Sur les murs du couloir on peut voir les portraits des grandes sorcières ayant marqué la sorcellerie du temps de Shturm.En allant dans le couloir opposé, on se retrouve aux dortoirs des garçons, aux couleurs moins chatoyantes mais toutes aussi chaleureuses. Même système que les filles, excepté que les murs portent les tableaux des sorciers ayant marqué les mémoires du temps de Drang. Chaque côté, filles et garçons, possèdent un escaliers en colimaçon qui se divise en deux, une partie permettant de rejoindre les salles du premier étage, l’autre de sortir directement dans la cour.
                              Cette-dernière possède un léger dôme au toit de verre qui donne sur un petit étang qui en hiver se retrouve gelé et permet aux adeptes de patiner sans danger. Il y a des bancs qui bordent le jardin artistiquement taillé, aux fleurs délicates qui pour résister au froid ont la particularité de se refermer et de changer de couleur. Bien cachée dans les parterres fleuris, il y a une petite trappe qui ouvre sur les appartements et cuisines des elfes de l’école.
                              (c) images = Tekila.
                              Anecdotes
                              ▬ L'école posséderait un grenier où sont entreposés tous les vestiges de l'école avant la réunification. On y aurait aussi rangé tout ce qui servait aux tortures par le passé.
                              ▬ La moquette entre les dortoirs des filles et des garçons ne laisse pas les empruntes des pas pour faire joli, mais parce que c'est un système magique qui permet de surveiller que les garçons ne se rendent pas chez les filles et inversement.

                              Examens
                              ▬ C.A.C; Contrôles d'Acquisition des Connaissances. Fin de 1ère année.
                              ▬ E.C.A; Examen de Cours d'Année. 4ème année.
                              ▬ V.A.C.S; Validation des Acquis du Choix de Spécialisation. 6ème année.
                              ▬ D.E.M; Diplôme d'Etude Magique. Dernière année.
                              Système de répartition
                              Filles; elles se séparent d'elles-mêmes en petits groupes. Il y a les princesses de glaces qui se la jouent fermées aux autres et fière, les comiques qui tentent toujours de détendre l'atmosphère.
                              Garçons; ils s'entendent bien quand il faut se rebeller contre un prof mais entre eux les coups bas ne sont pas inhabituel. Ils donnent l'impression d'être divisé en meutes .. Ou, comme la mafia, ils se disputent le territoire et les filles qui vont avec.


                              Novomir Grajoszek
                              ( 1841~1902 )
                              En Russie, pays en autarcie, la nouvelle que des écoles de magie voyaient le jour aux quatre coins du globe mit longtemps à se frayer un chemin au travers des flocons de Moscou, mais lorsqu’elle arriva, elle fit grand bruit. Eux qui n’avaient jamais pris au sérieux les autres puissances mondiales devaient bien reconnaître que la Russie était en reste, cette fois.
                                Ce ne fut qu’en 1864 que l’idée d’une école de magie sur les terres gelées de Russie vit le jour, durant l’ère des Romanov. La maison Romanov n’est autre que la dynastie qui régna sur l’empire russe de 1613 à 1917. Le tsar (équivalent de ce que les occidentaux appelaient empereur) le plus connu de cette lignée n’est autre que Nicolas Ier qui accéda au pouvoir en 1825. Sous son règne, qui dura 30 ans, la Russie connut une période conservatrice et isolationniste, ce qu’elle reste fondamentalement aux yeux de tous encore aujourd’hui.
                                  Pourtant Nicolas Ier fut l’instigateur d’avancées majeures puisqu’il engendra sept enfants de la même épouse qui vinrent se placer parmi les plus grands sorciers de leur génération. L’aîné, Alexandre II, lui succéda sur le trône en 1855, et ce fut lui qui, 9 ans plus tard, se retrouva dans un boudoir de son immense palais moskovite pour s’entretenir avec sa soeur cadette qui avait une idée : créer une école de magie où rassembler les filles sorcières, Shturm.
                                    L’empereur en lui ne put que lui rire au nez - donner davantage de pouvoirs aux femmes ? et puis quoi encore ? - mais l’homme cultivé sous la couronne dut bien avouer que l’idée était loin d’être bête. C’est ainsi que dans son esprit germa Drang, l’école de magie exclusivement pour garçons - les hommes, bien sûr, méritant toujours plus de pouvoirs.
                                      N’obtenant pas le soutien de son frère, Maria décida cependant de ne pas abandonner, dans le but de donner les armes aux femmes sorcières pour sortir du lot et tenir tête aux hommes. Sous des faux semblants de création d’école d’Arts, elle fit construire un palais, soutenue par son amie d’enfance, Naroda Grajoszek, dans le secret. Mais celles-ci furent trahies par le frère de cette dernière, Novomir, qui avertit Alexandre II de l’entreprise. Dès lors, une guerre froide éclata entre les deux camps : Shturm vs Drang, Alexandre vs Maria, Naroda vs Novomir. Durant les travaux, tous les coups furent permis, et les deux imposantes bâtisses mirent deux fois plus de temps que prévu à s’ériger. Ce fut une période harassante pour tous, des souverains aux ouvriers. Alexandre, rappelé par ses fonctions impériales, et Maria, par la maladie, n’eurent bientôt plus la force de s’affronter; ne resta alors bientôt plus que Naroda et Novomir pour continuer le combat. Ce qu’ils firent avec zèle, allant presque jusqu’à s’entretuer lors d’un duel. Novomir y laissa un oeil, Naroda un bras, et ils durent alors se serrer les coudes (sans mauvais jeu de mots... bon, d’accord, si.)
                                        Ils comprirent alors que comme le Yin et le Yang, ils n’étaient pas fait pour s’affronter, mais pour se compléter. Naquit donc Durmstrang, savant mélange des deux écoles pionnières, quelques décennies plus tard alors que leur réputation n’était plus à refaire. Drang, de par sa taille et son architecture qui rappelait quelque peu le château de Poudlard, fut choisie pour devenir l’endroit de la réunification. Novomir en devint donc tout naturellement le fondateur et directeur, bien que sa sœur eut toujours son mot à dire. L’autre, aux allures plus princières, savamment décorée et vouée entièrement à l’Art, devint quant à elle le QG du Ministère Russe, et l’est toujours actuellement.
                                        Lors de la réunification, la magie noire que la rivalité malsaine entre Shturm et Drang avait entraînée fut reconsidérée, et donc rayée du programme pour repartir sur des bases saines et pacifiques. A la mort des jumeaux, le nouveau directeur décida de la remettre au goût du jour car il estimait ce patrimoine important - ce qui était aussi, officieusement, une manière de se démarquer et d’affirmer la supériorité des Russes sur les Américains.
                                        (c) images = lux aeterna.


                                        Dernière édition par The Fate le Sam 14 Jan - 23:54, édité 2 fois
                                        Revenir en haut Aller en bas
                                        Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
                                        Maître du jeu

                                        • avatar
                                          ACCIO PROFIL

                                          ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
                                          ♦ PSEUDO : aléatoire
                                          ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
                                          ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



                                        Revelio

                                        MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   Mar 10 Mai - 18:09

                                        Huan Shu
                                        « Minerals gave us our science and we are reputed to be zen. »
                                        Adepte du bouddhisme c'est selon toute logique que Huàn Shù a été bâti selon un modèle bien précis. Construite en hauteur, cachée de la vue des curieux et des pilleurs, cette école est sans doute celle qui a su le mieux résister aux agressions et aux ravages du temps et des guerres qui ont sévi.C'est sans doute l'une des rares écoles à mêler dans ses frises historiques, qui décorent ses murs extérieurs, l'Histoire sorcière et l'Histoire moldue que le corps enseignant juge étroitement liées et donc très importantes pour la culture générale des étudiants.On ne distingue pas l'école, située en hauteur, puisqu'elle est cachée sous des nuages épais d'un blanc laiteux qui n'est d'aucune gêne pour les étudiants et professeurs qui foulent le sol de Huàn Shù. En réalité, le nuage n'est qu'un acte magique censé dissimuler l'école et qui, en plus de ça, protège la bâtisse des satellites et des intempéries qui frappent les autres zones du pays.
                                          Lorsque l'on arrive au sommet du mont, par des procédés magiques très simple comme des mules enchantées ou autres créatures servant de transports, on se retrouve sur une grande place pavée nous offrant trois bâtiments.La plus grande des bâtisse, appelé le Temple Central, regroupe tout ce qui est administratif en partant du bureau du directeur, de la salle des professeurs, en terminant par la cafétéria et l'infirmerie en passant par le bureau de la psychomage et de la salle de méditation ouverte en 1900 pour relaxer les élèves et leur apprendre à canaliser leurs énergies.Haut sur deux étages, si le rez-de-chaussée accueil tous les bureaux et la salle à manger, le premier étage n'est composé que d'une unique grande pièce, particulièrement bien éclairée qui sert de salle de réunions, de bal d'entrée et autres.A l'entrée de ce temple, il y a deux grandes statues d'environs trois mètres qui représentent Lu-Pan Wu, créateur de l'école, et Jun-Tao que Li-Shimin avait assassiné. Ils ne sont pas la simplement pour la décoration, ni pour représenter l'amitié et le respect qui existaient entre eux, puisque la nuit ils changent de positions pour protéger les portes du Temple Centrale et éviter aux petits plaisantins ou insomniaques de venir traîner. Fait de bronze, ils prennent une teinte légèrement dorée la nuit.Décoré avec des lanternes japonaises, l'intérieure de la bâtisse garde une touche de couleur particulièrement chaleureuse qui égaye les pièces.
                                            Les deux autres bâtiments ne sont autres que les dortoirs. D'un côté les Pan, maisons qui porte le nom du fondateurs, et de l'autre les Tao. Les pan représentent ceux qui possèdent la fidélité de l'amitié, l'intégrité, le sacrifice et le courage. Les Tao, eux, regroupent la fierté, le respect, l'assiduité, l'impartialité.Chaque demeure regroupe les chambres, les salles de bains, les salons. Chez les Pan, on retrouve une pièce spéciale où se détendre et travailler tranquillement sur sa magie. Chez les Tao on retrouve une salle ou s'entraîner aux arts martiaux.Les poignets de la grande porte des Pan représentent deux serpents qui, le jour, n'ont rien de particulier mais quand la nuit tombe leurs têtes s’entrelacent pour empêcher un individu externe d'y entrer.Au-dessous de la grande porte des Tao, il y un motif sur les dalles qui jouxtent le bois solide de l'entrée. Ce motif représente une forêt de bambou qui à la nuit tombée, lors du couvre-feu, poussent pour bloquer les portes et protéger les élèves sagement endormis.
                                              La grande place qui s'étale aux pieds de chaque bâtisse peut soudainement laisser pousser l'herbe pour ceux qui désirent s'allonger et lire à ciel dégagé, tout comme des bancs peuvent apparaître, le tout au grès des envies des étudiants qui foulent le sol.
                                              (c) images = Tekila.
                                              Anecdotes
                                              ▬ Durant la seconde Guerre Mondiale, le directeur de Huàn Shù en poste cette année-la, a ouvert la protection magique aux habitants les plus proches de Nagasaki pour les accueillir et les protéger après le massacre d'Hiroshima. Ils n'ont pas pu sauver toute la population, mais ont agit du mieux qu'ils pouvaient. Les moldus protégés ont eu la mémoire effacé concernant le secours de l'école.
                                              ▬ Lorsqu'on a placé le nuage magique au-dessus de Huàn Shù, les premières fois, il s'est mit à pleuvoir tellement que l'école a été inondé. Depuis, et pour prévenir d'un éventuel raté, les toits des trois bâtiments ont été ensorcelé pour évité l'eau de rentrer à l'intérieur des bâtisses.

                                              Examens
                                              ▬ deshi (disciple); fin de 1ère année.
                                              ▬ renshi (maitrise extérieure); fin de 3ème année.
                                              ▬ kyoshi (maîtrise intérieure); fin de 3ème année(rattrapage donc falcutatif).
                                              ▬ hanshi (maîtrises unifiées); fin de 5ème année.
                                              ▬ keijin (trésor vivant); dernière année.
                                              Système de répartition
                                              ▬ La maison Pan; Tout comme le créateur de l'école, ces élèves là sont capable de sacrifier beaucoup pour ceux qu'ils considèrent comme des amis. Leur fidélité n'a d'égal que leur courage, qu'on apparente souvent à de l'insouciance. Intègre, ils sont capable de beaucoup de sacrifice pour le bien de l'école, de leur famille ou de leurs proches tout simplement.
                                              ▬ Tao : Fiers, ils admettent rarement leurs erreurs et si ils le font c'est que vous avez mériter leur respect et leur sincérité. Impartial, on demande souvent leur avis pour départager lors de conflits. Assidu, ils donnent beaucoup d'importance à leur éducation, quitte à faire passer les études avant les plaisirs personnels.


                                              Lu-Pan Wu
                                              ( 606 - 645 )
                                              Lu-Pan Wu vit le jour durant la dynastie Tang, une des plus longues et influentes de Chine concernant notamment l’utilisation de la magie dont les dirigeants du pays abusèrent pour leurs desseins personnels. Ce fut sous le règne de Gaozu Tang que le bouddhisme – appellation d’origine de la magie avant de devenir une religion à part entière – connut son essor dans toute la Chine ainsi que les contrées avoisinantes. Ne venant pas d’une famille particulièrement noble ou riche, les Wu virent leur condition de vie améliorée en offrant une de leur femme à l’empereur Gaozu, se liant alors à lui par le sang.
                                                Bien que les enfants des deux familles grandirent en parallèle ils se rapprochèrent les uns des autres, créant des contacts proches de l’amitié. En grandissant, chaque descendant de la famille royale savait qu’il n’y en aurait qu’un pour prétendre au titre d’empereur, ce fut donc tout naturellement que Lu-Pan - simple spectateur du conflit d’intérêt - constata l’évolution de la concurrence entre eux, particulièrement prononcée chez Li-Shimin. Se prétendant plus fort, plus intelligent mais surtout plus hargneux et avide de pouvoir, il mit au point un stratagème visant à évincer ses frères par le biais de son sorcier chargé d’assassiner ceux des prétendants au titre. Lu-Pan, le connaissant bien, savait qu’il manquait de scrupules et s’en méfiait à cause de ses divergences d’opinions avec Jun-Tao, frère Tang avec lequel Lu-Pan s’entendait bien. Selon lui, et en toute objectivité, la force de leurs liens spirituels et amicaux mis à part, ce-dernier avait plus la carrure d’un dirigeant. Les différentes visions de futurs possibles qui lui venaient durant ses méditations le lui confirmaient d’ailleurs.
                                                  Tous deux bouddhistes, bien que Lu-Pan servait de maître spirituel à son ami, ils passèrent du temps à refaire le monde se projetant maladroitement dans l’avenir, modelant une Terre parfaite selon leurs critères. Mais ce que Lu-Pan avait oublié c’était que le futur était quelque chose d’abstrait, qui se façonnait au fur et à mesure, qui ne laissait rien avoir d’emprise sur lui et ainsi il n’avait pas envisagé que Li-Shimin pourrait parvenir à exécuter son plan. Un duel éclata entre le sorcier de ce-dernier et Lu-Pan qui en sortit vainqueur, sans avoir envisagé une seconde que tout ceci n’était qu’une mascarade. En effet Li-Shimin n’avait pas hésité à envoyer son sorcier au sacrifice face à Lu-Pan, dont le talent magique n’était pas inconnu des autres, pour pouvoir atteindre Jun-Tao et l’assassiner de sang-froid.
                                                    La mort de son ami fut un des grands drames de la vie de Lu-Pan, aussi il décida de se retirer du monde dans un temple où il put apaiser sa douleur et méditer en toute tranquillité. Ce fut lors d’une de ses longues séances de méditations que vint à lui une vision d’un monde nouveau comme il en avait toujours rêvé avec son ami. Dès lors, Lu-Pan mit tout en œuvre pour bâtir ce rêve et donner naissance à la première grande institution magique de Chine et plus tard de l’Asie, recevant alors chaque sorcier asiatique. Il y investit tout l’héritage de son défunt père. Huàn Shù venait de voir le jour..
                                                      Ainsi, le rêve de Lu-Pan perdura jusqu’à aujourd’hui. Jusqu’à la création d’Elderwood offrant à tous sorciers la possibilité d’apprendre à user de ses dons.
                                                      (c) images = lux aeterna.


                                                      Dernière édition par The Fate le Dim 15 Jan - 1:11, édité 5 fois
                                                      Revenir en haut Aller en bas
                                                      Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
                                                      Maître du jeu

                                                      • avatar
                                                        ACCIO PROFIL

                                                        ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
                                                        ♦ PSEUDO : aléatoire
                                                        ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
                                                        ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



                                                      Revelio

                                                      MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   Mar 10 Mai - 18:10

                                                      Maarifa Sihr
                                                      « We live in Ali Baba's cavern and we are the genius from the bottle. »
                                                      Si le charme oriental ne vous a jamais fait d'effet alors vous n'êtes jamais allé à Maarifa Sihr, où se mêlent art et force. Qui ne s'est jamais surprit à rêver en traversant l'allée de palmiers qui permet d'atteindre l'entrée de la somptueuse école qui rappelle les palais des contes de Shéhérazade. Ses murs extérieurs aux teintes légèrement orangées, qui s'accordent aux tenus de ses élèves, captent déjà l'attention avec ses grands balcons et sa terrasse du premier étage. Ce n'est pas par des portes que vous entrez, mais par des rideaux magiques qui n'hésitent pas à se montrer aussi vicieux que des serpents si vous n'avez rien à faire ici. Méfiez vous donc si vous entendez un bruit de grelots.
                                                        L'entrée, vaste et lumineuse, s'ouvre sur un hall accueillant où sont disséminés des banquettes aux coussins sur lesquels ont retrouve des motifs typiquement orientaux. Une petite fontaine prend place au centre de la pièce, autour de laquelle se trouve des banquettes en pierre, mais prenez garde qu'elle ne soit pas d'humeur taquine et vous asperge de petits jets d'eau pour vous embêter. Les sols sont couverts de tapis orientaux, aux couleurs vives sur lesquels sont représentés des animaux qui se déplacent d'un tapis à un autre – comme à Poudlard les modèles se déplacent de peinture en peinture. Deux escaliers encadrent le tout, permettant de rejoindre les étages supérieurs. Mais attardons nous sur cette grande porte-fenêtre à l'opposée de l'entrée. En la prenant on atterrit sur la cour intérieure au centre de laquelle se trouve une grande piscine, pour divertir les élèves, qui donne la sensation de se jeter dans l'océan bien qu'une barrière magique empêche de la traverser. Il n'est pas rare de voir des poissons parvenir à rejoindre la piscine, pour nager avec les élèves et, parfois, les dauphins font honneur de leur présence. Des lierres grimpent le long des murs et quelques arbres poussent de-ci de-là offrant un toit naturel à la cour.
                                                          Le second étage s'ouvre sur le bureau du Directeur, la salle de musée où sont entreposées toutes les vieilleries qui ont fait de l'école ce qu'elle est, et l'infirmerie. Une ouverture dans le mur permet de rejoindre la terrasse qui s'agrandit pour accueillir autant d'élève ou rétrécit si ils sont peu nombreux. On peut y prendre un goûter ou simplement s'y détendre avec une vue magnifique sur le grand jardin situé à l'Est. Un chemin en croix, dallé et décoré de gravure dorée, permet de rejoindre les parcelles d'herbe sur lesquelles les élèves peuvent s'étendre pour bronzer. En revanche, certaines parcelles sont légèrement sur-élevées et il est interdit de marcher dessus. Il y pousse des plantes en tout genre, de celle qui rit quand on la fixe trop à celle qui rougit en passant par la colérique qui tente de vous mordre si vous la frôler pour finir par les plus dociles qui s'amusent à étendre leurs racines pour venir vous chatouiller. Une fontaine constituée d'une statue à l'effigie la fondatrice Shéhérazade Al-Shahryar, se dresse bien au centre du chemin dallé, dont l'eau s'écoule des mains placées en bol de la jeune femme. Et si vous voyez ses yeux bouger c'est que vous ne rêvez pas, elle surveille chaque élève et si l'un s'amuse à briser la paix du lieu, gare à son matricule.
                                                            Mais retournons donc à l'intérieur de l'école. Accédant au deuxième étage, vous découvrez un couloir qui paraît beaucoup trop long pour faire la largeur de la bâtisse ; illusion. Il dépasse nettement la largeur de l'école et aussi la longueur. Les salles de classes, qui se trouvent donc à cet étage, sont spacieuses et – comme la terrasse – s'agrandissent ou se rapetissent selon le nombre d'élèves qui y suivent leur cours. Vous y trouverez aussi la salle des professeurs, protégée par un enchantement qui empêchent les élèves d'y entrer, donc si vous étiez tenté de leur voler leur narguilé c'est pas la peine d'essayer, vous serez expulsé de la salle avec la sensation d'avoir reçu un coup de pied bien placé.
                                                            Le dernier étage et non le moindre, regroupe les dortoirs divisés selon des éléments différents ;Les Littéraires, les Scientifiques, les Architectes et les Philosophes. Les élèves se voient répartis selon le trait de caractère dominant chez eux. Les chambres sont vierges lorsque les élèves y entrent et prennent les teintes qui plaisent le plus à l'unanimité. Il n'est donc pas rare que les décorations varient selon les nouveaux arrivants ou l'humeur générale. Les salles de bains qui se trouvent à un étage intermédiaire qui n'apparaît que lorsqu'on s'approche d'un pan de mur précis sur lequel se trouvent des lierres – seul endroit intérieur où on retrouve la plante – est divisé en deux ; pour les garçons et pour les files, tout âge confondu. Les deux salles de bains, cette fois décorées de manière sobre pour les garçons et pétillante pour les filles, possèdent des baignoires individuelles qui offrent des centaines de choix pour les savons et shampooings et des douches. Il y a des toilettes situés près des salles de bains et au rez-de-chaussée dans l'entrée.Tout est fait pour que les élèves et les professeurs se sentent comme chez eux.
                                                              (c) images = Tekila.
                                                              Anecdotes
                                                              ▬ La fontaine dans l'entrée a parfois des crises de colère qui inondent tout le hall. Il n'est donc pas rare de voir les elfes s'atteler à la tâche pour calmer les jets d'eaux.
                                                              ▬ Il est déjà arrivé qu'un plaisantin fasse des grimaces à la statue de Shéhérazade, dans le jardin. On a pu alors assister à une course poursuite entre la statue et le pauvre garçon qui a finit suspendu par les dessous de bras dans la main gauche de la statue, l'eau venant de sa main droite arrosant l'élève.
                                                              ▬ Une seule fois un garçon est parvenu à entrer dans la salle de bain des filles, il a immédiatement été attaqué par les motifs de femmes sur les murs qui ont failli l'enfermer dans un miroir.

                                                              Examens
                                                              ▬ Racine; 3ème année, contrôle de connaissance.
                                                              ▬ Tronc; fin de 5ème année, filière de spé'
                                                              ▬ Branche; Dernières année.
                                                              Système de répartition
                                                              Les Littéraires; ils aiment vivre au travers des romans qu'ils lisent à longueur de journée. Ils ont tendance à être rêveur et à se rebeller contre l'autorité. Parfois un peu naïf, on les rappel souvent à l'ordre à force d'être trop à l'ouest.
                                                              Les Scientifiques; raisonnables et réalistes, ils s'entendent assez mal avec les Littéraires qu'ils trouvent trop lunatiques. Ils sont du genre à ne croire que ce qu'ils voient et à tenir tête à tout le monde. Ils supportent mal d'avoir tort et n'admettent pas leurs erreurs, leur fierté à tendance à les perdre.
                                                              Les Architectes; ils aiment la beauté des choses, ils sont assidus et construisent leurs vies avec une volonté d'indépendance. Ils supportent mal la mauvaise foi des Scientifiques et prennent souvent la défense des Littéraires avec qui ils s'entendent plutôt bien. Ils comptent parfois parmi eux des génies et les grands sorciers d'Orient viennent parfois de là.
                                                              Les Philosophes; calmes et posés, ils s'entendent avec les autres classes et servent parfois à tempérer quand les disputes éclatent. Ils ne sont pas forcément ceux qui ont les meilleurs notes, mais ils se donnent la force de réussir. Ils aiment le respect et la vérité et condamnent la violence. Généralement, c'est chez eux qu'on élit des surveillants - équivalent des préfets - pour leur impartialité et leur jugement.


                                                              Shéhérazade Al-Shahryar
                                                              ( 875~999 )
                                                              Née dans une famille nombreuse se classant dans les Bozorgan ( Nobles, en Perse ), une strate privilégiée dans laquelle le père de famille se distinguait en étant Vizir, Shéhérazade est vite sortie du lot grâce à sa beauté. Chaque enfant avait son trait de caractère particulier, ou un élément qui le rendait unique et par chance, ou malchance, la jeune fille - avant-dernière de la grande famille - avait hérité d'un charme défiant celui de toutes les jeunes filles de la Perse entière.
                                                                Très vite, chaque enfant fut placé dans un Art (métier à l’époque des Sasamides) différent, certains garçons devinrent prêtre - la famille possédant une longue lignée de sang pur, ils avaient décidé de mettre leur magie au service des plus faibles -, d'autres devinrent militaires et furent les plus gradés au fil du temps... Quant aux filles, elles furent mariées pour certaines à des hommes riches et puissants ou alors privilégièrent l'amour véritable.
                                                                Shéhérazade, elle, entra dans la première catégorie. En effet le roi de Perse avait très vite fait d'entendre parler de cette séduisante jeune fille d'à peine treize ans, encore pure et chaste, dans tout le royaume de Perse. Appréciant les jolies choses, il décida de l'épouser, offrant une somme conséquente aux parents.
                                                                  Si ce mariage ravit la famille, il n'en fut rien pour la jeune fille ayant eu ouïe-dire du comportement du roi qui, persuadé de la perfidie des femmes, faisait exécuter chacune de ses épouses les lendemains de noces.
                                                                  Et, si Shéhérazade possédait la beauté, elle avait aussi un esprit calculateur frôlant parfois l'horreur si bien que lors de ses noces, elle décida de conter à son époux une histoire inventée en se gardant bien de lui raconter la fin. Ainsi la jeune fille dévoila ses premiers dons sorciers; l'envoûtement. Chaque enfant avait découvert sa magie d'une façon différente mais celle de la jeune fille lui sauva la vie à de nombreuses reprises.
                                                                    Ne manquant pas d'imagination à son âge, elle continua de tenir son époux en haleine, si bien qu'il s'enticha d'elle et décida de lui offrir les plus belles merveilles de leur monde. Malheureusement, grand jaloux possessif, Shahryar, lui fit construire une tour dans laquelle elle s'installa avec ses suivantes et amuseurs, mais sans autorisation de fréquenter d'autres hommes que lui.
                                                                    Et l'ennui commença à la guetter alors que ses frères et sœurs lui racontaient les récits de leurs vies trépidantes. Ce fut dans cet esprit d'ennui et d'égoïsme que Shéhérazade décida d'utiliser l'argent de son époux pour tout d'abord faire venir à elle des enfants chez qui étaient décelés des dons magiques. Et puis la tour devenant trop petite pour recevoir tous ces jeunes gens, elle fit construire une école non loin du palais, endormant les soupçons de son époux par quelques contes palpitants.
                                                                    L'école bâtie, la jeune fille, devenue jeune femme, aidée de ses frères et sœurs, lança les cours et la grande institution Maarifa Sihr vit le jour.
                                                                      (c) images = amly.


                                                                      Dernière édition par The Fate le Dim 15 Jan - 1:11, édité 4 fois
                                                                      Revenir en haut Aller en bas
                                                                      Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
                                                                      Maître du jeu

                                                                      • avatar
                                                                        ACCIO PROFIL

                                                                        ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
                                                                        ♦ PSEUDO : aléatoire
                                                                        ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
                                                                        ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



                                                                      Revelio

                                                                      MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   Mar 10 Mai - 18:14

                                                                      Nkiruka
                                                                      « Voodoo Queens & Kings. »
                                                                      Après Yolihuani en Amérique du Sud vient Nkiruka, deuxième plus vieille école du monde magique. C’est de loin la plus originale et surprenante car ce n’est pas un bâtiment comme toutes les autres mais bel et bien un arbre. Un baobab, majestueux et gigantesque, qui trône au milieu de la savane. La légende veut que ce soit son fondateur qui l’ait fait poussé mais certains s’amusent à dire que ce baobab est l’arbre millénaire, source de vie. Quoi qu’il en soit et quoi qu’on puisse dire, tout le monde s’accorde à dire qu’il laissera quiconque le verra pour la première fois, bouche bée. On le remarque de loin car il se dresse au milieu de nulle part. Et pourtant, entre faune et flores, l’école aux allures sauvages reste cependant très sophistiquée et chaleureuse.Ses énormes branches ne sont rien d’autre que de longs couloirs qui mènent vers des salles taillées à même le bois. Malgré la canicule qui l’entoure, ses élèves ont toujours évolué dans les meilleures températures. Légèrement humide et fraîche, Nkiruka vous fait oublier les quarante degrés pour vous en offrir une vingtaine des plus agréables. Entre ses grandes salles décorées de peaux d’animaux sauvages, de crânes et autres fleurs ou plantes exotiques, on trouve les jardins sous-terrains, à même les racines. Les différents directeurs ont récolté les miracles de la nature afin de les faire perdurer au sein de Nkiruka. Entre plantes rares ou disparues, vivent aussi quelques animaux inoffensifs mais somptueux tels que des oiseaux, pour ne citer qu’eux. Néanmoins, certains élèves racontent que bien plus bas, vivent des prédateurs qui ne vous laisseraient pas sortir vivants. Les jardins, à dire vrai, se présentent tel un labyrinthe sous-terrain, où les tunnels se perdent dans l’infinité de la terre africaine. Les étudiants les plus aventureux seront ceux qui descendront le plus bas, car la chaleur y devient insupportable. On dit même que ces tunnels ne s'arrêtent jamais, et nombreux sont ceux qui rêvent d’atteindre le centre du monde.
                                                                        L'entrée, vaste et lumineuse, s'ouvre sur un hall accueillant où sont disséminés des banquettes aux coussins sur lesquels ont retrouve des motifs typiquement arabes. Une petite fontaine au centre de la pièce, autour de laquelle se trouve des banquettes en pierre, mais prenez garde que la fontaine ne soit pas de bonne humeur et vous asperge de petits jets d'eau. Les sols sont couverts de tapis orientaux, aux couleurs vives sur lesquels sont représentés des animaux qui se déplacent d'un tapis à un autre – comme à Poudlard les modèles se déplacent de peinture en peinture. Deux escaliers encadrent le tout, permettant de rejoindre les étages supérieurs. Mais attardons nous sur cette grande porte-fenêtre à l'opposée de l'entrée. En la prenant on atterrit sur la cour intérieure au ventre de laquelle se trouve une grande piscine, pour divertir les élèves, qui donne la sensation de se jeter dans l'océan bien qu'une barrière magique empêche de la traverser. Il n'est pas rare de voir des poissons parvenir à rejoindre la piscine, pour nager avec les élèves et, parfois, les dauphins font honneur de leur présence.Très porté sur la nature, des lierres grimpent le long des murs et quelques arbres poussent de-ci de-là offrant un toit naturel à la cours.
                                                                          Pour revenir dans la partie habitée, laissez moi vous parler de la salle la plus majestueuse de l’école, là où les élèves apprennent la gramarie, l’art de contrôler la magie sans baguette, mais aussi un art ancestral dans cette école. Le plafond atteignant plus de trois mètres, elle recèle les livres les plus anciens que compte le monde magique. La plupart d’entre-eux ne sont que des copies ou d’autres ne sont pas lisibles, écrits dans des langues mortes. Mais qu’importe, car c’est bien l’ambiance imposante de cette pièce qui permet aux élèves de s’immerger dans la magie “mère”. Sans compter sur les pensines qui trônent ça et là, offrant la possibilité de consulter des cours ou des souvenirs, vieux de plusieurs centaines d’années. Pour finir, évoquons les vieilles vitrines abritant des objets inconnus qui depuis leur installation, soulèvent autant de questions qu’elles font rêver.
                                                                            Les dortoirs sont à l’image de l’école, confortables mais fidèles à la culture africaine. Les grands lits sont creusés à même l’arbre offrant à chaque élève une sorte de cabine - gage d’un minimum d’intimité - à laquelle il accède grâce à une petite échelle. Aucun risque de chute, des sorts ont été lancés pour pallier au problème. Dans ses cabines se trouvent aussi quelques étagères ainsi qu’une sorte de fenêtre/hublot servant à rassurer les claustrophobes. Les armoires se trouvent en contre-bas, près des bains, entre les énormes peaux peintes faisant office de tableaux.
                                                                              (c) images = Tekila.
                                                                              Anecdotes
                                                                              ▬ Vous avez déjà vu un Saule Pleureur au milieu de nulle part vous ? En plein dans le sable sans eau alentour ? Non ? Vous n'êtes jamais allez à Nikruka alors. Cet arbre existe depuis des siècles sans qu'on ait jamais pu expliquer qu'il soit toujours en vie. On raconte qu'un shaman est enterré à l'endroit où l'arbre se trouve et qu'il serait né des essences magiques du vieux sorcier. C'est le refuge préféré des singes, quand ils n'ont pas envie d'aller embêter les élèves qui s'échappent de l'école.
                                                                              ▬ Il n'est pas rare de voir des animaux sauvages se promener très près de l'école. Et si certains se laissent facilement approcher, il y a ceux dont il faut se méfier.

                                                                              Examens
                                                                              ▬ Cyclone; fin de 1ère année
                                                                              ▬ Tempête; fin de 3ème année
                                                                              ▬ Ouragan; fin de 6ème année, pour choisir sa spécialisation
                                                                              ▬ Déluge; dernière année dans la spécialisation choisie
                                                                              Système de répartition
                                                                              Été; Ils ont le sang chaud et cherchent souvent la bagarre, il n'est donc pas rare de les voir en froid - sans jeu de mot - avec les autres climats. D'un naturel provocateur, c'est souvent eux qui déclenchent les bagarres et créer des tensions entre les autres. Manipulateur, ils usent parfois de leur méchanceté pour blesser les autres. Ajoutons aussi qu'entre eux ça frôle souvent l'orage.
                                                                              Automne; Ils sont calmes, gentils et servent souvent de tampons entre ceux de l’Été et ceux de l'Hiver. D'un naturel enjoué, ils aiment faire vivre dans la bonne humeur bien qu'ils possèdent quelques traits de caractère en commun avec les Été. Ils ont tendance à être manipulateur mais à un degrés moindre que les autres. Il est tout de même agréable de traîner en leur compagnie surtout que leurs conversations ne sont jamais ennuyantes, surtout quand ils sont passionnés. Même si ils se prennent parfois un peu au sérieux.
                                                                              Hiver; Si ils vous paraissent doux et affectueux, c'est parce qu'ils le sont. Tout comme ils peuvent se montrer mesquin et froid. Lunatiques, leurs humeurs changent parfois en un temps records et ils sont alors difficile d'approche. Bien qu'en comparaison des deux autres du dessus ils soient moins méchant, c'est simplement qu'ils ont tendance à être submergé par l'ennui. Au fond, ils aiment l'aventure et l'action. Et ont parfois des difficultés à communiquer leurs sentiments qu'ils ne contrôlent pas.
                                                                              Printemps; Ils sont la joie de vivre personnifié, la bonne humeur par excellence et c'est sans doute pourquoi ils sont toujours victime des élèves qui appartiennent à l’Été. Ils vous tendent la main, qu'importe si vous le méritez ou non, et ne sont pas du tout rancunier. Ils ne s'énervent que très rarement et si il laisse libre court à leur colère c'est le plus souvent pour défendre un camarade. Avide de connaissance et de bonne ambiance, les professeurs les apprécient pour leur touche de couleur quand tout est noir.


                                                                              Amadi Ekwueme Chukwuemeka
                                                                              ( 199 ~ 292 )
                                                                              Considéré comme l’un des plus grand sorciers de son temps, Amadi s’était fait prédire une destinée prestigieuse dès sa naissance. Doté d’un don puissant, qui faisait naître des végétaux à partir de rien, il devint très jeune le disciple du marabout de l’époque qui lui apprit à développer ses capacités. Lorsque son maître perdit la vie, il fut naturel qu’il prit sa succession. Son succès dépassant les frontières de son village, il acquit très vite une grande notoriété dans la région, si bien que des jeunes gens de tout le continent africain, qui ne maîtrisaient pas la magie qui coulait en eux, venaient le consulter.
                                                                                Face aux demandes de plus en plus nombreuses, Amadi imagina un projet totalement fou à l’époque : rassembler ces jeunes en un lieu où ils pourraient partager leurs expériences et apprendre des plus sages.
                                                                                Prétextant un voyage dans des contrées reculées, il trouva l’endroit idéal et y fit pousser un baobab tellement gigantesque que cela lui coûta presque la vie. Durant plusieurs mois, aidé de ses collaborateurs, il creusa l’arbre afin de l’aménager et le rendre habitable.
                                                                                  Ses premiers protégés arrivèrent quelques années plus tard, aidant aux derniers préparatifs, motivés comme jamais pour apprendre et surtout, rencontrer leurs semblables. Ils ne le savaient pas encore, mais ils seraient les pionniers d’une longue, très longue, lignée de sorciers dont la particularité serait d’user de la magie sans nécessiter de baguette : la Gramarie.
                                                                                  Ils ignoraient aussi qu’ils étaient bien en avance sur les autres continents à l’exception de l’Amérique latine et qu’avec Yolihuani ils bâtissaient les prémices du monde magique.
                                                                                    Pour la petite anecdote, on raconte qu’Amadi, s’étant volatilisé dans ses vieux jours, n’aurait fait qu’un avec le baobab à qui il a donné la vie. La légende veut qu’il veilla sur l’école et ses étudiants jusqu’à ce que ces derniers soient envoyés à Elderwood.
                                                                                      (c) images = lux aeterna.


                                                                                      Dernière édition par The Fate le Dim 15 Jan - 1:12, édité 3 fois
                                                                                      Revenir en haut Aller en bas
                                                                                      Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
                                                                                      Maître du jeu

                                                                                      • avatar
                                                                                        ACCIO PROFIL

                                                                                        ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
                                                                                        ♦ PSEUDO : aléatoire
                                                                                        ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
                                                                                        ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



                                                                                      Revelio

                                                                                      MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   Mar 10 Mai - 18:15

                                                                                      Poudlard
                                                                                      « We were Griffindors, Slytherins, Hufflepuffs & Ravenclaws. »
                                                                                      Poudlard est construit comme les écoles anglaises les plus prestigieuses mais également et surtout des châteaux Moyen-Ageux. Les briques épaisses qui la composent sont taillées dans de la pierre sombre. Elle est immense et a une architecture impressionnante, aux tours indénombrables et aux escaliers capricieux incapables de rester en place. Le bâtiment en lui-même a tout d’un labyrinthe, chaque virage représentant un potentiel piège pour ceux qui possèdent un sens de l’orientation assez moindre. Les tableaux, quant à eux, sont répartis dans tout l’établissement et peuvent devenir vos meilleurs amis, à l’instar de celui qui vous a dénoncé auprès du concierge pour une virée nocturne.
                                                                                        La Grande Salle, pilier de l’école, ressemble à une église, des vitraux sont posés dans les immenses fenêtres, et quatre grandes tables parallèles et entourées de bancs pour les étudiants - une table pour chaque maison, Gryffondor, Serpentard, Serdaigle et Poufsouffle, portant les noms de leurs mages meneurs d’autrefois-, et une autre table perpendiculaire à celles-ci et en hauteur pour les professeurs sont réparties dans la salle. Un sort très ancien fait surplomber l’ensemble d’un ciel s’adaptant à la météo comme au moment de la journée et dans lequel on trouve les bougies qui éclairent la prestigieuse Grande Salle.
                                                                                          Le château entier regorge de mystères que peu peuvent se vanter de connaître. Des fantômes qui s’y promènent aux passages secrets qui intriguent, le bâtiment ne semble pas encore avoir terminé de livrer toutes ses énigmes. La salle de divination est reconnaissable par son mini-amphithéâtre circulaire en bois au milieu duquel les professeurs donnent leurs cours parfois complètement saugrenus. Celle qui abrite les cours de métamorphose est extrêmement longue et très haute, austère, mais à l’ambiance toujours studieuse. Enfin, la salle de Défense contre les Forces du mal se voit surplombée par une estrade à laquelle on peut accéder par des escaliers en colimaçon, auxquels seul le prof se donne le droit d’accéder - puisque la porte qui s’y trouve donne accès à son bureau. Chaque salle est différente, que ce soit par son architecture ou par l’allure que leur donne chacun des professeurs, les décorant à leur image et à celle de leurs cours.
                                                                                            Poudlard comprend un immense parc, que vient compléter la Forêt Interdite, connue par les élèves pour... eh bien l’interdiction de s’en approcher. Elle regorge de secrets, ainsi que de faune et de flore magiques, ce qui en fait un terrain qu’il devient intéressant de visiter pour les plus curieux d’en apprendre plus et de compléter leurs savoir acquis en cours. Le parc regorge de verdure et d’arbres que les années ne semblent plus affecter. Parmi ceux-ci se dresse le plus connu d’entre eux : le Saule Cogneur. Tous savent qu’il est assez malvenu de s’en approcher de trop près si l’on tient à son intégrité physique. Au milieu de l’immense terrain vert d’une herbe typiquement anglaise, on retrouve le célèbre lac au bord duquel il est bon de venir s’allonger. Les profondeurs recèlent encore d’éternels mystères dont les derniers étudiants ne savaient que faire, préférant profiter du sable épais et granuleux et s’allonger sous le soleil de fin d’après-midi.
                                                                                              (c) images = Tekila.
                                                                                              Anecdotes
                                                                                              ▬ Vous connaissez forcément la réputation des escaliers de Poudlard ! Ces escaliers qui vont conduisent toujours à l'endroit opposé de celui où vous vouliez aller, ou qui vous conduits à un endroit interdit.
                                                                                              ▬ Le saule cogneur qui s'en prend au premier casse-cou qui ose l'approcher. Tout ça parce qu'il camoufle une entrée secrète dans ses racines qui permet de rejoindre la cabane hurlante de pré-au-lard.
                                                                                              ▬ La forêt interdite qui, bien qu'elle regorge de mystère, reste un endroit sombre de l'école ou des créatures rôdent, et pas souvent des plus agréables.

                                                                                              Examens
                                                                                              ▬ B.U.S.E.S.; fin de 5ème année
                                                                                              ▬ A.S.P.I.C.S.; dernière année
                                                                                              Système de répartition
                                                                                              Gryffondor; Ils ont le courage, la force et l'hardiesse
                                                                                              Poufsouffle; Ils sont justes, loyaux et patients.
                                                                                              Serdaigle; On y retrouve les esprits créatifs, les érudits et les intellects.
                                                                                              Serpentard; Les verts et argents sont très ambitieux, déterminés et particulièrement rusés.


                                                                                              Godric Gryffondor
                                                                                              ( 933 - 1007 )
                                                                                              Il y a plus de mille ans, en Grande-Bretagne, les sorciers vivaient reclus face à l’oppression et l’incompréhension des moldus. Les plus grands d’entre-eux se trouvaient à la cour du Roi, se mêlant à la masse, profitant de leur position pour alerter leurs semblables en cas de danger. Le plus connu d’entre-eux n’était autre que Godric Gryffondor, célèbre à l’époque pour être le plus grand chasseur de dragons et chevalier du Roi.
                                                                                                Il fit part de son idée de réunir les jeunes sorciers de ce monde à plusieurs de ses homologues et seuls trois répondirent positivement à son projet. Ces trois collègues, ainsi que lui-même, donnèrent leur nom aux maisons de l’école qui s'appellerait Poudlard. Un château fut créé, et chaque élève réparti dans sa maison suivant les qualités recherchées par chacun de leurs directeurs.
                                                                                                  Aujourd’hui, l’histoire de Poudlard semble se référer à chacun des quatre sorciers qui en sont à l’origine, mais rares sont ceux qui savent que l’instigateur de l’idée qui changea la vie de tous les sorciers de Grande-Bretagne était Gryffondor.
                                                                                                    Que ce soit avant ou après le départ de Salazar Serpentard, Godric Gryffondor s’est toujours battu pour les intérêts des étudiants et des sorciers avant de penser à son propre bien. Son souhait le plus cher était que chaque personne dotée d’aptitudes magiques soit en droit de venir étudier dans son école afin de développer ses pouvoirs dans les meilleures conditions possibles et avec toute l’aide nécessaire, qu’importe la pureté de son sang.
                                                                                                      Grâce à ce combat, moldus et sorciers commencèrent à vivre en harmonie et les prémices du Ministère de la Magie Britannique virent le jour.
                                                                                                        (c) images = amly


                                                                                                        Dernière édition par The Fate le Dim 15 Jan - 1:20, édité 4 fois
                                                                                                        Revenir en haut Aller en bas
                                                                                                        Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
                                                                                                        Maître du jeu

                                                                                                        • avatar
                                                                                                          ACCIO PROFIL

                                                                                                          ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
                                                                                                          ♦ PSEUDO : aléatoire
                                                                                                          ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
                                                                                                          ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



                                                                                                        Revelio

                                                                                                        MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   Mar 10 Mai - 18:28

                                                                                                        Salem
                                                                                                        « We are the powerful ones and we miss Oncle Sam's country. »
                                                                                                        Il n’y avait qu’un endroit qui pouvait accueillir l’école de Salem sans attirer l’attention des curieux et prendre le risque de révéler le monde magique aux moldus; une des villes fantômes éparpillées un peu partout aux Etats-Unis. L’idée basée sur l’utilisation de St Elmo (Colorado) en particulier, tombée en ruine suite à l’inutilisation des mines qui faisaient sa richesse, eut un franc succès auprès des dirigeants sorciers, politiques et professorales.
                                                                                                          Située près d’une route très peu utilisée il ne reste de la ville - aux yeux des moldues - que des devantures mal clouées, une arche avec la pancarte qui se balance lamentablement dans le vide sur laquelle on peu à peine lire le nom St Elmo et des boules de pailles qui courent les rues quand le vent se lève. L’endroit parfait où cacher un monde magique.Basé sur un système d’illusion assez sophistiqué, bien qu’il ait connu énormément de déboires lors de sa mise en place, la ville n’est visible qu’à ceux qui traversent l’arche et qui possèdent le don. Une fois l’arche traversée, on tombe sur une ville tenue principalement par les anciens habitants, soient des centenaires soient des fantômes qui emploient des sorciers en fin de cursus. L’ancienne ville, très proche d’un film de western, est à Salem ce que Le chemin de Traverse et Pré-au-lard sont à Poudlard. Les saloon servent de bar/café, les anciens salons de coiffure et autres sont rénovés pour les boutiques scolaires ou de nature différente.
                                                                                                            Pour atteindre l’école, il suffit simplement de traverser l’ancienne mine, dissimulée au loin du petit village magique. C’est une sorte de portail, pas très long à traverser, qui mène à l’école et plus précisément dans la cour avant de l’académie. Ne vous reste plus qu’à gravir les marches du perron pour y entrer. Cela en perturbe plus d’un puisqu’en réalité la prestigieuse école ressemble à une banale maison typiquement américaine qui, du premier coup d’oeil, ne donne pas l’impression de pouvoir recevoir d’élèves. Ce n’est qu’un trompe l’oeil, une fois à l’intérieur on se rend compte de l’immensité du lieu, tour de passe-passe copié sur le système des tentes magiques anglaises. Le drapeau américain flotte au plafond, rappelant à ses occupants que le patriotisme est un élément fondamental de l’éducation apportée par Salem.
                                                                                                              Le hall d’entrée est occupé par le bureau du directeur, celui du psychomage et de l’infirmerie et possède un large escalier qui mène aux étages supérieurs. Le premier étage sert principalement pour les salles de classes et possède un large balcon pour le cours d’Astronomie. Les salles de cours ne laissent que peu passer la lumière comparé à d’autres pièces; seules de petites fenêtres typiquement américaines filtrent les rayons du soleil, et aucun rideau n’est installé devant. Dans certaines salles, l’isolation de ces fenêtres semble précaire et leur fermeture n’est qu’approximative et ce malgré les efforts parfois employés -surtout en période de grand froid. Le deuxième étage regroupe les pièces à vivre telles que la salle de bal, utilisée pour les grands événements, la cafétéria qui lui fait face à l’autre bout du couloir ainsi que la salle de repos des professeurs. Les murs sont peints dans une teinte beige qui donne un coté lumineux à l’ensemble avec ses baies vitrées qui offrent une vue du champ de blé qui longe un pan de l’école et où les élèves aiment s’aventurer en été mais qui sert aussi de punition pour les petits plaisantins. Des tableaux de grands peintres américains, retraçant souvent les grands moments de l’Histoire des Etats-Unis.
                                                                                                                Le troisième étage regroupe les dortoirs. C’est l’étage strictement réservés aux élèves, où se trouve aussi les salles de bains ainsi que la salle commune à toutes les fraternités et sororités.Jouxtant l’école, il y a une petite grange dont le premier étage est occupé par les créatures magiques qui servent aux cours de SACM tandis que l’appartement du professeur - également Gardien des lieux - se trouve juste au-dessus. La grange est protégée par des sorts qui empêchent les créatures de s’échapper et répond à leur besoin selon leur mode de vie.Lorsque les examens de fin d’année arrivent, ils sont accompagnés d’incendie, et les plus anciens étudiants ont l’habitude d’associer examens et incendies qui rayonnent plus ou moins loin des bâtiments. Les arbres ne vivent donc que rarement vieux, et seul un survivant traverse les âges. On dit que le vieux hêtre qui trône au centre de la cour d’entrée est là depuis la création de l’école. Son écorce a été abîmée par des multitudes d’objets tranchants dessinant des coeurs, mais il a su résister à la barbarie des élèves. Il s’élève comme une fierté et un emblème de Salem, au même titre que le drapeau aux étoiles.
                                                                                                                  (c) images = Tekila.
                                                                                                                  Anecdotes
                                                                                                                  ▬ Du à la sécheresse du paysage, il y a régulièrement des incendies qui ont longtemps brisé la couverture magique de l'école. Combien de fois des moldus ont vu cette ville fantôme prendre soudainement vie avec des gens ne chapeaux pointus défiler dans les rues.
                                                                                                                  ▬ Un sort empêchent les fantômes de la ville d'entrer dans l'école, pour éviter de mettre le bazar mais il n'est pas rare que lorsque la couverture magique s'effrite, ils en profitent pour se balader das l'école et mettre le bazar. On assiste parfois à des remakes de duel cowboy ..

                                                                                                                  Examens
                                                                                                                  ▬ Level 1 : 2nd année
                                                                                                                  ▬ Level 2 : 5ème année
                                                                                                                  ▬ Level 3 : Dernière année
                                                                                                                  Système de répartition
                                                                                                                  Alpha Pi; comme à l'université américaine, ils sont les garçons les plus huppés. Fils de ministre, ou tout autre métier qui offre une position confortable au sein du monde, ils sont généralement sang pur et sang mêlé.. Mais des sang mêlé qui possèdent un joli nombre de zéro derrière le premier chiffre de l'argent qu'ils ont dans leur coffre de banque.
                                                                                                                  Zeta Pi; Ces garçons sont de sang mêlé, ceux qui n'ont pas de moyens aussi important que ceux du dessus, et de sang impur. Si certains ont une situation de vie tranquille, ceux qui n'ont pas forcément beaucoup de moyens se voient alors offrir une bourse d'étude.
                                                                                                                  Alpha Omega; Les filles riches, qui s'habillent avec les derniers tissus en vogue et qui ne jure que par le gloss à durée infinie et le mascara qui change de couleur selon l'humeur. Des filles branchées, qui s'aiment et qui vous aiment pas. Même si les sang pur se retrouvent avec les sang mêlé, elles se dissocient. Il serait insupportable qu'une demi-moldue touche les affaires hors de prix des purs !
                                                                                                                  Zeta Omega; situation stable ou critique, le système scolaire soutien celles dans le besoin avec une bourse d'étude. Ces filles peuvent ou non être superficielle - au risque d'être la risée des Alpha Omega - mais en général elles sont à l'aise avec leur vie. Même si certaines vivent mal leur situation.


                                                                                                                  Calleigh Elyzabeth Proctor-Warren
                                                                                                                  ( 1838 - 1927 )
                                                                                                                  Calleigh est la descendante d’une des premières sorcières, Elizabeth Proctor, à avoir été jugée au procès de Salem et à avoir obtenu un sursis dans sa condamnation, étant enceinte à l’époque des faits. Puisqu’elle a été pendue après son accouchement, c’est une des inculpées Mary Warren qui prit l’enfant - arrière-arrière-grand-mère -, après avoir été blanchie par le conseil et libérée, et décida de l’élever dans la tradition de ses origines. Éduquée selon des principes féministes avant-gardistes et plongée dans la magie très jeune, cette enfant sera très attachée à son identité ainsi qu’à celle qu’elle se voit donner à ses héritières, dont Calleigh - puisqu’il s’avérera que sa lignée sera composée exclusivement de femmes.
                                                                                                                    Ce fut donc 23 ans avant le début de la guerre de Sécession que la dernière de la lignée Proctor-Warren vit le jour, plongée dans les préceptes moraux et les questions d’Etat de son temps. Très jeune, Calleigh se démarqua des autres par un fort caractère et des idées biens précises sur l’évolution des affaires d’Etat qui menèrent à la guerre civile. Dans un pays qui cherchait son identité, elle fut une des rares femmes à prendre les armes et la baguette pour défendre les convictions et la liberté de l’Amérique. De là naquit cette haine envers le Royaume-Uni et par désir d’émancipation elle mit tout en œuvre pour établir sa propre école de sorcellerie - nommée Salem en honneur du fameux procès -, afin que les jeunes sorciers du Nouveau Monde ne soient pas envoyés à Poudlard. Officiellement pour leur offrir un repère stable et une éducation selon leurs traditions, officieusement par désir d’indépendance et rancœur envers des années de servitude.
                                                                                                                      Elle fonda l’école sur les anciennes magies qu’utilisèrent les sorcières au temps de Salem cherchant à offrir une identité en tout point différente de celle des Britanniques, remettant au goût du jour l’histoire de leur terre et des différents peuples ayant foulé leur sol. Avec Nkiruka elle est une des premières écoles à offrir la possibilité à ses étudiants d’apprendre la Gramarie, magie utilisée alors par les dits esclaves au temps de cette pratique. Tout comme elle offrit la possibilité aux tribus indiennes de s’inscrire dans la prestigieuse école de Salem plutôt que se déplacer jusqu’à Yolihuani comme le voulait la coutume.
                                                                                                                        (c) images = amly.


                                                                                                                        Dernière édition par The Fate le Dim 15 Jan - 1:22, édité 5 fois
                                                                                                                        Revenir en haut Aller en bas
                                                                                                                        Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com
                                                                                                                        Maître du jeu

                                                                                                                        • avatar
                                                                                                                          ACCIO PROFIL

                                                                                                                          ♦ PARCHEMINS POSTES : 781
                                                                                                                          ♦ PSEUDO : aléatoire
                                                                                                                          ♦ CREDITS : (c) Lux Aeterna
                                                                                                                          ♦ ARRIVEE A ELDERWOOD : 27/04/2009



                                                                                                                        Revelio

                                                                                                                        MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   Mar 10 Mai - 18:29

                                                                                                                        Yolihuani
                                                                                                                        « We predicted that the world would end in 2012...Let's see if we were right. »
                                                                                                                        Nichée dans la jungle sud-américaine se trouve une école hors du commun, la plus vieille de toutes et la plus chargée en histoire aussi. Bijoux d’architecture typique des temples des civilisations précolombiennes, plus particulièrement des mayas, Yolihuani est connue pour couper le souffle de quiconque la contemplera pour la première fois. Elle se dresse comme un affront contre la nature, presque aussi lumineuse que le soleil lui-même, contrastant avec la végétation qui l’entoure et la protège du reste du monde. Cette école n’est que couleurs et chaleur, autant à l’extérieur qu’à l’intérieur. Entre ciel et terre, elle offre le cadre parfait à ses élèves d’un naturel aventurier et bon vivant. Que ce soit pour braver les dangers de la jungle ou découvrir les secrets du bâtiment principal, aussi appelé temple, tous y trouvent leur compte.
                                                                                                                          D’ailleurs, parlons-en de ce temple car il est le premier et plus vieux bâtiment de Yolihuani, une pyramide à degrés, pour mieux approcher les Dieux comme disaient les architectes. Il est au centre de toutes les légendes qui courent dans l’école et l’ambiance qui y règne peut être pesante pour certains élèves qui sont prédisposés au chamanisme. Ainsi, quelque part, bien caché et gardé par les professeurs, un endroit maudit attend encore que certains élèves s’y aventurent, plus désireux que jamais de satisfaire les Dieux.
                                                                                                                            De plus la nuit, certains jurent entendre des cris alors que d’autres se réveillent, dérangés par une odeur indescriptible, une odeur de mort.Mais ce n’est pas que le côté “maléfique” ou historique qui fait la renommée de cette école, c’est aussi le savoir qu’elle transmet depuis des siècles à ses élèves. L’astronomie, les arts, l’arithmancie, l’étude des runes et les soins aux créatures magiques y sont plus poussés que dans les autres établissements, dont certains n’enseignent même pas toutes ces matières. Imaginez donc les salles de cours ainsi que la bibliothèque, sans compter sur les enclos et les observatoires, du jamais vu.
                                                                                                                              Malgré l’âge de cette école, ce sont eux qui sont les plus à la pointe, révolutionnaires du système scolaire magique. Allant jusqu’à donner des cours d’un autre genre, généralement plus axés sur la pratique que la théorie. Leur but principal étant que les élèves se surpassent, Yolihuani est aussi l’école qui compte le plus de professeurs, allant parfois jusqu’à 3 par matière. Un système de chefs de file à donc été mis en place en plus de celui des directeurs des maisons. À noter que chaque matière dispose de son propre bâtiment spécialement construit pour répondre aux besoins et objectifs permettant un enseignement optimal. Les professeurs y ont leurs appartements et bureaux, naturellement.Les dortoirs des élèves ainsi que la grande salle se trouvent dans ce que l’on appelle : le palais. Il compte seulement deux étages vu de l’extérieur mais à l’intérieur c’est une autre paire de manches grâce aux divers enchantements qui ont été lancés. C’est un bâtiment tout en détails qui abrite aussi les tombes des anciens directeurs comme le voulait la tradition maya.
                                                                                                                                Avant que le Quidditch ne gagne le cœur des sorciers, les élèves de Yolihuani pratiquaient un jeu de balle similaire aux bases du sport sur balai. L’ancien terrain de jeu a donc été modifié et en partie reconstruit pour que les sud-américains puissent, encore une fois, surpasser leurs voisins étrangers dans un nouveau domaine. Fait de pierres et plantes, il allie nature et magie. En effet, les gradins lévitent dans les airs grâce à de puissants enchantements, ils descendent automatiquement prendre les spectateurs et adaptent leur position en fonction de celle des joueurs de Quidditch.Les commerces et lieux de divertissement se trouvent quant à eux dans l’enceinte de l’école, permettant ainsi aux professeurs et personnel de mieux surveiller les élèves et leurs éventuels excès. Bien plus qu’une simple école, Yolihuani est avant tout un endroit où chacun y trouve son compte et sa place car elle offre des opportunités aux sorciers de tout le continent.
                                                                                                                                  La répartition dans les différentes maisons a lieu très peu de temps après l'arrivée des nouveaux élèves. Ces derniers sont accompagnés dans la salle principale où les professeurs et les anciens les attendent. Ils sont alors appelés un par un devant la base sectionnée d'une colonne. Remplie de l'eau la plus pure du monde, il suffit à l'élève d'expirer un peu d'air de ses poumons sur la surface plane du liquide. L'eau s'agite alors et l'effet est différent en fonction de la maison choisie : une lance se matérialise dans la main de l'élève s'il est assigné à Ek Chuah ; des lianes fleuries entourent la base de la colonne si l'élève est assigné à Hunab ; des nuages sortent de la base et viennent flotter autour du visage de l'élève s'il est assigné à Itzamma. Une fois le nouveau sorcier réparti, les éléments plongent dans l'eau qui redevient calme. (c) images = Tekila.
                                                                                                                                  Anecdotes
                                                                                                                                  ▬ Yolihuani a été le théatre de pratiques liées aux croyances du peuple maya. On y sacrifiait principalement des moldus mais certains se permettent parfois de douter vu le manque d’informations à ce sujet. Mais sujet tabou oblige, les rumeurs vont bon train et les expéditions folles aussi.
                                                                                                                                  ▬ Vous trouverez les fantômes de certains des anciens directeurs dans le Palais. Ils sont toujours prêts à vous compter les histoires d’antan et ne sont pas avares de détails croustillants.

                                                                                                                                  Examens
                                                                                                                                  ▬ Nouvelle Lune ( Test de connaissance dès la 1ère Année )
                                                                                                                                  ▬ Premier quartier ( 4ème année )
                                                                                                                                  ▬ Lune croissante (avant-dernière année)
                                                                                                                                  ▬ Pleine Lune ( dernière année)
                                                                                                                                  Système de répartition
                                                                                                                                  Ek Chuah (dieu de la Guerre) ; Sûrs d'eux, impulsifs, francs, violents, colériques, déterminés, têtus et fiers, voilà les principaux traits de caractère des élèves de cette maison. Ceux qui y finissent sont constamment attendus au tournant et surveillés. Ils sont qualifiés de "maudits" et tout les prédestine à un futur bien sombre. Ils font tout pour arriver à leur fins et tous les moyens sont bons pour ce faire. Pourtant, même s'ils persécutent plus qu'ils ne défendent et que leur fourberie n'a d'égal que leur malice, ils ont un sens de la loyauté très développé. Lorsqu'ils promettent quelque chose ou se lient à quelqu'un, ce n'est généralement pas du blabla, aussi manipulateurs soient ils.
                                                                                                                                  Hunab (créateur du monde) ; Les élèves d'Hunab sont généralement créatifs et passionnés par l'art, peu importe sa représentation, ou la nature. Rêveurs et passionnés, ce sont des personnes avec qui il fait bon vivre malgré leur aspect quelque peu lunatique et dissipé. Avec eux, c'est tout ou rien, il y a rarement un juste milieu. Souvent incompris, ils n'en restent pas moins de bons vivants qui croquent la vie à pleine dents. Ce sont ceux qui veulent tout essayer et qui en oublient de peser le pour et le contre, trop impatients d'avoir un avis sur la question. Cependant, lorsqu'ils ont trouvé leur domaine de prédilection personne ne peut les arrêter dans leur évolution. Car se sont avant tout des personnes avides de connaissances, en recherche constante de dépassement.
                                                                                                                                  Itzamma (dieu du Ciel, de la Nuit et du Jour) ; L'élite s'y trouve bien souvent. Cultivés, intelligents, bienveillants, respectueux et protecteurs, ceux qui finissent dans cette maison dédient leur vie à aider les autres. Médicomages, ministres, aurors, et j'en passe, la plupart d'entre-eux ont commencé là-bas. Admirés, on conseille souvent de prendre exemple sur eux pourtant ils ont tendance à être quelque peu agaçants à force de perfection. La majorité semble vouloir compenser le manque ou la perte de quelque chose et ils ne sont pas toujours aussi confiants qu'on les croit être. Le doute, la peur et la lâcheté font partie de ce qu'ils tendent à cacher.


                                                                                                                                  Tlilpotonqui Iuitl Yolihuani
                                                                                                                                  ( 138 - 216 )
                                                                                                                                  Grand prêtre de l’empereur Tezcatlipoca, il a suivi la longue tradition des prêtres dotés d’aptitudes magiques. Ambitieux et talentueux, il s’est très vite décidé à suivre les épreuves visant à devenir Grand Prêtre, titre qui à l’époque équivalait presque au rang de demi-Dieu. Lors de la première épreuve il avait tout juste vingt ans et bien qu’il était le plus jeune des apprentis, il était aussi le favori grâce à sa particularité : son don d’animagus Condor - symbole du Pouvoir Créateur dans les civilisations pré-colombiennes.
                                                                                                                                    Seul survivant des épreuves de sélection, il fut le premier et le dernier Grand Prêtre de son temps mais aussi le second de l’empereur qui voyait en lui un atout pour contrer ses ennemis et flatter les dieux. L’utilisant à ses fins personnelles, grâce aux sacrifices et aux ensorcellements, il finit tout de même par répudier Tlilpotonqui suite à un dérapage sacrificiel visant à lui apporter l’immortalité. Cependant, même à l’époque il n’existait pas de sort assez puissant pour empêcher un mortel d’arriver à la fin de sa vie. Ainsi, lorsque l’empereur tomba gravement malade et que son Grand Prêtre lui avoua qu’il ne possédait pas ce don, il entra dans une grande colère. Il mit donc fin à la tradition qui voulait que seul un être doté de réels pouvoirs soit le Prêtre personnel de l’empereur : une nouvelle loi fut mise en place. Désormais, ce ne serait que de simples moldus qui accéderaient à ce rang mettant un terme à l’utilisation de vraie magie, rendant les sacrifices inefficaces.
                                                                                                                                      Le remplaçant de l’Empereur, premier homme au pouvoir à mettre en place la politique anti-magie, décida de régner d’une main de fer pour réparer ce qu’il appelait les « inepties » de son prédécesseur. Sa première décision politique fut de bannir toute personne prédisposée à la magie et de préparer une armée en vue d’un génocide de “sorcier”. Bon orateur et grand sage Tlilpotonqui décida que l’avenir des gens de son espèce ne pouvait reposer sur la décision d’un oppresseur et rejoignit ce qui est actuellement appelé Venezuela pour à son tour lever une armée et combattre. De ce combat, il sortit vainqueur et décida que les êtres possédant ce qu’on appelait “le don” ne devait plus se taire et fonda la prestigieuse école Yolihuani pour offrir à ces “enfants de la terre” la chance de maîtriser et comprendre leurs pouvoirs sans peur d’être exterminés. Sans s’en rendre compte, il contribua à développer le monde magique et en fut l’un des pères fondateurs avec Amadi E. Chukwuemeka.
                                                                                                                                        (c) images = amly.
                                                                                                                                        Revenir en haut Aller en bas
                                                                                                                                        Voir le profil de l'utilisateur http://www.nameless-rpg.com

                                                                                                                                        • ACCIO PROFIL


                                                                                                                                        Contenu sponsorisé



                                                                                                                                        Revelio

                                                                                                                                        MessageSujet: Re: {{ Description des écoles.   

                                                                                                                                        Revenir en haut Aller en bas
                                                                                                                                         

                                                                                                                                        {{ Description des écoles.

                                                                                                                                        Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
                                                                                                                                        Page 1 sur 1

                                                                                                                                         Sujets similaires

                                                                                                                                        -
                                                                                                                                        » Le PAM et AMURT appuient le nettoyage des écoles aux Gonaïves
                                                                                                                                        » Cours de description Physique (PV Lokhlass)
                                                                                                                                        » Description physique (PV Vlacula)
                                                                                                                                        » Description
                                                                                                                                        » Après l'écoles [PV Jewon]

                                                                                                                                        Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
                                                                                                                                        ─ Nameless RPG: Welcome to Elderwood ! :: 
                                                                                                                                        ─ Welcome On Nameless ─
                                                                                                                                         :: ─ Office du Tourisme d'Allais-Viun-sur-Nameless. :: ─ Avant de s'inscrire : les fondamentaux.
                                                                                                                                        -